Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

[FLASHBACK] Sauvé par une femme.

InvitéInvité
MessageSujet: [FLASHBACK] Sauvé par une femme. Lun 16 Jan 2012 - 16:31


" Le fléau s'abat. "

Le travail. Cela me fatiguait certes, mais au moins, ça allait occuper ma semaine et me rendre lucratif pendant ces jours-ci. Non, ce n’était pas du genre d’une mission de rang D qui se bouclerait en quelques heures à peine, c’était une mission de rang C. En même temps, je suis Chounin, suis-je encore utile à faire des missions de rang D alors qu’une pléthore de genins est là pour les exécuter ? Je fais mieux de faire quelque chose de dangereux comme une mission d’escorte, et seul pour ne pas avoir tous les effectifs de Suna sur une unique mission. Donc je m’équipe de mon armement et vais voir du côté du point de rendez-vous conclu par le client et l’administration. Comme nous devions sortir du village, le mieux était bien sûr de nous rendre à la sortie du village que des dizaines voire des centaines de gardes protégeant en permanence, s’échangeant à tour de rôle. J’arrivai donc aux portes de la forteresse qu’est Suna pour y retrouver le client : un commerçant reconnu dans le pays entier. Pour moi qui récupère mon armement ninja du village, je ne suis au courant de l’identité de ce marchand que par son nom Toshimizu, que j’ai d’ailleurs appris lorsque l’on m’a confié cette mission. Cependant, je ne pense pas que ce soit handicapant pour la mission. Celle-ci consiste après tout uniquement à escorter cet homme et non à lui parler. Mais lui parler ne me dérangerait pas pour autant en fait, ce serait d’ailleurs moins ennuyant. De plus, même si je ne le connaissais pas par sa célébrité, je pourrai justement lui en demander plus à propos. Enfin, je ne planifiai pas la discussion que je comptais avoir avec le marchand tout le long du voyage, je ne pouvais pas anticiper ses réactions après tout, je ne suis pas assez intelligent et vif pour le faire.

J’arrive donc à l’entrée de Suna. Là, j’aperçois un homme qui a l’air d’attendre. J’ai des doutes sur son identité. Je ne suis pas sûr que ce soit le Toshimizu que je cherche vu son apparence, mais son attirail qui l’accompagne me fait penser que c’est lui. C’est un homme caché par des vêtements noirs, une plaque de métal semblable à celle de villages ninjas sur sa capuche, mais sans symbole gravé dessus… il a l’air froid d’apparence, mais je ne préfère par juger comme ça. En fait, je ne veux pas juger tout court. Je m’approche de lui, mettant une main sur ma hanche et je lui demande donc s’il est l’homme que je crois qu’il est.
Akira – « Vous êtes Toshimizu ? »
Il ne me répondu que par un simple geste affirmatif de la tête à ma question. Tout en montrant mon bandeau à mon bras droit, je lui fis part de mon identité, clamant être le ninja de Suna chargé de sa protection tout en déclinant mon prénom. Vu sa réponse tacite à ma question, je me doutais bien qu’il n’était pas du genre à beaucoup parler… malgré tout, je voulais tenter de lui parler. Cependant… je fis avec lui le quart du chemin le temps de nous éloigner relativement loin de Suna sans rien lui dire. Ce n’est pas que je ne trouvais rien à lui dire non, tout le contraire j’avais beaucoup de questions qui me trottaient à la tête, mais l’ambiance ne s’y prêta pas. En effet, la chaleur est étouffante, mais il l’est encore plus par l’aura qu’il dégageait. Je me demande même si la chaleur n’a pas d’impact sur lui car sa personne est beaucoup plus pesante que le soleil tapant sur nos petites têtes. Non pas qu’il semble lourd, mais en sa présence, j’ai ressenti la peur de le vexer en osant ne serait-ce qu’expirer un son. Ainsi, je pleure et soupire en silence, marchant dans l’ennui et l’unique bruit du vent qui souffle sur nous.

Enfin, je préférais cette tranquillité à l’attaque qui vient. Oui, nous sommes déjà loin du village et le grand méchant loup en profite pour sortir derrière deux hommes, tous deux cachés par un voile ; à croire que c’est à la mode que de se cacher du monde. Mais je les comprends, ils ne doivent pas oser révéler leur visage au grand jour en accomplissant des actes aussi malhonnêtes et ce, en plein jour, profitant de notre vulnérabilité maintenant que nous nous trouvons à l’extérieur du village ; oubliant ainsi la protection de tout garde. Ces deux hommes étaient très différents malgré qu’ils aient l’air d’agir en duo. En effet, l’un a beaucoup de carrure, costaud et j’arrive à distinguer un teint de peau plus mât tandis que l’autre est beaucoup plus svelte et plus petit, pas au point d’être un gnome, mais contrairement à son acolyte, on pourrait l’y comparer. D’ailleurs, le teint de peau lui aussi entre en opposition entre les deux personnes étant donné que lui est blanc.
Akira – « Je vois enfin de quelle attaque vous vouliez parler dans votre requête, Toshimizu-san. »
Voleur svelte – « Voyons. Si vous nous livre tranquillement les marchandises, nous sommes prêts à vous laisser repartir sans rien vous faire. »
Voleur géant – « Oy petit frère. Ne traite pas à légère les ninjas. On ne peut qu’employer la manière forte contre eux. »

Le criminel fin a l’air plus pacifiste que l’autre, mais aussi plus insouciant tandis que l’autre est plutôt réaliste… si je ne m’occupais que de l’apparence physique, je dirais que le plus petit est aussi fin que son apparence tandis que l’autre est plus bourrin, mais je ne peux me fier à l’apparence, il faut que j’attende une attaque. Aussitôt que je l’eu pensé, le bandit svelte acquiesça les dires de son compagnon avec flegme et sortit rapidement une épée de ses vêtements pour me foncer dessus. Mon temps de réaction n’est pas très bon, mais j’arrive tout de même à sortir les armes des ninjas à temps pour me protéger contre son épée. Juste avant de me porter un coup, l’attaquant qui en le voyant de plus près est blond, écarte les paupières, rendant son œil qui apparaissait extrêmement fin visible. Il me porta donc un coup d’épée en diagonale que je contrai avec mes deux kunaïs par mesure de sûreté et j’eus raison vu la puissance de ses coups que je n’aurai pas reçu à parer avec un seul kunaï.

