Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Mission de rang S pv Juka

avatar
~Chef de l'ANBU de Konoha~
Kaitaro Nagi~Chef de l'ANBU de Konoha~
▌Messages : 1019
▌Age : 24
▌Inscription : 17/12/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
478/1000  (478/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoroyuku-no-shinobi.keuf.net/forum.htm
MessageSujet: Mission de rang S pv Juka Ven 13 Avr 2012 - 18:33



Mon dieu je suis gradé

mais je m’ennui!
Ce matin que j’aurais bien voulu ne pas voir. Non je me trompe c’est plutôt un jour que je n’aurais pas voulu vivre dans ces conditions. J’avais mal au cœur, peur pour Juka et étais inquiet pour ce qui est de l’avenir de Satoshi. Je savais bien ce qui allait advenir de lui, le jeune Hateru allait surement être catalogué comme étant une menace potentielle pour le village. Je ne le connais pas vraiment mais je peux dire que c’est mon ami et que je peux avoir confiance en lui. C’est justement ce qui me perturbe, jamais, je dis bien jamais je n’avais donné ma confiance à quelqu’un après que je me sois sentis trahis par cette même personne mais lui avait su la regagner et maintenant il nous plante ce couteau dans le dos. Je n’étais même pas encore levé que j’avais déjà bien trop de chose dans ma tête et j’en aurais encore d’autre avec tous les papiers que j’aurais a trié, à lire, et même a signé. Au moins le fait de voir l’amour de ma vie pourrait me redonner du baume au cœur et m’aider a passé une bonne journée, mais le fait qu’elle soit surement plus triste que moi allait surement avoir l’effet inverse. La réconforter voilà ce que je devrais faire le plus aujourd’hui, elle devrait surement en avoir plus besoin que n’importe qui présent dans le village.

Penser c’est bien mais se lever et ensuite faire ce que l’on pense c’est encore mieux, non ? Sans forcer, je me mis en position assise sur ce grand lit qu’était le mien. Le drap glissait lentement le long de mon abdomen musclé avec une douceur comparable à celle d’une plume, laissant paraitre … mais qu’est-ce que je raconte-moi. Depuis quand je prends autant de temps pour me lever, je crois que j’ai pété un plomb. Il faut toujours que ça me tombe dessus. Fini de papoter maintenant je bouge mes jolies petites fesses musclé jusqu'à ma salle de bain et je prends une bonne douche. Voilà qui me ressemblait déjà plus, mais l’extrême fraicheur de carrelage de ma salle de bain fit passer le coté, homme fort qui ne se préoccupe pas de petits détails futiles à la trappe, car j’étais allé mettre mes pantoufles pour arriver jusqu'à cette fameuse douche. Bien sûr au moment même où la première goutte entra en contact avec mon corps il revint comme si de rien n’était. Cependant je ne pus m’empêcher de penser à elle. Comme quoi amour quand tu nous tiens tu pourrais nous faire faire des folies. Je sortis de sous cette mini cascade qui me servait de douche et pris ma serviette en me remémorant la douce morsure de la fraicheur du sol. Je fus parcouru d’un puissant frisson. Heureusement que ce n’était qu’un mauvais moment a passé jusqu'à ce que j’atteigne ma chambre, en gros que je fasse deux pas.

J’avais ma serviette autour de ma taille et je marchai jusqu'à la fenêtre pour jeter un coup d’œil à la population. Comme je m’en doute il fait tout noir dehors et il n’y a pas un chat comme tous les matins à cette heure matinale. Mes pensées allaient toutes vers elle mais je devais accomplir mon devoir de second et donc mettre mes vêtements et foncer au bureau, ce que je fis sans perdre une seconde de plus, chaque instant était précieux même si il paraissait vraiment être insignifiant. J’étais prêt à partir et je le fis sans aucune hésitation cette fois. J’avais la désagréable impression qu’on m’observait, qui pouvait bien perdre son temps à me surveiller ? L’idée de me retourner me vint mais quand je commençai le mouvement je vis un hibou perché sur une fenêtre. Quelle drôle de volatile, toujours là dans la nuit à veiller sur les gens depuis leur perchoir. Durant encore dix bonnes minutes je marchais seul en regardant juste cette gigantesque tour. Je priais pour ne pas être le seul présent à cette heure car les lumières sont vraiment trop chiantes à allumer. Arrivé au bas des marches, je pus me relaxer car je voyais une lumière en haut. C’était une bonne chose de faite. Montant les marches deux à deux je fermai les yeux pour voir si je connaissais suffisamment bien la tour. Je ne vous cache pas que je me suis senti très con en me rendant compte de l’inutilité de la chose. Enfin bref, j’étais arrivé a la porte, que j’ouvris d’un mouvement vif juste avant de m’y engouffrer comme le vent dans une vallée.

Tout simplement splendide. Cet endroit est vraiment somptueux et ça même avec un faible éclairage. Cependant la beauté de la pièce fut rapidement balayé lorsque je vis les six piles de document qui tenaient sur deux bureau, soit trois chacun. Pourtant hier soir il ne restait qu’une quinzaine de feuilles sur le mien. Je laissai échapper un soupir en allumant la lumière. Il faut toujours que toute cette paperasse augmente, à croire que malgré tout ce qu’on faisait les villageois n’était jamais entièrement satisfait. Enfin, moi ce que j’en dis c’est que … Depuis je reçois du courrier ici moi ? Il y avait deux lettres sur mon bureau, une portant le sigle de konoha et une autre ou on voyait juste « pour Kaitaro Nagi ». La première me semblait être la plus importante d’un point de vue officiel mais c’est la seconde qui attira le plus mon attention, et puis l’ordre dans lequel je les ouvre n’a point d’importance.
Lettre:

Cher Kaitaro Nagi,

Je vous envoie cette lettre pour vous demander pardon par rapport au comportement que moi et mes trois frères avons eu devant chez vous. Je sais que regardez les gens chuter sans réagir n’est pas le genre des habitants du village mais pour une raison que nous ignorons, nous étions comme paralysé face à cette situation. Nous avions l’impression que si nous y allions nous ne l’aurions pas aidé plus que ça.

La fratrie Nako[/quote]

Alors ça c’est vachement surprenant par contre ce n’est pas à moi qu’ils auraient dû envoyer cette lettre mais a Juka… Je fis pivoter mon fauteuil et je vis exactement les mêmes lettres que j’avais. Voilà quelque chose qui faisait plaisir à voir et qui enlevait une partie de l’agacement que les villageois avaient provoqué il y a déjà trois jours. Bref, maintenant passons à ce qui pourrait être soit une bonne soit une mauvaise nouvelle, je ne vous cache pas que j’espérais que ce soit une bonne car au niveau des mauvaises nous avions déjà ce qu’il faut. J’ouvris l’enveloppe avec une grande appréhension. Je soufflai un coup avant de déplier le papier, je le fis en fermant les yeux comme craignant le pire. Je fini par les ouvrir et ce que je vis me fit un peu l’effet d’un mix. En effet c’était une mission mais l’objectif m’avait fait l’effet d’une bombe. Des meurtres en séries dans le village. Comment j’avais fait pour ne pas en entendre parler ? Je sentais la colère monter, j’avais du mal à rester assis et ma main gauche qui tenait le fauteuil semblait prête à le casser.

Bien sûr ils envoient Juka avec moi pour régler cette histoire, comment je le sais ? L’enveloppe était identique non ? Et puis si ce n’était pas elle je devrais aller mettre tous ces gens en pièce les uns après les autres. J’aurais préféré lui épargner ça, mais je n’ai pas le droit de l’empêcher de venir avec moi. Je n’ai hélas pas ce genre de pouvoir. C’est vraiment désolant de l’obliger à faire. J’essayais de me calmer et de me concentrer sur les piles de papiers qui étaient devant moi. Juka arrivait dans deux heures et je voulais faire le maximum possible. Je me mis au travail sans plus perdre une seconde et durant les deux heures, je signais, répondais et rédigeais. C’était affreux de le faire et le pire c’est quand tu es seul durant un long moment à la faire. Il y aurait presque de quoi devenir fou car ils disaient tous la même chose. On aurait dit des robots… Délivrance, la porte s’ouvrait enfin. C’était elle depuis le temps que j’étais là c’était la seule personne pourrait me délivrer de ce profond ennui.

Tu sais que tu m’as manqué toi ??





Dernière édition par Kaitaro Nagi le Mar 2 Oct 2012 - 10:08, édité 6 fois
avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Ven 13 Avr 2012 - 22:00

Descendante de Narcisse




    La routine nouvelle
    N'existera pas.



    Uuuuh ... Sentir brutalement une forte lumière m’éblouir le visage est une chose bien désagréable, lorsqu’on désire de reposer ses yeux. Le soleil était si éblouissant ... J’oubliais à quel point il était magnifique, lorsque je le regardais depuis ma demeure. Je grogna cependant, m’allongeant sur le ventre tout en glissant sur ses draps en soie, avant d’étouffer mon visage dans mon énorme coussin dans un soupir bref. Depuis la dernière fois où j’eus ma chute de tension qui me coûta une visite à l’hôpital, le sommeil commençait à revenir au grand galop comme jamais, me disant qu’après douze ans, il serait peut-être temps de visiter enfin les rêves d’antan. Mes doigts fins passèrent sur les draps, les faisant glisser d’une lenteur certaine, jusqu’à ce qu’ils atteignent mon coussin, et j’observa mes propres gestes d’un certain flegme. Je sentais en effet la fatigue arriver, mais est-ce une bonne chose de céder ? Oui je n’avais pas confiance au monde, seuls mes proches ont ce mérite. Uuuufff ... On verra. Après tout, maintenant tout est rentré dans l’ordre, mon âme commence gentiment à retrouver la paix. Enfin ... Presque. Tant de choses me tiraillent le coeur que je n’arrive pas à comprendre, ou que j’en ai tout simplement peur, mais encore, j’arrive à faire abstraction de ceci, me persuadant que ce genre de choses se formeront naturellement avec le temps ... Je l’espérais. Satoshi ... Evidemment que je ne l’ai pas oublié. Fujita avait beau m’avoir donné l’ordre de ne pas partir à sa recherche, c’est bien trop dur pour moi. Je n’ai jamais abandonné un ami, moi. Mais j’ai dû faire un choix. Soit lui, soit Satoshi. Konoha, ou un déserteur. Evidemment que mon choix se fit rapide. Mais la douleur reste dans mon coeur. Et certaines questions me turlupinent à son sujet, restées sans réponses à son départ.

