Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Surtout ne dites rien à personne ... (PV Kaitaro & Juka)

avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Surtout ne dites rien à personne ... (PV Kaitaro & Juka) Dim 9 Déc 2012 - 21:21

Spoiler:
 

Valet des Kiyomizu




    La nature sauvage ... Mais si belle ! J'ouvris les yeux et souris tel un enfant pour une chose peut-être point saine ... Avec tout mon respect pour cet homme, j'enviais Kodo-sama de tout mon être. Il fut l'élu ... Il est l'heureux. Une peine pour acheter un autre bonheur, car tant qu'il se décide à rester à l'état sauvage, je possède le droit de pouvoir fréquenter la Reine de mon coeur ... Et je devins à nouveau accompli, comme lorsqu'elle passa des mois à Kumo. Quitte à sacrifier ma place en tant que mari, je suis l'homme qui exerce son véritable devoir. Je possédais tout, auparavant ... Je possédais le pouvoir sur tout mon village, je possédais l'amour des habitants, la confiance, la richesse ... La richesse est réduite mais toujours présente, je ne voyage jamais les mains vides, et encore moins pour les yeux d'une telle femme que je dois combler. Je quitta lâchement mon statut de Raïkage, mais les être connaissant l'histoire de mon clan comprendront mes raisons, j'en suis sûr ... Car je fus né pour ma coutume, je fus né pour protéger Juka-sama. Malgré que j'ai le coeur serré en moi, je suis toutefois rassuré, car j'ai confiance envers mon village. Je pense que c'est exactement ce que Kodo-sama s'est dit, en partant avec le merveilleux joyau du monde.

    Pourquoi mon bonheur ne serait point saint en ce jour ? La réponse est simple ... L'homme élu par le coeur de notre aimée quitta les lieux pour une mission personnelle. Je devrais le sermonner pour cette absence, car quitter des yeux Juka-sama pour un temps bien trop long est inquiétant. Lui-même ne semblait point rassuré de la laisser seule avec ma propre personne ... Aurait-il peut-être raison ? Non, non ... Il faut que je chasse ces idées malsaines de ma tête. Je suis et demeure un homme pur. C'est cela, oui ... Un homme pur fou d'amour pour cette femme et grignoté par des fantasmes les plus charnels.
    Profitant l'absence de du chef de cette maison, je pénétra dans cette maison construite par nos soins, perdue au milieu de nulle part ... Et ouvris lentement la porte menant à leur chambre, me faisant figer d'attendrissement. Elle dormait encore et je comptais bien la laisser ainsi. Mais mes yeux ne pouvaient se détacher de sa perfection qui m'enivrait dangereusement. Je restais alors ainsi, je ne sais combien de temps, à contempler ma reine. Bien trop longtemps peut-être ... Son corps se mouva parmi les draps et j'en fus alerté.

    '' Kaku ... ? ''

    '' Oui, Juka-sama, c'est moi. '' Souris-je tendrement, m'approchant à son chevet. Ma main câline désirait plus que tout à la saisir mais je me retins au dernier moment. Je me souviens de ce que Kodo-sama m'a fait subir la dernière fois ... Alors je me contenta, profitant qu'elle soit seule, de caresser tendrement ses cheveux. '' Dormez paisiblement je vous prie, car la journée va être chargée. '' Voyant son minois interrogatif, je devina qu'elle avait déjà oublié. '' Votre entraînement, Juka-sama. ''