Les coups s’enchaînèrent ainsi les uns après les autres, m’acculant de plus en plus. Ces deux-là ne devaient pas être n’importe qui vu la maniement de l’épée dont faisait preuve le blond face à moi. Pendant ce temps, le plus imposant méditait, les yeux fermés. Et pendant un moment d’inattention de ma part, trop concentré à échanger des coups avec l’autre, il exécute rapidement des mudras pour exécuter une technique. Toujours sans que je ne le voie, il jette quelques cailloux en direction du marchand qui se transforment une fois à ses pieds en mains de pierre cherchant à s’emparer de l’homme censé être protégé par… moi. Je vois les mains essayer de l’attraper et bien sûr, le bandit en profite pour me porter un coup d’estoque juste en haut de mon épaule, m’infligeant une coupure au niveau tout en déchirant bien entendu ma veste au passage. Ressentant la douleur, je réagis rapidement et profite de ce coup pour m’attaquer à l’autre voleur dans le but d’arrêter la technique qui vise le commerçant. Alors que j’essaye de lui planter mes deux kunaïs en croisant les bras, il sort un autre caillou pour le transformer non pas en main, mais en fléau. Ce fléau, créé alors que je suis juste devant lui, m’assomme d’un coup par derrière de sa masse. Le bronzé ne s’arrête cependant pas et je sens le manche me frapper cette fois. Je me sens tourner sur moi avant de finir au sol, la chute amortie par le sable. La tête ensanglantée, j’ouvre les yeux et vois flou un instant avant de voir mon adversaire lever son fléau sur moi…
Voleur géant – « Ce n’est pas contre toi. Désolé. »
Je vois alors le fléau s’abattre sur moi…

Spoiler:
 

InvitéInvité
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Sauvé par une femme. Ven 20 Jan 2012 - 16:15



.:I Décidemment... Je n'aime pas le sable. I:.

"Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse ;
Ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins,
Qui d'une main distraite et légère caresse
Avant de s'endormir le contour de ses seins,

Sur le dos satiné des molles avalanches,
Mourante, elle se livre aux longues pâmoisons,
Et promène ses yeux sur les visions blanches
Qui montent dans l'azur comme des floraisons."



S’il y avait quelque chose que je détestais et qu’aimait toute femme qui se respecte, il s’agissait bien du sable et du soleil réunis. Alors que chez certains, ces éléments étaient synonymes de détente voire de vacances, ils étaient pour moi des générateurs de mauvaise humeur et à Suna, mon état d’esprit ne pouvait être que mauvais…
Pourquoi étions nous venues ici, Vila’, Shai’y et moi ? Et bien tout simplement parce que nous avions en vent de rumeurs concernant ce que je recherchais et nous nous étions précipitées ici sans prendre le temps de réfléchir. Maintenant que notre cerveau menaçait d’exploser et que je me vidais des derniers litres d’eau qui occupaient mon corps, il fallait avouer que je regrettais amèrement de ne pas m’être mieux préparée avant…
Ayant déjà vécu quelques temps à Suna, je connaissais un peu le village mais malgré le fait que mon apparence avait changé, je préférais éviter de m’approcher trop près de cette nation. Je n’étais pas répertoriée dans les shinobis recherchés, évidemment, mais l’idée que quelqu’un me reconnaisse ne pouvait qu’éveiller les soupçons me concernant… Prudence est mère de sureté, dit-on. Depuis, il faut avouer que je fais en sorte d’en être la digne fille…

« En attendant, marche ou crève, comme on dit !
Exacte. Normalement on ne devrait pas tarder à atteindre un petit village...
A condition qu’il ne se soit pas déplacé.
Effectivement, les coutumes nomades me tapent sur le système en ce moment…
Faut dire que c’était vraiment stupide de venir ici… »

Levant les yeux au ciel en unique réponse, je ne tardai pas à voir des fumées s’élever non loin de là et j’accélérai le pas afin d’aller voir s’il y avait de l’eau à quérir. C’est dans des moments comme ça qu’on se dit que le suiton est vraiment utile…
Quand j’arrivai enfin à destination, la première chose que je vis fut un entassement d’une dizaine de tentes ou moins où le silence régnait. Un feu trônait au milieu de ces emplacements anarchiques tandis que la surface limpide d’un oasis reflétait les rayons du soleil en une myriade de couleurs chatoyantes. Dépassant les premiers pans de toile, je ne tardai pas à entendre le bruit caractéristique d’une lame que l’on aiguise consciencieusement et m’en approchai à pas de loup, chose inutile quand le sable absorbait tous vos bruits.
Un homme était assis sur un rocher planté dans le sol et entretenait ses armes tandis que deux autres somnolaient tranquillement sur leur couchette. Balayant les alentours de mes sens afin de vérifier qu’il n’y en avait pas d’autres, j’en conclus que j’avais là les reste d’une équipe de brigands, le reste étant certainement parti en repérage ou je ne sais quelle mission de ce style. Que faire dans ces conditions ? Passer son chemin et ne plus jamais revoir ces individus ? A vrai dire, ça aurait été la solution que j’aurais choisie si je n’avais pas eu aussi soif mais l’eau restant de l’eau, je ne pouvais pas me permettre de partir. M’approchant d’eux sans chercher à masquer ma présence, l’homme éveillé mit un certain temps à me repérer ce qui me donna quelques idées sur son niveau. A vue de nez, ils seraient chuunin, juunin tout au plus…
Ayant dégainé son sabre et s’approchant de moi sans même me poser une question, j’en déduisis aussi qu’ils manquaient cruellement de sociabilité…

