Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Yunari Yunko

InvitéInvité
MessageSujet: Yunari Yunko Jeu 26 Juil 2012 - 16:23


Yunari Yunko
. NOM & PRÉNOM .
  • Surnom : Yuna
  • Parents : Yu Yunko et Nanari Yunko
  • Age :17
  • Village : Kumo
~ - ~
« Citation. »
-


I/: Informations d'ordre général.

  • Date de naissance :14 févrirer
  • Pays/Lieu de naissance : un endroit aux abris des regards
  • Signe astrologique : verseau
  • Qualités : Observe et garde son calme
  • Défauts : Timide, beaucoup trop timide, parfois perdue dans ses pensées




II/: Descriptions du ninja.

  • Description physique (visage, corps, vêtements...) = 10 lignes minimum :

  • Description psychologique (émotions, idéologie / nindô...) = 10 lignes minimum :


  • III/: Histoire du Ninja.

  • Passé du ninja (Chapitres.) = 25 lignes minimum :
    A ce jour...
    Yunari est une jeune fille âgée de 17 ans. Elle descend d'une famille des plus ordinaires. Elle se fait souvent remarquer par la couleur de ses yeux qui ne sont pas basique. Étant la seule à avoir cette particularité, sa famille la considère comme une personne maudite. Rejetée par le reste de sa famille, elle n'a pour seule famille son père, Yun et sa mère Nanari (étant enfant unique). Malgré la déchirure au sein de sa famille, ses parents l'ont toujours aimé et ils ont été prêts à tout sacrifier pour leur fille, même si cela voulait dire perdre la vie.

    Quelques années avant...
    Un matin, Yun et Nanari partirent faire une promenade. C'était l'aube. Ne voulant pas réveiller leur fille de si bonne heure, ils laissèrent un petit mot sur la table.
    Il était maintenant 9 heures, Yunari venait à peine de se réveiller qu'elle savait déjà qu'il n'y avait personne chez elle. Les bruits habituels n'étaient pas là. Aucun bruit dans la cuisine, même pas celle d'une casserole ou encore le bruit d'une goutte d'eau du robinet mal fermé. Idem dans le salon, le bruit agaçant des pages du journal de son père n'était pas non plus au rendez-vous. La maison était calme, beaucoup trop calme. Elle se leva de son lit, tous ses sens étaient à l’affût du moindre bruit suspect. Habituellement le jour de son anniversaire, ses parents lui courraient après pour être le premier à lui souhaiter. De vrais gamins... Mais ce jour-là, à la plus grande déception de Yunari il n'y avait rien. Elle ouvra la porte, un grincement horrible la fit sursauter.

    Du calme Yunari. Papa a juste oublié de mettre un peu d'huile... Bon je suis d'accord ça fait un mois que je lui réclame... Mais il est très occupé mon papa... Arrête de trouver des excuses à ton père et bouge le un peu, parce que à part lire son journal... Ahlala je n’aime vraiment pas être seule, voilà que je parle toute seule maintenant... Enfin, pense toute seule... Tais-toi ! … Ok j'arrête.

    Elle leva son pied droit pour s'engager dans le couloir. Pour la première fois de sa vie, elle sentie tout le poids de son corps se basculer vers l'avant, descendant sa jambe droite jusqu'aux bouts des pieds. Pourtant ce geste-là, elle le faisait tous les matins et même plusieurs fois dans la journée, mais sans jamais avoir pris le temps de faire attention à toutes ces sensations.
    Le pied posé sur le sol, elle reprit sa respiration, lente, calme et longea le couloir. Un couloir sombre, pesant, interminable. Enfin elle arriva vers la porte du salon. Elle leva son bras droit, puis sa main tremblante vint se poser sur la poignée. Elle fit le vide dans son esprit chassant ses pensées et ouvris la porte. Sur la petite table, une petite boîte noire l'attendait. Elle se précipita dessus et l'ouvrit.

    « Ahhh ! Ahh… ah... Fausse alerte. La pipe de mon papa... Je me disais bien aussi, une boite noire... »

    Un grand soupir plein de frustration résonna dans la pièce.

