Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Examen chuunin de Jizo Kai et de Jin Kaza[ En cours - Pv Jin Kaza ]

avatar
 ~ Genin de Kumo ~
Jizo ~ Genin de Kumo ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 246
▌Age : 18
▌Inscription : 04/09/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | C / 10 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
17/2000  (17/2000)
| Âge du personnage | : 14 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Examen chuunin de Jizo Kai et de Jin Kaza[ En cours - Pv Jin Kaza ] Sam 13 Oct 2012 - 17:59

Spoiler:
 

Enfin, après plusieurs années d'entraînements difficiles. Des semaines passées à approfondir mes connaissances en terme de jutsus en compagnie de mes amis. Du moins, un ami en particulier. Jin Kaza. Il est évident que c'est en grosse partie grâce à lui que j'ai atteint le niveau que j'ai actuellement. Je le remercie pour tout ce qu'il a fais, et ce qu'il continuera de faire pour m'aider à accroître mon niveau du terrible et puissant chakra. Une amitié que je ressens au plus profond de mon être, une amitié qui dure et qui durera jusqu’à la fin de notre existence, un duo qui se dissipera lors de notre dernier soupir, mais un couple qui resteras dans les mémoires... Aujourd'hui, c'était le début d'une nouvelle aire. Une aire qui ne changera pas le monde Shinobi, certes. Mais qui ne feras que augmentait de un mon niveau dans la hiérarchie ninja. Une étape rapide simple, mais importante. Celle-ci me rappelai des souvenirs. Un passé de joie, de bonne humeurs. Un passée de simple aspirant ninja, se tracassant pour obtenir le beau et brillant bandeau métallique, gravé du beau signe représentant sa patrie. Le sourire au lèvre, je repensais à tout ce qui ai maintenant très loin. Tout ce qui ai maintenant hors de portée, ce qui ai oublié... C'était le jour de l’examen chuunin. Depuis plusieurs mois déjà, je guettais cet évènement avec une impatience réelle et prononcée. Une impatience qui rongeais ma lucidité, qui me faisais sombrer dans des crises de nerfs... Je ne vivais pas biens ces moments de maladies, ces instants rares, certes, mais présents dans mon quotidien. A vrai dire, la flemmardise est le plus gros de mes défauts. Pour stopper ces crises des plus surprenantes parfois, je devais partir me promenais, vagabonder dans les hautes montagnes de mon villages, cherchant un nouvel air qui pourrait me permettre de changer mes idées. Mais dès lors, dès ce jour qui venait de se montrer, il ne met plus utile de criser de la sorte. En effet, aujourd'hui, mon impatience était sur le point de se rendormir pour de bon mois... Mais surement entrer en éruptions plus tard dans ma vie ! C'était une belle matinée au village de Kumo gakure no satô. Une matinée silencieuse, fraîche. Il devait être aux alentours de cinq heures du matin. Une brise fraîche faisaient flotter mes cheveux. Un vent agréable, me permettant de profité du soleil qui commençait à illuminait les habitations et autres constructions du village. Une sueur d'effort pure coulait de mon front. Je faisais glisser ma main sur celle-ci pour la retirer, et continuer mon entraînement. Un entraînement très matinale, certes, mais c'était pour moi, une sorte d’échauffement pour ce qu'il allait ce passer après. En y repensant, je me dis que je n'ai peut-être pas fait le bon choix de vie. Il est vrai que être un ninja n'est pas chose facile tous les jours.... Mission des plus périlleuse parfois, secret professionnel, responsabilité de ses amis et j'en passe ! Des obligations que je n'acceptais plus. Des règles qui me transperçaient l'esprit. Alors pourquoi en suis-je un ? Eh bien.... Je pense que c'est tout de même grâce à des futilités présente. En effet, malgré un monde shinobis des plus cruelles et arrogant, ma vie social prendrait un large coup si j’arrêtais ce job aussi répandu qu'un rhume en hiver. Mais c'est surtout sans compter mes incroyables envies de protéger les autres. Une envie qui persiste aux files des années. Un nindo qui continue de s’amplifier et de prendre place en moi. Il est vrai que cette vision que j'ai de la vie et des opinions. Cette vision des guerres et des ninjas ne me déplaît pas. Je continuais de m'entraîner sans trop user de mon chakra si précieux pendant une bonne heure. Des mouvements de plus en plus rapides, une détermination qui s’éveillait au fur et a mesure de mes enchaînements. Une course vers la volonté qui se terminait plutôt bien. Les mains rangeant mes outils ninjas, je récupérais l'épée présente sur le sol. Après l'avoir plaçais dans son fourreau accroché à mon dos. Soudain, un léger vent très froid parcourus le terrain d'entraînement de Kumo no kuni. Je rester là, cloué au sol, fixant l'objectif. L'académie ninja. C'était dans cet endroit rappelant tant de souvenirs, évoquant tant d'émotions et de sensations inqualifiables, qu'allais se dérouler la première épreuve de l'examen chuunin. Une épreuve que je redoutais malgré ma détermination et ma volonté qui pouvaient se voir sur mon visage. Une épreuve que, avec mon cerveau et le courage enfantin que j'avais, je ne pouvais que m'imaginais une terrible défaite. En effet, l'examen que j'avais réussi avec tant d'aisance, celui de genin, était simple comparer à celui qui m'attendait. Un examen difficile, un examen dangereux, du moins, d'après mon sensei. D'ailleurs, les regrets présent dans les paroles de celui-ci étaient prononcés. La septième heures sonnait. Une sensation étrange me percuta. Une sensation de peur, une sensation qui bouleverser mes sens. Une douleur au ventre surgit enfin. Une douleur méprisable, qui ne surgit vraiment pas au bon moment. Un mal de ventre qui décrivait ma timidité envers ce bâtiment important... Je courrais à lui. Montrant va volonté à travers ces enjambées de plus en plus rapide, à travers cette course effrénée direction le passé.. Un passé qui commençait à s'échapper de mes pensée, un passé que j'allait définitivement oublier. Je vais passer dans la cours der grands maintenant !

[Hrp] Jin, donc pour l'examen, on ne peut pas faire comme on l'a dit. Etant donné que nous ne connaissons pas le déroulement de la première épreuve. Donc il faut trouver un autre moyen. Pour le rp, je t'autorise à me faire parler, je te dirais si il faut que tu changes certaines choses... Et pour finir, je suis rentré dans l'académie ninja à l'heure actuelle. Voila, à toi de jouer Wink.

A toi mon petit Jeans.


Dernière édition par Jizo le Mar 30 Oct 2012 - 8:57, édité 4 fois
avatar
~ Chuunin de Kumo ~
Jin Kaza~ Chuunin de Kumo ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 159
▌Inscription : 11/06/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | C / 11 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
127/1000  (127/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Examen chuunin de Jizo Kai et de Jin Kaza[ En cours - Pv Jin Kaza ] Sam 27 Oct 2012 - 16:54

Ma présentation pour mieux comprendre l'histoire Wink
Spoiler:
 


L'examen Chunin




~ « Se remémorer le passé » ~



J'avance de bon matin vers l'académie, un lieu que je n'ai jamais fréquenté à Kumo. J'ai fait mes classes loin d'ici, dans la grande citadelle des Kaza. Un passé lointain qui remonte à la surface ce matin ou tout doit changer pour moi.. .

Flash-back :
« Du temps ou j'étudiais dans le majestueux fort des Kaza, j'éprouvais déjà une répugnance tenace contre les salles de classes. Notre enseignante, Mademoiselle Aiko qui accessoirement était ma tante, mais aussi la sœur cadette du maître incontesté de la citadelle. Était aussi chargée de mon « redressement ». Elle essayait en vain de m'enseigner les rudiments du Fuinjutsu. Parchemin explosif, parchemin enflammée ou simple parchemin de stockage dans lesquels elle nous contraignait moi et toute la classe à sceller des dizaines de litres d'eau, des rochers d'une tonne et des rivières d'arme blanche. J'écoutais à demi-mots son charabia, ses mandras, et toutes ses formules et leçons barbantes. « Le fuinjustu est une matérialisation du chakra, là ou les mudras du ninja transforme son chakra, nos sceaux donnent forme à notre chakra. Quand vous serez des experts en la matière il vous sera simple de créer des boucliers, des espaces spacio-temporel ou ranger une immensité de composants bien réel, dans des notes minuscule. Le fuinjustu est un art souple ne l'oublier jamais »


Fripons attachant, mais surtout déjà enflé d'orgueil, j'étais souvent très impolie avec mon institutrice. Le bloc 3 de l'Éducation ne me convenais pas du tout. Ici chacun passe son temps dans des ouvrages, la bibliothèque ressemble plus à temple de la méditation qu'à un lieu de vie, ou l'on partage des idées et ou l'on discute de tout et de rien contre la volonté d'un bibliothécaire aux augets. Nan, dans le bloc 3 chacun est dans sa bulle, chacun avale les pages de son ouvrage comme on aval goulûment un repas succulent. Curiosité et soif d'apprendre sont le maître mots ici... Les barrières qui m'empêchent d'accéder aux 12 autres blocs, forment un étau qui m'enserre. Alors je fais le mur, je dors en cours et je prête le moins d'attention possible aux autres élèves.

Mon cousin Obaza Kaza, fils du maître de la citadelle, Onzu Kaza, est un étudiant modèle. Il survole les cours sans ce soucier de rien. Il est mon aîné de 5ans et c'est lui qui a créé pour moi une clé de fuinjutsu pour errer à mon aise dans la forteresse. Un cadeau magnifique ! Les 4000 résidents de la citadelle sont soumis à des règles très strict. Chacun est assigné à son bloc, seul les hauts gradés peuvent se déplacer librement dans l'immensité du fort. Chaque portes de bois, haute de 15 mètres qui séparent les blocs est protégé par un sceau ! Une barrière qui les rendent infranchissables, même par la force brute. Et les clés sont rares, j'ai longtemps essayer de voler, celle de mon enseignante et tante. Mais c'est un subterfuge trop risquer ! Souvent pour me punir de mon insolence en classe, elle apposait sur moi un sceau de restriction... me forçant à écouter son charabia. Elle m'a fait subir toute sorte d'humiliations, elle s'est même permise d'accolé un parchemin explosif sur mon dos ! « Si tu bouges de ta chaise pour faire le mur, je te fais grillé comme un petit beur bien cuit » Autant de méthode barbare qui mon contraint à l'assiduité. Mais maintenant, grâce à mon cousin et voisin de chambre je peux vagabonder dans l'immensité de la citadelle. « Jin malgré mes connaissances je t'ai créé une clé limitée qui t'ouvrira, je pense jusqu'au 5ème bloc. Ensuite cela nécessite des Kanjis et des compétences énergétiques et techniques qui me dépasse... » « c'est amplement suffisant merci !! » « Pas de soucis, reviens pour le couvre-feu et évite de te faire remarquer »
Pendant de longs mois j'ai alors exploré les moindres recoins de la citadelle, du bloc 1 ou l'on entreposait les vivres et le matériel, au bloc 4 de combat. J'ai découvert la liberté. Tout mon temps libre je l'ai passé à espionnais les leçons du maître d'arme qui enseignait aux jeunes hommes du bloc 4. Une fois la leçon terminée... je m'empressais de singé ce qu'il faisait dans les grands dédale sombre du bloc de 2. Une pièce immense, unique, froide, qui s'étend sur des kilomètres. Un sous sol humide, une succession de piliers qui soutiennent la structure de notre fort. Ici je frappais les piliers, m'écorchais avec un bout d'acier rouillé, qui me servait de sabre. J'ai travaillé, travaillé sans relâche. Doucement les jours et les semaines on fait de moi quelqu'un de plus mure. Maintenant j'assistais aux cours de mademoiselle Aiko Kaza sans rechigner ou pester. J'épluchais même les registres de la bibliothèque à la recherche d'ouvrage de combat. Mon corps a changé très vite, j'étais déjà un mioche bien battis avant tout cela. Mais plus les mois passèrent, plus Mademoiselle Aiko remarquait que je n'étais pas fait pour le bloc 3. Ici les enfants avec qui je partage mon quotidien, transpirent la fragilités. A 10 ans on est frêle et sans hargne... ils ressemblaient plus à des rats de laboratoire en herbes qu'à autre chose. De cancre incontesté de la classe, je suis passé à numéro 1. Sans perdre une once de flemmardise et de dédain pour les réflexions de mademoiselle Aiko.


