Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

[mission 1.2] Une traque Incessante

InvitéInvité
MessageSujet: [mission 1.2] Une traque Incessante Sam 3 Mar 2012 - 2:59

précédemment : Un Long Voyage pour une courte Bataille

Citation :
* Mission : Solo X
Grade : Juunin
Rapport : Exigé
Un homme fut kidnappé par un groupe de mercenaire. Cet homme n'est pas n'importe qui il est à la tête d'une ligne considérable d'échoppe d'armement à travers le Pays. Tuez ces mercenaires et sauvez cet homme pour maintenir l'équilibre du marché déjà fragil.







† De L`action, Du Punch et Au final Rien ! †
•アクション、何もないところから、最終的なパンチの Akushon, nani mo nai tokoro kara, saishū-tekina panchi no!•


Douce brise, douce nuit, sombre clarté, dans ce ciel étoilé. Ténébreuse et glaciale, cette soirée, se terminait, laissant place à son plus fidèle successeur. Harmonisant, mélangeant et puis créant de nouvelles teintes, ce phénomène qu`est l`aurore, lentement, faisait son apparition. Ce soleil d'étoffe rouge qu'asperge la rumeur insoluble. Tu te plais à plonger au sein de ton image incrédule. Tu l'embrasses des yeux, des bras, et du cœur. Bien qu`il se distrait quelquefois de sa propre rumeur. Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage. Elle sonne tel un réel carnage. La rumeur pousse comme une mauvaise herbe, après un incendie de forêt. Les voix d’un infini sont devant vous. Rien de la vie humaine. La rumeur, cette vérité qui se promène comme un mensonge, de bouche à oreille, qui ne fait pas réfléchir les gens, qui passent comme un soupir au-dessus du vent. Dans un monde où l'information est une arme et où elle constitue même le code de la vie, la rumeur agit comme un virus. Le pire de tous car il consume l`homme de l`intérieur. A même échelle que la haine. Cette parole diabolique, entraine petit à petit le monde vers sa fin.

Après ma nuit dans le désert, à la première heure du matin, je pliai bagage pour me diriger vers le pays de la pluie. Le voyage me prit à peine deux bonnes heures. Après ce délais je pénétrais dors et déjà dans la cité d`Ame, plus précisément dans le centre-ville. Je commencerai donc mes recherches ici même. Un bruit incessant… Une cacophonie turbulente. Le centre-ville était comme qui dirait la capitale des commérages, rumeurs et autres maquerellages orchestrer par sa population actif. La curiosité défaut de tout homme, plongeait ces derniers dans un tourbillon de maléfice. Le soleil sortait lentement de sa torpeur, quant à moi, dans l`obscurité de ce lieu, je me fondai dans la masse ouvrière du village. Je n'ai pas attendu très longtemps avant d'un jeune homme vienne m'adresser la parole. Perdue dans mes pensées, j'avais sursauté lorsqu'il m'interpella. Il se présenta tout d'abord d'un ton très amical. Mon étonnement fut bref, d'autant plus, qu`en l`observant plus attentivement, je pus affirmé son rôle au sein du village.

C`était un vendeur d`artillerie ninja. Sans plus attendre, il me proposa de le suivre jusqu`à son point de vente. Très professionnel, je le suivis sans dire un mot, ni même me présenter. Sa chevelure était le résultat d'une explosion capillaire, la teinte de ses cheveux offrait un contraste avec sa figure qui était aussi pâle que la neige de Yuki no Kuni tel un suceur de sang. Je soulevai un sourcil me demandant comment cette situation allait évoluer. Allait-il devenir un informateur, un ennemi ou alors une simple connaissance ? Mais le véritable but de ma venue en ce lieu n`était autre que l`aboutissement de mon enquête, par la recherche d`informations. C`est alors, arrivant devant son stand, tout en parlant à voix basse, j`essayais de lui soutirer des plausibles atout dans ma mission. Mon regard rouge plonger dans le sien, ma main pausée sur sa table plus précisément sur un kunai, dont le tranchant était magnifiquement aiguisé. Je décidai de jouer la carte de l`intimidation.