    Ainsi va la vie ... Et je devais apprendre à accepter. Même si perdre encore une fois un proche m’était insupportable, me faisait mal. Mais je devais continuer, au moins par respect du geste du jeune Hateru, si on parle de lui. Car il nous a aidé à libérer Konoha. Car c’est grâce à lui qu’on a pu s’infiltrer avec autant d’aisance. Je souleva ma tête et mon torse à l’aide de mes bras afin d’étirer mon dos et regarder le mur d’un air blazé, ma crinière de neige partant dans tous les sens. J’observa d’un coin de l’oeil ma chambre qu’au final je redécouvre encore maintenant après une année d’absence. Une si vaste chambre, aux abords traditionnels du Japon mélangé à une pointe moderne et farfelue, j’avais oublié à quel point les maisons de mon clan sont aussi bien construites.
    D’un air détaché, je me releva, vêtue d’un seul sous vêtement cachant mon bas car cette nuit fut bien trop lourde pour moi, je mis un peignoir en soie noir tissé par de fines perles d’argent, mais ne pris pas la peine de le nouer. Ainsi, mon haut s’exhiba, cachant juste la partie plus intime. J’ouvris sans aucune gêne la véranda de ma chambre afin de sortir sur le balcon et mis mes bras derrière la tête afin de m’étirer. La pudeur ? La pudeur devant qui ? Le quartier des Kiyomizu est énorme et reculé de la population, tant mon clan haïssait ceux qui ne nous concernaient pas. Je suis la seule qui y vit, dans cet endroit désert mais pourtant des plus luxueux, oui, seule dans un quartier. L’odeur du printemps arriva jusqu’à moi, me faisant plisser les yeux de bonheur.
    Oui ... La vie continue ! On verra ce que l’avenir en saura, en attendant je finis par sourire aisément, observant le vaste jardin de ma demeure, un jardin bien ... Tape-à-l’oeil, toujours aux abords du japonais traditionnel, et non loin d’ici se trouvait notre lac, le fameux lac où Narcisse succomba, tombant amoureux de son relfet. Des pétales de cerisiers caressaient le reflet de l’eau, tandis que l’arbre recouvrait généreusement le petit pont au-dessus. On dit que ce lac, suite à cette histoire, est maudit, et que quiconque osera nager dans ce cas se noiera. Foutaises ! Une légende urbaine venant des commères méprisant les Kiyomizu ! Ce premier réveil d’une telle splendeur me donnait d’avantage de motivation, et je regarda un instant le ciel. Hum ... Kaitaro vient sûrement d’entrer dans notre bureau. Il va falloir que je me prépare à mon tour alors, je vais devoir bientôt y être, et laisser mon ami seul me fait quelque peu mal au coeur. Il me manquait ... Cela me faisait plaisir rien qu’à l’idée que j’allais le revoir ! Rien qu’à cette pensée, cela me fit remonter l’humeur et je souris.

    Je rentra à l’intérieur, prête à aller me doucher, et me dirigea alors de ce pas dans la salle de bains, jetant le peignoir sur mon énorme lit. Une fois prête, je ferma par réflèxe la pièce malgré que je vis seule et me mis au ‘’ travail ‘’. Les gouttes chaudes tombant sur ma peau me firent soupirer de plaisir, c’était un moment simple mais qui me détend beaucoup. Une demi-heure passa ainsi, et je quitta l’endroit, revenant à ma chambre, remettant mon peignoir, prête à sècher mes cheveux sur le balcon. Je pris alors une serviette et m’assis sur une des chaises dehors, penchant ma tête en avant pour laisser glisser ma longue crinière sur le côté. Bref, un certain temps passa où je devais me préparer, je banda ma poitrine au maximum, enfila un marcel gris masculin, mes brassards noirs, un short comme d’habitude flottant comparé à ma taille. Je noua mon bandeau frontal sur ma cuisse, faisant en sorte qu’il soit sur celui qui tient mon étui à kunaïs et shurikens. A mon avis, tout est bon ... Je descendis énergiquement les marches et pris le bâton de mon père, prête à sortir.

    Finalement ! J’atteins le centre ville, qui fut bien animé. Tout le monde avait quelque chose à faire, mais la joie se faisait sentir ... Voyant ce village qui fait tant battre mon coeur, je n’arrivais à imaginer dans quel état il pouvait être lors du règne de cet enfoiré ... Je ne regrette pour rien au monde que nous étions aussi motivés afin de libérer notre patrie, tout redevint comme avant, malgré que certaines blessures pendant notre absente sont difficiles à panser pour les villageois, et que la reconstruction est loiiiin d’être terminée.
    Oh ... ! D’un sourire certain, malgré que c’est dû à mon gargouillement annonçant ma faim, j’eus une petite idée, désireuse de faire plaisir à mon ami. Je me dirigea alors chez un traîteur connu et de premier choix, afin de lui commander certains mets. C’est une dizaine de minutes après que je sortis avec deux boîtes bien généreuses dans un sachet en plastique, rempli de douceurs fraîches typiquement japonaises. Du sucré, du salé, je n’ai pas fait à moitié ! Je pressa donc le pas vers la Tour du Hokage, hâte de revoir Kaitaro.

    Uune fois à l’intérieur, je monta les escaliers d’un pas serein, loin, très loin d’être pressée, me faisant comme un stupide petit suspens, car au fond je voulais revoir mon ami. Arrivée à l’étage, je stoppa mes pas devant une porte dont je commençais à m’habituer à la voir, gentiment mais sûrement. Notre bureau. Un endroit de travail, un travail affolant même vu toutes ces choses qu’on doit faire suite à notre reprise, mais ce bureau représente pour moi un endroit de bonheur, car je passe beaucoup de temps avec Kaitaro. Alors derrière tout ce stress, ce travail qui semble ne jamais finir, qu’on soit surchargés en tant que personnes secondant Fujita mais également en tant que ninjas demandés, haut gradés, senseïs en plus ... Eh bien derrière tout ceci la bonne humeur se fuse pour moi dans cette pièce, grâce à Kaitaro. Et travailler alors à ses côtés devient un grand bonheur, un véritable plaisir. Et comme c’est ennuyeux et triste lorsqu’il n’est pas là ... Je toqua de manière brève, une seule fois, afin de prévenir tout bonnement que je vais entrer, et sans attendre même une seule seconde, j’entra dans la pièce, grand sourire voyant que Kaitaro était là, avant que mon regard ne se pose sur les piles de feuilles, qui me fit figer sur place. De manière démonstrative, je soupira et baissa vivement la tête, qui voulait tout dire.

    Tu sais que tu m’as manqué toi ??

    Cette phrase me fit naître des petites étincelles de bonheur dans mes pupilles, et je reporta mon regard sur mon ami, ne pouvant rien faire à part sourire, sourire qui s’élargit et laissant échapper un rire murmuré mais bien expressif, sentant mes paumettes rosir. Ma main gauche quitta la poignée de porta afin de glisser sur ma chevelure, et j’entra finalement dans la pièce, fermant la porte à l’aide de mon fessier et déposa mon bâton qui dépassait largement ma taille contre le mur. J’arriva au fauteuil de Kaitaro avant de poser une main affectueuse sur son épaule et l’enlaça chaudement.

    ‘’ Toi aussi tu m’as manqué ! Contente de te revoir ! ‘’ Fis-je d’une voix des plus sincères et enjouée.

    Je lui offris un doux contact sur sa joue en guise de salutation et finis par me redresser, gardant une jambe entre celles de mon ami afin de me persuader que l’attention de Kaitaro restera présente, et de ma main droite, je la leva au niveau de sa tête afin de lui présenter le sachet.

    ‘’ J’espère que tu as faim, je nous ai acheté quelques trucs ! Pour ma part, je n’ai pas encore mangé ! ‘’

    Je déballa le sac, laissant une grosse boîte devant Kaitaro, mettant la mienne sur le bureau d’à côté, le mien. J’avais acheté divers mets, que ce soit divers sortes de sushis, du porc laqué ou des dangos, on avait l’embarras du choix ! D’un sourire paisible, je lui proposa du thé avant d’aller à l’autre bout de la pièce et en préparer. Une fois la chose faite et revins avec deux tasses et m’assis afin de me mettre au travail. Je fis glisser la boîte de côté, préférant ne pas mélanger bouffe et travail, ne sait-on jamais des accidents que cela pourrait causer. Je me frotta finalement les mains, me motivant à m’y mettre, avant que je ne vois une enveloppe à mon nom sur mon bureau. Cela m’enleva tout élan et, curieuse, le décacheta, regardant Kaitaro avant de repasser mon regard sur le sujet. Une mission rang S ... Mon sourcil s’arqua, voyant de quoi il s’agissait, une vague d’assassinat à Konoha ?! Eh bien, ils sont bien discrèts car vu la description dans la lettre cela semble d’être un gros poisson, toute une coopération ... Mes lèvres se mirent à bouger, tantôt à droite tantôt à gauche, avant de claquer ma langue d’agacement, et leva mes yeux vers Kaitaro, interrogative. Et là, je vis sur son bureau à lui, la même lettre. Nous sommes donc ensemble pour cette mission. Je repassa mon regard à nouveau sur la mienne avant de regarder à nouveau Kaitaro.

    ‘’ Tu es au courant de quoi que ce soit à propos de cette coopération ? J’en ai même pas entendu parler ... ‘’ Je relis à nouveau les lignes, tandis que mes traits se firent de plus en plus sérieux, tandis qu’on pouvait ressentir dors et déjà un certain froid dans ma voix. ‘’ Tsssk ... Les ordures. ‘’


avatar
~Chef de l'ANBU de Konoha~
Kaitaro Nagi~Chef de l'ANBU de Konoha~
▌Messages : 1019
▌Age : 24
▌Inscription : 17/12/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
478/1000  (478/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoroyuku-no-shinobi.keuf.net/forum.htm
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Mar 17 Avr 2012 - 16:02


Enfin tu es là !

Je pense avoir un début de piste.
Deux longues heures voilà ce qui me restait à supporter seule dans ce gigantesque bureau. J’aurais préféré rester dans mon lit jusqu'à ce que je … meure. Enfin oublions la supposition de mon éventuelle mort qui n’arrivera jamais, du moins pas avant très longtemps, j’espère. Bref évitons de penser à ce que m’est venus en tête depuis quelques secondes. J’aurais préféré avoir autre chose en tête que ces pensées macabre surtout que j’étais déjà servis par ce que je venais de lire. Une association de malfaiteur au sein du village de Konoha, mais comment-est-ce possible que personne ne m’en ait parlé. Peut-être que Juka sera au courant de quelque chose de vraiment important. Cette fois je m’en remettais uniquement à elle sauf si bien sur elle n’en sait pas plus que moi sur le sujet. N’empêche que je ne comprenais pas que ce genre de chose puisse arriver dans un endroit aussi calme et paisible de notre village qui on peut vraiment le dire car c’est vrai entame sa reconstruction.