J'aurai espéré qu'avec cette progression fulgurante, que ma tante m'aurai « lâcher la grappe » et pourtant il n'en n'es rien, elle me fessait maintenant travailler avec la « famille » jugeant que j'en étais dorénavant digne. Je n'y ai vu aucun honneur, j'y ai vu surtout du travail en plus et moins de temps pour vagabonder, m'entraîner et espionner les leçons du maître d'arme. Mon temps libre je le passais donc avec mon cousin et sa petite sœur. Subissant notre diabolique tante... je n'ai jamais autant écrit et tracé de kanji énergétique, de transformation, de scellement et d'emprisonnement qu'avec elle. Tenir une barre de fer rouillé et la manié à sans faire saigné les mains, me semblais maintenant plus confortable que tenir un pinceau ou une plume en sa présence !

Malgré tout j'en appris beaucoup, Obaza, mon cousin, souvent me trouvait des ouvrages plus à mon goût... « L'art de la guerre » « Histoire d'un bretteur de l'ouset » « Le ninjustu et ses rudiments » « Histoire du monde militaire shinobi » « Politique du pays du feu, de l'eau et de la foudre » Il voyait en moi son futur ministre de la guerre. Lui qui était voué à succéder à son père ! Onzu Kaza... D'ailleurs ce projet un peu fou je vous l'accorte, de ministre de la guerre, est arrivé aux oreilles de notre enseignante et tante. Ne me demander pas comment ! Cette dame entend tout, voit tout, comprend tout et je rajouterai « et tout, et tout... ». Donc, un jour que je faisais le mur pour aller m'entraîner dans le bloc 2, ce lieu immense, vide froid ou j'aimais me retrouvé seul avec moi même ! Mademoiselle Aiko me suivie... je travaille depuis des heures m'acharnant sur un piler inflexible, l'acier tordus et rouillé dans mes mains poisseuses et sanguinolentes. Quand elle m'interpelle... « A qui as-tu volé cette clé ?! Pour franchir les barrières qui séparent les blocs » d'abord surpris, puis ensuite apeuré par l'idée de perdre ma liberté... je réponds sans trahir mon cousin. « je l'ai construite moi-même ! »

Elle me toise puis pose son index sur mon front avec une vitesse que je ne lui imaginai pas posséder ! « In'kan Kaifu, brisé le mensonge » Encore un Fuinjutsu de son pedigree. Les Kanjis dansent sur mon front pour venir s'infiltrer dans mes yeux, une douleur insupportable... avant qu'elle ne me libère de son emprise. « c'est Obaza qui t'a aidé ! Vous portez le nom des Kaza... tu as des responsabilités ! Et respecter le règlement en fait partis ! Donne moi cette clé » elle tend la main et je lui donne la tablette de bois gravé par le sceau ; qui fessait ma liberté ! « je te la rendrai quand ton oncle aura approuvé ton transfert dans le bloc 4 ! » Une joie immense gonfle mes poumons, j'aimerai lui crier « merci » sauter dans ses bras et l'étreindre de toutes mes forces, mais elle coupe court à mon élan « Ne crois pas que toi et Obaza n'allaient pas subir une correction digne de ce nom !» je la suit dans son ombre, la tête basse, redoutant la punition...

Un sceau douloureux posé sur l'abdomen qui donne l'impression d'être brûlé de l'intérieur !? Mon oncle et maître de la cité cachée m'avait fait subir cette torture 8h d'affilés, lorsque j'ai rossé méchamment un élevé du 3eme bloc. Obaza était alors partie pour une mission, laissant sa petite sœur sans défense. Bien-sûr porter un nom aussi prestigieux que celui des Kazas, la famille dirigeante, implique la convoitise et la haine. Même chez les plus jeunes. Personne n'ose affronté Obaza, il maîtrise des Fuinjutsu destructeur. Le genre qui en décourage plus d'un à s'approcher à moins de 10 mètres de sa sœur adorée. Quand il s'absente pour une mission beaucoup la martyrise. Plus fragile et moins aguerrie que lui ! Des grands étudiants, qui ont bien 5 ans de plus que moi, en profite pour l'affronter en duel. Elle ne refuse jamais... « c'est l'honneur de la famille qui est en jeu » Même si cela l'épuise, même si elle prend des risques et s'expose au coup bas de ces jaloux sans vergogne. Alors, un jour j'en ai coincé un et je les tellement battus à mort que ses comparses en ont vomis devant la vison d'horreur. « Un pour l'exemple, les prochains, je les tues !» Mon oncle a jugé, qu'en tant que Kaza et fille du maître de la citadelle elle était et devait être à même de se défendre seule ! Malgré tout j'ai eu droit au « merci » timide de ma cousine. Suffisant pour effacer dans l'instant les longues heures de souffrances subis.

Je me retrouve donc dans le bureau spacieux, immense même, du bloc 13. Le regard inquisiteur de mon Oncle me sonde jusqu'au plus profond de mon âme. C'est un homme âgé, bérbe, grand, au regard ferme. Ma tante lui explique que j'ai des « aptitude pour le combat » « Elle m'espionne depuis quand sérieux ! » mon oncle ne semble pas surpris... « je le sais Aiko ce gamin dispose d'une force diabolique. Il a battu à mort un 7eme année, un garçon de la classe d'Obaza. Il lui a cassé toutes les cotes, le fémur et la mâchoire... l'effronté est encore dans le coma et je ne compte pas l'aider. Il l'a mérité. On ne touche pas à mon sang, à ma famille ! » Il se retourne vers moi et rajoute « je t'ai puni pour une seule raison... tu dois prévenir Aiko de ce qui se passe, ne pas agir de ta propre volonté. Tu es un Kaza. Contention, réflexion et pondération sont pour toi des devoirs. Tu dois te maîtriser ! » A cette époque je ne savais pas que je n'étais pas un kaza de sang, je ne savais pas toute l'histoire, toute mon histoire ce n'es que plus tard que l'apparente bonté de mon Oncle s'effrite. Ce n'est que plus loin, que j'ai compris l'homme que c'était !


3 semaines que je suis le cours de Kimura le mètre d'arme qui forme les futures soldat de la citadelle. Je suis le plus jeune de la promotion, le plus jeune à entrer dans le bloc 4 tout court d'ailleurs. 11 ans et je suis déjà le plus puissant combattant de la classe. A croire que mon corps n'est pas le même que celui des autres résidents. Au sabre je suis imprenable, à mains nues je suis imperméable au coups... Une résistance hors-norme qui m'a valus le surnom de « petit démon de la famille Noble » Mon oncle suit mon enseignement en personne. M'enseignant avec beaucoup de sérieux mon premier jutus. Le Gen'kotsu !
Un jutsu ancien, qui permet d'acquérir la maîtrise parfaite de son corps, d'augmenter sa synergie, sa force, ses réflexes et son contrôle. Un Justu rare et ancien autant que dur et complexe. Il m'aura fallu un an pour le maîtriser... Signant ainsi la fin de mon enfance éphémère. « Tu es un homme maintenant Jin, l'héritier digne de la force des kaza » Ainsi commence ma vie d'assassin, là ou mon cousin protégeait dans la lumière la citadelle des ennemies qui attaquaient le fort. Je protégeais l'emprise de la famille sur la citadelle en surinant les politiciens véreux. Le bloc 13 n'aura alors jamais eu autant peur de « l'ombre du démon » du « nettoyeur ». Jeune et innocent à l'époque je me suis laissais manipuler par mon oncle. Le Mugen entre mes mains, sabre démoniaque autant que puissant. Je m'étais alors perdus dans la violence et l'errance.


A ma 17ème années une dictature « parfaite » soumettait la cité cacher. Dorénavant devenus inutile, comme une arme obsolète aux yeux des Kaza. On m'a enfermé dans le bloc 9. Pour y subir des expérimentations et des améliorations. On finit par me poser le sceau de l'âme. Encore une pratique ancienne et rare réputé mortel et inhumaine tellement elle est horrible. 16 mois de torture sur une table de scellement, torturait par mon oncle lui-même. J'ai pleuré la souffrance, hais la vie jusqu'à en supplier la mort elle-même de venir me prendre. C'est comme si tous les jours on violait mon moi intérieur, mon jardin privé, mes pensées les plus profondes, mes sentiments les plus nobles. Chaque jour, le sceau s’enfonçait un peu plus, pour venir enserrer tout sur son passage... Mes chaires et mon âme ! J'ai été enfin laissé pour mort dans une prison de fuinjutsu... c'est ici que j'ai découvert ma véritable identité mon véritable passé, l'héritage de mon sang! [...]»
J'arrive enfin devant l'académie, je peux lire dans les yeux des prétendants au titre de Chunin la même peur. Celle de l'échec ! Jizo me remarque au loin, je le rejoins. Aujourd'hui c'est le début d'une nouvelle page, d'une nouvelle histoire.


(Hrp: la suite plus tard Wink à l'examen Junin Peut-être)





Jin Kaza









Dernière édition par Jin Kaza le Sam 15 Déc 2012 - 12:27, édité 7 fois
avatar
 ~ Genin de Kumo ~
Jizo ~ Genin de Kumo ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 246
▌Age : 18
▌Inscription : 04/09/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | C / 10 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
17/2000  (17/2000)
| Âge du personnage | : 14 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Examen chuunin de Jizo Kai et de Jin Kaza[ En cours - Pv Jin Kaza ] Lun 29 Oct 2012 - 17:34

Des enjambés rapides, on entendait mes pieds cognaient le sol, qui firent entendre le bruit sec de mes sandales ninja. Je rentrais enfin dans ce si beau et gracieux bâtiment. Une odeur agréable s'en dégageait. La même que dans mes souvenirs les plus profonds... J'observais vaguement le hall d'entrée, avant de m'apercevoir que rien avait changé, malgré les modifications nombreuses des chefs Raïkage ces temps-ci. J'étais émerveillé, c'était comme un retour dans l'enfance que je vivais, comme si je remontais le temps, pour revivre mes jeunes années d'aspirant ninja... J'avançais lentement, la main glissante sur les murs doux et propres, je cherchais, en vain, des éventuelles changements. Alors que je passais devant une fenêtre, j'eus une surprise des plus sympathiques, surtout en ce jour. L'arrivée d'un vieux camarade que j'attendais aujourd'hui, avec plus d'impatience que d'habitude. Je le regardais. Lui, cet homme, ce garçon qui avait temps fais pour moi, cet ami qui m'avait accompagner durant une bonne partie des mes missions et aventures, et celui qui m'avait sauvé la vie... Jin. Je progressais sur le chemin en sa direction avant de le saluer avec une aisance parfaite, des paroles chaleureuses, et amicales.