    « Bon programme de la matinée. Tout d'abord je vais devoir encore chercher mes cadeaux. Je vais tout sortir des placards, étagères, meubles et tout le tralala. Maman va encore me faire la morale et m'obliger à tout ranger, chose que je ne ferais pas. Papa … Comme d'habitude il va rigoler, ce qui va fâcher maman et finalement c'est lui qui devra ranger et moi je pourrais m’éclipser et ne pas ranger. Programme chargé ce matin ! Mais avant de m'y mettre, le petit déjeuner s'impose ! »

    Elle se dirigea vers la cuisine plus sereine qu'au réveil. Comme chaque matin, elle prit son bol, un verre, les posèrent sur la table avec le lait, le jus d'orange et le chocolat. Elle s'assit et remarqua un objet non identifié sur la table de la cuisine, en face d'elle. Une petite boîte rectangulaire blanche s'offrait à elle. Elle l'a saisi timidement en faisant bien attention de peur de la casser. Chose bête, car ceci était une boîte... Très délicatement elle ouvrit la boîte et surprise elle découvrit un collier en or blanc avec un pendentif. La chaîne était très fine tel un bout de fil de soi blanc scintillant. Quant au pendentif, il représentait une goutte d'eau très lisse, transparente qui se dégradé en commencent par un turquoise très clair presque pur pour s'assombrir vers un bleu azur très profond et au cœur de ce pendentif, une pointe de violet presque invisible. Un contraste qui n'allait absolument pas avec ses yeux, mais d'une association tout en finesse avec la couleur des yeux de son père bleu turquoise, très perçant et de sa mère bleu azur ou l'on pouvait si perdre pendant des heures sans jamais s'en lasser. Il ressemblait plus à une larme, ou à l'intérieur les yeux de ses parents pouvaient voir ce qu'elle verrait et ainsi continuer de veiller sur elle. Elle remarqua une comparaison très amusante. Le turquoise entourait le bleu azur et le violet, comme si son père protégeait sa femme et sa fille comme dans la vie réelle. Elle le mit et pris son petit déjeuner.

    Après avoir fini de ranger la cuisine, elle se dirigea directement vers la chambre de ses parents. Car tous les ans, ses cadeaux étaient cachés dans leur chambre. Mais pour brouiller les pistes, elle s'amusait à tout déranger dans la maison. D'un pas sur et déterminé elle s'engagea dans ce même couloir que tout à l'heure. Les sensations d’avant avaient disparu tel un mauvais rêve. Elle s'arrêta devant la chambre de ses parents, coulissa la porte en chantant, ouvrit les yeux, et se figea. Ses yeux fixaient le lit. Sa respiration s’accéléra, son souffle devint plus fort, son cœur se mit à tripler de rythme. Elle avala sa salive difficilement puis d'un rire nerveux, elle ouvra la bouche et se mit à parler.

    « Ah ! Papa, Maman ! Mais quelle surprise ! Je ne m’attendais pas du tout à vous voir... Enfin à ce que vous dormiez et que je vous réveille mais euh... qu'est-ce que je fais là moi ce n’est pas ma chambre. Ah ah ah ah... Bon bah merci pour le cadeau il est vraiment super beau ! Mais c'est bizarre habituellement vous êtes réveillés depuis très très très très longtemps... Mais là vous dormez... Et vous m'ignorez... Maman... Papa...»

    Elle fit un pas devant elle est entendit un bruit inhabituel. Comme si elle avait marché sur une
    flaque d'eau. Elle baissa ses yeux très lentement et vit une substance très sombre rougeâtre. Énormément de pensées défilèrent d’un seul coup dans sa tête. Elle ne comprenait pas, ne voulais pas comprendre. Elle se mit à avoir du mal à respirer, sa gorge se bloqua comme si une grosse boule de chewing-gum était venue se coincer dans sa gorge et l’empêcher de respirer normalement. Elle tomba par terre sur le sang qui l'éclaboussa et commença à voir trouble. Des larmes coulèrent de ses yeux, sa poitrine lui faisait mal. Elle criait de toute ses forces pour se soulager de la douleur face au choque mais rien ne la satisfaisait. Ses crient avaient la même puissance qu'une alarme incendie, tous ces efforts la fatiguée énormément et perdit connaissance.
    Des voisins alertés par ses crient étaient venu voir ce qui se passait. Lorsque qu'ils l'ont découverte inconsciente, ainsi que Yun et Nanari, ils appelèrent de l'aide. On sortit la fillette de la chambre pour la mettre dans le jardin, une voisine resta à ses côté puis ils s'occupèrent des corps inertes.
    On l’a plaça chez sa tante et sa vie changea en un clin d’œil. Finit la joie de vivre, maintenant elle devait subir sa famille étrangère à ce qu’elle avait connu.
    C’est ainsi qu’à son dixième anniversaire Yunari se retrouva seule.

    A ce jour...
    Le chant des oiseaux doux, agréable et chaleureux lui parvint à ses oreilles. Une brise d'air venait la rafraîchir. Cependant une odeur bizarre la rappela à la dure réalité. Elle se leva d'un coup et fit vite pris d'un mal de tête qui la força à se rallonger. Elle ouvrit délicatement les yeux et regarda ses mains.