Excusez-moi, commençais-je poliment, je…

Me baissant brusquement pour esquiver la lame qui m’emporta un ou deux cheveux au passage, j’arrêtai là toute bonne volonté de ma part et sorti ma propre épée afin de riposter à armes égales. Décidemment, les hommes avaient encore beaucoup à apprendre des femmes…

Vous savez, je suis de nature non-violente contrairement à ce que l’on pourrait penser de moi. De ce fait, quand je me bats, je cherche toujours à éviter de tuer mon adversaire si mon niveau me le permet… Hélas, il existe des shinobis encore bien trop forts pour moi que je ne peux pas ménager à moins d’y perdre la vie. Néanmoins, ce jour là j’avais eu de la chance et les trois hommes qui m’avaient attaqué étaient désormais endormis pour un bon petit moment, le vent se chargeant d’effacer les traces de mes pas afin qu’ils ne puissent pas me retrouver. Désaltérée et une partie de ma bonne humeur revenue, j’avais repris la route tranquillement, me demandant si j’allais tomber sur le reste de leur groupe et surtout s’il y avait parmi eux quelqu’un susceptible de me tuer. Oui, même lorsque l’on a conscience d’avoir acquis un niveau assez bon dans le domaine combattant, il ne fallait jamais oublier qu’il existait toujours quelqu’un de plus fort que vous… J’avais de la chance d’en avoir conscience car cette lucidité me permettait de me préserver contrairement à beaucoup de grands ninjas qui avaient perdu la vue, pensant qu’ils étaient invincibles.

« Un jour, nous serons invincible !
Oui, enfin pas tout de suite…
J’y suis bien arrivée, moi !
C’est pour ça que t’en es là aujourd’hui… ?
… »

Esquissant un sourire amusé, je ne poursuivis pas la discussion intérieure et continuai d’avancer… d’avancer… d’avancer.
Le soleil tapait fort dans le ciel quand je vis au loin quelqu’un chose d’anormal. De la poussière, ou plutôt du sable, s’envolait en fumée à quelques dizaines de mètres de là, et j’entendais comme un arrière bruit de cliquetis métalliques qui ressemblaient à des armes s’entrechoquant. Un combat ? Plutôt intéressant… J’évitais en général de me mêler de ce qui ne me concernait pas, mais étant donné que je savais qu’il y avait des brigands qui se baladaient dans le coin, je ne pouvais tout de même pas rester sans rien faire ! Bien que je sois de nature non-violente, comme je l’ai cité plus haut, je n’en possède pas moins un enseignement du combat qui ne m’a pas été donné pour que je fuie les batailles. Poussant donc un léger soupir de lassitude, je changeai légèrement ma trajectoire et me dirigeant un peu plus rapidement vers le lieu repéré…

Ils étaient quatre. L’un d’eux semblait ne pas savoir se battre et se contenter de s’éloigner en trébuchant à moitié, sans émettre le moindre son mais avec un air particulièrement choqué. Deux autres étaient évidemment les bandits que j’avais pressentis avant… Masqués mais de corpulence très différente, l’un d’eux combattait le dernier personnage, semblant prendre le dessus sur lui tandis que le deuxième se concentrait intensément. A voir sa tête, il devait malaxer son chakra… Et son temps de préparation était plutôt médiocre. Un chuunin effectuerait des techniques plus rapidement que lui… Mais passons, je n’étais là pour critiquer mais pour aider. Voyant une main jaillir du sol pour s’emparer de l’homme qui tentait de fuir, je n’attendis pas et fis jaillir du sol des sembons qui vinrent arracher des cris de douleur de la part de l’agresseur, stoppant sa technique. Je ne regardais même pas le résultat final car l’autre était sur le point de se faire trancher en deux et je n’eus que le temps de dégainer mon arme pour stopper la sienne à quelques centimètres de la gorge du jeune homme qui semblait sur le point de s’évanouir.

T’es qui, toi ?!

Disons… Que je suis quelqu’un qui prône la paix à la violence. Répondis-je avec un petit sourire. Et si vous partiez ?

