Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

La complaisance de la gratitude

avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: La complaisance de la gratitude Mer 11 Avr 2012 - 23:17

Valet des Kiyomizu


    La paix règne
    Le silence est de mise.

    Ah, grandiose ... Nous sommes en paix. Après une nuit réparatrice, je me plaisais à me contempler dans la forme qu’il se doit d’être, en tant que noble. Point de nuit blanches, point de stress ... Mon clan reprend ses activités, en tant qu’éleveur, guerrier. Je vis trois de mes cousins, bien plus jeunes que ma personne, revenir du temple des Kiyomizu qui fut construit dans notre quartier. Obsessionnels ? Point ! Après tout c’est bien grâce à ce clan que les Hidemi vivent, c’est pour ce clan que je vis le jour. Je déposa l’extrémité de ma longue pipe traditionnelle entre mes lèvres, assis en seiza sur ce bois laqué, contemplant la splendide vue de notre jardin. Les paons se déplaçaient avec sérénité, même ces majestueuses créatures semblaient apaisées suite à tout ce remue-ménage. Grâce au travail des ninjas de Kumo, on put avoir la sérénité, la paix. Deux femmes, pour être précis. Il semblerait que Isako-san eut un léger ... Comment dire ... Différent, avec mon cousin Ouji. Cette pensée me fit esquisser un sourire et je retins un pouffement. Cela ne m’étonnait point ... Vu la tenue qu’arbore cette jeune femme, il aurait été surprenant que Ouji n’aurait point fait de remarques. Ou d’autres membres, par ailleurs. Pour ma part, je suis un homme, contrairement aux attentes, tolérant lorsqu’il concerne ce sujet. J’aurais tout de même bien voulu voir la scène par mes propres yeux, cela aurait été une bonne distration. Il semblerait qu’à ses côtés, une autre femme l’accompagnait pour cette mission. Son nom m’échappe ... Pour ma part, il va falloir que j’aille remercier pour leur aide qui fut grandement utile, je suis des plus reconnaissants à ce sujet.

    Me perdant dans les méandres de la beauté que Mère Nature pouvait m’offrir à ce jour, je plissa sereinement mes yeux, laissant échapper une généreuse fumée de ma bouche. Ah, que de plaisance, que de calme ... Il me plaisait d’ouïr le silence. Charmant, divin. Tout bonnement. Le temps m’inciter à citer de ses charmes à ses côtés, et cette tentation me céda à l’envie de faire ma ronde. Je souris à ma propre personne, avant de me résigner et me releva, posant ma pipe à sur ce plancher laqué. Je leva mes yeux afin d’observer la pagode recouvrant notre domaine, avant de retourner à l’intérieur, montant dans ma chambre. J’allais tout bonnement m’équiper de mes katanas avant de m’éclipser. Montant doucement les marches, je repensais à ma Reine dont le manque se faisait atrocement sentir. Je désirais revoir ses expressions parsemant la perfection partout où elle posait son regard. Une magnificense indescriptible, une beauté des plus touchantes ... J’atteins la porte coulissante menant à me chambre et la déplaça doucement, avant d’y pénétrer et saisir mes deux katanas, prêt à les attacher au niveau de mes hanches, les faisant pendre à gauche. Et là, je vis le parchemin sur mon lit, concernant la nouvelle équipe dont je suis à nouveau capitaine ... Je le saisis entre mes doigts et l’ouvra, parcourant les lignes de mes sombres pupilles, avant de me surprendre à me rappeller d’un nom. Chizuru Seijitsu ... Elle fait partie de mon équipe, oui ... C’est elle, c’est cette femme qui accompagnait Isako-san ! Mon sourit s’élargit, c’est une bonne chose ... Je regarda par la fenêtre, voyant que la journée n’était que naissante, c’est parfait ... Il serait temps que je me présente au moins à une de mes collègues, et j’en profiterais afin de la remercier pour cette aide si précieuse. Je posa le papier sur ma table de nuit, rajusta mon kimono noir en soie, tissé par de fines perles sur mon épaule, et m’inspecta rapidement avant de descendre, prêt à prendre la route. Après tout j’avais son adresse dans ce parchemin-là, j’allais l’utiliser. Je connais cet endroit. Je connais beaucoup de Kumo, à vrai dire. Et j’ai un sens d’orientation remarquable.

    Arborant les grandes rues du village, je me faisais, comme à mon habitude, fréquemment arrêter par les villageois, enchantés de me voir et me saluant chaleureusement. J’ai bien l’habitude. A croire que je suis un être étant une véritable attraction dans ce village. Il est vrai que mes vêtements des plus distingués, ainsi que ma réputation et mon statut ne passe point inaperçu. Je leur répondais d’un sourire aimable, faisant courbette à chaque fois. C’est fort plaisant mais c’est bien pour cette raison que cela retardait ma venue. Fort heureusement, je n’avais point de rendez-vous, j’aurais pu frôler le retard. Une comme d’autres choses que je détèste. Le retard. Je suis très strict et pointilleux, c’est un élément que je n’ai jamais pu tolérer. Imposant pleinement mon éducation stricte parmi mes collègues, j’en suis conscient. Surtout lorsqu’il s’agit d’élèves, alors dans ces situations, je ne fais point de cadeaux, et si ces derniers m’écoutent, je peux devenir un excellent ami, comme confident ... M’enfin.

    Arrivé là où je désirais, je regarda les habitations avant de sourire et voir celle que je cherchais. Je m’approcha de la porte, claquant mes getas contre le bois, et me redressa avant de me permettre à frapper trois coups distincts. Le sourire dors et déjà aux lèvres, je m’apprêtais à m’incliner religieusement devant la concernée, avant d’enchaîner sur mes remerciements.


avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Jeu 12 Avr 2012 - 1:02




Présentations d'un noble

Ma mission sur le domaine des Hidemi s’était plutôt bien déroulée si l’on omettait quelques… altercation dirons-nous. Sans oublier ma maladresse qui s’était encore manifesté ! Comment ais-je pu ne pas remarquer le jeune noble au détour d’un couloir et le percuter ainsi? Le pire c’est qu’il a fallut que ce sois lui qui me rattrape pour éviter que je chute. Je n’ose même pas imaginer la couleur de mon visage en cet instant. D’ailleurs, rien que d’y penser je me sentais rougir. Je suis horriblement mal alaise dans ce genre de situation. En fait, il me semblait que j’étais embarrassée quand je me retrouvais proche d’un homme à chaque fois que cela ne concernais pas le professionnel ou que je ne connaissais pas la personne. Il faudrait que je songe à remédier au problème cela me permettrait d’éviter quelques désagréments. Mais bon le principal était que tout ceci se soit bien terminé et que les Hidemi pouvaient enfin de nouveaux se reposer tranquillement. Et moi aussi d’ailleurs, j’avais du veiller longtemps pour cette mission et la fatigue c’était faite sentir. J’avais donc souhaité profiter de la matinée du lendemain pour récupérer. Du moins c’est ce que j’avais espéré jusqu’à ce que mon jeune frère tambourine à ma porte en me traitant de sœur indigne car depuis le coup d’état à Konoha je n’étais presque pas passé le voir.

Je m’étais donc extirpée difficilement de mon lit pour aller ouvrir à Hatsuharu. Je n’avais pas pris la peine de m’habiller, après tout, c’était mon frère et il m’avait déjà vu en pyjama. Des traits de fatigue marquaient mon visage mais je m’efforçais tout de même de lui sourire. Il est vrai que je n’avais pas passé beaucoup de temps avec lui mais bon, je pouvais encore rattraper mon retard. Je voyais bien qu’il voulait m’emmener au terrain d’entrainement pour me montrer ses progrès depuis la dernière fois mais je n’en avais vraiment pas le courage. Je lui proposais donc une alternative, celle de me raconter tout cela autour d’un bon chocolat chaud. Cette suggestion paru beaucoup lui plaire étant donné la vitesse à laquelle il se retrouva assis sur une chaise avec un large sourire attendant plus ou moins patiemment que je me mette à faire chauffer du lait. Pendant que je préparais sa boisson nous parlâmes de tout et de rien. De ses précédentes missions, de son équipe et… de mon récent entrainement avec le Raikage. Haru-chan y avait partiellement assisté et en avait légèrement profité pour se moquer pour se venger du tirage d’oreille. Nous continuâmes à discuter ainsi pendant une ou deux heures avant que mon petit frère ne soit satisfait. Puis il prit congé me lassant enfin entrevoir la possibilité de pendre le repos que je méritais.

J’étais donc retournée m’emmitoufler sous ma couette avec la ferme intention de faire une sieste. Mais au bout de quelques minutes je due me résoudre à abandonner. Pas moyen de me rendormir. J’optais donc finalement pour un bain relaxant. Je fis couler l’eau à ras bord tout en y ajoutant de la mousse. Je me laissais glisser lentement dans l’eau bouillante et détachais mes cheveux. C’était tellement agréable et apaisant. J’ignore combien de temps je suis restée ainsi, probablement une bonne demi-heure. En tout cas ce fut le temps nécessaire pour que je récupère. Je sortis du bain et pris une serviette que je m’enroulais dans les cheveux. Avec une autre serviette je me frictionnais les membres jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus une seule goutte d’eau sur ma peau. Je m’habillais ensuite de ma tenue décontractée. Une simple jupe en jean m’arrivant au genou avec un tee-shirt marron avec un col en V. Je commençais ensuite à me sécher les cheveux avec ma seconde serviette jusqu’à ce que j’entende toquer à la porte. Je laissais donc mes longs cheveux blond encore humide retomber sur mes épaules et partis ouvrir.

Que ne fût pas ma surprise face à la personne se retrouvant face à moi une fois la porte ouverte. Kakuzô Hidemi, je ne m’attendais vraiment pas à le voir chez moi. D’ailleurs, cela pouvait se lire sur mon visage. Mes sourcils étaient bien relevés. Une fois que j’eue retrouvée mes esprits, je m’inclinais et le saluais poliment :


« Ohayo Gozaimasu Hidemi-sama !»

Il fit de même, je lui proposais donc de rentrer car il aurait été inconvenant de le laisser sur le pas de la porte. Je l’invitais à s’assoir sur le canapé de mon salon et lui proposais également à boire avant d’ajouter posément une question qui me turlupinait :

« Que me vaut l’honneur de votre visite ? »




avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Jeu 12 Avr 2012 - 21:49

Valet des Kiyomizu


    Un début à tout.

    Ah, douce brise qui s’élève jusqu’aux cieux ... Me murmurant la tentation de sourire, je ne refusa point ce conseil, et je le vis. Je me plaisais à écouter la mélodie de la nature, et plissa les yeux, paisible en cette journée. Oh ... Je me questionne à un sujet. Aurais-je dû apporter un présent à Seijitsu-san ? Cela aurait été la moindre des choses ... Il s’agit d’une femme qui porta grande aide à notre clan. De plus, je me permets de me déplacer jusqu’à chez elle sans prévenir. Eh bien, ce sera un élément à travailler lorsque je la reverrais aux prochains lendemains. Après tout, nous faisons partie de la même équipe. Hum ... Je me questionne à ce propos, au sujet de ses capacités. Je ne connais absolument rien à propos de cette femme je dois bien l’avouer. Il serait temps de m’y mettre aujourd’hui même, j’aurais une longueur d’avance évidente. Oui ... Je suis un homme qui tient absolument à cerner les personnes qui m’entourent. Une activité qui me passionne, comme je trouve qu’il est vital en équipe. C’est ainsi qu’au fil des années, je pus être capable de les cerner aux premières paroles. L’humain est expressif, quel que soit le voile qu’il désire se vêtir, même les soit disant impassibles ont chacun leurs fissures. Le seul homme dont j’ai eu difficultés à connaître comme je le désirais ce fut bien Raïkage-sama. L’homme aux mille visages ... C’est bien un surnom qui lui va à merveille.