    Il eut un silence de quelques minutes et la reine de mon coeur m'exprima qu'elle se souvenait de manière attendrissante. Je laissa glisser un doux rire, avant de me lever et quitter les lieux.
    J'entraîne ma bien aimée de manière rude certes, mais en aucun cas il ne faut qu'elle perde son talent. Elle reste shinobi, après tout. Et j'en suis heureux ... Elle devint bien forte.
    Moi même, j'ai fortement mûri. Je suis devenu d'avantage mature que je ne l'étais. La sagesse me gagna d'avantage, non seulement par expérience en tant que Raïkage, mais également par cette escapade qui dure dors et déjà depuis ... Je ne sais point. Je ne compte plus le temps passer à ses côtés.
    Troquant mon kimono de luxe contre un plus discret dans l'armoire, et saisissant mes katanas par précaution, je mis un pardessus argenté également afin de pouvoir couvrir ma tête. Je soupira et finis par quitter la demeure. Aujourd'hui, comme une fois par semaine, il est de mon devoir d'évaluer le périmètre sur plusieurs kilomètres ... Nous habitons dans un endroit où nul habitant n'est aux alentours, notre vigilance doit rester aux aguets. Sait-on jamais sur qui tomberons-nous ... Et lors de ces activités, je préfère ne point être reconnu.

    C'est également une délicieuse occasion afin de faire une longue ballade ... Souvenez-vous à quel point la nature me rend sensible et poétique ... Et cet endroit devient alors paradisiaque à mes yeux. Un terrain neutre, point occupé par des villages ni d'hommes, un endroit aux vents les plus doux qui peuvent nous murmurer tant de mélodies ... Je m'égarais dors et déjà.
    Empruntant un chemin plus lointain, je m'aventurais alors dans l'art de la béatitude, cachant cependant avec prudence mes armes sous mon pardessus.
    Qu'est-ce ... ? Je pouvais voir au loin une silhouette étrangère. Marchand, ami ? Je ne le savais point ... Parmi la nature sauvage se manifestait quelqu'un de point familier, pénétrant alors dans la forêt que je possédais alors. Point d'hostilités dès la première salutation ... Je serais peut-être bien trop craintif qu'il ne le faut. Dans une mesure de sécurité, je recula discrètement afin d'éviter tout contact, priant qu'il ne prendra point le chemin menant à ma Reine. Que faire à présent ? Il ne me reste plus qu'à observer ... Qu'il passe son chemin, je ne veux point d'hostilité.

avatar
~Chef de l'ANBU de Konoha~
Kaitaro Nagi~Chef de l'ANBU de Konoha~
▌Messages : 1019
▌Age : 23
▌Inscription : 17/12/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
478/1000  (478/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoroyuku-no-shinobi.keuf.net/forum.htm
MessageSujet: Re: Surtout ne dites rien à personne ... (PV Kaitaro & Juka) Dim 6 Jan 2013 - 18:48

. :: Toi !!? ::.





Il faut croire que les choses ne sont vraiment pas comme je l’espérais. Moi qui m’attendais à retrouver une vie exaltante où je pourrais de nouveau gouter aux plaisirs du risque, et bien je m’étais lourdement tromper. Il faut dire que mon retour à la vie « active » de ninja est encore récent et donc tout ceci est plus ou moins normal. C’était quand même plutôt ironique. Avant j’aurais tout donné pour que tout soit calme et maintenant je donnerais n’importe quoi pour un peu d’action. C’était surement la preuve que je n’étais pas fait pour rester assis derrière un bureau même si je pense que je commençais vraiment à m’y faire. Enfin bref, c’est clair que rien ne sera comme avant et que je pense que le temps que la confiance de l’hokage me soit totale. Allez, il ne faut pas se laisser abattre, voilà ce que je me disais en attendant calmement que tout revienne à la normale et que je sois de nouveau très rarement chez moi et que je sois encore couvert de bleu. Je devais être un peu sadomaso sur les bords, j’aimais avoir des bleus, généralement on évite d’en avoir mais moi je trouve que c’est l’une des meilleures façons de se sentir vivant. Je devais bien être le seul ici, même si je sais que nombreux sont ceux qui dans le monde.