- Salut Jeans ! Comment tu vas ? Pas trop stresser ?

J'écoutais ses paroles avec curiosité. Je m'attendais beaucoup à le voir très froid, le regard vide comme d'habitude. En réalité, j'analysais le ton de sa voix, pour détecter une éventuelle peur, un stress, dû a la suite des évènements de la journée. Personnellement, je me détendais au fur et à mesure que le temps passé. Mais il est vrai que l'appréhension restait présente dans mon esprit... Comme d'habitude, la discussion ne venait pas prendre place dans notre rencontre du jour, le silence trônait. Je rentrais pour la seconde fois dans le bâtiment tant apprécié, pour y rejoindre la salle commune. D'après le papier que nous avions, nous genins reçu il y a un bon mois, nous devions pour la première épreuve, commencer par rejoindre une salle, où tous les genins de tous les villages viendraient découvrir les règles et les autres candidats. Je stressais à un tel point, que je ne trouvais plus la salle en question. La panique se faisait ressentir. Heureusement que Jin à un bon sens de l'orientation, et qu'il sait garder son calme. Je ne saurais jamais comment il fait, pour contenir ses émotions et autres sensations à ce point. Mais ce fait prouve sans aucun doute, que dans son esprit, Jin est un grand ninja qui fait preuve d'une maîtrise de soi incomparable. Il m’emmena rapidement à l'endroit recherché. Les yeux sur le sol, je suivais bêtement, sans vraiment savoir, l'ombre grossis représentant le corps de mon camarade. Mes nerfs se réchauffaient, l'angoisse prenait sa place dans mon esprit. Pour me calmer, je mordillais mon tee-shirt, et craquais mes doigts avec une violence des plus sévère et effrayante. Nous arrivèrent devant la porte, menant à la salle de réunion. Il est vrai que si j'en avais eu l'occasion, j'aurais couru dans sa direction opposée, pour fuir la situation, faire marche arrière... Mais je ne pouvais pas laisser Jin seul de cette manière. D'ailleurs, il s'arrêta, et fixa la porte, comme si il réfléchissait. Il continua de pointé son regard sur ce morceau de bois rugueux. Je restais silencieux, attendant un quelconque acte de sa part.

- Hey ptit tête j'espère que t'es futé, parce que c'est pas mon cas... Dit-il d'un ton comique.

Je ne comprenais pas vraiment de ce qu'il voulait parler, mais je restais silencieux, comme si je n'avais pas entendu. Les mains dans les poches, je continuais à regarder le sol, pensant, réfléchissant sur ces paroles... Une panique soudaine surgit en moi. Fallait-il être intelligent pour réussir ces épreuves ?... Je ne comprenais plus rien.

- Va t'installé, j'arrive. Lança-il soudain.

Je respirais longtemps, par le nez, et expirer par la bouche. Je ne sais plus qu'elle mot employer, pour dire que je stressais à ce point. Qu'allait-il faire ? Je le voyais partir dans la direction opposé.. Qu'avait-il derrière la tête ? Malgré tout, je lui faisais confiance. Rapidement, je rentra dans la salle. Une salle plus que grandes, une vingtaine de siège trônaient là. Ma foi, sa aurait pu être une pièce très accueillante et rassurante, si il n'y avait pas eu ces regards, tous ces yeux, ces yeux remplis de curiosité... Au moins quarante candidat se tenaient là, prêts à ce battre pour des broutilles d'après leurs comportement... Je les observais, restant planté là, devant la porte, en les analysant. Je pensais.. Suna, Kiri, Konoha, Kumo, Iwa.. Les cinq grands pays ninja ne manquaient pas à l’appelle pour prouver leurs force, les uns les autres... Je m’asseyais sur une chaise, et les candidats continuèrent leurs discussion... Je restais seul, silencieux, attendant l'arriver de Jin. Mais qu'est-ce qu'il mijote celui la..
avatar
~ Chuunin de Kumo ~
Jin Kaza~ Chuunin de Kumo ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 159
▌Inscription : 11/06/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | C / 11 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
127/1000  (127/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Examen chuunin de Jizo Kai et de Jin Kaza[ En cours - Pv Jin Kaza ] Mar 30 Oct 2012 - 13:04


L'examen Chunin




~ « Menace et danger » ~




"Salut Jeans ! Comment tu vas ? Pas trop stresser ?"
Le stress, ne fait pas partie de mon langage et encore moins quand il s'agit de rendre copie blanche ! J'ébouriffe la touffe de cheveux qui coiffe la bouille réconfortante de Jizo. Tout en ajoutant une remarque sur ce sur-nom ridicule qu'il affabule. J’élude sa question comme si elle n'avait pas lieu d'être posé. J'ai la stature calme, le buste droit et le regard fier, rien ne laisse entendre le stress dans mon langage corporel. Je remarque bien que le calme apparent de mon petit frère glisse inexorablement vers une tension plus marqué. Doucement, au fur et mesure que l'appréhension monte, que le couloir se remplis de prétendants et que l'heure dite approche. Quand l’inquiétude le gagne enfin, quand elle atteint son paroxysme, il n'y a plus besoin d'être un expert pour voir qu'il est à cran ! Il "mordille son tee-shirt, et craque ses doigts avec une violence des plus sévère. "

"Détend toi !" Je pose ma mains sur son épaule comme pour le déchargé du stress. Cette sensation pesante, qui en déstabilise déjà plus d'un dans le couloir. " Tu ne gagnes rien à te mettre dans un état pareille. Reste lucide !" Puis pour jouer avec ses émotions, pour lui faire connaitre la pointe ultime du stress, pour tester ses limite aussi ! J'enfonce le clou... "Hey ptit tête j'espère que t'es futé, parce que c'est pas mon cas..." Les mots frappent fort sur cette pointe acérer, celle qui pic au plus profond. Qui pétrifie les gens par l'appréhension. Je le vois bien dans ses pupilles dilatées dans son regard fuyant, et ses mains tremblantes. En un instant je lui avais fait porté le poids d'une responsabilité trop lourde pour ses frêles épaules. Responsabilité à laquelle je le soulage aussitôt. Je le pousse à l’intérieur de la salle d'examen. Sur des mots qui ceux veulent réconfortant, le tout ponctué par un clin d’œil de comploteur ! "Va t'installer, j'arrive..."


Il Y'a foule dans le couloir, toute les nations sont réuni. L’événement est l’occasion pour nous shinobi de Kumo comme pour eux ninjas du reste du monde, d’étaler sa puissance et ses futurs talents. Un jeu d'esbroufeuse autant qu'un jeu d'intimidation !

Chacun patiente comme il peut. Certain s'agite, d'autres pronostiquent le sujet du jour et enfin quelques-uns bouquinent, relisant une ultime fois leur cours. J'en repère un, particulièrement concentré. Le stéréotype même de l’élève modèle. Jambe croisé, assit sur un banc, le nez dans son livre. L'individu parfait pour mes sombres dessins !

Il se lève, referme son livre, le range dans son sac en bandoulière pour filé droit vers les WC. Surement le Pipi-Post-exam qui le pousse à se soulager. Furtivement je le suis. les toilettes son vide. Il n'a pas sentis ma présence dans son dos. Le voilà qui entre dans les cabinets individuel, referme la porte derrière lui, mais avant ; avant qu'il n'est pu faire tomber le verrou je claque la porte ! J'entre et le plaque violemment contre le muré. "Coucou l’intello de Konoha !"



Vainement il écrase son poing sur mon visage... Un geste faible et sans importance, mais je décide de le corrigé tout de même. Un affront qu'il paie très chère. Je le saisi par la tignasse et le force à gouter l'eau poisseuse au fond de la cuvette souillé par les défécations ! A plusieurs reprise je le mène jusqu'à la limite de la noyade !



"Qu'es... qu'es que tu me veux Putain !" Balbutiant et impuissant le Shinobi de Konoha se résigne enfin à abandonner toute lutte. Depuis cinq bonnes minutes il se démène pour rechaper à mes traitements déshonorants.
"Voilà qui est intelligent, j'en attendais pas mois de toi. Quel est ton nom !" Je ne lui laissais pas le choix. immobilisé comme un vulgaire gamin, je pouvais lire dans son regard la haine, mélanger à l'impuissance.
"Kisuke Mifune ! Genin de Konoha !"
"Garde tes titres ronflant au fond de ta bouche de suceuse, et répond simplement à mes questions femmelette !" Sur cette insulte j'écrase fort sa taché, avant de le laissé tomber sur le carrelage jaunis par l'urine.
"Voilà ce que j'attends de toi. Tu vas t’assoir à mes coté pendant toute l'épreuve écrite. Et me filer toute les réponses ! C'est limpide pour toi... déshabille toi maintenant !" Le regard hargneux qu'il porte depuis tout à l'heure ce fissure net ! Laissant place à une panique sans nom. Le voilà qui fond en larme.
" Pas ça ! je vous en supplie !"

Une claque sonore le réveille, je ne veux pas qu'il s'imagine que je suis un adepte des sévisses sexuels.

"Tu me prends pour qui, arrête de chialer !" Il s’exécute, et je lui colle deux parchemins explosifs. Un sur le buste et un dans le dos !
"Voilà comme ça si tu me roule je te fait sauté. Vive le spectacle que tu vas donné... En plus personne ne sera jamais ce qu'il c'est passé. Voilà le marcher. Tu m'aide sans rechigner et je te libère sans effusion de sangs."

Il acquiesce d'un geste de tête et se rhabille. Quelques instants plus tard Jizo est à ma droite et le Konoha Jin à ma gauche. Je donne un large sourire à mon comparse et lui glisse discrètement à l'oreille. "Si tu sèches regarde ma copie." Je me tourne ensuite vers Kisuké. A lui, je ne donne que de la haine et du mépris. "Si tu sèches considère que t'es mort !"

Hrp: Rp terminer mais en cour de correction.