Autant de chose en tête en environ une longue minute, elle m’avait paru vraiment trop longue, et m’avait fait perdre de vue l’objectif premier de ma présence ici c'est-à-dire de remplir cette foutu paperasse qui compliquait la vie de tous les hauts gradé d’un village, je ne vous cache pas que j’aurais bien laissé cette particularité de mon travail à la tour à n’importe qui mais le poste que j’occupe n’est pas donné a n’importe qui. Il faut le mérité et je sais bien qu’elle et moi nous le méritons amplement, nous avons toujours agit pour le bien des habitant de ce village et ce même quand nous étions absent. Durant un an nous avons toujours pensé à cet endroit qui nous a vu grandir, nous épanouir, et qui nous verras surement mourir. Encore une fois la mort revenait pendant que je remplissais les trois premières feuilles que j’avais mises devant moi d’un geste machinal, si peu de temps que j’avais repris mas fonction et pourtant j’avais repris la fâcheuse habitude de lire uniquement en diagonale et je peux vous dire que c’est assez pratique mais bien sûr qu’il est possible que je rate certaine chose de temps en temps et bien évidement ça pourrait quelque fois poser certains problème et on donne son accord pour un truc vraiment inutile certaine fois.

Bref revenons à ma besogne et donc à ces gigantesque pile qui se trouvait devant moi et occupait la moitié de l’espace de mon bureau et je peux vous dire qu’il est loin d’être petit. C’est d’un ennui incomparable d’être seul ici. Il me fallait un petit stimulant, je ne parle pas de café, ou d’une bonne nouvelle, quoi que … non c’était la voir que je voulais, la seule façon de chasser tous ce qui me prend la tête s’était d’entre avec elle et rien d’autre. Je l’aime vraiment, c’est officiel mais un dernier problème et de taille se dressait entre elle et moi. Ma timidité légendaire qui revient uniquement quand il ne faut pas. Il faudrait vraiment que j’arrive à m’en débarrassé car là ce n’est plus possible, je suis arrivé à un stade de ma vie ou je dois être plus fort que mes émotions ou du moins de certaines de mes émotions, et où je ne dois plus avoir peur de me faire rejeter, c’est vrai l’adolescence est passé depuis deux ans et je suis toujours comme un enfant je me retrouve devant elle, peut-être qu’un grand coup de pied aux fesses me fera du bien du moins j’ai quand même quelque doute par rapport à ça. Ben oui je tiens à mon petit postérieur musclé. Bref, je ferais mieux de continuer à bosser.

Le problème c’est que je n’avais pas arrêté alors vous imaginez bien que je ne pus que souffler avant de continuer. Ça faisait déjà une bonne heure que j’étais assis à gratter sur le papier et je ne vous cache pas qu’entendre le bruit de ce stylo glisser sur la feuille sans interruption peut vraiment vous pourrir votre journée, je me demande bien comment Fujita a fait quand il a dû gérer tout ça tout seul. Maintenant que j’y repense c’est de ma faute, si je n’avais pas mis un terme à la vie de Teach rien de tout cela ne serait arrivé… Mais qu’est-ce que je raconte ? Si j’ai tué l’ex bras droit c’est parce qu’il avait totalement pété les plombs et qu’il risquait vraiment de mettre une pagaille pas possible dans les relations inter villages. Il avait quand-même voulu soumettre Kiri, je ne vous cache pas que le jour ou kiri et Kumo sont arrivé je me suis dit que j’aurais surement du le laisser faire son œuvre et nous n’aurions pas eu ces problèmes. Bien sur mon cerveau, me mit tout de suite d’autre idée de conflits si je n’avais pas agis avec l’ancien mizukage. J’avais pris sa place, son titre, son grade et ses responsabilités, je devenais lui, mais uniquement d’un point de vue sociale. Je m’ouvrais un peu plus au gens mais étrangement c’était toujours avec elle que je bloquais.

Je voulais y arrivé, et jusqu'à présent j’ai toujours tout surmonté que je sois seul ou accompagné, jamais un blocage ne m’as arrêté dans ma vie et ça n’allait pas commencer aujourd’hui. Plus tard car d’aussi bonne heure je ne voulais pas lui jeter ça a la tête et qu’elle pense que c’est la fatigue qui parle. Je n’ai vraiment pas besoin que Juka pense quelque chose de la sorte. Et puis si je devais jeter un froid entre nous il valait mieux attendre que nous ayons finis cette mission, du moins si c’était bien elle qui devait venir avec moi. Si ça se trouve cette enveloppe n’a que la même apparence et le contenu est bien différent. J’avais arrêté d’écrire durant quelque secondes le temps de faire craquer mes phalanges et mon cou. Voilà qui est mieux niveau confort. En retournant a ma paperasse, je sentis un sentiment d’impatience remonter en moi. Mais pourquoi ? Il reste une demi-heure avant qu’elle arrive, et… deux pile de document devant moi. Je n’avais pas d’autre choix que de faire avec et en fait ce n’était pas dérangeant du tout, au contraire ça me motivais un peu de savoir que le temps passait si vite, car enfin il y aurait un peu de bonheur dans ce bureau, peut-être pour un court instant mais au moins nous serions ensemble jusqu'à ce que j’y aille et il se peut même que ce soit un peu plus tard si elle vient avec moi réglé le compte de cette bande d’en****é.

C’était autour de la rage de monter quand je pensais à ma mission. J’espère juste qu’ils n’auront pas besoin d’eux vivant après l’interrogatoire car je ne suis pas sûr d’avoir envie de laisser ce genre de criminel en prison. Ils une punition plus cruelle, une véritable torture pour le corps et pas question de le faire si ils sont K.O. Oui il m’arrive d’être un véritable sadique et ça dérange bien du monde pour une raison que j’ignore. Je ne fais ce genre de chose que lorsque celui à qui je le fais a commis des crimes aussi cruel que ce que je compte lui faire et je pense que faire partie de ce réseau de criminels qui tuent des villageois, est suffisant pour mériter que je me mêle de la punition qui leur est réservé, cependant ils ne devront jamais savoir qu’ils ne reverront jamais le monde. Je la sentais diminuer au fur et à mesure que le schéma de la cruelle punition se faisait clair dans mon esprit. Mes se rivèrent sur l’horloge plus que dix minutes… et bien elle était un peu en avance. Sans même me retourner j’avais compris que c’était elle, juste cette petite odeur agréable qui l’accompagne et qui apaise tout en attirant les gens à elle. C’était elle que j’aimais tant que faisait mon cœur chaviré à chaque mot qu’elle prononçait, à chaque petit geste d’affection envers moi. L’amour que je porte à Juka Kiyomizu sera peut-être la chose qui causera ma perte.

‘’ Toi aussi tu m’as manqué ! Contente de te revoir ! ‘’

Elle s’approcha et posa une main sur mon épaule et déposa un baiser sur ma joue. J’aurais tellement voulu tout lui dire maintenant, mais ma langue refusait de se délier. Je n’avais pas eu la moindre réaction, mis a part un sourire d’une tendresse incroyable et bien sur mon cœur battait tellement fort que j’avais presque l’impression qu’elle aurait pu l’entendre. Juka leva un sachet devant moi et mis une boite sur mon bureau. Mon dieu que je l’aime, elle pense vraiment à tout, le pire c’est que j’ai vraiment faim. Intelligente, belle, gentille et prévoyante. Je pourrais lui confier ma vie et je suis sûr que je ne risquerais rien. Vous n’imaginez même pas à quel point les premiers mots qu’elle m’a adressés m’ont touché. Je repensais à sa chute de tension, à ce que j’avais fait, à ce que j’avais dit et je me trouvais

‘’ J’espère que tu as faim, je nous ai acheté quelques trucs ! Pour ma part, je n’ai pas encore mangé ! ‘’

Sur le coup je ne dis rien, en la laissant continuer jusqu'à son bureau, elle avait surement déjà vu la lettre portant le sigle de Konoha. Elle la lit en quelque instant, vu l’expression de son visage en la lisant c’était la même mission que moi. Son amour pour les habitants est connu de tous et surtout de moi, alors je me doute bien que d’apprendre qu’un groupe s’en prend a ces gens qu’elle apprécie au plus haut point doit la faire bouillir de l’intérieur.

‘’ Tu es au courant de quoi que ce soit à propos de cette coopération ? J’en ai même pas entendu parler… ‘’

Nous sommes donc ensemble sur ce coup là. Non je ne savais rien de cette fameuse coopération mais je pense avoir un début de piste concernant l’endroit où ils pourraient se cacher. Il y a quelques années, j’ai dû débusquer un groupe un peu du même genre, ils étaient dans la forêt, une sorte de maison perchée dans l’arbre.

C’est le seul endroit où on pourrait se cacher de tout les habitants du village, et les va et viens sont assez facile a gérer.




Dernière édition par Kaitaro Nagi le Mar 2 Oct 2012 - 10:09, édité 2 fois
avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Jeu 19 Avr 2012 - 2:45

Descendante de Narcisse




    Mettre en avant
    Une certaine organisation.



    Des papiers, des documents, tant de piles ! Cela ne pourrait qu’être décourageant pour une personne qui n’est pas habituée au travail administratif comme moi, mais que voulez-vous, telle est ma fonction à présent, et je suis prête à tout donner pour notre Hokage, pour notre village ! Alors je suis toujours prête à y faire abstraction et donner un effort énorme tous les jours. Pas facile de gérer tout ceci ... Kaitaro et moi sommes sûrement les ninjas les plus polyvalents de Konoha l’air de rien ! Avec toutes nos fonctions, je me demande comment on peut avoir le courage de tenir le coup, d’avoir une vie privée en plus en dehors de tout cela ! L’amour envers notre village, fort probablement. En tout cas c’est mon cas ! Et certainement le cas de Kaitaro. Sinon ce n’est pas lui qui m’aurait demandé à le suivre pour déserter afin de revenir plus forts et sauver notre paradis.