    Le bruit de grincement aïgu, et plus rien. Je me redressa alors, ce son me tira de mes songes ... Et reporta mon attention devant moi, voyant une jeune femme aux cheveux d’or me regarder, les sourcils arqués. Ah ... Je me disais bien que j’aurais dû prévenir de ma venue, pour cette fois je fus bien impoli. Je cacha cette petite gêne derrière un sourire acceuillant et paisible dont tant de personnes me connaissent sous cette facette, et regarda cette femme s’incliner devant ma personne.

    « Ohayo Gozaimasu Hidemi-sama !»

    Mon sourire s’élargit gracieusement et avec plaisir certain. C’est fort agréable de voir que nous sommes bien acceuillis. Je la salua avec tout le respect qu’il se doit, m’inclinant bien bas, prenant mon temps. Je remerciais cette femme pour cet enthousiasme et m’encourageait d’avantage à lui adresser mes plus chaleureuses gratitudes. Seijitsu-san me fit alors entrer dans sa demeure, chose que je fis tout naturellement, la suivant jusqu’à ce qu’elle m’invite à m’asseoir dans son salon, me proposant à boire.

    « Que me vaut l’honneur de votre visite ? »

    A nouveau, je lui souris, après avoir pris donc la liberté de m’asseoir. D’un regard simple, j’inspecta les environs, qui différait grandement de ma grande demeure des plus traditionnelles du Japon, mais des plus luxueux également. Cependant, la pièce était loin d’être désagréable à voir ... Je me tourna finalement vers l’hôte de sa demeure afin de lui sourire à nouveau et m’incliner lentement.

    ‘’ Mes excuses de venir vous rendre visite sans même prendre la peine de me prononcer ... Je vous dois la vérité, cette pensée m’a effleuvé qu’aujourd’hui même. ‘’ Je laissa un petit rire sortir de mes lèvres, fermant les yeux, avant de reprendre. ‘’ Je me suis permis de vous rendre visite avant tout pour vous remercier, au nom de tout notre clan, pour l’aide que vous avez apporté, avec Isako-san. Je vous en suis très reconnaissant. Je ne vous cache point que la fatigue nous gagnait dangereusement, car nous refusions de passer à l’acte offensif en premier, voyez-vous ... Par simple principe, ainsi que pour notre image. ‘’ Je laissa glisser une expression quelque peu désolée, regardant de côté, avant de reprendre. ‘’ J’aurais dû penser à vous apporter un présent pour vous remercier ... Je le ferais pour la prochaine fois. Veuillez accepter mes excuses pour cet oubli. ‘’ Puis je me redressa enfin, prenant mon rôle en tant que capitaine. ‘’ Egalement, je suis présent afin de me présenter devant vous en tant que votre capitaine. Je ne vous connais point, contrairement à nos autres collègues, il me semblerait sage et appréciable qu’on en profite afin de rectifier ce tir. Je suis un homme bien strict, je l’avoue ... Mais il est important pour ma personne, et au nom de toute notre équipe, de se connaître un minimum avant une quelleconque mission. C’est un élément qui pourrait changer toute la donne. Qu’en dites-vous ? ‘’ D’un sourire je clôs alors mes dires. ‘’ Mis à part cela, pour votre demande, du thé ne sera point de refus. Je vous en remercie. ‘’

avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Jeu 12 Avr 2012 - 23:13




Un élément qui pourrait changer la donne

Le jeune noble pénétra dans ma maison avec un sourire qui se voulait chaleureux. Je le vis examiner rapidement mon appartement. Il est vrai que cela devait le changer du manoir Hidemi qui était bien plus luxueux et spacieux que mon logement. En effet cette habitation était plutôt petite, enfin suffisamment grande pour une seule personne. L’entrée était un long couloir blanc qui desservaient toutes les pièces jusqu’à donner, au fond du corridor au salon. La première porte en bois à droite donnait sur la cuisine, la seconde la salle de bain. A gauche, c’était d’abord les wc puis ma chambre. Nous traversâmes le couloir pour passer sous l’arche qui menait au salon. Mon appartement était très simple, très épuré. Il contenait peu de décoration, seulement quelques photos de famille dans des cadres sur les différents meubles et une un peu en retrait par rapport aux autres de lorsque j’étais Genin. La photo traditionnelle que tout ninja possédait... Je l'avais placé de sorte que seul Yamamoto, mon sensei et moi soyons visible quand on la regardait de loin. Cette pièce de couleur gris-bleue était la plus spacieuse et lumineuse de la maison car le mur du fond était une baie vitrée menant sur un balcon. Les canapés noirs étaient disposés au centre de la pièce en L devant une table basse en verre. Un des murs était recouvert d’une bibliothèque dont les étagères croulaient sous le poids des livres. Devant un autre était disposée la télévision. Devant le dernier mur était placée une commode comportant différent rangements. Il y avait également différentes plantes vertes ça et là.

Mais revenons à ce qui nous intéresse. Autrement dit, la raison de la venue de Hidemi-sama. Il était rentré et s’était installé dans le dit-salon sur le sofa. Puis il prit la parole :

« Mes excuses de venir vous rendre visite sans même prendre la peine de me prononcer ... Je vous dois la vérité, cette pensée m’a effleuré qu’aujourd’hui même. Je me suis permis de vous rendre visite avant tout pour vous remercier, au nom de tout notre clan, pour l’aide que vous avez apporté, avec Isako-san. Je vous en suis très reconnaissant. Je ne vous cache point que la fatigue nous gagnait dangereusement, car nous refusions de passer à l’acte offensif en premier, voyez-vous ... Par simple principe, ainsi que pour notre image. J’aurais dû penser à vous apporter un présent pour vous remercier ... Je le ferais pour la prochaine fois. Veuillez accepter mes excuses pour cet oubli.»

Je le vis prendre un air désolé. Cet homme ne cessait de me surprendre. Je n’aurais jamais pensé qu’un noble puisse avoir une aussi profonde gratitude envers quelqu’un pour si peu. Cette situation m’embarrassait quelque peu d’ailleurs. Je lui souris, fermais les yeux et m’inclinais une nouvelle fois.

« Ce fut un honneur de servir le clan Hidemi. Vous n’avez ni besoin de vous excusez ni de me remercier, je n’ai fait que mon devoir. »

Je me relevais ensuite et Kakuzô-sama continua :

« Egalement, je suis présent afin de me présenter devant vous en tant que votre capitaine. Je ne vous connais point, contrairement à nos autres collègues, il me semblerait sage et appréciable qu’on en profite afin de rectifier ce tir. Je suis un homme bien strict, je l’avoue ... Mais il est important pour ma personne, et au nom de toute notre équipe, de se connaître un minimum avant une quelconque mission. C’est un élément qui pourrait changer toute la donne. Qu’en dites-vous ? Mis à part cela, pour votre demande, du thé ne sera point de refus. Je vous en remercie. »

Il est vrai que j’avais reçus une note à ce sujet il y a peu et que je n’avais pas eu la présence d’esprit d’aller me présenter. Je m’excusais auprès de mon invité et partis quelques minutes dans la cuisine préparer le thé. Une fois cela fait, je revins dans le salon et disposa le plateau où se trouvait la théière et les tasse sur la table basse. Je servis ensuite Hidemi-sama et moi-même. Puis je m’assis et me tint bien droite comme à mon habitude sur mon fauteuil. Je bus une gorgé du thé à la menthe que j’avais fait. Je gardais la tasse en main et répondit aux questions que mon supérieur avait posé il y a peu :

« Il est vrai que connaître ses coéquipiers est primordial lors d’une mission, voir vital… »

En disant cela, sans le vouloir mon regard se noya dans ma tasse de thé avec une mine triste. Connaître ses coéquipier hein… on ne les connait peut-être jamais vraiment. Je chassais rapidement ces pensées de mon esprit espérant que mon invité n’ait pas remarqué ce moment d’inattention. Je supposais qu’Hidemi-sama souhaitait savoir quels étaient mes techniques de prédilection, affinités, caractère. J’ajoutai :

« Mes spécialités sont le Ninjutsu, plus particulièrement le Suiton, et le Genjustsu, je suis plutôt une adepte du combat à distance. Cela est rendu possible grâce à une technique me permettant de réaliser un arc de Chakra. J’apprécie l’ordre et la discipline et je ne supporte pas l’insubordination. ». Je marquais un temps de pause et continuais. « Si vous avez d’autres questions, je suis à votre entière disposition. Maintenant je présume que c’est à vous de vous présenter ? »



avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Ven 13 Avr 2012 - 16:13

Valet des Kiyomizu


    Il est essentiel
    De savoir cerner l'être.

    Mes yeux parcouraient avec grâce la pièce, curieux de voir une ambiance qui m’était légèrement inconnue. Ma demeure est bien traditionnelle, tandis que celle de Seijitsu-san semblait bien plus ... Moderne, je dirais. Et je finis par poser mon regard sur unmeuble prévu à cet effet qui semblait chargé en poids de la lecture, ce qui me fit sourire. Elle appréciait la lecture, elle serait peut-être enchantée de me connaître en tant qu’écrivain amateur ... Nous possédons une pièce à part dans ma demeure, une giganteste bibliothèque composant de tant d’ouvrages philosophiques, de romans ... De livres de mes ancêtres qui furent écrivains, se complaisant dans divers écritures sous leur plume concernant les Kiyomizu, publié dans le monde entier. Tant d’éléments nous donnent raison d’être fièrs de ce que nous sommes. Raffinés, nobles, talentueux, écrivains, peintres ... L’art est un élément fantastique où l’on peut exprimer des mots introuvables dans le lyrisme.
    Seijitsu-san s’inclina face à mes remerciements, cependant elle semblait surprise de mes mots. Quoi de plus normal pourtant, il me semble, de remercier un être d’une aide si précieuse ... De plus, les Hidemi ont beau être de nobles ayant une réputation d’être hautains, nous maîtrisons l’art de la politesse à son comble. Alors à mes yeux, ce geste fut la moindre des choses. Elle s’excusa afin de s’éclipser dans la cuisine, fort probablement afin de préparer le thé, mais revint vite avec la vaisselle demandée. Hum ... Cela était étrange à mon goût, ce simple détail, de boire le thé dans cette position ... Dans ma famille, nous mangeons et buvons en seiza. C’est un détail qui m’amusait quelque peu, au moins cela changeait de mes habitudes ... J’inclina ma tête vers ma collègue en guise de remerciements avant de prendre en main de mes doigts fins le thé et boire une gorgée. Hum, du thé à la menthe ? En voilà un mélange étrange.

    « Il est vrai que connaître ses coéquipiers est primordial lors d’une mission, voir vital… »

    Je posa mon breuvage sur la table basse se trouvant devant nous, et lui souris, tandis que je déscella dans ses expressions quelque chose qui semblait l’attrister. Oh, aurait-elle eu de mauvais souvenirs concernant une de ses anciennes équipes ? Je ne bougea point, cependant je ne la quittais point du regard, essayant d’analyser ses gestes, et même si cette femme, visiblement ne voulant point m’inquiéter, changea d’expression, elle apprendra lors des prochains lendemains que je suis un homme très observateur, sachant analyser tout trait me permettant à lire dans le coeur des humains ... Aucun détail ne m’échappe. C’est ainsi que je me demanda ce qui aurait bien pu arriver, mais Seijitsu-san enchaîna, ignorant ses pensées.

    « Mes spécialités sont le Ninjutsu, plus particulièrement le Suiton, et Genjustsu, je suis plutôt une adepte du combat à distance. Cela est rendu possible grâce à une technique me permettant de réaliser un arc de Chakra. J’apprécie l’ordre et la discipline et je ne supporte pas l’insubordination. Si vous avez d’autres questions, je suis à votre entière disposition. Maintenant je présume que c’est à vous de vous présenter ? »

    Je la fixa, surpris, arquant un sourcil, avant de plisser les yeux et rire de bon coeur. Eh bien eh bien, je ne m’attendais point à ce qu’elle allait autant me révéler d’un souffle ! J’avais l’habitude de demander les bases à mes collègues, et désceller leur caractère aux premiers mots ... En fonction du ton, des gestuelles ... Je leur demandais de répéter leur prénom ainsi que leur nom, et me dire ce qu’ils appréciaient ou non, grossièrement. Ainsi, je savais désceller maintes choses.