Jin Kaza









Dernière édition par Jin Kaza le Mar 30 Oct 2012 - 14:26, édité 8 fois
avatar
 ~ Genin de Kumo ~
Jizo ~ Genin de Kumo ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 246
▌Age : 18
▌Inscription : 04/09/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | C / 10 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
17/2000  (17/2000)
| Âge du personnage | : 14 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Examen chuunin de Jizo Kai et de Jin Kaza[ En cours - Pv Jin Kaza ] Mer 31 Oct 2012 - 23:47

J'étais toujours assis sur mon fauteuil. Attendant avec impatience l'arrivée de Jin. Même si malgré tout, je savais qu'il n'allait rien me dire sur ses actes. Il a toujours était comme sa.. Discret et mystérieux. Mais peu importe ce qu'il faisait, le stress continuait de monter en moi, et d'imploser. Je regardais les autres candidats. Tous aussi louches les uns des autres... Certains avaient des tenues vestimentaires plus que bizarroïdes, et d'autres seulement, avait le sourire aux lèvres, et riaient, riaient comme si c'est un jour de fête. Je ne faisais partis d'aucun de cela. Personnellement, je me considérais comme le ninja moyen, ne sachant encore totalement maîtriser son esprit, mais comprenant la situation. Je détournais les yeux, la porte claqua, Jin revint. Le sourire accompagnait son regard impassible. Je fronçais mes sourcils. Comment se faisait-il qu'il avait changé d'attitude si facilement ? Incroyable... Cet homme me surprendra toujours, pensais-je soudain. Mais alors que je m'attardais sur lui, pour deviner quoi que ce soit, une autre jeune frimousse arriva. Je souriais, voyant qu'il portait le bandeau si reconnu, celui de Konoha. Je le voyais, suivant mon camarade comme si s'était son animal domestique canin. Un léger rire me pris les entrailles. L'avait-il placé sous sa soumission absolue ? Ce n'était pas impossible pensais-je, mais pourquoi avoir fait cela ? Quel en sera ses bénéfices ?... Nos bénéfices ?... J'observais ce gamin, scrutant son attitude, ses gestes et autres signes. Mais malheureusement, je n'avais pas le temps d'analyser correctement l'individu, que des mains frappèrent. Des mains sèches, des mains d'homme. Je tournis rapidement la tête pour voir ce qu'il se passé. Mes pensées était révélées. Un homme se tenait-là, raide, le visage souriant, malgré un sourire de psychopathe prononcé, il savait se montrer rassurant.

Félicitations... Jeunes genins, vous allez bientôt passer le cap ! Dit-il d'une voix calme et posée. Tout le monde semblait le regardait avec des yeux intéressés.. Comme si il voulait en savoir plus sur cet homme, que sur l'examen. Encore faut-il que vous réussissiez les trois épreuves n'est-ce pas ? Lança-t-il avec une voix flippante de tueur en série. Soudain, il prononça : Suivez moi ! D'une voix sèche et autoritaire.

Tous le monde le suivaient, nous, étions placé au fond de la salle, étions également les derniers à la quitter. J'avançais sans trop avoir d'angoisse. L’appréhension était redescendue depuis le retour de Jin. Son sourire rassurant, ne faisait que me donner plus d'espoirs pour la suite des évènements. Nous passèrent la porte, que je refermais aussitôt à la demande d'un chuunin qui était présent, et j'observais la pièce. Une bonne cinquantaine de mètres au carrés. A première vue, c'était une salle de classe comme une autre, d'ailleurs, d'après moi, c'était une salle de classe commune. Mais ce qui la différenciée des autres, c'est son nombre incroyable de chuunins qui étaient présent. Je restais là, immobile, la bouche ouverte, ébahis. Soudain, Jin m’attrapa la main pour m'asseoir à coter de lui. Pourquoi m'avait-il forcé à me mettre à ses cotés ? Je pensais deviner ses intentions... Nous étions placés sur l'avant dernière rangée. De là, on voyait à peine, les cicatrices de l'examinateur principal, qui se tenait devant le tableau, prêt à sortir son discours.

- Donc chers amis, vous avez devant vous une feuille. Ceci, est un contrôle écrit. Pour gagner, le but est simple. Le nombre de point total dans l’équipe devra dépasser les quarante. Sans cela, même si vous avez fait aucune faute à votre contrôle, et que vos coéquipier on merdés, alors, vous serez disqualifiés avec eux. Lors des quinze dernières minutes, je poserais une dixième question. A vous de jouez... Top !

Les yeux grands ouverts, je continuais de regarder l'examinateur. Avant de sentir une légère pulsion sur mon coude. C'était Jin. Il approcha sa tête de mon oreille avant de prononcer...

- Si tu sèches regarde ma copie.

Je le regardais souriant. Je ne savais vraiment pas pourquoi il disait sa... Il est vrai que je ne l'avais jamais connu à l'académie de Kumo, mais il ne me semblait pas avoir affaire à une " tête ", comment pouvait-il savoir répondre à tout sa ? Je tournais la tête rapidement, glissant mes yeux sur ma copie. Je lisais les questions... Je stressais d'un coup. Je passais à la deuxième, qui me fit le même effet... Les problèmes posés était de niveau chuunin au moins ! Voila, je comprenais enfin la totalité du plan de Jin. Quelle ingéniosité. Je ne sais pas comment il s'y est prit, mais il s'est arrangé pour nous placés à coter d'un bon vieil " intello' "sachant répondre à tout et n'importe quoi. Malgré la chance que j'avais, je ne pouvais tricher... C'est vrai, j'ai ma fierté ! Mais d'un autre coté, ma gentillesse et ma générosité font que je ne peut pas faire échouer Jin par pure caprice... Je devais, contre ma volonté, me résoudre à tricher. D'ailleurs, je commençais réellement à comprendre le but de cette épreuve. Nous forcer à enfreindre le règlement... Tester nos capacités physique mais surtout mentale, en nous forçant à réussir l'examen par tout les moyens, pour ne pas gêner ses camarades... Quel stratagème ingénieux. Je gardais donc mon calme, essayant de ne pas rentrer dans ce jeu, cette course à l'angoisse. Rapidement, je m'apercevais que Jin écrivait les réponses avec une rapidité monstre... Le gamin qui nous accompagnait faisait ses preuves. Je glissais lentement mes yeux sur sa copie, lentement, mais surtout discrètement, avec un regard des plus futiles. Je feintais de réfléchir en levant les yeux, tapotant mon crayon sur mon poignée, tout sa, pour ne pas me faire remarquer. Quarante minutes s'étaient déjà écoulées, la totalité des réponses était inscrites sur ma fiche. Mais je stressais. D'après le jeu auquel ils nous invitaient, la dixième question pouvait être cruelle... Je m'attendais au pire. Qu'allait-il nous demander. Soudain, il prit la parole.

avatar
~ Chuunin de Kumo ~
Jin Kaza~ Chuunin de Kumo ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 159
▌Inscription : 11/06/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | C / 11 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
127/1000  (127/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Examen chuunin de Jizo Kai et de Jin Kaza[ En cours - Pv Jin Kaza ] Ven 2 Nov 2012 - 11:38


L'examen Chunin




~ « Sacrifice ! » ~


"Donc chers amis, vous avez devant vous une feuille. Ceci, est un contrôle écrit. Pour gagner, le but est simple. Le nombre de point total dans l’équipe devra dépasser les quarante. Sans cela, même si vous avez fait aucune faute à votre contrôle, et que vos coéquipier on merdés, alors, vous serez disqualifiés avec eux. Lors des quinze dernières minutes, je poserais une dixième question. A vous de jouez... Top !"

Une vingtaine d'équipes, armé de leurs ruses et de leurs stylos se lancent donc à la conquête de l'examen. Le temps file au rythme effréné de la trotteuse sur l'horloge. Les examinateurs surveillent, à l'affut du moindre subterfuge, de la moindre messes basses et du moindre geste suspicieux. Ils ne leurs faudra pas longtemps pour repérer les tricheurs. En dix minutes deux-tiers des équipes en courses sont révoquées. Toutes se sont fait prendre au jeu de la tricherie. Un jeu qui semble être un vice de Shinobi très rependu autant qu'un art attendu. En effet les examinateurs fond de nombreuse somations, certains motivent les prétendants au titre chunin à pratiquer avec plus "d'efficacité"

" Toi là ! 3eme rang à gauche, sois plus discret ou je te disqualifie."

Jizo se résigne enfin à regarder ma copie. J'ai pus lire la répugnance dans son regard. J'avais aux cours de nos nombreuses missions compris que c'était un garçon soucieux de rester juste, droit et honorable en toutes circonstances. D'ailleurs son virus m'a contaminé, tous les jours le bambin me pousse à une exemplarité à laquelle je n'ai pas coutume de faire obédience. Néanmoins, aujourd'hui faute de mieux il zyeute avec beaucoup de style ma copie, feintant même la réflexion. A croire qu'il a triché toute sa vie ? !

Le dernier quart d'heure s'approche à grands pat. Le Genin de Konoha qui me sert de tête pensante, a fait son travail. Imaginer un frêle garçonnet, suintant à grosses gouttes devant une copie blanche, comme si sa vie en dépendait et vous dessinerez un tableau proche du sien. Discrètement sans le regarder je le soulage de la lourde tâche qui pèse sur ses épaules. " Tu es libre, une parole est une parole, tu pourras retirer les parchemins explosifs sans risque dorénavant." Les trais sur son visage se sont détendus, son incessante envie d'uriner c'est calmé et son souffle haletant s'est effacé. Sans demander son reste, il se lève, me sourie et interpelle un surveillant."Examinateur, j'abandonne !" Sur la copie, je peux lire les derniers mots du Konohajin. Ils me sont destinés.

"Chèr inconnu de Kumo, je vous remercie ! J'ai appris beaucoup de cette mésaventure. J'ai vu quel risques vous prenez pour votre équipe, là ou mon équipe m'a lâchement abandonné, profitant de moi comme si j'étais un passeport vers la réussite. Le regard de votre camarade sur vous est amplis d'amitié et de respect. Pas une lueur de profit égoïste chez vous comme chez lui. J'ai aussi eu droit à votre honneur. Vous auriez pu simplement me voler ma copie, réduisant à néant mes chances de réussite, mais vous n'avez en aucun cas attenter à ma réussite. Je reviendrai l'an prochain avec de vrais camarades ! Bonne chance."
A la lecture de ces remerciements je ne peux que sourire. Il avait vu juste sur tous les points.

Il ne reste que six équipes en course quand l'examinateur en chef demande à tous les aspirants chunin de cesser toute rédaction. "Bien ! c'est l'heure de passer à l'ultime question. Avant de vous la révélez... Je conseille aux équipes qui ne se sentent pas capable de répondre de sortir immédiatement. L'échec ne sera pas toléré, cette question est éliminatoire." La rumeur gonfle, mais pas question d'abandonner si près du but. Aucune équipe n'abandonne. L'examinateur reprend donc..."Voilà le dilemme dans chaque équipe vous devez décider d'un élément à sacrifier. Dans chaque équipe un Genin devra renoncer a au titre Chunin pour que les autres puissent accéder à l'épreuve suivante. Vous avez 15 minutes de concertation pour vous décider."

