Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Qui a dit qu'il suffit d'une poignée de main pour un accoRd pv Akari (- 18 ans)

avatar
~Chef de l'ANBU de Konoha~
Kaitaro Nagi~Chef de l'ANBU de Konoha~
▌Messages : 1019
▌Age : 23
▌Inscription : 17/12/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
478/1000  (478/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoroyuku-no-shinobi.keuf.net/forum.htm
MessageSujet: Qui a dit qu'il suffit d'une poignée de main pour un accoRd pv Akari (- 18 ans) Mer 2 Jan 2013 - 0:45

. :: Qui l’eu cru ?! ::.



Quelle matinée, enfin une journée ou j’avais eu un peu d’action, certes ce n’était pas ce que j’aurais préféré mais bon il faut bien savourer les petites choses et donc ce petit entrainement matinal, m’avait fait du bien cependant cette solitude perpétuelle me désolait. C’est vrai que depuis… leur départ mes journées étaient bien ternes, même si le fait d’avoir revus ma Kogomi chérie m’avait fait pas mal de bien, ça me pesait vraiment énormément. J’essayais de repenser a des choses vraiment heureuse parce que je sentais revenir ce chagrin qui m’avait consumé quelque temps et qui m’avait presque poussé a quitter le village, et m’a permis de trouver refuge chez Kaleis la Raikage qui avait pris la place de Kakuzo lorsque celui-ci était allé … les rejoindre. Bon il faut vraiment que je pense a autre chose alors pour ça quoi de mieux que de s’allonger sur son canapé et de rêvasser toute l’après-midi.

J’étais pour le moment assis contre un arbre à attendre de finir de transpirer pour marcher jusque chez moi. Pourquoi ? Eh ben tout simplement parce que j’en ai envie, je risque d’attraper une mauvaise grippe mais bon en ce moment je me moquais de presque tout. Je fermai les yeux, après tout j’étais déjà là, à l’ombre presque reposé, et prêt a retomber dans la joie et la bonne humeur le temps que ça pourrait durer et je l’espère le plus longtemps possible, car niveau larmes j’estimes avoir déjà assez contribué et en plus je suis sûr que j’ai bien été le seul, il faudrait que j’arrive a passé ce cap. Allez il est temps que mon sourire revienne et que je chasse toutes ces idées noires et de croquer la vie a pleine dent. Et donc je fermai les yeux en essayant de me rappeler de toutes les bonnes choses qui m’étaient arrivé dans ma courte vie. J’avais énormément de mal a faire le vide dans ma tête, je ne voyais que le noir et je n’avais que les mêmes images qui me revenaient en tête. Des cadavres, des cris, des flammes, du sang, des débris et d’autres choses du même registre et ce pendant un long moment, j’ouvris les yeux en essayant de me calmer et ce plusieurs fois mais sans grand succès. Et puis cette fois le trou noir, plus rien croyez-le ou non mais je venais de m’endormir à l’ombre de cet arbre.

Dream

Je n’y arrive vraiment pas, il faut croire que ce lieux n’est pas propice a la remémoration de souvenir positif. Aller, il est temps que j’aille manger quelque chose parce que je meurs de faim. J’irai surement faire un tour chez le meilleur restaurateur de notre village, j’ai nommé l’as des ramens, Ichiraku. Je me levai d’un bond avant de récupérer ma veste accroché à une branche et de prendre la direction du centre-ville. Au moment de faire le premier pas je m’étais senti épier et au moment du second une voix m’interpella au loin, plus je cherchais moins je voyais qui ça pouvais être. Pourtant cette voix m’était si familière. Enfin, ça devait être la faim qui me jouait des tours, vu qu’il n’y avait personne ici. Je recommençai donc à traverser l’espèce de terrain vague qui sert de lieu d’entrainement a la plupart des shinobi du village, en regardant le ciel. Je sentais que cette journée serait vraiment magnifique. Je sentis une main extrêmement douce prendre la mienne je tournai la tête et c’était … elle, ma rouquine favorite. Moi qui pensait qu’elle était partit me voilà tout content. Après avoir échangé un regard complice, nous continuâmes a marcher jusqu'à ce restaurant que j’appréciais tant.

Une fois arrivé nous primes place en passant commande et tout d’un coup, l’air devint froid. La pluie commença a tomber, je tournai la tête et là un hurlement déchirant, se fit entendre a coté de moi et du sang gicla sur tout le comptoir. Un couteau se planta dans ma main et m’empechait de bouger. Je levai la tête et je vis qu’il s’agissait de … Fujita et Juka. Ils me regardaient comme si tout allait bien. Que faisait-ils ici ? Ils se tournèrent et l’un d’entre me dit.

Tu vois maintenant tu es tout seul, et tu le resteras !
Dream

J’ouvris les yeux brusquement, je les sentais humide, je voyais flou, ma vision était surement gênée par des larmes, encore ces larmes. D’un revers de bras je les fit disparaitre. Je regardai autour de moi. Toujours le terrain d’entrainement. Ce n’était donc qu’un mauvais rêve, je levai les yeux et je me rendis compte que le ciel s’était couvert. Il allait surement pleuvoir, encore, et je serais une fois de plus seule sous cette pluie. Après tout, c’est surement tout ce que je mérite, c’est surement mon destin. Cette solitude est peut-être la seule chose qui m’accompagnera jusqu'au bout. La pluie commença à tomber. Je me levai au ralenti et je pense que je n’avais jamais eu l’air plus abattus qu’aujourd’hui. Il parait que qui conque reste seul sera malheureux toute sa vie et bien puisque le malheur semblait être la seule chose voulant de moi pourquoi ne pas m’offrir, lutter c’est jusqu’à maintenant avérer inutile car au final ça a toujours mal fini. Puisque personne ne se soucie de moi autant que je vive de la façon la moins classe a mes yeux. Je n’avais plus à faire bonne figure ou servir d’exemple. Tout ce que ça m’a rapporté c’est de la tristesse alors aujourd’hui j’oublie tout.