    ‘’ Ahah ... Je ne m’attendais point à ce que vous alliez tant me révéler à votre sujet, Seijitsu-san. ‘’ Je repris en main le thé, fermant les yeux, et le porta paisiblement à mes lèvres. ‘’ Mes collègues apprécient plutôt me dire le strict minimum, et c’est ainsi que je demande alors les bases. Par habitude, j’ai comme souvenir qu’ils aiment cacher leurs compétences afin de les mettre en oeuvre sur le terrain. ‘’ Je reporta mon regard doux vers cette femme. ‘’ Cela pourrait me faire penser que vous possédez dors et déjà une certaine confiance, ne serait-ce minime, à mon sujet, est-ce que je me trompe ? Je vous en suis reconnaissant, pour ma part. ‘’ Je posa la tasse sur mes cuisses, le soutenant de mes mains, regardant ailleurs, pensif. ‘’ L’ordre, la discipline ... Je l’avais deviné cependant. D’après les dires de certaines personnes de ma famille. La tenue, tout bonnement. On m’a dit que l’une portait des vêtements bien plus ... Militaires disons, exprimant une certaine droiture, tandis que l’autre ‘’ se permettait de se dévergonder dans notre demeure ‘’. Ahah ... C’est leurs propres mots, et je devina derrière cette description Isako-san. Personnellement, contrairement aux attentes, de ce côté je suis relativement ... Ouvert, comparé à ma famille. Tant qu’on respecte mes principes, les ordres ... Par la suite, je le devine lorsque je vous observe ... Comment vous vous tenez, votre inclinaison également. Vous respirez la droiture, Seijitsu-san. C’est une chose que j’apprécie grandement, sachez-le. Vous le saurez bientôt pourquoi. ‘’ Je roula des épaules et reposa mon thé sur la table, me redressant dans le fauteuil. Je fixa cette femme, avec un sourire des plus chaleureux. ‘’ Eh bien ... C’est à mon tour. Je suis un expert en Kenjutsu, et je maîtrise le Ni-To Kenjutsu *, également. Mis à part cela, je possède l’affinité Suiton ainsi que Fuuton, et connais les bases en Irou Jutsu. Je dis bien les bases, car je ne voulais point apprendre cet art pour l’utiliser de manière offensive. Je désirais soigner, et rien d’autre dans ce domaine. Je suis réputé pour être carré, strict, ayant maintes principes suite à mon éducation, également je suis très '' à cheval '', comme les personnes le disent, concernant la politesse. Je suis un être, depuis toujours, très observateur. Après maintes années d’expériences, c’est ce qui m’a permis d’apprendre à cerner les personnes aux premiers mots. Chaque gestuelle, même un simple rictus, m’ouvre une faille me permettant de lire dans le coeur des humains, c'est quelque chose ... De passionant pour ma personne. C’est également, à mon avis, une certaine qualité en tant que capitaine. Et c’est un élément qui pourrait vous donner l’avantage tant de fois lors d’un combat, de cerner l’adversaire ... Par ailleurs c’est ainsi que j’ai remarqué que quelque chose vous tracassait lorsque je vous ai parlé d’équipe. Je ne sais point si cela me concerne ou s’il s’agit d’une expérience passée. Si vous ne voulez point que je m’en mêle, je n’insisterais point. Cependant sachez que derrière mon côté très strict, qui semble être éxagéré aux yeux de certaines personnes, je deviens fraternel envers mes collègues, un confident. Alors si quoi que ce soit vous torture, je pourrais être présent afin de vous écouter. C’est également cela, l’esprit d’équipe. ‘’

    A ces pensées, je me souvins de mon ancienne équipe, lorsque je ne fus encore Bras Droit de Mizuraki-sama mais simple Jounin d'élite, où je fus le senseï de trois jeunes genins, et je souris, appuyant mon dos contre le dossier, mes regard se perdant. Malgré un début difficile avec un certain et mon manque d’aise envers les enfants ... Au final je m’y suis vraiment attaché et désirais les protéger comme mes propres enfants. Je leurs instruisais avec amour toutes mes connaissances. Une période magnifique, ah oui ...

    * Ni-To Kenjutsu - Art de manier deux sabres.

avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Ven 13 Avr 2012 - 21:03




L'esprit d'équipe

Je vis Hidemi-sama prendre une expression de surprise face à mon intervention. Puis il se mit à rire à gorge déployé. Ce qui était pour le moins étonnant, il ne me semblait pas avoir fait une plaisanterie sur le sujet. A moins que ce soit mon curriculum qui soit risible. Ce que je comprendrais car le sien devait être autrement plus important. Après tout, Kakuzô Hidemi n’était pas juste mon chef d’équipe, mais aussi le bras droit du Raikage. Il devait donc être habitué à fréquenter des ninjas plus expérimentés.

« Ahah ... Je ne m’attendais point à ce que vous alliez tant me révéler à votre sujet, Seijitsu-san.Mes collègues apprécient plutôt me dire le strict minimum, et c’est ainsi que je demande alors les bases. Par habitude, j’ai comme souvenir qu’ils aiment cacher leurs compétences afin de les mettre en œuvre sur le terrain. Cela pourrait me faire penser que vous possédez dors et déjà une certaine confiance, ne serait-ce minime, à mon sujet, est-ce que je me trompe ? Je vous en suis reconnaissant, pour ma part. »

J’eue un léger soupir de soulagement, c’était donc cela la raison de son hilarité. Il est vrai que la plupart des ninjas n’abattent pas toutes leurs cartes face à d’autres mais là, c’était nécessaire. Hidemi-sama étant mon chef d’équipe, il avait besoin de connaitre mes capacités pour échafauder un plan. De plus, bien que je n’accorde plus beaucoup de crédit à mon jugement sur les personnes qui m’entouraient, mon invité semblait être un homme droit et juste comme je les apprécie. Et il avait également la confiance de Mizuraki-sama, je ne pouvais donc qu’avoir foi en lui. Je lui répondis donc :

« De toute façon vous auriez vu rapidement de quoi j’étais capable ou non. Je nous fais donc gagner du temps et bien que vous ne me connaissiez pas, j’ai eue l’occasion de vous observer plusieurs fois. Notamment pendant le coup d’état à Konoha. Vous m’avez semblé être une personne sur qui l’on pouvait compter. De plus Raikage-sama ainsi a pleinement confiance en vous et mon père ne tari pas d’éloge à votre sujet. Je ne vois pas comment il pourrait en être autrement pour moi. »

Hidemi-sama continua :

« L’ordre, la discipline ... Je l’avais deviné cependant. D’après les dires de certaines personnes de ma famille. La tenue, tout bonnement. On m’a dit que l’une portait des vêtements bien plus ... Militaires disons, exprimant une certaine droiture, tandis que l’autre ‘’ se permettait de se dévergonder dans notre demeure ‘’. Ahah ... C’est leurs propres mots, et je devinai derrière cette description Isako-san. Personnellement, contrairement aux attentes, de ce côté je suis relativement ... Ouvert, comparé à ma famille. Tant qu’on respecte mes principes, les ordres ... Par la suite, je le devine lorsque je vous observe ... Comment vous vous tenez, votre inclinaison également. Vous respirez la droiture, Seijitsu-san. C’est une chose que j’apprécie grandement, sachez-le. Vous le saurez bientôt pourquoi. »

Je continuais de boire mon thé tout en pouffant en repensant à la réaction d’Ouji Hidemi face à Isako-san et la réaction qu’elle avait suscitée chez cette dernière. C’est vrai qu’il n’était pas étonnant que les autres membres de son clan n’aient pas manqué de faire une remarque. Hidemi-sama me fit quelques compliments également qui semblaient sincère et continua dans son monologue en énonçant son curriculum vitae ainsi que ses innombrables qualités :

« Eh bien ... C’est à mon tour. Je suis un expert en Kenjutsu, et je maîtrise le Ni-To Kenjutsu *, également. Mis à part cela, je possède l’affinité Suiton ainsi que Fuuton, et connais les bases en Irou Jutsu. Je dis bien les bases, car je ne voulais point apprendre cet art pour l’utiliser de manière offensive. Je désirais soigner, et rien d’autre dans ce domaine. Je suis réputé pour être carré, strict, ayant maintes principes suite à mon éducation, également je suis très '' à cheval '', comme les personnes le disent, concernant la politesse. Je suis un être, depuis toujours, très observateur. Après maintes années d’expériences, c’est ce qui m’a permis d’apprendre à cerner les personnes aux premiers mots. Chaque gestuelle, même un simple rictus, m’ouvre une faille me permettant de lire dans le cœur des humains, c'est quelque chose ... De passionnant pour ma personne. C’est également, à mon avis, une certaine qualité en tant que capitaine. Et c’est un élément qui pourrait vous donner l’avantage tant de fois lors d’un combat, de cerner l’adversaire ... Par ailleurs c’est ainsi que j’ai remarqué que quelque chose vous tracassait lorsque je vous ai parlé d’équipe. Je ne sais point si cela me concerne ou s’il s’agit d’une expérience passée. Si vous ne voulez point que je m’en mêle, je n’insisterais point. Cependant sachez que derrière mon côté très strict, qui semble être exagéré aux yeux de certaines personnes, je deviens fraternel envers mes collègues, un confident. Alors si quoi que ce soit vous torture, je pourrais être présent afin de vous écouter. C’est également cela, l’esprit d’équipe. »

Ma mine devint plus sérieuse et plus triste à cette évocation. Il l’avait donc remarqué… en même temps il m’était difficile de cacher mes émotions sur ce sujet sensible. Je ne pus empêcher mes yeux se porter rapidement vers l’objet de mon trouble, un cadre sur la commode, avant qu’ils ne se replongent dans ma tasse. Je n’avais jamais parlé de cet incident à quiconque, sauf quand je due faire mon rapport… Je n’en avais jamais rien dit à mon père ou à ma mère et je faisais tout pour éviter les questions que l’on me posait à ce propos. Mais depuis lors il est vrai que j’avais incroyablement du mal à accorder ma confiance à qui que ce soit. Même si j’appréciais énormément certaines personnes ou leur révélait une partie de ma personnalité je gardais tout de même une certaine distance voire même méfiance envers eux… Je fixai Hidemi-sama puis pris la parole difficilement avec un sourire mélancolique :


« C’est un incroyable don qu’est celui de lire dans le cœur des gens. Qui comme vous l’avez dit est fort utile et permet d’éviter bien des désagréments … Mais je ne souhaite pas vous importuner avec une histoire ô combien ennuyeuse … Sachez seulement que comme vous l’avez remarqué, j’ai effectivement eu une expérience fâcheuse il y a quelque temps déjà avec ma première équipe. Depuis, j’ai disons… quelques difficulté avec ‘’ l’esprit d’équipe ‘’ et à être détendue pendant les missions de groupe. Je suppose que ce sont les seules cicatrices qui me restent de cette nuit… Mais je ne vous raconte pas tout cela pour me faire plaindre ! Si je vous dis cela c’est uniquement parce qu’en qualité de chef d’équipe vous êtes tenu de savoir ce genre de chose. En temps que ninja nous avons tous un fardeau plus ou moins lourd à porter et mieux vaut qu’au moins une personne du groupe soit au courant des difficultés de chacun pour le bon déroulement des missions futures... »Je pris une autre gorgée de thé et fixais de nouveau Hidemi-sama mais plus intensément cette fois pour observer sa réaction face à mes propos qui restaient sur une note assez sombre. « A propos de moi, il faut également que je vous précise que si une mission s’avère être capitale je mettrais tout en œuvre pour la réussir quitte à y laisser mes plumes et celles de mes camarades. Si l’avenir du village est en jeu je ne reculerais devant rien, ni personne… »



avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Sam 14 Avr 2012 - 16:45

Citation :
Mes excuses pour ce RP médiocre, je ne suis point bien inspiré.