Ils savaient se battre et étais des ninjas accomplis. Pas des pros, mais des ninjas accomplis qui avaient sans doute gagné beaucoup de batailles… Ils étaient donc à même de savoir reconnaitre quand il fallait se replier et quand il fallait persévérer… Le plus jeune jeta un coup d’œil à son ami qui peinait à rester debout, son sang s’écoulant par les diverses entailles qu’avait causé ma technique, puis revint sur moi, m’évaluant silencieusement. Enfin, il lâcha un juron frustré et tourna les talons pour aider son ami à se déplacer, s’éloignant par la suite peu à peu de nous. Rangeant mon arme qui au final n’avait fait couler aucune goutte de sang, merci, je me penchai sur le jeune ninja afin de voir ce qu’il en était. Bon, à vu de nez, il conserverait une belle bosse à l’arrière du crâne qui ne mettrait pas beaucoup de temps à se résorber, mais son épaule avait besoin d’être pansée. Avec le sable qui s’y était infiltré et les fibres de sa vestes qui commençaient à sécher en même temps que son sang, ce n’était pas très grave mais pais non plus très rassurant… Ramassant la gourde d’eau qu’avait fait tomber l’autre homme qui me fixait avec de grands yeux ronds mais qui n’émettait pas un mot, je retirai la veste déchiré de son… protecteur ? Et nettoyai rapidement la coupure avant de déchirer un morceau de son tee-shirt (vous ne croyez pas tout de même que j’allais sacrifier le mien ?) pour lui faire un bandage serré. Ses yeux papillotaient et me regardaient sans vraiment me voir… Je n’étais pas certaine qu’il était réellement tombé dans les pommes. A mon avis, il avait été salement sonné mais avait reussi à garder conscience. Belle force de caractère ! Un jeune ninja qui sortait de l’adolescence et plein de promesses. Avec ma vingtaine d’années je ne me sentais pas extrêmement vieille comparé à lui, mais bon… Je restais tout de même son ainée, non ? Bon… tant pis.

Bienvenue dans le monde conscient ... Lançais-je, à moitié amusée quand il sembla reprendre ses esprits. Ou inconscient, tout dépend de la philosophie que l’on adopte… Comment se porte notre jeune fou téméraire… ?




InvitéInvité
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Sauvé par une femme. Ven 20 Jan 2012 - 20:03


" J'ai juste à rester sur le sable un instant, et je récupérerai. "

J’ai pathétiquement fermé les yeux, juste avant que le coup ne s’abatte sur moi. Il faut croire qu’au bord de la mort, je ne peux pas me retenir d’avoir peur. Contrairement aux croyances, ma vie ne défila pas derrière mes paupières closes juste avant ma mort, je trouvais juste le temps long, dans le noir. Peut-être étais-je déjà mort ? Non. Je sens encore la douleur à mon épaule gauche et à ma tête bien que celle au crâne inhibe assez bien la douleur sans pour autant que je me sente parfaitement bien. Je suis plutôt fiévreux, pas étonnant vu tout le sang qui coule sur ma tête… Bref. Le coup est long à s’abattre… tellement long que je m’en ennuie. J’ose alors ouvrir un œil pour non pas voir la silhouette du voleur, mais celle d’une autre personne. Je n’arrive à distinguer cette personne que par sa forme et encore! Je ne vois pas distinctement cette personne ni même sa forme et je vois encore moins les couleurs qui attraient celle-ci.

Je suis trop souffrant pour rester l’œil ouvert et de toute façon, je n’y vois quasiment rien. Je ferme une nouvelle fois les yeux un instant ; j’espère ne pas m’évanouir, ce serait bête pour la mission et je risquerais la mort par hémorragie. Je sens que l’on me déshabille… au viol ? Au viol! J’ouvre les yeux, surpris. Cependant, à peine ai-je vu une femme –car heureusement, ce n’est pas le marchand qui me dénude- que je referme les yeux à cause du contact de l’eau sur ma plaie au niveau de l’épaule. Ma blessure me brûle, mais je sens bien l’eau froide nettoyé ma blessure. Cette sensation a beau être désagréable, je l’apprécie. Serai-je masochiste ? Non. Je préfère plutôt me dire que j’aime l’eau. Puis, on en revient au viol. L’on tira mon haut et j’entendis un déchirement… j’aimais bien cet habit pourtant. Heureusement, bien vite, les malentendus sont dissipés. En même temps, pour imaginer tout ça, je divague sans doute… ce qui serait compréhensible vu le coup que j’ai reçu à la tête. Bref, ce qui dissipa le malentendu, ce fut le fait que l’on m’attache le tissu déchiré à mon épaule gauche pour panser la blessure. Cependant, je dois bien avouer qu’au départ, je pensais au bondage. Ah, je divague complètement. Assurément. Puis, encore une fois, je refermai les yeux, un instant, un temps. Non, j’allais sombrer dans le pays des songes. A moins que la magnifique voix d’une femme ne me tire des ténèbres avant que Morphée ne m’attrape et ce fut le cas.

On me souhaita la bienvenue. Non pas au pays des songes, l’opposé même. Le monde réel, celui où j’étais réveillé, conscient. Celui où le contact charnel est là. J’ouvre donc à nouveau les yeux. Cette fois, je ne les refermerai pas. Je vois enfin la personne qui m’a porté secours : comme sa voix l’indique, c’est une femme. Ses atouts féminins ne sont d’ailleurs pas discrets eux. Oui, c’est là où mon regard s’est le premier porté. Il faut dire que je suis encore euphorique, mais certes, même sans l’être, j’observerai sûrement les lèvres de cette femme, puis sa poitrine et enfin, son fessier. Elle est bien faite, très bien faite même. Je dirai bien qu’elle est parfaite, mais de mon point de vue, la perfection n’est sûrement pas grand-chose étant donné que pour ma part, je suis loin d’être parfait. En observant de plus près cette femme, je vois son armement. J’en déduis donc que c’est sans doute ma sauveuse et donc, celle qui a fait fuir les voleurs pour moi… Elle continua de parler tandis que je continuais d’écouter attentivement –ou en tout cas, du mieux que je le pouvais- réussissant à rester conscient grâce à sa voix, me berçant, mais sans m’endormir pour autant, je la suivais avec de plus en plus d’assiduité. Elle corrigea elle-même ses propos, correction que je n’aurai pour ma part pas porté étant donné qu’il aurait déjà fallu que je la découvre. En même temps, discuter de philosophie, moi qui suis tout sauf malin, ce n’est pas ma tasse de thé. Cette savoureuse femme termina sa phrase en me demandant tout simplement comment j’allais, mais en y ajoutant une délicieuse pincée d’humour m’appelant par les qualificatifs amicaux de « fou téméraire ». Je ne pus m’empêcher d’échapper un rire face à son humour incisif.

