Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

La mort de mon père [[RP Solo]]

avatar
 ~ Genin de Kumo ~
Okami Vitam ~ Genin de Kumo ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 105
▌Age : 24
▌Inscription : 07/04/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | D / 6 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
69/1000  (69/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: La mort de mon père [[RP Solo]] Mer 29 Aoû 2012 - 0:22

~La mort de mon père...~


    Le début de la journée sonna une fois de plus dans le village de Kumogakure no sato. La nuit précédente, je ne sais pas pourquoi, je n'ai pensée qu'à Lheylie. Je rêvais qu'elle ce faisait tuer par un ninja ennemi... La seule image dont je me rappelle maintenant est celle de ma soeur, au sol, avec du sang sortant de sa bouche ouverte, ces yeux grands ouverts, ces cheveux débraillés, ces vêtements tachés de sang, avec une lame allant de son ventre jusqu'au sol. Cette image d'elle me terrifiait au plus haut point. Mais, ce n'est qu'un rêve, la connaissant, elle serait rester avec notre père au village Shera, où elle menait une vie paisible, étant la petite princesse à Papa... Ce n'était qu'un rêve, après tout. Je me prépara donc à cette journée, sans rien avoir prévus, peut-être j'allais m'entraîner, ou juste prendre une journée de pause...Je ne savais pas vraiment quoi faire cette journée. Je pris donc mes Katanas, mis mon bandeau autour de ma taille, puis sortis, toujours pensant à l'image de mon rêve.

    À ma sorti, deux ninja s'approchèrent de moi. L'un d'eux était celui m'ayant escorté jusqu'à Kiri, avec la vieille femme, pour avoir son arme. L'autre, je ne le connaissait pas. les deux portaient leurs habits ninja avec leurs bandeau sur le front, et leurs poches remplis de Kunais.

    -Bonjour, Okami Vitam. Nous avons reçus cette lettre pour vous, de la part de votre père, avec un ordre d'escorte jusqu'au pays des fleurs.

    Fumimarô , le ninja que je connaissais déjà, me tendis la lettre en question. L'enveloppe était blanche et propre. Sur le dessus était marqué mon nom, écrit avec soins, avec une calligraphie parfaite. Je la regardais, puis me rappella l'écriture de mon père qui ressemblait comme deux gouttes d'eau à l'écriture sur la lettre.

    -que ce passe-t'il? demandais-je.

    -lisez la lettre. dit l'autre Ninja.


    ''chère Okami,
    je t'envoie cette lettre, car je tiens à m'excuser du fait que je n'ai pas donné de nouvelles depuis plusieurs années. Mais je t'écris surtout pour t'annoncer une nouvelle tragique pour la famille... Ta soeur, Lheylie, est morte durant une de ses missions périeuses au village où elle à décidée de vivre, soit, Sunagakure no Sato.
    Je regrette sincèrement sa mort et je désire vivre mon deuil en compagnie de mes deux filles restantes, toi et ta soeur, Hana. Personne n'est plus touché que moi, mais votre présence me serais de tout coeur. Ce pourquoi ta présence est requise.
    Chaleureusement,
    Yorako Kai''

    -d'accord, mesieurs, je vous suis...

    Mon rêve était donc réel... Lheylie... Il fallait que j'aille au pays des fleurs, même si c'était très loin de Kumo. Je me prépara donc au voyage. Cette réalitée me surprena; une minute elle apparaît dans mon rêve, et l'autre elle me saute en pleine face, tel un lion courrant après une brebi.

    Après m'être préparée, je sorti en courant de chez moi, où pour rejoindre Fumimarô à notre lieu de rencontre. La vieille m'y attendais, toute heureuse de me voir. Je ne l'avais pas vue, donc elle ce jetta sur moi.

    -Okamiiii!!!!!! Cria t'elle

    Je me retourna vers elle, au sol.

    -Ah! Madame Yamazaki! désoler, je n'ai vraiment pas le temps pour vos ''chi-chi'', je suis en urgence présentement.

    -oui, oui, c'est ça, autant me dire que tu ne veux plus me voir! dit-elle en boudant.

    Je pris alors un grand respire.