Valet des Kiyomizu




    Les dires de son coeur se lisaient dans son visage ... Je crois avoir touché un endroit juste. Cela ne m’étonna point. Ses yeux glissèrent jusqu’à une commode, et mon âme intriguée ne put que suivre son regard, qui me mena à la conclusion de mon hypothèse. Hum, une mauvaise expérience avec une équipe ... ? Je n’insista point, après tout c’est à Seijitsu-san de savoir si elle a le coeur à se confier ou non. Je reposa mon regard sur ma collègue, reprenant mon thé. Elle finit par m’offrir un sourire, un sourire rappellant maintes méandres qui devait la tirailler, et mon oreille se fit attentive.

    « C’est un incroyable don qu’est celui de lire dans le cœur des gens. Qui comme vous l’avez dit est fort utile et permet d’éviter bien des désagréments … Mais je ne souhaite pas vous importuner avec une histoire ô combien ennuyeuse … Sachez seulement que comme vous l’avez remarqué, j’ai effectivement eu une expérience fâcheuse il y a quelque temps déjà avec ma première équipe. Depuis, j’ai disons… quelques difficulté avec ‘’ l’esprit d’équipe ‘’ et à être détendue pendant les missions de groupe. Je suppose que ce sont les seules cicatrices qui me restent de cette nuit… Mais je ne vous raconte pas tout cela pour me faire plaindre ! Si je vous dis cela c’est uniquement parce qu’en qualité de chef d’équipe vous êtes tenu de savoir ce genre de chose. En temps que ninja nous avons tous un fardeau plus ou moins lourd à porter et mieux vaut qu’au moins une personne du groupe soit au courant des difficultés de chacun pour le bon déroulement des missions futures... » M’importuner ... Voilà une chose qu’elle ne risque point de faire. Je suis un homme passionné à l’écoute et me complais à offrir une oreille compréhensible. Elle reprit une gorgée avant de me fixer et ainsi continuer. « A propos de moi, il faut également que je vous précise que si une mission s’avère être capitale je mettrais tout en œuvre pour la réussir quitte à y laisser mes plumes et celles de mes camarades. Si l’avenir du village est en jeu je ne reculerais devant rien, ni personne… »

    Je ne perdis point mon air apaisé, et un sourire cherchant à la rassurer se fit. Elle avait véritablement conquis l’esprit d’un ninja et mérite son grade, ces propos ne sont en aucun cas choquants pour ma personne. Il est normal ... De manière presque impassible, je repris ma tasse, tolérant, et bus une gorgée avant de lui répondre.

    ‘’ Sachez, pour mon talent de lire dans le coeur des personnes, n’est point un don. C’est un apprentissage qui s’avère au final évident lorsque nous sommes fins observateurs. Je suis persuadé que vous-même, vous pourrez l’apprendre, et ainsi vous aurez moins de doutes concernant vos équipiers. Cela vous permettra de vous mettre en aise leur concernant. ‘’ Je soupira vivement, avant de tournoyer ma main libre en l’air d’un geste purement théâtral. ‘’ Tel est l’esprit des ninjas, les pertes se doivent être acceptées. Je suis le premier à dire que si j’entrave une quelleconque mission, qu’on me tue de sang froid. Que ce soit un simple collègue ou un ami, ou même un de mes cousins. Cependant, sachez qu’il faut apprendre à avoir la sagesse de se replier également. La mission, vous la réussirez également grâce à vos équipiers. Ce n’est point égal à l’échec. Vous savez ... Mon clan est dévoué aux Kiyomizu depuis plus de cinq cent ans. Notre vie entière est entre leurs mains et nous mettons toute notre ardeur afin de réussir notre devoir. Telle est notre mission à vie, et nous nous complaisons dans cette soumission, ce fut notre propre choix. Etonnant venant d’un clan noble, n’est-ce pas ? C’est pourtant notre fierté. Nous mettons tout en oeuvre afin de les préserver et les protéger. Aucun échec n’est toléré, et la seule manière qu’un Kiyomizu se détâche de son serviteur ... C’est de le tuer. Chose qu’on acceptera sans contredire leurs désirs. Alors sachez que les sacrifices sont vastes lorsqu’on est ninja. Cependant, vous apprendrez avec le temps que lire entre les lignes est chose primordiale dans notre entourage. ‘’ J’inclina rapidement ma tête en avant avant de reprendre. ‘’ Sachez également que mon oreille se fait attentive pour vous, et toute écoute n’est que passion pour ma personne, pour tout être. Si ainsi cela vous permet d’aller en avant, vous alléger d’une douleur, la parole, l’écoute, peut être grandement salvatrice. Je sais de quoi je parle ... Alors si besoin est, sachez que je suis présent et attentif. C’est également un élément important pour la réussite d’une équipe. ‘’

avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Sam 14 Avr 2012 - 22:21




Le cœur ou le devoir?

Je continuais de fixer intensément Kakuzô-sama. Il ne sourcilla pas à mes propos et eût un sourire qui se voulait rassurant. Il me répondit paisiblement :

« Sachez, pour mon talent de lire dans le cœur des personnes, n’est point un don. C’est un apprentissage qui s’avère au final évident lorsque nous sommes fins observateurs. Je suis persuadé que vous-même, vous pourrez l’apprendre, et ainsi vous aurez moins de doutes concernant vos équipiers. Cela vous permettra de vous mettre en aise leur concernant. Tel est l’esprit des ninjas, les pertes se doivent être acceptées. Je suis le premier à dire que si j’entrave une quelconque mission, qu’on me tue de sang froid. Que ce soit un simple collègue ou un ami, ou même un de mes cousins. »

Ce jeune noble possédait donc la même détermination que moi. Car même si beaucoup se disaient prêt à arriver à de telles extrémités, peu de gens en étaient capable. Pourtant, quand Hidemi-sama prononça ces mots, ils me semblèrent sincères. Il n’excisait rien en ce monde de plus honorable qu’un homme prêt à risquer tout ce qu’il possède pour protéger sa patrie selon moi. Mon nouveau supérieur ne cessait de devenir plus appréciable à mes yeux. Il ajouta également :

« Cependant, sachez qu’il faut apprendre à avoir la sagesse de se replier également. La mission, vous la réussirez également grâce à vos équipiers. Ce n’est point égal à l’échec. Vous savez ... Mon clan est dévoué aux Kiyomizu depuis plus de cinq cent ans. Notre vie entière est entre leurs mains et nous mettons toute notre ardeur afin de réussir notre devoir. Telle est notre mission à vie, et nous nous complaisons dans cette soumission, ce fut notre propre choix. Etonnant venant d’un clan noble, n’est-ce pas ? C’est pourtant notre fierté. Nous mettons tout en œuvre afin de les préserver et les protéger. Aucun échec n’est toléré, et la seule manière qu’un Kiyomizu se détache de son serviteur ... C’est de le tuer. Chose qu’on acceptera sans contredire leurs désirs. Alors sachez que les sacrifices sont vastes lorsqu’on est ninja. Cependant, vous apprendrez avec le temps que lire entre les lignes est chose primordiale dans notre entourage. Sachez également que mon oreille se fait attentive pour vous, et toute écoute n’est que passion pour ma personne, pour tout être. Si ainsi cela vous permet d’aller en avant, vous alléger d’une douleur, la parole, l’écoute, peut être grandement salvatrice. Je sais de quoi je parle ... Alors si besoin est, sachez que je suis présent et attentif. C’est également un élément important pour la réussite d’une équipe. »

Je tiquais, car il avait mis le doigt sur le cœur du problème si je puis dire. L’évocation du clan Kiyomizu me fit me rappeler la réaction du jeune homme face à cette femme à la chevelure d’argent à Konoha. C’était donc cela, dans ce cas une question demeurait. Je me lançais donc dans un long monologue :

« Le problème reste entier Hidemi-sama. Car si demain vous partiez pour une périlleuse mission pour le village avec celle qui m’a semblé être l’élue de votre cœur, Juka Kiyomizu si je ne m’abuse, et votre meilleur amis. Si vous aviez en votre possession un parchemin contenant des informations capitales sur votre patrie qu’est Kumo, qui, s’il tombait entre les mains de l’ennemi assurerait la chute de notre beau pays. Et que dans votre infortune, votre meilleur ami vous trahisse et vous attaque vous et Kiyomizu alors que vous ne vous y attendez pas. Comble de votre malheur vous vous retrouvez grièvement blessé anéantit par cette traitrise, votre coéquipière à moitié morte et votre meilleur amis envolé avec le parchemin. Vous n’avez pas le temps de sauvez votre amie et de récupérer les informations vitales pour le village. Que feriez-vous ? Que choisiriez-vous ? Qu’allez-vous décider face à ce choix cornéliens qu’est le cœur et le devoir ? Car votre clan et vos sentiments pour cette femme vous supplient de la sauver mais votre devoir en temps que ninja de Kumo et bras droit du Raikage vous intiment l’ordre d’aller tuer votre amis et de récupérer l’objet de votre mission. Avez-vous le droit de la sauver au profit de milliers d’habitants de Kumo mais vous est-il permis au même titre de la sacrifier pour cela ? » Je posais ma tasse sur la table et continuais dans un soupire.

« Imaginez que vous ayez fait ce douloureux choix qu’est celui de votre devoir. Vous avez laissez votre amie derrière priant pour qu’elle survive pendant que vous poursuivez votre ennemi. Vous tuez votre meilleur ami et récupérez le parchemin juste à temps. Malheureusement vos blessures vous ont ralentie et vous êtes plus prêt de l’objectif de votre mission qui est de livrer ce bout de papier à un général dans une base à deux pas de là où vous vous trouvez. Vous vous rendez au poste et remplissez votre mission. Vous implorer vos collègues d’aller chercher rapidement votre bien aimé avec une équipe médicale pour la sauver. Pour votre plus grand bonheur on vous la ramène en vie. Mais vous saviez qu’à la base en choisissant de la laisser elle aurait normalement dû mourir en se vidant lentement de son sang. Pourtant elle est là, comme endormie, vous avez l’impression de la toucher du doigt, que cette nuit n’était qu’un mauvais rêve. Jusqu’à ce que l’on vous annonce qu’elle ne se réveillera probablement jamais mais si par miracle s’était le cas elle ne serait qu’un légume pour le reste de son existence… Et que l’on vous laisse ce choix, celui de laisser pourrir lentement une personne aussi pleine de vie ou celle d’abréger ses souffrances. » Je repris mon souffle et continuais la suite encore plus difficilement que je ne l’avais commencé.

« Porteriez-vous tout ce poids sur vos épaule ? Car une fois votre bien aimée éteinte et votre meilleur amis avec elle que vous restera t-il ? Votre clan ? Si j’ai bien compris votre honneur en serait entaché par la disparition de la jeune Kiyomizu et ce serais un bien maigre lot de consolation. Votre village? Comme si cela allait vous consoler... Vous supporterez-vous d’avoir pris cette décision qui vous pèse ? Car même si vous aviez fait le choix du cœur je doute que vous en soyez plus heureux pour autant… A votre plus grand désespoir, quelque soit le choix que vous avez fait, vous savez qu’il était mauvais et que ce serait un fardeau que vous devrez porter toute votre vie. Le cœur ou le devoir… un choix bien difficile…».


Je soupirais une fois de plus, j'en avais bien trop dit et, prise par l'émotion, j'avais mélangé mon exemple à mon histoire... Je me mordillais la lèvre. Je n'avais pas souhaité lui en dire autant et pourtant, j'avais sentie, ne serais-ce qu'un court instant le poids reposant sur mes épaules s'alléger...






avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Dim 15 Avr 2012 - 20:18

Valet des Kiyomizu


    Dilemme douloureux
    Le devoir, le coeur ?