« Dit moi, tu m`as l`air jeune, et plein de ressources. Tu n`aurais pas eu vent d`une quelconque rencontre de mercenaires à la tombée de la nuit ? »


Sa réponse contrastait fortement avec son regard. Il prit tout de suite une expression forte et ferme face à moi. Sentant la peur l`envahir, il trouva tout de même le moyen de me mentir. Il n’eu même pas le temps de finir sa phrase qu’un fou rire s’empara de mon être, un fou rire froid, glacé et sarcastique au possible amusée par cet homme se prenant pour un chef. Je n’en revenais pas. Alors c’est comme ça que les mercenaires du coin minimisaient leur présence. Tout en le fixant, prenant un air ténébreux, je refermai mon poing autour du kunai, puis je répétai une dernière fois ma question. Mais le jeune homme ne le prévoyait pas de cette manière. Ce dernier ramassa une épée qui se trouvait non loin de lui. Malgré la foule, personne ne semblait se préoccuper du sort du jeune homme. Encore une preuve de l`incapacité de l`homme à pouvoir venir en aide à son congénère. Comment allait-il pouvoir se servir de cette arme contre moi ?

C’était pitoyable, j`avais déjà jaugée sa puissance plus que médiocre. Comment osait-il, ne serait-ce qu‘espérer avoir une chance ? J`étais sur le point de faire tomber ma couverture, ma discrétion, pour donner ce jeune garnement, une leçon qu`il n`était pas prêt d`oublier, mais je finis par me calmer. Tandis que je me calmais, je ne fus absolument pas surpris de ne voir aucun regard tourner vers moi. Bizarrement, le jeune homme baisse son arme également, sentant un conflit imminent. Le calme revenu et sentant enfin une quelconque coopération de la part du jeune, je pus espéré une nouvelle tentative. Je l`interrogeai donc une nouvelle fois, cependant, d`une voix douce et légère. Lançant un regard à la fois mesquin et agressif, il était sur le point de répliquer comme si je le mettais au défi. Ouvrant la bouche puis la refermant à plusieurs reprises il finit par dire :

« Je vous assure, je ne sais strictement rien. Mais cela dit, je connais une personne qui pourra vous aider. Il se trouve au marché noir, dans le stand numéro 13, à la tombée de la nuit. J`espère que vous êtes satisfait. »
Satisfait, un sourire moqueur et ironique, je répliquai.

« Merci gamin. Tiens j`aime bien ce kunai, je crois que je vais le prendre. »


En déposant plus qu'il n'en fallait pour l'achat de cette arme sur le comptoir, je me dirigeais silencieusement vers une autre source. Heureusement cet endroit était bondé aujourd'hui. Après de bonnes heures, et après un bon repas, la nuit tombée, je pus enfin espéré me rendre au marché noir.





Ryuga, L`Éclaire Noir.




Dernière édition par Ryuga Shinryu le Dim 4 Mar 2012 - 4:21, édité 5 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [mission 1.2] Une traque Incessante Dim 4 Mar 2012 - 3:52







† De L`action, Du Punch et Au final Rien ! †
•アクション、何もないところから、最終的なパンチの Akushon, nani mo nai tokoro kara, saishū-tekina panchi no!•