Le sens des mots a fait deux tours dans mon esprit. J'ai déjà pris, ma décision. Qu'importe l'avis de Jizo ! Alors que mon comparse s'apprête à faire une remarque, alors que les mots vont franchir ses lèvres, mon bras lourd écrase sa face contre le pupitre. Un craquement sonore concentre l'attention de toute la pièce. Le pupitre a rendu l'âme, ne reste plus que des copeaux de bois. Jizo est encore sonné par l'impact. Je me lève, profitant ainsi de son incapacité à contester... L'examinateur en chef me toise, dans mon regard il a compris toute la détermination de mon geste. Les mots sont futiles, il a déjà saisi le sens de mes actes.

"Moi, Jin Kaza bretteur du nord et Ninja au service de Kumo. Je me sacrifie au profil de l'équipe 3 de Kumo."
La rumeur monte dans les rangs. Il ne m'aura pas fallu une seconde pour prendre ma décision là ou eux vont débattre sous fond d'animosité sans arriver à se départager. Je sais que Jizo m'en voudra, je sais aussi qu'il aurai préféré se sacrifier à ma place et je sais aussi que sonné contre le pupitre il pleure déjà. C'est mon rôle en tant qu'ainé de protéger mon ptit frère !




Jin Kaza









Dernière édition par Jin Kaza le Ven 2 Nov 2012 - 17:00, édité 6 fois
avatar
 ~ Genin de Kumo ~
Jizo ~ Genin de Kumo ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 246
▌Age : 18
▌Inscription : 04/09/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | C / 10 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
17/2000  (17/2000)
| Âge du personnage | : 14 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Examen chuunin de Jizo Kai et de Jin Kaza[ En cours - Pv Jin Kaza ] Ven 2 Nov 2012 - 17:03

Jizo

Un sacrifice courageux...

Plus que cinq minutes, et nous pouvions enfin avoir notre fameuse dixième question. Je me demandais encore et toujours à quoi elle allait faire référence... Une situation réelle ? Un problème mathématique ninja ? Mais pourquoi les examinateurs lui avaient donnés tellement d'importance, en nous faisant languir. Je me posais toute ces questions, avant d'entendre Jin adresser la parole au Konohajin. J'entendais que vaguement leurs significations, mais le ton que prenait mon grand frère pour les prononcer était rassurant, soulageant. Beaucoup de ninja sans talent était éliminés sous les ordres des chuunins et examinateurs. Ils avaient l'oeil pour ces choses la. Environ une quinzaine d'équipes se virent disqualifiés en tout. Certains criaient de rage, d'autre de déception, parfois, certaines personnes rejetaient la faute sur leurs camarades, ou les encourageaient à ne pas abandonner... Tous les niveaux de maturités étaient présents, mais les plus bas, se voyaient décevant et honteux. Je regardais les autres candidats restant. Peinant à trouver les réponses, tricher pour les plus à mène de réfléchir, ou encore, pour les plus fainéant et cancre, poser leurs bras sur leurs tables avant d'y plonger leurs têtes pour éviter la longue et barbante relecture. Plus que quelques instants maintenant, et la dixième question pouvait se présenter à nous. La curiosité se faisait ressentir, je ne pensais avoir déjà ressentis cette émotion-ci, avec tant d'intensité.

- Bien ! c'est l'heure de passer à l'ultime question. Avant de vous la révélez... Je conseille aux équipes qui ne se sentent pas capable de répondre de sortir immédiatement. L'échec ne sera pas toléré, cette question est éliminatoire.

Abandonner ? Il est vrai que je ne me prend pas pour l'intelligent parfait, qui sait répondre aux problèmes, peu importe leurs difficultés... Mais j'ai aucunement l'envie de faire abandonner Jin sans son consentement, juste pour nourrir ma peur. Malgré sa, la petite tête était partie, et je ne pouvais plus que compter que sur nos aptitudes, a moi et a Jin. Je ne m'en remettrais pas, si Jin devait être stoppé dans son bon élan de ninja, juste pour mon petit bonheur enfantin... Je ne suis pas égoïste ! Je ne me résoudrais jamais à me rabaisser de la sorte, même dans les pires des cas !

- Voilà le dilemme dans chaque équipe vous devez décider d'un élément à sacrifier. Dans chaque équipe un Genin devra renoncer a au titre Chuunin pour que les autres puissent accéder à l'épreuve suivante. Vous avez quinze minutes de concertation pour vous décider.
Mes yeux se bloquèrent immédiatement sur l'examinateur. Oui, j'avais bien entendu. La bouche ouverte, je regardais, regardais, avec une frimousse choquée, le visage heureux recouvert d'une expression sadique. Je le voyais, je le sentais... Il était heureux, il avait réussi son coup. La dernière question n'était rien d'autre qu'un ultimatum... Cet homme est un expert pour ce qui est de s'occuper de nos petits esprits naïfs. Je prenais peur. Je savais que si il y'en avait un de nous deux qui devait échouer, ce serait moi... Jeune, j'ai encore toute la vie devant moi pour me représenter dans six mois ! Je ne voulais en aucun cas, une nouvelle fois, ralentir Jin dans sa quête de puissance. Je commençais lentement à lever la main. Sanglotant, déçu, je ne voulais pas quitter cette salle, mais amitié oblige... Je me préparais à parler, mais avant qu'un seul son, qu'un petit décibel sorte de ma bouche, je sentis une légère claque sur le dos de ma tête. Celle-ci fut si violente, si brutale... Elle permit à Jin de cogner littéralement ma tête contre le pupitre de bois. Celui-ci fut facilement détruit. Je souffrais déjà, les larmes du choc aux yeux. Le nez saignant, il posa ses mains sur la table, et se leva, pour annoncer d'une voix qui me paraissait déçu, son abandon...

- Moi, Jin Kaza bretteur du nord et Ninja au service de Kumo. Je me sacrifie au profit de l'équipe trois de Kumo.

Je retirais lentement ma tête du morceau de bois. Les examinateurs approuvés son choix, il lui ordonnèrent de rejoindre l'organisateur de l’épreuve, l'homme pour qui tant de haine circulait en moi. Une haine justifiée... Il est vrai que c'est de la faute à Jin, si il c'est retrouvé privé de toutes chance de réussite. Mais l’épreuve en elle même est tout juste sadique et sans scrupule. Faire échouer un membre par force.. Tout ceci n'est que de la moquerie et du manque de sérieux pour moi. Je me retenais de crier. Je voulais exprimer ma rage en allant cogner de mes poings peu puissant, sur la face triste de Jin... Cet homme, assez bête pour retarder sa belle et longue carrière. Malgré tout, je restais silencieux, serrant mes poings, et cassant mon stylo d'un mouvement de poignée... J'attendais là, assis sur ma chaise, observant l'examinateur qui se réjouissait de voir ma petite frimousse le tuer du regard. Il souriait, comme si il appréciait cette mauvaise humeur. Les candidats les plus courageux rejoignaient mon grand frère... Il avaient eux aussi, le visage désespéré, déçu... Le même que celui de Jin.

- Très bien, les candidats restant peuvent sortir de la salle, et rejoindre les montagnes pour la suite de l'examen.

Je me levais, le visage triste. Je regardais pour la dernière fois Jin. Mon camarade qui avait tant fait pour moi et ma réussite. Grâce à cet homme, j'avais appris énormément de choses... La confiance dans une équipe, l'entraide, la persévérance... Malgré ses aires de tueurs en série et de psychopathe, il à un grand coeur qu'il cache aux yeux des gens. Une honte ? Une éducation qui lui a enseigné le fait d'être si réservé ? Peu importe, c'était son choix et je le respectais. Je marchais, les mains dans les poches, mordillant encore mon tee-shirt, pensant a l'avenir retardé de Jin. Je marchais lentement, me rendant avec la vitesse que je pouvais, la vitesse lente certes, mais je n'étais pas vraiment pressé. Objectif, les montagnes de Kumo ! Je passais la porte de l'académie. Pour arriver là-bas, il me fallait bien quinze minute de course intensive. Je commençais celle-ci. Les enjambés prouvant ma volonté, je ne voulais pas échouer à l'examen... Jin n'allait tout de même pas se sacrifier pour rien ! Je courrais, montant des montées raides et boueuse, me salissant, m'épuisant, sans aucunes plaintes ni aucuns remords. Un cadeau... Un très beau cadeau m'avait-fait aujourd'hui Jin. J'arrivais enfin au montagnes. Tous les genins étaient déjà présent, et l'examinatrice aussi.

- Bonjour jeunes genins... Je commence déjà par vous dire félicitation ! Dit-elle avec une voix pleine d'entrain. Vous avez tous ici réussi à passer l'épreuve de mon collègue, qui n'est pas quelque chose de facile n'est-ce pas ?! Elle se mise soudain à rire. Ne vous inquiétez pas, la deuxième épreuve est encore plus difficile. Vous voyez le haut de cette montagne là-haut ? Vous devrez vous-y rendre en un seul morceau ! Mais attention, ce n'est pas la seul condition. Avant de partir dans cette ascension de deux jours, vous devrez aller chercher votre parchemin. Chaque genin aura un parchemin, le sien. Il y en a de deux sortes différente. Celui du vent, et celui de la terre. Le but ? Trouver votre parchemin manquant, et le récupérer. Pour ce faire, vous avez absolument tous les droits ! Il faudra ramener les deux parchemins différent pour être gagnant.

Je comprenais encore une fois rapidement le but de cette épreuve. Tester les capacités du ninja à traquer tout en se protégeant des autres traqueurs. C'est comme un jeu... Le chasseur chassé. J'alla rapidement chercher mon rouleau. Je regardais sa signification, et remarqua que c'était celui de la terre... C'est drôle, ma nature de chakra est la terre... Je m'élançais dans une course effrénée dans les montagnes de Kumo, a la recherche du parchemin manquant...


avatar
~ Chuunin de Kumo ~
Jin Kaza~ Chuunin de Kumo ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 159
▌Inscription : 11/06/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | C / 11 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
127/1000  (127/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Examen chuunin de Jizo Kai et de Jin Kaza[ En cours - Pv Jin Kaza ] Ven 9 Nov 2012 - 19:16


L'examen Chunin




~ « L'espoir, ce doux poison ! » ~





/Flash-back suite/ La mort je l'ai attendu en rêve, enchainé dans cette froide cellule. Avec pour seul douceur l'eau croupie qui coule de canalisations percés. Ces mêmes canalisations encrassées par les scelles et l'urines de tous les habitants de la citadelle. Au dessus de moi, 4000 résidents vivent en silence. Dans la peur du despote et de son chien de garde.
Mais aujourd'hui Le molosse est à la niche, affamé et rejeté au porte de la mort parce-que devenus incontrôlable.


Le sceau sur mon cœur bloqué avec des chaines de Fuinjutsu enfonçaient au plus profond de mes chaires. Les pieds et poings liés, sous le joug d'un parchemin d’immobilisation. Je ne possède plus rien au fond de cette geôle, rien hormis la faim au fond du ventre et aux bords des lèvres. Nourri de rat malchanceux passés trop près et d'eau croupis. Il ne m'as pas fallu longtemps pour gangrener d'infections toutes plus virulentes les unes que les autres. Une forme de lèpre s'est emparé de mon cuir. Écorcher à vif, les démangeaisons incessantes n'ont de cesse de me torturer. Elles ne prennent un semblant de fin que lorsque je me saigne à blanc, contre les silex aiguisés et les aciers rouillés qui m'enserrent. Les viandes pourris qui couvrent ma carcasse, finiront par me priver de tout sommeil et de tout repos.

