Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Mission rang S : Un enlèvement dont la raison pourrait être malsaine. [Acte Troisième]

avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Mission rang S : Un enlèvement dont la raison pourrait être malsaine. [Acte Troisième] Mer 2 Nov 2011 - 18:55

Spoiler:
 


Valet des Kiyomizu


    Lorsque l'être noble
    Se mèle au bas peuple.

    J’ai prétendu ne pas avoir remarqué, et je suis resté à fixer ainsi l’horizon, tandis que mes pas menaient vers un but incertain. La voix des anges se répand dans le ciel et est enlacée par le vent, me guidant vers ce point dont j’ai le devoir d’atteindre ce jour-là. Ne trouvez-vous point cela étrange que ces vulgaires paysans avaient vent de l’existence de cette Île Tortue ? Cet endroit était censé être un lieu sacré et caché du reste du monde, en dehors de certains Kumojins et les Jinchuurikis ayant eu l’honneur de se former là-bas. Traversant le grand pont reliant notre montagne à celle d’en face, je porta mon index à ma joue, songeur. Ces personnes devaient être d’autres par le passé, ou alors une âme impure leur aurait vendu ce savoir. Cela me rendait quelque peu perplexe face à cette situation, je ne pouvais m’empêcher de me questionner à ce sujet ... Bien que mon objetif premier était de jouer le salvateur afin de satisfaire mon client, l’arrière plan me donnait un goût quelque peu amer. Il me devait, malgré moi, de savoir d’avantage, afin que cette erreur ne se répète. Tel était mon devoir, également, personne ne pouvait le nier.

    J’ai toujours pensé qu’il fallait rénover ce pont ... Il me semblait bien instable, pour une distance aussi importante. Mes pas le faisait se pencher à gauche, et à droite, me menaçant de me rejeter dans les abysses de la montagne. J’étais tout de même confiant, ma main restait sur les manches de mes katanas, tels des accoudoirs. Je chasse quelques mèches rebelles de mes yeux d’un coup de tête et observa les environs. Le vent fut frais, la température ambiante, cela m’encouragea d’inspirer profondément afin de remplir mes poumons de fraîcheur. Oui, c’était une vraie promenade de santé vous allez me le reprocher, eh bien oui, vous avez raison. Je profitea de ce court moment de répit afin d’observer ce que Mère Nature a décidé de m’offrir en cette journée de labeur, et je ne fus point déçu. Dieu que je peux m’émerveiller pour tant de détails aux yeux des autres ... Je pouvais paraître peut-être simpliste pour certains, mais ces derniers se tromperont lourdement – je suis un être observateur et je ne complains aux trésors que d’autres ne peuvent voir, par pure habitude. C’était ce qui faisait la richesse d’un homme, de savoir qu’ils sont fortunés par leur entourage.
    Mon rubis le plus précieux ? La nuit de printemps. Une fortune inestimable d’une beauté touchante. Venant d’un clan comme le mien, il est normal de pouvoir s’émerveiller envers la beauté de la Nature car nous savons regarder toute beauté. Et toute beauté est importante, d’un visage des plus plaisants ou une plume de paon jusqu’à la dernière pétale de cerisier. Probablement touché par ces pensées, j’attrappa une feuille morte entre mon pouce et mon index qui volait sous mon nez afin de l’embrasser et le laisser repartir. Puisse ce simple élément tomber avec dignité dans les tréfonds de la montagne, ou dans une source ... Et elle se mit à tourner, tourner, avant de tomber dans le précipice.

    Il est certain qu’après cette complaisance, j’en oublia le temps qui passa de manière rapide, car j’atteins l’autre bout du pont. Je comptais encore une poignée d’heures devant moi et je vais les utiliser afin de descendre cette montagne, atteindre le port, et prendre le large. C’était parfait, je n’avais point de retard envers ma propre personne, voir même de l’avance, comparé à ce que j’avais prévu. Cela ne voulait point dire que je devais prendre mes aises, mais tout simplement que j’avais mes chances d’en finir au plus vite. C’est alors d’un pas quelque peu plus rapide que j’emprunta le chemin principal afin de descendre.
    Après cette marche fort distrayante où je me plaisais à contempler ce qui se trouvait au-dessus de mon être, je finis par finir ma descente et arriva dans une zone où l’activité était bien plus vivante comparé au manque de vie dans la grande montagne. Je me retrouvais alors entouré de marchands, cherchant à vendre leurs produits venant des mers.
    Ignorant les propositions de ces vendeurs, je passais à côté de leurs stands, je ne pouvait point me permettre à perdre du temps et il était de mon devoir de gagner le port au plus vite. Je n’étais plus très loin après tout ... Contournant un âne qui m’avait barré la route, le puis enfin prendre la sortie de cet endroit baigné dans la foule afin de gagner l’endroit désiré. Je vis plusieurs bateaux, des plus prestigieux aux plus misérables. Il était évident que je ne voulais point risquer ma vie dans un moyen de transport plus que médiocre et cela n’était point bon pour mon prestige, ainsi que mon honneur, vous me suivez. Il me fallait un bateau de bonne qualité et de ce pas, les miens firent un arrêt devant un marin fortuné. Je lui souris et ne le salua d’un geste de main avant de lui sortir une bourse généreusement remplie de ryos. L’homme, visiblement point étonné vu ma tenue exprimant mon appartenance au sang noble, prit le sac dans sa main et se rendit compte, lorsqu’il s’installa dans sa paume, qu’il était relativement bien pesé. Il leva alors les yeux et s’inclina bien bas devant ma présence, m’invitant à aller sur son bateau. C’était parfait, il savait comment s’occuper de ses clients aisés, il avait l’oeil et c’était tant mieux pour lui.

    Je monta alors dans son bateau ou ses collègues m’attendaient, et à leur tour, se mirent à présenter leur respect envers moi. Un petit sourire dessina mon visage fin, je me sentais à mon aise. Le capitaine monta à son tour et me questionna sur ma direction. Je posa alors mon sac et sortit la carte que je n’utilisais point pour la première fois. J’observais et pointa du doigt en plein milieu d’une mer, chose qui étonna les marins. Bien évidemment, je possédais, par pure précaution, la carte habituelle qu’on pouvait acheter n’importe où. En cas de vol, certains chanceux pourrait après tout savoir où se situerais l’Île ... Mais mon doigt pointait là où elle se trouvait, je le savais très bien. Elle était juste volontairement cachée face aux yeux du bas peuple. Je fus étonné tout de même qu’ils ne comprenaient pas de quelle Île je parlais, ils étaient après tout de ceux qui menaient les voyageurs, et non de simples pêcheurs ... Je haussa alors mes sourcils, d’un air certes hautain, cherchant une explication, mais le capitaine me répondit d’un simple clin d’oeil complice avant d’ordonner à ses hommes de lever l’ancre.
    Cela me rassura immédiatemment. Ils connaissaient l’existence de la tortue géante, mais se devaient de garder le secret également. Ils ont joué le jeu et ont vu que j’étais celui qui avait le droit de connaître ce lieu. Bien évidemment, je ne suis point n’importe qui voyons ...

avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission rang S : Un enlèvement dont la raison pourrait être malsaine. [Acte Troisième] Dim 6 Nov 2011 - 23:13

Valet des Kiyomizu


    Je suis dévoué, loyal ...
    ... Mais non amoureux.

    Riant doucement, mon regard se perdait dans les abysses de l’horizon, tandis que le vent invitait ma chevelure à danser sous son rythme endiablé. J’étais bien, j’étais détendu, je sentais une innocence enfantine m'envahir, et il me fallait d’en profiter, car je suppose que cela ne durera que le temps de ce voyage. Je serais que sérieux et irrité une fois sur l’île. Deux des marins s’approchèrent de ma personne, s’inclinant devant ma grandeur, cherchant à savoir si tout m’allait. Je me retourna, alors que tout mon corps s’est offert à la direction que la bateau prenait, ayant comme une sensation d’être libre comme un oiseau. Je leur souris et hocha simplement de la tête afin de leur exprimer satisfaction qui possédait mon être. Aussitôt la chose faite, je retourna mon buste face à la mer, voulant revisiter les sensations qui prenaient le dessus de mon coeur, et mon sourire s’est élargi. J’aime naviguer, cela me procurait un sentiment de bien être et j’étais à l’aise. J’aime sentir les courbes de l’eau nous mener ainsi que le vent les modifier, cette sensation qui normalement donne le mal de mer à certains est une véritable détente divine pour moi. Ah, que j’aime ces moments ... Je posa mes deux mains sur le rebord afin de m’appuyer et me concentrer sur l’horizon. Rien, à part la mer, pour l’instant. La fine odeur d’eau salée me titille les narines, et j’en profitea afin d’inspirer profondément.