    -Non! Madame Yamazaki! je suis vraiment en urgence! Je dois me rendre à Hana no Kuni rejoindre mon père!

    Elle remarqua alors l'honêtetée dans mon visage, puis ce tassa de sur moi.

    -Ah! d'accord! vas-y! Mais reviens-nous saine et sauve! Dit-elle pendant que je me levais et m'apprêtais à courrir.

    -Très bien! dis-je en courrant vers les grandes porte de Kumogakure no sato.

    Fumimarô m'y attendais justement, fin prêt pour le voyage. nous marchions donc vers Hana no kuni.

    Le voyage fus sans encombres. Toute les nuits, je restais dehors, à jouer avec le feux, à regarder les étoiles, quand il y en avait. Je pensais à ma petite soeur, qui n'est plus désormais... pourquoi elle? Oui, elle était énervante parfois, mais elle ne méritait pas la mort! Mais je finissais malgré tout à m'endormir à la belle étoile. Les matins, je me réveillais toujours à l'avance, et préparais mes affaires, comme ça, on pouvait partir aussitôt que Fumimarô était réveillé. Parfois, je prenais la photo de ma famille, que j'ai emmenée lors de mon départ du pays des fleurs, je la regardais, je regardais le sourire de mon père qui carressait la tête de mes soeurs, leurs sourire et le visage serein de ma mère qui me manquait tellement... Mais ne pleurait pas, un vrais ninja doit vivre avec la mort... même si parfois la mort touche quelqu'un qu'on aime... Je me rendis enfin au village Shera, un après midi, suite à une bonne semaine de voyage. Le village était comme il le fut à mon départ; il y avait des fleurs un peu partout, des champs, des petites maisons avec des enfants qui courraient de gauche à droite, qui ramassaient des fleurs, et les fesaient volées au gré du vent. C'était la première fois depuis tant d'années que je voyais ce signe, le signe de fleur, le seul souvenir de mon village natal, placé sur ma main droite, briller autant.

    Je regardais partout. J'étais à la fois nostalgique et triste... Pleins de souvenirs me venaient en tête, avec ma meilleure amie, avec mes soeurs... Je me rendis jusqu'à mon ancienne maison. La maison était tel qu'elle était lorsque je l'avais quittée, il y avais toujours les pots de fleurs placés au bords des fenêtres et les dessins qu'Hana et moi faisions lorsqu'on était jeunes. Je cognais à la porte faite de bois foncé, mais la porte n'était pas barrée, alors j'entrais, un peu craintive.

    -... Bonjour? Il y a quelqu'un?

    C'était sombre, les rideaux étaient fermés, on n'y voyait que dale.

    -...Qui c'est..? dit une voix qui m'a donnée du temps à replacer

    -Papa? C'est Okami!

    Les rideaux s'ouvrirent. La maison était un vrais bordel. Des feuilles trainaît un peu partout, il y avais de la vaisselle sale sur les comptoirs, ainsi que des vêtements, et je crûs même remarquer quelques vêtements que portait Lheylie plus jeune, bref, un vrais bordel... Apparement que papa n'est pas doué pour faire le ménage!

    -Okami! Tu m'a tant manquée!

    Je lui fis un câlin. Il avait les cheveux en bataille, et n'avait pas l'air dans son assiette... Il faut avouer que perdre quelqu'un n'est pas vraiment drôle à vivre, alors imaginez perdre son propre enfant... Il avait aussi une odeur, une odeur que l'on sentais souvent dans les ruelles sombres de Kumo. Je m'asseya ensuite sur un coussin mauve placé à côté de ce qui fut, dans le temps où j'habittais ici, une table basse faite de bois. Pleins de souvenirs me vînt en tête, avec mes soeurs, mon père... et ma mère, décédée à l'accouchement de Lheylie... Mon père fit de même, et me servi un verre d'eau. Il regarda le ninja m'ayant accompagnée jusqu'ici.

    -merci beaucoup pour l'avoir escortée jusqu'ici. dit-il en ce levant. Il sorti une liasse de Ryo et la donna au ninja. Ceci est pour l'allé et le retour. Vous pouvez nous laisser seuls, maintenant?