Mes Yeux n'ont pas goûtés à la lumière depuis des semaines, aucun geôlier ne vient rendre visite aux cadavres, c'est une évidence. Pourtant au matin d'un énième jours, parce-que j'ai cessé de les compter, la porte de ma sordide cellule grince... Je n'ai plus la force de porter mon regard haut. Alors je vois autant que j’entends.

J'entends des pat légers, gracieux, mélodieux aussi. Ceux de talons courts, qui percutent avec grâce et élégance le pavé taillé dans le silex. Une femme assurément. Bougie en mains, elle s'agenouille alors devant moi et me redresse contre le pilier auquel je suis enchaîné. Mon regard perdus dans les limbes obscures qui bornent le monde réel, son visage me reste alors cacher dans un brouillard ténébreux. Cet ensemble de sensations émoussés ne me donne accès qu'a la douceur des ses gestes, embaumés dans un parfum discret et suave. Un parfum qui ne déborde pas dans la vulgarité, un parfum regorge de vitalité. Un parfum que j'ai mémorisé, tellement il a marqué ma vie.

Elle m'aide à boire quelque gorgé d'eau fraîche en relevant mon menton, avant de pré-mâcher pour moi des viandes séchées. Des larmes d’impuissance coules le long de mes joues. Mon odeur pestilentiel mêles aux urines sanguines n'ont pas repoussé la demoiselle... Je maudis alors ma faiblesse. Pourquoi aucune gratitudes ne quittent mes lèvres gercées. La faute sûrement à de longues semaines de maladie et de famine. Aux loin les geôliers accourent maintenant. Je peux les entendre, s'écorcher la voix. "Un intru c'est infiltré !" Dans la précipitation, la jeune femmes me fait avaler de force une pilule." Pour traiter vôtre infections ! " m'explique t-elle. Puis elle me susurre doucereusement à l'oreille quelque mots, avant de s’envoler comme elle est venu.

" Accrochez vous à la la vie jeune prince. Faites honneur aux vôtres. Vous l'héritier des Samurai du Nord ! "

Des jours durant j'ai maudis cette douceur, cet égard qu'elle a eu pour moi ainsi que ce regain d'espoir que cette ombres féline sans nom a suscitée au plus profond de mon être. L'espoir, ce doux poison ! /La suite prochainement/


/Épreuve pratique/Mon élan de courage me mène dans une salle voisine, sous le regard de l'examinateur en chef tout sourire. Le dernier quart d'heure file et bientôt cinq autres Genins me rejoignent. Très vite je comprends la situation, avant même le retour de l'examinateur sadique... Pourquoi, comme les autres disqualifiés, n'avons nous pas étés simplement congédier ; renvoyer sans préavis chez nous, dans nos village respectif, sans plus d'explication que convenu ?! Cette réflexion en tête, je comprends alors que nous six, sommes toujours en course, pour le titre de Chunin. La fin de l'épreuve écrite sonne. Pendant que nos collègues quittes en silence le bâtiment d'examen, nous, nous restons là ! Dans l'attente d'un discourt d'explication auquel j'ai dors-et-déjà anticipé les grandes lignes.

"Messieurs, recevez toutes mes félicitations ! Vous faites aujourd'hui preuve d'un sens du sacrifice remarquable. Mettre de cotés ses objectifs personnel pour le bien du collectif ! Voilà un effort que tous shinobi doit être capable de faire. J'ai l'honneur de vous dire... que vous êtes reçus à la première épreuve." Des soupirs de soulagements se font entendre. Bientôt l'examinateur explique que dorénavant, à nous six, nous formons "une seule et même équipe. "Commence alors pour nous "l'épreuve pratique parallèle."
/Épreuve pratique/


Spoiler:
 



.









Dernière édition par Jin Kaza le Dim 11 Nov 2012 - 11:17, édité 31 fois
avatar
 ~ Genin de Kumo ~
Jizo ~ Genin de Kumo ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 246
▌Age : 18
▌Inscription : 04/09/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | C / 10 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
17/2000  (17/2000)
| Âge du personnage | : 14 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Examen chuunin de Jizo Kai et de Jin Kaza[ En cours - Pv Jin Kaza ] Dim 11 Nov 2012 - 10:07


Jizo

La veritable difficulté prend part.

Mes enjambés s'accéléraient, comme si le but de l'épreuve était une course sans difficulté. J'observais d'un air intrigué le bâtiment auquel je devais rapporter mon parchemin et celui qui me manquait. Je n'étais déjà pas rassuré de participer à l'examen, mais si en prime, il nous impose un bâtiment incroyablement flippant, sa ne va pas le faire... La main sur la petite épée que j'avais accrochée à mon dos, je zieutais tous les coins des montagnes pour repérer le moindre ennemi. Personnellement, je n'essayais pas de cacher la nature de mon rouleau, je voulais éviter à tout pris de m'affaiblir dans des combats inutiles. A vrai dire, des ennemis, j'en voyais, mais aucun correspondait a mes attentes matérielles. Plusieurs fois, il m'est arrivé de voir un ninja rappliquer, et de repartir aussitôt à cause de la couleur de mon rouleau. Sa me procurait un certain soulagement tout de même. L'heure avait passée, je n'avais rencontré personne de potentiellement dangereux pour moi. Midi sonnait dans le village de Kumo, même d'ici, on pouvait entendre le clocher sonner. Je m'asseyais dans un coin assez reculé du centre de l'affrontement, pour prendre une pause. Je sortais une brioche de mon sac pour dire de manger quelque chose. En effet, je n'avais pas réellement faim, malgré le fait que je courrais depuis une heure déjà. L'atmosphère était tendu, a n'importe quel moment, je pouvais tomber sur un adversaire qui m'attaquerais sans pitié. Les miettes de la pâtisseries tombaient sur le sol sec, le soleil régnait dans cette partie de la forêt, légèrement abandonnée par les arbres. Des bruits se firent rapidement entendre. Les buissons bougèrent, mais je ne savais malgré tout la source de ces mouvements soudains. Je restais à l'affût, attendant le moindre signe. Sa y est, le combat était engagé. A-travers un cri de guerre raisonnant dans la forêt, un ninja fonça sur moi, le pied en avant, pour réaliser une entrée fracassante. Grâce à son cri, j'ai pus anticiper son mouvement, mais pas l'esquiver. De ce fait, j'eu à peine le temps de plaquer mes bras sur mon visage pour affaiblir le coup si rapide et puissant. Je fus projeté à quelque mètres sur le sol. La force physique et la maîtrise du taijutsus de mon adversaire était impressionnante, mais je restais calme, attendant de voir, si il maîtrisait d'autre arts ninja. En deux temps trois mouvements, il s'approcha de mois à toute vitesse pour tenter de m’asséner un coup de poing puissant. Je stressais légèrement, mais physiquement, je n'agissais aucunement mal. Je savais que les coups de cet adversaire ne méritait pas d'être sous-estimés. Je sortais rapidement une note explosive de la poche derrière mon épaule. Après l'avoir rapidement pliée, je la lançais sur mon adversaire qui esquiva habilement en sautant légèrement en arrière. Loin de moi était l'idée de le battre avec cet objet explosif, mais de le couper dans son élan. La fumée encore présente, j'en profitais pour charger mon adversaire. Oui, il n'étais surement pas prudent de chercher le corps à corps avec un adversaire qui maîtrise le taijutsus, mais mes scalpels de chakra ne lui permettrai aucune erreur. Je cherchais au plus profond de moi du chakra fin, tranchant. Du chakra bleue jaillissait de mes mains, j'étais fin prêt. L'entraînement d'Asaji allait me permettre de me défendre aujourd'hui. Je pénétrais enfin dans cette fumée noire. J'avais beau passer cette fumée, je ne vis rien derrière, mon adversaire était soit parti, soit caché.


avatar
~ Chuunin de Kumo ~
Jin Kaza~ Chuunin de Kumo ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 159
▌Inscription : 11/06/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | C / 11 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
127/1000  (127/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Examen chuunin de Jizo Kai et de Jin Kaza[ En cours - Pv Jin Kaza ] Sam 24 Nov 2012 - 13:22


L'examen Chunin




~ « Yomi Soza » ~





/Flash-back suite/ De jours en jours mon corps reprend force et lucidité. Le voile ténébreux tombait durant ces longues semaines de maladies, sur mon regard, doucement s'effrite. Je n'aurai jamais imaginé que quelques gorgés et bouchées d'eau et de viandes dessécher m’auraient autant requinqué. Déjà trois jours que je rumine. Plongeais dans une réflexion profonde. Qui est-elle et Qui suis-je... ?! Un "Prince", un "Héritier" un "Samouraï" ?! Comme appeler par mes questions intérieur, le silence démoniaque de la prison profonde s'efface. Les geôliers s'agitent plus haut ! Il ne m'as pas fallu longtemps pour saisir la situation. "La revoilà !" Le clic-ti d'une porte forçait sonne... Essoufflée elle se précipite sur les chaines qui m'enserrent. "Ka-Jin Soza, vous devez fuir, l'heure est venu !"

Aujourd'hui je peux poser un visage sur le parfum renversant que j'ai humé, mémorisé, rêvé et presque aimé. Son regard et ses traits acérés, forgées dans le marbre m'ont parus comme une révélation. Un teins ambre, une chevelure sombre et des iris d'acier. Le menton haut, la posture élancée, fine et fière. Elle avait tout de moi et moi tout d'elle... sans conteste nous partagions le même sang. La même ascendance... Mon Ascendance, la Vrais !
Les Kaza eux, ont tous le regard clair, la chevelure blonde et le teint lumineux. Allier à des traits gourmand, moins net que les miens. Tous m'apparais comme une évidence maintenant... Je n'ai pas le temps de poser mes questions ! La douce inconnue se saisis maintenant de trois parchemins. Des fuinjutsus que je reconnais. Le premier parchemin, déverse sur moi une rivière d'eau. De quoi me débarrasser de toutes souillures nauséabondes. Le second, elle le colle sur mon front. Un fuinjutsu énergétique... La lumière chaleureuse, doucement me rend forces et vigueur. Enfin le dernier parchemin recrache pour moi une tenus propre. Je me change avec hâte, ma nudité affichée ne semble pas gêner la belle demoiselle. Propre et lucide je peux maintenant examiner mon corps lésé. Mesurer l'entendu des dégâts et juger du même coup de ma santé. J'ai beau chercher hormis quelques équimoses, conséquente aux brutalités journalière et sadique de mes bourreaux, la physionomie général de mon être n'as pas changé. Même après des semaines de privation ma musculature sèche n'avait pas fondus d'un gramme. Le regard béa tournais sur mes propre chaires ne serai ce soustraire à l'oeil vigilant de ma comparses. Et c'est elle qui donne réponses à ma surprise... "C'est la pilule, que je vous ai donnée il y'a trois jours. Une gélule de guerrier, conçus spécialement pour récupérer de longues semaines de privation."