    Mes yeux se portèrent finalement au ciel, qui était bien découvert ce jour-là. Ah, ma tendre Reine ... Quand est-ce que j’aurais la chance d’entrevoir sa perfection ? Mes lèvres exprimèrent un rictus car je ressentis un profond pincement au coeur. Oui, il me fallait parler à Raikage-sama ... D’une manière ou d’une autre, il me fallait savoir où elle se trouvait et demander permission à mon supérieur afin de la retrouver. C’était mon devoir et je me sentais si honteux de ne pas avoir profité de la guerre afin de m’infiltrer et ... La cacher. Ou me battre à ses côtés.
    Bien que j’étais un Kumojin et notre village est allié à Kiri, mon coeur est avant tout pour la Kiyomizu. Je suis dans son camp à elle et celui de Kumo. Kumo n’était qu’alliés qui ont dû se plier aux ordres, chose qui n’est point mon cas envers le pays de l’Eau. Je ne leur dois rien, absolument rien, et par le passé ce pays ne me faisait ni chaud ni froid. Je vous l’ai dit, je ne m’intéresse point à la politique extérieure et je ne donne point mon avis concernant mon village. Je suis un guerrier, une arme, et non un critique. Je ne suis point là afin de donner mon opinion, mais uniquement à servir, et à mettre en valeur la noblesse de mon clan, l’éblouissant sur mon propre être. Et si ... Mon Dieu, et si ... Je secoua énergiquement la tête. Non, non non non ... J’ai ouï, effectivement, que cette guerre a été lourde et aux conséquences désastreuses, mais non, rien n’est arrivé à l’être que je vais servir voyons ! Du moins ... Je l’espérais. De tout mon coeur. Etait-ce une façon de me rassurer ? Je devais faire confiance à la force de cet être portant la perfection. Elle ne POUVAIT point mourir. C’était impossible. Pas elle. Mon sourire revint, étant persuadé qu’elle reste à Konoha, continuant sa vie paisiblement, et moi, son chevalier servant, je serais là afin de lui présenter ma loyauté à son égard.
    Mon coeur s’apaisa alors et je souris tendrement au ciel. Il me fallait en discuter avec Raikage-sama, il en était certain. Un jour, j’effectuerais le voyage afin de me rendre à Konoha et la rencontrer.

    Le temps passait lentement et je ne voyais toujours pas l’Île, bien que j’étais conscient que cela n’allait point être la porte d’à côté. Pour ma part, cela ne me dérangeait point, j’appréciais que grandement ce voyage, de plus le bateau était plus que bien entretenu, cependant concernant mon client, lui, ne devait point passer de bons moments en companie de ces malfaiteurs ... Alors, malgré moi, je ne pouvais m’empêcher de ressentir un certain stress, espérant que cet homme était en bonne santé. Que pouvais-je faire, après tout ? Il restait encore quelques heures avant d’arriver à destination ... Je quitta le bord du bateau et me tourna vers les marins, qui avaient l’air occupés à nettoyer, tandis que le capitaine dirigeait notre moyen de transport. Ce dernier, par ailleurs, m’observait, l’air curieux. Que me voulait-il ? Je haussa les épaules, cela ne me regardait point. Je m’assis alors sur un banc installé et sortis un de mes katanas afin de l’analyser minutieusement, laissant tomber mon sac de voyage à terre. Je soupira, profiteant de l’air frais. Le temps était superbe et j’aurais souhaité continuer à admirer le magnifique horizon qui s’offrait envers ma propre personne ... J’étais trop préoccupé. Ma princesse aussi ... Ma tendre Reine. Ce n’était point le bon moment afin de penser à elle ! Mais Dieu que mon âme criait de voir cette perfrection afin de connaître enfin le Nirvana dont mes ancêtres se complaisaient à vanter. Je les enviais. Je me sentais quelque peu mal, comme un amant ayant été séparé de sa bien aimée, bien que ce n’était point le cas. J’étais qu’un serviteur et ne connaissais toujours pas ma tendre Déesse. Ce n’était point ma promise, je suis un valet de ce clan. Un métier honorable et respectueux.

    ‘’ Elle vous manque ? ‘’ Fit une voix, non loin de moi.

    Je tourna la tête, et vis le capitaine me contempler avec un sourire. Je haussa les sourcils avant de les froncer de manière interrogative. ‘’ Elle ‘’ ? De qui parlait-il ? Qui pourrait bien me manquer ? Je suppose que cet homme comprit ma confusion, ce à quoi il ajouta.

    ‘’ Je connais ce regard. Votre bien aimée vous manque et vous pensez à elle, n’est-ce pas ? ‘’

    Je recula ma tête afin de mieux l’observer et mes yeux exprimèrent ma surprise. Ma bien aimée ? Je n’en ai point ! Ma gorge finit par exprimer un rire, non pas moqueur mais sincère. Ma voix grave soulignait avec perfection les ‘’ ha ‘’, comme à mon habitude. Certains pensaient que je le faisais exprès, de manière ironique, alors que non, c’est bel et bien mon rire ... Ma façon d’exprimer mon amusement.

    ‘’ Vous vous trompez, capitaine ... ‘’ Fis-je d’une voix douce, lui offrant cependant un sourire amical. ‘’ Je n’ai point de bien aimée. ‘’

    Cette réponse avait l’air de surprendre mon interlocuteur, qui s’assit à mes côtés.

    ‘’ Pourtant j’ai clairement vu un regard amoureux, cher monsieur ! Vous ne pensez pas à une femme ? ‘’

    ‘’ Je pensais, en effet, à une femme. ‘’ Répondis-je, levant mes yeux au ciel, rêveur. ‘’ Je repensais à la perfection qui s’offrait à mes yeux dont je pourrais presque avoir peur de perdre la vue par sa beauté éblouissante ... Je souhaite la voir, la toucher, je souhaite consacrer ma vie entière à elle, à cette Princesse dont sa beauté dépasse celle des Dieux, dont sa force est incomparable. ‘’

    Un sourire exprimant mon attendrissement arborait mon visage de manière mélodieuse. J’avais l’air apaisé et mon bien être prenait le dessus. Je soupira profondément, sentant comme une force prendre possession de ma personne. Une boule d’énergie magnifique, me rendant quelque peu euphorique. Je me tourna vers le capitaine, qui me regardait les yeux ronds. Ne comprenant pas, je le fixa, cherchant à avoir une explication face à une telle réaction.

    ‘’ Euh ... Excusez-moi mais ... Vous dites que vous n’êtes pas amoureux ? Pourtant le discours que vous venez de me sortir est clairement celui d’un homme qui l’est ... ‘’

    ‘’ Ah ? ‘’ Répondis-je tout simplement, avant de rire de nouveau d’un air paisible. ‘’ Non, capitaine. Je suis son valet, et non un amant. Cependant, je n’ai point eu la chance de la rencontrer, pour l’instant. Je ne sais même point à quoi elle ressemble, mais je sais qu’elle aspire la perfection ultime. Cela ne fait point de moi un homme amoureux, mais un serviteur dévoué à sa Reine. ‘’

    La réponse surprit encore plus cet homme, cependant je sentais qu’il n’était point convaincu concernant mes dires. Eh bien, non ... Je ne pouvais point être amoureux, je ne la connaissais point ... C’était pourtant bien logique. Je ne savais que dire alors je lui souris, tout simplement.

    ‘’ Dites-moi ... Vous me dites quelque chose, monsieur. Vous appartenez à la classe supérieure, n'est-ce pas ? ‘’ Finit-il par dire. Vraisemblablement, il trouvait que changer de conversation était préférable. Pourtant, cela ne me dérageait point de parler encore de ma Kiyomizu, je pourrais même vous sortir des tirades interminables concernant cette magnifique femme.

    ‘’ Je suis un Hidemi. ‘’ Répondis-je, tout simplement, ce à quoi le capitaine entrouvra la bouche, exprimant sa compréhension, jetant un rapide coup d’oeil sur ma tenue.

    ‘’ Je me disais bien que vous étiez un noble ... Votre élevage de paons est un vrai trésor dans ce pays ! ‘’ Fit-il, m’offrant un sourire.

    Je lui souris à mon tour, cela ne m’étonnait point qu’il connaissait mon clan, car nous sommes après tout très populaires, que ce soit dans le monde des guerriers, ou, en dehors de cet entourage, en tant que nobles, en tout cas. En tant que éleveurs de qualité exceptionnelle.
    Finalement, le temps passa plus vite. Cet homme avait de la conversation et je me surpris à le trouver sympathique et lui offrir mes paroles, concernant le commerce. Je m’y connais après tout dans ce domaine, cela n’était point étonnant, comme vous le savez.