C’est bien beau de vouloir tout ça mais il faudrait surement que je me bouge mes jolies petites fesses si je ne veux pas me ramollir et ça commence par me lever de ce lit vraiment très confortable, l’air de rien ça faisait maintenant un moment que j’étais réveiller, mais je n’avais pas encore bougé de la comme le zombie que j’étais devenus depuis quelques temps. Comme à mon habitude je n’étais que peu vêtu et les bras grand ouvert pour pouvoir remplir ce lit qui était fait pour deux et dans lequel j’étais tout le temps seul du moins jusqu’à la dernière fois . Il y avait ce grand vide que j’aimerais bien combler pour de bon. Peut-être qu’un jour ce sera le cas mais pas maintenant. Pour l’instant je sentais que ça ne serait pas tout de suite et que j’aurais le temps de faire de nombreuses choses avant de penser à mon propre bonheur. Je me levai en vitesse, j’avais légèrement faim, alors pour une fois j’allais faire à manger. Oui je sais faire à manger contrairement à ce que l’on peut croire. Je ne vous cache pas que ça fait maintenant un moment que je ne l’ai plus fait, espérons donc que je n’ai pas perdu la main. Ce serait quelque chose de très simple il ne fallait pas non plus que je mette le feu chez moi… En fait je pense que je devrais aller me doucher avant, c’est toujours mieux de faire ce genre de chose quand on est propre. Alors je pris la direction de ma salle de bain. Je pris un sous vêtement et je montai en vitesse. J’ouvris la porte que je poussai sans la refermer. J’enlevai, l’unique vêtement que j’avais sur moi et je rentrai dans ma douche. Oui je prends des douches et pas des bains, je les réserves pour les jours de repos car je reste extrêmement longtemps dans ces fameux bains. J’ouvris la porte de cette douche et mes yeux se posèrent sur ce tatouage que je portais sur mon bras depuis quelques jours maintenant, il avait été un peu douloureux mais j’étais fier de l’avoir, il prouvait que je faisais partie de l’élite du village. Une élite qui avait été décimé par de nombreuses bataille au point que je pense que nous ne sommes que trois et encore c’est si j’ai de la chance. Je fermai la porte et pris ma douche en vitesse. Quand je vous dis que je mes douches sont rapides ce n’est pas pour rien. Je m’essuyai, et mis mon sous-vêtement propre. Je descendis les marches de mon escalier pour aller enfiler un pantalon. Pour le reste, c’était légèrement plus compliqué que d’habitude en effet j’avais en quelque sorte un uniforme a porté. Je le mettrai plus tard, pour l’instant je n’avais pas besoin de mettre tout ceci sur moi.

J’allai afin de préparer mon repas. Il était presque midi, j’avais une recette de nouilles au porc qui m’étais personnel et franchement je ne vous cache pas que je la trouvais vraiment pas mal. Bien sûr elle ne valait pas celle d’un grand restaurant mais bon c’était quand même assez gouteux, et vous savez pourquoi parce que ce sont tout simplement des nouilles instantanées, mais comme c’est chez moi qu’elles cuisent je suppose que je peux dire que ce sont les miennes. Vous pensiez vraiment j’étais un grand cuisinier, peut-être un jour mais pas aujourd’hui. Je mis mon repas dans un plat et je m’installai a table et en deux temps trois mouvement je pouvais aller mettre ce fameux plat a la vais … TOC TOC TOC ! Qui diable cela pouvait-être j’allai ouvrir la porte avec le sourire mais ma mine joyeuse devint tout d’un coup très sérieuse. Une enveloppe avec le même sceau que celui qui se trouve sur mon bras. Je la pris et l’homme rajouta que je serais seul avant de s’en aller. J’ouvris cette enveloppe, une lettre et une carte avec un emplacement. D’après ce qui était écrit deux criminels notoires avaient été repéré au lieu indiqué sur la carte. Il fallait que je ramène leurs têtes. Voilà vraiment ce que j’appelle de l’action. Normalement j’y serais demain matin si je pars maintenant. Bien sûr, il fallait maintenant que je complète mon « uniforme » qui ressemblait plus à une armure qu’a autre chose. Cette fois ce serait sans ma fameuse veste noire, il ne fallait pas que je sois reconnus par qui que ce soit. C’était bien la première fois que je le mettais alors je n’étais pas vraiment à l’aise. Et donc c’est bien au bout de trois minutes que je fus prêt à partir. Je mis mon masque, blanc et violet et je partis tout de suite.

