Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
 ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
Fujita Kodo ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1197
▌Inscription : 21/05/2010

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
40/1000  (40/1000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Dim 15 Mai 2011 - 22:47




Le feu et l'eau ? Les contraire s'attirent





https://www.youtube.com/watch?v=hcNq26C93vw&feature=related (musique du rp)


L’évolution est en soi un embranchement infini de choix qui se rapprocherait par sa complexité au destin. Pour aller d’un stade à un autre une quantité impressionnante de directions s’offrent à nous et puisque le nombre de stades est infini on réalise bien vite le nombre gargantuesque de chemins possibles… La seule manière donc de trouver l’origine est de parcourir le chemin inverse menant d’une fin vers l’immuable et unique début originel. Le morcellement infini de cette évolution pourrait être comparé à une explosion provoqué par le choc de deux contraires qui selon la loi universelle s’attirent. Le premier est la force vitale, la volonté impétueuse de la création et de la perpétuation de cette dernière… La seconde est la résistance du milieu matériel à cette volonté révolutionnaire. Subtile et surtout rusée, la force vitale trouva assez de ressources pour trompé son ennemi et se mêler à lui pour ainsi ressortir victorieuse et nous offrir l’infinie diversité vivante que connait notre monde Affrontant à chaque fois la dureté de la nature elle a su préservé chaque fragment de l’explosion pour en faire une entité pétulante de vie. L’homme est l’un des fragments qui nous intéresse le plus puisqu’il a pu lui-même créer de l’évolution en usant de son envie sociétale qui impose de se démarquer et ainsi fatalement … d’évoluer. L’homme créa ainsi des explosions à l’intérieur de sa société pour généré lui-même sa propre évolution ce qu’aucun autre fragment ne pu réaliser. Et de ce fait chaque évolution de l’espèce humaine est aussi accidentelle et insoupçonné qu’une explosion… accident après accident la providence se forme donnant naissance à la vie tel que nous la connaissant, trompeuse certes mais passionnante se tassant bombant le torse fièrement parmi la multitude de créations proférés par la source originelle.

Dans la piètre monotonie de la vie survient une sensation de folie, une joie qu’on ne saurait expliquer… tellement forte qu’on ne pourrait répliquer. Elle ne vous prévient pas et arrive, parcourant les champs de blé et d’olives… Parsèment sa magie sur les cieux, révélant soudain la beauté des lieux. Chaque instant devient savoureux, au diable les souvenirs douloureux ! Si l’espoir devait se réincarner en une lueur, il choisirait sans doute le bonheur… Le destin est parti en voyage, profitez ! Il n’est plus dans votre sillage, buvez cette divine mélodie et illuminez un instant votre vie. Mais sachez que si le bonheur existe c’est pour que la douleur persiste, restez sur vos gardes, dans peu de temps ce sera le destin qui bombarde. Profitez de chaque instant et faite durer ces moments, offrez votre sourire à la providence… Signe d’une joie qui s’annonce. Vers un bonheur anodin… Vers un dénouement certain … Je m’avance et je cours et aux suppliques du destin je reste sourd.

Voulant rendre heureux mon peuple je voyageai vers la paix, j’avais envoyé une missive annonçant ma venue et à peine arrivé aux portes de kiri le travail avait commencé… Je pu donner mes instructions… Je regardais alors satoshi hateru et je lui dis :

« Caché »

Ceci annoncé, le ninja impérieux pris sa destination et moi et Ichika nous présentions devant les portes du village de Kiri… Après quelques secondes des gardes vinrent nous accueillir et je leur demandai d’aller chercher le Mizukage… On attendait alors la venue de mon hôte qui ne saurait à présent tarder







InvitéInvité
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Lun 16 Mai 2011 - 20:15

/!\ Ce topic se déroule après l'évent RP de Kiri /!\

« LA FLEUR DE L'ÂGE »
...


Le village semblait calme mais il n'a pas toujours été ainsi... Il y a encore peu de temps, il était soumis à un très grand stress... En effet, je me suis retrouvée bloquée dans la célèbre prison de Kiri où le clan responsable de celle-ci m'a tendu un piège où j'ai bien faillit y laisser ma peau. Mais par un hasard, j'ai finalement trouvé le moyen de m'échapper et j'ai mise à mort l'ensemble du clan sur la place public. Je n'ai pas vraiment le choix vu que l'on cherche à me faire tomber... Si je dois régner par la peur, je le ferais avant de retourner à un état de paix et de confiance. Je savais pertinemment que ma politique ne plaisait pas à tout le monde et je m'attendais aussi à avoir des coups d'état ou des tentatives d'assassinat sur ma tête mais pas à ce point. Depuis mon arrivée au pouvoir, c'est la troisième fois que j'échappe à ce genre de choses et il arrivera un moment où j'y laisserais ma peau. Pas très fière de ce qui s'est passé sur place, je n'étais pas forcément de bonne humeur. Mon bras en écharpe était présent contre ma poitrine et mon poignet affichait la marque que le bracelet utilisé sur les prisonniers avait laissé derrière lui... La Tour du Mizukage se trouvait à l'est des Portes d'accès mais elle était reconnaissable en raison du fait qu'il s'agit de la plus grande bâtisse du village . C'est là bas que je me trouve. Depuis l'incident de la prison, je ne parvenais pas à avancer sur mes travaux administratifs tellement cela me trottait dans la tête. J'avais presque envie de massacrer tous les clans afin d'être tranquille une bonne fois pour toute... Définitivement...

Je n'ai pas besoin de dessin pour vous montrer à quel point je ne suis pas d'humeur à discuter avec qui-que se soit aujourd'hui. Néanmoins, il fallait que je prenne sur moi car je savais que j'avais de la visite. En effet, le responsable du village caché de la feuille vient me rendre une petite visite... Je me demande ce qu'il cherche parmi l'île isolée du pays de l'eau, centre d'une grande archipel idyllique mais faussement imagée. Mais je ne suis pas là pour faire l’interprétation d'image que les divers ninjas de l'ensemble des pays shinobi se sont faites. Oh que non... J'ai bien d'autres obligations qui me prend tout mon temps et m'oblige à me laisser enfermer dans cette maudite tour... Mais d'un côté, je suis relativement en sécurité vu que les gardes ANBU sont très très présents en raison de la position du village. Je lève le nez du bureau et je tourne la chaise vers la vu de kiri que j'ai depuis le bureau. C'est vraiment une magnifique vu mais le brouillard était levé... Je me lève et je soupire. Je voulais quitter ce bureau mais ma vie était en danger et j'étais sans cesse sous surveillance... cela avait le don de m'énerver encore plus... Je serrais le poing discrètement lorsqu'un bruit vient couper court à ce silence de mort...

Autorisant la personne à entrer, je tourne simplement la tête pour remarquer qu'il s'agit d'un des gardes de la porte. Celui-ci était venu m'annoncer la présence de la personne que j'attends. Mon hôte était enfin arrivé... Mais peut-être est-il arrivé au très mauvais moment. Mais il était mon devoir de l'accueillir comme le voulait son rang. Hochant la tête, je fis signe au garde de disparaitre et je me tourne vers mon chapeau en me disant que cela va être la première fois que je vais le porter sur ma tête... L'attrapant avec ma main valide, je le mets sur la tête et j'ouvre la porte afin de quitter le bureau. Une escouade m'attendait... C'était prévu. Fermant la porte, j'en vis un qui s'arrange pour sceller la porte afin qu'une personne mal intentionnée ne puisse pas y pénétrer. Chose logique vu que c'est un lieu où sont stockés beaucoup de secrets... Je montre un petit sourire avant que l'on ne disparaisse. Moi, la première... J'avais mal mais je me tais car je devais être forte et surmontée tout ce qui s'est passé en bas dans le volcan éteint où se trouvait la maudite prison de Kiri. Le voile arrière du chapeau volait dans le vent créer par nos mouvements... Arrivant sur place, je reste vigilante et depuis le haut des portes. A vrai dire avec le brouillard, je ne pouvais pas voir de qui il s'agit mais la silhouette ombrageuse me disait quelque chose. Je soupire et je regarde ma garde pour hocher la tête. Cela veut dire qu'il reste là et je me manifeste tandis que les gardes de Kiri s'agenouille depuis leur position. J'avais le dos tourné et l'Hokage ne pouvait voir que mon dos est une partie de ma chevelure flamboyante. Les ANBU se mirent en rang serré et je peux sourire un peu avant de faire signe à tout le monde de se relever.

Puis je fais face à l'hokage qui me voyait d'abord flou en raison de l'épais brouillard qui sévit sur le village depuis plusieurs semaines. Normal, nous sommes a printemps et c'est toujours la période avec l'automne où le village est entouré d'un brouillard relativement épais. Un membre de ma garde personnelle me suit tandis que je marche en direction du chef de Konoha. Des souvenirs me reviennent à l'esprit mais je ne devais pas oublier que je ne dépends plus de Konoha désormais et que mon village comptait sur moi. Plus je m'approchais et plus, je me disais que ce visage m'était familier. Finalement, je m'arrête pour mettre mon bras valable sur ma taille et dire d'une voix plutôt joyeuse...

« - Fujita... Quelle bonne surprise... J'aurais du savoir que tu étais devenu le représentant de la volonté de feu... Mon ami ! »

C'est alors que je retire mon chapeau qui cachait les trois quart de mon visage. Je le laisse retomber en arrière et comme il était attaché à mon menton, le chapeau bleu et blanc ne tombera pas sur le sol. C'est alors que je m'approche de lui et que je le serre dans mes bras. Si je l'ai connu ? Et comment ? Son frère, lui et moi formions une équipe d'enfer et il est l'un de mes amis de ce village où j'ai grandis en silence et en cachant mes origines. Puis je m'écarte en lui serrant la main. Le fait de le revoir me remonte le moral mais me redonne aussi le sourire. Cela fait tellement longtemps maintenant... On doit en avoir des choses à se dire depuis le temps... Je le regarde avec un petit sourire en reprenant la parole. Bien que je n'appartienne plus à Konoha, je baisse légèrement la tête en guise de profond respect...

« - Soyez le bienvenue au village caché de la Brume, Hokage-sama...  »
avatar
 ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
Fujita Kodo ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1197
▌Inscription : 21/05/2010

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
40/1000  (40/1000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Sam 21 Mai 2011 - 17:36




Une surprise à la hauteur





https://www.youtube.com/watch?v=BXpdmKELE1k&feature=topvideos_music (musique 1 du rp)


Un souffle se répand, une brise mélancolique l'accompagne le rassurant de sa grâce intarissable et enfin un autre souffle sort comme rassuré de voir que le bouc émissaire est saint et sauf, les souffles se succèdent alors mais ne se ressemblent pas et enfin une respiration calme et spontanée s'établit... Ma respiration, celle qui prolonge ma vie et me permet de résister à la mort, la traitresse fourbe et terriblement rusée qui cherche à m'emporter avec elle. C'est bizarre, la mort qui nous veut vite sienne, pourquoi n'attend t'elle pas son heure comme nous attendons la notre?? Peut être qu'elle a peur de nous voir vivre éternellement, et qu'elle veut vite nous collecter avant qu'on ne parte loin de la meute. Moi... La mort ne m'effraie point; qu'elle crie tant qu'elle voudra, je ne lui rendrai visite que quand lui offrir mon être deviendra nécessaire. Les gens normaux ne comprennent pas tout ça, comment peuvent ils croire qu'ils sont vivants quand la peur devient leur unique guide... la peur neutralise toute parcelle de vie, et quand la peur de la mort devient si forte que notre objectif deviens de lui échapper; quelle vie nous reste il donc???