Je m’apprêtais à l'inondé dans un flot incessant d'interrogations, quand le son des pats pressés de nos ennemie raisonna jusqu'à nous.

C'est l'armé de geôliers qui accours. Elle me coupe alors le jarret, moi qui avais bon nombre de questions aux bouts des lèvre... "Pas le temps pour les discutions futile. Nous verrons ça plus tard !" La prison est bourrés de pièges et de barrières fuinjutsu. En sortir sera dangereux autant que difficile. Sabre en mains, Elle déchire la cage d'acier renforcée par un sceau-fuin. Et ceux sans effort ! Une course effrénée s'engage alors dans le dédale de couloirs. Un labyrinthe qu'elle semble connaitre de A à Z. Malgré tout, les rumeurs nous rattrapent. Les chiens ne lâches rien... désamorcer chaque barrières nous fait perdre du temps, eux les traversent comme si elle n'existaient pas. La faute aux clés fuinjutsu qu'ils portent tous. "Cessons de fuir, il nous faut une clé pour sortir ! Elle me crache une moue viscérale de dégoût, comme si m'a requête suintée la faiblesse. avant de m'attaquer. Le talon de sa lame file pour brisé mon échine, dans un sifflement aiguë autant qu’inquiétant . Elle veut corrigé mon insolence !? Pour lui prouver sa bêtise je bloque à mains nue sa lame. Un choc brutal ou l'onde d'impact résonne lourdement. Dans ses yeux je lis à présent toute la surprise qu'il convient d'avoir !


"Gen'Kotsu, la force démoniaque des Soza... comm..Comment connais-tu cet artéfact ?!" Je ne répond rien, resserrant plutôt ma poigne. Déjà elle force sur le pommeau, pour se libérer de mon étreinte. Ma mains fulmine, le chakra de son sabre brûle mes chaires sans remord. Je ressens la volonté destructrice qui émane de lui.
Elle me ressemble et son sabre ressemble au mien ! Des Katanas doués de volontés, des volontés qu'ils faut dominer pour prétendre les tenir en mains. Mon sabre me fut arraché par ces geôlier impudents ! Et je compte bien récupérer aujourd'hui ma liberté, mon identité et ma propriété. Et pour cela, il faut combattre.
Dans mon moi intérieur je fais grandir l'autorité la plus ferme qui soit. En contact direct avec son sabre je peux communiquer avec lui ! Le sonder, le comprendre et le connaitre..."Silence ! Nue Rangurren, vile monstre, tu ne dévoreras pas mon âme ! Nan... tu vas t'y soumettre !!"Aussitôt la luminescence rouge qui émanait jusqu'alors du katana se tait. J'arrache le sabre des mains fines mais forte de Yomi... "Yomi Soza, votre sabre ne peut pas me résister, ni même me mentir ! Il suffit de lui demander pour qu'il réponde à mes questions.
Mademoiselle, c'est impoli de ne pas se présentée !"



Les geôliers nous tombent enfin dessus, ne laissant pas à Yomi le temps de répondre... Ses lèvres fines figées, comme si aucun mots n'avaient la force d'exprimer sa surprise. Elle reste là, noyait dans la torpeur. A cet instant je doute même qu'elle ai remarquée nos assaillants. Je me retourne vers eux avant qu'ils n'aient le temps d'agir... "Rangurren dévore !" sur cet ordre j'abat la lame écarlate avec force. Alors une onde de chakra brûlant s’étend. Elle détruit tout dans un fracas sonore. Il ne reste rien de mes bourreaux. Tous éparpillés en lambeau dans une purée d'os en morceaux et de sang fumant. Je récupère ensuite à la hâte une clé de fuinjutsu gravé sur une tablette de bois ensanglanté. dépouillant par la même un cadavre informel laissé pour compte dans un relatif "bon état"
Maintenant ma comparse tremble, quand je daigne lui rendre Rangurren. Elle trouve la force et le calme pour prononcée quelques mots après avoir récupérée sa propriété. "Vous faites honneur à votre sang ! Imposer ma volonté à Rangurren m'as pris des années et vous quelques secondes...Suivez moi, je vais vous menez auprès de vos pères" A cet instant j'ai pu lire de l'admiration dans ses yeux. Une admiration sur fond de crainte. Des sentiments que je ne cautionne pas ! Moi même pour asservir mon sabre il m'as fallu plusieurs années.
De plus, en aucun cas j'aurai attentais à sa vie. Elle n'a rien à craindre de moi.. Et pourtant je lis en elle une fracture indélébile, un léger retrait convulsif, quand je m'approche, quand je lui parle, quand je la regarde. A croire que je suis un démon, qui porte en lui une malédiction sans nom...
Je la suis. La clé fuinjutsu en mains, très vite nous retrouvons la surface. Enfin je goûte à la lumière et à la liberté... /La suite prochainement/


/Épreuve pratique/


Le lendemain matin, aux aurores. L’épreuve pratique parallèle commence. J'ai pour mission aujourd'hui d’empêcher le maximum d'équipes d'atteindre la tour centrale, munies des deux parchemins. Celui de la terre et celui du vent. En sommes on nous demande de combattre, de piger et de voler les précieux sésames essentiels à leurs validation. L'examinateur en chef constitua deux équipes de "chasseur". L'une rassemble cinq Chunins recrutés pour l'occasion et l'autre les six Genins sacrifiés sur l'épreuve précédente. Deux équipes qui joueront les troubles faites dans l'immensité d'une foret insondable et profonde . L'équipe de Genin doit récupérer "Deux parchemins de la terre et deux parchemin du vent" pour se voir réussir l'épreuve, précise l’examinateur. Mais j'avoue que travailler avec une équipe, qui plus ai constitué exclusivement d'individualités qui me son inconnue, ne m'enchante guère. C'est pourquoi j'ai expressément demandé à l'examinateur en Chef de travailler seul. "Seul" je devrai donc "rassembler quatre parchemins" précise-il. Je perds ainsi le bénéfice du nombre mais à mon sens c'est surtout gagné en autonomie.

Alors que les deux équipes de chasseur se lancent dans une poursuite hasardeuse dans la dense foret de Kumo, je reste pour ma part au près de la tour. Lieu d'arriver pour Jizo et les autres mais qui est pour nous le point de départ. Ici je n'ai qu'à attendre pour que les équipes viennent d'elles mêmes à moi. Durant les premières heures je m'affère sur des taches "techniques". J'explore les lieux avant de préparer une foule de pièges, tous le plus astucieux et horribles que possible. Une Mission de déminage par le passé, avec Sakaime, m'aura permis d’acquérir une solide expérience dans ce domaine. Des pieux mobiles, des mécanismes qui projettent des nuages de Kunais explosif, des dalles pigés, des files d'acier tranchant lié a des contre-poids lourd, pour arracher les jambes mal habiles qui traîneraient par là... J'aurai pendant les dix premières heures installé une bonne trentaine de pièges.

Une fois la besogne terminer je pris une peu d'hauteur. Du haut de la tour je peux repérer les équipes en approches, admirai le carnage et dépouillai ensuite leurs carcasse fumante, des précieux parchemins tant convoité.



Comme prévu, une première équipe arrive. Des shinobis du pays du fer. Ils périrent tous dans l'un de mes nombreux pièges. Leurs dépouilles m’offrent alors deux parchemins. L'un de la terre et l'autre du vent. Une récolte "facile" et sans "risque". Ne me reste plus qu'une équipe à intercepter et j'en aurai terminé avec l'examen Chunin.

Une équipe, de Kiri, plus attentive que les autres, se présente au pied de la tour. Après s’être faufilée entre mes pièges. Une kunoishi concentrée armé d'un long Nodashi, suive de près par son comparse. Un homme grand et robuste, aux trais sérieux et ferme. Lui c'est armé de poings d'acier, agrémenté d'aiguilles large et acérées aux bouts des phalanges. Le duo n'est plus très loin d'arriver au terme de l'épreuve. Et si je veux récupérer les deux parchemins qu'il me manque, l'occasion semble être d'une évidence implacable. Ils sont éreintés, affamés et le garçon blessé à la jambes. Du moins c'est ce que m'indique son bandage ensanglanté serrer sur sa cuisse claudicante. Profitant alors de l’obscurité épaisse, je m'approche furtivement au plus près d'eux... Une attaque surprise m'assurera je l'espère une victoire facile. Le plan est simple, j’immobilise la Kunoishi, sous le Joug de ma lame. Son coéquipier n'aura alors pas d'autre choix que de m’obéir gentiment, si toutefois il ne veux pas voir le sang de mademoiselle couler à flot.
L'heure est venus, mon sang bouillonne, mes nerfs et mes veines prennent une couleur sombre. Doucement la force pur et colossale enivre mes chaires. Un souffle haineux, et dangereux me prend... C'est celui du "Gen'kotsu !"
Comme un prédateur furtif, je sors de ma cachette. Ma course véloce aurai dû m'offrir l'opportunité parfaite. Une geste net et sans bavure. Mais le duo de Kiri est vigilant. "Miki derrière toi !" ... "J'ai vu Domo !" Repérer je n'en ralentis pas pour autant ma course. Je dégaine mon sabre, dans un feulement ténébreux. Le fil édenté de ma lame n'inspire rien de bon, rien de mélodieux, rien qu'un son hargneux ! La force terrible de mon bras transforme Mugen, en un artéfact de la destruction. Le tracé de la lame est invisible, tellement le geste est fort et véloce.
J'ai bien remarqué la série de mudra que la Kunoishie a composée avec hâte, juste avant l'impact... "Gen'Kotsu !" .... "Akken !"
Un cercle électrique né, des arc bleutés, brillants et bruyants. Le choc est rude ! On discerne le grésillement de la foudre, mordu par les crocs brûlant de l'acier. Sa défense tien bon !

Alors que son jutsu se dissipe, que je m’apprête à contre attaquer, le sol tremble. Son comparses parfaitement coordonné vient d’élever deux mur doton, qui dangereusement se resserrent sur moi. "Chijou Semaru !" Un bruit sourd résonne, suivit de près pas un silence macabre... Les deux Kirijin soupirent. Le soulagement les prends... "On l'a eu Miki ?!" Le jeune ninja de Kiri s'était alors rapproché de sa coéquipière, pour juger de son état... "Oui, on l'a..." La Jeune ninja n'a pas le temps de finir ses mots, le mur cède, dans un craquement caractéristique. Sur les deux kirijin on lira une moue effaré. "Gen'kotsu !" Le roc s'effrite et tombe soulevant par la même un nuage de poussière dense. Armé de ces poings d'acier le ninja de kiri ne se dégonfle pas. Mais son attaque ne peut pas rivaliser avec la force démoniaque du Gen'kotsu. "Gen'ko-Setsujoku, la Morsure vengeresse du démon." Son poing d'acier hérissé de pointes, ne fera pas le poids. Il se retrouve plié et écrasé comme du beurre tendre. La poigne gauche de Jin, serre maintenant un mélange d'os brisé, d’acier plier le tout saucé par un sang vif et frais ! Avec le pommeau de son sabre tenus main droite, Jin fracture sans mal le plexus de l'assaillant, qui s'effondre mortifier par la douleur. "DOMO !!"