Cette mission d`une grande importance pour la survie du village, dont j’avais la charge, avait débuter depuis quelque nuit déjà. De nombreuses informations étaient venues se ranger du côté de celle fournis par le jeune garçon. Journée ensoleillée et chaude, avait laissé derrière lui, une nuit fraiche et rafraichissante. L`air, tiède, se faufilait à travers tous les ports de mon épiderme. Toujours était-il que cette journée avait commencé avec de fortes émotions et la suite ne pouvait être que plus tranquille pensais-je alors. J'avais rédigé mon rapport et je me dirigeais vers un pallier de ma mission. Une infiltration au sein de cette réunion de mercenaire s`imposait. Je marchais lambin à travers les rues, mon regard se faisant presque flegmatique. Dans un gargouillis dont l'esthétisme était fortement remit en doute, je mettais ma main sur ce dernier comme pour le calmer en cherchant du regard un stand ou un petit restaurant pour justement me restaurer. En pleine nuit moment d`hyperactivité du centre, bien que la majorité des points de ventes avait dors et déjà fermé leur porte. J'en aperçu, à vrai dire, d'un regard réjouit, quelques portes de restaurant. Il était préférable d`effectuer une mission périlleuse le ventre rassasié. Je m`installai, sur une chaise pas très confortable, devant un bar, qui à cette heure de la nuit était bondé. Il allait bientôt être minuit.

L’heure décrit par le jeune homme comme le moment propice pour ce genre d`investigation. J`avais enquêter sur ce fameux marchant du stand numéro 13. Il se dénommait Tatsuke Yochi. Je me situais à quelques mètres de son stand. Une petite roulotte sans rideaux, possédant quelques chaises et tables à sa périphérie. Tout en mangeant mon plat de ramen, je glissais discrètement mon oreille aux paroles rapporter par ce marchand et ses clients. Soudain, un message porté par une voix grave retenu mon attention. Une mine suspicieuse s'installa sur mon visage en me détournant mon plat à moitié entamé. Je préférais la raison au cœur pour dire de cette façon. En laissant mon plat et une petite satisfaction sur la table, je m'avançais lentement vers le numéro 13. Un silence de cimetière s’installa cette fois-ci dans l’assemblée. Je n`étais apparemment pas le bienvenue. Leurs expressions prises à mon arrivée me laissèrent croire, avoir violé un instant sacré. Cependant, entouré de mercenaire, je me fis tout petit.

La réflexion qui m`avait alerté et conduis en ce lieu, fut la cause de ma mission. J`en déduisis donc que ce petit de clients étais mais cible. J`allais devoir faire preuve d`une discrétion exemplaire. Tous ces mercenaires étaient inscrit dans le bingo book des pays voisinant celui d`Ame. Ils n`étaient donc pas totalement sans cervelle. Cependant, quelques secondes après mon apparition dans cette roulote, ces derniers avaient repris leur agissement. Je me contentais d’acquiescer de la tête, à la moindre petite réflexion. Cela, intérieurement, me fit sourire. Il n’y avait pas à dire, cette situation éveillerait peut être les soupçons, mais ça m’arrangeait d`être plus proche des pointures du groupe. Bien qu`ils me snobaient, je m`avançai lentement vers le point de vente, simulant ainsi l`achat d`un verre de saké. Je pris l`attitude d`un homme en état d`ivresse.

« Un verre de saké, s`il te plais » d`une voix lambine. »


L'environnement, en l'espace de quelques secondes, changea du tout au tout. Le centre-ville est son agitation laissait place à un calme placide dont s'émanait une sensation de malaise. L'atmosphère était lourde et déjà les dégâts de l’intrusion d`un étranger. Les habitations étaient laissées au dépourvu, un effluve d'abandon s’humait sans complexe. Je ne le cache pas je n'étais pas à mon aise dans ce type de lieu, mais je devais faire avec les moyens dont je disposais. Cependant, je remarquai qu`un Homme, se démarquait des autres mercenaires présent en ce lieu, possédant une, collant tout à fait avec un caractère de dirigeant. D`autant plus qu`il ne se gêna guère de divulguer des rumeurs totalement fausses, devant ma personne. N’ayant pas fait attention à la déco de cette roulote, mon regard fixait une enseigne sur lequel un nom de nouille était inscrit bien qu'en partie détruite.