le Jeune Kodo était comme un voyant aveugle, voyant tout sans ne rien voir, il savait pertinemment ce qui l'entourai alors que son regard absolument stable était consécutivement plongé soit dans la contemplation rayonnante de son enfance ou encore dans les images consécutives que lui offrait la nature… Le passé et le futur se mélangeaient en utilisant le pont faiblement mais habilement guidé qu'était le présent. Il marchait gracieusement, prudemment, néanmoins rapidement vers son destin guetté par le monstrueux bourreaux au manteau noir abyssale qu'était le destin, il n'avait vraiment pas été clément avec lui, le contraignant à se séparer de sa famille pour pouvoir protéger le monde, mais cela du moins il comptait bien le faire, il comptait venger sa famille et protégé son frère cependant il savait pertinemment qu’on ne peut jamais avoir une parfaite conception du bien ou du mal, mais pouvant aux moins s'en approcher, Fujita ne cessait de raccourcir la route infinie qui menait à la perfection, son combat contre le destin, la haine qui hantait parfois ces yeux si profonds, c'était évident… si Fujita prenait des humains pour méchants, Il existait d’autres gens qui eux pensaient tout le contraire.


https://www.youtube.com/watch?v=Xsl01e4hkbY&feature=related (musique 2 du rp)

Ce voyage m’avait permit de visiter Kiri… Un village mystérieux plus qu’autre chose, le brouillard n’arrangea rien à ce fait et l’accentuait encore plus. Mais la chose à laquelle je ne m’attendais vraiment pas… Mais vraiment pas du tout fut de découvrir que les cheveux ravissants, ondulants élégamment, derrière cette brume assassine, appartenaient à la magnifique Akari… Une précieuse amie d’enfance qui était devenue incroyablement belle… ça prestance était saisissante et tant j’étais content de la retrouver que je voyais les marques de blessures et autres qui sillaient son corps tout entier… Mon sourire beat se transforma peu à peu en colère, et répondant à son geste respectable et honorable je lançais mon chapeau au ciel puis la tint par les épaules avec effrois avant de dire :

« Akari… Ma chère amie, que t’est il arrivé ? Quel abomination à pu frapper ta si somptueuse existence ?!!! »

Mais chassant ce regard morne et attristé qui ne faisait qu’aggraver les choses j’arborai désormais un sourire angélique et rétorquai avec bonheur :

« Il y’a quelqu’un à Konoha qui ne t’as pas oublié à part moi et je pense déjà que tu sais de qui je parle … Toshiro sera fou de joie en entendant que tu es toujours en vie »

Pour moi les convenances entre kages n’étaient pas si importantes et devant la félicité qui me transperçait le cœur une poignée de main faisait pale figure… Je la portais alors avec force avant qu’un petit son de douleur ne puisse m’en dissuader …

« On continuera notre entrevue à l’hôpital de Kiri… Je le dis en tant que kage et en tant qu’ami, tu ne voudrais certainement pas causer un problème diplomatique hein ? »

Dis- je avec un sourire amical avant d’arborer une prestance forte et charismatique en direction de l’hôpital de Kiri no kuni.





InvitéInvité
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Dim 22 Mai 2011 - 1:55

« UNE NOUVELLE PORTÉE PAR LE VENT »
...



Autant dire que sa présence me rassure dans ces moments de guerre civile au sein de Kiri. Cela ne me plait pas d'agir ainsi mais je le devais... Je devais rétablir la paix parmi mes rangs... Tant que ce soucis ne sera pas réglé, je ne peux pas envisager d'aller quelque part. Je ne pourrais pas quitter mon siège de Mizukage tant que je ne serais pas su que je retrouverais le village dans le même état que je l'ai laissé. Pour la plupart corrompus et je dois garder la tête haute et les affronter même dans la faiblesse. Fortement fragilisée par ce qui s'est passé, j'étais encore debout et je me devais de le rester. Pour montrer que je suis plus forte que ceux que ne cesse de m'assaillir sous les coups d'état ou sous les tentatives de me détrôner. Je savais que conserver ce poste allait être difficile mais pas à ce point. Mais je n'avais pas encore donné toutes mes ressources et sa présence allait me permettre de me reposer un peu mais aussi de calmer les jeux dangereux dans lesquels je suis entré en voulant les combattre... Tout ça devait cesser et j'en avais ras la casquette... Ma longue chevelure était attaché sur le coté comme d'habitude. J'étais contente de le revoir.

Cependant, la réalité de mes blessures me font revenir sur Terre et voilà que j'attrape une quinte de toux. Je m'éloigne de Fujita et rapidement, je manque de m'étouffer. Le membre de ma garde personnelle vient m'aider et je porte ma main valide sur mon ventre qui me fait mal... Saleté de côte... Elle n'a pas fini de m'emmerder celle-ci... Elle ne peut pas laisser mon poumon tranquille han ? Ma quinte de toux se termine avec quelques gouttes de sang sur le sol et je récupère mon souffle. Fermant les yeux, je me sens vaciller. Pas bon signe ça... Heureusement que mon garde m'aide. J'ouvre de nouveau les yeux et je lui fais signe de me lâcher. Je le remercie d'un signe de tête. Il n'était pas obligé de m'aider. Il aurait pu faire comme les autres et me laisser crever et moisir ici sous le brouillard naturel de ce village. Essuyant ma bouche, je me savais fragilisée mais pas à ce point. J'allais devoir me reposer... Les Ein-seinin font me tuer... Je n'ai pas respecté leur consignes... Enfin... Je m'étais redressé et j'avais mal au niveau des poumon mais je ne dis rien. Après quoi, je vais comme s'il ne s'était rien passé. Je ne devais pas faiblir. Je vis mon ami poser les yeux sur moi et mon état de santé. Puis il m'adresse la parole après m'avoir rendu un respect sincère. Je montre malgré tout un sourire.

« - Ce serait trop long à t'expliquer, Fujita... »

Je reste à ses côtés et il me dis que son frère ne m'avait pas oublier. Je souris de plus belle car au fond, j'étais rassurée qu'il soit encore parmi le monde des vivants. Cette fois, c'était un sourire franc et sincère. Non, je ne l'ai pas oublié... Toshiro... Si seulement... Je me revois encore à Konoha avec les deux frères à mes côtés... Quelque part, on avait pas changé... Moi toujours aussi solitaire tandis que les deux frères sont presque toujours fourrés ensemble... Ces souvenirs me bordent mais je devais retourner à la réalité... J'étais kage et pas n'importe qui non plus. Comment l'avoir oublier ? Lui qui m'a toujours soutenu lorsque j'en avais le plus besoin. Mais notre relation est aller plus loin jusqu'au jour où j'ai décidé de quitter le village caché de la feuille pour la sécurité de tous... Cette décision ne fut approuver par aucun des deux frères mais j'ai quand même avancé pour terminer mes péripéties ici... Dans le village qui est le pire de tous.

« - Je suis heureuse de le savoir en vie... Comment va-t-il ? »

Je venais de le demander avec une pointe d'amertume dans la voix. On aurait presque dit que je regrettais d'avoir quitter le village... Ce qui était un peu vrai mais d'un autre côté, serait-ce devenu kage ? Je ne sais pas mais peut-être que j'aurais été plus heureuse... Mais le mot heureux ne fait pas parti du vocabulaire des Kages et je dois sans cesse rappelé qui je suis et ma fonction... Finalement, il s'approche de moi pour tenter de me porter mais sans le vouloir, il fait un mauvais geste qui me fait lâché un gémissement de douleur. Je ferme les yeux et je me retiens de libérer un cri. Serrant les dents, je sens mes muscles se rétractés. Apparemment, ils n'aiment pas. Réprimant la douleur, je l'entends dire que la discussion se terminera à l’hôpital. Je soupire et je me dis qu'il ne changera jamais. Le garde fait un peu la moue et je lui fais que tout va bien.

« - Je n'ai vraiment pas besoin d'une erreur diplomatique qui me couterait la vie si je devais l'affronter en face »

Je place ma main valide autour de son cou et je regarde la direction vers où il se dirige. Arrivant devant la porte, je fais signe de le laisser entrer au sein du village caché de Kiri... Je ne suis pas méchante mais au fond, j'étais rassuré sur Konoha... Avec un ami de longue date à sa tête, je peux dormir tranquille sur le fait que ce village n'attaquera pas Kiri au vu de sa situation... Mais viendra un jour où je devrais faire face à tout ce qui dort au sein du village. Je voulais que cela n'arrive pas dans l'immédiat...
avatar
 ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
Fujita Kodo ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1197
▌Inscription : 21/05/2010

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
40/1000  (40/1000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Dim 22 Mai 2011 - 2:55




Le debut des negociations





https://www.youtube.com/watch?v=s6x7Anm4c9g (musique 1 du rp)


La parole à t’elle été donnée à l’homme pour cacher sa pensée ?? En ce qui me concerne, je pense que cette idée ne prend un sens que dans quelques cas précis et qu’en revanche la vérité est généralement ailleurs. A mon avis, la parole à elle seule ne peut rien contre la nature humaine qui impose à l’un de se trahir en cherchant à duper et à l’autre de le découvrir en cherchant à comprendre. Ce n’est que quand tout les outils de la maîtrise des émotions et des apparences sont réunies que l’on peut enfin cacher ses pensées, les maquillés ou encore les camouflés de manière efficace. De ce fait, même si la parole est l’un des plus importants moyens de manipulation, il reste tout de même un simple outil inclus dans la panoplie de moyens permettant de contrôler ce que les autres voient en nous. C’est effectivement nos gestes, paroles et mouvements qui fournissent le message complet qui se dirigera vers notre interlocuteur direct ou indirect. Alors, dans un souci de perfection, on se doit d’interpréter et d’analyser ce message en assimilant parfaitement le pourquoi qui motive chaque détail dans cet acte de communication.

Prenant donc le cas d’un professeur avec ses élèves… Celui-ci se doit de trouver le message parfait qui sera bien compris et surtout bien interprété par les élèves. Dans ce cas, la parole se doit d’être maitrisé à un niveau colossale mais pas seulement elle… Même les gestes, le regard et toute la panoplie d’outils aidera l’enseignant dans sa tâche, mais allons plus loin encore… Supposons que ce même professeur à plein de problèmes familiaux qui le somment inlassablement à être aussi morne que triste. Néanmoins, pour garder une certaine ambiance plaisante dans le cours, il se doit d’envoyer le message : « je suis enthousiaste, je veux vous faire progresser… On va bien s’amuser ». Evidement, le dire serait absurde et totalement inutile donc il doit faire parvenir ce message d’une autre manière. Eh bien oui ! Ce sont ses gestuels, son sourire et son allure qui en donnant cet aspect joviale faciliteront la tache à la parole qui en consolidant le tout fera passer le message d’une manière assez explicite. Pour cela, ce professeur doit maîtriser l’art subtile et compliqué de la manipulation et ainsi camouflé la vérité en créant aux yeux des élèves une fiction réaliste qui convient à la situation et cela s’applique évidement pour tout les genres d’actions où la manipulation s’avère être un atout utile.

Enfin, chacun de ces outils et surtout la parole peut être comparé à un masque fortifié efficacement de pouvoirs colossaux dont la maîtrise et même le contrôle est très difficile. Cependant, à partir du moment où l’on peut décider de ce que nous voulons montrer ou cacher en dessous de chaque masque et ce que nous voulons changer avec, on peut constater que la parole –et a fortiori tout les autres outils- devient une arme bougrement efficace pour cacher ses pensées à, duper ou encore manipuler autrui sans oublier que la parole nous délivre du poids de la solitude et nous libère d’un tout autre qui se dénomme secret.

« La vérité est une lumière dont on ne voit que le reflet mais la parole est un miroir qui évacue une couleur parmi les milliers qui constituent notre lumière… Choisissez donc bien la couleur à refléter ! »

https://www.youtube.com/watch?v=LmtcKTU5ruY&feature=related (musique 2 du rp)


un brasier de sang inonde mes yeux sans pitié ni pour les jeunes ni pour les vieux… Une soif de cruauté qu'il faut assouvir, un plaisir auprès du plus immonde des déplaisirs … des familles abolies…des cœurs violement démolis, des rêves oubliés et des aspirations soutirés. La guerre est un fléau lent et rapide… lent pour les meurtri lipide et rapide pour les profiteur cupides, dans leur cruauté rigide mon visage est pale et mon pou est livide. De la raison de cette destruction je suis avide mais rien ne saurais me faire dire, ce que mon cœur ne saurais lire. La guerre n'est pas justifiée, en fait elle ne l’aie jamais… c'est une manière de se défouler et de faire sortir toute cette cruauté refoulée. La raison de ma visite est mon desir de fuite… Une fuite des flots de sang, où tout le monde se justifie et se ment… Je suis à Kiri pour transformé notre relation en utopie.