Je pris ma veste, et marchais sous la pluie le dos rond, je traversai le terrain vague lentement histoire que le délicat crachin, pénètre les pores de ma peau et que le vent me glace jusqu’aux os. Durant un quart d’heure, je marchais sous la pluie, jusqu'à ce que j’arrive devant ce bar. On m’a toujours dit qu’un homme ivre oublie tout alors vérifions si ce qui se dit est vrai. Je poussai la porte, d’entrée. Je sentais de nombreux regard se poser sur moi et la plupart me dévisageaient. Je m’assis sur un tabouret devant le bar en demandant plusieurs verres de saké. Trois pour être précis, je bu le premier d’une traite, et le second ne tarda. N’étant pas habitué, je sentais l’alcool me réchauffait et j’avais même légèrement chaud. Je pris le troisième en main et la porte du bar s’ouvrit. Quelqu’un venait d’entrer, une jeune fille dont le visage me paraissait vachement familier, il faut dire que l’oublier aurait été dur. Celle qui avait mis Konoha a genoux venait d’entrer comme si de rien était et elle s’assit a coté de moi. En restant face au bar et en regardant mon verre je dis discrètement.

Tu as quand même un sacré culot de revenir ici après ce qui s’est passé. En temps normal j’aurais du te tuer au moment ou tu as passé cette porte. Cependant vu le contexte actuel il est préférable d’éviter, tu ne penses pas Akari ? dis-je avant de boire mon troisième verre.






Dernière édition par Kaitaro Nagi le Lun 7 Jan 2013 - 0:32, édité 2 fois
avatar
~ Ex-Mizukage - Emmerdeuse du Conseil ~
Hasegawa Akari~ Ex-Mizukage - Emmerdeuse du Conseil ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 35
▌Age : 31
▌Inscription : 03/11/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : A / 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
0/2000  (0/2000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Qui a dit qu'il suffit d'une poignée de main pour un accoRd pv Akari (- 18 ans) Mer 2 Jan 2013 - 5:09




UN PASSE EN CES LIEUX


Une haine impardonnable


Après Kumo, bienvenue à Konoha. Oui, elle connait ce village pour y avoir grandit mais aussi y avoir régner la terreur. Cela remonte à il y a deux ans… deux ans déjà … Et elle avait gagné cette foutue guerre contre un ancien ami qui aujourd’hui est porté disparu selon ses recherches. Mais qu’importe. En ce jour, elle n’est pas pour ressasser le passé. Et par ailleurs, si elle se trouvait à Konoha en ce moment, ce n’était pas pour assouvir une nouvelle fois ce village qui a tant fait son bonheur dans le passé. Comment était-elle passée de shinobi de Konoha à traitre au village ? Tout cela s’était passé si vite qu’elle en a probablement oublié au passage… Alors qu’elle était avec le groupe protecteur du Mizukage et que celui-ci était en pleine discussion avec l’Hokage, elle avait décidé d’abandonner un peu ses collègues et amis pour se promener seule dans ce village où elle a appris à se battre. Elle avait quitté Suna, son village natal, pour venir ici envoyé en exil après la mort de sa mère… Elle avait quatre ans lorsqu’elle a mis les pieds pour la première fois dans ce village joyeux et serein… Mais l’histoire a voulu qu’elle soit une ennemie de ses amis qui sont toujours dans son cœur même si cela remonte à il y a un très long moment. Cela fait combien de temps qu’elle est partie ? Sept ou huit ans peut-être ? Elle ne sait même plus parce qu’elle était si jeune. Épée sur le dos, elle marche les mains dans les poches alors qu’elle sent les regards qui se posent sur elle. Oui, elle était de retour mais pas pour faire la guerre. Elle a tellement l’habitude qu’elle n’y prête plus attention.

Elle reconnait avoir faire beaucoup de mal à Konoha mais elle a ordonnée la protection des civils et elle a refusé que ses ninjas y touchent. Ce n’était pas leur guerre… Le chef de ce village avait plutôt bien merdé mais il n’avait pas pris ses responsabilités… Le lâche… Elle s’en rappelle encore mais elle ne veut plus y penser. Pourquoi est-ce que tous ces flashs lui reviennent. Ne pouvait-elle pas la laisser en paix ? S’arrêtant, elle place ses mains sur ses oreilles et elle bouge rapidement la tête. Lâchez-là… Laissez là en paix… Elle subit déjà les conséquences de son acte autrefois justifiées et qui l’est encore aujourd’hui. Fermant les yeux, cela passe et elle regarde autour d’elle avant de se montrer essoufflée. Pourquoi ? Rapidement, elle voit l’ombre d’un bar. Peut-être que boire un verre ne lui ferait pas de mal et puis elle sait que son ombre du passé n’est jamais bien loin pour la surveiller. Il a toujours été là pour elle-même lorsqu’elle était Mizukage … Il est sorti de son coma lorsqu’elle est revenue à Kiri. Finalement, il est possible que les Dieux ait unis deux âmes pour qu’elles se protègent l’une l’autre et qui ne peuvent être séparé que par la Grande Faucheuse. Mais aujourd’hui, il est marié et il est père d’une petite fille et elle ne peut pas lui en vouloir si jamais il préfère rester auprès de sa petite famille. C’est tout à fait normal après tout. De plus, cela remonte à un certain temps l’époque où elle était Mizukage… maintenant, elle n’est plus qu’un ninja à la retraite, membre du Conseil de Kiri. Ce poste est bien modeste par rapport à son passé fulgurant. Reprenant ses esprits, elle marche en direction du bar. Passant la porte, elle constate que le bar est plein mais elle trouve une place vide à côté d’un homme aux cheveux ébène penché sur son verre. Elle ignorait encore qu’il s’agissait d’un vieil ami de l’époque académienne. Cela date quand même et même s’il l’avait vu lorsqu’elle est monté sur le village, elle n’avait pas recroisé son chemin depuis des lustres… depuis avant même son départ. Tous les regards étaient sur elle et elle demande une bouteille de saké qu’elle paye directement. Elle est plutôt bien payée à son poste actuel. Prenant un premier verre, elle ferme les yeux et elle le boit cul sec. Il le fallait bien… Elle ne tient pas à être folle. Alors qu’elle allait entamer son second verre, elle entend une voix. Sur le coup, elle se demande qui sait mais rapidement, elle en repère l’origine. Puis sa mémoire se met à travailler afin de savoir de qui il s’agissait. Aussi loin que lui remonte ses souvenirs, une personne avait une voix proche de celle qui parlait…