Cette mission était plus qu’urgente il fallait donc que je fasse très vite. Heureusement le fait d’être Anbu donnait certaines indications supplémentaires sur le village, je savais exactement par ou passer pour ne pas avoir à se faire voir par un villageois. Vu d’où je sortais je devais faire encore plus attention. Je me dépêchais, c’est assez rare que des criminels se cachent ensemble mais en plus qu’ils restent très longtemps au même endroit est assez rare… J’arrivai devant la porte cette fois quelqu’un me vit mais bon étant donné ma tenue aucune question ne me fut poser. Je partis sur les chapeaux de roues sur ce chemin que je connaissais si bien, à ce rythme j’avais toute les chances d’avoir parcourus la moitié du chemin avant que la nuit ne tombe. Je n’avais pas le temps de profiter de la beauté de cette endroit, j’étais bien trop concentrer sur mon objectifs, je tentais déjà d’élaborer un plan, soit je détruisais tout avec eux a l’intérieur, soit je faisais le tout de façon très subtile et puis zut je verrai ça plus tard et ensuite je me contentai de courir en faisant des pause ici et la histoire de ne pas m’être tromper de chemin et au bout de six longues heures de couses j’étais enfin arriver a destination, du moins je n’en étais plus très loin. Etant donné que je ne voyais plus grand-chose. Je pris un des rochers, des branches et j’allumai un feu. Je n’avais rien pris alors je me mis contre un arbre pour m’endormir. Le sommeil vint tout de suite et ce fut encore une fois une nuit calme sans aucun rêve. Bien que mon esprit soit rempli d’image.

Après une nuit calme

Je me levai, le lendemain de bonne heure, mon feu brillait faiblement et il me restait encore du chemin à faire. J’éteignis le feu et je remis mon masque avant de reprendre. La route j’arrivais prêt d’un court d’eau. Je regardai de nouveau la carte. J’étais vraiment très proche maintenant, je n’avais plus besoin de courir, même en marchant d’ici deux ou trois heures je serais arrivé. Et donc maintenant je marchais, il faut dire que ça m’arrange, à force de courir je commençais a avoir un peu mal aux jambes surtout qu’un rude combat m’attendait. J’arrivais à une sorte de croisement, selon ma carte il fallait que je tourne maintenant et j’y serais dans quelques instants. Mon choix était fait j’allais y aller comme un fou sans prendre de gant. Cette fois l’excitation avait pris le dessus, moi qui voulait marcher je courais, non je volais. Je voyais au loin une maison c’était la seul endroit où ils auraient pu se cacher. J’allais passer par la porte qu’elle soit verrouiller ou pas. Chaque pas me rapprochait de cette maison, et faisant grandir mon envie de combattre. Plus que trente mètres, vingt, dix, cinq. Je préparais mon poing pour littéralement exploser la porte dans le sens premier du terme. Mais au moment ou j’allais mettre mon plan en marche la porte s’ouvrit et je fus pétrifier.

Toi !!??


avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 25
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Surtout ne dites rien à personne ... (PV Kaitaro & Juka) Ven 11 Jan 2013 - 19:41

Juka Kiyomizu
Descendante de Narcisse
Retrouvailles hasardeuses.
'' Pourvu que tu nous comprennes ... ''

