Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Mon arriver au village caché des nuages. [ Terminé. ]

avatar
 ~ Genin de Kumo ~
Jizo ~ Genin de Kumo ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 246
▌Age : 18
▌Inscription : 04/09/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | C / 10 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
17/2000  (17/2000)
| Âge du personnage | : 14 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Mon arriver au village caché des nuages. [ Terminé. ] Jeu 13 Sep 2012 - 18:30

Ce fut une route longue, difficile. Un chemin semé d’embûche et d'obstacle que, moi et ma famille avons surmontés. A l'origine je suis née à Kumo dans une ferme. Mais nous sommes partis au pays du vent pour vendre nos marchandises. Aujourd'hui, c'était le grand jour. Une journée que j'attendait avec impatience. En effet, lorsque que je suis partis a Suna, j'avais six mois. Je ne me souviens donc pas de l'architecture de ma maison, ni même de mon village. Nous avions voyagé dans un chariot de marchandises. Le bruit des roches qui percutaient les roues sphériques de la voiture me donnais un sentiment de sécurité. Le sourire aux lèvres, essayant de me souvenir de mes années précédente, je dormais. La chaleur des bras de ma mère qui m'enlaçaient me faisait encore plus apprécier ce moment qui se passera surement qu'une fois dans ma vie. J'entendais également la pluie battante qui heurtait le sol boueux et inhospitalier. La légère brise fraîche semblable à celle du matin me faisait flotter les cheveux et me caresser mes oreilles rouges de froid. C'était le matin, les oiseaux commençaient à peine a élever le ton de leurs voix pour laisser paraître leurs chants agréable pour les oreilles. La pluie s'était arrêter pour laisser place a la rosée matinale ; Humide, fraîche, vivifiante. La tête reposée sur un coussin de plume, je me réveiller lentement. Nous étions toujours dans le chariot de bois. La fine et douce main de ma mère dans mes cheveux, j'essayais de me lever malgré l'incroyable flemme que j'avais. L’érection matinale me gênais. Après quelque minutes interminables, je me suis levée. Il devait être aux alentours de six heures trente. Les yeux à moiter fermés, les cheveux non-coiffés, la tête hisser par la fenêtre je l'apercevais. Là, devant moi une titanesque muraille de pierre gisait sur le sol. Impressionner, je repasser ma tête par le hublot pour observer mes parents. Le sourire aux lèvres, ils me regardaient leurs valises à la main. Je suis descendu la tête haute, le regard illuminé par les lumières de mon passés. Un passée inconnu, mystérieux. En face de moi, les marches de bois menant à mes souvenirs étaient prêtes à êtres franchises. Pensif, j'ai sauter par dessus c'est trois planches pour atterrir sur les mains. Les genoux aux sol, je tournais la tête vers le village. Le soleil illuminait mes yeux en quête de nouveautés. Immobile, j'entendais les bruits de pas de mes parents qui descendait le petite escalier de bois. Ils posèrent leurs valises au sol et s'approchèrent de moi. Gisant sur la terre j'avais comme un mauvais pressentiment en ce qui concernait la suite des évènements. Soudain, le souffle chaud de mon père me caressa l'oreille. Ses mains tenant mes épaules j'entendis.

-Sa va aller ?

Ma réponse fut toute de suite compris par mes parents. Sans dire un mot je me suis levé, j'ai retiré les mains de mon père et, le torse bombé je suis partis en prononçant doucement.

- On y va ?


J'étais vraiment un bon acteur. Je jouais les dur à cuir sans sentiment, mais en réalité, j'étais terrifié. Le simple fait de penser à ce village me faisait trembler d'excitation et d'impatience. Avec peut-être une nuance de regret. Malgré que je me souviennes d'aucun de mes souvenirs d'enfance, j'aimais ce village et je l'admirais. J'entendais au loin le rire joyeux mais un petit peu moqueur de mes parents qui me vexais malgré tout. Ils me rejoignirent avec hâte. Le chariot derrière nous, le soleil luisant devant nous, le paysage rêver. Deux ninjas du village gardaient son entrée. Lorsque que nous nous sommes approchés de c'est dernier, j'eus un sentiment de peur. Les shinobis me faisaient tous peur. J'avais l'impressions que ce n'étaient pas des humains, mais plutôt des machines à combattre. Disons que je n'avais pas tout à fait tord. Cette sensation n'a pas perdurer car mes parents sont passer sans broncher. Ils ne nous contrôle pas normalement ? Cette question me transperça l'esprit. Étaient-ils connus ? Des minutes passées à y méditais. Des minutes gâchées car elles fûts sans réponses. Egalement perdus car elles m'ont empêchés d'admirer ce beau paysage. Comme je vous l'ais dit c'était le matin. Le marchais commençais donc à peine, certain marchand installer leurs stand et ramasser déjà quelque pièces. Je restais immobile par ce climat et ce panorama complètement différent de ce que j'avais pus voir a Suna Gakure No Sâto. Mes parents me passer devant sans me calculer. Après six ans, la date de leurs départ, ils n'étaient même pas étonner de voire que, surement des choses avais changées. Les yeux illuminaient par de la joie pures, je courait les rattraper. Sur le chemin de ma course une larme m'échappas. J'étais si sensible que sa à l'époque ? Le village était très habitait. Il était que sept heures du matin mais pourtant, les échoppes déjà ouvertes et les volets des habitations également. Je marchais sans m'arrêter. Veillant à ne pas me perdre tout en regardant les alentours. Rien de bien spécial. Mais énormément de choses différente ! Les montagnes, l'architecture sans vous parlez du climat. D'ailleurs il faisait un peu frais. Alors que je m’apprêtais à demander une veste à mon père, ma mère rappliqua et me tapas dans le cou.

- A ton âge on doit mètre une veste.


Vexé par son allusion sur mon faible âge, j'accélérais la cadence pour enfin la semer. Sur les hauts de mes six ans, j'ais continuais à avançais sans savoir où j'allais vraiment. La famille Kai, moi et ma détermination. Nous rentrâmes dans mon nouveaux chez moi.

Mon arriver au village caché des nuages. [ Terminé. ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 3. Kiri, Village Caché de la Brume
» 2. Konoha, Village Caché de la Feuille
» « Au-dessus des nuages, le ciel est toujours bleu. » [Terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Des nuages inhabituels précèdent le tremblement de terre en Chine: des preuves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de la Foudre ~ Kaminari no Kuni :: Kumo Gakure no Sato :: Portes de Kumo-