    Oui, mon patriotisme me poussera jusqu’à mes limites, toujours, et je ne regrette pas de les exploiter ! On a déjà prouvé l’amour qu’on portait pour notre village, maintes fois, à présent le monde des ninjas le sait parfaitement avec ce Coup d’Etat. On n’a jamais abandonné. J’ai eu l’égarement et la folie de fuir au début, il est vrai ... Mais dans ma tête tout était perdu, et je pensais Fujita mort ... C’est toujours curieux de voir comment j’ai réagi face à ceci par ailleurs. Je me suis remise de la mort de mon père, et ce fut une perte destructrice. Fujita, je ne l’ai pas digéré, et je crains le pire si un jour je perdrais véritablement cet homme ou Kaitaro. Les ninjas doivent faire abstraction aux sentiments, hein ... Pourtant, ce sont ces sentiments précisément qui nous rendent plus forts. C’est grâce à cela qu’on a réussi un tel exploit qui semblait être perdu aux yeux de tous. On peut dire qu’on a réussi à explorer un miracle qui marqua l’histoire des shinobis. Oui, on devint héros grâce à nos valeurs, grâce à l’amour qu’on porte pour Konoha, grâce à l’amitié forte qui nous unissait afin de tenir le coup.

    Nous sommes donc ensemble sur ce coup là. Non je ne savais rien de cette fameuse coopération mais je pense avoir un début de piste concernant l’endroit où ils pourraient se cacher. Il y a quelques années, j’ai dû débusquer un groupe un peu du même genre, ils étaient dans la forêt, une sorte de maison perchée dans l’arbre. C’est le seul endroit où on pourrait se cacher de tout les habitants du village, et les va et viens sont assez facile a gérer.

    Kaitaro donne une hypothèse que cela pourrait concerner un groupe de qui il se serait occupé il y a quelques années ... Cela pourrait être une piste, en effet. Une piste à ne pas négliger, en aucun cas. Cependant, vu la situation, on ne peut pas se permettre de prendre trop de temps ... Si la chance est avec nous, en quelques sortes, Kaitaro pourra avoir raison dès son premier flair, mais je refuse qu’entre temps d’autres victimes feront surface ... Cette situation relativement délicate, il va falloir d’abord bien s’organiser avant de se précipiter tête baissée. Je lança un regard sur ma pile de feuilles d’un air las, qui sera mis de côté pour la mission, et posa mes coudes sur la table, soupirant longuement. Je baissa ma tête et passa nerveusement mes mains dans ma crinière, avant que ma main droite aida mon front à s’appuyer contre. Mes yeux alors rivés sur mon bureau, je lorgnais la mission, réfléchissant, faisant claquer ma langue plusieurs fois de suite, irritée par cette situation. Me pinçant les lèvres, je me redressa et ouvris la boîte afin de prendre une brochette de porc laqué, tandis que mon autre main souleva à l’aide de mon pouce et l’index la lettre. Ma mine se fit plus froide face à cette situation de manière relativement soudaine.

    ‘’ Il est écrit qu’à chaque scène de crime il y a une marque unique qui les identifie. ‘’ Commençais-je d’une traite. Je retira un bout de viande de la brochette à l’aide de mes dents, regardant toujours la feuille, avant de lever les yeux vers Kaitaro. ‘’ Hmmm ... Dis-moi ce dont tu te souviens du groupe que tu as débusqué il y a quelques années. Il va falloir qu’on s’organise. ‘’ Je posa la feuille sur la table, prenant un autre morceau de viande, avant de le poser dans son récipient respectif et saisis une serviette afin de m’essuyer mes doigts ainsi que mes lèvres, et continua, parlant plutôt à moi-même pour ce genre d'évidences. ‘’ Ne pas précipiter les choses ... Au risque de les laisser causer d’autres victimes, et ça, je refuse. Le groupe en question se démarquait-il de quelque chose ? Je crains qu’il va falloir passer sur les scènes de crime afin de voir la marque unique en question. Si cela te dit quelque chose, on va chercher à les débusquer à partir de la cachette dont tu parles. Premièrement ... ‘’ Je soupira d’agacement suite à ce que j’allais dire. ‘’ Il ne faut pas les tuer, car on aura besoin de les cuisiner, pour trouver la source. On les gardera en prison jusqu’à ce qu’on la détruise. ‘’ Je regarda par la fenêtre, plissant mes yeux de mépris, sentant mon coeur se serrer. Ma voix se fit plus hargneuse suite à cela. ‘’ Ensuite, quand on aura atteint cet objectif ... Je ne donne pas cher pour leur peau. Eeeeh ... En espérant que le destin nous sera avantageux, et qu'il s'agirait bel et bien du groupe dont tu parles. ‘’

    J’eus un tic relativement voyant de mépris au niveau de ma paumette droite, et regarda ma brochette, la laissant sur place, avant de me lever d’un coup, le papier en main, m’approchant de la fenêtre, désireuse d’admirer le village de Konoha. Ils doivent être sacrément malins, et d’une discrétion envieuse ... On ne pourra pas les attrapper d’un coup ainsi, il va nous falloir du temps pour la réflection également. Je refuse de faire tout ceci tête baissée, sans avoir analysé avant. C’est bien trop risqué. Ma main frôla doucement un bout du cadre de cette énorme fenêtre, et mon regard se perdait en bas. Tout semble pourtant si calme, regardant ce village ... Qui aurait cru qu’une telle organisation souillerait nos terres ? Tsssk, les enfoirés ... On ne les laissera pas faire ! On n’a pas sauvé notre patrie pour que des ignobles insectes font du mal aux habitants ! On leur a promis une longue paix à Konoha en libérant notre village !

    ‘’ Il va falloir également voir si les victimes n’ont pas de liens entre eux. ‘’ Fis-je d’une voix plus douce, pensive. ‘’ Cela pourrait nous confirmer une piste, avec un peu de chance, ou pas. On ne sait pas s’ils le font pour une raison exacte ou non. ‘’ Je me retourna vers Kaitaro, le soleil commençait à m’éblouir quelque peu, et je le désigna du regard, prenant d’avantage un air plus doux, ne voulant pas inquiéter Kaitaro sur mes mauvaises pensées. ‘’ Qu’en penses-tu ? ‘’

    Dans ce genre de situation, il va falloir réfléchir vite, et ne pas traîner, sans pour autant nous précipiter. Cependant, dès que nous avons tous mis en place, il est clair qu'on ne va pas rester encore plus longtemps ici !


avatar
~Chef de l'ANBU de Konoha~
Kaitaro Nagi~Chef de l'ANBU de Konoha~
▌Messages : 1019
▌Age : 24
▌Inscription : 17/12/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
478/1000  (478/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoroyuku-no-shinobi.keuf.net/forum.htm
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Dim 3 Juin 2012 - 22:22


Que la chasse ….

… commence.

Le poste que j’occupe depuis maintenant un certain temps est vraiment d’une importance capitale pour le village et surtout pour la santé mentale de notre cher Fujita-Sama. Cependant la quantité de travail que Juka et moi nous imposions était vraiment gigantesque. Ces innombrables piles de papier sont vraiment d’un ennui terrassant. J’espérais qu’un jour j’aurais droit a un peu d’action histoire de me sortir de cette fichue routine. Cependant je n’aurais jamais pensé que ce serait une telle bombe. C’était totalement invraisemblable, qu’une telle chose arrive ici. Les rues étaient toujours bondées et nous étions à l’affût du moindre mouvement suspect. C’est vraiment perturbant de savoir qu’il existait au sein de notre village un groupe d’homme capable de tels méfaits. Durant la dernière bataille que nous avions livré a Konoha certains m’avaient trouvé brutal voir même parfois inhumain tellement mes attaques avaient été sauvage mais ce n’était rien comparé à ce qui attendait ce groupe de criminel.

Je ne pensais pas qu’un jour quelqu’un arrive à me pousser à bout une seconde fois, je pouvais accepter bien des choses, qu’elles soient dur, affreuse ou douloureuse, il arrive que l’homme soit obliger de passé par là pour devenir grand mais prendre une vie par pur plaisir je déteste ça. Pourquoi ? Il y a deux raisons la première c’est que personne n’a droit de vie et de mort sur les autres et surtout que cela n’apporte rien de plus qu’un bref instant de bonheur avant de replonger dans un mal être profond. Durant cette phase où je me sentais comme dans un état second. J’avais l’impression d’être spectateur de mon corps, il m’était arrivé de le faire mais jamais avec des habitants du village. Je suis prêt à donner ma vie pour eux et je l’ai prouvé plus d’une fois et je ne changerais pas. Je leur dois bien ça, après tout ils ont confiance en moi et ce même quand j’ai déserté avec les autres, ils n’ont jamais cessé d’espérer que nous reviendrions récupérer ce qui nous avait été dérobé de façon aussi lâche. Enfin, ce qui est fait est fait et mon problème est maintenant tout autre qu’une revanche. Maintenant c’est une protection que je dois assurer.

Je ne voyais qu’un seul et unique groupe capable de commettre de telles atrocités, c’est celui que j’avais démonté il y a quelques années dans la forêt de la mort. Comparé à moi, ils n’avaient rien de vraiment spectaculaire mais pour que l’on choisisse de m’envoyer avec Juka c’est soit qu’il y a eu de sacré progrès soit ce n’est pas du tout le même groupe. Ils avaient surement reçu des renforts de poids, peut-être certains des mercenaires en provenance d’Hayashi, ce serait bien leurs genre dans des affaires pareilles. Avant de mêler qui que ce soit de ce village annexé, j’avais préféré parler uniquement de la possibilité que ce groupe soit de retour et qu’il décide de refaire parler de lui. Je n’avais pas encore mangé grand-chose alors j’avais l’impression que mon cerveau surchauffait, d’un air un peu détaché je pris l’une des brochettes de trois morceaux de viande que je dégustai un à un. Mon dieu que c’était, s’en était presque offensant par rapport à la situation de manger quelque chose d’aussi bon. Cependant, malgré le gout exquis de la nourriture nous ne perdions pas de vue l’objectif. Nous allions mener notre petite enquête.