La paix. C'est ce que nous avons trouvé en quittant notre patrie. Sans vraiment s'étonner, lors de notre voyage, Kakuzô nous a rejoint à la hâte, comme s'il possédait un radar dans sa tête. Je me demande encore comment il l'a fait d'ailleurs. Vu le caractère possessif et protecteur de Fujita et également protecteur de l'autre côté, s'en suivirent des chamailleries ... Plutôt distrayantes pour moi !
Le voyage avait pour but plusieurs choses ... Me remettre en question, chasser ces fantômes qui me font tant souffrir et m'empêchent à avancer dans ma relation avec Fujita, chercher les autres membres de mon clan ... Mais à quel prix ? Le prix de ne plus voir Konoha, ne plus voir le visage de mes amis. De ne plus retourner chez soi avant un long, très long moment ... Oui, cela me fait souffrir grandement malgré le sourire que j'affiche aux deux jeunes hommes. Oui, je me sens ... Grandir, depuis notre départ. Et il ne faut pas le cacher, ce fut tout de même bénéfique. Peut-être car à présent je sais que Fujita n'est pas en danger. Devant qui il le serait après tout ? On vit dans un champ paradisiaque où personne n'existe dans les kilomètres autour. Nous avons construit cette mignonne petite maison de nos propres mains. De quoi avais-je peur ... ? De l'amour que je pourrais porter. Depuis presque dix ans, je disais que mon amour était assassin ... Depuis si longtemps, je disais que mon amour envers mon père l'a tué. Et je refuse que quelqu'un meure encore une fois à cause de cela. Je ne veux pas perdre Fujita ... Il prenait sur lui et acceptait à contre coeur de cacher notre couple. Il prenait bien trop sur lui même ... Alors sa proposition de s'écarter du monde, après tout ce qu'il a enduré pour moi, n'est-ce pas la moindre des choses d'accepter ?
Mes amis me manquent ... Ils me manquent tellement. Et j'espère qu'ils vont bien. J'espère que Konoha va bien ... On n'a pas de nouvelles bien précises, étant donné qu'on s'aventure rarement dans les villes afin de s’approvisionner. Ce genre de vie pourrait sembler être paradisiaque, cependant j'ai besoin de voir du monde. Alors sortir dans un endroit bondé me rend toujours bonne enfant, comme si on l'emmenait dans un parc d'attraction. Malgré certaines douleurs de ce départ, malgré ce vide, je dois l'avouer – Ce voyage est bénéfique. Je me surprends d'avoir changé.

Oui, j'ai effectivement changé ... Je suis devenue peut-être plus mature et réfléchie. Ou serait-ce le manque de peuple autour de ma personne qui me fait penser ainsi. Egalement ... Je réussis à accepter ma féminité, ce qui fut un pas incroyable à franchir. Reste plus qu'à voir si je suis prête à afficher devant des proches une relation amoureuse. Je ne sais pas ... J'ai toujours cette peur que Fujita soit en danger par ma faute. Je mis mon pardessus de soie de côté pour le moment sans pour autant le négliger pour porter des tenues plus féminines mais toujours digne de la guerrière que je suis. Malgré notre recul, je deviens toujours et encore plus forte. Je m'entraîne beaucoup. Ainsi, lorsque nous reviendrons à Konoha, je pourrais d'avantage compter sur ma propre personne, protéger ma patrie et mes amis !

Enfin ... Voici les changements à noter. Depuis quelques jours, Fujita est parti à contrecoeur de la maison pour une mission spéciale ... Une '' surprise '' pour moi, paraît-il. Je me demande ce que ça pourrait bien être ! Aurait-il eu des indices concernant les Kiyomizu ? Que ce soit ceci ou autre chose, j'espérais juste qu'il soit sain et sauf. La petite scène qu'il a fait à Kakuzô était également ... Bien drôle. Il n'a pas vraiment confiance en lui apparemment. Pourquoi, je ne saurais le dire. Il fut élevé afin de me protéger pourtant, non ? Et je sais que c'est un homme fiable. Un grand ami à présent. Finalement, malgré mes pensées négatives au début, je pense qu'il s'agissait juste de cette mauvaise période, et à présent c'est un ami que j'adore. Malgré tout, Fujita m'a dit d'activer mon sceau si jamais il arrive quoi que ce soit. Ce fameux sceau qu'il m'a apposé à Suna, lors de notre désertion, lorsqu'il m'a trouvé alors que j'étais aux portes de la Mort ... Je continue alors ma vie tranquillement, m'impatientant du retour de mon bien-aimé, aux côtés de Kakuzô qui me tient très bonne compagnie.
Par ailleurs, ce matin, en dormant, j'ai senti sa présence. Je ne sais pas pourquoi, mais il me regardait. Au final il m'a demandé de me rendormir car j'en aurais des choses à faire avec mon entraînement. Franchement, pour aujourd'hui, j'aurais préféré rester sous ma couette, je me sentais quelque peu fatiguée ... Apparemment mon corps ne s'habitue toujours pas au fait que j'ai retrouvé le sommeil, alors je suis souvent épuisée et lorsque je dors, je dors longtemps et il est difficile de me réveiller. J'espère que cela ne durera pas longtemps ... Cela pourrait être nuisible. Mais en attendant les garçons m'ont demandé de laisser faire le sommeil, et que cela devrait être normal après toutes ces années d'insomnies. Ce que je fais alors ... Je dois leur faire confiance jusqu'au bout.