Akira – « Disons que je vais relativement bien. Et vous ? Mieux que moi j’imagine. Je suppose que je dois vous remercier… vous avez fait fuir les voleurs à ma place, alors que c’était ma tâche à la base. Enfin, je crois. Ai-je tort ? »

Dis-je tout en me relevant, chancelant au passage, puis reculant quelque peu face à la pression du soleil tapant fortement et sur la simple pression de la gravité qui pesait sur mes deux blessures. Je me tins l’épaule. Bien qu’elle soit pansée, j’avais toujours mal et je préférais tenir mon épaule que mon crâne étant donné que celle à ma tête était plus douloureuse. J’essaye de me stabiliser, mais sans succès, je chancelle toujours. On dirait que même si je suis prêt à rester éveillé, je ne le suis apparemment pas pour tenir debout…

Akira – « Je m’excuse. On dirait que je n’arrive pas vraiment à tenir debout. Ce doit être drôle de votre point de vue, je dois avoir l’air d’une personne bourrée. Mes excuses, laissez-moi juste… quelques instants… me reposer. Je dois me poser. Tout simplement. Je récupérerai rapidement comme ça. »

Voilà. Je me laisse tomber au sol, inerte. Le sable s’élève sous le poids de mon corps tombant. Une fois sur le sable, j’en profite comme je l’ai dit pour me reposer, tranquillement. Même si je suis fragile, ça va. Je me régénère assez rapidement. Pas au point de cicatriser dès maintenant que ce soit mon crâne ou mon épaule bien entendu, il me faudrait une technique ninja pour cela. Même si je me repose, je ne ferme pas les yeux et ne m’endors pas pour autant. Cependant, ma tête saigne encore. Il faudrait qu’elle subisse le même premier traitement que mon épaule. Mais cette femme doit s’ennuyer pendant que je reste sur le sable, mêlons donc l’utile à l’agréable. Remarque, dialoguer est pour moi un plaisir bien que ce ne soit que récemment que ce soit devenu quelque chose d’agréable.

Akira – « Autrement. Je m’appelle Akira Ikaruga et vous ? D’ailleurs, si vous pouviez encore une fois m’aider plus que vous ne l’avez déjà fait, j’aimerai que vous me passiez mon bandeau et peut-être, comme avec mon épaule, m’attachiez ce bandeau autour de ma tête en courant la plaie histoire de panser celle-ci aussi. A vrai dire, avec un seul bras, je ne sais pas attacher mon bandeau ou quoique ce soit d’autre d’ailleurs. Si j’étais manchot, je ne survivrai seulement pas seul. Enfin, heureusement, j’ai la chance de ne pas avoir le même handicap qu’eux. »


InvitéInvité
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Sauvé par une femme. Dim 29 Jan 2012 - 16:43



.:I Mélancolie quand tu nous tiens! I:.

"De l'armure, ta honte égalerait ta gloire,
Et tu ne serais plus qu'un fœtus dérisoire ! »

Immédiatement sa raison s'en alla.
L'éclat de ce soleil d'un crêpe se voila ;

Tout le chaos roula dans cette intelligence,
Temple autrefois vivant, plein d'ordre et d'opulence,

Sous les plafonds duquel tant de pompe avait lui.
Le silence et la nuit s'installèrent en lui,"



« Et voila qu’il ouvre les yeux…
Pauvre garçon ! Il doit être mort de peur !
Ouais, il doit bien se faire dessus…
Et les filles, on parle d’un ninja tout de même.
Les ninjas d’aujourd’hui ne sont plus ce qu’ils étaient… »

Levant les yeux au ciel, je ramenai ma chevelure d’onyx en arrière, me dégageant le visage afin de vérifier que tout fonctionnait correctement chez lui. Vu son expression, il semblait trouver ma présence assez anormale, ce qui n’était pas étonnant au fond, mais ne semblait pas me vouloir du mal. Il m’était déjà arrivée de sauver des ninjas qui par la suite m’avaient attaqué, allez savoir pourquoi. Heureuse de savoir qu’il n’y aura pas un affrontement de plus aujourd’hui, j’affichai un sourire amical, attendant qu’il prenne la parole.
Me demandant si j’allais bien, je me retenais de lui dire que je ne m’étais pas pris une banane dans la tête contrairement à lui. Me remerciant de l’avoir aidé, du moins le supposait-il, il me demanda si c’était bien ce que j’avais fait et j’haussai légèrement les épaules.

Sauver est un bien grand mot. Répondis-je avec un sourire. Je t’ai débarrassé de deux abrutis qui semblaient s’intéresser un peu trop à vous… Mais c’est ton combat, pas le mien. Je n’ai fait que le prolonger.