« - Pfff ! Si j’aurais du mourir, j’aurais rendu mon dernier souffle depuis longtemps… »

Elle hausse les épaules avant d’avaler le second verre. Elle a une sacrée descente. Par ailleurs, l’épée qu’elle porte dans le dos en fait peur à plus d’un et aucun n’ose vraiment s’en prendre à la pourfendeuse… C’est le nom qu’on lui avait donné lorsque de la guerre qu’elle avait mené avec brio sur Konoha. Se retournant, elle regarde tout le monde sans rien dire mais elle avait ce sourire qui la différenciant des autres. Elle n’avait pas pris mal cette provocation et elle en avait largement l’habitude. Depuis l’époque où elle est devenue Mizukage d’ailleurs. Tout le monde l’a provoquait à la tir-la-ribot mais pas un seul ne l’a fait tomber… Pas un… Enfin si un seul…. Mais il n’est plus de ce monde… Elle n’a donc plus rien à craindre de lui. Se concentrant sur la personne qui lui avait parlé, elle garde son sourire avant d’enchaîner derrière.

« - Te fout pas de moi. Tu ne m’a pas arrêté il y a sept ans, ni il y a deux ans, ce n’est pas maintenant que tu le fera… »

C’était clair. Mais elle pense savoir qui sait alors pourquoi s’entêter ? Elle est maligne et elle n’oublie ni un visage ni une voix. Elle regarde la bouteille de saké qu’elle attrape pour remplir son verre pour la troisième fois. Elle pourrait en parler en long en large et en travers de cette foutue guerre mais pour elle, c’est du passé. Aujourd’hui, elle est épéiste, stratège et membre du Conseil de Kiri. Que rêvez de mieux comme retraite ? Bon, elle n’est plus vraiment à la retraite mais le premier qui tentera de toucher l’épée légendaire, elle risque de le faire saigner. On ne touche pas ces artéfacts sans l’accord de leur maître. Celle-ci était bien visible dans son dos mais elle n’y prête plus vraiment attention.

« - Tu crois quoi ? Je ne suis pas connue pour être une tapette ! »





avatar
~Chef de l'ANBU de Konoha~
Kaitaro Nagi~Chef de l'ANBU de Konoha~
▌Messages : 1019
▌Age : 23
▌Inscription : 17/12/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
478/1000  (478/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoroyuku-no-shinobi.keuf.net/forum.htm
MessageSujet: Re: Qui a dit qu'il suffit d'une poignée de main pour un accoRd pv Akari (- 18 ans) Jeu 3 Jan 2013 - 8:33

. :: Qui l’eu cru ?! ::.



Alors comme ça notre petite Hasegawa sortait de sa tanière et revenait sous les feux des projecteurs, et quoi de mieux qu’un retour triomphale chez soi. Je ne parle pas la de sa conquête mais bel et bien de son enfance. En effet nous avions passé pas mal de temps ensemble lorsque nous étions jeunes et quand je dis pas mal c’est quand même beaucoup. Nous avons été dans la même durant tout notre séjour à l’académie ninja du village de la feuille. Jusqu'à ce que je devienne Chunin. A partir de là elle était partit. Une départ qui m’avait fait me poser des questions mais on m’avait vite fait comprendre que les réponses à cette question ne me concernerait pas et comme j’étais le jeune garçon le plus débile et le plus docile du monde je ne m’étais vraiment pas poser de question. Si il ne c’était pas passé ce qui c’était passé alors je pense que la situation dans laquelle je suis actuellement pourrait être bien plus confortable nettement plus facile a vivre. C’est quelque chose de dommage. Bien rien de ce que je pensais ne paraissait sur mon visage, jamais je ne laisserais a cette jeune fille qui bien failli couter la vie à l’un de mes meilleurs amis. Après tout même si la situation actuelle faisait d’elle une allié potentiel je refusais de lui montrer un quelconque signe de faiblesse même a ma vielle amie bien que nous soyons tous les deux jeunes.

