Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Kiri, me revoilà.

InvitéInvité
MessageSujet: Kiri, me revoilà. Mar 16 Oct 2012 - 5:07

Ce matin là j'étais debout dans la salle d'entrainement qui voisinait les lacs vaseux de Jiyuu no Kuni, la pluie raisonnait encore sur le toi du dojo, telle une mélodie trop rythmé et très ennuyeuse, impossible de ce concentrer pour tenter de perfectionner des Jutsus ou même de s'entrainer au maniement des armes à l'aide du Kenjutsu, après tous je suis le genre de personne à avoir besoin d'un silence complet pour pouvoir me concentrer correctement, ou sinon d'être sous pression, une petite musique de fond ou d'accompagnement ne dérange jamais, mais encore faut il trouver la bonne mélodie en accord avec le type d'entrainement. Étant dans l’incapacité de pouvoir entrainer autre chose que ma condition physique, je m'étais donc mis à faire des pompes, mais avec une difficulté supérieure, les jambes soulevés, afin de rendre les pompes biens plus dure et aussi de forcer sur les abdos. J'enchainais les séries de 200 en alternant mains rapprochés et mains éloignés, tous cela bien entendu sur les points. J'étais torse nue, mon Kimono était plié dans un coin de la salle, oui je suis toujours aussi maniaque, j'avais mon bas de survêtement noire que je porte toujours sous mon Kimono. Vu que je suis une personne qui de nature ne transpire pas énormément, c'était de faibles goutent qui luisaient sur mon torse et mon dos musclé, rendant mes pectoraux et mes épaules brillante comme celles d'un bodybuilder qui ce présente à un concours. En effet ma fierté de mon corps et de mes muscles n'a pas été réduite du tous. Je prends toujours aussi soins de mon corps c'est une réalité, mais celons moi tous le monde devrait en faire autant, devrait avoir un corps entretenu, je ne serais absolument pas bien dans ma peau si des bourrelets remplaçaient mes hanches musclé, si un ventre de femme en ceinte remplaçait mes abdominaux bien tracés comme des barres de chocolat, et si des seins tombant et fripés remplaçaient mes pectoraux gonflés et correctement tracé de manière à s'aligner à mes abdos. Bref je m'égare, ce jour la je fus interrompus pendant mon entrainement, oui, un médiocre messager, enfin un simple criminel qui errait dans Jiyuu à qui on a surement du donner une somme d'argent afin d'accomplir cette tâche ingrate pour un ninja. Il vint donc me donner le papier en main propre, restant fixe devant moi, il attendait une lettre en retour ? Mmmh qui sait. Je me releva donc, me mit à faire une série d'étirement, grand écart, me mettre à genoux et allonger mon dos au sol en arrière, attraper mes pieds, mettre mes bras en l'air en même temps que je suis sur la pointe des pieds tout en forçant en direction du toit du Dojo. Après avoir longtemps fais attendre le messager je lui arracha la lettre des mains "Donnes moi ça !" La façon dont il me dévisagea semblait signifier qu'il n'avait pas aimé la façon dont je lui avais parlé, mais il ne broncha pas, pourtant les ninjas de Jiyuu ne sont pas connus pour pouvoir garder leurs sangs froid, peut-être avait-il été avertit ? Bref je n'en savais rien.

Gargonith Manjome, je pense que tu sais qui t'adresses ce message, la lune rouge a une fois de plus besoin de toi, nous ne procéderons plus de la même façon, tu dois te faire pardonner à Kiri, et infiltrer ce village, tu deviendras un Shinobi de Kiri dévoué, tu as déjà eu l’expérience des doubles jeu à Kumo de toute façon tu sauras te débrouiller. Tu ne sera pas seul, d'ailleurs je crois que tu dois connaitre ton partenaire de nom, Saber Milena, il était allié à ton précédent mentor.

Ps : Tues le messager, il en sait déjà trop.