    ‘’ Île en vue ! ‘’ Fit une voix d’un des marins.

    A cette exclamation, je me leva immédiatement, et le capitaine suivit mon geste afin de s’approcher du bord et voir, en effet, l’île que je souhaitais. Je reconnus l’Île Tortue dû à se forme ... Spéciale, vous le pensez bien. Je souris, d’un air satisfait. le voyage allait bientôt se terminer. On n’était plus qu’à une heure de la destination. Parfait, parfait ...

avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission rang S : Un enlèvement dont la raison pourrait être malsaine. [Acte Troisième] Mer 9 Nov 2011 - 19:59

Valet des Kiyomizu


    La nature
    Appelle mon être.

    Arrivant à destination, les marins s’agitaient plus que d’habitude, pressés d’arrêter le bateau de manière correcte. Je restais sur le bord, les yeux rivés vers l’Île, le sourire aux lèvres. Je me rapproche de mon but actuel, celui de sauver cet homme ... Je me sentais étrangement plus puissant qu’habituellement, une force prend le dessus de mon corps. Serait-ce l’excitation d’accomplir un devoir héroïque ? Chacunes de mes gestuelles doivent mener vers le prestige prouvant mon appartenance, la fierté que j’arbore en portant mon nom. J’ai maintes choses à prouver tous les jours, chaque chose que je fais, ce n’est point facile de porter la classe de noble, bien que cela est plus qu’avantageux ... Nous sommes, de manière compréhensible, enviés d’être conviés aux soirées de grandes renommée, où les personnes les plus importantes se réunissent dans le palais du Seigneur féodal, c’est une vantardise comme une autre que l’ont peut se permettre.

    Le vent souffla dans ma longue crinière, la balayant de manière royale, je ressemblais à ces héros tant contés dans les légendes. Peut-être que j’en ferais partie un jour. J’ai, après tout, l’allule parfaite, ainsi que le talent, non ? Hahah, que je suis drôle, à certains moments ... Non, je ne suis point conçu pour cela, mais pour préserver la splendeur des Kiyomizu, afin de les aider à pousser aux sommets des plus étincelants, tout en surveillant leur bien être. Ah, que ce métier est formidable ... Que je me réjouissais à l’idée qu’un jour, je serais ainsi. Je vais raviver la flamme de cette fabuleuse tradition qui enjolive mon clan, et ... Oui. Un sourire se dessina sur mon minois finement tracé. Cette idée était limpide, claire comme du cristal comme tout aussi splendide. A quoi je pensais ? Hmmm ... vous le serez un jour, cependant cette illumination frappa mon émoi en plein fouet, me montrant l’évidence de la chose. J’étais le seul, l’unique être qui doit avoir cet honorable devoir à accomplir. Un frisson d’excitation parcourut mon corps que j’en haussa soudainement mes épaules. Magnifique, c’est magnifique, et je suis un parfait génie. Peut-être fou, qui sait ... Mais lucide, logique. Pourquoi les Hidemi n’y ont point pensé avant moi ? Je serais alors le premier être à perfectionner d’avantage notre coutume.

    ‘’ Subarashi ... ‘’ Murmurais-je de ma voix tendre, prouvant le délice de mes pensées, qui furent emportés par ce vent divin qui m’éclaircissait mes esprits.

    Mon humeur redevint joviale, tandis que le bateau accosta le bord, m’invitant à tâter de mes pieds cette terre sacrée. Je me tourna vers l’équipage, qui s’est rassemblée afin de s’incliner convenablement devant ma grandeur. Afin de les remercier, j’inclina tout de même légèrement ma tête, leur offrant mon habituel sourire charmeur qui leur enjolivera leur journée, il en était certain. Le capitaine s’approcha de moi, s’inclinant bien bas.

    ‘’ Hidemi-sama ... ‘’ Commença-il, tout en restant penché. ‘’ Nous attendons votre retour ici-même, cette île n’est pas habitée après tout, vous ne pourrez pas revenir seul. Combien de temps allez-vous vous absenter ? Nous allons entretenir le bateau pendant votre absence afin qu’il soit impeccable, digne de votre noblesse. Nous le faisons non seulement pour votre prestigieuse classe, mais également en tant que client. C’est, après tout, notre métier de vous emmener à destination et vous faire revenir. ‘’

    ‘’ C’est très aimable à vous, capitaine. ‘’ Répondis-je, gardant un sourire bien aimable qu’il le méritait bien, après tout. ‘’ Je dois vous avouer que j’ignore quand je reviendrais car j’ai une tâche importante à accomplir ici, et Dieu sait ce qu’il m’attend sur cette île ... Ne vous en faites point, je vous paierais s’il y a un quelconque débordement, pour la durée également. Cela ne me pose point de problèmes concernant ceci, vous le devinez fort probablement. ‘’

    Le trentenaire s’inclina de nouveau, me remerciant chaudement. Il n’y avait point de quoi, je les récompensais pour leurs service, c’était une chose normale ... L’argent n’est point un problème pour moi, bien au contraire car je baigne dans l’or, ce n’est point quelque chose qui me manquera un jour ...
    Avant de quitter le bateau, les marins me demandèrent si je ne voulais point manger avant toute chose. Cela aurait été volontiers, mais ... Le temps me manquait, j’avais une vie entre mes mains, et il ne fallait point qu’elle glisse entre mes doigts. Je déclina poliment cette aimable invitation mais demanda cependant s’ils pourraient m’offrir une pomme. De manière aimable –de toutes manières ils ne pouvaient point me refuser ceci-, ils me me donnèrent ce que j’ai demandé, la meilleure qui se trouvait sur le bateau, la plus rouge et la plus délicieuse. Je croqua à pleines dents et laissa sortir un long soupir exprimant ma satisfaction. Quel plaisir ... Je salua l’équipage, ce à quoi ils me répondirent en s’inclinant tous bien bas devant ma personne, et sur ce, je sauta du bateau.

    ‘’ Nous vous attendons, Hidemi-sama !! ‘’

    Je ne me retourna point, mais cette attention ne m’empêcha point de sourire, cela me faisait plaisir qu’on me traîtait ainsi, c’était chose normale, également. Ils ne négligeaient point ma personne, ce qui faisait bien plaisir. Je leva mes yeux et observa les environs. Devant moi se dressait une forêt dense me promettant maintes surprises. Je posa mon bras sur les manches de mes katanas, tels des accoudoirs, et après un instant d’hésitation, m’avança tandis que mon corps s’offrait à la nature sauvage qui dominait ce lieu.

avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission rang S : Un enlèvement dont la raison pourrait être malsaine. [Acte Troisième] Sam 19 Nov 2011 - 22:18

Valet des Kiyomizu


    Allons danser ...
    Sous le rhytme que vous donne la faucheuse.

    Je me demande qui touche les profondeurs de mes yeux fermés ... Dans le silence, mes getas s’enfoncèrent dans la terre sainte de cette île, tandis que j’avançais, mettant en avant mes autres sens. Une ambiance peu plaisante était présente, de quoi pouvait-il bien s’agir ? Mes lèvres se plissèrent tandis que je demandais à Mère Nature son pardon de ne point contempler son oeuvre ... Je me devais me concentrer, et cette ambiance m’était pourtant inconnue à ma première venue sur ce lieu. Mes souvenirs me remémoraient des êtres animales bien étranges habitant ce lieu, d’une grande taille, et ... Aucune présence, ou du moins rare, dans cette forêt.
    Tandis que mes pas avançaient vers un but incertain, la pression se renfermait de plus en plus sur moi. Je me daigna d’entrouvrir les yeux, en gardant un espace juste, suffisant afin de pouvoir scruter les environs. Une brume se levait dans cette forêt ... Je sentais un froid désagréable. Non pas que la température baissait, mais cette sensation me faisait deviner que j’étais observé. Je n’étais point seul dans cette forêt ... Faisant croire que j’ignorais ces faits, je continua mon chemin, cherchant à cerner une quelleconque anomalie qui me mènera jusqu’à mon client. C’est après tout pour cette raison que je suis ici ... Malgré que je banda les muscles de mes bras, je gardait mon air si calme, qui pourrait s’avérer au final des plus agaçants, j’en étais bien conscient. Et au fil des minutes, je me rendis compte que ces espions manquant d’indiscrétion furent, en effet, irrités par mon manque de réaction face à cette situation oppressante. Ils ne savaient point à qui ils avaient à faire ...