    C’est ainsi que Seijitsu-san partit dans un monologue comme je les appréciais, enchanté de voir que je ne suis point le seul d’avoir de grandes paroles. Elle me posa un dilemme qui s’avérait en effet douloureux à choisir, mais un choix se devait faire au bout de ce chemin. Je l’écouta attentivement, lorsqu’elle énuméra un meilleur ami, instinctivement je pensa à Sakuya-sempaï, l’homme qui est le plus proche de ma personne. Je lui souris, la laissant continuer, tandis que mes lèvres atteignaient doucement le thé, versant le liquide chaud dans ma gorge. J’arqua cependant un sourcil lorsqu’elle définit Juka-sama telle que mon bien aimée et ne pus m’empêcher de piquer un très léger fard, visiblement on m’avait découvert le côté des plus amoureux envers cette femme. Mais je ne dis rien, elle me mettait dans une situation où la traitrise était de mise, possédant un document qui pourrait mettre en péril Kumo s’il s’avère atteindre les mauvaises mains. Juka-sama aurait été en danger dans cette situation, et ainsi suite à ses blessures sera condamnée à être légume.
    Hm ... Je me questionne si ce genre de situations, elle ne l’aurait point vécu. Sinon je me demande pourquoi, suite à cette discussion, elle m’aurait posé un tel dilemme. D’un point parfaitement logique, je conclus que c’est ceci. Alors qu’elle a terminé son monologue, je lui souris aimablement. Je pris mon temps afin de boire une nouvelle gorgée et m’éclaircis la gorge.

    ‘’ Je suppose que c’est quelque chose que vous avez vécu par le passé, pour ainsi me poser un dilemme suite à notre conversation, est-ce que je me trompe ? ‘’ Je la fixa un long moment de mon regard paisible, attendant une quelleconque réponse, avant de poser le thé sur mes cuisses, les soutenant de mes deux mains. Mon regard se mit à se perdre dans le décor, avant de répondre sans aucune hésitation. Mon ton devint bien plus strict et tranchant. ‘’ Je la tuerais. Bien avant qu’elle n’atteigne l’hôpital. Après avoir vu que mes soins sont inutiles, après avoir vu qu’il n’y a point d’échappatoires pour elle. ‘’ Mon regard revint vers ma collègue, malgré que mes yeux s’assombrirent, je garda un sourire paisible aux lèvres. ‘’ Il y a plusieurs explications à ce choix que je n’hésiterais point à faire. Tout d’abord, car je connais les Kiyomizu. Ils sont connus pour leur narcissisme, étant les descendants de Narcisse, ils ont des traits de caractère bien communs. Narcissiques, et ayant une fierté de fer. C’est une des raisons de pourquoi je la tuerais sans hésitation, malgré que cela brisera mon coeur. Car ils préféreront mourir que d’être dans une telle posture. Les Kiyomizu sont des ninjas qui ne supportent point l’échec, tout bonnement car ils se disent qu’il est impossible pour leur personne, c’est signe de déshonneur. Egalement car ils sont très patriotes et désirent de tout leur être de mettre leur clan en avant. Malgré que son ego surdimensionné ne me l’aurait jamais demandé, je sais que tel sera son souhait. Ils préfèrent mourir que d’être dans un tel état, et une mort comme telle en sera digne. Nous ne sommes point là afin de souiller leur déshonneur. Nous sommes des êtres présents afin de protéger ce clan, mais également leur offrir une fin honorable si telle est cette obligation. Nous sommes des ninjas, nous les Hidemi, les Kiyomizu le sont également. Nous avons donc le même esprit à ce sujet. La seconde raison est la même pour tout ninja, moi y compris. On préfère mourir que d’être en état de légume, nous souhaitons une mort honorable, et elle se trouve au combat. Bien sûr que je ferais de mon mieux afin de la sauver, mais s’il est impossible, ce n’est plus la même situation. Il est aussi simple que cela. ‘’ Je regarda mon thé avant de le poser un instant à table, plissant les yeux. ‘’ Si je pourrais offrir à Juka-sama une mort digne, je le ferais. Par respect, par devoir, par amour. Et ce sera un honneur pour ma personne. Bien que j’en aurais le coeur brisé. Mais dans cette situation, c’est bel et bien mon coeur et mon devoir qui parle à la fois. Dans le monde des shinobis, l'égoïsme n'a point sa place. ‘’

    Je me pinça les lèvres, me redressant dans mon divan, essayant d’imaginer cette situation, que je n’ai point pensé à le faire jusqu’à aujourd’hui, je dois bien l’avouer. Mais c’est intéressant, très intéressant. Je regarda Seijitsu-san d’un sourire fin avant de tâter peut-être un territoire qui serait peut-être douloureux. Je ne sais point. Si c’est le cas, je pourrais peut-être la libérer d’un certain poids.

    ‘’ Et vous ? Qu’aurez vous fait dans ce genre de situation ? ‘’

avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Dim 15 Avr 2012 - 21:49




La véritable question

Kakuzô-sama m’avais écouté attentivement. A l’évocation de Juka Kiyomizu je vis ses joues prendre une tête rosée. Je ne m’étais donc pas trompé à son sujet. Il parut très intéressé par ce que je lui racontais. Une fois que j’eue finis mon récit je repris ma tasse et en repris une gorgée. J’aurais bien aimé prendre quelque chose de plus fort, mais cela n’aurais pas été convenable. Déjà que j’étais réticente à l’idée de me saoulé en soirée, ça n’allait pas être le cas en plein après midi en présence de mon supérieur. Le jeune noble me souri, me fixa intensément, puis prit la parole :

" Je suppose que c’est quelque chose que vous avez vécu par le passé, pour ainsi me poser un dilemme suite à notre conversation, est-ce que je me trompe ?"

Je fermais les yeux et eût un petit rictus. Il aurait été étonnant que mon invité n’eût pas remarqué cela étant donné l’émotion que je donnai à mon discours. Après tout… d’après ses dires il était passé maître dans l’art de l’observation. Je reportais ma tasse encore fumante à mes lèvres. Pourquoi posait-il une question à laquelle il avait de toute évidence la réponse. Sûrement parce qu’il subsistait un doute… Pourtant il n’y en avait aucun à avoir… Je lui répondis donc simplement par un léger « possible » Et le laissa continuer son discours que j’écoutais consciencieusement… Il m’annonça qu’il tuerait sans hésiter sa bien aimée dès qu’il sût qu’il n’existerais plus aucun espoir. Mais c’est là que résidait le cœur du problème. Des tas de gens ont abandonné leur pays dès que leur femme ou enfant fût menacé. C’était cela l’objet de mon interrogation. Ou peut-être pas… Pour moi il était inconcevable de préférer sa famille ou quoi que ce soit à son pays et vu que Hidemi-sama était ici et non à Konoha avec la belle Kiyomizu son choix était probablement déjà arrêté. Mais je préférais tout de même m’en assurer. Je voulus prendre la parole ma apparemment le jeune noble n’avais pas terminé son discours qu’il termina par la question :

« Et vous ? Qu’aurez vous fait dans ce genre de situation ? »

Je lâchais un nouveau soupire… N’avais-je pas déjà donné la réponse ? Je repris une gorgée de ce thé à la menthe et lui répondit:

« Je l’aurais tué sans hésitation une fois à l’hôpital quand on m’a annoncé qu’il n’y avait plus aucun espoir. Car à cet instant là, il était déjà plus ou moins mort. »

Je m’étais mélangée dans les temps à employer tant cette situation était proche de la mienne... qu’importe. Je pris un instant de réflexion pour reformuler ce que je souhaitais lui demander :


« Mais pardonnez-moi si je me suis mal exprimée. La vraie question n’était pas si oui ou non vous la tueriez à l’hôpital. Mais si vous l’abandonneriez au profit de votre devoir envers votre Patrie. Car c’est là le hic Hidemi-sama. Il existait une et une seule échappatoire… Vous… Vous aviez la possibilité de la sauver si vous étiez resté. Si vous étiez resté vous l’auriez sauvé elle, mais pas notre village… C’est plutôt cette interrogation là qui se pose. »


Sa réponse m’intéressait au plus haut point car la se confondaient non seulement son cœur et son devoir envers Kumogakure mais également son devoir envers le clan Kiyomizu. Avant la visite d’Hidemi-sama j’ignorais à quel point ces deux clans étaient liés. C’est pour cela que la solution de cette réflexion m’intriguait plus encore:

« Mais si un jour ce choix se présente à vous, ce que je vous ne souhaite pas, quelque soit votre décision, le plus dure n’est pas de se prononcer. Le plus dure sera ce qui viendra après … »

Combien de nuit blanche avais-je passé à me morfondre sur ces sombres souvenirs. Combien de fois me suis-je demandé s’il était encore en vie, s’il en avait été autrement… Combien d’hypothèse avais-je formulé sur le sujet… Oui… le plus dur avais été indéniablement le retour de cette mission…




avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Mar 17 Avr 2012 - 15:24

Valet des Kiyomizu



    Dilemme.

    « Je l’aurais tué sans hésitation une fois à l’hôpital quand on m’a annoncé qu’il n’y avait plus aucun espoir. Car à cet instant là, il était déjà plus ou moins mort. »

    Suite à un soupir, elle finit par me répondre. C’est bien ce que je me disais, cependant je désirais l’entendre le dire par ses propres moyens. Il est toujours nécessaire afin de savoir ses réactions. Je posa alors mon dos contre le dossier, détendant mon corps, gardant la tasse sur mes cuisses, je les soutenais de mes mains. Je vois exactement comment est cette femme. Elle reprit finalement parole afin de continuer. J’aurais mal interprêté sa question, et j’inclina légèrement ma tête afin de m’en excuser et tendis l’oreille. L’abandonner au profit de mon devoir envers ma Patrie ? Avoir la possibilité de la sauver si je serais resté ? Je lui souris, la réponse reste la même ... Juka-sama serait humiliée de freiner dans un tel sujet et la mort est préférable que de bafouer son honneur. Il est question d’accord entre nos deux clans. Même si point prononcés par leur personne, nous les connaissons tant. Nous savons leurs pensées à leur propos, leur narcissisme ne leur permet point de se mettre dans un tel état, et si la mort ne les libère point, ce poids restera en eux.

    « Mais si un jour ce choix se présente à vous, ce que je vous ne souhaite pas, quelque soit votre décision, le plus dure n’est pas de se prononcer. Le plus dure sera ce qui viendra après … »

    J’hocha aimablement la tête, étant en accord avec elle. Oui, tout à fait, il sera difficile ce qui viendra après. La conscience, le regret, la douleur, les questionnements à ce sujet, se demandant si quelque chose changerait ... Fort heureusement je n’ai point autant souffert par le passé, mis à part lorsque Sakuya sempaï m’a poussé à bout et que j’ai failli le tuer. Ou cette sensation que ma raison de vivre m’est glissé entre les doigts, lorsque j’ai appris la désertion de ma Reine, alors que je n’ai point été présent. Il était grandement douloureux. Mis à part ma main porta la coup fatal qu’aux ennemis envers qui je ne ressentais point de regret, car je remplissais mon simple devoir. Porter le coup de grâce à un proche, à sa bien aimée, est tout autre chose ...

    ‘’ Je le conçois, Seijitsu-san. Le plus dur sera ce qui viendra après, certes. Mais tel est notre devoir, nous devons vivre avec cela dans notre coeur si une telle chose se présente pour notre avenir. C’est ainsi. Nous avons tant de peines à porter sur nos épaules, et nous sommes bien formés pour ce but également. Le poids ne doit point nous ralentir, mais nous aider à aller de l’avant, quoi qu’on a dans le coeur. Héh ... C’est bien pour cette raison que l’une de nos règles est de ne point montrer un quelconque sentiment. Les émotions ne doivent point freiner notre devoir. ‘’ Je me pencha quelque peu en avant, reprenant mon thé, le portant à mes lèvres, avant de poursuivre. ‘’ Mis à part cela, cette situation ne changera en rien. Si Juka-sama se retrouve dans un tel état, je ne dois point faire face à mon amour, mais à mon devoir. Que ce soit en tant que kumojin, ou en tant que son serviteur. J’ai pour devoir de la tuer si une telle situation se présente, tout comme elle a comme devoir de me tuer si je me retrouve dans le même état que vous avez décrit pour sa personne. Voyez vous ... Les Kiyomizu ne sont point seulement un clan arborant la perfection dont il est de mon devoir de la protéger. Ils sont également des shinobis, comme vous et moi, et stricts à ce sujet. Peut-être avec une fierté bien plus prononcée que de raison ... Que ce soit mon devoir, mon coeur, ou leur volonté, tout se concorde. Dans ce genre de situation, j’aurais tenté de la soigner. S’il sera vain, je la tuerais. Il est déshonnorant pour elle de faillir de telle sorte, et la mort sera la solution la plus honorable. Je la tuerais avant de poursuivre mon meilleur ami, et je le tuerais également. Et en tant que shinobi, je suis prêt, je suis formé afin de subir le saignement de mon coeur, la torture que je vivrais, les questionnements. Je saurais passer au-dessus, car c’est notre obligation. Je souffrirais, mais il n’y a point de place pour ceci. Alors je devrais apprendre à étouffer ceci en moi, et regretter. Car cela veut dire que j’aurais failli en quelques sortes, mais je n’aurais point souillé leur honneur, ni leurs principes, ni mon village. Il n’y a point de cruauté, tel est notre destinée, notre vie, nos principes. On l'a accepté, en devenant shinobis, on doit vivre alors avec jusqu'au bout. Assumer. ‘’

avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Mar 17 Avr 2012 - 21:53

désolée pour ce Rp... pas beaucoup d'inspiration....