    -D'accord, dit le ninja. Je reviendrais chercher la fille en fin de journée.

    Il quitta la salle en prenant bien soins de fermer la porte derrière lui.

    -J'aimerais bien voir ce qu'un ninja de Kumo est capable de faire. dit-il avec un sourire en coin.

    Je mis mes Katanas au bords du mur de couleur beige se trouvant derrière moi, puis me prépara à un corps-à-corps amical avec mon père.

    -Toujours partante pour combattre! dis-je en souriant.

    Il tenta alors de me donner un coup de pied que j'esquiva, puis un coup de poing, que j'esquiva aussi, je lui répondis par un enchaînement que j'ai apprise à l'académie ninja, qui ce composait d'une série de coups de poings rapides, suivi par un coup de pied au ventre qui le fit revoler jusqu'à l'autre bout de la pièce. J'entendis de nombreuses bouteilles se briser lors de son atterissage. Ces bruits, je ne les avais jamais entendues auparavant.

    ''C'est quoi ce bruit d'éclat de verre?!'' pensais-je

    Il pris alors une grosse bouteille de Sake pleine, qu'il calla dans le temps de le dire, puis s'avança vers moi, tout croche, tellement croche qu'il devait ce tenir sur le mur,avec une lame à la main. Plus je le regardais faire, plus la situation me semblait s'aggraver.

    -Mais... Papa?! Qu'est-ce que tu fais??! dis-je paniquée.

    Je ne l'ai jamais vu dans cet état. Il était Ivre mort, il ne tenait quasiment plus sur place... C'était inquiétant de le voir comme ça. C'était donc ça l'odeur... et le bruit d'éclat de verre... c'était l'alcool... Quand il avait apprit la mort de Lheylie, sûrement... non... pas sûrement... il s'est mis à boire pour oublier tout ça, la perte de sa femme qu'il a tant aimé, et celle de sa princesse... Tout était clair maintenant dans ma tête...

    -Un Vitam ne baisse jamais sa garde! Dit-il en s'avaçant vers moi, la lame pointée à mon cou.

    Je reculais, pour éviter que la lame ne se rende jusqu'à moi, mais le mur était trop près pour que je puisse m'enfuire par les côtés. Tout ce que j'avais à la portée de ma main droite fut mes Katanas. Devrais-je les sortir? Non, des plans pour qu'il fasse un geste brusque et me tue... devrais-je le tuer? Non, c'est tout de même mon père! Que faire? la lame était déjà à mon cou, alors soit un mauvais geste de ma part, ou un geste brusque de la part de mon père, pourrait me tuer! Mon père était devenu paranoïaque, il avait les yeux ronds tel des boules de billards et il tremblait, je ne l'ai vraiment jamais vue dans cet état, et ça commençait vraiment à me faire peur.

    -Pa...Papa... tu irais même... jusqu'à... tuer ta fille?

    J'essayais de limiter mes mouvements, car je sentais déjà la lame toucher, voir même couper ma peau et du sang coulait à partir d'où était placé la lame jusqu'au sol. Il y eu un léger moment de silence, je pû même entendre le bruit que faisait mon sang en tombant sur le planché faite de bois franc. Puis, les rires de mon père brisa le silence.

    -Okami... dit-il en riant. Tu sais que tu n'es rien, personne ne veux de toi! Tu n'es ni comme ta mère, ni comme tes soeurs, tu n'es personne! alors que je te tue ou non, ça ne changera rien, car personne ne veux de toi!

    Je ferma alors mes yeux. Ces mots résonnaient dans ma tête... je ne suis personne... Je repensais aux personnes que j'ai connue, durant mes missions, durant que je me promenais... la vieille folle qu'est madame Yamazaki, le petit Mazahiko et son grand frère, ainsi que tous les autres... je suis sûre que s'ils étaient là, ils diraient tous le contraire... J'ouvris ensuite mes yeux, puis l'affronta.

    -il y a pleins de personnes pour lesquels je compte, qu'eux, leurs vie changerais si je ne serais plus là! dis-je.