Dans le brouillard épais de Kiri la discussion avait pris une tournure désagréable puisque l’état de la somptueuse amie que je retrouvais ne cessez de déranger le calme de mon esprit et de ce fait notre changement de lieu fut nécessaire pour commencer à parler tranquillement. Pour Akari je n’avais pas besoin de penser à une couleur car je préférai rester au naturel… Cette fille avait une importance spéciale à mes yeux et aussi aux yeux de mon frère. Dans la chambre d’hôpital je pouvais maintenant parler sans peur pour elle mais étant franc avec elle je ne pu m’empêcher de cacher mes raisons qui ont guidé mon chemin vers elle et son village avec des serments politiques que je gardais aux autres… Mon éloquence fut donc à la hauteur de notre relation :

« Ecoute Akari Chan… Je suis enchanté de te voir et Toshiro va très bien mais tu sais que je suis venu ici pour de la diplomatie… Et je voudrais sceller un pacte d’alliance avec ton village… Si tu es intéressée par l’idée commenceront les pourparlers mais avant tout je veux que tu m’explique ce qui se passe ici et la foutue raison de ton état ! »

Je m’étais emballer un tantinet à la fin mais faire du mal à cette fille signifiait me faire du mal en personne et je ne pouvais supporter cette idée atroce et abominable et il me fallait vite y remédié ou bien cette image me hanterait avec insistance… Je la connaissais bien, elle était loin d’être dupe ma chère Akari et elle savait aussi l’étendue de mon intelligence et que je n’étais pas assez crédule pour proposer une alliance gratuite et donc j’étais intéressé et impatient de voir sa réaction face à mon bout de phrase.





InvitéInvité
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Dim 22 Mai 2011 - 4:05

« DES RETROUVAILLES FORTUISTES »
...



J'avais ordonné l'ouverture des portes du village de Kiri. Après tout, les négociations ne devaient pas se faire à l'extérieur... Je m'en interdis... Là-dessus, je refuse de recevoir mes hôtes dans un lieu inapproprié. Tandis que mon ami, l'Hokage, parvient à me porter jusqu'à l’hôpital, je l'en remercie. Bien que j'en sors, et bien revoilà que je retourne faire un tour... Génial... Et moi qui veut éviter à tout prix cet endroit de fou... Là, je n'ai pas trop le choix que d'y aller. Arrivant sur place, mon ami me dépose quelque part et j'entends les infirmières s'affoler en me disant que j'ai encore désobéit... Je soupire et je lève les yeux au ciel. Je ne suis plus une enfant et j'ai une place à sauvegarder ici. Puis une fois qu'elle en eut fini, elle demande à Fujita qui il était... Je regarde l'infirmière et je lui signale qu'il s'agit du dirigeant du village de Konoha. Surprise, elle s'éloigne pour mon plus grand bonheur. Moi, on sera dérangé, mieux c'est... J'espère aussi que l’hôpital n'est pas la prochaine victime d'une bombe... Je soupire et je tente de respirer pour le mieux... Malgré ma côte cassé, j'arrivais à respirer mais je devais y aller mollo... Et je vais encore me faire passer un savon... Cela m'horripile... Je n'aime pas cet endroit mais bon, je connais mon ami et il ne me laissera pas quitter le lieu s'il n'est pas rassuré... En gros, ça va être ma fête...

Allongée dans le lit où je me retrouvais obligée de me soumettre aux bons règlements de l’hôpital.,règlement que je ne respectais pas forcement au passage, il était là à mes côtés. Cet aspect n'avait pas changé en grandissant. Déjà à l'époque où j'étais à Konoha, je détestais quand on me disait que je devais me rendre à la visite médicale... C'est la chose que je détestais le plus... Mais un truc de dingue... J'avais demandé à ce qu'on me laisse seule avec mon ami. Après tant d'années, on doit bien avoir des choses à se dire non ? Puis il se met à parler. Oui, je savais qu'il venait pour parler diplomatie, après tout, j'ai bien reçu sa lettre annonçant son arrivée à Kiri et je n'avais pas bouger pour l'attendre. Malheureusement, des évènements autres se sont produits. Puis il parle d'alliance... Ou... Là par contre, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans cette histoire. Je le connais depuis tant d'années qu'il me cache quelque chose... Prenant un regard très sérieux, je lui fais par de mon état d'âme si on peut appeler ça comme ça.

« - Toi ? Proposer une alliance avec Kiri ? Je te connais que trop bien et je sais que tu ne dis pas ça sans arrière pensée... Alors déballe-moi ton sac... »

Il m'a toujours connue ainsi et ma façon de parler n'avait pas vraiment changer. Cependant, ce n'est nullement agressif ou quoique se soit d'autre. Bien que je sois Mizukage, je n'en oublie pas les anciens camarades. Oh que non, je n'ai oublié personne. Kakashi senseï... Je me demande s'il est à la retraite lui... Enfin, tous ses souvenirs me rappellent le bon vieux temps... Mais ce bon vieux temps est révolu... Il voulait disparaitre et c'est comme si quelqu'un avait aspirer sa vie. Mais je suis toujours en vie et fière en prime. Mais passons à autre chose, il m'a demandé de lui dire ce qui se passait ici... Après tout en tant qu’allié, il se devait d'être au courant. Soupirante, je ferme les yeux avant de prendre la parole.

« - Et bien, cela remonte à l'époque du 4éme Mizukage. Je ne t'apprendrais rien en te disant que son règne à été la période la plus noire de Kiri. En plus, d'y faire régner la terreur et la peur, il a donné les hautes statures aux clans disposant de dons innés. Peu à peu, les clans prirent rapidement le dessus sur les ninjas dits classiques et ces ninjas là furent rejetés. Tu n'as pas de culture , tu doit fermer ta gueule... Voilà des mots simples mais qui ont tout leur sens. Désapprouvant ce système, j'ai refusé toutes les propositions des clans qui tentent à me faire venir vers l'époque du Yondaime. Depuis que j'ai annoncé clairement que je n'avais pas l'intention de rendre les clans aussi puissants qu'avant, les tentatives pour me détrôner se sont multipliés. Ce que tu vois là n'est qu'une des tentatives que j'ai déjoué. Je dois sans cesse asseoir mon autorité... »

Il n'avait pas besoin de lui en dire plus que ça. Le reste appartient à kiri et je ne peux lui révéler car cela fait parti de nombreux secrets qui doivent être conservés. Restant sur le lit, je me revois encore là. Sortant de la prison où j'ai vécu comme un vrai prison et où j'ai réalisé que les conditions de vie ... Je souris tristement avant de reprendre la parole.

« - Je suis aller faire un tour dans ma propre prison... »
avatar
 ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
Fujita Kodo ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1197
▌Inscription : 21/05/2010

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
40/1000  (40/1000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Dim 22 Mai 2011 - 17:13




Le Joker sort de la manche





https://www.youtube.com/watch?v=pz7JThIgdKo (musique du rp)


« - Toi ? Proposer une alliance avec Kiri ? Je te connais que trop bien et je sais que tu ne dis pas ça sans arrière pensée... Alors déballe-moi ton sac... »

Eh ben, c’est vrai qu’elle me connaissait mais bon qui ne tente rien n’a rien hein ? hèhè ! Une alliance, cela était intéressant mais sous des conditions seulement… Impossible de proposer une alliance sans que cela soit profitable à mon village… Ce serait absurde, infaisable et insultant envers mon spirit. J’avais donc évidement beaucoup d’idées derrière la tête mais tout déballer d’un coup serait une erreur fatale comme dans toute négociation il fallait commencer fort pour que le prix descende… C’est comme cela que ça marchait en politique et là … Pas de sentiments qui tiennent, c’est l’avenir de mon village qui se joue et je me dois d’être intransigeant même si j’éprouve une amitié accrue envers la jeune mizukage… Et c’est parti.

Kiri était un village très intriguant… Voilà le mot qui lui allait le mieux. Le brouillard permanent qui le recouvrait avec insistance reflétait parfaitement cette vérité évidente et dans les recoins de ses ruelles on pouvait deviner du mystère et du danger. Akari avait vraiment à faire et à l’évidence ça doit être éprouvant de diriger ce village brutal et sanguinaire mais je lui faisais confiance pour cela… Cependant, je ne pouvais ignorer les faits, elle était sans cesse attaquée et je voyais cela à ses yeux, ce n’était pas la première fois qu’elle se retrouvait dans cet état déplorable ! Mais pourquoi ? Tel est la question qui ne cessait de me pourfendre l’esprit avec insistance. La réponse quand à elle se fit pressante et immédiate :

« - Et bien, cela remonte à l'époque du 4éme Mizukage. Je ne t'apprendrais rien en te disant que son règne à été la période la plus noire de Kiri. En plus, d'y faire régner la terreur et la peur, il a donné les hautes statures aux clans disposant de dons innés. Peu à peu, les clans prirent rapidement le dessus sur les ninjas dits classiques et ces ninjas là furent rejetés. Tu n'as pas de culture , tu doit fermer ta gueule... Voilà des mots simples mais qui ont tout leur sens. Désapprouvant ce système, j'ai refusé toutes les propositions des clans qui tentent à me faire venir vers l'époque du Yondaime. Depuis que j'ai annoncé clairement que je n'avais pas l'intention de rendre les clans aussi puissants qu'avant, les tentatives pour me détrôner se sont multipliés. Ce que tu vois là n'est qu'une des tentatives que j'ai déjoué. Je dois sans cesse asseoir mon autorité... »

Une réponse assez intéressante et qui me donnait encore plus d’informations sur la situation… Après, il me faillait maintenant lui suggérer une proposition… Le début de nos pourparlers qu’elle venait d’accepter indirectement s’annonçait brulant… Je sortirai le grand jeu dès le commencement comme je l’avais prévu et cela sans aucun regret car cela s’imposait à ma conscience et à mon intellect… Le joker allait donc sortir de ma manche :

« Akari san… Je suis navré pour ces problèmes internes que tu dois endurer dans le village néanmoins tu as bien raison rien ne viens sans rien… Alors pour cette alliance un bon début serait de tuer le juunin qui a osé infiltrer mon village, prendre mon identité et a fortiori BRISER notre pacte de non agression »

Je savais que malgré la légitimité de ma demande c’était loin d’être gagné et qu’elle allait surement refuser cette première offre mais ce qui était intéressant restait de voir sa contre proposition… Une femme de son intelligence allait bien réussir à me surprendre, non ?





InvitéInvité
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Dim 22 Mai 2011 - 20:20

« LES NEGOCIATIONS COMMENCENT »
...



N'allez pas me faire croire que j'ignore tout qu'un ninja avec qui j'étais très proche et avec qui j'ai grandis... Je risque de vous rire au nez... Il y a de très forte chance... Croyez-moi... Et puis d'ailleurs, on est sur mon territoire. Cependant, je n'aimais pas cette sensation étrange concernant cette discussion. Attrapant un verre d'eau, je reste attentive et je décide de me lever. Cela ne me plaisait pas d'être dans cette situation... Je devais trouver quelque chose pour que cela ne se reproduise plus... cela ne doit plus se reproduire... Plus jamais... Gardant mon verre d'eau en main et c'est avec beaucoup de peine que j'avais raconté ça à mon vieil ami. Cependant, malgré que nous soyons amis ,nous sommes des ennemis en politique... Et pour cause... Il dirige Konoha et moi, Kiri... Pendant si longtemps, nos deux villages se sont affrontés à cause de la lubie d'un Mizukage qui nous a tous fait trembler. Debout devant la fenêtre, j'observais l'extérieur avec une pointe de peur et de crainte dans le regard. Mais personne était pas pour le voir... En tant que Kage, je devais faire face à encore beaucoup de chose car ce n'était que le début... Si je veux vivre, je dois asseoir mes positions dans ce village en pleine crise. Dur dur de relever un village qui ne cesse de se déchirer.