Je me demandais bien ce que Juka avait en tête, je savais qu’elle détestait que l’on s’en prenne aux habitants du village, donc je me disais qu’elle devait être en train de bouillir de rage intérieurement mais en même temps qu’elle ne devait pas se laisser submerger pour pouvoir réfléchir correctement. En tout cas c’est ce que je ressentais, elle et moi étions assez semblable de ce côté. Apparemment la piste que je lui avais donné l’intriguait mais un point me chiffonnait, si nous nous déplacions nous finirions par inquiéter une grande partie de la population, pour que les deux San’Bou soient obligés de s’en mêler c’est que c’est vraiment quelque chose de grave et bien sûr mettre les gens dans un état de peur constance. Ce n’était surement pas l’effet recherché. Cependant nous n’avons pas vraiment le choix car cette tâche est la nôtre. Elle semblait un peu perplexe

‘’ Il est écrit qu’à chaque scène de crime il y a une marque unique qui les identifie. ‘’ ‘’ Hmmm ... Dis-moi ce dont tu te souviens du groupe que tu as débusqué il y a quelques années. Il va falloir qu’on s’organise. ‘’ ‘’ Ne pas précipiter les choses ... Au risque de les laisser causer d’autres victimes, et ça, je refuse. Le groupe en question se démarquait-il de quelque chose ? Je crains qu’il va falloir passer sur les scènes de crime afin de voir la marque unique en question. Si cela te dit quelque chose, on va chercher à les débusquer à partir de la cachette dont tu parles. Premièrement ... ‘’ ‘’ Il ne faut pas les tuer, car on aura besoin de les cuisiner, pour trouver la source. On les gardera en prison jusqu’à ce qu’on la détruise. ‘’ ‘’ Ensuite, quand on aura atteint cet objectif ... Je ne donne pas cher pour leur peau. Eeeeh ... En espérant que le destin nous sera avantageux, et qu'il s'agirait bel et bien du groupe dont tu parles. ‘’

C’est fou comme elle pouvait avoir raison. Malgré le fait que les expressions de son visage durant sa tirade exprimaient une certaine aversion. Juka avait raison il fallait absolument que l’on mène notre enquête, qu’on passe sur les scènes de crime et surtout qu’on voit si il y a bien un lien avec le groupe que j’avais capturé. Cependant j’avais du mal à admettre le fait qu’il ne faille pas les tuer tout de suite, car maintenant que j’y repensais j’avais eu le choix entre les tuer ou les livrés en vie, et comme un idiot je leur avais laissé la vie sauve. Vous imaginez bien que si c’est eux je ne pourrais surement pas supporter de faire la même erreur deux fois. Ce serait dur mais j’allais devoir obéir à cet ordre sans broncher même si cette fois ce serait a contre cœur que j’obéirais. Au moins elle avait trouvé de quoi me donner une bonne raison d’obéir. Elle ne donnait pas cher de leurs peaux une fois cette mission effectuée. Moi qui n’aimais pas être bourreau j’aurais été prêt à donner mon bras gauche pour les tailler en pièce et ce dans les pires souffrances qui soit.

Je ne disais pour l’instant pas le moindre mot, j’essayais de me rappeler des détails de ma mission antérieure. C’était la chose la plus importante que j’avais à faire pour l’instant. Tous ces souvenirs étaient tellement lointains que je peinais à les retrouver. Pas étonnant avec tout ce que j’avais vécu depuis. C’était bien trop loin pour que tout me revienne d’un coup, ce serait plus long que je pouvais penser mais j’avais je pense l’essentiel, le nom du chef, la planque, et surtout le fait qu’ils prenaient toujours l’argent et laissaient le reste du portefeuille. Cependant leurs motivations m’étaient inconnus, et si quelqu’un d’extérieur les embauchaient. C’était quelque chose dont j’ignorais tout, il faudrait que je retrouve l’un d’entre eux pour le faire parler. L’un d’entre eux avait été libéré pour me servir d’indicateur. Par contre, ça fait bien deux ans que je ne lui ai pas demandé le moindre tuyau alors, lui mettre la main dessus sera surement très difficile. Il va donc falloir qu’on s’y mette tout de suite pour résoudre cette affaire et ce le plus vite possible.

’ Il va falloir également voir si les victimes n’ont pas de liens entre eux. ‘’ ‘’ Cela pourrait nous confirmer une piste, avec un peu de chance, ou pas. On ne sait pas s’ils le font pour une raison exacte ou non. ‘’ ‘’ Qu’en penses-tu ? ‘’

Un lien entre eux ? Ce n’était pas le genre de chose que le groupe que j’avais appréhendé cherchait, il voulait juste de l’argent et donc s’en prenait au premier venu et espérait trouver de l’argent. Il ne visait jamais quelqu’un en particulier. Peut-être se sont-ils trouver une raison d’œuvré. J’espérais sincèrement qu’on ait un peu de chance et que l’on me dise que les premiers ninjas arrivé sur place ont retrouvé les portes feuilles. Ça me donnerait tout de suite une idée de l’endroit où chercher. J’étais appuyé sur mon bureau les yeux fermé toujours dans mes pensées avant de répondre à Juka.

– D’après ce dont je me souviens, ils se trouvaient dans une cabane au milieu de la forêt de la mort. Leur boss s’appelait Kinjo Moyato si je me souviens bien. Ils étaient uniquement attirer par l’argent et se contentait de le voler sans forcément faire de victime. C’est pour ça que j’ai pu mettre la main sur eux. Ils ne cherchaient pas forcément quelque chose. Cependant, ils se pourraient qu’ils aient trouvé quelqu’un qui donne suffisamment d’argent pour les prendre comme homme de main. A l’époque je ne te cache pas que c’était de vrai brelles, que j’avais capturé en deux temps trois mouvements mais avec la claque qu’on a mis aux mercenaires d’Hayashi il se peut que certains soient allé gonfler leurs rang. Nous n’avons pas d’autre choix que de faire ce que tu viens de proposer.



Dernière édition par Kaitaro Nagi le Mar 2 Oct 2012 - 10:10, édité 2 fois
avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Jeu 7 Juin 2012 - 4:06

Descendante de Narcisse




    Il est temps.

    Cette délicate situation m’agaçait, je ne comprenais pas. Pourquoi ? Pourquoi tous ces meurtres ? Pour quelles raisons ? Politiques ? Une histoire de vengeance concernant un sujet en particulier ? Je mordis nerveusement l’ongle de mon pouce, appuyant mon fessier contre le cadre de la fenêtre. Ce qui est embêtant c’est que je ne sais par où serait-ce le plus sage de commencer, afin d’éviter de gaspiller du temps. Que faire ? Commencer directement, tête baissée, misant sur la chance sur la piste des criminels passés de Kaitaro, prendre son temps d’analyser les scènes ? C’était pas évident ... Je ne voulais pas que d’autres victimes surgissent. Nous sommes des ninjas, des êtres devant protéger au péril de leur vie leur village. Les habitants mettent leur confiance en nous, et nous possédons leur sécurité sur nos épaules. Une tâche honorable mais lourde de responsabilités. Déjà là je suis frustrée qu’ils ont pu enlever des vies ainsi. Pourquoi j’ai ces sombres souvenirs de notre désertion qui reviennent ? Je tins ma tête à l’aide de ma paume, glissant de front à ma chevelure neige, fermant les yeux. Combien de kirijins ais-je massacré sans aucune pitié ? Pas forcément des malfaisants, mais rien que de simples villageois errants avait tout bonnement le malheur de me croiser. Je me demande si Kaitaro sait que j’ai fait de telles choses ...

    D’après ce dont je me souviens, ils se trouvaient dans une cabane au milieu de la forêt de la mort. Leur boss s’appelait Kinjo Moyato si je me souviens bien. Ils étaient uniquement attirer par l’argent et se contentait de le voler sans forcément faire de victime. C’est pour ça que j’ai pu mettre la main sur eux. Ils ne cherchaient pas forcément quelque chose. Cependant, ils se pourraient qu’ils aient trouvé quelqu’un qui donne suffisamment d’argent pour les prendre comme homme de main. A l’époque je ne te cache pas que c’était de vrai brelles, que j’avais capturé en deux temps trois mouvements mais avec la claque qu’on a mis aux mercenaires d’Hayashi il se peut que certains soient allé gonfler leurs rang. Nous n’avons pas d’autre choix que de faire ce que tu viens de proposer.

    Si ce sont les mêmes ... Et qu’ils effectuent ces horreurs pour les mêmes raisons ... Ce serait pour l’argent ? Non ... Je n’arrivais pas à comprendre. Pourquoi ? Si ce sont eux, l’objectif devait être différent, je ne sais pas ! Mais on ne fait pas tant de victimes laissant une marque bien à eux pour l’argent ... Je m’approcha élégamment, d’une mine cependant tiraillée par une irritation certaine, vers le bureau, et pris une brochette avant de la reposer. Nan, tout ceci me coupe l’appétit. Je posa alors mes mains sur le bureau, mettant un certain poids, et me mis à observer Kaitaro. Je l’observais ... Je ne sais pas pourquoi en fait, mais je me plaisais à exploiter chacun de ses traits. Cela m’apaisait, me donnait une certaine force. Je l’observa longuement alors ainsi, ne sachant plus à quoi je pensais tant tout s’emmêlait en moi, mais je sentais que je me perdais moins dans son regard. J’avais une soudaine pulsion d’affection que je retins, qui s’exprima par un rictus. Ce n’était pas le moment, mais je ressentais ce besoin. Je me sentais mieux, toujours, lorsqu’il est là. Comme avec Fujita, la vie semble prendre tout son sens avec mes proches à mes côtés.

    Je me redressa silencieusement repensant aux paroles de mon ami et m’approchea de la fenêtre afin de la faire coulisser. Une douce brise entra, soulevant élégamment ma crinière. Ce n’est pas un vent agaçant, mais bien une douce et tiède brise que j’aimais tant. Mon regard se porta de nouveau en bas, voyant l’animation de notre village, et mon coeur se serrait, encore. Comment est-ce possible de souiller notre paradis ... Quand on aura détruit la source, je refuse qu’ils soient en vie esuite. Je veux les voir mourir en regrettant leurs gestes. Telle est une punition digne d’eux. On verra sur place ... En attendant on devait bouger.
    Je revins vers le bureau afin de fouiner quelque peu, cherchant des documents concernant ce dit crime et trouva quelques adresses qui concernait cette affaire. Je souris tendrement à Kaitaro, comme pour l’encourager, et lui tins la liste afin qu’il la garde sur lui. Pour ma part, je remis mon bâton sur mon dos.