L'Akatsuki avait encore besoin de moi... Cela me faisait sourire, ils allaient me faire croire qu'ils éprouvaient des remords à m'envoyer en mission ? La bonne blague, non le sentiments dans une organisation comme l'Akatsuki ne sont pas quelque chose qu'on peut appeler de courant, sans doute ce encore servait-il de formule de politesse, car après tous les criminels n'ont pas le même genre de délicatesse et de langage que les personnes ayant vécue une partie de leurs vies dans un village et descendant d'une noble lignée. Oui c'est vrai j'ai une vue très péjoratif des criminels. Et pourtant je me suis amouraché d'une d'entre elles, la belle et douce Kogomi, ce voyage allait m'éloigner d'elle, je devait me faire pardonner à tous prix de façon à partir avec un grade supérieur au statut de Genin, car si je voulais la revoir il fallait que je puisse quitter le village de temps en temps sans encore une fois enfreindre le règlement et ainsi éveiller des soupçons sur moi. Une mission d'infiltration vise à ne pas attirer l'attention sur soit et à ce faire bien voir par nos ennemis, comme on dit... Sois proche de tes amis et encore plus de tes ennemis. C'était la règle en vigueur lorsque l'on infiltrait un village. Surtout un village dans lequel l'on est déjà recherché, enfin pour cela je n'avais qu'à dire la véritable version des choses, cela n'était pas un mensonge, l'on m'avait fait passer pour criminel alors qu'en vérité j'avais été mis à la porte de ce village suite à des différents avec l'ancien Mizukage Aiku Gin Iro, peut-être le nouveau Mizukage était-il suffisamment intelligent et perspicace pour comprendre que je ne lui raconterais que la vérité, peut-être était il du genre à pardonner facilement son prochain, un genre de Paple mais avec plus de pouvoirs, plus de puissance, plus d'autorités, et un costume complètement différent. Je souriais montrant toutes mes dents, mon sourire combiné à mes yeux rouge sang me donnaient une expression de visage plus que sadique, la personne en face de moi semblait le penser très fortement aussi, je voyais mon reflet dans ses pupilles noires écarquillés, il semblait effrayé par ce sourire. Je devais le tuer, le pauvre, si il avait su qu'en acceptant cette somme d'argent il allait perdre la vie, le pauvre. Mais il avait choisit de vivre dans la criminalité tous comme moi, et ce style de vie signifie mettre sa vie en danger chaque secondes passés de notre vie, les faibles n'avaient rien à faire dans un village comme Jiyuu no saito. Je me retourna donc faisant mine d'écrire une réponse. Je cachais plusieurs notes explosives entre deux papiers, puis écrivit une chose qui me passa par la tête de façon à ce qu'en lisant il ne sache pas plus d'informations. Même si cela n'avait pas d'importance car je devais le tuer, ne connaissant pas le niveau de mon adversaire je n'allais pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Je lui tandis le papier, puis lui fit mon plus beau sourire forcé, il semblait rassuré par ce geste de bonté, le pauvre, il partit sautant de pas en pas, puis soudain... Boum... J'activais les notes, je vis son corps pris dans l'explosion, les carcasses de son corps étaient répandus dans le cratère formé par l'explosion. Bref je devais me mettre en route.