Le voyant se lever, j’amorçais un geste d’empêchement mais me retins à la dernière seconde. Vu son état et la fraicheur de sa blessure, il n’allait pas pouvoir marcher avant quelques heures de repos… Il s’en rendrait compte tout seul.
Le voyant tituber comme s’il était ivre, mais avec l’odeur de l’alcool et les yeux rouges en moins, il s’excusa de la piètre vision qu’il donnait là. Effectivement, pour un ninja ce n’était jamais très classe que de se montrer en situation affaiblie surtout après qu’on eu été sauvé par quelqu’un… Heureusement qu’il ne semblait pas être trop sexiste, car certains shinobis prennent très mal le fait d’être sauvé par une femme. Apparemment, il se moquait totalement de mon sexe sur ce point là et semblait plutôt content d’avoir réussi à éviter le pire… Après tout, il était tout jeune ! Ca aurait été vraiment bête pour lui de mourir maintenant.
Se laissant tomber au sol, le bruit de la chute me ramena à la réalité et je détournai légèrement la tête pour éviter le sable qui volait vers moi. Me relevant alors, j’époussetai mes habits de la poussière, soulevant quelques petits nuages dorés puis posai une main sur ma hanche, parcourant les horizons de mon regard argenté. Le désert… C’était si paisible comme endroit. Le soleil brulant et les bandits mis à part, ce lieu était parfait pour tous ceux qui cherchaient la sérénité.
Poussant un soupir de bien-être, la voix du jeune homme s’éleva à nouveau et j’appris alors son nom. Akira Ikaruga ? Je n’avais jamais entendu parler de lui, mais en même temps je ne pouvais pas connaître tout le monde… Décliner son identité signifiait que je devais faire de même. Mais laquelle adopter ? Moi qui avais changé je ne sais plus combien de fois de nom ?

« Kaleïs Kalinko. C’est le plus simple de tous… Et Kumo te connait sous ce nom.
Tu peux toujours dire Viladra, hein ?
Et me retrouver avec les forces spéciales aux fesses ?
Comme si tu n’en avais pas l’habitude…
Si tu fais référence à Akatsuki… »

Levant les yeux au ciel, je ne répondis pas de suite à Akira. Quelques secondes passèrent avant que je ne brise le silence. Il m’avait demandé quoi déjà ? Et ho… Il me prenait pour sa bonniche ou quoi ? Prenant sur moi puisque après ce n’était pas de sa faute, je retins un énième soupir et alla chercher ce qu’il m’avait demandé dans son sac. Sortant un bandage, je commençai à nettoyer sa plaie avec des gestes précautionneux.

Je me nomme Kaleïs Kalinko. Dis-je alors tandis que je découpais une bande de tissu. Tu es de Suna alors, à ce que je vois…

Lui accrochant son bandeau autour du front, je me rappelais avec nostalgie le moment où moi aussi j’avais porté le bandeau de Kumo avec fierté autour de mon bras. Désormais, j’avais acquis la place de bras-droit mais Haine Mizaruki m’avait plus attribué ce rôle pour me surveiller qu’autre chose. Certes, il ne savait pas que j’étais une nukenin de Kumo, en revanche je lui avais avoué que j’étais la meurtière du précédent Raikage et que j’avais fait parti de l’akatsuki durant plusieurs années… De quoi ne pas plaire à tous les ninjas fidèles aux nations. Evidemment, je n’allais pas dire tout mon passé obscure à ce jeune ninja mais il fallait avouer qu’en le regardant il me manquait parfois le sentiment de bien-être lorsque l’on regagnait son chez-soi, ou les petits problèmes du quotidien que je ne connaissais désormais plus. A quand remonter la dernière fois que j’avais parlée de garçons avec mes amies ? A quand remonte la dernière fois que je m’étais inquiétée pour mes résultats à l’académie… ?
Esquissant un sourire à en me remémorant tous ces souvenirs de jeune gamine que j’avais été, je ne rajoutai rien et me redressai à nouveau.

Que fais-tu donc dans le désert avec un homme qui te ralentit plus qu’autre chose ? Demandais-je en adressant un signe d’excuse à l’individu qui ne bougeait pas.

Une mission, très certainement. Oui, le genre de mission que vous avez hâte de faire pour revenir avec le succès et le prestige engendrés par celle-ci. Les félicitations d’un supérieur pour votre réussite, le regard admiratif de vos camarades… Toutes ces petites choses que je n’avais plus, désormais. Pourquoi étais-je partie déjà ? Oui, une histoire de trahison et une avide envie de liberté. Cela semblait remonter à tellement longtemps alors qu’en vérité cela faisait moins de dix ans. Oui, je regrettais la sureté d’un abri, je regrettais les bras d’un homme qui resterait le même durant toute mon existence, l’idée de ne pas avoir d’enfants, je regrettais les petites inquiétudes de tous les jours… Mais face à ce que j’avais vécu depuis ma désertion, je n’échangerai ma place pour rien au monde.

« Nous sommes toujours ensemble !
Pour le meilleur et pour le pire ?
Oui !
Je me foutais de toi, abrutie. »

Dis-moi, Akira. Repris-je, en me tournant vers lui. Loin de moi l’idée de t’influencer en quoique ce soit, mais n’as-tu jamais eu l’envie de partir ? De tout lâcher pour découvrir le monde au lieu de te limiter aux murs de ton village et aux lieux où on t’oblige d’aller ?