Je tournai légèrement la tête pour avoir le meilleur visuel possible sur son visage. Whouah, il est vrai qu’il y a bien longtemps que je n’avais pas vu Akari d’aussi près en fait elle n’avait pas vraiment changé. Sur le moment je fus presque attendri par une flopée de souvenir d’enfance qui me revenait en tête. Bien sûr maintenant que j’ai quelque verre à mon actif il parait évident que ce genre de choses soient plus facile a retrouver et je ne vous cache pas qu’a cet instant précis je me sentais plus ami avec elle qu’avec n’importe quelle autre personne présente dans ce bar.

« - Pfff ! Si j’aurais du mourir, j’aurais rendu mon dernier souffle depuis longtemps… »

Après c’est quelques mots, elle s’empressa d’engloutir son verre avec le sourire. Sur le moment j’avais comme l’impression qu’elle ne voyait pas exactement qui était la personne assise à côté d’elle. C’est bien possible après tout cela fait vraiment très longtemps que nous n’avions pas été face à face. A sa voix on sentait que ce genre de petite phrase ne l’atteignait pas. Son règne en tant que Mizukage l’avait surement rendu insensible à ce genre de remarque. Mais il ne faudrait pas non plus qu’elle oublie que dans ce bas monde tout peut arriver et que c’est parce que cette négociation a lieu qu’aucun affrontement n’a lieu. Je ne prétends pas la rétamé en deux temps trois mouvement mais je pense avoir largement ce qu’il faut pour la faire douter. Je me resservis encore un autre verre, je ne comptais plus mais bon j’avais une bouteille il fallait bien la finir et cette fois au moment où je comptais le porter à mes lèvres elle rajouta

« - Te fout pas de moi. Tu ne m’a pas arrêté il y a sept ans, ni il y a deux ans, ce n’est pas maintenant que tu le fera… »

Touché ! En effet je n’avais rien fait il y a sept ans et lors de la guerre non plus tout simplement car j’étais quelqu’un de vraiment dévouer lorsque j’avais treize ans alors je ne m’étais pas poser la moindre question, et que je pensais vraiment que Fujita lui aurait botté les fesses de façon royale. Par contre encore une fois elle me paraissait un peu présomptueuse de dire que ce n’est pas aujourd’hui que j’aurais tenté quoi que ce soit, car il faut dire que pendant un long moment je l’avais cru morte alors à quoi bon comploter pour s’en prendre a un cadavre… Nous sommes d’accord elle me tutoie et dit des choses correct, il semblerait donc qu’elle soit aussi maligne qu’on le dit et qu’elle se souvienne de moi. Comme c’est sympathique, au moins ça éviteras que je me sente légèrement idiot si elle ne voyait pas qui j’étais. Je bus mon verre avant de le reposer sur le bar avec un léger sourire. Elle aussi bu un verre qu’elle venait de se servir.

« - Tu crois quoi ? Je ne suis pas connue pour être une tapette ! »

Je me retins de ne pas rire. Cette façon de le dire, le contexte et surtout ce qu’elle avait dit avant m’avait presque fait exploser de rire. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’alcool à cet effet sur moi, je ris vraiment pour un rien quand j’ai bu plus de deux verres par contre elle en est déjà à trois et il semblerait qu’elle n’ait rien. Elle n’est peut-être pas connue pour être une tapette mais pas non plus pour être une alcoolique et pourtant il semblerait qu’elle ait une sacrée descente, rien que le fait d’y penser me faisais ricaner. Il y eu comme un blanc le temps que j’arrive à me calmer ce qui je vous l’assure n’était vraiment pas une mince affaire. Je tournais sur mon tabouret pour être face à tous ceux qui étaient présent dans le bar, je ne fus pas surpris d’en voir encore un peu sous le choc, d’autres semblant s’être fait une raison et d’autre encore était tellement ivre que je me demandais si ils avaient réussis a remarquer quelques choses. Je pris encore un autre verre, il me semble que c’était le cinquième, celui-ci je le bus comme ses quatre premiers camarades.

« Heureusement, j’ai toujours aimé les gens qui me résistent.»

Juste après cette phrase je laissai échapper un rire car il était impossible à retenir celui-là même avec tous mes efforts je n’aurais pas réussi. Un tintement se fit entendre, il semblerait que le barman ait failli renverser ses verres en entendant cette phrase. Pour revenir à des choses plus sérieuse, j’avais vraiment l’impression d’avoir chaud ici, alors j’enlevai ma veste pour rester en filet, au moins maintenant je n’aurais plus aucune raison d’avoir chaud. Je repris encore un autre verre juste avant de rajouter.

« Attention, ne te fait pas de film je ne dis pas que je t’aime, ou que je t’ai pardonné on en est même très éloigné. Par contre je te propose quelque chose, ce soir on oublie tout et on fait le vide autour de toute ses bouteilles de Saké au nom de notre ancienne amitié»





Dernière édition par Kaitaro Nagi le Lun 7 Jan 2013 - 0:31, édité 1 fois
avatar
~ Ex-Mizukage - Emmerdeuse du Conseil ~
Hasegawa Akari~ Ex-Mizukage - Emmerdeuse du Conseil ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 35
▌Age : 31
▌Inscription : 03/11/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : A / 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
0/2000  (0/2000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Qui a dit qu'il suffit d'une poignée de main pour un accoRd pv Akari (- 18 ans) Ven 4 Jan 2013 - 0:23