    Mon ouïe, dont je prenais soin à aiguiser en fermant les yeux, descella finalement quelque chose. Un sifflement cherchant à pénétrer ma peau. D’une vitesse vascillante, je dégaina de ma main droite un de mes deux katanas afin de bloquer l’attaque un peu trop directe à mon goût. Le croisement de nos fers résonna jusqu’au ciel et un silence immonde respira les environs. Mes yeux s’ouvrirent de manière innatendue afin de lancer un regard glacial sur le croisement de lames, qui effectuait une croix devant moi. Que de vantardise sans conscience ... Quel manque de tact. De mon aura, qui devint intimidante, j’explosa mon état d’âme face à tout le monde, tandis que je gardais mon calme olympien. Je sentis la lame de mon agresseur trembler, il semblait soudain hésitant, il était vrai que mon air ne disaient rien qui vaille. Un crissement, tandis que mes pupilles parcouraient la courbe de la lame adverse, essayant de cerner la personne. Elle était point entretenue, malgré la robustesse qui traduisait sa force. Une arme venant du bas peuple. Une arme usée, mais point innefficace. Mais ce détail me faisait ressentir une stupide compassion envers l’attaquant, le plaignant de sa situation, bien que la froideur de mon regard restait présent. Il semble que ces ignorants commençaient à comprendre qu’ils n’avaient point à faire à un guerrier de bas étage.


    Un pas de trop, ma tête tourna vivement et lança un regard noir à mon agresseur. Oui, des brigands peu fortunés ... Cela semblait logique qu’ils kidnappent mon client qui a une place prestigieuse au sein du marché de commerce de ce pays. Ils étaient fort drôles à voir, leur visage ainsi que le reste du corps voilé dans ce drap poussiéreux d’un vert ennuyeux, cachant leur faciès comme la base des tenues de ninjas. Ce dernier écarquilla les yeux, sentant probablement son impuissance face à mon aura, et je le repoussa d’un coup sec contre sa lame qui se daigna à de crisser contre la mienne.
    Et là, voyant le regard stupéfait de cet homme masqué, ses compagnons comprirent vraisemblablement que seul, il ne fera point le poids. Des bruits de pas, violant la nature de ce lieu, résonnèrent autour de ma personne. Je les observa devant moi, et ma tête se tourna sur le côté afin de voir ce qui se passait derrière. La même chose. Je me faisais encercler. Ils avaient la trempe du cliché des ninjas paysans, s’en était drôle mon Dieu.

    Une pointe d’ironie dans mon regard, tandis que le froid s’abbattait sur leur être. Ces hommes m’observaient, se demandant quoi faire, personne ne bougeait, point même d’un cil, jouant à un jeu de regard, incitant la tension à monter. J’étais conscient que je me suis mis dans une position bien délicate ... Mais mon calme agaçant était toujours présent. Je me plaisais à les intimider ainsi, mais je ne devais point oublier à me protéger ... Des pas ... Des silhouettes qui bougent ... Ils s’amusent à tourner autour de moi.




avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission rang S : Un enlèvement dont la raison pourrait être malsaine. [Acte Troisième] Sam 19 Nov 2011 - 23:03

Valet des Kiyomizu


    Allons bon ...
    Viens mon enfant, je t'étreindrais jusqu'au lethé.




    Ah, quelle froideur, quelle pression envenimait mon être ... Ce doux mélange qu’on peut retrouver dans un combat futur à mort fait naître en moi ... Une excitation étrange. J’appréciais ces moments. Je suis, peut-être, un homme étrange, aimant le danger et se sentir menacé afin de sortir vainqueur et purifié, le fait d’ôter la vie de mes mains n’est plus un problème pour ma personne à présent. Je suis un guerrier tout ce qu’il y a de plus respectable, capable d’accomplir ma tâche sans ciller. Je peux être vu comme un monstre ou une arme sans âme, voyez-le comme vous voulez. Je me vois dévoué. Obéissant à l’ordre. Appréciant l’adrénaline qui s’injecte dans mon sang pur. C’est cela, la beauté d’un combat. Cette sensation nous invite à effectuer une danse avec la mort elle-même afin de ressortir l’ego d’avantage gonflé, l’honneur d’avantage éclatant. C’est quelque chose de ... Sublime. Je m’effraie moi-même parfois, avec ce genre de pensées. C’est pour cette raison que je pense que j’effectue un métier magnifique. La peur ne me faisait point reculer, si j’en ressens, et l’adrénaline me pousse à aller jusqu’au bout de mon devoir.
    Mes yeux se baissèrent au sol, mon calme était toujours présent, et je sentais que cela énervait les fauteurs de trouble. Leurs pas s’accélérèrent, je sentais que l’attaque allait arriver d’un instant à l’autre. Mais ce ne sera point moi qui fera l’honneur d’ouvrir le bal, mais à eux de le faire. Je me daignais enfin à lever mes yeux, n’exprimant pas le moindre sentiment, leur faisant croire que j’étais blasé par leur présence. Mes regard suivait leurs mouvements, je tourna la tête afin de regarder sur le côté, manquant de lever les yeux au ciel. Ils tournoyaient autour de moi, cherchant peut-être à me distraire, à trouver une faille dans ma défense. Comme pour provoquer, je rangea mon katana afin d’ajuster mon kimono le plus naturellement du monde, ma tenue ne devait point se négliger après tout, et après ce geste, je vis un de ces intrus froncer les sourcils, visiblement ce geste ne fut point apprécié ...

    Sentant comme un léger vent, je me tourna doucement, attrappant ce qui venait à moi. Une sorte de lance, une arme que détenait l’un de ces malfaiteurs. La pointe aiguisée au bout, il cherchait vraisemblablement à le faire passer à travers mon corps, commençant derrière mon dos. Mon poing se referma sur le bois, tandis que j’aperçus à ma droite un des leurs désireux de profiter de ce moment et m’attaquer. Gardant mon calme et d’un air serein, je leva l’arme que j’ai stoppé auparavant avant de bloquer celle du deuxième au dessus de moi, et les repoussa aussitôt. Bien ... Je sentais que ce fut une provocation qui signa le contrat ... De leur fin de vie. Je dégaina lentement mon katana, et fit enfin face à ces êtres, prêt à combattre. La pression aurait peut-être éclaté de leur côté ? Ils n’y tenaient plus ? Très bien ... J’allais leur donner une raison de penser le fait que de rester chez eux serait une solution bien plus humaine.
    Et la réaction ne se fit point attendre. Leur désire de me combattre était à leur comble, vraisemblablement. Je bloqua certaines attaques avec mon fidèle katana tandis que mon bras gauche refaisait la même tactique qu’auparavant – saisir une lance et bloquer d’autres avec. Me retournant, je me puis donner un coup de manche sur le bas du menton d’un de ces hommes, qui s’entrechoqua avec un autre. Je ne pus m’empêcher de baisser afin d’éviter une attaque et tournoya sur moi-même, me relevant, faisant apparaître mon deuxième sabre, tandis que le vent m’invitait à effectuer cette danse divine, bien que mortelle, du cerisier. Ils étaient bien nombreux, je vais l’admettre, cela devait être le seul point où ils me battaient avec brio. Eh bien ... Cela allait être comme le fameux jeu de la Roulette Russe. Qui survivra ? Qui sera le chanceux qui aura l’honneur de me dire où se trouve mon client ? Un fin sourire se dessina sur mes lèvres ... Nous le saurons ... Bientôt !

    Je croisa le fer de mes deux lames devant ma propre personne, barrant au passage la route de quelques uns de mes ennemis soucieux, et les regarda, narquois. Ils m’attaquèrent tandis que, sans crier gare, mon corps se mit à tournoyer, laissant sortir le doux cri du printemps. Mon air était toujours aussi détendu et d’un coup, je m’arrêta, afin de planter brusquement le malheureux qui était devant moi. Son regard, surpris, fut le dernier qu’il effectua avant de s’effondrer au sol, mort. Ceci étant dit, je venais de signer par le sang d’un des leurs le fameux contrat. Celui de leur mort.

    Me tournant, je stoppa net une attaque verticale d’une épée de bas étage, tandis que mon second katana s’invita dans les profondeurs de l’abdomen de mon agresseur. Une chose la chose faite, la lame qui ne fut point souillée a été choisié par ma personne afin de se loger dans mon fourreau. Et c’était parti ...