« Non, tu ne cherches pas à l’influencer !
Bien sur que non, s’il veut déserter, mieux vaut pour lui de mieux se préparer à Suna avant… »

Un léger sourire toujours présent sur mon visage, il était vrai que je ne voulais pas le pousser à déserter. Etre nukenin est dangereux… Il faut savoir préparer son terrain. Par exemple, grâce à Viladra j’avais réussi à me faire passer pour morte… Mais ce n’était pas aussi simple pour tout le monde. Déserter c’était aussi prendre le risque de se faire traquer son pitié par les forces spéciales ; autant dire que ce n’est pas drôle tous les jours. Néanmoins, je voulais savoir ce qu’il pensait de ça…. Les nukenins étaient très mal vus en général, ces traitres de la patrie ! Mais il existait parfois des points de vue qui diffèrent et je tenais à savoir ce qu’il en était du sien…



InvitéInvité
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Sauvé par une femme. Jeu 2 Fév 2012 - 20:28


" This is a pleasure to talk to you. "

Les yeux tournés vers elle, je la vois bouger les siens vers le ciel accompagnant un mouvement de la tête vers l’arrière. Comme vous l’aurez deviné, elle observe le ciel prenant soin de ne pas diriger son regard vers le soleil histoire de ne pas être aveuglée, ce serait bête. Je suivis son regard et jeta aussi un coup d’œil au ciel, faisant aussi attention à détourner les yeux de l’astre solaire. Elle soupire alors, brisant la méditation instaurée par notre silence mutuelle. Elle ne doit pas avoir apprécié ma requête, c’est vrai que j’en demande trop… malgré tout, elle s’exécute. Elle semble sympathique… et assez franche aussi pour soupirer, mais ce n’est pas un défaut, au contraire. De plus, c’est très –excessivement même- compréhensible de sa part. Après tout, c’est comme si elle était en train d’aider un assisté et ce, alors qu’elle n’avait rien demandé pour ça. Enfin, je lui avais demandé, c’était fait, il n’y avait plus rien à redire à par des excuses, mais celles-ci finiraient sûrement par la lasser, du moins je suppose et j’espère que je n’ai pas tort de m’abstenir de m’excuser.

Mais bon. Heureusement que de toute façon, je vais bientôt pouvoir me relever… je pense. Déchirant à nouveau un bout de ma veste –elle est définitivement fichue, elle me dévoile son nom : Kaleïs Kalinko. Un nom original et qui s’enchaîne bien avec une répétition de Kal et notre langue ne fourche même. Essayez. Bref. En jetant un bref coup d’œil à mon bandeau et sans doute par déduction du lieu où je me trouvais, elle devina que j’étais de Suna. Quant à elle, je ne sais pas, je n’ai pas vu son bandeau… si elle en a un. Elle porta alors mon bandeau à mon front, je levai de moi-même la tête pour qu’elle me bande la tête de mon accessoire de Suna. Pour cela, elle passa les bras autour de ma tête avant de m’y attacher mon bandeau, je sentis alors son délicieux parfum ravir mon nez et je ne pu me retenir de croiser le regard avec la poitrine de cette Kaleïs, mais rapidement, je détournai la vue pour ne pas me faire repérer, mais je ne pouvais dire si c’était le cas ou pas… une fois le bandeau bien attaché à la tête, ni trop attaché pour me compresser la tête, ni pas assez attaché pour qu’il ne tombe, elle se redressa et sans le vouloir, je suivais son mouvement de redressement avec la tête, mais bien vite, je cessai cela me rendant compte de ce que je faisais et qui n’était pas très décent il fallait dire. A vrai dire, l’on dirait que j’étais relativement excité par cette femme, mais ce devait être à cause de ma perte de sang. Je l’espère en tout cas, je ne serais qu’un pervers autrement. Enfin, je ne réfute pas le fait que j’ai un petit côté pervers, mais à ce point-là, ça me fait peur de l’être.

Une fois qu’elle eut exécuté ce que je lui avais demandé par altruisme, elle me demanda maintenant ma situation, se doutant sans doute ce que je faisais ici avec cet homme inoffensif. Cependant, ce qui m’interpela le plus, c’est que je me rendis compte qu’elle me tutoyait alors que je venais de la vouvoyer. Pas que je ne le pris mal ou quoique ce soit du genre, non. Mais je me demandais, si elle me tutoyait, je pouvais faire de même avec elle, du moins, je pense qu’elle ne s’en plaindra pas. Qui plus est, ça briserait cette distance entre deux inconnus, ce serait mieux. Je pris donc la décision de la tutoyer sans lui demander étant donné que ce serait sûrement de trop. Il faut prendre des risques dans la vie même si j’en ai peut-être assez pris aujourd’hui, frôlant la mort de peu si cette femme n’était pas intervenue. Enfin. Profitant de la petite pause dans ses paroles qui m’est accordée, j’en profite pour me relever. Cette fois-ci, je tiendrai debout, j’en suis persuadé! Je me relève donc et un bon point, je tiens debout, je ne tremble pas. Je sombre un instant dans le noir, mais c’est bon, je tiens bon donc ça va. Finalement, je réussis à tenir sur mes pieds comme un grand. En me relevant, je me rends compte que je dois avoir l’air assez idiot avec mon bandeau frontal autour de ma tête ; je me souviens de pourquoi je le mets autour de mon bras. Non seulement c’est original et anticonformisme, mais en plus, ça me va largement mieux que sur mon front. Remarque, je n’ai rien à faire de me conformer ou pas donc c’est plus pour l’esthétique que je mets habituellement mon bandeau frontal autour de mon bras gauche. Enfin, je suis bien obligé de porter ce symbole de Suna autour de mon front pour ne pas mourir d’une hémorragie. Je ne suis pas idiot au point de m’importer plus de l’esthétique que de ma vie. Qui plus est, ça peut paraître assez stéréotypé, mais je ne m’occupe pas trop de l’apparence, de la mienne surtout en fait bien que je me coiffe les cheveux ce qui, vu leur longueur, est assez compréhensible.