    ‘’ Deux San’Bou se balladant, les personnes pourraient croire à une sortie, ce n’est pas la première fois qu’on sort ensemble. Mais dans ce genre de situations, on pourrait en inquiéter plus à mon avis. Il serait plus sûr que tu sors par la porte, je prends la fenêtre et on se rejoint en bas. ‘’ Je posa mon index suivi de mon majeur contre mes lèvres et souris une dernière fois à Kaitaro avant de dire soudainement d’une voix plus militaire et sèche. ‘’ Henge ! ‘’

    Une légère et douce fumée s’éleva et je sortis du champ de vision de Kaitaro. Glissant sous le bureau, j’arriva à ses pieds, émettant un doux et innocent bruit. Un miaulement. En effet, je me transforma en une élégante chatte au poil mi-long brun chocolat, avec des yeux d’un vert pétant. Pourquoi pas blanc ? Ma couleur naturelle capillaire est le brun. Amusée par cette transformation, je joua quelque peu le jeu, et me mis à glisser entre les chevilles de Kaitaro en ronronnant avant de sauter sur ses genoux et pencher ma tête sur le côté, observant mon ami de ces yeux énormes. Ce contact fut rapide car d’un geste de queue, je voulus dire qu’il était temps et je sauta sur le bureau, avant de retomber à terre et rejoindre la fenêtre, toujours ouverte. Un autre miaulement des plus candides sortit de ma gueule et je finis par sauter afin de retomber pile sur la pagode d’en dessous. J’espérais que Kaitaro allait fermer la fenêtre.

    C’est dans un pas élancé et inaudible que je me mis à gambader sur les tuyauteries, comme le plus simple félin que j’étais censée incarner, avant de sauter sur un arbre non loin d’ici et descendre aisément. C’est que cet animal est bien pratique ! Arrivant en bas, j’avais la porte de la Tour dans mon champ de vision et m’assis tranquillement au tronc, attendant mon ami. Ma queue balançant à droite et à gauche, mes yeux ne quittèrent pas la porte, comptant chaque seconde, déjà impatiente de le revoir.


avatar
~Chef de l'ANBU de Konoha~
Kaitaro Nagi~Chef de l'ANBU de Konoha~
▌Messages : 1019
▌Age : 24
▌Inscription : 17/12/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
478/1000  (478/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoroyuku-no-shinobi.keuf.net/forum.htm
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Sam 9 Juin 2012 - 19:52


Et c'est partit !!

..

Je ne suis ni énervé, ni stressé, ni même un peu effrayer. Ces états m’ont déjà quitté depuis quelques instants. C’est surement ce côté sombre de ma personnalité qui était en train de ressortir. Pourquoi maintenant surement un excès de haine. Je déteste ça quand ma haine est tellement forte que je ne ressens quasiment plus rien. J’avais encore les yeux fermé et pourtant je revoyais bien des choses. De nombreux moment de ma vie qui se succédait des plus viles aux plus émouvants. C’est vraiment étrange de voir que j’ai dû me forcer pour retrouver les songes de cette mission mais je me souvenais parfaitement de ce que j’avais fait quand j’avais huit ans. C’est d’une stupidité sans nom mais bon c’est quand même ma faute car je suis le seul a pouvoir gérer mon cerveau et si il est dans un tel état je pense qu’il faudrait que je prenne ce court moment de relaxation qui me guidait souvent vers cette paix éphémère qui me fait tant de bien. Enfin revenons a cette situation qui est maintenant plus que critique que mes problèmes personnel.

Si c’était vraiment ce groupe de crétin et que les mercenaires les avaient rejoint nous aurions de sacré problème pour réussir a les mettre derrière les barreaux. Non, ce serait une douceur de les mettre en prison. Il faudrait quelque chose de beaucoup plus efficace et radical qu’une simple peine de prison, il n’y a que la… mort qui pourrait vraiment être utile. C’est surement la seule chose que je voudrais pouvoir leurs infliger. J’espère juste qu’elle me laisserait faire, mais en fait je suis sûr qu’elle me laisserait le faire. J’ouvris les yeux pour revenir a cette dur réalité. Je la cherchai du regard. Elle était là juste devant moi, normalement je n’aurais jamais pu penser qu’il y avait au moins une chose de positive dans une journée pareille mais ça c’était avant de la rencontrer. Juka est surement la seule personne qui pourrait me pousser à faire des choses plus ou moins inhabituelle. C’est à cause de l’amour que je lui porte qu’elle est sans aucun doute mon talon d’Achille. Je sentais que j’avais de plus en plus de mal à me cacher. De toute façon il faudrait bien un jour que j’arrive a briser ce silence qui devient de plus en plus pesant. Elle me regardait, je sentais son regard parcourir mon visage, comme la toute première fois. Ce jour où nous avons tous les deux été presque captivé, la première fois que nous avons parlés, la première nuit blanche que nous avons passés ensemble. Nous avons partagé bien des choses que personne ne pourrait nous enlever et nous avions un lien invisible qui se nomme le patriotisme. Elle et moi, avons tous deux fuit le village pour le reprendre une fois prêt.

Malgré tout ce temps je n’ai jamais pu lui dire ce que je ressentais car je pensais que ce n’était pas le moment. C’était décidé, après que cette affaire se termine j’allais tout lui dire. Ma dulcinée se redressa et se mit devant une fenêtre qu’elle ouvrit et je sentis une brise comme il y en a tant a Konoha. C’était comme une caresse d’ange. Juka revint lentement vers le bureau, moi je restais immobile pendant qu’elle cherchait quelque chose dans les piles de document que apparaissaient sur le magnifique bureau. C’est alors qu’un sourire quasiment divin se dessina lentement sur ce visage angélique. Ce sourire qui m’a fait fondre de nombreuse fois. J’avais presque envie de la prendre dans mes bras et de la serrer tout contre moi mais je pensais que ce serait surement quelque chose de très déplacés en sachant la situation actuelle.

‘’ Deux San’Bou se baladant, les personnes pourraient croire à une sortie, ce n’est pas la première fois qu’on sort ensemble. Mais dans ce genre de situations, on pourrait en inquiéter plus à mon avis. Il serait plus sûr que tu sors par la porte, je prends la fenêtre et on se rejoint en bas. ‘’ ‘’ Henge ! ‘

Elle a vraiment l’art d’illuminer mes journées ma petite Juka, et surtout celui de m’amuser même dans les situations les plus graves. Cette transformation en chat était vraiment apaisante, j’aimais les animaux et il faut dire que j’ai un certain lien avec les félins. La couleur de son pelage était marron et tigré. Elle passa entre mes jambes et ses poils soyeux en contact avec mon mollet me donnaient ‘l’impression d’être caresser par une plume. Mon ami à l’apparence féline sortit par la fenêtre. Il fallait que j’aille la rejoindre et vite car nous avions quand même peu de temps devant nous avons que ces e******s ne frappent encore une fois. Je fis un pas vers la porte de mon bureau mais une seconde brise me caressa doucement la nuque. J’avais oublié de fermer la fenêtre. Il faut dire que maintenant j’étais un peu méfiant de tout alors l’accès à mon bureau devait être le plus sécurisé possible alors il était essentiel que je la ferme et que personne d’autre ne rentre ici en mon absence. Je fis donc un demi-tour rapide pour fermer cette fenêtre et cette fois j’étais partit. Mine de rien Juka me manquait déjà. J’aurais bien voulu qu’on ne se soit pas séparé même durant ces cours instants. Je fis le plus vite possible en descendant les marches par lots de quatre. Une fois arrivé en bas, je fis un pas vers la lumière de l’extérieur et j’y étais.

Le soleil qui avait été absent lorsque j’arrivais au travail avait maintenant repris sa place. C’était à présent complètement impossible d’imaginer qu’avec un paysage aussi beau quelqu’un aurait l’idée d’entacher ce cadre magnifique. Je cherchais mon amie du regard. Je ne savais pas si elle était resté en chat ou si elle avait repris forme humaine alors je me mis a la chercher du regard. Etant donné que je ne vis aucune trace du vrai corps de Juka alors j’en déduis qu’elle était resté en chat. La question qui se pose maintenant c’est : Où est-elle ? Je me mis alors a l’attendre appuyé doucement contre un mur de la tour car si je pars et qu’on se perd de vue on sera un peu embêter. Une autre petite brise fit bouger le feuillage d’un arbre qui était juste devant moi et c’est là que je la vis juste devant une petite chatte aux grands yeux verts qui me regardait. L’air de rien j’avançais vers mon amie toujours transformer et je la levai avec un grand sourire avant de la reposer au sol et de glisser un discret.

On y va !!



Dernière édition par Kaitaro Nagi le Mar 2 Oct 2012 - 10:11, édité 6 fois
avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Sam 9 Juin 2012 - 22:21

Descendante de Narcisse




    Un meurtre,
    Un châtiment sans nom.



    Dors et déjà impatiente, mon apparence féline m’incita à remuer élégamment ma queue de droite à gauche, scrutant attentivement la porte. Il ne devait pas tarder, mais je voulais déjà le revoir, et pourtant, je suis devant la souche depuis très peu de temps. Mes oreilles se redressèrent vivement, voyant la porte de la Tour s’ouvrir, et la silhouette que je connaissais tant apparut. Je resta cependant sagement sur ma position afin de ne pas éveiller un quelconque soupçon, mais il fallait bien que mon ami me trouve. C’est après quelques coups d’oeils discrèts qu’il finit par m’apercevoir, et le voyant s’avancer vers moi je me redressa, émettant un discrèt petit miaulement affectueux.
    Kaitaro profita de mon apparence afin de me soulever à l’aide de ses bras, ce à quoi je répondis par un ronronnement, appréciant comme toujours notre contact. Il finit par me déposer tout en m’annonçant qu’on y va. Je me glissa de nouveau entre les jambes du jeune homme, frottant mon pelage contre lui et donnant des coups de tête, avant de finir par m’en séparer, mais jamais trop loin. En aucun cas, on ne doit se perdre de vue. J’observa toujours Kaitaro, penchant ma tête sur le côté, remémorant une des adresses que j’ai vu sur la feuille. Konoha doit être le seul et unique endroit où je peux trouver mes répères concernant mon orientation ... Et encore, je serais capable de me perdre, me connaissant. Mais l’adresse qui me vint en tête fut une rue loin d’être inconnue, et c’est en glissant un doux ‘’ Mrah ‘’ à mon ami, espérant qu’il comprenne qu’on va y aller, que je m’écarta tout de même afin de ne douter personne, et fit mine de faire une promenade des plus banales d’un félin, sans pour autant prendre mon temps, car on en manquait cruellement. Je pris l’élan afin de sauter sur un balcon, et sur celui d’au-dessus, jusqu’à me retrouver sur la toiture, et agita élégamment ma queue en direction de Kaitaro. D’en haut, on paraîtra moins aux autres, c’est le mieux à faire.