Me réveillant enfin après quelques heures, je me leva, vêtue d'une simple chemise longue arrivant aux cuisses. Celle de Fujita, plus précisément. Elle a encore son odeur ... Et cela me rassure de l'avoir près de moi. J'ai alors cette impression qu'il n'a pas quitté la maison et je me sens d'avantage en sûreté. Je pris ce qu'il faut afin de préparer un petit déjeuner complet à deux, afin que mon '' servant '' puisse avoir de quoi avaler lorsqu'il sera de retour. Sûrement parti vérifier les alentours ... En attendant, je me retrouve seule. Je déteste être seule. Alors j'espérais qu'il allait revenir au plus vite. La tête encore embrumée, j'écrasa des feuilles afin de me faire du thé et me languis de ce dernier à genoux, devant ma table. S'en suivit alors un long moment digne d'une petite femme au foyer. Ménage, tout ça, vous voyez bien, je ne vais pas vous détailler. Une fois la chose faite, je me détendis aux sources naturelles derrière la maison et retourna dans la chambre de moi et Fujita afin de me changer. Mes yeux distraits tombèrent alors sur mon bandeau frontal de Konoha ... Voilà depuis un moment que je ne le mets plus à contrecoeur. Je le portais quand même plusieurs mois après notre départ, refusant de le quitter, mais Fujita et Kakuzô ont insisté que je le retire car je risque d'attirer des ennuis avec cela. Mais je n'arrive pas à me détacher ... Je le pris dans ma main et le serra fort contre mon coeur, me remémorant alors ... Konoha, ma famille, mes amis, mon chez-moi ... A quel point je me sentais bien là-bas ... Comment on s'est battus, avec Kaitaro, Toshiro et les autre pro-Fujita afin de sauver nos terres et pouvoir rentrer enfin à la maison ... Tout ce qu'on a fait ensemble ... C'était magique, magnifique. Tout me manque. Je reposa le bandeau, car je sentais qu'en continuant, j'allais finir par pleurer. Je me demandaient à quel point ils devaient nous en vouloir ... Je me demande combien comprendraient ce geste.
Les bandages, je n'en portais plus. Je mis une tenue en soie blanche tenue par des supports en or. Une petite robe courte dont personne n'aurait pensé que je porterais cela un jour. Et voilà. Que faire maintenant ?

Sortant afin de me retrouver dans la pièce principale, j'ouïssais au loin l'herbe se faire piétiner. Kakuzô ? Non, ce n'est pas de manière de marcher. Fujita non plus. Je me rapprocha de la porte et j'entendis les pas continuer sur notre parquet extérieur et ouvris avec précaution. Et ... Non, je n'aurais jamais cru le voir. Kaitaro. Je me figea et pâlis brutalement à sa vue.

'' Toi !!?? ''

J'aurais pas dit mieux. Il m'a devancé, j'aurais pu avoir le même mot sortir de ma bouche. Je le regardais les yeux ronds comme si je venais de voir un humain pour la première fois de ma vie. Je n'en revenais pas ... Pourquoi est-il ici ? Notre cachette fut alors découverte ? Même si c'est Kaitaro, je suppose que Fujita voudra qu'on change d'endroit alors. Mais là n'est pas le plus important. Comment il nous a trouvé ? Je baissa les yeux de tristesse. Sûrement pas pour ce genre de raisons comme la fois à Suna ... Non. Il doit nous en vouloir pour cet abandon temporaire, mais nous ne lui avons rien dit. Alors je ne pense pas qu'il est là pour prendre le thé avec nous.