Fermant les yeux, je baisse la tête avant d'entendre la pluie battre contre la fenêtre. Relevant la tête, j'ouvre les yeux et je me demande si les Dieux ne sont pas en train de pleurer à ma place. Mais je n'ai pas encore dit mon dernier mot... Bien loin de là... Je ne fais que commencer mon règne et je ne compte pas mourir de suite mais j'admets volontiers que je souffre lorsque je vois mon village ainsi. Je ne suis pas née ici et alors ? Je vis ici depuis quelques années déjà et ce n'est pas pour rien si j'ai décidé de consacrer ma vie à Kiri. Maman, guide-moi vers la lumière qui t'a rendue si célèbre dans le monde shinobi. Je regarde la pluie tomber et je reste forte. Malgré la douleur, je suis debout et aussi fière d'un loup. Approchant le verre d'eau de ma bouche, je reste dos tourné à mon ami avant de l'entendre parler... C'est alors que je manque de m'étouffer lorsqu'il me dit qu'un de mes juunnins avait usurpé son identité. Bien entendu, le verre tombe sur le sol et se brise. Mettant ma main sur mon genou, je me mets à tousser alors que j'avais que j'avais un air surpris.En voilà une bonne... Pendant que je me bats contre mes ninjas, l'un d'eux se permet ce genre de chose... Ma toux se calme et je place ma main devant ma bouche tandis que je reprends du souffle. Pour être une surprise... Je ne m'attendais pas du tout à ça. Je me redresse et je me tourne vers mon ami avec un air surpris et d'une voix surprise...

« - Quoi ? »

J'ai vraiment un air supris. Non pas pour la demande de mon ami qui ne fait que demander justice mais plutôt du comportement de son Juunnin. Autant dire qu'elle ne s'attendait pas à ça. Elle place sa main sur sa tête d'un air presque désespéré... Comment pouvait-il se permettre ça alors que le village était pas loin de la guerre civile ? J'en rageais presque mais je devais me contrôler. A croire qu'il y a toujours des abrutis pour tout gâcher. Tssss... Je ferme les yeux et je me secoue la tête. Faut vraiment que je reprenne confiance en moi car là, cela devient urgent... Vraiment urgent...

« - Tu peux me donner son identité s'il te plait ? »

Je tourne alors mon regard vers la fenêtre pour réfléchir à la proposition de mon ami. Je fixe le ciel nuageux et brumeux où la pluie arrogeait le village de sa bienséance. Sans l'eau, nos cultures ne pousseraient pas et nous risquerons de ne rien avoir en récolte. Au fond, je suis soulagée qu'elle soit là comme ça, on peut continuer à moissonner nos cultures et à pouvoir vendre vers l'extérieur. Mais ce n'est pas à ça que je dois réfléchir. Mettant ma main derrière le dos, Fujita pouvait les voir s'agiter et cela me donnait un coup de pression supplémentaire. Dois-je protéger mon junnin et mettre un terme au pacte de non agression  ? Ou bien dois-je accepter cette proposition ? A vrai dire, c'est à double tranchant... Si je décide de protéger mon Junnin, je savais qu'une guerre éclaterait entre nos deux pays et Kiri n'est pas prêt à affronter ce fléau actuellement... Mais cela voudrait dire que j'agis en Kage responsable... Seulement de l'autre côté, si j'abandonne mon juunnin, je passerais pour une lâche qui n'est pas capable de protéger le village... Comment faire ? Je me noie dans mes propres réflexion... Je parviens à me demander comment ma mère faisait-elle pour prendre ses décisions... C'est si difficile à trancher mais je devais vite me décider. Finalement, j'étais mitigée... Mais une réalité me fait redescendre sur Terre... Je replace ma main devant moi et je me tourne vers mon ami, maître du village de la feuille. Je venais de me décider...

« - J'admets bien volontiers que mon juunnin à mit un terme au pacte de non agression qui nous unissait autrefois mais je ne pense pas que faire couler le sang une nouvelle fois arrangerait les choses, Fujita-kun. Toi et moi savons que vu l'instabilité de Kiri, la guerre signerait mon arrêt de mort ainsi que celui du village. Depuis mon arrivée au pouvoir, la couleur du sang ne fait qu'arborer ce village reprenant son nom d'autrefois... La brume sanglante est là mais cela doit cesser. Le sang n'a que trop couler... Ta demande est parfaitement légitime et je ne compte pas rester indifférente à celle-ci. Voici dont ce que je te propose. Dans la mesure où il a agressé Konoha, j'accepte de le confier aux autorités compétentes du village caché de la feuille et je te laisse décider de la sanction qui en découle... »

Je quitte mon bord de fenêtre afin de venir prêt de lui. Me mettant assise sur le lit, je ne voulais pas rester ici mais la présence de Fujita me ravise et m'oblige à me comporter plus en adulte responsable. Même assise, j'avais le poing serré et j'avais l'impression d'être pieds et poings liés sur une politique que je ne maitrise pas vraiment. Suis-je vraiment incapable de diriger Kiri ? Dois-je rendre mon chapeau de Mizukage ? Je ne veux pas... Le conseil m'a nommer pour mes qualités et mes antécédents. Je ne devais pas oublier que des gens comptent sur moi... De plus, si je venais à démissionner, que risque-t-il d'arriver pour le village ? A tout les coups, un des clans va vouloir prendre ma place et faire ce que bon leur semblera... Non, je ne peux pas les laisser faire... Puis je regarde mon ami simplement...

« - Je n'interviendrais pas dans cette décision qui te revient de droit... Quand à ton équipe, je suis en regret d'annoncer mon refus. Cette guerre ne concerne que Kiri et aucune aide extérieure ne doit intervenir... C'est à moi et à moi seule de régler ses conflits en masse... »
avatar
 ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
Fujita Kodo ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1197
▌Inscription : 21/05/2010

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
40/1000  (40/1000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Dim 5 Juin 2011 - 16:50




Le debut de la fin ?





https://www.youtube.com/watch?v=saw1w-8ODKM (musique du rp)


Bien qu’historiquement parlant les deux villages de Konoha et Kiri étaient des ennemis la plupart du temps et rivaux le reste, Ici en ces instants mémorables je comptai bien bâtir un futur prometteur en apprenant des erreurs du passé et en fructifiant leur leçons dans le présent… Preuve de cela j’avais déjà réussi il n’y a pas si longtemps à éradiquer la racine dont le danger devenait plus que parlant de jour en jour. J’ai remplacé de ce fait la division, la crainte et la méfiance par des sentiments bien plus nobles comme la cohésion, l’amour ou encore la confiance qui selon moi décrivent infiniment mieux la volonté du feu… Ma philosophie disait que rien n’était fait pour être eternel et que l’important était de maitriser le rapport qualité/temps et faire des changements ciblés et opportuns à l’instar de la succession inefficace de reformes durant longtemps sans aucune efficacité. Il fallait être aussi solide que flexible… Cela j’y veillais avec un brio manifeste.

Mon voyage avait duré pas mal de temps déjà puisqu’en ce moment j’avais une flopée monstre de choses à faire et peu de temps pour … Le plus positif dans ce déplacement fut de retrouver la belle Akari même si cette vision paradisiaque ne me fit point oublier l’objet de ma visite et la raison de ma venue… Il était primordial de rester concentré et de donner à césar ce qui était à césar. En ma possession se trouvait la carte de l’alliance et il fallait en tirer profit au maximum… Ma collègue quand à elle ne déméritait pas son titre de kage et gérait avec maitrise la situation en opposant une défense féroce dans ces négociations et avec sa vision de la situation il faudrait être très convaincant pour obtenir mes droits. La logique serait la base de toute mes propositions dorénavant, même si ce que j’avais proposé n’était pas radicalement auto-bénéficiales il me fallait dans ma prochaine proposition être ferme, équitable et efficace ! C’était la clé de la manœuvre et la solution du problème. Avec un ton solennel, je décrétai alors :

« En ces temps incertains de guerre et de larcins, une alliance me parait être primordiale et bénéfique des deux côtés… Ne soyons pas paranoïaques, il n’y a pas des pièges dans toutes les propositions ! Il faut rester réaliste… Si une proposition satisfait nos besoins à tout deux pourquoi ne pas l’adopter ? Dans cette optique je te prierai de considérer très sérieusement ma prochaine proposition qui sera sensiblement améliorer et tout à fait équitable »


Si elle me connaissait vraiment, elle aurait sans doute vu dans ce discours une sincérité sans faille… Car effectivement j’avais offrir une proposition tout ce qu’il y’a de plus équitable et dosé… J’avais avant tout régler le problème de la méfiance dépassant les limites des deux côtés et offert un espoir de dénouement rapide et concis de ces négociations. Je n’étais pas quelqu’un de très bavard préférant de loin le concis au détaillé… Cela me conférait une grande marge de manœuvre pour développer mes dires dans plusieurs sens selon le besoin mais Akari semblait tenace et indisposé à négocier rapidement ce que mes quelques mots parviendront à modifier… Je l’espérais tout du moins. Je comprenais sa position et il me fallait trouver un terrain d’entente, elle faisait face à une période particulièrement dangereuse et sanglante… Cette stature inquiétante rendrait le sacrifice de son ninja très compromettant puisque ce serait pratiquement la goute de sang qui ferait déborder le pays… Evidement, cela je ne le désirais point ! Mais d’autre part, la sentinelle que j’avais proposée était indiscutable et je ne reviendrais pas la dessus… Ce faisant, je me frotta un peu la tête arborant un petit sourire câlin les yeux fermés avant de redevenir sérieux en les rouvrant… Je dis alors :

« Pour ton ninja rebelle selon mes sources il se prénomme kanyu et je suis prêt au nom de notre amitié à lui laisser la vie, je me contenterai de l’emprisonner mais en ce qui concerne mon équipe daigne considérer le fait qu’elle sera composée de ninjas compétents et doués et qui n’interviendront qu’au signe de ta part ! J’ai fais un pas à toi d’en faire un … Encore une chose, notre alliance comportera aussi une autre clause… elle imposera aux villages de s’entraider en cas de guerre qu’elle soit offensive ou défensive Sauf si la guerre est contre un allié… Dans ce cas là la neutralité s’impose ! Je pense que tout cela est très raisonné en même temps d’être objectif et conciliant… J’espère que ça permettra de clôturer nos négociations sans d’autres débats fortuits »

Je disais cela avec une conviction imperturbable… C’est vrai que ma proposition était extrêmement raisonnable et que tout refus serait surprenant… Il restait à attendre la réaction de ma charmante amie qui pourrait avoir un autre avis sur la question… Sait-on jamais ?!





InvitéInvité
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Ven 17 Juin 2011 - 21:25

« L'ACCUSATION SE RETOURNE CONTRE LE PLAIGNANT... »
...



Me trouvant toujours près de lui, je reste calme et bien que cette histoire me met dans l’embarras, je devais assumer mon rôle avec parcimonie. Je n'ai pas trop le choix. Mais malgré tout, je savais où était ma véritable place et je me battais contre mon propre camp afin de la garder justement. Est-ce mal ? Où est véritablement le problème ? Je ne parviens pas à le découvrir mais je vais devoir faire preuve de patience si je veux parvenir à gagner définitivement ma place parmi les miens. Le conseil m'a nommer à la tête de ce village, ce n'est pas pour rien et il en convient que je dois encore faire mes preuves. Bien que j'ai déjà un passé sacrément salé à mon goût, mon combat est encore loin d'être terminé... Malheureusement...