    Je pris donc mon courage à deux mains. Je fis un bond, puis poussa mon père à l'aide des mes pieds. Il atteri contre le mur. l'étagère juste au dessus de lui se décrocha, donc les bouteilles de verres ainsi que la plaquette de bois lui tomba sur la tête. Ce fracca occasiona un silence de mort... Je m'asseyai par terre, horrifiée par ce que je venais de faire... je venais de tuer mon père... Je tremplais, tout mon corps tremblais, des larmes coulaient le long de mes joues... malgré le fait qu'un ninja doit vivre avec la mort, tuer quelqu'un qui nous ai cher peut nous horrifier, nous traumatiser... je ne savais plus quoi faire... appeler les urgences? Aller enterrer le cadavre de mon père? J'étais vraiment perdue dans mes pensées... tout d'abord ma mère, ensuite Lheylie, et maintenant mon père tué de ma main... Mes pensées s'arrêtèrent suite à un bruit provenant d'où se trouvait mon père. Ce dernier ce leva, saignant de la tête, encore plus fou qu'il l'était quelques minutes avant. Il tenait toujours sa lame à la main, encore plus temblante que tantôt, et se préparait à courir vers moi.

    -Sale garce! Je vais te tuer! dit-il en criant

    -...désoler... Papa... murmurais-je, avec les larmes aux yeux.

    Il se jettait alors sur moi. Des gouttes de sang tombèrent sur mon visage pleurant la mort de mon père. En effet, j'eu juste assé de temps pour sortir un Katana et l'enfoncer dans le ventre de mon père, qui réussis à courir jusqu'à un bon trente centimètre de moi. Je le fis basculer par l'arrière, puis pleura sur son cadavre.

    -Vraiment désolée, Papa!! dis-je en pleurant de toutes mes larmes.

    Mon père pris alors mes cheveux, les serra fort contre lui, et fit une manoeuvre désespérée; il agita sa lame partout, et réussi à déchirer mes vêtements et à couper mon oeil droit. Je cria de douleur, pris mon Katana, puis coupa les cheveux que tenais mon père. Il était maintenant mort, et moi, mon sang coulait abondemment de mon oeil. Lorsque je fûs libérée, je me tourna et me mis dos à mon père, à genoux, tremblante, avec une main au sol et l'autre tentant de stopper l'hémoragie. Je me tourna un peu, pour verifier que mon père soit bel et bien mort, puis me remis à trembler, terrifiée par mon acte. Je laissa mon Katana dans son corps, l'autre, je le laissa au bord du mur, puis je sortis de la petite maison en courrant. Il se mis à pleuvoir. Je me tenais sur ma maison en pleurant, en tremblant, et je tentais de marcher le plus loin possible sur l'allée de brique. Je gardais toujours ma main sur mon oeil droit, toujours saignant. Il faisait plus sombre qu'à mon arrivée, des nuages noirs avait envahis le ciel bleu. Le ciel pleurait la mort de mon père... Je continuais de marcher tout droit, avec, à chaque pas, de plus en plus de misère à avancer. Je tribuchais, tombais... j'étais vraiment faible. Je me rendis jusqu'à un arbre, où était placé une pierre à son pied. L'arbre était un cerisier, le printemps, il fleurissait et les fleurs s'envolaient au vent, je me souviens, j'y passait beaucoup de temps avec ma mère... maintenant, le souvenir que j'ai de ma mère avec ce cerisier est sa tombe, placé au pied de l'arbre... Je m'accota, toujours tremblante et faible, sur l'arbre. Je me mis à genoux, puis passa ma main enduite de mon sang sur l'écrito de la tombe.

    ''Cellie Vitam''

    Puis tomba sans connaissance, par la peur, par l'angoisse, par la faiblesse et par la tristesse... Le corps de mon père était toujours là où il était. Moi, j'étais accotée sur le mur, pleurante. Mon prère ce leva puis m'étrangla à l'aide de sa main droite. Il me regardait de façon un peu bizarre. puis, je vis Lheylie en arrière de lui, qui avança à son tour vers moi avec mon Katana à la main. Elle riait un peu... machiavéliquement. Lheylie enfonça mon Katana dans mon ventre, puis je fis un cris de douleur, laissant échapper du sang de ma bouche. Je me réveilla en sursaut, dans une pièce ressemblant à ma chambre...