    Plusieurs minutes plus tard, je constata que les cinq survivants étaient plutôt robustes, et sentant quelque chose se chauffer, mon instinct m’a ordonné de me baisser, chose que je fis et un éclair foudroyant passa à côté de ma tête, dont sa course de finit sur un tronc d’arbre qui se noircit face à cette force. Je me releva, stupéfait, et vis que trois autres personnes nous a rejoint, en renfort. Voilà qui était bien embêtant ... Un craquement fit derrière moi, et je m’éloigna, emportant une blessure à l’épaule d’un de ces malfaiteurs qui se battait lame contre lame. Mes pas furent rapides et j’ai eu raison de faire ceci – l’arbre céda face à cette attaque Raïton. Pourtant c’est qu’il était large ! Cela ne valait rien de bon pour ma personne, j’en étais conscient, cependant mes expressions restèrent toujours aussi neutres et profiteant d’un blocage, je malaxa mon chakra. Encore une fois, une autre attaque. Cette fois-ci, j’ai dû me rouler afin de l’éviter, et une autre explosion de foudre fit plus loin. Un des leurs courut vers moi et je me retourna aussitôt afin de le saluer du regard. Ma main libre se mit au-niveau de mon menton et je souffla d’un coup dessus, comme provoquant mon adversaire, mais ce fut en vérité un jutsu, qui s’activa aussitôt, repoussant les deux êtres qui m’attaquaient depuis le début, se cognant contre un arbre.

    Je profitea de cette courte réussite afin de m’occuper de ces êtres manipulant le ninjutsu. Mon katana partir rejoindre la liberté du ciel, enfin presque, afin que je puisse profiter de ce répit et composer plusieurs mudras avant de le rattrapper et éviter de justesse un éclair combiné par deux d’entre eux. Accroupi, je créa une bourrasque de vent, les mutilant là où les lames de vent les atteint, tandis qu’une poussière d’éleva, se mêlant à la brume, et j’en profitea. Une fois que ceci fut fait, l’un deux poussa un soupir bruyant. Ses compagnons se retournèrent et virent leur ami, les yeux ronds, tandis que je me tenais derrière lui, la lame traversant de son dos jusqu’à sa poitrine. Le corps tomba, et les utilisateurs de ninjutsu me regardèrent, visiblement effrayés. Mon regard devint noir, malgré ce sourire en coin qui règnait sur mes lèvres, et je passa délicatement ma main sur ma lame, insufflant mon Fuuton dessus.

    Ma lame se mit à vibrer légèrement, et mon regard différait. C’était à mon tour de les attaquer, et ce fut de manière plus vivace et redoutable. La direction que prenait la lame ferais penser à une feuille tombante, vascillant de droite à gauche, mais cette fois-ci, elle était là pour trancher et volait de manière bien plus rapide. Très rapide. Mon pas s’avancèrent et l’agilité de mes gestes les surprirent. Je les ai eu. Je réussis à déchiqueter l’un tandis que la pointe profitea de planter le troisième.
    Leurs corps impurs s’effondrèrent. Me voilà débarassé de ceux qui me gênaient le plus, et mes pupilles se mirent à fixer les deux survivants. Des éclairs arboraient mes yeux, et ils furent effrayés par ma propre personne. Ils pensaient vraisemblablement que je serais un simple bourgeois sans grand talent au combat, ils se sont lourdement trompés. Et à présent, ils regrettaient, se rendaient compte de leur bêtise. Mon sourire ne me quitta point, et je m’avança vers eux, qui eurent le temps que de se relever et craigner ma personne. Mes pas furent lents mais menaçants, car cela leur faisait comprendre que les secondes à vivre diminuent dangereusement. Finalement, tandis qu’ils s’accroupissaient côte à côte contre un chêne, je marrêta devant eux, passant le dos de mon katana sur mon index. Je semblais effrayant et peut-être fou, c’est vrai. Cependant, mon élégance était toujours aussi resplendissante.

    ‘’ Bien ... Qui, de vous deux, va mourir, et qui aura l’honneur de m’accompagner ... ? ‘’

    L’un des deux se releva brusquement, et sans que je puisse rien faire, fit un geste brutal et une fumée dense les enveloppa. Je protégea mes yeux à l’aide de mon bras, attendant que cela se dissipe, cependant je ne sentais aucune menace. Et c’est une fois que ce lieu revedint calme que je compris. C’était une bombe fumigène. Ah, quelle innatention de ma part ... Je soupira mais ne réussis point à finir cet accomplissement, qu’une douleur aïgue prit possesion à mon cou. Qu’était-ce ?! Je ne puis vérifier par moi-même que je sentis mes forces me quitter. Je ne pouvais plus bouger mes bras, mes genoux tombèrent au sol, et ... Je me suis effondré. Je crois. Je fus inconscient.



Spoiler:
 
avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission rang S : Un enlèvement dont la raison pourrait être malsaine. [Acte Troisième] Mar 22 Nov 2011 - 18:59

Fiche PNJ.
Spoiler:
 

Valet des Kiyomizu


    Le chef
    Derrière ses mercenaires.

    Reprenant mes esprits, je sentais qu’un tournis fort désagréable prit le dessus de ma tête. J’étais assis, quelque chose de dur derrière moi me soutenait, et mes mains ... Furent attachées derrière. Bien ... Très bien ... Dans quelle galère me suis-je mis ? J’eus un moment d’innatention ... J’essaya d’entrouvrir mes yeux mais je voyais encore de manière floue ... Que m’est-il arrivé déjà ?
    Ah ... Oui, je m’en souviens. Je me battais avec des mercenaires au coeur de la forêt de l’Île Tortue. Une douleur au cou, et mes forces me quittèrent ... Une fléchette, fort probablement, afin de m’endormir. L’adversaire qui m’a lancé ceci était fort probablement celui que je n’ai point vu car après tout, je me suis débarrassé de tous mes adversaires présents, sans compter les deux derniers qui m’ont échappé ... Et ce grand malin a réussi à cacher sa présence, de plus je fus trop distrait ... Ah, quelle honte ... Quelle honte venant de moi, c’est indigne envers ma personne.

    ‘’ Magnifique ! Magnifique ! ‘’ S’exclama une voix masculine, non loin de moi.

    Mes forces revenaient peu à peu tandis que je retrouvais ma vue parfaite afin de me rendre compte que je me trouvais dans une clairière éloignée, la nuit commençait à tomber. Dans un coin était allumé le feu de camp, et les mercenaires avec leur tenue verte se retournaient vers moi, tandis que d’autres étaient attelés à leurs besognes de survie. Ma tête était tournée quand soudain j’ouïs un bruit sec. Regardant devant moi, au sol, je vis une caisse avec un pied trônant dessus. Une botte noire et un pantalon noir, visiblement en un velours imité. Mes yeux se levèrent afin de voir qui est-ce qui ose se mettre en position de dominateur devant ma propre personne, et aperçois un jeune homme aux longs cheveux d’un roux se penchant vers le brun, ondulés. Cet être possédait des traits fins, un nez pointu, des lèvres rosées et brillantes. Un cache oeil se voyait à la place de son oeil droit, et il me fixait, d’un air de grand vainqueur. Sa supériorité naissante dans son regard prouvait sa fierté d’avoir réussi à me capturer, comme si c’était un de ses buts.

    ‘’ ça, c’est ce que j’appelle une ‘’ pêche réussie ‘’ ! D’abord Saitô, et maintenant le fameux héritier de la noble famille Hidemi ... Héhéhé. ‘’ Son minois se tourne vers ses mercenaires en levant haut son poing. ‘’ On va tous devenir riches !! ‘’

    Des exclamations barbares, des fers utilisés afin de faire du bruit. Ils en faisaient du raffut ! Je fronça les sourcils et baissa la tête, tout ce boucan me faisait mal à la tête, j’étais encore quelque peu engourdi. C’était la fête de eur côté, tandis qu’à ce moment-là, j’aurais besoin de calme. Oui, ma pauvre boîte crânienne ... Cet homme, qui semblait être le chef, se pencha afin de soulever mon menton et me dévisager d’un regard sadique.

    ‘’ Un véritable trésor ... Avec ta tenue, tu ne passes pas inaperçu, tu asperges le reste du monde de ta noblesse ... Ton père doit être fièr de toi, je présume. J’ai ouï que tu es également un ninja d’élite à Kumo, héhé ... Tu dois valoir tant, au moins autant que cet homme. Je vais retrouver la gloire des Aoki, à ma manière. ‘’

    D’un coup de tête sec, je me retira de l’étreinte de ses mains, lui lançant un regard noir, ce qui le fit éloigner de moi, sans pour autant masquer son sourire, et d’un geste simple, me demanda de regarder à côté. Ce à quoi je suivis son regard et tomba sur le corps inconscient d’un homme ayant probablement une quarantaine de printemps. Le jeune qui s’est présenté en tant que membre d’une certaine famille nommée Aoki fit un rapide aller-retour, et revint avec un seau d’eau, dont il versa brutalement sur cet homme. Etait-ce ... ?