Je connaissais l'histoire de ce village car mon dernier maître me l'a enseigné. Quand on est responsable d'un village, connaître son histoire est d'une importance capitale. Il faut éviter de reproduire les erreurs du passé mais on a quand même l'impression d'être enfermée dans une boucle infernale... C'est presque comme si on était obligé de suivre le même chemin que nos ancêtres, les gaulois... Cependant, je n'aimais pas cette sensation d'être « inférieur »... Je suis chez moi et c'est moi qui suis en difficulté. Pas question que cela ne dure. Je dois prendre mes responsabilités en main.

Puis mon ami ,qui est aujourd'hui à la tête d'un village, reprend la parole et je baisse mes yeux aussi bleus que l'Océan sur lui. Je l'écoute et ces paroles m'amusent quelque peu. Comment ne pas être paranoïaque dans la situation que je traverse actuellement avec mon village ? Je dois me méfier de tout et de tout le monde. Néanmoins, toutes ses années où je l'ai côtoyé m'ont permis d'apprendre à le connaître par cœur. Si je ne le connaissais pas aussi bien, j'aurais tendance à croire qu'il se fout de ma gueule mais vu que c'est le contraire, je comprends rapidement qu'il était honnête. Mais je devais assurer les arrières de mon village avant tout. Bon, je ne suis plus à Konoha mais je reste fidèle de cœur à Suna, mon village de naissance et celui où j'ai toujours eu l'impression de vivre. Je suis prête à l'entendre et je semblais négocier avec une main de fer. Si seulement le Conseil des Sages pouvait le voir... Ce serait le must afin de renforcer mon autorité sur ses vieux grincheux... Ce serait vraiment le pied car ce sont eux les plus difficile à convaincre. Je m'éloigne alors de lui pour m'assoir sur mon lit où j'étais censé attendre qu'on vienne changer mes pansements car mes gestes avaient ré-ouvert les plaies et par ailleurs, je le sentais car cela tirait sur ma peau naturellement blanche. Sur le cas de Kan'yu, je ne reviendrais pas sur sa décision... Néanmoins, un morceau de phrase me fait réagir... Au nom de notre amitié ... depuis quand Konoha et Kiri sont amis ? Je le regarde en fronçant un sourcil avant de prendre la parole d'un ton qui en dit long...

« - Amitié hein ? Depuis quand notre amitié entre en ligne de compte en politique extérieure... Jamais, tu m'entends, jamais, il ne faut mélanger le personnel avec le professionnel. Nous sommes tous deux des Kages de Grandes Nations et nous ne devons pas basé notre politique sur ce que nous ressentons... Aurais-tu oublier les entraînements de notre senseï, Fujita ? N'était-ce pas lui qui nous répétait sans cesse que nos sentiments sont trompeurs ? Si tu estimes que son acte mérite justice alors rends-là sans détour... »

Et je dois admettre qu'il avait raison. Nos sentiments peuvent nous trompées facilement... Trop peut-être. Mon intonation de voix indiquait clairement que je venais de l'enguirlander comme par le passé. Il faut dire que lui, son frère et moi, on était la bonne équipe. Mais j'avais toujours été la plus sage des trois et c'était toujours moi qui leur passait un savon. Et le plus drôle, c'est que même notre senseï me donnait l'autorisation de le faire. Cela me fait sourire en y repensant... Cela me rappelle à quel point j'étais attachée à Konoha par le passé. Mais je devais revenir à la réalité de l'instant. Bien que nous soyons des amis, en politique, nous étions ennemis... J'avais tout de même le sourire et je reprends la parole avec un ton plus neutre cette fois-ci. Il le faut bien malgré tout...

« - Concernant ton équipe. C'est un refus catégorique... Comprend bien que ma position de Kage dans ce village ne tient qu'à un seul fil. Une aide quelconque extérieure ne ferait qu'aggraver les choses. Si je veux gagner définitivement le respect de mon propre village, c'est à moi et à moi seule d'y parvenir... Je n'ai pas le droit à l'erreur, comprends-le bien, Fujita-kun... Ton équipe te sera bien plus utile à Konoha qu'à Kiri... Les clauses de l'alliance me conviennent parfaitement... »

J'attrape une plume et je signe sur le champ. Bien entendu, j'avais lu les clauses de l'alliance Konoha-Kiri. Je repose le tout et je la tends à Fujita qui devait lui aussi signé. Amen, heureusement que je suis ambidextre car sinon, ce serait très craignos. Mais bon, j'étais contente car une nouvelle alliance venait de voir le jour. Me levant de nouveau, je soupire et je retourne près de la fenêtre afin de rester silencieuse. Puis je baisse la tête en marmonnant une parole qui parlait du temps. Je m’inquiétais de mon avenir mais celui de mon village. L'économie de celui-ci était au plus bas sans parler du désespoir des membres de mon village. Tout était si dur et j'en avais presque le cœur brisé. Je devais remonter ce village et lui rendre une décence sans précédente. Ce village a besoin d'un leader et d'une personne qui comprend ce qu'ils subissent... Et je veux être cette personne et je veux rester en vie... La séance s'apprêtait à être levée lorsque j'entends un bruit d'un morceau de bois arrivant sur le sol. Je montre un demi-sourire avant de me tourner vers mon ANBU. Il me fait signe de m'approcher et je regarde Fujita avant de dire

« - Pardonne-moi un moment ! »

Je le regarde avant de m'éloigner de Fujita. Si l'ANBU était là, c'est qu'il se passe quelque chose.Qu'est-ce que cela signifie ? J'approche mon oreille de sa bouche et je l'entends me murmurer qu'un ninja de Konoha à été repérer aux portes du village et qu'il s'apprêtait à s'en aller. J'arque un sourcil de surprise et j'hoche la tête. Je lui murmure quelque chose à l'oreille en lui disant de surveiller de près et qu'il me prévienne au moindre changement. Dès lors, je le laisse disparaître avant de fermer les yeux quelques secondes. Puis je fais volte-face pour refaire un face à ace avec Fujita. En tout cas, cela commençait bien... Je pouvais reprendre l'avantage maintenant.

« - J'ai une mauvaise nouvelle pour toi : ton espion s'est fait attraper... Tu voulais la mort du mon juunnin... Les charges sur le tien sont bien plus graves désormais... La donne change et notre alliance nouvellement née vient d'en prendre pour son grade... Qu'as-tu à répondre ? »

Aucune négociation n'est possible. Finalement, la chance tourne et cela tourne en ma faveur. Je vais pouvoir tout tourner en ma faveur cette fois-ci. Autant dire que je n'ai pas l'intention de le laisser partir tant que tout n'aura pas été justifié au préalable. Je le regardais avec reproche et il devait bien se douter que cela se serait su à un moment ou à un autre. J'avais désormais les clés en main. Mais avant d'avoir le temps de dire autre chose, la porte de la chambre où j'étais soignée s'ouvre dans un fracas et on me fait signe. Comme je le pensais... Puis je claque des doigts et plusieurs ANBU se manifestent et ils entrent dans la chambre. Un combat avait été déclenché entre l'espion et mes deux ninjas. Je l'avais prévenu concernant le fait que je ne voulais plus voir le sang couler sur mon territoire Konoha venait de tout gâcher... Je regarde mes ANBU et j'hoche une fois la tête. Puis je regarde Fujita d'un air très sérieuse. Il pouvait bien comprendre que je suis plus que sérieuse.

« - Hokage Fujita Kodo, vous êtes en état d'arrestation pour dissimulation et rupture de l'Alliance qui vient d'être signé. Il vous est interdis de quitter le village et vous serez placé sous bonne garde jusqu'à la fin de l'affaire. Le Conseil décidera de votre sort ainsi que celui du village... »
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Sam 18 Juin 2011 - 17:11

Il est des choses qui semblent se mouvoir comme une marée dont le balai incessant des vagues s’abat inlassablement contre la pierre qui compose les fondations de notre monde, semblant tout tenter pour les ébranler, fissurant peu à peu le corps rocailleux de la déesse mère pour finalement y pénétrer et la faire imploser de la façon la plus impitoyable qui soit. Comme me l’avait apprit un certain mentor, on pouvait comparer ce phénomène naturel et stupéfiant aux actions mêmes des hommes qui dans leur nature n’était point du genre à réussir à conserver ce que les fondements du monde et de la nature essayaient de leurs offrir dans leurs plus simples apparats, mais ceci étaient ainsi plus du genre à tenter de les éroder, de les détruire et fragiliser, et ce afin de pouvoir ainsi tenter de les reconstruire de la façon qui selon eux pourrait être la meilleure, détruisant et construisant ainsi inlassablement et sans cesse des choses qui ne devraient être qu’immuable. C’est pourquoi tentant de façon permanente de modeler un monde à son image afin de se complaire dans une utopie qui n’appartiendrait qu’à lui, l’homme cherche depuis toujours à se cacher derrière une immense robe d’un noir d’ébène qui représentent tout les mensonges et crimes que l’humanité à depuis sa toute création commis afin d’assurer sa propre pérennité. Ce n’était guère un blâme que je posais au genre humain, après tout le mensonge est monnaie courante dans ce monde et est le meilleur moyen de survie que nous ayons en outre de pouvoir nous en servir pour manipuler et tenter de tisser une toile qui reflète les véritables pensées de notre être et de nos désirs les plus sauvages et voulus… Même, il était guère simple de pouvoir ou vouloir critiquer l’art du mensonge quand on était dans ma propre situation puisque pour ma propre survie il m’avait toujours fallu vivre dans un cocon de mensonge et me servir de celui-ci pour défaire les fils d’argent qui s’enroulaient autour de moi pour les tisser moi-même dans une nouvelle forme et enfermer dans mes songes et mensonges ceux qui tentaient depuis trop longtemps de se servir de moi pour leurs propres bénéfices, ainsi j’étais capable peu à peu de briser ce cocon et je pus finalement saisir l’occasion qui m’était donné de me libérer lorsque pour leur propre besoin, ce foutu conseil eusse décider de relâcher la bride, ce qui fut évidemment leur plus grosse erreur. J’en riais encore assez souvent, ayant été noyé dans leurs secrets et trahisons, on pouvait dire que par ma seule personne et le fait que j’étais à présent placé par eux même aux côtés de la jeune Mizukage, je les tenais par les couilles ces brebis galeuses. D’ailleurs en parlant de ceci, je ne fus guère étonné que ma première tâche en tant qu’assistant personnelle de la petite demoiselle qui était apparemment un peu trop souvent sujette aux tentatives d’assassinats, était de coucher sur un long parchemin tout les méfaits et complots qu’ils avaient pu tenter d’instiguer contre elle ou le village lui-même afin d’assurer leurs propres intérêts afin celui de la nation, une chose dont l’oisillon de Kiri allait probablement se servir pour elle aussi les tenir entre ses griffes de rapaces et les menacer de les éventrer en place publique à la moindre nouvelle incartade de leur part, ce qui serait somme toute assez stupide de leur part. Et c’est aussi d’ailleurs à cause de cette sombre mission que l’un des anbus du village qui se trouvait dans mon petit bureau me défigurait honteusement, comme si la moue que j’affichais n’était guère de coutume dans une place telle que la mienne… Ce petit monsieur aurait du apprendre que la paperasse n’était pas forcement le travail le plus intéressant qui soit, être condamné à nager dans un monde d’encre et de papier collant était là l’univers des grattes papiers qui se noyaient sous la documentation et le travail inintéressant qui leur allait si bien…

