Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Une grande frayeur [Saï]

avatar
 ~ Chuunin de Suna ~
Kazehana Hime ~ Chuunin de Suna ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 213
▌Age : 31
▌Inscription : 01/09/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | C / 12 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
290/1000  (290/1000)
| Âge du personnage | : 26 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Une grande frayeur [Saï] Mer 12 Déc 2012 - 20:55

Spoiler:
 




UN RETOUR !


Une sacrée peur


Nous étions Dimanche et elle était de repos ce jour-là. En effet, ses supérieurs avaient estimé qu’elle avait trop souvent fait de garde ses derniers jours. Tant mieux, elle peut souffler. Mais c’est vrai qu’elle s’ennuie alors elle décide d’ouvrir pour la énième fois les livres de Jiraya, un de légendaire Sannin de Konoha mort au combat un peu avant la quatrième grande guerre. Mais peu importe. Elle avoue elle-même qu’elle les connait par cœur. Mais au moins, ils ont le mérite de la faire rire dans ce genre de moment. Après plusieurs minutes, elle est stoppée dans sa lecture par ses propres pensées. A quoi pensait-elle ? La marionnettiste se rappelle encore de ce qui s’est passé quelques jours en arrière avec Saï. Comment oublier pour être honnête ? Est-ce que ce geste avait une signification pour lu ou bien s’amuse-t-il avec elle ? C’est une question dont elle n’a pas encore la réponse. Et pour le moment, elle ne l’aura pas. Peut-être jamais … Se secouant la tête, elle se dit qu’elle devrait avoir honte de penser à ce genre de question. Il est vrai que cela fait peu de temps qu’ils se connaissent mais pour une raison qui lui échappe encore, il est parvenu à s’imposer dans sa vie. Elle ne lui a rien demandé et cela s’est fait comme une anguille qui se cacherait sous une roche. C’est assez étrange qu’elle se soit attachée aussi vite à ce drôle de personnage mais il aura eu le mérite de venir casser cette routine régulière. Et c’est quelque chose qu’elle apprécie. Cela est vraiment original et plaisant. Refermant son livre, elle finit par le poser sur ce qui lui sert de bureau dans son petit appartement. Et non, elle ne vit pas comme son compagnon…

Lui vit vraiment dans le luxe mais elle s’en fout. Par ailleurs, elle n’a encore jamais vu son manoir. Cependant, elle se doute de le voir dans l’immédiat vu son statut de marcheur. Mais c’est vrai qu’elle est quand même un minimum curieuse. Mais bon, elle préfère attendre. Mais contrairement à lui, elle est loin de vivre dans le luxe mais cela ne veut pas dire qu’elle vit dans la pauvreté. Cette époque est finie maintenant. Elle vit en fonction de ces besoins et ce qu’elle gagne, elle le stocke quelque part pour s’en servir que lorsque cela est nécessaire mais elle ne se prive pas pour autant. Elle estime avoir une vie des plus convenables. Aucune modestie… Finalement, elle se décide à faire quelque chose. Marchant à travers son appartement les pieds nus, elle se dirige vers un petit coin où se dissimule un violon protégé par sa pochette. Cela faisait longtemps qu’elle ne l’avait plus sortie et le fait de le voir encore en si bon état lui retire un sourire sur ses lèvres. Cela devait faire plusieurs mois qu’elle ne l’avait plus sorti de là. Il faut dire qu’avec ses missions et maintenant ses gardes, elle l’avait oublié.

Le prenant dans les mains, elle attrape le violon et elle se met à jouer avec les cordes pour en vérifier l’état. C’est donc avec un sourire qu’elle remarque qu’il est encore en forme. Le prenant en main, elle le place sur son épaule et elle coince son menton dessus. Puis elle attrape l’archet pour faire quelques notes. Se remettant dans le bain, elle joue quelques morceaux avant de le poser. En effet, elle venait de voir qu’il y un enregistrement. Elle ne se rappelle même plus de ce que c’est. Le mettant dans un lecteur, elle reste à l’écoute. Au départ, elle ne reconnait pas le morceau mais rapidement, elle constate qu’il manque un instrument. Reprenant son violon, elle se met en position et elle ferme les yeux afin de se laisser enivrer par la musique. La remettant au début, elle attend le départ pour commencer à jouer. Cela faisait longtemps. Elle retrouve le plaisir de jouer d’un instrument après tout ce temps. Gardant les yeux fermés, elle se surprend à jouer à nouveau ce morceau comme si elle le connaissait par cœur. Gardant son immense sourire sur le visage, elle laisse le son de son violon se manifester dans l’appartement. Seuls ses vrais amis savaient qu’elle était musicienne de par sa mère qui était elle-même violoniste. Elle a appris à jouer sur le violon de sa mère avant d’acheter le sien. C’est d’ailleurs, le seul objet de valeur qu’elle avait dans son appartement et elle en prenait grand soin car c’est aussi un très grand souvenir. Celui d’avoir fait danser ses proches… Cette musique rapide et prenante… Cela faisait longtemps… Bon, elle ne l’a joue pas à la perfection mais si elle reprend son habitude d’en faire tous les jours, elle devrait reprendre la main rapidement.