La baraque n'avait plus de porte, les vitres étaient cassées. Dans un rictus accablé par la misère humaine par toute sa splendeur. J`avais enfin récolté toutes les informations dont j`avais besoin. Dans une candeur impétueuse et indomptable les flots s'abattaient en continues sur les immenses édifices d'Amegakure. Comme si toute la peine du monde venait se concentrer dans les cieux de ce pays désolé. Eux qui restaient voilés par d'épais nuages, se mouvant au gré des vents telles une masse sombre, opaque et impénétrable. La lumière s'en était allée depuis des lustres laissant son peuple abandonner tout espoir de renouveau. Dans une démarche lambine, je me retirai de cette affreuse baraque, composer d`un assortiments de mercenaire. Je disparue dans la sombre pénombre du centre-ville.





Ryuga, L`Éclaire Noir.




Dernière édition par Ryuga Shinryu le Dim 4 Mar 2012 - 4:29, édité 5 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [mission 1.2] Une traque Incessante Dim 4 Mar 2012 - 3:52













† De L`action, Du Punch et Au final Rien ! †
•アクション、何もないところから、最終的なパンチの Akushon, nani mo nai tokoro kara, saishū-tekina panchi no!•



De tous les mystères que j'ai rencontrés sur terre, le corps est le plus grand. Rien qui ne soit plus menacé, plus soumis aux lois de la destruction, de l'entropie et de la déchéance. Rien qui ne soit plus à même de capter l'éternité, de se faire le détecteur du frôlement des dieux, de leurs allées et venues parmi les hommes. Laissez-vous saisir de la stupeur d’être dans un corps. Accordez-vous un instant de peser tout votre poids, sans la moindre esquive, de sentir la densité de la matière qui vous constitue, sa concentration, sa secrète dilatation après chaque inspiration. Il n’y a que le saisissement qui livre passage à l’essentiel. Cette part de moi qui n’a ni qualité, ni propriété, ni attribut, qui échappe à toute catégorie, qui ne connaît ni peu ni jugement, c’est la substance de notre vraie nature. Cette puissance infiniment supérieure à l’homme et qui – mystère vertigineux – n’est agissante sur terre qu’à travers l’homme qui l’accueille ou le corps qui l’incarne, cette puissance ou mieux, cette présence ineffable et fragile, c’est l’amour qui nous fonde. Le mystère divin et le mystère humain ne sont qu'un mystère ; en Dieu se garde la mystique de l'homme et dans l'homme le secret de Dieu. L'homme porte le mystère de la vie qui porte le mystère du monde. De minute en minute, la mission qu`on m`avais confié, se durcissait, et le conflit n`est plus que la porte à coté. J`entamais mon deuxième jour, et peut être le dernier, consacrer a cette mission.

Aujourd'hui n'était pas un jour comme les autres. Malgré que le soleil soit à son apogée et que sa lumière bénissait tous les êtres humains avec une intensité sans pareille, assis sur mon lit de fortune, autrement dit un rocher, je m`adonnais à ma méditation quotidienne, avant de repartir vers ces mercenaires. Le vent faisant virevolter ma queue de cheval dans tous les sens, mes pensées ne se tournèrent néanmoins pas dans cette direction. Revenu au village, le visage encapuchonné, avançant dans un voile d'obscurité divine, je longeais les murs couloirs menant à la ville basse. Repaire des mercenaires. Telle une ombre se fondant dans un décor macabre et sombre, les ténèbres me suivaient, et tentaient à chaque seconde de percer les remparts de mon cœur, de l'assombrir, de le pervertir. Mais l'essentiel, c'était celle que l'on décidait de montrer au grand jour, de part nos actes et nos paroles, dans la sincérité de nos sourires et de nos gestes. Mais ce qui comptait, c'était cette minorité qui gardaient l'espoir, l'espoir de vivre un jour une existence vide de guerre et de conflit, de recommencer comme nous avons commencé: sans haine, sans violence, continuant d'avancer par la seule recherche de découverte et d'exaltation.. Me faisant discret comme le vent j`approchais du groupe de mercenaire faisant l`objet de ma mission. Je ne pris guère plusieurs chemins.