En effet, j’affichais alors une véritable trombine d’enfant fâché qui après avoir été privé de sucrerie se mettrait à tirer la tête dans son coin en grommelant comme un ours mal lâché, ce qui dans la situation actuelle se révélait être un peu mon cas. Je ne voulais pas faire ce travail maintenant… J’avais à présent accès à des secteurs très prisés du village comme la prison ou les laboratoires secrets de la cité, des lieux que j’aurais cent fois plus préférés visités en ce moment même plutôt que de me vautrer sur un parchemin où le seul bruit qui venait troubler le silence pesant du bureau à demi éclairé derrière des rideaux sombres, était le grattement ennuyant d’une plume d’aigle que j’utilisais pour ratifier tout ce qui me venait en tête sur les malversations de ces rats du conseil… Après tout, j’aurais pu ainsi m’amuser un petit peu au lieu de m’ennuyer dans cette pièce ovale qui sentait le renfermé, et découvrir pleins de belles choses, comme de nouveau cobaye pour mes propres recherches, de jolies jeunes femmes prisonnières à traumatiser en les transformant en je ne sais quelle horreur que moi seul parvenait à trouver belles et classieuses, et aussi étudier les méthodes plus ou moins aseptisés des médecins du village, ce qui m’aurait permis peut être aussi de découvrir de nouvelles méthodes d’études et de recherches à mettre en œuvre… Mais non, j’étais condamné à gratter un papier en grommelant sous les yeux d’un anbu rigide et ennuyant lui aussi, et d’une mouche qui bourdonnait furieusement en décrivant des cercles au plafond, une mouche que j’avais la vague envie d’écraser avec la tête du même anbu qui m’ennuyait, il servirait à autre chose qu’a de la figuration au moins celui là… Assis sur une vieille chaise qui elle aussi puait le vieux et le renfermé, je levais la tête pour poser mes yeux sur le plafond et soupirer profondément, je m’ennuyais et c’était insupportable pour moi, puis sans prévenir, je me mis à faire tourner la chaise en tout sens en poussant des petits " je m’ennuis euh " qui eurent tôt fait de faire aussi soupirer le petit anbu qui devait probablement se demander ce qu’était ce gamin qui occupait pourtant une place aussi importante dans le village. Ma réponse à son égard fut direct et singulière, un bon gros coup de tirage de langue avant de replonger nonchalamment sur ce papier qui représentait à présent à mes yeux le pire cauchemar de la terre. En temps normal je n’aurai peut être rien dit, mais j’étais tellement pressé de visiter les locaux des prisons et autres laboratoires que ce petit travail en devenait aussi agaçant que cette sale mouche qui commençait vraiment à être agaçante. Après un moment qui sembla à mes yeux interminables, je ne pus plus contenir ma frustration depuis un énorme quart d’heure refoulée, ce qui était vraiment énorme dans cette situation là, et d’une voix sombre et particulièrement énervée je susurrais un « crèves » à l’adresse de cette maudite mouche, tendant mon bras au dessus de ma tête, un bras qui dans un craquement sinistre et dans gargouillis écœurant pour de nombreuses personnes se transforma en une masse informe de chaire noirâtre par endroit, brune ailleurs, et s’écrasa violemment en s’allongeant sur une large surface au plafond, écrasant à coup sur la maudite bestiole. Je posais ensuite mes yeux sur le garde qui dans sa posture semblait plus ou moins choqué, tandis que mon bras quant à lui reprenait sa forme de base. Lui montrant un grand sourire, je me levais et braillais comme un enfant gâté que j’avais enfin terminé cette stupide tâche, j’allais maintenant pouvoir aller m’amuser ! Mais il me fallait d’abord amener ce papelard à la petite Kage elle-même, et après enfin je serai libre comme l’air, comme un gentil petit papillon plein d’envies salace et cruelle !

Sortant du bureau, je fis signe à l’anbu qu’il n’était pas nécessaire qu’il vienne me coller aux basques comme le brave clébard qu’il était dans sa mission, après tout j’avais ma propre garde rapprochée, et elles étaient largement suffisante et plus amusante que ces toutous de l’armée. En effet, derrière la porte se dressaient 4 silhouettes plus ou moins massives dissimulées derrière des capuchons et cape amples qui camouflaient complètement leurs corps… Ainsi habillée on aurait presque pu croire qu’il s’agissait d’humaine ordinaire, mais le grognement sinistre qui émanait d’elles trahissait immédiatement leur nature des plus sauvages et maléfiques, après tout elles étaient mes petites créations adorées, mes démones à moi ! A leur vue le petit gaillard prit rapidement congés sans se faire prier… J’avais du mal à comprendre pourquoi mes petites chéries faisaient tant peur que cela, après tout elles restaient quand même encore un peu humaine… Juste un peu oui, mais c’était suffisant pourtant non ? Bah, qu’importait le comportement stupide de ces larves incapables de comprendre la beauté d’une création ou d’une créature tant ils sont bornés par leurs archétypes et le commune de leur existence, ce qui comptait c’était que moi j’en étais fier, et rien d’autre. Me baladant ainsi à présent dans les bureaux de la tour de la Mizukage afin de rejoindre le bureau de celle-ci, je pus observer avec humour et parfois colère le regard dégouté que lançaient les petits anbus ou ninjas divers du village envers mes précieuses créatures, avant d’enfin atteindre les portes qui menaient à la pièce de travail de ma nouvelle, disons, patronne. Deux gardes protégeaient le bureau de la miss et lorsque je vins leur demander si je pouvais obtenir une audience auprès de la chef, ils me répondirent avec appréhension en posant leurs yeux sur les silhouettes encagoulés qui me suivaient, que la patronne en question était sortit afin d’accueillir l’Hokage qui devait venir lui rendre visite. Je n’en savais moi-même rien avant de l’apprendre maintenant, et ce ne fut pas le choc de ne pas l’être qui me secoua, mais la curiosité de voir la petite tête d’imbécile heureux qui représentait le dirigeant du village que l’on décrivait comme le plus stupide dans ses décisions politiques, des mouvements dictés par une volonté du feu qui était vraiment ridicule et dépassée. Aussi, je fus bien heureux de voir rappliquer un nouvel anbu qui semblait avoir accompagné la petite dame vers son collègue du pays du feu, et qui put me répondre enfin, me disant que celle-ci s’était dirigé épaulée par l’Hokage vers l’hôpital du village. Je soupirais bruyamment, la petite sotte qu’on avait là était vraiment bête des fois. Elle était souvent menacée, et la voila qu’elle se laissait aller à se faire traîner à l’hôpital par un étranger, ce qui pouvait être somme toute assez dangereux dans sa situation, toutefois c’était des remarques qu’il valait mieux garder pour moi. Aussi je pris après cette petite discussion la direction de l’hôpital du village, ce qui était aussi un endroit plutôt intéressant à visiter, peut être aurais-je la chance de tomber sur quelques mourants qui pourraient se révéler utiles à mes expérimentations sur les corps humains.

Sur le chemin, nombreux furent-encore les regards choqués de certains ninjas de haut grade qui passaient par là, et parfois aussi de moindre grades et qui avaient connaissance de l’existence de mes précieuses petites dévoreuses des abysses, des monstruosités selon eux qui n’auraient jamais du voir le jour, une affirmation bien grossière et méchant que voila. Si elles pouvaient ressentir autre chose que de la faim, elles auraient sûrement été choqués d’être traités de la sorte par leurs camarades de village, j’en étais sûr et certains. Aussi, je pris la décision de couper court au trajet en prenant diverses petites ruelles et raccourcis afin d’éviter ces regards insultant qu’on posait sur mes précieuses guerrières. Mais je ne pus y couper une fois entré dans l’hôpital, et ce fut une véritable lutte afin de pouvoir pénétrer dans la bâtisse sans les laisser en arrière, je tenais à les garder prêt de moi. Lorsque j’eusse enfin réussis à convaincre le chef de l’établissement de la boucler après quelques subtiles menaces, un ninja qui semblait être un juunin arrivait en courant vers le bâtiment accompagné de deux anbus, aussi l’interpelais-je sur la raison de sa hâte :


-Un ninja de Konoha monsieur qui a ouvert les hostilités prêt des portes…
-Voyez-vous cela… Allez prévenir dame Mizukage, je me charge de ce petit impertinent… hihihi…
-Vous allez ?
-Oui, elles vont enfin pouvoir s’amuser, n’est-ce pas mes chéries ? Quant à vous les deux anbus, accompagnez mes petites princesses et aidez les blessés si besoin est.


Un simple grognement fut la réponse de la dévoreuse la plus proche moi à qui j’arrachais sa cagoule et sa tenue de dissimulation avant de lui murmurer mes ordres, à savoir de réunir les 7 autres dévoreuses et de filer vers les portes afin de s’occuper du petit insecte qui avait décider de tisser une toile insultante sur le village. Le petit Juunin étouffa un cri d’horreur en voyant pour ce qui semblait être la première fois le visage d’une de mes créatures, leurs yeux cousus et écrasés, leurs lèvres cousus elle aussi, cela pouvait paraître choquant, mais c’était pour leur bien évidemment. La démoniaque créature ne se fit guère prier et sauta sur le toit le plus proche avant de se ruer plus en avant en ville accompagnée des deux anbus. Retirant ensuite tenues des trois dernières, j’effaçais mon sourire enfantin de mon visage pour prendre une allure plus sérieuse, me mettant à suivre avec une certaine distance les pas du petit juunin qui filait vers sa maîtresse afin de lui annoncer les nouvelles du jour. Des cris retentissaient sur mon passage face à l’horreur qui avançait à mes côtés, car ceux qui connaissaient l’utilité de ces choses savaient pertinemment que lorsqu’elles étaient à nu, sans ces affreuses cagoules qui cachaient leurs corps et visages, c’était qu’elles venaient d’être assigné à une mission, le genre de mission qu’elles seules pouvaient réaliser, et qui n’avaient rien de choses très mignonnes et pouvaient même être décrite comme écœurante. Lorsque je fus enfin arrivé devant ce qui semblait être la bonne chambre, la voix d’Akari la Mizukage vint flatter mes oreilles d’une annonce qui se révélait être des plus, disons, intéressante, voila quel était le bon mot. Elle venait tout simplement de décider de mettre ce petit Hokage aux arrêts, une annonce vraiment amusante et intéressante, j’en venais presque à plaindre cet idiot qui s’était jeté comme tout seul comme un grand dans la gueule du loup, si il avait eu en tête d’entuber le village de Kiri, il aurait mieux fait de regarder de loin plutôt que de venir faire le rat en se déplaçant lui-même. Aussi, accompagné de mes « abominations », je rentrais dans la pièce à la suite de la horde d’anbu qui venaient de pénétrer, ce qui bien souleva un certain murmure d’horreur et de frayeur parmi eux en voyant les créatures elles aussi suivre le mouvement, grognant avec férocité, comme si elles sentaient qu’elles allaient peut être avoir une occasion de manger un bout de chaire humaine… Souriant ouvertement face à cette situation pourtant tendue et épineuse, je courbais légèrement l’échine en prononçant d’une voix forte et amusée :

-Bonjour à vous Maître Mizukage, et vous aussi Maître Hokage, bienvenue dans le piège à rat qui s’est refermé sur vous alors que vous l’aviez vous-même posé. Madame, j’ai terminé le rapport qui vous intéresses, mais je pense que ce n’est guère le moment de parler de ceci n’est-il pas ?

Laissant mon sourire s’effacer, je repris cette fois-ci d’une voix plus sérieuse :

-Messire Hokage, je pense que vous avez fait assez d’erreur comme cela. Penser profiter de la situation du village pour vous attaquer à celui-ci de cette façon est vraiment écœurant de votre part. Rendez-vous sans opposer de résistance s’il vous plaît, ou je me verrai obliger de lâcher les Dévoreuses sur vous, ce que je préfère éviter. Toutefois le rat qui sème la pagaille lui n’aura pas cette faveur…

Je me retournais vers Akari afin de lui dicter ce que je venais de faire :

-Madame, j’ai envoyé 8 des Dévoreuses vers la zone du combat afin d’appréhender le suspect, elles sont accompagnés d’anbus afin de soutenir les potentiels blessés.
avatar
 ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
Fujita Kodo ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1197
▌Inscription : 21/05/2010

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
40/1000  (40/1000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Sam 18 Juin 2011 - 18:08

HRP : Okey alors enzeru je te laisse jusqu'à demain pour enregistrer ce poste que je supprimerai ensuite puisque tu peux facilement voir que ce topic est un PV Akari hasegawa et ichika orimura et où par ce biais tu ne peux pas poster... Merci de ta compréhension et je prendrai la précaution de le sauvegarder moi même avant de le supprimer pour eviter tout problème.