    ‘’ Allez, réveilles-toi, Saitô ! On t’a trouvé un nouveau compagnon ! ‘’

    Saitô ... Oui, c’était mon client. Je me souvenais, en effet, de par notre investissement populaire dans le commerce, le nom de cet homme, spécialisé dans les armements. Je me sentais honteux, et cet être, ce Aoki, m’irritait grandement ... D’une part parce qu’il est au courant de mon appartenance et se daigne à être aussi familier envers ma personne, se croyant supérieur, et d’autre part car ... Mon client semblait mal en point. Il n’était point blessé, cependant son état traduisait son état d’esprit qui ne devait point être des meilleurs. Et je ne parlais point de ses vêtements qui furent à la base d’une bonne qualité, usés à cause des conditions ...
    Mon client sursauta face au contact de cette eau froide et gémit, avant de regarder autour de lui et ses yeux se plongèrent désespérément dans ceux de notre ravisseur, avant de les tourner, lentement, craignait le pire, vers moi. Je n’osais le saluer, vu l’état où j’étais, je ne pouvais que soutenir son regard, d’un air des plus impassibles, cependant une honte se dessinait sur mon visage. Saitô-san m’observa un moment, on aurait dit qu’il était en train de me reconnaître.

    ‘’ Vous êtes ... ‘’ Fit-il d’une voix, malgré tout fatiguée.

    ‘’ Allez, allez ! ‘’ Fit le jeune Aoki en frappant plusieurs fois dans ses mains, attirant son attention dans le campement. ‘’ Demain, nous allons commencer à nous occuper de la rançon ! En attendant ce soir, quartier libre mes amis ! Vous l’avez bien mérité ! ‘’

    De nouveau, une onde sonore brutale, que je réceptionna avec plus de facilité, mon mal de tête s’étant calmé entre temps. Je fronça les sourcils, les regardant avec dédain, et tourna la tête afin de regarder mon client.

    ‘’ Veuillez accepter mon pardon, Saitô-san ... Cette nuit, on va s’en sortir, je vous prie de me faire confiance, bien que je doute que vous l’ayez, me voyant dans cet état ... ‘’ Fis-je à voix basse. Les malfrats étaient trop éloignés et occupés à fêter leur ‘’ pêche royale ‘’ pour nous entendre.

    ‘’ J ... Je ... ‘’ Balbutia le jeune femme, il était visiblement perturbé. Je me demanda, le regardant, s’il n’a pas subi certains genjutsus ... Il n’avait point de blessure, point de brûlure, cependant son regard était celui d’un être qui a subi la torture. ‘’ Comment ... ? ‘’

    ‘’ Ne posez point de questions. Tout ce que je peux vous dire c’est que notre famille est dans la même filière, mon appartenance ne doit point vous être inconnue. Je vous dirais tout, plus tard. Pour l’instant, détendez-vous, reposez-vous ... Car vous aurez bientôt besoin de forces, pour marcher jusqu’à votre liberté. ‘’

    ‘’ Hidemi ... Sama ? ‘’

    Face à cette surprise, j’acquiesca, lui offrant un doux sourire rassurant, et ses traits s’apaisèrent, comme s’il venait de voir l’ange, ce qui me surprit. Quoique non, je suppose qu’il a deviné qui est venu le sauver ... En attendant il nous fallait rester dans le silence et attaquer de manière sournoise, quand ces bandits seront les plus faibles, c’est-à-dire ... Pendant leur sommeil. Oui, en effet, ce n’était point bien digne, mais il était de mon devoir d’écarter tout risque de blesser mon client. Je bougea mon derrière, afin de mieux installer mon dos contre la colonne qui m’emprisonnait de mes mains liés, il fallait que je retrouve doucement mes forces, et je me concentra calmement afin de me détendre ... Je devais voir de mes propres yeux quand l’assault sera meilleur.


avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission rang S : Un enlèvement dont la raison pourrait être malsaine. [Acte Troisième] Dim 27 Nov 2011 - 0:46

Valet des Kiyomizu


    Il est surtout question
    De bien être, avant le ménage.

    Des ronflements forts disgracieux me firent crisser mes dents, mais cela était signe que le moment attendu était présent. Il était temps pour moi d’agir. Je lança un regard à mon client, qui me regardait d’un air attentif, avant que je ne reporte à nouveau mon regard sur le campement. Le feu de camp était en train de s’éteindre, il me fallait être discrèt. J’ai pour mission de non seulement sauver Saitô-san, mais également à tuer tous les mercenaires, ce qui complique légèrement la tâche car je dois m’assurer la sécurité de mon protégé, bien que je me doutais qu’ils prendront soin de me point le blesser, sa vie était précieuse à leurs yeux ... Tout comme la mienne par ailleurs.
    Me concentrant, j’utilisa mes compétences basiques de ninja afin de dénouer les noeuds qui retenaient mes mains prisonniers, avant de me libérer sans aucun problèmes ... Ceci étant fait, je me redressa doucement et, regardant Saitô-san, posa mon index sur mes lèvres, lui prévenant qu’il ne fasse aucun bruit, quoi qu’il arrive. Malgré que l’idée me déplaisait, j’ôta mes getas que je les attacha à mon obi, une de chaque côté, afin d’éviter qu’elles s’entrechoquent, afin d’éviter de faire d’avantage de bruit avec mes pas. Il me fallait faire vite. C’est alors que je me précipita à pas de loup vers mon client afin de le détacher. La première chose à assurer était sa sécurité, et s’il le fallait, je demanderais à l’équipage du bateau de partir sans moi. Alors la première chose était ... De fuir. Et je reviendrais afin de m’atteler à ma tâche finale – les éliminer.

    J’aida l’homme à se relever qui s’apprêta à me remercier chaudement, mais je l’en empêcha en glissant la paume de ma main sur ses lèvres, avant de m’incliner de manière brève afin de m’excuser pour ce geste, qui aurait pu être mal interprêté. D’un geste de main, je lui ordonna de ma suivre, et je mis ma main sur son épaule afin de le guider, et surtout afin de pouvoir le protéger si jamais. Et c’est ainsi que nous quittâmes le campement, cherchant à atteindre là où je suis arrivé sur cette île ... Allez savoir d’ailleurs comment j’allais m’y retrouver, je ne sais point où m’ont-ils emmené exactement, je ne sais point si cela est loin de notre but ou non. Mon but pour l’instant était de mettre mon client hors de danger.
    Une fois persuadés que nous étions suffisamment loin du campement, je le poussa là où je le tenais, c’est-à-dire son épaule, afin de l’inviter à accélérer la marche. Je ne sentais aucune présence et il fallait en profiter afin de gagner du terrain, cependant Saitô-san trébucha et tomba, apparemment son corps ne s’est point encore rétabli de ce choc. Hésitant mais ayant pris finalement ma décision, je le releva et le souleva afin de le porter sur mon dos, d’ailleurs ce geste me fit rappeller que ces malfrats ont volé mon sac ... Une raison supplémentaire afin d’y retourner. Haaa ...

    J’augmenta la cadence alors, pouvant me permettre de prendre d’avantage de vitesse sans fatiguer Saitô-san, je lui demanda de s’accrocher malgré tout. Avec timidité, mais finalement avec certitude, il s’aggrippa autour de mon cou tel un enfant et je me mis à courir, d’un pas rapide et décidé, ne sachant où aller. Espérons que la chance me souriera, espérons-le ...
    A vrai dire, je ne pouvais savoir où j’emmenais l’homme montant mon dos, mais le plus important était de l’éloigner au plus vite d’ici. Après, une improvisation s’imposait, malgré que c’est loin d’être une chose évidente, vu la taille de cette Île ... Ah, je regrettais d’avoir eu ce manque d’attention, cependant ce fut un point positif – J’ai pu trouver mon client plus facilement. Par précaution, je libéra ma main droite, tandis que la deuxième tenait fermement la jambe de Saitô-san, afin de dégainer mon katana, par précaution. Qui me dit que les bandits sont uniquement autour de leur campement ? Cela ne m’étonnerait point que d’autres rôdent ... Ah, ils souillent cette terre sacrée par leur crimes, cela en est affligeant. Il était de mon devoir de purifier ce lieu, c’était une raison supplémentaire de ne point fuir comme un voleur.