Le clan Kiyomizu

J’écoutais avec un grand intérêt la réponse du jeune noble. La manière dont il énonça ses répliques était vraiment passionnante. On aurait dit que tout ce qu’il dit était évident. Pour moi ça l’était mais je connaissais bien des gens pour qui ce ne fut pas le cas. Cette discussion, bien que fort sombre et ravivant de vieille blessure, était d’un grand intérêt. Il m’aurait été difficile de travailler avec Hidemi-sama s’il n’avait pas eût le même élan patriotique que moi. La vie de ninja était faite de nombreux sacrifices et ceux qui n’y étaient pas prêt feraient bien de changer de métier. Son explication me satisfit. S’il était la personne qu’il me décrivait et qu’il faisait toujours passer son devoir avant le reste m’intégrer à l’équipe devrait m’être moins difficile. Plus la conversation avançait et plus Kakuzô-sama me semblait être une personne de confiance… Mais pour m’en assurer, il me faudra voir cela de mes propres yeux sur le terrain, une autre fois peut-être… :

« Me voila rassurée… Navrée de vous avoir importunée avec un échange aussi noir et peu attrayant bien qu’il fut fort intéressant. »


Maintenant que j’avais eu les réponses à mes questionnements je préférais changer de sujet. Je m’en voudrais de laisser partir mon invité sur une note si sombre. Il ne cessait de chanter les louages du clan Kiyomizu. A tel point que je commençais moi-même à m’en préoccuper. Je me demandais bien quel put être l’histoire qui lia ces deux clans il y a fort longtemps d’après ses dires… Et puis… Il est vrai que cette femme… Juka-san il me semble… m’avait intriguée pendant le coup d’état à Konoha… Les gens se comportaient de manière étrange en sa présence. Même moi… Je n’avais sus dire pourquoi mais un certain sentiment d’hostilité était née envers elle… D’ordinaire j’aurais plutôt été indifférente à son sujet mais là bizarrement non. Et les ninjas autour de moi ne semblaient pas avoir perçut également l’aura malveillante se dégageant de cette personne.

« Vous avez longuement parlé du clan Kiyomizu… Depuis ma rencontre à Konoha de l’un de ses membres je dois avouer que cela a piqué ma curiosité… Et vu que vous le connaissez si bien je me demandais si vous pouviez m’en dire quelques mots ? De même que l’histoire qui vous lie à eux… tout cela m’a l’air captivant. »





avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Mer 18 Avr 2012 - 16:18

Valet des Kiyomizu


    La Reine de mon coeur
    Je suis son serviteur.

    « Me voila rassurée… Navrée de vous avoir importunée avec un échange aussi noir et peu attrayant bien qu’il fut fort intéressant. »

    Je lui souris aimablement, hochant doucement ma tête de droite à gauche. Elle n’a point d’être navrée, cette conversation peut être toujours intéressante, et je me plais à son ouverture d’esprit ainsi qu’à son écoute. Mon regard se fit plus tendre, détendu face à cette bribe de mise en situation, il est vrai qu’imaginer Juka-sama dans un tel état n’est point chose plaisante, mais c’est un événement bien réaliste et possible ... Je donnerais ma vie afin que cela ne se produira point, mais que voulez-vous, le destin peut être bien cruel. Il faut apprendre à faire face à tant d’actes, tant de situations, mais j’ai confiance envers ma personne que cela n’arrivera point. Ma foi, qui sait ... Il suffirait juste que la descendante de Narcisse ne déserte point de nouveau, mais je veillerais personnellement à ce que cela n’arrivera point. De ce fait je me retrouve indirectement à devoir protéger également Konoha, si jamais Rokudaime-sama aura des problèmes comme avec cette ex Mizukage qui avait un sacré problème de mégalomanie ...

    « Vous avez longuement parlé du clan Kiyomizu… Depuis ma rencontre à Konoha de l’un de ses membres je dois avouer que cela a piqué ma curiosité… Et vu que vous le connaissez si bien je me demandais si vous pouviez m’en dire quelques mots ? De même que l’histoire qui vous lie à eux… tout cela m’a l’air captivant. »

    Mon regard se fit braise, des étincelles dansant dans mes pupilles, exprimant ma passion envers cette histoire, l’amour que le portais pour ce clan, le respect profond qui nous domine depuis plus de cinq cent ans. Je regarda ma tasse, laissant volontairement place à un silence, et finis mon thé avant de poser la vaisselle sur la table basse. Par où commencer ... Il y a tant de choses à dire ... La légende de Narcisse, l’histoire de mon clan ... Tant de paroles passionantes, oui. Je ferma mes yeux, laissant un sourire paisible me décrire, avant de prendre une grande inspiration.

    ‘’ Il y a tant de d’histoires à vous conter dans ce cas, Seijitsu-san ... Mais sachez que c’est grâce à ce clan que nous sommes devenus nobles. Il ne suffit que d’un seul détail afin que tout bascule ... Et il suffit d’un seul homme afin de marquer toutes les générations des Hidemi. ‘’

    Je pensa quoi dire, que cacher ... Car oui, en tant que protecteur il y a des éléments à point dire ... Par exemple l’espérance de vie des Kiyomizu, le miracle concernant Juka-sama qui a réussi à survivre sa puberté ... Les Kiyomizu de sexe féminin ne dépassent jamais la douzaine, ne l’ont jamais dépassé, elle fut le seule et le restera probablement. Les hommes ont rarement atteint la trentaine, également. Paix à l’âme du paternel de ma Reine, qui succomba à sa malédiction suite à la trentaine. Cet élément, il doit rester secret. Mis à part cela ... Il me semble que je peux tout dire à peu près, vu que le reste est tout de même mondialement connu.
    Je me leva donc, prenant mon temps, remettant en place mon kimono, et me dirigea d’un pas léger jusqu’à une fenêtre, regardant dehors, pensif. Le printemps à Kumo ... Une période magnifique, me faisant tout bonnement penser à Juka-sama. Je sens son coeur fleurir suite à tant de souffrances et je suis honoré d’avoir participé à ce renouveau. Plus que deux mois, c’est bien cela ? Avant que je n’ais l’honneur de la revoir.

    ‘’ Connaissez-vous la légende de Narcisse, Seijitsu-san ? ’’ Commençais-je d’une voix fluide et mélodieuse, gardant mes pupilles rivées à l'horizon qui s'offrait à ma personne. ‘’ Elle est contée dans le monde entier. Cette légende nous relie directement, nous les Hidemi. Vous pouvez alors constater que notre nom résonne dans les méandres des siècles. Nous sommes un clan aussi ancien que les Kiyomizu. Nous existons depuis plus de cinq cent ans ... Et cet homme nous a donné une raison de vivre. Notre protection n’est que gratitude pour leur existance, ainsi que pour ce qu’il nous a offert, malgré que ce ne fut point son intention. Je suis prêt à vous conter ceci, si vous le souhaitez. ‘’

avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Dim 22 Avr 2012 - 13:30




Le début d'un récit historique

Dès que j’eue prononcé ces mots le regard d’Hidemi-sama se fût plus éclatant plus… passionné. Rien que dans ses yeux on pouvait voir l’attachement du jeune noble au clan Kiyomizu. C’était impressionnant… Il posa lentement sa tasse sur la table et paru se perdre dans ses pensées… Il devait y avoir beaucoup à dire sur le sujet. Après tout des siècles d’histoire ne se racontaient pas en quelques minutes. L’histoire de ces deux clans prestigieux devait être réellement intéressante. Je me demandais d’ailleurs comment ces deux clans avaient pu avoir de tels liens. Car techniquement Kumo et Konoha n’ont jamais été de grands alliés par le passé et d’autant que je m’en souvienne les Hidemi ont toujours fait partie intégrante de notre pays… Alors comment le clan Hidemi avait-il put protéger… aider les Kiyomizu ? Mon invité répondrait certainement à toutes ces questions. Du moins je l’espère… Il ferma les yeux et un léger sourire parcourut ses lèvres… :

« Il y a tant de d’histoires à vous conter dans ce cas, Seijitsu-san ... Mais sachez que c’est grâce à ce clan que nous sommes devenus nobles. Il ne suffit que d’un seul détail afin que tout bascule ... Et il suffit d’un seul homme afin de marquer toutes les générations des Hidemi. »

Cet homme connaissait bien l’art du langage et savait captiver son auditoire. Je me demandai bien quel avait pu être cet événement, cet homme qui influença le destin de toutes ces générations de Kiyomizu. Je me doutais bien qu’il ne me révélerait pas tout à leurs sujets, ce qui était normal. Après tout n’était-ce pas son rôle de protéger les secrets de ce clan ? Il était donc évident qu’il passerait certaines parties sous silence mais cela ne devrait pas tarir la qualité de son récit. Il était de notoriété publique que les Hidemi étaient de fins orateurs ainsi qu’écrivains et autres métiers artistique. Parler des Kiyomizu devrait donc lui être facile et sera très certainement captivant. Mon supérieur se leva, rajustât son Kimono et se dirigea vers la baie vitré. Il regardait dehors d’un air pensif… Il était aisé de deviner que ce n’était pas Kumogakure qu’il fixait ainsi. Mais plus loin… bien plus loin. C’était le genre de regard que l’on lançait lorsque l’on songeait à quelque chose… ou quelqu’un… :

« Connaissez-vous la légende de Narcisse, Seijitsu-san ? Elle est contée dans le monde entier. Cette légende nous relie directement, nous les Hidemi. Vous pouvez alors constater que notre nom résonne dans les méandres des siècles. Nous sommes un clan aussi ancien que les Kiyomizu. Nous existons depuis plus de cinq cent ans ... Et cet homme nous a donné une raison de vivre. Notre protection n’est que gratitude pour leur existence, ainsi que pour ce qu’il nous a offert, malgré que ce ne fut point son intention. Je suis prêt à vous conter ceci, si vous le souhaitez. »

Le noble fixait toujours l’horizon… je posais également ma tasse. Je croisai mes jambes, m’accoudais sur le fauteuil et posa ma tête au creux de ma main. Prête à écouter ce qu’était ce long récit historique.

« Elle ne m’a malheureusement jamais été contée. Mais je serais ravie et très honorée que vous me la racontiez »





avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Sam 28 Avr 2012 - 15:11

Valet des Kiyomizu


    La légende
    De Narcisse.

    Seijitsu-san m’avoua n’avoir jamais ouï l’histoire à propos de Narcisse. Je souris, maintenant mon regard à l’horizon, passant délicatement ma main sur le cadre de la fenêtre. Eh bien eh bien ... Il va falloir que je répare ceci. Je me retourna vivement, faisant virevolter élégamment ma crinière de nuit contrastant de ce jour, et mes yeux se perdirent dans la pièce d’un sourire énigmatique. Un homme passionné qui souhaite faire part de sa passion, voilà ce que j’étais, voilà ce que je découvrais, faisant lever ce voile.