Ayant démarquer le chef de ce groupe perturbateur, je m`avançai vers eux, qui heureusement n`étais qu`au nombre de deux pour l`instant. A vrai dire, j`attendis le moment opportun. Le moment, ou leur chef se retrouverait quasi-seule. Le moment, où la seule fenêtre de victoire s`ouvrait. La ville à cet heure de la journée, n`était que l`ombre d`elle-même. Entouré de bâtiments ne laissant guère place pour un combat. Toutes mes réflexions et méditations ne m'avaient guère permis de déduire qu'une seule vérité: L'homme est, et restera, une créature cruelle et malsaine, tant qu'elle n'aura pas compris le sens du mot existence, et par dessus tout du pacifisme. Après une bonne heure, tapis dans l`ombre, le mercenaire, auteur de ces rumeurs infondé, du nom de Taishi Juuki, se retrouva enfin seul dans ce désert de pierre. Retirant graduellement ma capuche, sortant de l`ombre, avançant en direction de Taishi, la tête baissé, laissant mes pupilles rouges sang scintillante, la pluie, évènement quotidien de ce pays se mélangea à l`ambiance électrique de ce lieu.

Le soleil caché par des nuages grisant de terreur face à la vision qui allait s`offrir à eux. Le poids de l`air augmenta, le poids de mon corps s`allégea, le poids des armes qui venaient d`apparaître dans mes mains. Ma chevelure blanche argentée, se baladait au rythme du vent. Je pouvais lire l`incertitude et la méfiance dans le regard turquoise de mon adversaire. Au fur et à mesure de mon avancement, ce dernier, les cheveux d`une sombre clarté lunaire, se mit en posture de combat. Mais ce n`était point le moment, pour l`instant, d`un combat. Je devais tout d`abord, avoir une petite discussion avec cet infâme personnage avide de pouvoir. C’est à mi-distance, que mes pas cessèrent. C’est à mi-distance, que mon regard rouge se fixa sur la musculature de Taishi, quasi similaire à la mienne

«Taishi vous êtes en état d`arrestation pour crime contre Kumo et enlèvement. Je te somme de libérer ton otage. Tu m` as fais courir sur tout le continent, donc je te l`avoues je serrais très heureux de t`écorcher vif.


«A mais tu est l`ivrogne de la nuit dernière. Qu`entends-je ? M`écorché vif ? Pour cela, il te faudrait déjà pouvoir à me toucher.


On ne pourra me reprocher, de l`avoir mis en garde. Je bloquai, enfonçai, plantai, mes deux lames dans le sol. Cette courte conversation s`était terminer sur un affrontement visuel. Je m`étais mis dans une position défensive, pour examiner le moindre défaut de mon adversaire. Sans sabre, sans mon Akari, je me sentais vide, mais heureusement, je m`étais durement entrainé à cette éventualité. Respectant mon enseignement de samouraï, je ne dégainerais mon Akari qu`en cas extrême nécessité ou de légitime défense. La pluie glaciale, plaqua ma chevelure sur mon dos tatoué. Aucun rayon solaire. Aucun signe de vie subsidiaire, à part mon adversaire. Le lieu dans laquelle je me trouvais, pouvait être considéré tel une clairière de fer et de béton. En effet un espace entouré de gratte ciel, consistait cette arène improvisée. Vent glaciale et humide, porteur de poussières. Vent glaciale et humide, porteur de malheurs et de misère. Vent glaciale et Humide, annonceur de mort et de destruction amère.