    Un quart d’heure, environ, passa de manière si lente ... Je devais retrouver le chemin, Saitô-san ne faisait point de remarques, probablement compréhensif face à cette situation délicate, de plus il devait déjà être bien reconnaissant le fait que je l’ai sorti de cette situation périlleuse à son égard.
    Pendant le chemin, on a pu effectivement croiser certains mercenaires, qui furent surpris de notre arrivée, mais je ne pouvais faire autre chose que de les trancher avec mon sabre, sans qu’ils puissent d’apercevoir de quoi que ce soit. Il serait trop risqué, de les laisser en vie, ils pourront très bien aller prévenir concernant notre fuite ... La suite de mon plan, vu notre situation, il me fallait improviser ... Cela ne me ressemblait point, organisé que je suis, mais avais-je d’autres choix ? Car à présent, il était question de sauver cet homme avant tout.
    Je pus reconnaître, profondément rassuré, la zone où j’ai combattu les mercenaires. Salvation ! Ô joie ! Malgré l’endroit qui se ressemblait comme tant d’autres, malgré la nuit sombre, je reconnus les arbres carbonisés par mes ennemis. Parfait. Sublime ! Sur ce coup, je bénissais les âmes perdues dont j’ai extirpé du corps il y a quelques heures auparavant, et je bénissais mon bon sens d’orientation qui me ferait rappeller les yeux clos quel chemin ais-je emprunté. On était sur le bon chemin ! J’accéléra alors mes pas, toujours aussi discrèts, ce qui me permit d’éliminer d’autres ennemis en vitesse, au passage. Je ne devais perdre du temps.

    Enfin ! Je sentais l’odeur de la mer, qui titillait de plus en plus intensément mes narines. J’accéléra mes pas, malgré que je grimaça, parce que j’ai parcouru pieds nus. Cela commençait à me faire quelque peu mal et la sensation était fort désagréable. Fonçant tête baissée afin de franchir les feuillages, je vis enfin la plage et reconnus le bateau de l’équipage qui m’a emmené ici. Dieu soit loué, ils n’avaient rien ... Je m’en serais voulu si les mercenaires auraient attaqué le bateau. N’hésitant plus, je rangea mon katana et sauta dans le bateau et le garde se réveilla immédiatement à ma venue.

    ‘’ Hidemi-sama est de retour !! ‘’

    Ni d’une ni de deux, l’équipage entendit cette voix forte et enthousiaste, ce qui réveilla tout le bateau. Certains étaient en robe de chambre, tandis que d’autres étaient habillés, peut-être qu’ils ne dormaient point, cependant je fus mal à l’aise de les avoir dérangé de manière aussi brutale. Je me précipita vers le banc que j’utilisais pendant l’aller afin d’installer mon client et l’observa.

    ‘’ Êtes-vous blessé ? Bien que je suppose connaître la réponse, vu que votre santé avait de la valeur à leur égard. ‘’

    L’homme, le regard larmoyant, visiblement reconnaissant, secoua doucement sa tête, cependant je voyais qu’il était pas dans un état normal ... Je m’occuperais de ceci plus tard, en attendant il me fallait déjà revenir sur mes pas, chose que je fis, enlevant mes getas afin de les laisser sur le bord, m’avançant vers la coque du bâteau, prêt à sauter.

    ‘’ Hidemi-sama ? ‘’ M’interpella le capitaine. ‘’ Vous repartez ? ‘’

    Lentement, je retourna mon buste, observant le trentenaire d’un doux sourire digne de celui d’un guerrier prêt à accomplir son devoir.

    ‘’ Attendez un peu, capitaine ... Ma mission n’est point encore achevée. Je reviens dans quelques minutes avant de repartir. ‘’

    En effet, j’avais un plan très simple en tête mais qui est toujours efficace ... Sans attendre leur réponse, je sauta du bateau de mes pieds s’enfoncèrent doucement dans le sable de la plage. J’aurais juré avoir ressenti une présence ... Me cachant dans l’ombre que ces nombreux arbres mettaient en avantage, j’utilisa l’art de la discrétion digne de celui d’un ninja afin de pénétrer dans l’entrée de la forêt. Ce n’était point loin ...Et effectivement, je sentis une odeur de porc grillé, suivi d’une présence. Un homme qui fut présent au camp. Cette fois-ci, afin de pouvoir suivre mon plan, il me fallait le tuer proprement. Me frayant les chemin d’un silence admirable, je m’approcha derrière lui, alors qu’il espionnait le bateau, afin de l’attrapper et lui tordre le cou d’un geste sec. Le mercenaire s’effondra et je le pris dans mes bras avant qu’il n’atteigne le sol. Après s’être persuadé que personne d’autre de l’accompagnait, je revins sur le bateau et sauta jusqu’au bord. Devant les regards choqués des marins, je secoua lentement ma tête.

    ‘’ Il est mort, ne vous en faites point ... J’aurais besoin de ses vêtements ... Ainsi que de mémoriser son faciès disgrâcieux. Je me suis permis de revenir ici afin d’effectuer cette besogne, pour que je puisse laisser mes vêtements ici. ‘’

    Je grimaça cependant, le fait de mettre ces vêtements me déplaisaient fortement ... Mais je n’avais point le choix. C’est ainsi que je m’attela à cette besogne, laissant mon somptueux kimono sur le banc, tandis que j’utilisa l’Henge afin de prendre l’apparence du mercenaire défunt. D’un hochement de tête, je repris ce corps et le jeta à la mer, avant de sautre de nouveau du bateau, prêt à effectuer ma tâche finale. Je pris bien soin à demander à ces marins de s’occuper de Saitô-san et leur promis de revenir au plus vite.


avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission rang S : Un enlèvement dont la raison pourrait être malsaine. [Acte Troisième] Mer 30 Nov 2011 - 23:36

Valet des Kiyomizu


    Comment tuer proprement
    Prenant le silence d'un serpent.

    Fort heureusement, je mémorisais bien les chemins les plus complexes, ce qui faisait de moi un être plus qu’avantageux, sans compter la totalité de mon talent ... Cependant, question technique, j’ai remplacé ses armes par les liens que je noua discrètement, mes katanas se cachant parmi tous ces plis de ces ignobles tenues ressemblant à un vieux sac usé. De plus, cette vouleur verte, mon Dieu ... Enfin. Je devais en finir au plus vite, éliminer tout le campement, récupérer mes affaires, m’assurer qu’aucun d’eux n’essayeront de s’éloigner afin d’attaquer le bateau ... J’en avais des besognes à faire à la fois ! Continuant ma course, je prenais quelque peu mes aises, vu mon déguisement, je diminue mes chances afin de me faire attaquer, pour que je puisse le faire sans crier gare. Dieu que c’est fourbe ...
    La faible lumière de la Lune me guidait, et mettant autant de temps qu’au retour, voir plus rapidement car mon corps fut libre de ses mouvements, malgré que j’étais mal à l’aise dans cet accoutrement immonde, j’arriva au campement. Les hommes dormaient toujours, sentant l’alcool ... Je remercia le ciel de me guider vers une chance asolue, ils n’eurent le temps de voir notre disparition. Je me devais alors, m’atteler à la tâche de les éliminer un par un, en silence, pendant leur sommeil si possible. La discrétion était la clé de la réussite, ainsi que le fait de s’atteler minutieusement à la tâche ... Alors, utilisant le tissu vulgaire de ma tenue, je le glissa autour du manche de mon premier katana afin de le faire sortir en silence, remonta le tissu au niveau de mon visage et commença mon devoir, m’avançant vers chacun des leurs. Je les plantais un par un, et c’est bien afin d’éviter qu’ils fassent une quelconque bruit que j’utilisais un morceau du tissu de ma tenue afin d’étouffer ses cris ou soupirs.

    Parfait. Un par un, ils mourraient sous ma main impitoyable, j’étais aussi vil et discrèt qu’un serpent. Au passage je pus récupérer mon sac et ... Ma bourse, bon Dieu ! Les chiens, ils voulaient voler mon argent en plus ... Je regarda aux alentours, les mercenaires dormaient dehors dans des futons tandis que cet homme qui semblait être leur chef, Aoki-san, dormait dans une tente. De toute la foulée que je pus assassiner auparavant, il en restait finalement peu au campement, c’est pourquoi je finis cette tâche de manière rapide ... Il ne me manquait plus que le chef. Ma mission précisait bien qu’il fallait tous les tuer, et j’ai toujours éxécuté les ordres de mon village. C’est ce que je faisais alors, dans un silence félin. Je leur ôtais la vie un par un de manière fourbe et impitoyable, sans qu’ils puissent soupirer une seule prière. Ce fut facile et il est normal que ce fut le cas, vu leur taux d’alcolémie, vu leur sommeil.
    Une fois la tâche faite, je soupira et repris mon sac, remettant tuot ce qu’ils ont osé sortir à la place, et me concentra afin de pouvoir éliminer celui qui se trouve dans la tente ...

    ‘’ On profite de l’ivresse des faibles ? ‘’ Siffla une voix masculine derrière moi.