    C’est ainsi que je me permis alors à prendre de la rapidité et sauter de toit en toit afin d’arriver bien rapidement à l’un des lieux du crime. Une habitation à présent abandonnée et qui puluait le cadavre ... Quelqu’un surveillait l’entrée, l’un des nôtres. Je me retourna, observant Kaitaro, et m’approcha de cet homme. Il devait sûrement être au courant que nous sommes sur cette affaire, et c’est pour cette raison que, sachant que nous sommes que tous les trois, je repris mon apparence normale, ce qui surprit tout de même le garde et fit un sourire nerveux, ce à quoi je lui répondis d’un sourire bienveillant, comme à mon habitude. Sentant la présence de Kaitaro près de moi, je lui pris discrètement la main afin de l’approcher plus rapidement à mes côtés. L’homme s’inclina devant nous bien bas, visiblement enchanté, mais un rictus restait sur son visage.

    ‘’ M-merci d’être arrivés aussi vite, Kaitaro-sama, Juka-sama ... ‘’ Il soupira avant de s’écarter et nous laisser champ libre. ‘’ Je vous confie le reste. ‘’

    Me pinçant les lèvres, je fis le premier pas, regardant attentivement l’appartement. Il était petit, une pièce comprenant la cuisine et le salon, comme le lit à la fois, avec la salle de bains qui est séparée du reste. Je pris mon temps de m’avancer doucement et inspecter les environs, ne voulant pas par mégarde effacer une quelleconque preuve. Finalement, mes doigts finirent par glisser délicatement sur un mur, comme essayant de me mettre dans l’ambiance au maximum. Et mon regard finit par se poser sur la chose qui fut mise en évidence mais que je m’évertuais à ignorer au début – Le corps, couvert d’un drap blanc, et au-dessus de lui, de l’encens déjà consumé. Malgré que c’est notre boulot, je me tourna tout de même vers le garde, qui approuva d’un hochement de tête que oui, nous pouvons analyser le cadavre, il ne fut pas déplacé et fut gardé tel qu’ils l’ont trouvé.
    Ce n’est jamais évident, mais nous ne sommes pas confrontés pour la première fois à des morts. Pire, nous sommes ceux qui enlèvent silencieusement la vie de certains. Je m’agenouilla doucement devant la victime, avant que mon pouce et mon index ne prenne un bout de tissu afin de faire découvrir lentement le corps nu d’une femme. A l’odeur, ce crime n’est probablement pas le dernier ... Mais aucune trace d’égratinure, mis à part ... Des bleus au niveau de sa gorge, probablement par strangulation, et du sang sec sur la moquette au niveau de la tête. Je me permis de saisir le corps d’un sexe que je méprise tant qui m’est de plus inconnu afin de le soulever, et ce que je vis me fit retourner l’estomac comme pâlir. Prenant soin de la redéposer, je m’écarta soudainement, mettant une main contre mes lèvres, écoeurée par ce que je venais de voir.

    ‘’ C’est donc la fameuse marque ? ‘’

    Je regarda Kaitaro un moment. L’avait-il vu ? Je ne faisais même pas attention à ce qu’il faisait. Malgré tout mon mépris, toute ma haine que je pouvais ressentir envers les femmes, je ne pouvais que ressentir une tristesse profonde, imaginant à quel point la victime a dû agoniser. Ravalant ma salive, je baissa mes yeux et d’un signe de main, demanda mon ami de s’approcher. Je pris de nouveau courage, malgré ma grimace –c’est après tout mon devoir-, et retourna délicatement le corps.

    ‘’ On avait comme information qu’ils laissent une marque unique à chaque scène de crime ... ‘’ Le corps se reposa sur le ventre, et on pouvait voir une croix diagonale se dessiner sur son crâne partiellement rasé également. L’entaille n’était pas grande, mais si profonde ... Les bribes d’os restaient encore, et on pouvait apercevoir au bout le début de la cervelle. J’huma alors au-delà de cette odeur immonde une autre bien plus familière et courante, dont on pouvait apercevoir encore des restes autour. ‘’ Regardes. Le criminel a fait une croix dans le crâne de cette femme et a frotté cette entaille avec du sel. Ce châtiment est normalement prévu pour condamner la victime à une mort lente et des plus douloureuses ... ‘’ Je passa délicatement mon index sur le cou bleuté du cadavre. ‘’ A mon avis, elle n’est pas morte par strangulation ... Ce fut seulement pour l’affaiblir. Sinon, je ne vois pas pourquoi il aurait utilisé le sel. Il désirait qu’elle meure lentement, agonisant de tout son être. ‘’

    Je remis le corps en place, remettant le drap, et m’écarta rapidement à nouveau, dégoûtée par cette scène. Il me fallait désinfecter mes mains, et vite.

    ‘’ C’est étrange ... Pourquoi leur faire subir cela ? ‘’

    Je sortis un mouchoir, que je m’empresserais dès que je peux de le jeter, m’essuyant les mains. Dès qu’on sort, j’irais trouver un point d’eau pour rincer mes mains, il n’y a pas moyen ! Cependant, une autre question me turlupinait alors – Est-ce que des biens ont été volés ?
    J’avais beau avoir vu des atrocités dans ma vie, alors pourquoi ? Pourquoi j’ai mon coeur et mon estomac qui se serre face à cette marque ? Sûrement car automatiquement, j’imagine ce que cette femme a dû endurer ... Je porta discrètement mon bras vers mes lèvres, sentant comme une remontée d’acide. Entre ceci et cette odeur de cadavre, cela n’arrange rien ... Je toussa et sortis nerveusement de l’appartement, donnant à un balcon, et m’appuya contre le mur afin de me glisser et m’asseoir. Il me fallait fumer ... J’allais revenir une fois la chose faite.


avatar
~Chef de l'ANBU de Konoha~
Kaitaro Nagi~Chef de l'ANBU de Konoha~
▌Messages : 1019
▌Age : 24
▌Inscription : 17/12/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
478/1000  (478/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoroyuku-no-shinobi.keuf.net/forum.htm
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Lun 11 Juin 2012 - 0:43

« Mais quelle est cette folie ? »




J’ai déjà trépigné d’impatience plus d’une fois dans ma vie et je peux vous dire que ce que je suis en train de faire en ce moment est beaucoup plus puissant que ça. Un grand nombre de choses me traversent l’esprit, bonne comme mauvaise, revoir celle qui fait battre mon cœur, mettre ce groupe en pièce, en finir avec cette foutu pile de dossier, toute cette impatience donnait une sorte de monté d’énergie phénoménale et le plus dur c’est quand même de ne pas se laisser emporter par tout ça et faire une sottise. Il fallait trouver un plan, malgré que cette situation fût critique, et que l’excitation empêchait une réflexion correcte. J’essayais tant bien que mal de relâcher la pression en régulant mon rythme cardiaque ce qui était apparemment impossible en ce moment. Pourtant je l’ai fait plus d’une fois. Ce pourrait-il que ce que je ressens commence à prendre le pas sur ma volonté ? Si c’est le cas je pense vraiment que je suis dans de beaux draps. Il y a un moyen de me calmer flagrant c’est de réaliser chacune de ces envies au plus vite. La plus simple était sans aucun doute de retrouver Juka à l’extérieur de la tour. Vu qu’elle était surement en train de m’attendre pour qu’on puisse mettre un terme aux agissements de ces assassins. Je mis ma main sur la poignée de la porte et appliquai une pression dessus pour que la porte s’ouvre. Le soleil pénétrait dans l’immeuble au fur et à mesure que l’entrebâillement de la porte augmentait. Je sortis, légèrement gêné par le soleil mais bien vite mes yeux se réhabituèrent a la force du soleil. Une fois que ma vision fut correcte je pus poser les yeux sur un le magnifique félin qui avait quitté le bureau juste avant moi en passant par cette fenêtre.

Après ces retrouvailles chaleureuse Juka émit un petit miaulement tout ce qu’il y a de plus mignon, et commença à avancer. Elle avait surement quelque chose en tête et donc logiquement je me mis a la suivre sans même me poser de question en prenant un air dégager jusqu'à ce qu’elle monte sur le balcon. Là c’était clair que nous allions passer à la vitesse supérieur alors de la façon la plus discrète possible ce qui bien sûr n’a pas empêcher les gens de me voir, car malgré ma discrétion il y forcément quelqu’un qui m’a v faire ce bond de géant. Nous étions à présent sur un toit et nous avancions de façon rapide et légère. Un sentiment de liberté m’envahis alors. Cela faisait tellement longtemps que je n’avais pas ressentis quelque chose comme ça, en fait ça fait un moment que je n’avais pas voyager dans le village de cette façon, on aurait presque l’impression que ça m’a manqué de ne pas pouvoir le faire depuis que j’ai atteint ce grade de Bras-droit avant de devenir San’Bou. Il faudrait vraiment que je reprenne le temps de savourer ce genre de petites choses simples car ce sont justement les meilleures que l’on puisse avoir au fil de notre vie.

Ces diverses divagations m’ont fait littéralement perdre le fil du temps et moi voici donc au dernier toit d’une longue série. Je vis la silhouette de Juka disparaitre après celui-ci c’était surement là qu’elle voulait me conduire. Je sentis alors une odeur plus que désagréable, il n’y avait pas de plaque d’égout à proximité donc elle était bien trop forte pour que ce soit les égouts. Une seule odeur pourrait être aussi dégoutante et c’était celle de la mort, datant de plusieurs jours. A vue de nez je dirais peut-être trois ou quatre jours. Je fis un pas dans le vide pour me laisser tomber et je vis mon amie reprendre forme humaine. Nous allions entrer dans le vif du sujet. L’homme qui se trouvait devant la porte avait l’air un peu surpris de voir que ma collègue soit venue jusqu’ici sous les traits d’un animal, mais cela m’échappait même à moi alors je pense qu’il ne pourra jamais répondre à cette question. Je fis quelque pas dans la direction de Juka et une fois à sa hauteur je sentis qu’elle me prit par le main avant de me tirer délicatement vers elle. Je ne savais pas comment je devais prendre ce geste. Voulais elle se rassurer ou simplement m’avoir prêt d’elle. Je me contentai de serrer tendrement cette douce main. Celui qui venait de nous « accueillir » s’inclina devant nous en guise de respect mais je ne vous cache pas que cette partie du protocole me gêne beaucoup. Je ne vois pas pourquoi ils devraient s’incliner devant moi. Je ne suis pas le chef du village juste son conseiller et rien d’autre enfin je ne suis pas la pour relancer ce conflit à l’intérieur de moi-même une affaire nettement plus urgente se présentait devant moi. Il devait surement être celui laisser en retrait par les forces de l’ordre pour éviter un retour des malfaiteurs et surtout pour attendre notre arrivé sur les lieux.