'' Kaitaro ... ''

Mes yeux quittèrent son regard définitivement. Je n'osais l'affronter, je n'osais lire ce qu'ils pouvaient bien refléter comme sentiments. J'avais peur, je l'avoue. Mais ce serait lâche de na pas affronter. Il n'a rien fait de mal ! Il était toujours là pour nous ... Il était toujours là pour moi. J'avais honte, tellement honte à cet instant. Alors je ne pouvais rien dire. D'une mine dépitée, regardant toujours le parquet, je me mis de côté, afin qu'il y ait suffisamment de place pour qu'il passe. S'il le désirait. Je ne savais pas pourquoi il était là, mais visiblement ne s'attendait pas à tomber sur moi. Toujours aucun mot ne sortait. Ni '' Entres '' ni '' Qu'est-ce que tu fais là ? ''. Je n'étais pas en bonne position afin de dire quoi que ce soit. Je tourna des talons alors, gardant la porte ouverte à tout ce qu'il désire, et m'avança lentement ... Je ne sais même pas où. J'essayais d'être calme, mais je tremblais de tout mon corps. En me retournant, je négligea une chose, c'est que ma tenue dénude mon dos, et le sceau de Fujita est présent sur mon omoplate. Rapidement, il fut caché par ma crinière tout de même. Etait-il d'ailleurs utile de l'activer ... ? Je ne savais pas quoi faire ... Je devrait peut-être lui dire de s'en aller, car cela pourrait être dangereux, mais je ne peux pas renvoyer une personne qui compte tant pour moi. Bien sûr que je ne l'ai pas oublié, je n'oublierais jamais mes proches ...

Fiche par Glycérine sur Never Utopia
avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Surtout ne dites rien à personne ... (PV Kaitaro & Juka) Sam 19 Jan 2013 - 19:23

Spoiler:
 

Valet des Kiyomizu




    Une craquelure, et un pas en avant. Un pas de trop. Ma vigilance se troublait par ma peur évidente que Juka-sama puisse être repérée par des êtres malveillants. Je ne pouvais que les observer mais la silhouette m'était inconnue. Camouflé parmi les feuillages, j'espérais pouvoir être discret ... Mais je choisis de manière hasardeuse un bien piètre endroit. Des feuilles mortes sous mes pieds craquèrent, et ce fut bien suffisant afin de me faire repérer. Fichtre, ils se tournèrent vers ma direction ... Un ange passa alors. Puis un deuxième, le temps que mon coeur s'emballe de manière folle. Je n'avais point peur du combat, j'avais peur pour elle. Je fus alors repéré ... Et une attaque surprise me serait déconseillée. Je me déplaça alors, exhibant vaguement ma silhouette entre maintes arbres fins. Ils pouvaient voir que vaguement un homme vêtu d'une grande capuche argentée. Nos regards se croisèrent alors, avant que je ne disparaisse de manière soudaine.

    '' Eh ! Restes ici toi !! ''