Mon poste est prêt mais je ne l'ai pas sur ce pc... Je le posterai demain soir quand j'aurais mon pc portable a portée de main .

EDIT Enze : Accord donné par Akari pour rentrer dans le topic, donc le post est en règle x)
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Sam 18 Juin 2011 - 19:53

Je confirme. J'ai donné l'accord à mon bras droit de poster vu la direction de celui-ci.

Je t'ai prévenu par Mp, fufu alors on cesse de râler hein !

C'est donc parfaitement en règle...
avatar
 ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
Fujita Kodo ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1197
▌Inscription : 21/05/2010

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
40/1000  (40/1000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Sam 18 Juin 2011 - 22:08

Non ne dis pas ce qui n'est pas tu ne m'a envoyé un mp que maintenant après que j'ai posté mon desacord.... Tu ne m'as jamais prevenu et ton accord n'est pas suffisant dans un sujet en PV il faut que tout les participants soient daccord pour qu'un membre de plus s'incruste et là je ne suis pas daccord.

De ce fait pour ton bras droit il faudra attendre ma chère que notre sujet soit cloturé, comme prévu je posterai demain mon rp et tu me succèdera cloturant notre sujet... Là seulement vous pourrez faire un sujet où le bras droit pourra jouer ^^
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Dim 19 Juin 2011 - 8:02

Putain, mais tu deviens lourd à toujours râler pour un oui pour non. Sérieux merde quoi ...

avatar
 ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
Fujita Kodo ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1197
▌Inscription : 21/05/2010

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
40/1000  (40/1000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Dim 19 Juin 2011 - 12:31

je fais un copier coller de mon mp puisque c'est "dommage" que la même vulgarité se trouve ici ^^'

"akari tu sais que je t'apprecie et je te respecte donc je te prierai de surveiller ton langage et merci...

Ensuite, je parle moi d'un coté reglementaire et maintenant tu fais comme ça juste par interet et non pas par logique. Donc je confirme, logiquement il faut qu'on termine notre rp ensemble puis si tu veux l'inclure tu l'inclut ! Je ne m'oppose pas à son inclusion juste au positionement car ma réponse à ton poste était une chance pour que tout tourne passifiquement et donc si dans ta réponse tu aquiese il n'aura meme pas besoin d'intervenir ^^

Ne soi pas si paranoiaque... Je poste mon rp, tu me repond et là on clot notre sujet après cela si dans ta réponse tu veux toujours me forcer la main on va faire un sujet directement après où le premier poste sera celui de set qu'il viens de poster et nos postes suivront.

J'ai toujours été direct avec toi et ce n'est pas aujourd'hui que cela changera... Et je tiens à te signaler que je ne me plains pas ! Je m'oppose à ce qu'on me retire mon droit de poster après toi dans notre rp et C'EST je te signal TOUT A FAIT NORMAL !!! Arrete de penser que de ton côté et met toi à ma place un moment. "

Et voilà, donc resumé des courses :

1- je poste
2- tu répond
3- le sujet est clos si on est daccord pour l'alliance pas de nouveau sujet, sinon le poste de enze ouvrira le nouveau topic

Pas besoin de s'enerver ou d'etre vulgaire c'est logique et c'est tout à fait justifié...
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Dim 19 Juin 2011 - 12:56

Juste pour souligner certaines choses mon vieux Kiki :

Le sous forum où le rp est en cours se nomme bien Kiri donc ? Akari de plus en est la chef de section, et c'est un rp la concernant immédiatement de par sa présence, de ce fait on pourrait juger que selon la situation, elle peut très bien offrir ce genre de demande sans que tout le monde dise : oh bah oui ok alors.
Si le rp avait gardé l'allure peinarde gros bisoux calinou qui semblait s'instaurer entre vous deux il n'y aurait eu aucun problème, mais vu la situation, il est normal de pouvoir intervenir dans le rp, et ce surtout avec l'accord d'Akari, car après tout, je reste chez moi aussi et en tant que second, y a certaines obligations à respecter x)

De plus tu tiens à cet ordre de passage afin de tenter d'offrir une réponse pacifique à la situation, en quoi ce post rp de ma part auquel j'ai été autorisé t'empêches-t-il de le faire ? Je ne t'ai pas attaqué du tout ni t'ai donné sommation de la boucler, donc ca revient parfaitement au même =D
De plus Tatsuya ayant lancé l'alerte dans le village, excuses moi de rejoindre ma kage hein, pas comme si elle risquait rien non plus xD

Franchement si tu tiques pour si peu, tu vas devenir sénile très tôt xD
avatar
 ~Nanadaime Raikage ~
Grimmjow ~Nanadaime Raikage ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 529
▌Inscription : 30/03/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : A / 22
| Points Naruto Ninja RPG | :
224/1000  (224/1000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Dim 19 Juin 2011 - 13:36

Hrp : Avec l'accord d'Akari et je suis d'accord la remarque au dessus. Fujita tu es à Kiri donc admet que n'importe qui peut poster tant qu'il fait partit de Kiri.

Cela faisait déjà quelque temps que le village caché de Kiri était tranquille. Cependant quelques rumeurs courraient à travers le village. La première était que une juunin du village avait prit l’apparence de l’Hokage du village de Konoha et avait fait une blague au Mizukage. La deuxième était que ce juunin avait été emporté au village de Konoha pour être interrogé car le Hokage demandait réparation. Cella se passait décidemment toujours de la même façon, même quand je faisais partit d’Akatsuki c’était la même. Les kages demandaient toujours les têtes des commanditaires sous prétextes qu’ils avaient ternis leur réputation. Quelle futilité ! Décidemment ce Hokage n’était vraiment qu’un imbécile, il ne réfléchissait que politiquement mais ce qu’il ne savait pas c’est qu’il risquait très prochainement de transformer la fameuse alliance shinobi entre ces deux villages shinobi en une guerre où de nombreuses victimes allaient y laisser la vie. Je ne souhaitais pas que cette chose arrive mais si j’en recevais l’ordre alors j’arracherai le cœur de tous mes adversaires sans exception, sans me vanter j’étais une véritable machine à tuer. Lors de mon arrivé au village de Kiri l’on m’avait surnommée « le chat ensanglanté » pour ma capacité à labourer la peau de mes adversaires, mon apparence après chaque combat était que je ressemblais à un chat taché de sang avec un sourire diabolique. J’aimais le sang, j’adorais cela mais jamais je n’en faisais couler pour le plaisir, je savais me contrôler à présent. Lorsque j’étais à Akatsuki cela m’arrangeait bien car je pouvais en faire couler comme bon me semblait. Ce liquide qui faisait vivre n’importe quel être vivant, grâce à lui nous pouvons respirer et vivre comme bon nous semble. C’est grâce au sang que nous humain possédons tant d’aptitudes à combattre. Cependant notre métier, celui de ninja peut nous faire vivre les pires cauchemars, par exemple quelqu’un pour qui le rêve est de devenir ninja en haut rang et qui malheureusement à cause d’une chose l’empêche d’atteindre son rêves. Voila ce qui est le plus dangereux lorsque l’on s’accroche trop à sa vie de ninja. Cependant cela ne me regarde pas car pour ma par je n’ai été que rarement touché par mes adversaires malgré l’imprudence que je donne lorsque je combats.

Ce sang, je sentais que plus j’avançais et plus j’avais des chances de goutter à un nouveau sang. Les gens passaient et repassaient devant moi, à côté de moi et derrière moi. Je marchais tranquillement dans le quartier de la Mizukage, j’en avais prit l’habitude depuis que j’avais appris la rumeur disant que le Hokage allait arrivait dans peu de temps. Je trainais donc dans les quartiers de la Mizukage lorsque je sentis une force étrange s’approcher du village, je balayai ensuite grâce à mon chakra tous le village pour connaitre celui qui arrivait. Le Hokage… Il était aux portes du village et ce qui me fit sourire c’est que la Mizukage était déjà présente aux portes et attendait patiemment son arrivé. Il fut accueillit par Akari qui se trouvait dans un sale état en raison des tentatives d'assassinat sur sa personne. J’avais déjà entendu parler des liens qui étaient tissés entre la Mizukage et le Hokage, celui-ci l’aida et il la transporta à l’hôpital. Je disparus ensuite des quartiers de la Mizukage en un éclair bleu avant de réapparaitre sur un toit à proximité de l’hopital qui se trouvaient juste en face. Je fixais de mes pupilles verticales la Mizukage qui attendait tranquillement. Je restais calme, le Hokage n’était pas assez stupide pour faire ne serait-ce qu’une geste déplacé envers la Mizukage, si cela devait arriver alors je me mêlerai directement de cette « assemblée ». Voila comment je voyais les choses, malgré que je me trouvais à pas moins d’une trentaine de mètres je pouvais voir ce qui se passait comme si je me trouvais à un mètre. C’est alors que je sentis arriver quelque chose qui se trouvais derrière moi en contrebas, une personne, très puissante s’avançait doucement vers les portes, c’est alors qu’au lieu d’utiliser ma vision je restais fixais sur les portes mais je balayai l’endroit où se trouvait cette personne, c’est alors que je vis la fameuse personne : Enzeru Youma ! Le bras droit de la Mizukage s’avançait tranquillement vers les portes, je sentis sa puissance jusqu’à moi, il dégageait une aura des plus démoniaque mais ne faisait rien de mal, il était juste surpuissant ce mec. Je le fixais de loin avec mes pupilles bleues verticales. Il s’arrêta ensuite juste à coté des deux Kages qui se faisaient face. Cet homme avait sur son visage un air des plus tranquilles mais cependant un sourire déplaçait était présent. Je l’entendis ensuite parler :

« Bonjour à vous Maître Mizukage, et vous aussi Maître Hokage, bienvenue dans le piège à rat qui s’est refermé sur vous alors que vous l’aviez vous-même posé. Madame, j’ai terminé le rapport qui vous intéresses, mais je pense que ce n’est guère le moment de parler de ceci n’est-il pas ? »

Alors que cette homme finissait son monologue le sourire qui n’avait guerre sa place dans ces moments là disparut comme il était apparut, son visage parut alors des plus sérieux et il continua à parler, cette fois-ci ces paroles se dirigèrent vers le Hokage qui demeurait silencieux juste en face des deux grands dirigeant du village caché de la brume. Le bras droit lui dit donc :

« Messire Hokage, je pense que vous avez fait assez d’erreur comme cela. Penser profiter de la situation du village pour vous attaquer à celui-ci de cette façon est vraiment écœurant de votre part. Rendez-vous sans opposer de résistance s’il vous plaît, ou je me verrai obliger de lâcher les Dévoreuses sur vous, ce que je préfère éviter. Toutefois le rat qui sème la pagaille lui n’aura pas cette faveur… »

C’est à ce moment la que je décidais d’apparaitre dans l’hôpital, j’apparus ensuite au niveau de la Mizukage, je m’appuyai contre le mur en attendant. Tous gestes suspects qui métraient en danger une seule personne ferait de l’Hokage le principal ennemi du village. Je le fixais de haut en bas avec mes yeux pupilles verticale d’un bleu étincelant. C’est alors je lui dis d’une voie saine sans broncher :

« Un seul geste inapproprié et les infirmières joueront au foot avec votre tête. »

Mon regard tait des plus sérieux, mes ongles commençaient un peu à poussé grâce à ma volonté, une seul geste déplacé et la tête de notre cher amis l’Hokage tomberait. On ne rigolait pas avec la sécurité de la Mizukage mais je savais aussi très bien que son bras droit veillait sur elle.
avatar
 ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
Fujita Kodo ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1197
▌Inscription : 21/05/2010

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
40/1000  (40/1000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Dim 19 Juin 2011 - 20:40