Je laissai approcher, cet être remplie de haine et d`envie destructrice. Je laissai approcher, cet homme malheurs. J'inspirai lentement alors que mes paupières demeuraient fermées. L'air que j'inspirai était humide comme si je l'avais respiré à plusieurs reprises. Il avait finalement commencé son acharnement défensif. Son acharnement inutile. Ses coups puissants, mais lents, suscitaient une véritable faiblesse au taijutsu. Très habilement, j`esquivais ses attaques, avec une grâce et une légèreté surprenante. Il ne fallut pas longtemps pour que les premières gouttes de sueur et marques de fatigue ne se lisent sur son visage. Ce n'est pas pour autant que le rythme ralentissait. Il était déterminé et, cela pouvait être déchiffré à travers son regard turquoise ténébreux. La plaisanterie ayant assez duré, ce combat au corps à corps devenant d`un ennuie totale, je décidai de lui montrer mon style de combat au corps a corps. Sans attendre mon corps tomba vers l'avant, se propulsant avec ma jambe d'appuis, je fonçais droit sur Taishi, mon poing relevé. Dans un enchainement de coup, je lui infligeai de lourd dégât. Son visage égratigné, ensanglanté. Son souffle court. Sa respiration rude.

Ce dernier compris très vite, qu`un combat au corps a corps, n’était pas envisageable. Cependant, un mercenaire, ayant ce gros défaut, devais sans aucun recelé une incroyable capacité que j`ignorais pour l`instant. Séparé de nouveau, à une distance convenable, le mercenaire se reforgea un visage. Un visage démontrant sa détermination, son envie de vaincre. Un visage élimant ses doutes et ses peurs. Une confiance en lui s`était élevé dans ses mouvements. Il ne tarda guère à m`envoyer ses techniques. Je me retrouvais dans une position avantageuse. Je repris les deux lames se situant de par et d`autre de mon corps. Le vent balayant la poussière. Le vent frappant mes cheveux rougeâtres, d`une brillance éclatante. Inspirant l`air environnant, Taishi me laissa une grande ouverture, dont j`avais l`intention d`exploiter pour mettre fin à ce combat. Exploitant l`ouverture, des étincelles blanc s`accrochant à mes lames apparurent. L`adrénaline circulant dans mon corps fit décomposé explicitement chaque geste de mon adversaire. Au moment de l`expiration de ce dernier, en un clignement dans un éclaire blanc, je me retrouvai dans le dos de mon adversaire, mes deux armes en positions de fin d`attaque où des étincelles apparurent une nouvelle fois et, mon adversaire ne bougeant plus.

« Ce combat est terminé »


Soudain un sourire niez apparues sur le visage pale de Taishi.

« Mouhahaha !! Tu es trop dupe, croyais-tu vraiment que cela aurait été si facile de me vaincre. Tu t'es fait avoir par une simple technique avancée de permutation, inventé par mes soins. Le bel homme que tu as laissé s'enfuir avec ton client n'était autre que mon originale. Lors que j'ai remarqué que tu n'étais point venu au lieu de rendez-vous, j'ai tout de suite créé ce clone prenant ainsi ma place. Mouhahaha, je peux te jurer que la prochaine fois que nous nous reverrons, tu seras belle et bien mort. Rendez-vous à konoha, à la vallée de la fin »


Sur ce dernier mot, la pale imitation du mercenaire se liquéfia.

« Quoiiiiii !!! N'arrêtera-t-il jamais avec ce jeu de cache-cache ?!! Sois en sûr que je te retrouverais, mais tu vas me le payer. Cela et sur et certain »


Après quelques minutes de ma démanche colérique.

« Enfin, j'avais effectivement trouvé ce combat assez ennuient. Tu peux t'assurer que je vais te montrer ma vraie nature. »

Sur cette pensée mes deux lames disparurent dans un écran de fumée. Il était tard. Je décidai donc de passer ma dernière nuit dans ce village afin de me rendre dans la vallée la fin. La nuit fraiche et humide de ce pays me fit gagner les bras de Morphée, plus vite que je l'ai imaginé. Le vent caressait ma joue meurtrie de coup. Mes muscle se relâchèrent et mon cerveau s'apaisa, bien que l'autre partie bouillonnait de ce combat à mort inévitable.





Ryuga, L`Éclaire Noir.



À suivre : Le jeu de Cache-Cache est terminé !


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [mission 1.2] Une traque Incessante


[mission 1.2] Une traque Incessante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» Ordre de Mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de la Pluie :: Pays de la Pluie :: Territoire des Shinobazu-