SOUVENIR


Regret & Remord


Le temps a passé et de l’eau a coulé sous les ponts c’est vrai mais cela ne veut pas dire qu’elle avait oublié ses origines ni ce qu’elle a fait. Oui, elle a grandie ici, oui, elle a fait une bonne partie de ses classes et c’est aussi ici qu’on lui a appris à se battre mais cela n’excuse en rien ce qu’elle a fait il y a deux ans. Elle ne se le pardonne pas à elle-même alors elle ne demande pas que Konoha lui pardonne… Elle a fait des erreurs et malgré qu’elle fût jeune et inconsciente, cela lui a rappelé qu’elle était humaine. Konoha était un village cher à son cœur et la folie de l’affront l’avait rendu comme paralysée sous la colère et la haine. Est-ce vraiment cela qu’on appelle la folie des Kages ? Finalement, elle n’était peut-être pas autant protégée qu’elle semblait le montrer. Cependant, c’est quelque chose qui ne peut frapper ses protecteurs car elle seule était au pouvoir de ce village sanglant. Elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même… Mais tout ça appartient au passé et elle préfère oublier toutes ses erreurs pour avancer. Oui, elle est revenu mais uniquement parce que le Mizukage lui avait demandé de sortir de sa retraite pour rejoindre les épées légendaires. Elle qui fut autrefois maîtresse de toutes les épées disponibles, la voilà en possession d’une d’entre elle. Comme elle l’avait déjà soumise, elle n’avait plus besoin de s’imposer face à la conscience de son épée légendaire arboré de parchemin explosif. D’ailleurs, elle pourrait même se servir d’une autre épée si elle venait à perdre la sienne pour X ou Y raisons. Assise à côté d’un très vieil ami, elle ne semble pas inquiète mais alors vraiment. Tout paraissait calme jusqu’au moment où un petit malin tente quelque chose derrière. On ne peut pas surprendre un ninja de son niveau. En peu de temps, elle avait amélioré ses capacités qui sont devenues terrible et qui l’ont propulsé au grade d’un des meilleurs ninjas de ce monde. Rapidement, elle quitte son siège après avoir attrapé le bras de celui qui avait essayé quelque chose. Elle constate que ses réflexes sont identiques malgré sa longue absence de ce monde corrompu. Posant sa main sur l’épaule du mec, elle insiste en lui disant de se barrer avant de lui faire comprendre qu’il ne faut pas toucher à ce qu’elle a. C’est hautement explosif… Après plusieurs secondes, elle le lâche et elle le regarde partir sagement.

« - Je ne demande pas qu’on me pardonne … »

Murmure-t-elle en reprenant sa place. Elle lâche un soupir et elle avait déjà descendu deux verres. Mais bon, cela ne fait que quelques secondes voir une minute qu’elle les a bus. Pour le moment, l’alcool ne lui monte pas à la tête mais cela ne serait tarder. Levant sa main dans sa longue chevelure rouge rosé détachée, elle secoue celle-ci afin qu’elle reprend une bonne place. Elle n’a jamais été foutu de rester coiffée parce qu’elle n’aime pas les coiffures. Du coup, ses cheveux restent longs et ce n’est pas pour lui déplaire… c’est alors qu’il se met à rire et elle reste calme et posée. Autant dire que le fait d’être Mizukage l’avait aussi transformé d’une façon ou d’une autre. Même si elle ne se l’avoue pas… Haussant les épaules, elle ne semble pas du tout affectée par les rires de sa connaissance de longue date. Prenant son troisième verre, elle le boit avant de rouler des yeux lorsqu’il dit qu’il aimait qu’on lui résiste… pourquoi pas… C’est un truc comme un autre. Elle ignorait encore combien de verres il avait de plus qu’elle mais elle n’était pas là pour faire une compétition. Bien loin de là… Elle était comme revenu aux sources … Est-ce un mal ? Pas à ses yeux… Elle était peut-être hait pour ce qu’elle avait fait mais elle n’a jamais oublié ses origines et dans le fond, cela l’avait désespérer… Ce village qu’elle avait tant aimé… Cela ne lui avait pas fait plaisir mais son devoir était de protéger Kiri et non Konoha… Et comme l’Hokage en place à l’époque avait joué avec le feu… Il l’avait cherché, il l’avait trouvé et il avait perdu… Remplissant son quatrième verre, elle s’arrête en entendant la proposition de son ami-ennemi. Car oui c’est comme ça qu’il faut les nommer…. Terminant son remplissage, elle tourne la tête avant de répondre tout en montrant un petit sourire au coin des lèvres.

« - Si cela peut te faire plaisir … »

On aurait pu croire qu’elle s’en fichait mais ce n’est pas vrai. Elle voit en l’occasion une façon de se remémorer de vieux souvenirs qu’elle avait peut-être oublié avec le temps… Attrapant son verre, elle le porte à ses lèvres avant de le vider. Étrangement, elle commence à ressentir la chaleur du saké mais elle ne retire rien en raison de son épée légendaire qui se trouve sur son dos. Si elle annonce au Mizukage qu’elle a perdu l’épée, il risque de la démolir… Kiri ne l’a pas oublié… Ni Konoha… Dans le fond, elle est fière d’être devenue une légende même si ce n’est pas comme elle l’aurait voulu. Peut-être devrait-elle passer sa retraite ici ? Secouant sa tête, elle préfère oublier cette idée… Ce ne serait pas une bonne idée… Posant le verre sur la tête, elle constate que sa bouteille a été bue au tiers. Et bien, elle a une sacrée descente.