Enfin. Elle reprend la parole. Elle continue sa lancée, se concentrant sur le thème du village et elle me demande ce que je pense de l’emprisonnement que nous fait subir les villages ninjas. Une idée très controversée qu’elle me propose pour débattre, ce qui n’est pas plus mal vu que ça permet de faire durer la conversation, mais dans le cas dans lequel nous sommes, ou plutôt, dans lequel je suis, ce n’est pas meilleur étant donné que je me dois d’escorter Toshimizu au plus vite. Cependant, j’ai bien envie de discuter autour de ce thème-là. Mais que choisir en fait ? Ma salvatrice ou bien ce commerçant assez tacite, mais qui symbolise ma mission et plus généralement, mon village ? Au final, ça revient à se poser la question qu’elle vient de me poser : la liberté ou une maison ? Cependant, la question ne se pose même pas dans mon cas…

« Je mentirais si je disais ne jamais m’être imaginé quitter le village, mais cependant, je sais ce que je veux et mon désir, c’est d’avoir un village même si elle inhibe mes libertés. A vrai dire, je ne suis pas vraiment ce que l’on pourrait appeler un explorateur, mais quand bien même je le serais et je voudrais voir les merveilles du monde, je ne partirai pour rien au monde de mon village ou plutôt, de ce que je considère comme ma maison. Bon, je n’ai cependant pas beaucoup de proches à Suna à l’exception de ma famille, mais même si c’est le cas, c’est chez moi et je peux toujours m’y faire des amis. Pourtant, comme je n’en ai pas encore, tu me demanderas sûrement pourquoi… »

Je marquai une courte pause. Non pas intentionnellement dans mon long monologue, mais je devais lui préciser quelque chose : le tutoiement. Certes, je ne comptais pas lui demander, mais l’avertir de ce changement bien qu’elle le voit clairement serait la moindre des choses bien qu’elle n’en ait pas fait de même, enfin je ne peux pas lui en vouloir pour ça. Après tout, ça ne me gêne pas premièrement, et ensuite, elle peut bien se passer de ça après ce qu’elle a fait pour moi.

« Ah oui, je te tutoie si ça ne te dérange pas. Ce serait étrange que je te vouvoie alors que tu me tutoies. Bien sûr, si tu le veux, je peux te vouvoyer, enfin je ne pense pas que ça soit ce que tu veux. Remarque, je ne te connais pas encore assez bien pour savoir ce que tu veux alors détrompes-moi si je suis dans l’erreur. Bref. Donc pourquoi est-ce que je reste à Suna alors que je n’y ai aucune attache ? Eh bien, c’est simple. Là-bas, c’est là où je peux m’être utile bien que comme tu le vois aujourd’hui, je ne le suis pas tant que ça. Cependant, c’est tout ce que je peux faire aujourd’hui pour me rendre utile et même si c’est peu, ça me va. Si je n’étais pas à Suna, je me demande bien comment je pourrais être utile à qui que ce soit ou bien même à quoi que ce soit. En fait, je n’ai pas beaucoup d’ambition, je suis un adepte du nihilisme bien que je n’en sois pas fier. »

Je finis ainsi mon monologue sur mon choix de vie. Maintenant, je me demande quelle voie elle a choisie elle. Après tout, je ne sais pas d’où elle vient contrairement à elle me concernant. Je devrais l’observer un peu plus pour peut-être trouver un bandeau, mais je préfère l’oral pour découvrir ses origines. Cependant, il ne me reste plus de temps. Non, en fait, je ne suis pas limité en temps, mais je ne dois pas non plus faire trop patienter le client, surtout étant donné ce qu’il vient de se passer et ce que je fais maintenant au lieu de faire ce que je dois faire, ce qui est relativement contre-productif. Donc, détournant la tête un instant pour regard un instant ailleurs, jetant un coup d’œil au commerçant, remarquant qu’il ne bougeait pas, comme si toute cette aventure n’avait suscité aucune réaction chez lui, je dirigeai à nouveau mes yeux sur Kaleïs et reprit la parole.

« Quant à toi. Si ce n’est pas indiscret, quelle voie as-tu choisie ? Et si tu as choisi la même que le mienne ou bien que tu as été forcé de prendre la même… d’où viens-tu contrairement à moi qui suis de Suna ? Enfin. Pas que je m’ennuie ou bien autre chose, bien au contraire! Cela me ravit de te parler, mais… comme tu dois t’en douter bien que tu m’aies demandé ce que j’étais en train de faire, je me dois d’accomplir la mission qui m’a été confiée en escortant cet homme, Toshimizu là où il doit aller. Cependant, il n’est pas un poids pour moi, enfin sûrement pas autant que je l’aie été pour toi donc ne lui montre pas d’antipathie, pas autant qu’envers moi si tu en as. Sinon. »

Oui, c’est vrai. Pourquoi est-ce que je me cantonne à seulement ces deux choix ? J’ai plus de choix que ça voyons. J’en ai au moins un en plus.

« Ne veux-tu pas m’accompagner pour poursuivre cette discussion ? Cela me ferait vraiment plaisir si tu as acceptais mon offre. Du moins. Si mon client le veut bien. »

Dis-je tout en tournant une nouvelle fois la tête vers le commerçant qui me répondit comme il l’avait fait depuis le début de notre petit pèlerinage par un signe de la tête, exprimant ainsi implicitement son accord. Je souris en voyant sa tolérance malgré toutes mes erreurs au cours de cette mission qui n’ont eu l’air de ne lui faire ni chaud ni froid.



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Sauvé par une femme.


[FLASHBACK] Sauvé par une femme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « Tu m'as sauvé la vie. » - Jasper [Flashback]
» Compliments à ma femme et à ses Léopards
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» Une femme aurait accouché d’un poisson...
» L'écrivain Georges Anglade et sa femme sont morts dans le séisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays du Vent ~ Kaze no Kuni ~ :: Pays du Vent :: Yutakana - Cité marchande-