Je contourna la crevasse que l'explosion que je venais de produire avait crée avant de composer une série de signes, puis posa ma mains sur la terre mouillée qui recouvrait le sol, un écran de fumé recouvra la zone où je me situais. Puis la fumée fut dissipée par le mouvement d'ailes de mon aigle Cobalt, oui je venais de l'invoquer, il avait toujours un plumage aussi magnifique, il tendait la tête vers moi comme pour que je le caresse. J'avançais vers le lac qui ce trouvait à côté de moi rinça ma main puis la secoua dans le vide afin de la faire sécher avant d'aller caresser mon fidèle Cobalt, je n'allais pas le caresser avec les mains sales sa serait une insulte à sa splendeurs. Je montais sur son dos musclé, agrippa à son plumage resplendissant puis le moment du décollage arriva.. Quelle sensation, c'était incomparable, ce sentir projeter avec une telle puissance en l'air, on en prenait au moins pour un jet de puissance, une sensation sans équivalent bien que dangereuse. Les battements des puissantes ailes de Cobalt raisonnaient dans le ciel écartant les petits nuages ce situant à côté de nous. Kiri, que de souvenirs dans ce village, Shinigami, le bras droit qui m'avait fait passer l'examen de Chunin que j'avais réussi, Aiku Gin Iro, le Mizukage qui m'avait mis à la porte du village, Kanon l'ancien Mizukage qui me donnait comme missions ses taches ménagères comme ranger son bureau ou le nettoyer. Je souriais, quelle ironie, cela faisait quatre années que je pensais à ma vengeance envers ce village, et désormais j'allais devoir mettre ma haine envers ce village et le rejoindre, peut-être même faire des missions pour eux, faire semblant de nouer des liens avec les Shinobis, quelle ironie du sort. C'était très marrant en vérité. Et puis... J'allais pouvoir me recueillir sur la tombe de mes parents adoptif, je l'avais que trop rarement fait, même jamais... Dire que les derniers mots que je leurs avais adressés furent des jurons, je m'en voulait tellement... Je me devais de m'excuser et de leurs faire mes adieux. Sa y est, je survolait Kiri non Kuni, je n'étais jamais aussi à l'aise que prêt de l'océan, je m'allongeais tant dis que Cobalt survolait de prêt le village de Kiri jusqu'à la tombe de mes parents. Je m'allongea sur le dos de mon aigle, poussa un soupire, puis le dématérialisa en un écran de fumé avant de tomber en direction du sol où je me réceptionna sur une jambe. J'étais juste devant leur tombe... Les battements de mon coeur s’accéléraient tant dis que je fixais leurs photos sur la pierre tombale, je posa le genoux au sol... *Papa, Maman, je suis navré, je sais que vous devez surement pas apprécier mes récents actes, mais je dois me salir les mains pour faire de ce monde un monde de paix, sachez que vous m'avez correctement instruit et que je ne vous en veux plus le moins du monde.. * Je me releva, puis partit en direction de la tour du Mizukage, tous les villageois me fixaient encore, sans doute était-ce à cause mes cheveux gris bleu et mes yeux rouge, de toute façon désormais j'en avais l'habitude... Je pénétra dans la tour du Mizukage, tout était pareil, jusqu'au personnel, toujours les mêmes chien de bureau bons à rien qui ne font que ça de leurs vies, bande de victimes.... J'arrivais devant la porte du Mizukage, puis je fus pris d'un fou rire, je ne pouvais pas m'arrêter de rire, tous le personnel me fixait, ils semblaient me regarder d'un air louche et méfiant, quelques shinobis qui passaient dans les couloirs c'étaient arrêtés prêt à m'attaquer. Je me contenta de me calmer et de frapper à la porte du bureau, une voie masculine m'invita à rentrer dans la pièce. Il s'agissait du nouveau Mizukage, oui c'était sur le chapeau allant avec le poste ce trouvait sur le dossier de son siège et il était derrière le bureau des Mizukage, il n'y avait pas de doutes possibles. Il était grand, les cheveux bruns bleu et des yeux rouge, il avait un air familier avec le clan Manjome c'était marrant de constater cela. Il me regarda l'air de vouloir savoir ce que je lui voulais, sans doute je le dérangeais il était en train de remplir des papiers. "Bien... Je suis un ancien Shinobi de votre village, j'ai été accusé de désertion, mais je pense ce que si vous vous renseignez vous en conclurez que j'étais trop faible à cette époque la pour quitter le village, votre prédécesseur Aiku Gin Iro m'avait mis à la porte de ce village, sans doute avait-il peur de mes origines. Je m'appelle Gargonith Manjome et je viens pour vous demander de me reprendre dans le village que j'ai tant hais pendant ces quatre derrières années, je l'ai tellement haïs mais tellement adoré que ma nostalgie a prit le dessus, j'aime notre village, laissez moi le défendre comme il ce doit." Le Mizukage sembla surpris puis souria "Le jeune Manjome... J'ai entendu parler de toi, je t'ai même déjà vu, tu as grandis, je voie que tu souhaites faire ton retour parmi nous, tu aimes notre village dis-tu ? Sa me va, je te souhaite un bon retour parmi nous, je suppose que tu as progressé, oui je sent que tu es devenu plus puissant, c'était surement toi sur l'aigle qui survolait le village, j'en conclus que tu peux être un Junin désormais ? Allé ne perds pas de temps prends ce bandeau et ce papier puis va te faire recenser dans la pièce d'à côté !"

Kiri, me revoilà.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Piri piri piri [comme Kiri]
» Cimetière de Kiri
» Darok, Jounin spécial de Kiri - Accepté
» Hôpital de Kiri
» Mairie de Kiri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de l'Eau ~ Mizu no Kuni :: Kiri Gakure no Sato :: Portes du village-