    S'en suivit alors une course folle parmi une nature fort désavantageuse. Heureusement je pris l'habitude des environs depuis le temps, ce ne sont point ni arbres ni racines qui me ralentiront. Je courais, courais ... Aussi loin que possible. Je n'avais point un but particulier, je ne fuyais point ... Je l'éloignais simplement au maximum de Juka-sama. Après ? Ce n'est que secondaire, j'anticiperais !
    Je n'étais point rassuré. Du tout. Malgré que j'éloignais cet inconnu, me tenir loin de Juka-sama me provoquait un stress énorme. Et si ce n'était qu'une diversion ? Afin de mieux l'approcher ... Non non non, il ne faut point que je pense ainsi ... Je vais finir par bien trop me distraire.
    Je finis par arriver au début d'une magnifique clairière. Magnifique certes, mais qui signe la fin des handicaps de l'inconnu. Il n'avait point l'air bien dangereux cependant ... Rien que cette petite course l'avait essoufflé.
    Il me cria d'attendre. Je m'arrêta alors. Ne tournant point, je resta alors de dos, appuyant main droite contre un arbre, je tourna juste légèrement la tête afin d'observer le curieux personnage. Il n'avait point une silhouette des plus sportives et semblait venir d'une classe inférieure. Je resta alors ainsi, l'air serein, mais cependant aux aguets, prêt à sortir mon premier katana. L'énergumène s'arrêta alors et prit appui sur ses genoux afin de souffler. Je ne perla point mot. Je ne me présenta point. Qui sait quel est cet homme, et apprendre que l'ancien Raïkage est présent pourrait être risqué. Apprendre que l'héritier du plus grand et riche clan de Kumo également. Apprendre que Juka-sama est dans les parages, c'est le pire. Et le dernier risque, à tout prix, je dois l'éviter. L'inconnu se redressa finalement et reprit une expression plus sérieuse.

    '' Comment ça se fait que tu es ici ? Cet endroit est censé être inhabité. ''

    Je tourna d'avantage ma tête mais prenant soin que ma capuche cache mes yeux. Laissant passer le temps, je réfléchissais. En quoi cela le gênait ? En quoi cela le regardait, tout bonnement ? Mon esprit s'embrouillait quelque peu car la reine de mon coeur me troublait. Je voulais la retrouver au plus vite. Je ne sais point pourquoi un si mauvais pressentiment m'envahissait.

    '' Je ne vois point en quoi cela vous concerne. Veuillez passer votre chemin je vous prie. ''

    '' Cette voix ... Mais je te reconnais toi ! '' Diantre ... M'aurait-il véritablement reconnu ? Cela ne me disait rien qui aille, mais je ne répondis point encore. Ce dernier me pointa du doigt avec disgrâce. J'arqua un sourcil, curieux de voir la suite ... '' Tu as pété la gueule avec ton pote à notre boss car il voulait parler à une belle femme ! ''

    Ah ... Hahah. Il y en avait tellement que mes souvenirs s'échappaient. Celui qu'il désignait '' ami '' serait probablement Kodo-sama. J'haussa les épaules et répondis simplement alors.

    '' Je n'aime point qu'on me tutoie. C'est tout ce que j'ai à dire. Maintenant, quittez cette forêt je vous prie. ''

    J'allais faire un pas afin d'avancer envers la direction de la clairière afin de fausser la route de cet homme, mais je sentis une lame glisser non loin de mon cou, ce qui stoppa immédiatement ma marche. Je ne bougeais point et ne me retourna point, attendant ses gestes afin de les parer.

    '' Je crois que tu n'as pas compris mon p'tit gars ... C'est justement toi et ton pote qu'on recherche ! Et en particulier cette nana. On aimerait bien se l'accaparer nous ... Alors dis-moi où elle est ! ''

    De ne répondis point mais sortis à grande vitesse mon premier katana caché afin de repousser immédiatement cet homme grotesque. Je me tourna alors finalement, lui lançant un regard glacial.

    '' Vous touchez un seul de ses cheveux, et je vous tue ... ''

    Je ne me fis point prier par la suite que j'attaqua en premier. Personne n'a le droit de s'adresser ainsi à Juka-sama, alors je vais m'arranger afin de le faire taire à jamais pour avoir aussi mal parlé d'elle ! D'habitude, je ne fais jamais le premier pas. Lorsqu'il s'agit de la reine de mon coeur, les rôles s'inversent brusquement.

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Surtout ne dites rien à personne ... (PV Kaitaro & Juka)


Surtout ne dites rien à personne ... (PV Kaitaro & Juka)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Rien, ni personne sur mon chemin ne pourra me briser.... - Zackary Bowman
» Plus rien, ni personne. (libre)
» Les Dgs et comment je les respectent... ( jai rien a calisser pi ya personne de connecté !)
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monde Shinobi :: Reste du Monde :: Lieux inhabités-