« - Je vais voir avec mon chef si on compte rester longtemps à Konoha … »

Eh oui, elle n’est pas venue ici seule. Cependant, elle ne peut pas aller voir son chef dans son état actuel et c’est surtout qu’il est occupé avec l’hokage actuel. D’ailleurs, Akari ne connait rien de lui hormis le fait qu’il soit le chef du meilleur clan spécialisé en Taijutsu… Et cela ne semble pas l’impressionner… C’est plutôt lui qui devrait la crainte… Elle a une colère connue comme étant des plus destructrices de ce monde et surtout qu’on peut difficilement apaisée… Normal, on ne provoque pas le Dragon des Glaces de Kiri même si elle a renoncé à ce surnom depuis son retour à Kiri et depuis qu’elle sait qu’elle ne peut plus se servir de son principal atout même si elle a bien d’autre secrets dans ses manches … La prendre pour une faible serait votre plus grosse erreur. Elle a prouvé par le passé qu’il ne fallait pas la prendre pour une idiote ou une faiblarde… Et c’est elle qui est parvenu à soumettre le village. Oui, ce village où elle a passé la plupart du temps qu’elle dispose… remplissant un cinquième verre, elle le lève pour son ami-ennemi en disant une phrase avant de le boire

« - A nos souvenirs ! »





avatar
~Chef de l'ANBU de Konoha~
Kaitaro Nagi~Chef de l'ANBU de Konoha~
▌Messages : 1019
▌Age : 23
▌Inscription : 17/12/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
478/1000  (478/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoroyuku-no-shinobi.keuf.net/forum.htm
MessageSujet: Re: Qui a dit qu'il suffit d'une poignée de main pour un accoRd pv Akari (- 18 ans) Sam 5 Jan 2013 - 23:10

. :: Eh bien il faut que je te dise....! ::.



Elle n’a vraiment pas changé, si on oublie certains détails c’est exactement la même personne en tout cas d’un point de vue physique. Je sentais dans son regard que quelque chose la travaillait. Je ne saurais pas vous dire quoi, je pense que l’absorption de saké en continue me ferait dire un peu n’importe quoi sur ce genre de sujet, déjà que sobre je ne suis pas très doué pour sonder l’esprit des gens vous pensez bien que maintenant que j’ai quelque verre à mon actifs ça doit être bien pire. J’aurais bien voulu savoir ce qui lui trottait dans la tête si ce trouve même lui proposer mon aide sait-on jamais, mais je ne pense pas nous soyons redevenus suffisamment intime pour que ce genre de question puisse se poser, alors le silence s’imposa à moi ainsi que cette terrible envie de vider le verre que j’avais dans les mains et le désir de le remplir à nouveau. Je ne vous cache pas que j’avais déjà perdu le fil et je ne n’avais pas la moindre idée du nombre de verre que j’avais déjà sifflé mais je savais qu’il était loin du résultat final… Il semblerait que ma camarade ne soit pas la seule à être tracasser, je voyais bien tous ces regards remplis de colère et de haine, c’était bien trop fort pour que je puisse cette fois avoir le moindre doute, étrangement personne n’osait rien faire. Avaient-ils peur ? Ou étaient-ils juste en train de penser à ce qui se faisait en moment des hautes sphères ? Disons qu’il s’agit un peu des deux. Beaucoup me regardait l’air de me demander d’agir. Pour une fois dans ma vie je n’accéderais pas la requête silencieuse du peuple. Pourquoi ? Tout simplement parce que je n’avais aucune raison, personne n’était en danger et je ne pense pas que ce sera le cas plus tard dans la soirée alors il était hors de question que je bouge le petit doigt si ce n’est pour boire encore un verre ce qui serait surement le cas dans quelques instants.

Apparemment, il semblerait que ce grand objet qu’elle porte sur le dos ait attisé la curiosité de quelqu’un, un homme qui semblait légèrement plus vieux que nous avait tentés de la toucher j’imagine. Je ne fus pas surpris de voir que son « plan » fut déjoué par ma voisine dans un endroit aussi petit il paraissait évident qu’elle l’aurait remarqué. Un homme se leva au fond de la salle, il semblait attendre un faux pas. Ils en étaient sérieux ? Ils attendaient que quelque chose se passe. Je ne pensais pas que les gens de konoha étaient aussi lâches. Je fus déçu, heureusement tous n’était pas comme lui. Akari lâcha l’homme et le fit détaler. Elle sait vraiment être persuasive il semblerait que le fait d’avoir été Mizukage lui avait au moins apporté ça. Elle se rassit et dans un murmure dit qu’elle ne voulait pas être pardonnée. J’avais peut-être bu mais je n’étais pas encore devenu sourd et j’étais sûr de ce que je venais d’entendre. De toute façon ce n’était pas faisable mais nous pourrions au moins essayé de passer à autre chose. Difficile à croire venant de quelqu’un qui aurait tout donné au moment son retour à konoha pour lui faire la peau. C’est sans doute le fait que Konoha soit maintenant une terre libre dirigé par quelqu’un de juste même si je vous l’avoue je ne l’apprécie guère, ce n’est pas mon rôle de l’apprécié juste de le servir. Je bus une gorgée de mon verre exprès je ralentissais un peu. Il fallait tout de même que je me souvienne d’où j’habite. Je bus encore une autre gorgée, et elle accepta ma proposition. Un immense sourire s’afficha sur mon visage, oui j’étais content qu’elle accepte, ça nous permettrait peut-être de rattraper le temps perdu en tout cas c’était un peu ce que je souhaitais et puis boire seul ce n’est jamais une bonne chose.