    -Ce n'était qu'un rêve... Une chance...

    Je me tournais, puis sursauta à la vue d'une jeune fille d'environ mon âge, je dirais. La jeune femme avait une chevelure blonde, qu'elle attachait en arrière de sa tête. Elle portait une tenue traditionnelle de Hana no Kuni, dont un Kimono bleu orné de fleurs, avec un manteau un peu plus foncé, aussi orné de fleurs. Son visage souriant me disait vaguement quelque chose...

    -Non! dit-elle en souriant. Ce n'est pas un rêve! Malheureusement pour vous, vu l'état que vous êtes! Comment vous appelez-vous?

    -je... m'appelle Okami Vitam... dis-je en passant ma main sur mon oeil coupé.

    -Okami?! tu te souviens de moi?! dit-elle un peu excitée.

    -heu... non...

    -Kikko!! on étaient meilleures amies à l'époque!

    À ce moment-là, plusieurs souvenirs m vînt en tête. Je me souviens du champs plat, remplis de terre et de fleurs, ainsi que des endroits qu'on avait pas le doir d'aller, où ils faisaient pousser de la nourriture, près de chez moi, où l'ont courraient toutes les deux, on ce jettaient par terre en lançant des fleurs dans les airs. Je me redressa immédiatement sur le lit qui m'a été prêté, tout en restant assise, toujours regardant Kikko.

    -Kikko?? Ça fait tellement longtemps! Dis-je en lui souriant.

    -Ouiiii!! qu'est-ce qu'il y a de nouveau??!

    -...rien, lui dis-je un peu hésitante.

    -pourquoi hésite-tu??!

    -mon père... ma soeur... sont... dis-je en baissant la tête pour regarder la couverture bleue qui me couvrait.

    -aaaah! Ils sont... mort!!

    Elle est un peu maladroite, mon amie. Quand on était à l'extérieur, à jouer, et qu'on me demandait où était ma mère, j'hésitais tout le temps à le dire, pour éviter de partir à pleurer devant tout le monde. Mais Kikko, comme souvent elle laissait échaper des trucs, le disait en criant devant moi, et ensuite elle riait, comme si de rien était, pensant que j'étais pour en rire, mais non, je finissais toujours dans mon coin, à pleurer. La première qui venait me voir fût Kikko, elle venait toujours s'excuser, et mon consoler. Je lui pardonnais toujours, car c'était tout de même ma meilleure amie! Malgré ces nombreuses erreures, elle était bien gentille avec moi, on jouais tous les jours ensembles.

    -...Oui... lui dis-je les larmes aux yeux... ou plutôt.. à l'oeil...

    -Ah... je comprends... Dit-elle.

    Je regardais un peu la pièce, et puis, finallement, elle ne ressemblait pas tant que ça à ma chambre, à Kumo. Les murs étaient beiges avec des fleurs collés dessus, ainsi que des oiseaux. Les meubles étaient tous bruns foncés, ce qui les faisaient ressortir des murs. À côté de moi ce trouvait une petite table où était posé une lampe. À ma droite ce trouvait une comode où ce trouvait un mirroir. À ma gauche ce trouvait la petite table mentionnée plus haut, une chaise où était assise Kikko, puis en arrière de cette dernière ce trouvait un homme assis au bord du mur. Je remarquai alors son visage; c'était Fumimarô! Je me retourna donc en sa direction.

    -Fumimarô? Que faites-vous ici?! Dis-je.

    -C'est lui qui t'a trouvé , répondi Kikko à sa place. Il te portait dans ces bras, quand je l'ai croisé, puis lui ai conseillé de venir chez moi, pour soigner ton oeil.

    -Il va falloir bientôt y aller, d'ailleur, ça fait plus de deux jours que tu es sans connaissance ici. Ajouta-t'il.

    Il pris alors mon Katana, qui se trouvait au pied de sa chaise, puis me la tendi. Je le pris, puis m'assis au bords du lit.

    -où ce trouve mon autre Katana?