L’eau dans un coulissement sensuel et gracieux se laissait bercé et câliné par la force et l’élégance du feu qui dans son tintement divin offrait une lumière apaisante… Ce mélange gracieux faisait naitre une brume épaisse, dense et mélancolique signe d’un changement de nature… Un changement radical qui ne laissait pas de chance au retrait. Le changement est le commencement de toute évolution qu’elle soit positive ou bien négative… Akari semblait avoir changé, la noirceur de kiri était apparente et je me demandai si son cœur c’était laissé corrompre par cette abominable brume sanglante. Je voulais l’aider et la soutenir dans son moment de faiblesse mais elle semblait ferme et décidée et comme aux temps anciens elle me sorti une sacrée gueulante que j’accueilli avec une certaine indignation et je lui rétorquais alors avec un ton ferme et décidé :

« Je n’ai plus de leçons à recevoir Akari- Chan ! Cependant je comprends que tu ne veuille pas accueillir mes troupes »

Soudain, un anbu faisait son apparition avec un air morne et accès sur l’intrigue et l’indécision ! Mon hôte me demandait alors quelques instants de patience quand soudain elle me lança des regards hagards et soupçonneux que je n’aimai guère… Aussi astucieux que d’habitude je prenais toujours un papier et une plume avec moi pour envoyer des messages… Je mettais alors mes deux mains derrière moi faignant un air intrigué et en profitai pour écrire un message sommant kaitaro de venir avec les troupes konohajins à Kiri, je n’utiliserai ce mot que si les choses s’aggravaient… Ce ne pouvait être qu’à propos de Satoshi si elle me regardait comme ça mais je savais que c’était un ninja très astucieux et disciplinés qui ne se laisserait jamais prendre la main dans le sac et qui en même temps savait faire preuve d’initiative… Je lui avait indiqué qu’il avait comme alibi une visite touristique ce qui n’était pas reprochable du tout ! Enfin, tout le monde n’avait il pas le droit de visiter un village ?!! Dorénavant mes actions seraient d’une importance capitale, chaque faux pas pourrait non seulement me mener à une guerre mais peut être bien à un combat meurtrier !!!

Un sourire montrant l’innocence pure ornait mon visage angélique, et d’un mouvement fin et rapide mes mains se retrouvaient devant moi et le message dans ma poche. Un geste de magicien exécuté à la perfection… Elle pouvait bien croire avoir l’avantage car un sourire maladroitement masqué perlait sur sa face si mélodieusement douce mais elle se trompait… mon intelligence ne devrait jamais être sous estimé sous peine de répercussion très graves !!! L’anbu quittait alors les lieux quand soudain elle me rétorquait que « MON espion » avait été découvert et que je venais de rompre l’alliance et donc de déclencher une guerre ! Absurde si elle comptait m’avoir avec cela je… Hein ? Elle a osé ?!!! Oui ! Elle a osé… d’un mouvement elle fit signe à ses anbus de combler la place et avec un discours dévergondé et très humoristique elle prononça mon arrestation en attendant d’être « jugé par le conseil de kiri » ? Elle était bien drôle ma chère amie et j’en riais déjà. Mon sourire fit place à une colère pure et destructrice et avec un ton autoritaire et solide je lui dis :

« Un espion ? Quel espion ? Premièrement je n’en ai aucun et me porter cette accusation est déjà d’une maladresse diplomatique et d’un dédain incommensurables ! Deuxièmement dans ce village il ne se trouve à part moi que trois ninjas de Konoha… Les deux présents avec moi ici et satoshi hateru à qui j’ai donné la permission d’aller faire un tour dans le village ne voulant point s’ennuyer dans les débats diplomatiques ! Si tu me dis que tu as trouvé un espion c’est que soit tu mens et veux me pièger soit tu as été toi-même bernée … C’est ça le remerciement à mes concessions sur ton ninja ? Impardonnable !»

Avec un œil rouge de rage je repris :

« Je suis indigné par cet acte de traitrise et de mauvaise foie… Je te donne à toi et à tes ninjas une dernière chance après laquelle je serais sans pitié !!! Reviens sur ta décision déplorable et sans cause AKARI !!!! »

Non seulement elle était Kage mais elle était mon amie et proférer de telles menaces de sa part était donc pour moi doublement insultant !!! Je commençais à bouillir de l’intérieur… Entouré par une flopée d'ennemis je lançai le parchemin à un oiseau voyageur et puis je pu penser au rouleau que j'avais dans la poche... Je ne l'utiliserai qu'en cas de force majeure.


PS : j’éditerai après pour La mise en forme etc

PS2 : j'en ai marre de discuter vous faites ce que vous voulez !!!
avatar
 ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
Fujita Kodo ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1197
▌Inscription : 21/05/2010

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
40/1000  (40/1000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Lun 20 Juin 2011 - 3:13

Mais vraiment : PV veut dire privé mais bon là je reste perplexe quand tout le monde s'y met mais bon ... C'est vrai que je n'ai entendu l'avis que de kirijins qui ont tout le droit d'essayer de profiter de la situation et qui se fiche de la logique ou de la raison tant qu'ils ont ce qu'ils veulent ... Bon comme je l'ai dis si ca vous plait et que ca vous parait logique sincèrement alors continuez dans votre marche paisible et faite venir tout le village de kiri dans le bureau tant que vous y êtes dans votre logique irreprochable ... 'è-é
avatar
 ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
Fujita Kodo ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1197
▌Inscription : 21/05/2010

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
40/1000  (40/1000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Mer 22 Juin 2011 - 21:31

Merci à akari de poster pour cloturer ce topic où sinon de préciser qu'il est clot puisque ici les règles du rp normales ne se font que sur autorisation et que de nouvelles peuvent être appliquées si facilement... Et merci pour la rèponse
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Mer 22 Juin 2011 - 21:51

Salut,

Bon autant lancé les cartes sur table. Encore une fois, tu outrepasse le règlement et à ce que j'en sais ce n'est pas la première fois. Le double et triples posts sont interdits... Surtout pour ce genre de chose...

Ensuite, je posterais quand je pourrais... et pour finir, j'ai laisser Grimmjow posté par ras le bol de notre "histoire"... De plus, ok, j'ai eu tort de les laisser poster mais je n'ai du tout apprécier tes soi-disantes conclusions sur moi et mes ninjas. Par ailleurs, ton RP montre clairement que tu sembles être ce que tu me reproches...

Citation :
Bon comme je l'ai dis si ca vous plait et que ca vous parait logique sincèrement alors continuez dans votre marche paisible et faite venir tout le village de kiri dans le bureau tant que vous y êtes dans votre logique irreprochable ... 'è-é

C'est toi qui parle de logique ? Il semblerait que j'en est plus que toi et mes ninjas aussi car eux respectent au moins ce qu'on leur impose; D'où sort ton piaf messager là ? Il ne peut pas être apparut par hasard à moins que cela soit une invocation ? Dans ce cas où est ton parchemin d'invocation ? Et c'est moins qui suis parano ? C'est moi qui suis illogique ? Je pense que tu devrais revoir certaines choses dans ton comportement... Arrête d'être mauvais joueur un peu... Cela vaudra mieux pour tout le monde...

Citation :
Merci à akari de poster pour cloturer ce topic où sinon de préciser qu'il est clot puisque ici les règles du rp normales ne se font que sur autorisation et que de nouvelles peuvent être appliquées si facilement... Et merci pour la rèponse
Désolée de te contredire mais ils ont postés et ils auront des points NNr que tu le veuilles ou non. Ce n'est pas toi qui fait la loi ici... Ce n'est ni moi... Le seul maître à bord est le règlement et RIEN, je dis bien RIEN n'est stipulé que les rp doivent être autorisés... Par conséquent, je n'ai pas d'ordre à recevoir de ta part...

Pour ma part, ce rp est clôturer. Je ne répondrais pas à quelqu'un qui ne cesse de se plaindre et de se faire passer par la victime. En attendant, que tu le veuille ou non, tu es en résidence surveillée à Kiri... Basta barre. Ras le bol de ta mauvaise foi... Les autres ont été silencieux sur tes tricheries... Ce ne sera pas mon cas... Je ne marche à ce jeu débile...
avatar
~ Fondateur & Ninja de Jiyuu ~
Vijay Jagdish~ Fondateur & Ninja de Jiyuu ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 5547
▌Age : 25
▌Inscription : 09/03/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
203/1000  (203/1000)
| Âge du personnage | : 26 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://www.naruto-ninja-rpg.com
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Mer 22 Juin 2011 - 22:43

Citation :
Jenni dit :
*en fait, fufu est venu à Kiri pour passer une alliance . akari était blessée et à force de faire la folle, elle a réouvert ses blessures. Il l'a donc porté pour l'emmener à l hopital
*une fois sur place, il demande la tête de Kan'yu qu'elle refuse en lui expliquant la situation à Kiri. après on signe l'allaince. Seulement, tout de suite après on m'averti qu'un ninjas de konoha est aux portes et qu'il a dit être un accompagnant de fufu. Bien entendu, je lui est demandé une explication. Malheureusement, il n'en n'aura pas le temps car Tatsuya (dans son topic ) à lancer l'alerte du village. De ce fait, j'ai mis Fufu aux arrêts en lui disant que le conseil décidera de son sort et de celui de son village. a ce moment, mon bras droit et Grimm me rejoignent
*pour assurer mes arrières comme le veux le protocole. Alors monsieur décide d'envoyer un message à l'aide d'un oiseau messager dont l'arrivée est inconnu et qu'il traverse le mur... Dans un hopital les fenetres sont fermés donc...
*voila résumé terminé
*a partir du moment ou grimm et mon bras droit ont posté, cela est parti en vrill

-          .         ..     Ţ    ..   . dit :
*MDRR il envoit un pigeon a partir de ta chambre ? :-O

Jenni dit :
*oui
*on sait pas comment il est arrivé là mais il es là

-          .         ..     Ţ    ..   . dit :
*MDRR Et beh il cessera jamais de m'étonner ce fujita XD


Bon on est tous d'accord sur le fait que Fujita est en tort. Nous allons pas polémiquer encore plus sur cela donc.

Fujita, j’exige que tu retires le passage où tu envois ta mouette car d'une tu es dans une chambre d’hôpital et de deux les pigeons ça vient pas d'un claquement de doigt, merci.

Après ceci, Akari va clôturer le topic et c'est le conseil de Kiri qui va juger de ton sort. Un conseil, essaye de te battre ou de faire quelqu'un de plausible pour espérer fuir XD
avatar
 ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
Fujita Kodo ~ Nanadaime Hokage - Chef du Clan Hyûga - Admin ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1197
▌Inscription : 21/05/2010

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
40/1000  (40/1000)
| Âge du personnage | : 20 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Jeu 23 Juin 2011 - 0:25

Je ne polémiquerai pas plus... Je retire l'oiseau ca ne fais rien ! J'abandonne devant cette hostilité nouvelle que je n'avais vraiment pas prèvu... mais je suis déçu de cette insinuation plus qu'insultante que tu as faite akari en disant que : "Les autres ont été silencieux sur tes tricheries... Ce ne sera pas mon cas... Je ne marche à ce jeu débile..." oO Merci c'est le seul mot que j'emploierai... Je viens d'apprendre que je suis un tricheur invétéré !!!! Voilà je vais éditer Et merci de lire car il va changer la donne.
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura] Jeu 23 Juin 2011 - 13:56

Évaluation de RP :

Fujita Kodo :
15 + 15 + 16 + 13 + 14 + 16 = 89

Akari Hasegawa :
Je ne m'auto-évalue pas

Enzeru Youma :
24

Grimmjow :
22
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura]


Les contraires s'attirent [PV Akari hasegawa, ichika orimura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» Les opposés s'attirent... ou se déchirent [Jason]
» Débordement. (Akari & Shizuru)
» Les opposés s'attirent... [T'riss'Lara]
» Kaori Hasegawa, péripapétitiene

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de l'Eau ~ Mizu no Kuni :: Kiri Gakure no Sato :: Portes du village-