« - JE VAIS VOIR AVEC MON CHEF SI ON COMPTE RESTER LONGTEMPS A KONOHA … »

C’est vrai que ce n’est plus elle le chef. C’était quelqu’un que je n’aurais jamais pensé voir un jour au pouvoir surtout dans le village de Kiri qu’il a déserté pour trouver refuge à Kumo. Ah je me souviens de ces combats que nous avons livrés, si je ne me trompe pas je l’ai toujours vaincu. Bien que ce soit mon ami son statut me dérangeait car il me semble que parmi tous ceux qui étaient présent dans ce village car je suppose qu’il y avait quand-même des gens qualifié, ils ont choisis celui qui a trahis plusieurs villages à plusieurs reprises surtout qui a été un sou fifre de Pein. Peut-être était-il devenus quelqu’un de responsable en qui ont peu avoir confiance et capable de mener des troupes mais ça m’étonnerais quand même grandement. Enfin, je ne suis pas là pour le juger mais pour profiter de ma soirée. Je finis mon verre en espérant que Gargonith ne soit pas trop pressé car je sens que si toute sa délégation devait partir demain à la première heure Akari pourrait ne pas être en grande forme, l’alcool et le réveil ne font que très rarement bon ménage. Je me resservis un verre.

« - A NOS SOUVENIRS ! »


« A NOS SOUVENIRS ! »

Je souris et pris mon verre avant de lever et de le boire. J’avais très chaud malgré le fait que mes vêtements soient mouillés. J’enlevai ma ve… je l’avais déjà enlevé. Eh ben, il faut croire que le saké me monte vraiment à la tête. Je me resservis encore une fois un verre c’était le dernier de ma bouteille et j’étais prêt à le boire d’une traite mais avant que j’eu le temps de faire quoi que ce soit. Le barman me rappela qu’il avait interdiction de servir plus d’une quinzaine de verre de saké et que donc mon quotas de verre serait bientôt atteint à ce rythme-là. En effet je n’en avais plus que cinq à boire selon lui. Finalement, le verre que je venais de me servir allait un peu patienter histoire que l’on soit à peu près au même niveau.

« Tu sais, quand tu es partis il y a sept ans, je ne suis pas resté sans rien faire, c’est juste que jamais personne n’a accepté de m’expliquer les raisons de ton départ, et je n’avais pas le droit d’aller à ta recherche. Ils m’ont dit que pour ta sécurité il valait mieux que l’on te laisse tranquille »

En effet je m’étais toujours posé cette question pendant un long moment hélas j’étais bien trop respectueux des ordres et j’avais bien trop peur de ce qui se serait passé si j’avais désobéis, et étant donné que c’était pour sa sécurité il était impératif que je la laisse.


avatar
~ Ex-Mizukage - Emmerdeuse du Conseil ~
Hasegawa Akari~ Ex-Mizukage - Emmerdeuse du Conseil ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 35
▌Age : 31
▌Inscription : 03/11/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : A / 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
0/2000  (0/2000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Qui a dit qu'il suffit d'une poignée de main pour un accoRd pv Akari (- 18 ans) Jeu 10 Jan 2013 - 14:05

Souvenir
Akari Hasegawa & Kaitaro Nagi
O
ui, c’est vrai. Quelque chose la travaille mais elle n’en dit pas plus. Après tout, même si elle représente une alliée, elle est aussi un des anciens bourreaux de ce village. Même elle ne se rappelle pas avoir autorisé qu’on libère Konoha. Ne dit-on pas que les absents ont toujours tort. Debout après lâché l’homme qui avait tenté de toucher le Vaporisateur, elle tourne la tête vers le fond avant de poser un seul regard sur l’homme debout. Celui-ci se rassoit calmement sans chercher d’histoire. Si elle avait arrêté cet homme, ce n’était pas par hasard. S’il avait mis la main dessus, il aurait fait péter le lieu puisque ce sont des parchemins explosifs qui sont suspendus à la lame. Après avoir constaté la lâcheté, elle soupire avant de repenser à son prédécesseur qui a eu la lâcheté de libérer ce même village. Ah bravo la réputation de Kiri… On passe pour des tyrans mais aussi des lâches à cause des incompétents se trouvaient à la tête du village. Mais elle compte bien faire changer ça car maintenant, elle est aussi membres du Haut-Conseil de Kiri et elle peut agir dans les hautes sphères sans rien craindre de tous ses vieux emmerdants et séniles sans oublier l’aspect trouillard en prime. Pff… Pathétique et tous des lâches … Elle n’en pense pas moins. Reprenant sa place, elle reste dans ces pensées… Elle voudrait l’être mais elle a fait beaucoup de mal et ce n’est pas son genre de demander à être pardonner pour ce genre de choses. Comme beaucoup de gens avant elle, elle a fait des erreurs mais c’est en faisant qu’on avance… Trop jeune peut-être mais il fallait avouer que tout s’était accumulé trop vite et que son devoir est passé avant la seule chose qui détermine la fameuse « Volonté » du feu dont elle connait l’existence… Elle grandit dans ce village qu’on le veuille ou non. Mais en ce moment, elle n’avait rien d’un chef, rien d’un leader… Elle n’était plus rien qu’un ninja au service du Mizukage, poste qui fut autrefois le sien.

Mais tout à changer et elle en est parfaitement consciente. Elle avait décidé de se placé en retraite anticipée mais le Mizukage actuel en avait décidé autant. Exploité le génie qu’elle était… Seulement, contrairement à ce qu’elle pouvait faire croire, elle est de l’avis qu’un déserteur n’avait pas sa place à la tête qu’un village qu’il avait déserté. C’est un peu la raison pour laquelle elle s’en veut d’avoir abandonné en quelques sortes ses obligations et son village. Elle n’avait pas de croiser le regard de son propre peuple pour comprendre. Bien qu’elle soit une véritable légende dans les cinq Grandes Nations, elle en reste pas moins inaccessible. De plus, sa notoriété n’est plus à faire. Pourtant, elle semble s’en foutre complètement. Ce n’est pas la célébrité qui va la sauver de ce qui la travaille. Loin de là… Puis, elle dit simplement après avoir avalé le verre ayant servi pour les souvenirs d’une façon un peu joyeuse.