    ‘’ Je vais vous conter, en premier temps, la légende de Narcisse, et suite à cela, je vous expliquerais ce qui nous lie à ce clan. Il fut donc un temps, il y a bien fort longtemps, où Narcisse respirait la vie. Il y a cinq cent ans, précisément. Ce fut un konohajin d’une beauté parfaite, aucun défaut ne le troublait, un homme respecté, désiré, craint. Il fut également un shinobi de bonne renommée. Sa perfection était telle qu’elle ne laissait de marbre aucun être. Une beauté sans nom ... Cependant, cet homme possédait un amour propre très particulier, à un tel point que le reste du monde il ne voyait que misérable comparé à son image. Il possédait tout, absolument tout ... Les hommes l’enviaient, le maudissaient, le désiraient, souhaitaient se lier d’amitié avec lui, et fut le fantasme de toutes femmes qui désiraient égoïstement le posséder, même pour une seule nuit. Mais cet homme s’en moquait. Il ne désirait point d’amis, il ne désirait point de femmes, le lac qui se trouvait devant sa demeure est ce qui le rendait tant heureux. Un jour, une femme, une des plus belles Geishas du pays qui fut l’une de ses maîtresses, lui a avoué ses sentiments, lui a confié que son désir était de le possèder rien qu’à elle, et pourtant, se faisant amante de Narcisse, savait parfaitement à quoi s’y attendre. Une relation amoureuse est impossible avec cet homme, son narcissisme est bien trop vaste. La réaction n’était point étonnante, il déclina son amour. Cette geisha, face à ce refus, perdit toute raison, perdit le goût de la vie ... Et sombra dans la folie. Elle invoqua alors les mauvais esprits afin de maudir cet homme, lui et sa descendance, et souhaitait que Narcisse souffre infiniment plus que sa personne, elle pria afin qu’il s’étouffe dans son amour propre. Les esprits l’écoutèrent, assaillis par tant de chagrin et par tant de volonté. Le lendemain même, cette femme invita Narcisse dans sa demeure afin d’accomplir son devoir d’amante à sa propre volonté, mais pour une raison bien précise ... Elle se mit volontairement enceinte, sans que son amant ne le sache. Et le soir même, la malédiction fit son effet ... Rentrant chez lui, l’homme passa à côté de son lac, et désireux de s’abreuver, se trouva nez-à-nez avec son reflet. Et là ... Il en tomba éperdument amoureux de son image. Amoureux à un tel point qu’il ne pouvait plus se retirer. Il lui soufflait tout l’amour qu’il possédait dans son coeur, mais également cette douleur atroce qu’il possédait en lui. Il la pleurait de tout son être ... Car il ne pouvait point le posséder. Désireux de le caresser, ce reflet, l’embrasser, l’eau s’ondulait et le pauvre être paniquait alors, ayant peur de souiller cette perfection. Et c’est ainsi qu’il resta à cet endroit, il mangea plus, ne buva plus ... Et pleurait sans s’arrêter. Et cet homme mourra ainsi, de faim, de soif, mais surtout d’un chagrin d’amour atroce. Lorsque son corps fut retrouvé, des fleurs inconnues à ce jour l’ont entouré, on dit que ce sont ses larmes qui les a créé. Les fleurs qui furent bâtis en tant que Fleurs de Narcisse. ‘’ Ayant fini de conter cette histoire tragique, saugrenue mais magnifique à mon goût, je déglutis, pensif, et scruta Seijitsu-san. ‘’ En ce qui concerne la Geisha, elle s’est jurée de se donner la mort lorsque son enfant naîtra. Et c’est ce qu’elle fit, car son coeur brisé n’était plus supportable pour sa personne. Pourquoi elle décida d’être enceinte ? Tout bonnement afin de pouvoir s’assurer que la malédiction perdurera dans sa descendance, et elle tenait à ce qu’elle soit mère de cette chaîne sans fin. C’est cette malédiction qui donna naissance à leur pouvoir héréditaire remarquable, redoutable. Envié par tant, mais cependant point grand monde ne se rendent compte le poids qu’ils portent sur leurs épaules ... Cette aura qui attire le sexe opposé et répugne le même sexe. ‘’ Je baissa mes yeux, repensant au passé de Juka-sama. ‘’ Celle que je sers, Juka Kiyomizu, en a subi les conséquences ... Car cette femme a eu une particularité unique de son clan. L’amour d’un père. Une chose jamais vue auparavant. Impensable qu’un Kiyomizu puisse aimer quelqu’un d’autre que sa personne. Fièr de son sang, oui, mais Sono-sama eut un amour profond pour sa fille. Chose que la mère ne supporta point ... Elle n’avait point la particularité du clan, et n’était point immunisée ... Alors elle méprisait sa fille de tout son être, car Juka-sama possédait l’amour de l’être aimé, et point elle. Ce qui lui fit également, comme maintes et maintes personnes, perdre la raison. Et tua son mari devant les yeux de leur fille. Car ainsi, elle se disait que l’être aimé sera rien qu’à elle. Suite à cela, afin de la punir, elle voulait tuer son propre enfant ... Mais le Kekkai de Juka-sama agit également en fonction des émotions, qui peuvent s’amplifier dangereusement. Effrayée qu’elle était, ma Reine. Déchirée, brisée, car le corps de son paternel qu’elle aimait tant gisait dans son sang, devant elle. Et son Kekkai agit alors comme une défense sans le vouloir. Affectée, la mère prit panique et se trancha la gorge devant Juka-sama. Elle n’avait que sept ans, à l’époque. C’est ainsi qu’elle comprit quelle était la malédiction véritable derrière cet ... Atout. Ils possèdent tout ce qu’ils désirent afin de vivre heureux. Mais ils ne peuvent aimer. De par leur narcissisme en premier lieu, mais également parce que cela se retourne contre eux. Elle a aimé son père, elle l’a perdu ... L’amour d’un Kiyomizu est vu comme dangereux, destructeur, et pourtant les hommes continuent à la désirer. ‘’

    Je retins alors ma langue un instant, ne voulant point révéler certains éléments qui pourraient s’avérer dangereux. Jusqu’à présent, ce sont des histoires dors et déjà connues que j’ai cité ... Mais je ne peux dévoiler tant de choses. Comme par exemple que les Kiyomizu vivent rarement longtemps ... Les femmes ne dépassent jamais le douzième printemps, mis à part Juka-sama, la seule femme qui l’a fait ... Un véritable miracle. Un trésor à présernver à tout prix et je suis l’heureux élu à cette tâche. D’un geste détaché, je glissa ma main sous mon kimono, afin de sortir une sublime et longue plume de paon. J’en possède tous les jours une nouvelle avec ma personne, rappellant le symbole de notre clan.

    ‘’ Les Hidemi ... Clan existant depuis aussi longtemps que les Kiyomizu. ‘’ Repris-je, caressant doucement la plume, la fixant avec passion. ‘’ Croyez-le ou point, il y a plus de cinq cent ans, nous n’étions que des éleveurs à une vie bien modeste. ‘’

    Et c’est ainsi que je débuta mon récit.