Se laissant emporter par le morceau, elle laisse son bras droit dirigé le morceau comme s’il avait tout mémoriser. Que c’est bon de rejouer comme avant ou presque. Elle se surprend même à bouger dans tous les sens. Il faut dire qu’on peut se laisser rapidement entraîner. Elle se sent légère et c’est comme si tous ses soucis se sont envolés en l’espace d’un instant. Malheureusement, après ce bon moment de joie, elle entend frapper à sa porte. Elle pose son violon sur son lit et elle baisse un peu le son du morceau et elle va ouvrir la porte. Une connaissance à elle se trouvait là et elle vient lui dire qu’elle avait entendu parler de son ami qui était rentré à l’hôpital ce matin même. Lorsqu’elle lui demande lequel, sa connaissance n’a pas hésité à l’appeler le Marcheur. Grimaçant, elle n’aime décidément pas ce surnom. Remerciant la personne, elle coupe tout et elle range son violon avant de prendre ses affaires et de se rendre à l’hôpital rapidement. Autant savoir ce qu’il en était. Elle avait fait attention à fermer son appartement car oui, elle le ferme toujours. Le voyage fut court mais pour elle, cela dura une éternité. Son cœur battait très vite et elle se demandait pourquoi. En fait, non, elle savait pourquoi et elle n’avait cessé de repenser à ce qui s’était passé il y a quelques jours avant son départ en mission. Qu’elle aurait voulu l’accompagner histoire de quitter un peu le village mais elle ne peut pas vu qu’elle doit encore progresser. C’est important.

Arrivant à l’hôpital, elle demande la chambre du marcheur et étrangement, les infirmières savaient où elle se trouvait. Et oui, Hime ne connait pas vraiment son nom de famille mais elle s’en fout. Elle savait qu’il s’appelait Saï et cela lui suffisait amplement. Depuis la dernière fois qu’il l’avait vu, elle avait abandonné sa couleur flash contre quelque chose de plus commun sa couleur naturelle. Par contre, sa tenue vestimentaire pouvait paraitre étrange mais elle n’avait pas chaud dedans. Et après tout, chacun son style. Cependant, c’était toujours la Kazehana Hime qui était là. Entrant dans la chambre, elle le voit en train de dormir et elle montre un peu sourire. Cela soulage un peu de la savoir encore là. Il lui avait promis de revenir et il l’a fait seulement, c’est elle qui lui rend visite au lieu de l’inverse. Surprenant non. Se mettant assise, elle lui tient la main en caressant le dos de sa main avec son pouce tandis qu’il n’est pas encore réveillé. Son réveil arriva quelques heures après et Hime se lève. Elle constate qu’il essaye de se redresser et elle l’aide. L‘entourant de ses bras, elle murmure pour lui.


« - Doucement Saï ! Ne te force pas ! Ménage-toi s’il te plait … »

Elle avait le sourire de le savoir réveillé mais aussi d’être à ses côtés. Le gardant dans ses bras, elle l’aide à se rallonger lentement car elle avait vu le médecin qui lui avait expliqué ses blessures. Cela aurait pu être pire mais lorsqu’on lui a dit qu’il était à l’hôpital, elle a eu une de ses peurs. Une fois qu’il fut installé correctement, elle le regarde simplement. Elle était heureuse de le revoir et elle sentait son cœur battre très rapidement. Prenant ses deux mains, elle voulait se montrer rassurante.

« - Bon retour à la maison… »






Une grande frayeur [Saï]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
» La Grande Marée Qui Surbmergera Le Monde! (Résultat Des Sondages #1) [Avec de jolies images pour Tar... Car sinon il comprend rien...]
» Le début turbulent d'une grande amitier (PV Pelage Roux)
» Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays du Vent ~ Kaze no Kuni ~ :: Suna Gakure no Sato :: Aires d'entraînement - Hôpital du Désert-