"Il va perdre connaissance ! Je te conseille de coopérer maintenant, si tu ne veux pas finir dans le même état..."

Je dissimule avec peine mes douleurs, le Gen'kotsu me fait atrocement souffrir. Et plus encore quand je le relâche. J'ai utilisé sa puissance à trois reprises sans jamais dépasser dix secondes d'utilisation continue. Ainsi j'évite les contres-coups important du Jutsu. Mais la grande faiblesse de se monstrueux artéfact, c'est la douleur continue, aiguë et irascible qu'il impose à son utilisateur. De quoi tourner de l'oeil et perdre connaissance. C'est comme être brûlé à vif de l’intérieur.

La Kunoishie fond à présent en larmes, elle aura dégainée son Nodashi, mais dans ses yeux j'ai lu que depuis longtemps elle avais perdus toutes volontés de combattre. Elle tremble, pétrifier par l'impuissance. Je peux maintenant la dépouiller sans mal.
Pendant que je la fouille sans gène, après l'avoir plaqué violemment au sol comme une vulgaire dépouille, son comparse, qui gît plus loin, reprend doucement connaissance. La main broyer et le plexus en miette... il est impuissant. Surement est-il encore sonné par l'impact. Pourtant le souffle court et le sang bouillant, dans un ultime effort il beugle..."Ne la touche pas, sale brute !" "Tu as encore la force pour parler, j'ai pas cogné suffisamment fort sur ta tronche ! Du calme je ne lui ferai aucun mal. Je ne suis pas une bête..."

Après les avoir débarrassé de leur précieux parchemins, Je les laissai là, sans avoir esquinté la demoiselle. De loin je les surveille, m'assurant qu'ils arrivent saint et sauf dans la tour. La bas des médecins ninja prirent soins d'eux. Un examinateurs vint ensuite leurs demander s'ils avaient récupérés les deux rouleaux requis. La Kunoishi s’apprêtait à lui dire que non, au même moment j'entre moi aussi dans l'atrium, au pied de la bâtisse. Avec trois jeux de parchemin en mains, un autre de mes pièges avait fonctionnait. Je réservai les parchemins des deux Kirijin pour Jizo. Mais un émoi sentimental m'a rattrapé. Ce couple m'as rappelé quelques bon souvenirs...
" Voilà leurs parchemins, et voilà les miens"

Encore un geste stupide, gratuit et faible. Espérons que Jizo sera se débrouiller !
/Épreuve pratique/






.








Spoiler:
 


Dernière édition par Jin Kaza le Sam 15 Déc 2012 - 11:11, édité 44 fois
avatar
~ Chuunin de Kumo ~
Jin Kaza~ Chuunin de Kumo ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 159
▌Inscription : 11/06/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | C / 11 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
127/1000  (127/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Examen chuunin de Jizo Kai et de Jin Kaza[ En cours - Pv Jin Kaza ] Jeu 6 Déc 2012 - 12:39


L'examen Chunin




~ « Shimedatsu, le mode intérieure tenus par la force de l'esprit. » ~




Une division du fort, nous poursuit sans relâche, depuis déjà de nombreuses heures dans ce dédales vertigineux. Les chemins escarpés et le froid mordant ne facilite en rien notre tâche. Mais l'endurance paie... L'équipe de chasseur rebrousse chemin quand enfin le soleil écarlate daigne mourir au loin dernière les pics acérés et enneigés du Pays. La nuit ici, à plus de trois-mille mètres d’altitude, est surement le plus grand danger qui soit. C'est un souffle de la mort qui vous emporte vers l'autre monde, doucement. Dans une torpeur froide, déchirante, qui vous fait glisser inexorablement vers un sommeil éternel. Sans équipement, nul doute que demain à l'aube nous ferons partis du décor. Deux rocs de glaces informels, aux regards mourants, figés à jamais par le gèle !

Nous nous mirent à l'abris, dans une fissures profonde de la montagne. Comme une blessure sur le granite, que le vent, le froid et le temps lui auraient infligés. L'usure brise même les plus forts !

Maintenant, je peux porter une réflexion sur mon passé et admirer mon futur... Un futur qu'elle incarne, cette femme si mystérieuse. Une douceur qui cultive le silence, comme la montagne honneur la neige. Un silence glaciale, frustrant aussi, mais au combien charmeur. Le décor blanc et tranchant des monts abruptes n'est t'il pas reposant ? Une mélodie aride, épuré. Ou tout est immense et pur. Un tableau sans borne ou l'on ne serai se sentit autrement que petit ! Petit, et perdus ! C'est la même impression, le même ressentis qui m'éprend quand je porte mon regard sur elle.

Hésitant d’abord, je finis par lui demander qu'elle chemin allions-nous prendre. Et c'est avec douceur puis progressivement avec sévérité qu'elle me répond. Une intonation grave, que je ne lui aurai pas imaginée avoir.

"Je vais ouvrir une porte spatiaux-temporelle "la porte qui refuse la force". Une invocation de haut niveau. Avec laquelle nous atteindrons le domaine des Soza. Aucun chemins, ni aucune routes ne nous mèneraient à la citadelle des Soza. La seul façon d'y entré c'est le Fuin-Shimedasu, un sceau ancien. C'est ici que j’interviens, en tant qu'héritière de sang pur je le possède..."

J'avouerai alors n'avoir pas saisis la portance de ses paroles, ce n'est que bien plus tard dans cette aventure nouvelle, que j'en compris tout les rouages. Elle se dévêtis avec pudeur et gêne. Un sentiment partagé. Son échine courbe et saillante en ferai chaviré plus d'un. Par respect mais aussi noyer par l’incompréhension je préfère détourner mon regards concupiscent d'elle. " Qu'es que vous faites ?" ... " Regardes !" m'ordonna elle. "Kaihoo-Shimedatsu" Elle poursuit alors sur une série d'incantations et de mantras shintoïste. Je sent bien qu'elle souffre... Toujours un peu plus, au fur et à mesure que le rituelle progresse. Bientôt une luminescence verte transcende ses chaires, pour laisser apparaître un Fuinjutsu de l'ère Senken dans son dos. Le même genre de sceau anciens que le mien. Le genre, que l'on transmet et utilise dans l'errance et la souffrances.


"Nous nous ressemblons, tu enfermes en toi une volonté démoniaque et en moi je maintiens un monde en équilibre... le domaine des Soza ! Tu est la lance du clan et moi le bouclier... bientôt tu comprendra !" C'est bien la première fois qu'elle me parle autant, mais c'est surtout la première fois qu'elle me tutoie. Sans suit un flot incessant d'informations et de révélations toutes plus lourdes de sens les unes des autres. Le silence catatonique se brise, enfin !


Une porte immense s'ouvrit lorsque Yomi en donna l'ordre. Derrière, J'y découvrit une île flottante, comme par magie, dans un brouillard sombre et triste. La porte Disparaît à l'instant même ou nous la franchissons. "Mais où sommes nous !"

Le Shimedatsu est un monde parallèle enfermé dans un sceau, qui se transmet de génération en génération chez les Soza, m’explique elle. Un territoire maintenu en place par Yomi elle même. Le sceau qui fait office de porte et de soutient se nourrit de son énergie vitale jour après jours, en contre partie il abrite ce refuge intouchable dans une brèche spatiaux-temporelle... Comme un parchemin dans lequel on abrite des bijoux précieux.
L’île en lévitation ici, est recouverte d'une forêt dense et brumeuse dans laquelle s'abrite le clan. Assurément aucune armée ne peut les atteindre. Je comprend aussi que la Famille est divisé en deux branche. La branche défensive dont Yomi descend et la branche offensive de laquelle parait-il je suis le dernier sang pur. A chaque génération on désigne un Héritier et une Héritière auxquelles on transmet les sceaux du clan. Il est coutume que la branche offensive donne comme tribus son homme le plus fort. Et que la branche défensive s’acquitte de sa femme à l'esprit le plus résistant. La femme se vois portée la lourde responsabilité du Shimedatsu et l'homme celle du Sceau de l'âme. A eux deux, ils doivent défendre les Soza !

Ici Quand le brouillard deviens trop dense, c'est le signe que le monde intérieurs s’écroule, Et que l'héritière s'affaiblis. Quand l’héritière meurt on transmet le sceau à la génération suivante... Cette révélation me dégoûte, surtout qu'en j'apprends que les héritières ne vivent jamais très longtemps ! Un sujet brûlant sur lequel je veux tout comprendre. J'apprends que l’héritière ne quitte jamais le Shimedatsu une fois le sceau apposé. Pour ainsi rendre se lieu inviolable. Aujourd’hui elle a donc enfreint les règles du clan pour me libérer. Parce que "La Famille se meurt"

Nous marcherons longtemps après avoir traversé un pont spirituelle entre la porte et l'île flottante. Dans le Shimedatsu elle peut crée ce qu'elle souhaite, simplement par la force de son esprit. Un pouvoir presque divin, dans un monde qu'il est tout autant. Dans la foret sombre et brumeuse de l'île, elle m'explique que dès ma naissance j'ai hérité moi aussi d'un sceau, étant le dernier samurai Soza de la ligné. Et que pour dérober ce sceau de l'âme, les Kaza, clan autrefois servants des Soza m'on kidnappés. "Les long mois de torture dans cette prison sombre n'avait que pour objectif de t'arracher le sceau de l'âme pour en prendre le contrôle, au lieu de cela il n'on fait que le réveiller !"
Ici je découvre une jeune femme, plus détendu, bavarde et souriante. Peut-être se sent elle en sécurité dans ce territoire enchaîné aux limbes de son esprit. Un territoire qui est le siens et sur lequel elle règne en maîtresse absolu.

Yomi me révèle qu'elle partage avec ça grande soeur, mourante, le sceau qui la ronge. Elle la soulage du mieux qu'elle peut de la souffrance qu'impose le Shimedatsu. "J'en hériterai totalement quand elle aura rendus son dernier souffle. Parce-que une fois apposé on ne peut plus se débarrasser de ce poison !" C'est sur ces dernière paroles qu'elle cède. Une larme discrète dissimulé par un sourire forcé.
Au plus profond de la foret, une bâtisse immense se dresse maintenant devant moi. Percher dans les arbres, qui le sont encore plus. Voici la citadelle des Soza ! Une architecture sublime, presque fantastique, dans un univers brumeux, au parfum ténébreux.

En cour, la suite à l'exam Junin Exclamation

- à suivre, un combat avec Yomi, des entrainements avec son papa. Des funérailles aussi et une guerre. Wink Restés donc fidèles au poste. Okay




.







Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Examen chuunin de Jizo Kai et de Jin Kaza[ En cours - Pv Jin Kaza ]


Examen chuunin de Jizo Kai et de Jin Kaza[ En cours - Pv Jin Kaza ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mission de rang D: Examen Chuunin
» Examen chuunin
» Examen Chuunin #3 - Nouvelle génération [Résultats]
» Examen Chuunin #3 - Terrain n°4 [Phase 2]
» Examen Chuunin #3 - Terrain n°6 [Phase 2]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de la Foudre ~ Kaminari no Kuni :: Kumo Gakure no Sato :: Académie-