    Je me tourna immédiatement et vis ce fameux chef Aoki. Il me fixait, les bras croisés, cependant la perte de ses compagnons n’avait point l’air de l’avoir affecté plus que cela, au vu de ce sourire en coin qu’il m’offrait. On se regardait ainsi pendant unn long moment, et je compris alors pourquoi je n’ai point senti de présence dans cette tente.

    ‘’ Yue Aoki ... ‘’ Murmurais-je, plissant les yeux.

    ‘’ Je suis honoré qu’un Hidemi me reconnaisse, tiens ... ‘’

    ‘’ Comment ne point ouïr votre personne avec votre trafic malsain non loin de Kumo ... Et je suis ici, en tant que ninja de Kumo, mais également en tant que membre d’une famille noble connue dans le commerce, afin de faire taire vos actes pour de bon. ‘’

    Le jeune homme ricana doucement et reporta son regard perçant, et narquois, sur moi.

    ‘’ Essayes donc ... En attendant je te remercie de t’être débarrassé de ces vauriens, ainsi je pourrais profiter de cette richesse à moi seul. ‘’ Il disparut de manière soudaine et je sentis une présence hostile derrière moi, se collant à mon dos. Une lame froide glissa sur mon cou, tandis que le souffle de ce malfaiteur se mourrait au creux de mon oreille. ‘’ Je méprise ces nobles tels que toi ... Qui éblouit le monde entier de sa réussite ... Tu es un trésor d’une valeur surdimmensionnée, et je vais me faire plaisir de faire chanter ton père ... ‘’

    D’un geste brusque mais souple, je coinça mon bras sous son coude afin d’écarter son arme et me libéra de son étreinte, tandis que ma lame le pointait avec bon boût pointu et meurtrier.

    ‘’ Je ne vous permets même point de penser à mon paternel, laissez-le en dehors de vos impuretés ... ‘’ Mon regard devint noir, et le jeune Aoki me fixa, tel un renard affamé, toujours de cet air moqueur. ‘’ Je vais vous apprendre les bonnes manières. Les bonnes manières qu’un insecte doit avoir face à un noble !! ‘’

    Cette provocation n’a point plu à mon adversaire qui m’attaqua vivement avec sa dague, choque que j’esquiva aisément, le frappant sur ses côtés avec le dos de ma lame. Il fronça les sourcils et je vis de l’électricité sortir de son arme. Je ricana avant d’insuffler mon fuuton dans la mienne et sortis mon second katana. On s’observait, on se provoquait, nos pas créaient un cercle, on s’évitait comme on souhaitait attaquer l’autre. Et, sans crier gare, comme sentant le pic d’hostilité de chacun qui nous a provoqué, on se rua l’un sur l’autre en même temps, afin d’attaquer l’un et l’autre. L’avantage d’une dague est qu’elle est plus discrète et passe plus inaperçue comme elle a ses inconvénients, cela va de même pour un katana ... Sa vitesse était affolante et je devais m’y adapter, il avait un tout autre niveau que ces stupides mercenaires de bas étage ... J’esquivais et essayais de l’attaquer avec l’un de mes katanas, mais mon arme est après tout plus lourde que la sienne, ce qui lui donne un avantage concernant la vitesse. Mais je tenais le coup et notre combat se traduisait en une danse folle.
    Nos attaques devenaient de plus en plus acrobatiques, tandis que je suis persuadé qu’un spectateur ne pourrait suivre nos mouvements. Malgré mon agacement et ma concentration, mon expression restait impassible et continuais à lui assaillir entre coups et défenses. Nos coups devenaient de plus en plus acrobatiques et nos déplacements prenaient tant d’ampleur dans cette clairière, fort heureusement que tout le monde était mort, il ne restat plus que lui et moi, on avait toute la liberté afin d’exprimer l’art de combat que connaît notre corps.

    L’entaillant non de manière grave au bras, l’homme grimaça avant d’utiliser un jutsu qui m’est inconnu, et s’éloigna de manière instantannée de moi avant de composer des mudras ...

    ‘’ Raiton ! Raikyuu ! ‘’

    Une boule électrique illumina la zone, couvrant la paume de sa main, et d’un sourire sadique, me l’envoya. Je l’esquiva gracieusement, sauf que j’aperçus qu’ils se mit à me les envoyer les uns après les autres, tandis que la vitesse augmentait. J’esquivais comme je pouvais, glissant sur le côté, sautant, cherchant à l’atteindre, mais ces obstacles m’empêchaient d’aller plus rapidement, et ce Aoki-san n’est point stupide et se déplaçait, forcément. Il me fallait l’atteindre ! Tandis que je cherchais une combine, ce dernier murmura un autre jutsu, et une sphère se mit à me suivre, tandis que je me devais d’esquiver, en plus de cela, ces boules de foudre. Je m’éloigna afin que cette boule me poursuive, afin de la permettre de s’exploser contre un arbre, et revins en charge. Une boule toucha mon coeur, et mon corps se décomposa en plumes de paons. J’utilisa le kawarimi no jutsu à temps ... J’apparus à quelques mètres de cet homme et composa plusieurs mudras à mon tour.

    ‘’ Fuuton ... Kazekiri !! ‘’

    J’envoya, à l’aide de plusieurs gestes gracieux de mes bras, formant un arc de cercle à chaque coup, des lames de vent qui entrèrent brutalement en contact contre l’abdomen de mon ennemi. La rapiditié était flagrante et l’homme se plia en deux avant d’écraser son dos contre un mur ... Et laissa une bûche à la place de son corps.
    J’entendis derrière moi une forte respiration et me retourna. Il était énervé, une de mes lames l’ont tout de même touché, malgré que mes deux autres ont attaqué un vulgaire bout de bois. Ses pas furent rapides de manière soudaine et me menaça de sa dague. Une nouvelle rencontre entre deux lames et je tira mon second katana, cherchant à l’achever rapidement. Le jeune homme l’esquiva, comme j’évitais son arme en déplaçant rapidement ma tête, afin d’éviter une quelleconque cicatrice inutile.
    C’est finalement lorsqu’il se mit à composer plusieurs mudras qui annonçait un jutsu compliqué, vu la lenteur, qu’il fit sa faute. Je m’élança, sans prévenir, et dans l’obscurité et ne put voir qu’une lame. Un choc, un déplacement furtif. Je me retrouvais derrière Aoki, san, je suis penché en avant, tenant mes deux katanas écartés chacun de leur côté, tel un oiseau déployant ses ailes. Un bruit morbide prit place dans la clairière et j’ouïs un corps s’effondrer lourdement au sol. Simple, et rapide, et propre. Tout en élégance, cela me ressemblait bien.

    Sortant un tissu de mon ignoble tenue, s’essuya le sang impur qui s’imprégna sur la lame et lentement, me tourna vers cet homme, qui était encore en vie, se tenant la poitrine. Je ne suis point allé de main morte. Je m’avança vers lui, avec un air des plus indifférents, et l’observa, misérable qu’il était à mes yeux.

    ‘’ Tu ... Tu ... ‘’

    Je ne voulais point entendre ce qu’il allait dire, ma mission fut accomplie et c’était l’essentiel, d'autant plus que le fait qu'il me tutoyait encore et toujours m'agaçait. Je rangea un katana et lentement, pris l’autre par le manche de mes deux mains afin de le lever au-dessus de ma tête, le lame pointée en bas.

    ‘’ Ceci ... Est le reflet de votre vie impure. Faites un bon voyage, Aoki-san. ‘’

    Et mon katana se planta brutamenent en plein coeur du malfaiteur, qui eut un cri étouffé, avant de mourir pour de bon. Un filet de sang se mit à sortir de sa bouche, et je me releva, nettoyant une fois de plus ma lame avant de la ranger. Vérifiant autour de moi que ma tâche fut bel et bien effectuée comme il se le fallait, je roula des épaules avant de quitter la clairière, comme si ne rien n’était. Il était temps de rejoindre l’équipage et reprendre le bord ... J’allais ramener l’homme chez lui, et ensuite rentrer à Kumo, faire mon rapport à Raikage-sama, avant de retourner dans ma demeure, afin de prendre une bonne tasse de thé, et me reposer. Ainsi finit ma besogne des plus banales, de ma vie de ninja d’élite de Kumo.


Spoiler:
 

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mission rang S : Un enlèvement dont la raison pourrait être malsaine. [Acte Troisième]


Mission rang S : Un enlèvement dont la raison pourrait être malsaine. [Acte Troisième]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mission Rang B: Forgeron dans la merde ! [Yoru; Karas; Manzo]
» [Mission Rang C]A la recherche du lapin sacré [Pv : Solo]
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Mission Rang C : Étrange disparition à l'age de raison [Pv : Hakushi Mihawk]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de la Foudre ~ Kaminari no Kuni :: Pays de la Foudre :: Île Tortue-