« Fuck le chef ! Je n’ai de compte à rendre à personne … »

Et ça, c’est bien vrai. Elle ne doit rien à personne et elle ne doit rien. Elle est une grande kunoichi et elle sait se débrouiller. Si le Mizukage espérait la contenir, c’est mal connaître la personne qui se tenait assise à côté. Elle en a toujours fait qu’à sa tête et cela n’est pas encore ter miné. Akari a toujours été libre même si elle a dirigé Kiri. Elle était appréciée pour son boulot mais pas en tant que personne a proprement parlé. Le Conseil, dont elle est désormais membre, ne pouvait pas la voir en peinture parce qu’elle ne se laissait pas manipuler. Maintenant, c’est fini la corruption. Le Conseil, c’est elle et elle peut enfin montré à ses vieux snocks qui est la vraie maîtresse de ce village. Elle a le soutien de la population du village et ce n’est pas forcément le cas de l’actuel Mizukage. Quand il est arrivé au pouvoir, il a organisé un festin… Que n’avait-il pas fait là ? Kiri n’est pas un village de soumis et encore moins de branlette. Chacun des ninjas qui servent dans les rangs de l’armée du pays de l’eau ont fait leur preuves et sont tous méritant qu’on le veuille ou non. Elle commence à avoir chaud mais contrairement à lui, elle ne se déshabille pas. Elle n’avait rien d’autre en dessous hormis ses sous-vêtements. Il y a encore peu, elle aurait été capable de se déshabiller devant tout le monde et sans complexe mais il y a une certaine décence à avoir surtout lorsqu’on est en visite dans un autre pays que le sien. Elle montre un sourire avant de lui dire la vérité…

« Je sais… Ce n’est pas par hasard si je suis partie il y a sept ans. Mais je pense qu’il serait temps que je te révèle le secret qui pesait sur moi à l’époque... »

Oui, elle l’a connait et son tuteur lui avait révélé en étant complètement bourré. Jusqu’au jour où elle en a eu la confirmation bien plus tard. Et c’est cette confirmation qui l’avait fait réfléchir sur ce qu’elle devait faire et sa décision était prise… Rapidement… Après une bonne discussion avec Sandaime Hokage, il en a été décidé ainsi. Celui-ci refusait qu’elle fasse ce voyage mais elle ne devait pas se leurrer. Si elle n’était pas partie, que ce serait-il passé ? Elle serait probablement morte avant qu’elle atteigne l’âge qu’elle a actuellement, c’est-à-dire vingt ans. Jouant avec son verre vide, elle fixe le verre avant de prendre la parole pour son ami-ennemi.

« Je ne suis pas native de Konoha contrairement à ce qu’on a fait croire. Sandaime Hokage-sama le savait. Mes origines lui était connus et il était le seul à le savoir avec Hachidaime Kazekage-sama, Ryo Mizake, en dehors de mon tuteur jusqu’à quelques semaines avant mon départ. Mes parents sont morts en protégeant leur village et je suis leur sang … Tel qu’il le devait pour protéger le peuple de Suna… Ma mère est morte en héroïne gardant jusqu’à sa mort les secrets de mon village natal sauvant la peau de Suna et de Konoha, alliés jusqu’au bout des ongles... Mon père est mort en luttant contre la Lune Rouge … Rokudaime et Nanadaime Kazekage étaient leur appellation. Seulement, le hasard a voulu qu’on me confie à un tuteur ici après leur mort pour me protéger des belliqueux qui me voyait comme un outil, un moyen de pression sur Suna. Je suis partie pour assumer mon héritage mais aussi protéger le village. Malgré le désaccord que j’ai eu avec Sandaime-sama, nous avons convenus à un accord qui me lie encore aujourd’hui à ce village : Il me laissait partir en paix et je tais les secrets de Konoha protégés par un sceau. Voilà la raison pour laquelle je n’ai jamais été placée chez les Nun-kenins du feu… »

Ce petit sceau ne se trouve pas sur la langue mais au niveau de sa cheville gauche, actuellement non visible. Elle avait demandé à ce que cela paraisse comme un tatouage simple mais il avait une toute autre signification. Elle parlait, le sceau s’activerait sur le champ mettant fin à sa vie. Elle n’est pas folle la mouette et surtout qu’elle est une ancienne experte en technique de sceau donc ils n’ont aucun secret pour elle. Jouant encore avec son verre, elle lâche un soupire avant de dire simplement.

« Rappelle-toi. Hasegawa n’était pas mon nom de l’époque. J’ai l'ai pris à la mort de mon tuteur à la suite d’un coma éthylique soit le jour de mon départ de Konoha. »

Codage by Me

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Qui a dit qu'il suffit d'une poignée de main pour un accoRd pv Akari (- 18 ans)


Qui a dit qu'il suffit d'une poignée de main pour un accoRd pv Akari (- 18 ans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» DON&JULIET Il suffit parfois d'une seule personne pour se sentir heureux
» Harry J. Potter | «On peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière»
» Ça suffit.
» Il suffit d'un rien pour être heureux [pour élèves]
» Parfois il suffit d'une seul personne pour changer ta vie : Kaley A.Wilson (je pense avoir finit)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays du Feu ~ Hi no Kuni :: Konoha Gakure no Sato :: Habitations :: Autres quartiers-