    Cela fait 7 ans maintenant… Pourtant je le vois encore ces tâches sur mes mains…

    Elle se leva doucement, et se dirigea vers son ancienne maison. Lorsqu’elle arriva devant sa maison, elle entra. Tout était parfaitement ranger, comme si le temps c’était figé. Elle balaya du regard l’entrée et se dirigea vers le salon. Au fur et à mesure qu’elle avançait, son cœur se serrait. Elle entra et observa cette petite boîte noire. Elle fit demi-tour et s’avança dans ce couloir. Une ambiance lugubre, glauque persistait. Elle s’arrêta devant la chambre de ses parents et entra.
    La pièce n’avait pas non plus changé, elle ne savait toujours pas pourquoi ses parents étaient morts et qui était la personne qui les avaient tués. L’enquête n’avait pas abouti et elle fit vite classée. Peu importait à Yuna, tout ce qu’elle savait était que maintenant elle était seule et devait vivre avec sa tante. Ce qui ne la réjouissait en rien mais faisait preuve de bonne humeur et courage lorsqu’elle était en leur compagnie. Au moins, cela lui permettait quelques moments de répit dans sa pauvre vie. Elle s’approcha du lit. Les tâches de sangs étaient toujours visibles. Elle s’assit, ferma les yeux pour reprendre ses esprits et les rouvrirent. Devant elle, se tenait un miroir. Un très grand miroir, son cadre était en bois sculpté. Elle se rappelait admirer sa mère se coiffer devant ce miroir en cachette lorsqu’elle était petite. Se souvenir lui réchauffa le cœur. Elle remarqua dans ce miroir une petite boule blanche sous le lit. Sa curiosité mise à rude épreuve, finit par l’emporter. Elle se baissa ramassa cette boule. Un bout de papier froissé jeté sous le lit. Cela ne ressembler pas à ses parents, du moins ce n’étaient pas dans leurs habitudes de jeter des feuilles ou autre objet par terre. Elle le déplia avec une grande délicatesse. Il y avait un mot d’écrit sur ce papier, toujours visible malgré 7 ans déjà.

    « Ma chère Yuna. Nous savons que tu n'aimes pas être seule lorsque tu te réveilles, mais papa et maman allons faire une petite promenade nous seront de retour très vite. Ne t'inquiète pas, nous n'avons pas oublié ton anniversaire. Nous savons aussi que tu mettras la maison en pagaille pour essayer de trouver ton cadeau comme chaque année. C'est pour cela que cette année sera légèrement différente. Ton cadeau est posé sur la table à côté de ce petit mot, d'ailleurs nous espérons très fortement que tu lises ce mot avant d'ouvrir ton cadeau ou du moins avant d'avoir mis la maison dans un désordre des plus magistral. Nous t'aimons et t'embrassons très fort. Yun et Nanari. ».

    Sa gorge se serra, sa respiration se fit haletante et des larmes coulèrent de ses yeux. Elle mit le bout de papier dans sa poche, et regarda son collier. Elle resta un long moment à se remettre de ces émotions puis lorsqu’elle se sentie prête, elle partit de chez elle retrouver l’enfer qui l’attendait chez sa tante.

  • Connaissez-vous l'actualité politique du village que vous souhaitez intégrer ? (Faites un petit résumé de cela.) = 15 lignes minimum :




  • IV/: Qui suis-je ? (IRL.) [Facultatif.]


  • Prénom : Agathe

  • Nom : //

  • Ce que vous aimez, ce que nous n'aimez pas : Je suis très ouverte donc j'aime beaucoup de chose cependant je ne pourrais me passer du piano et de mes amis.

  • Comment avez-vous connu ce forum : Au petit bonheur la chance Wink

  • Codes qui prouvent que vous avez lu les règlements : Validé par Kai'

  • Questionnaire :
    - Que sont les points NNr', et à quoi servent-ils ? Ils servent à faire évoluer notre personnage.
    - Comment acquérir une technique ? Par les points NNr'. Pour cela il faut ouvrir une fiche technique et shinobi.
    - Que sont les Carnets de Bord et les Fiches techniques ? Les fiches techniques servent à répertorier nos techniques et le carnet de bord sert à la même chose que les fiches techniques mais que ce qui concerne notre personnage.

  • Remarque : Je finirais plus tard Wink


  • avatar
     ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
    Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
    ▌Sanction : Aucune
    ▌Messages : 1044
    ▌Age : 26
    ▌Inscription : 03/05/2011

    Feuille de Ninja
    | Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
    | Points Naruto Ninja RPG | :
    733/1000  (733/1000)
    | Âge du personnage | : 18 ans
    Voir le profil de l'utilisateur
    MessageSujet: Re: Yunari Yunko Sam 18 Aoû 2012 - 13:14

    Des nouvelles ?

    Bien à vous,
    Juka

    Yunari Yunko

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
     :: Archives :: Archives :: Sujets divers-