    ***

    Nous possédions toujours le territoire que nous avons actuellement, mais il était très restreint ... C’était un quartier des plus normaux. Cependant, notre commerce était apprécié, nous étions dors et déjà heureux ainsi ... Depuis toujours, les Hidemi vouent leur vie à préserver la beauté, de l’entretenir, savoir l’admirer ... C’est pour cela que nous sommes si observateurs. Une goutte glissant sur une pétale d’hortensia suite à une saison de pluie est un spectacle capable de me laisser sans voix, et c’est ainsi dans notre clan depuis toujours ... Nous voyons la beauté dans la nature, dans le coeur des gens, dans leurs traits ... Et nous élevions des paons, à nos yeux ces animeaux sont non seulement des animeaux à une beauté sans nom ... Mais également des oiseaux sacrés. Le paon est l’emblème de la beauté, ainsi que de la dignité, d’orgueil et de vanité. Et en dehors de ceci, cette magnifique créature est le symbole de la résurrection, du renouveau, sachant que sa chair est imputrescible, il représente l’immortalité. De plus, maintes légendes disent que le sang du paon était efficace afin d’écarter tout démon ... Oui, c’est véritablement un animal sacré à nos yeux. Et ces animeaux furent notre seule raison de survie, et notre plus magnifique bonheur. Un jour, un triste malheur frappa mon clan : le troupeau de paons disparut. Je vous laisse imaginer l’état où se trouvaient mes ancètres, ce fut leur gagne-pain, ainsi que le symbole du clan qui trône sur notre emblème encore aujourd’hui. Leur beauté illuminait nos misérables jardins et peuplait nos coeurs de rayons magnifiques. Paniqué, se demandant ce qu’ils allaient devenir, le chef de clan réunit les membres les plus futés afin de retrouver nos oiseaux. Ils ne voulaient point de venger s’il s’agissait d’un vol, ils ne voulaient point de violence et étaient prêts à donner tant afin de revoir leur merveilleux trésor, afin de poursuivre leur quotidien, et pouvoir prendre soin comme l’or de leur âme, comme à leur habitude. La diplomatie, même la soumission, pouvait être envisageable, tant que les paons leur revenaient à la fin. Par chance, en reprenant leurs esprits, certains ont découvert des traces au sol, pouvant peut-être leur indiquer une piste.
    Le chef du clan, avec son bras droit qui était son cousin, partirent de ce pas à la recherche de leurs biens si précieux. Les oiseaux sacrés n’étaient point présents dans le village, et ce fut en descendant quelque peu des montagnes que l’aîné se figea soudainement, tandis que ses traits exprimèrent son état d’âme qui fut ... Perturbé, choqué. Ce geste leur évita alors un écoulement de terre juste devant nos deux protagonistes, chose qui aurait pu être bien embêtant pour ces derniers, vous l’imaginez bien, n’est-ce point ? Ce qui le laissa perplexe fut une beauté sans comparaisons qui se tenait devant lui. Mettant en compétition sa préférence des plumes de ses paons, mettant en doute la magnificence de la Lune lors de la floraison des cerisiers. Il se demanda si cet être n’appartenait point à une certaine divinité, ou bien s’il fut confronté à un bien malheureux mirage qui le fera attrister la seconde d’après, par manque de réalité. Mais même lorsqu’il décida de se pincer la joue afin de s’assurer que cette merveille n’était point en rêve, l’espérant de tout son coeur, la source de la beauté était toujours présente. Il tourna la tête, malgré sa douleur de séparer ses yeux de cette divinité, afin de regarder son bras droit, qui lui admirait le même point, n’en croyant point ce que les Dieux ont décidé de leur offrir à ce jour, afin de les récompenser de leur entretien de toute beauté, des animeaux venant directement des jardins du Paradis. Ce jour-là, ces deux personnages rencontrèrent Narcisse Kiyomizu. Un homme d’une beauté défiant les Dieux, les êtres suprêmes envieront ce physique dépassant le rationnel, les lois de la réalité ... Comment un être qui fut pourtant humain, possédait la perfection extérieure, n’exprimant aucune faiblesse, aucun défault ? C’était tout de même inimaginable, impossible, et pourtant ... Et pourtant !! Mes ancêtres rencontrèrent ce qui avait de plus beau que la vie pouvait engendrer.
    Cet homme, dépassant toute entente de la raison, s’admirait dans le reflet du lac, entouré des paons appartenant à leur clan. Les deux êtres restaient sans voix, on dit que ces animeaux sont attirés envers les plus belles choses, et ils étaient là, entourant le magnifique Narcisse. Alors la légende était bel et bien vraie et eurent la preuve de leurs croyances juste devant eux. Les oiseaux continuaient leurs besognes habituelles et banales autour de cette perfection, comme s’il était l’un des leurs, de façon des plus naturelles.
    Voulant rejoindre l’autre rive, le peu de terre qui fut préservée leur servit de pont. Et, en arrivant, ils découvrirent à leurs pieds un objet bien étrange. A son esthétisme, on devinait tout de suite qu’il appartenait à la plus haute classe. Ce fut le sceau du Daimyo du pays, celui qu’il utilisait afin de caractériser les papiers venant de sa propre personne. Ils ramassèrent l’objet mais ceci ne fut point le plus important à leurs yeux, et le chef de clan prit son courage à deux mains afin de s’approcher du jeune homme qui les a tant troublé, voulant de tout son être lui exprimer son admiration face à cette beauté, leur surprise, lui expliquant que les Hidemi cultivent la beauté depuis toujours, d’où la venue des paons. De tout son coeur, il voulait savoir d’où venait cet étranger, afin de ne point perdre contact avec lui, voulant le remercier de cette journée jusqu’à la fin de ses jours, voulant respirer cette perfection qui s’offrait à lui.
    ‘’ D’où venez-vous ? ‘’ Demanda l’homme à Narcisse, ébloui, troublé comme jamais. ‘’ Quelle est la mère qui doit venir des divinités afin de vous engendrer ? ‘’ ‘’ Quel est votre nom ? ‘’ ‘’ Je n’ai jamais vu une beauté d’une telle entente ... ‘’ ‘’ S’il vous plaît, dites-le moi ... ‘’ Tant de questions se bousculèrent, couvrant le jeune interlocuteur des compliments les plus désirés pour tout être. Mais le jeune homme possédant la perfection le savait déjà, et n’aimait que ses propres compliments, alors avec arrogance, il lui répondait, irrité car il perturbait son moment favori, c’est-à-dire d’admirer son reflet. Mais tout être se fait tout de même finalement flatter lorsqu’on vous complimente comme le chef de clan le faisait, et malgré tout, entre deux grognements, il lui avoua ses origines, avec suffisance et vantardise, et c’est ainsi qu’il apprit que mon ascendant apprit qu’il venait de Konoha. Les deux hommes s’excusèrent de leur interruption, et emmenèrent les paons jusqu’au village.
    C’est après cet événement que le chef imposa à ses frères et ses enfants d’apprendre minutieusement l’art, que ce soit la peinture, ou l’écriture. Il voulait que ses descendants se souviennent de Narcisse, et c’est ainsi qu’il fit son premier tableau : le jeune Kiyomizu entouré de paons, sa beauté l’a tant touché que chaque trait lui ont marqué jusqu’au profond de son être, et pourtant, pourtant ... Il n’osait point achever son travail, trouvant que cela ne reflétait point la perfection qu’il vit ce jour-là. Il ne put avoir cette satisfaction et essaya à côté l’écriture, voulant décrire la beauté de cet homme. Des pages et des pages ... Jusqu’à en faire un livre, qui ne suffit jamais également à ses yeux. Cela le perturba du plus haut point, alors qu’il savait décrire la beauté, utilisant les bons mots, il en manquait pour Narcisse. Aucune description ne pouvait comparer à sa beauté, aucun pinceau ne pouvait reproduire ce visage, ce corps parfait.
    Entre temps, il se souvint qu’il avait trouvé cet objet, ce sceau, appartenant au Daimyo ... C’était la moindre des choses de le rapporter au propriétaire, n’est-ce point ? D’autant plus que le chef fut un homme honnête et bon et n’avait point d’arrières pensées malsaines ... Il savait que c’était un objet unique pour chaque seigneur, inimitable et étant transmis de génération en génération, il se mettait à leur place, si jamais on lui vole un de ses paons, le malheur s’abbaterait sur leur clan ... Il se rendit alors au palais royal, et fut reçu sans aucun problèmes, car notre famille a toujours eu une bonne image et ils appréciaient, ces êtres de grande classe, cet entretien de la beauté. Quelle était la joie du seigneur féodal du pays, lorsque mon ancètre lui présenta la sceau, lui annonçant qu’il le lui rendait, sans rien demander en retour ! Ce fut surprenant et agréable à la mélodieuse oreille de cet homme. Pour le récompenser, il offrit aux Hidemi des terres, ainsi que le droit d’assister à des fêtes organisées par les plus nobles des pays. Il lui promit également de parler de leur élevage aux clients importants, cherchant l’entretien et la rareté. Ce fut un changement brutal mais honorable pour notre clan, qui devint rapidement l’un des leurs, qui devint noble à son tour. Les richesses augmentaient à grande quantité, leur travail, leurs efforts furent récompensés, le chef de clan devint chez nous un véritable héros, un homme respectable encore de nos jours, car c’est lui qui mena à bien ses descendants.
    Et malgré tous ces mois qui sont passés, l’homme ne put s’empêcher de repenser à Narcisse, sa beauté le hantait et il voulait le revoir, lui reparler, et surtout, surtout, le remercier, encore et encore ... Il se rendit alors dans le pays de Feu, après un long et éprouvant voyage, il revit de nouveau cet homme qui l’inspira tant. Il lui exprima ses remerciement des plus chaleureux, lui annonçant qu’il voulait offrir au jeune Kiyomizu des terres ou des maisons prestigieuses afin de le gratifier, car à ses yeux, si sa famille devint ce qu’il est, c’était grâce à cet homme d’un charme des plus troublants. Il voulait, de tout son coeur, qu’il soit récompensé pour tout ce qu’il a fait pour lui. Mais Narcisse refusa toutes ses propositions des plus alléchantes, lui disant que rien n’était plus beau dans ce monde que lui, et qu’il lui suffisait simplement d’avoir son lac près de son habitation. Prenant ce refus pour de la modestie, l’estime envers ce Konohajin augmenta encore plus dans le coeur de mon ascendant, et se dit simplement qu’un être de cette trempe était le plus merveilleux des trésors qu’il fallait protéger à tout prix, au péril de sa vie, ainsi que toute sa descendance ... De ce fait, il désigna comme but premier des Hidemi de protéger les Kiyomizu, le trésor de l’humanité.
    C’est ainsi que lorsqu’un enfant naquit dans mon clan, il fut élevé en vénérant les Kiyomizu, parce qu’ils devinrent leurs maîtres, leur raison de vivre, et il reçut également toute éducation de combat, afin de le renforcer le plus possible, ce qui les formait afin de devenir de puissants guerriers.
    Et c’est en protégeant ce cher Narcisse jusqu’à la mort de ce pauvre malheureux que mon ancètre réussit à achever, enfin presque, son travail, car il eut la chance d’admirer ces traits dessinant la perfection, et peint le jeune Kiyomizu dans toute sa splendeur, et sortit trois livres parlant de cet homme. Mais malgré tout, à ses yeux, ce travail ne fut jamais achevé, malgré le succès de ses livres, malgré que ses frères et ses enfants complimentaient de la ressemblance du tableau. Jamais ... Jamais il ne fut satisfait de son travail, et fut déçu jusqu’à son dernier souffle de ne point avoir pu retranscrire parfaitement la beauté de cet homme. Mais aujourd'hui, afin de ne point oublier pour qui nous vivons et grâce à qui nous sommes là, ce tableau est accroché sur le mur de notre grande habitation principale, cet énorme et magnifique oeuvre d'art qu'on ne pouvait point passer à côté, tant il fut peint avec tous les sentiments qu'il voulait exprimer.

    ***

    Suite à ce récit, je souris à Seijitsu-san, me disant qu’un jour, je lui montrerais ce tableau ...

    ‘’ Pourtant, je peux une assurer une chose, Seijitsu-san. C’est ce tableau qui me fit subir un de mes plus grands chocs de ma vie. Je fus à mon seizième printemps, à cette époque, et je dois avouer que je fus ... Un garnement qui méritait une bonne correction. C’est ce tableau qui me remit dans le droit chemin. C’est cette perfection qui me fit tomber à genoux, trembler de tous mon être, et me fit reconnaître que je devais devenir un shinobi digne de ce nom. Cet homme mourut, se sentant incomplèt, car il n’a jamais achevé cette oeuvre ... Et pourtant, elle est dors et déjà d’une splendeur redoutable. Si vous me voyez ainsi, Juunin d’élite à un jeune âge, et aujourd’hui Bras Droit de Raïkage-sama, c’est grâce à Narcisse, à ma passion pour son clan. Et à présent, ma motivation à me surpasser augmenta avec mon amour pour ce village, ainsi que pour Juka-sama. ‘’

avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude Dim 29 Avr 2012 - 15:20




Histoire de liens

Hidemi-sama commeça à me conter la longue et palpitante histoire des Kiyomizu ainsi que les liens les unissant à son clan. Kakuzô Hidemi semblait connaitre cette histoire sur le bout des doigts. Pas une seule fois dans son discourt il se fourvoya, hésita, fourcha ou autres. Tout dans son intonation, sa gestuelle montrait que le noble était un homme passionné, dévoué à ce clan. La manière dont il tenait son discourt accentuait ce sentiment. Hidemi-sama était vraiment un homme impressionnant en de nombreux points. Un homme cultivé, élégant, dévoué et fidèle ainsi que probablement un nombre incalculable d’autres qualité. Je ne me lassais pas de l’écouter. J’étais très attentive à son récit et buvais la moindre de ses paroles. J’adorais les histoires et romans, Hidemi-sama m’en offrait un plus vivant et intéressant que jamais. La légende de Narcisse, sa rencontre avec le clan du noble, comment il finit. La « malédiction » de ce clan… Cela expliquait pourquoi j’avais eu d’étranges sentiments d’hostilité à l’égard de Juka-san sans pouvoir les expliquer. Surtout qu’il m’avait semblé que j’étais la seule à ressentir cela. Il parla également du tableau qu’avait fait un ancien chef de son clan. Je ne doutais pas de sa splendeur mais je m’interrogeais tout de même sur le fait que l’on puisse ressentir tout cela face à un tableau. J’avais vu et lus de nombreuses œuvres qui avaient pu m’émouvoir mais jamais autant que ce que mon supérieur avait pu le décrire. Il est vrai qu’une œuvre pouvait être superbe mais tout de même… Cela me donna envie de la voir. J’espérais qu’un jour le noble me montrerais ce tableau qui a bouleversé sa vie.

Nous dissertâmes encore quelques temps sur différents sujet comme l’art, la littérature ou encore l’histoire de Kiyomizu. Puis Hidemi-sama s’excusa et pris congé car il avait encore diverses affaires à gérer au sein de son clan. Je le racompagna jusqu’au pas de la porte et le salua. J’avais énormément appréciée sa visite. Discuter comme cela ne m’arrivait pas souvent… d’ailleurs on ne trouvait pas que très rarement un interlocuteur à l’oreille aussi attentive et aussi éloquent. Je repensais à tout ce que je lui avais dit… jamais je ne m’étais confiée de la sorte sur ce sujet et étrangement je me sentais mieux… Comme si le poids reposant sur mes épaules c’était allégé.

Je retournais dans le salon et ouvrit la baie vitré pour m’assoir sur le balcon. Accoudée au rebord j’observais l’horizon perdue dans mes pensées… Le temps étais passé vite et l’après midi avait déjà bien avancé de sorte que le soleil commençait à décliner. Toute cette histoire me laissa songeuse… l’importance de l’esprit d’équipe hein ?... Je crois que j’avais un peu laissé ça de côté pendant trop longtemps… Enfin je n’en étais pas encore certaine mais… cette discutions m’avais donné envie d’essayer de nouveau de faire confiance… Pas encore à tout le monde mais au moins en mon chef d’équipe… et peut-être mes futurs coéquipiers? Qui sait… Je verrais bien la prochaine fois que je les rencontrerais. Je me demandais qu’est-ce que tu aurais fait Yamamoto à ma place ? Je souriais et fermais les yeux… probablement rien… Cet idiot excentrique serait assurément resté le même jusqu’à la fin…

RP clos.




Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La complaisance de la gratitude


La complaisance de la gratitude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Note Gratitude
» La gratitude, ne pas voir le cadeau, mais d'abord celui qui l'offre ? Charlie
» 100 000 $ de Wall- Mart aux sinistrés des cyclones:gratitude envers la diaspora
» Gratitude is the memory of the heart + DESIDERIUS
» Men are more ready to return evil than good, because gratitude is a burden, and revenge is a pleasure.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de la Foudre ~ Kaminari no Kuni :: Kumo Gakure no Sato :: Quartiers d'habitations-