    Il me tendi alors deux morceau, dont un n'était qu'une lame, et l'autre, le manche avec un début de lame... il avait donc brisé lorsqu'ils ont voulus déplacer le corps de mon père... Une chance que le vieux Katana, celui qui était toujours entre mes mains, qui avait servi au mari de madame Yamazaki était toujours comme avant, car sinon, la vieille femme m'en aurait voulu pour le reste de sa vie. Je me levais alors, mis mon Katana sur mon dos, puis avança vers la porte. Kikko me bloqua alors subitement.

    -Okamiiii!!! Ne t'en va pas comme çaa voyons! tes vêtements sont tout déchirés! Et regarde ton oeil!

    Je la regardais pendant quelques secondes, puis acquiesca par un hochement de tête.

    -oui, mais je n'ai aucuns autre vêtement en réserve... lui dis-je en regardant mes vêtements.

    Je me tournais alors vers la porte, quand Kikko m'arrêta une fois de plus.

    -Attends! Je vais te donner des vêtements, moi!

    Elle ce jetta alors dans sa commode, puis sortis nombreux vêtements, qu'elle me fit essayer à tour de rôle. Tout m'allais bien. Mais ma préférée était un Kimono rose avec des fleurs dessus, que je portais avec une ceinture noire quadrillée rouge attachée par un ruban rose autour de ma taille. Pour finir, je portais aussi un manteau par dessus, un manteau mauve-bleu avec des fleurs rouges aux feuilles jaunes. À mes pieds, j'avais de longues bottes à talons, et comme je n'aimais pas vraiment avoir les cheveux lousse, je fis une queue de cheval, où je mis une barrette en fleur rose avec des pendants jaunes, appartenant à ma mère, que Kikko avait trouvée chez moi, ou enfin, dans ce qui fût chez moi. Ensuite, Kikko me fabriqua un cache-oeil en forme de fleure orange qui était attachée en arrière de ma tête. Je me regardais dans le mirroire, puis remarqua à quel point je ressemblais à ma mère, sauf avec les cheveux noirs. J'en avais quasiement les larmes aux yeux. Plusieurs souvenirs me vînt en tête avec elle...

    C'était maintenant le temps du grand départ. Je serra fort Kikko contre moi, en signe de reconnaissance, puis me dirigea vers la porte.

    -Bye Okamiii! tu me manquera!! On s'écrira, pas vrais?! dit-elle en souriant.

    -Bien sûr! dis-je , aussi en souriant.

    Je sorti ensuite de la maison, et sans même regarder en arrière, je quittais le village. Rendu de l'autre côté de la mer séparant Hana no Kuni du reste du monde, je m'arrêtais sur un tas de roche, puis regarda le village au loin. Fumimarô fit de même.

    -C'était une dûre journée... dis-je l'air un peu triste.

    -Ouais... dit-il. C'est toi qui l'a tué, pas vrais?

    -ouais... je préfèrerais ne pas en parler...

    Je me retourna alors sans un mot de plus pour continuer la route, mon Katana prêt contre toutes attaques, placé sur ma côte gauche. Tout le reste du trajet ce produisît dans un silence de mort. Aucunes attaques n'eût lieu, je pus enfin dormir les nuits, pendant au moins six bonnes heures chaques nuits. Sinon, je pensais à ma soeur et à mon père... Mon père que j'ai tué de ma propre main... Ces images me restaient dans la tête durant toute la semaine... Autant pour les images de mon père, que j'ai vu de mes yeux propres, que l'image que j'avais rêvée avant que l'aventure ne commence. On passaient par la mer, la forêt... bref, nous avions pris le même trajet qu'à notre arrivée...

    Suite à la semaine de voyage, je croisa la vieille, qui semblait ne pas me reconnaître. Je pouvais donc passer devant elle sans qu'elle ne me pince les joues. Je rentrais chez moi puis m'installa dans mon lit. Lorsque j'étais sorti de cette maison, voilà maintenant presque deux semaines, j'en était sorti avec une seule perte, pour en revenir avec deux, et un oeil manquant...

    FIN!









La mort de mon père [[RP Solo]]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La mort d'un père
» T'es mort cow-boy [Quête solo ]
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La potion de la mort qui tue (Solo, Jeu)
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de la Foudre ~ Kaminari no Kuni :: Kumo Gakure no Sato :: Portes de Kumo-