‘’ M-merci d’être arrivés aussi vite, Kaitaro-sama, Juka-sama ... ‘’ ‘’ Je vous confie le reste. ‘’dit-il dans un souffle tout en s’écartant.

Je fis un bref signe en guise de salut. J’avais perdu toute trace d’une quelconque joie, je ressentais encore une fois cette colère monter. Je n’avais pourtant pas encore vu le moindre cadavre. Juka entra immédiatement, mais moi j’étais resté dehors, un instant. J’avais quelque question a posé. Je fis un quart de tour vers l’homme. Je fis un pas vers lui.

« Qui vous a prévenus de ce qui c’était passé ici ? »

‘’ C’est un des voisins qui s’est plein d’une mauvaise odeur. Alors on est allé voir mais ce qu’on a vu la dedans était vraiment horrible. Il semblerait qu’il n’y ait pas de témoin.

Il venait de répondre en une fois à toutes les questions que j’aurais pu lui poser. Et bien sûr personne n’a rien entendu, rien vu, ou ne s’est dit que c’était étrange de ne pas voir son voisin sortir aussi longtemps. Moi je trouve ça assez louche. Il faudrait que je vois avec Juka ce qu’elle en pense et surtout que je vois ce qu’il en est de la victime, après tout je suis venu pour ça. Je le remerciai et je fis ce que ma collègue avait fait il y a quelques instants. J’étais à l’intérieur de l’appartement. Il avait l’air plus grand de l’extérieur, enfin bref une chose m’intéressa tout de suite c’est Juka et le petit drap blanc qu’elle tenait en main. Elle inspectait le corps de la victime qui ne semblait pas avoir grand-chose du peu que je pouvais voir. Elle retourna le corps et c’est alors qu’elle s’écarta brusquement du corps en mettant sa main contre sa bouche. Soit c’était vraiment horrible soit elle venait de se blesser. Elle dit quelque chose que je n’entendis pas correctement. Elle me lança un bref regard et me fit un signe de main pour que je vienne. Plus de doute c’était vraiment horrible.

‘’ On avait comme information qu’ils laissent une marque unique à chaque scène de crime ... ‘’ ‘’ Regardes. Le criminel a fait une croix dans le crâne de cette femme et a frotté cette entaille avec du sel. Ce châtiment est normalement prévu pour condamner la victime à une mort lente et des plus douloureuses ... ‘’ ‘’ A mon avis, elle n’est pas morte par strangulation ... Ce fut seulement pour l’affaiblir. Sinon, je ne vois pas pourquoi il aurait utilisé le sel. Il désirait qu’elle meure lentement, agonisant de tout son être. ‘’

C’est vraiment difficile à croire mais elle a raison. C’est une image plus que choquante. Juste après avoir dit ça et remis le corps comme il était, Juka s’écarta encore une fois en demandant pourquoi cette pauvre femme avait dû endurer quelque chose comme ça. Je me demandais bien si elle pourrait accepter de revoir ça encore et encore. Je voulais la protéger elle aussi, si cela la détruisais au fur et à mesure il fallait qu’elle arrête et vite. J’allais surement aller la voir mais hélas le temps nous était compté. Je fis alors trois clones. Le premier était chargé d’aller récupérer une équipe a l’hôpital pour faire déplacer ce cadavre. Le second allait chercher des informations un peu partout et le dernier lui irait jeter un discret coup d’œil à proximité de l’ancienne planque de brigand que j’avais arrêté il y a un moment. Il fallait que j’en ai le cœur net. Je lui dit aussi de faire en sorte de ne pas être reconnu. Il allait devoir se débrouiller pour y arriver. Il fallait maintenant que je m’assure de l’état de mon amie qui devait surement être encore sous le choc. Mes trois clones partirent les uns après les autres et une fois que je fus seul, je pris la direction du balcon où était Juka.

‘’Eh ! ça va ? Ne le prends pas mal mais ta réaction m’a légèrement inquiété. Je me fais du souci pour toi. Tu penses que tu serais prête a revivre cette scène plusieurs fois?
avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Lun 11 Juin 2012 - 4:50

Descendante de Narcisse






    Ce dégoût que je ressentais ... Voyant cette marque, je ne pouvais m’empêcher d’imaginer automatiquement qu’on le fait sur moi, c’est ce qui m’a mis dans un tel état. Un peu honteuse de ma propre personne, je regarda le sol d’un air quelque peu irrité avant de sortir un paquet de cigarettes et en porter une nerveusement aux lèvres. Mon autre main passa dans mes cheveux, mais rien qu’avec la première bouffée je sentis me détendre et je pus avoir les idées plus claires, je pouvais me permettre de réfléchir d’avantage.
    C’est alors que plusieurs questions me venaient à l’esprit. Pourquoi certains criminels laissent une marque sur chacune de leur scène de crime ? S’il prend la fuite, c’est qu’il ne désire pas de se faire attrapper, et pourtant il s’amuse à laisser un indice unique. A quelles occasions un meurtrier fait ceci ? De manière logique, je dirais pour une cause en particulier, afin que les gens sachent ce qu’il veut. Une sorte de révolte ? De menace contre quelque chose en particulier ? Ma logique à moi me menait à ce genre de conclusions. Alors si ce serait pour le vol qu’ils font ceci, pourquoi laisser une marque ? Cela ne tient pas la route, et c’est pourquoi cette supposition ne désire que de s’écarter en moi. Je ne crois pas à une histoire de vol, cela va trop loin pour faire de telles choses.
    A moins qu’il n’est question de simple plaisir, de reconnaissance de soi. Une sorte de narcissisme qui se retrouve dans un état meurtrier ? Un narcissisme sonnant faux dû à un être ne s’aimant pas, inventant un amour propre, se le convainquant en effectuant des actes qui pourraient marquer, par n’importe quelle manière ? Cela est bien courant. Les humains confondent trop entre le narcissisme pur et le narcissisme créé par un mal être qu’ils désirent oublier. La première catégorie identifie parfaitement les Kiyomizu. La seconde ? Les faibles, voulant être dans la cour des grands. Je crois que je pense trop, je prends des conclusions bien trop complexes. A voir par la suite.

    Je me calma gentiment et cette petite remontée d’acide disparut doucement de ma gorge. En y repensant, j’avais honte de ma réaction, ce n’était pas digne de mon rang, ni de mon expérience ... Je claqua ma langue, m’en voulant un peu, et j’entendis des pas commencer à résonner sur le balcon. Levant ma tête, je vois trois Kaitaro ... Ah, des clones !

    ‘’Eh ! ça va ? Ne le prends pas mal mais ta réaction m’a légèrement inquiété. Je me fais du souci pour toi. Tu penses que tu serais prête a revivre cette scène plusieurs fois?’’

    Cette inquiétude m’avait sûrement quelque part touché car c’est adorable de sa part, mais cela donna un certain coup à ma fierté. Ce n’est pas ce qu’il croit, je ne suis pas comme cela ! Je n’osais lui dire que j’ai fait bien plus pire en terme de vision d'horreurs aux kirijins lors de la guerre et notre désertion, mais je craignais exhiber ce monstre qui est en moi. Chaque Kiyomizu a en soi une part sanguinaire, qui dans la légende dit que c’est la succube qui est enfoui en nous qui ne demande qu’à se manifester. Je ne sais pas pourquoi j’ai réagi ainsi ... C’est peut-être parce que c’est la première fois que je vois ce genre de marque aussi glauque et tordue, mais j’en ai vu des horreurs ! Et ceci n’est pas comparable au fait de voir celui qu’on aime le plus au monde se faire violemment transpercer le coeur devant soi, à travers les yeux d’un enfant de sept ans, pour finir la scène par ma propre mère qui se tranche la gorge devant moi par ma faute. Alors oui ! Oui, bien sûr ! Je pouvais revivre ces scènes autant de fois qu’il le faut ! Je suis formée pour ceci également après tout ... Je ne veux pas, je ne veux en aucun cas qu'il me voit en tant que faible !

    ‘’ Non, non ! Ne t’en fais pas pour moi va ! ‘’ M’exclamais-je soudainement, honteuse, secouant énergiquement ma tête. ‘’ Ce n’est pas ce que tu crois, ce n’est pas la première fois que je suis confrontée à ce genre de choses. Je ne sais pas ... Je crois que c’est juste cette sensation. De voir ceci, il y a comme une compassion qui me force à imaginer ce qu’elle ressentait, c’est après tout une technique bien plus horrible que n’importe quel démembrement ... Ne t’inquiètes pas, nous sommes formés pour ceci, et je suis toujours prête. J’avais juste eu besoin de fumer. ‘’

    Je lui offris alors un sourire des plus tendres que je pouvais faire. Je ne voulais pas l’inquiéter, et au fond de moi j’étais désolée. Je me redressa rapidement, peut-être bien trop rapidement, mais en aucun cas je ne voulais que Kaitaro se sente mal à l’aise. Je suis même très contente de faire cette mission avec lui, et en aucun cas je n’abandonnerais ! C’est mon devoir et je l’accomplirais toujours avec honneur. A l’aide de mon pouce et de mon index, je frotta juste en dessous du tabac chauffé pour le faire tomber et rangea le reste de ma cigarette dans ma poche, prête à reprendre notre travail. Je regarda alors derrière moi avant de revenir vers mon ami, et tactile que je suis, lui pris affectueusement la main afin de caresser sa peau avec mes doigts, pour but de le rassurer sur mon cas. Je voulais qu'il voit que je suis sûre de moi, car c'était le cas.

    ‘’ Tes clônes, tu les a envoyé où ? ‘’ Je repris une mine sérieuse, faisant comme si ne rien n'était à mon petit choc et repensa à ce qu’on a vu dans la pièce. ‘’ As-tu certaines idées, des hypothèses, après ce qu’on a vu dans cet appartemment ? Très honnêtement, je doute que ce soit une simple question de vol. Il y a une raison particulière à ceci, à mon avis. Il va falloir inspecter les autres lieux du crime, en espérant d’en savoir plus. ‘’


avatar
~Chef de l'ANBU de Konoha~
Kaitaro Nagi~Chef de l'ANBU de Konoha~
▌Messages : 1019
▌Age : 24
▌Inscription : 17/12/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
478/1000  (478/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoroyuku-no-shinobi.keuf.net/forum.htm
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Jeu 12 Juil 2012 - 16:11


Ils sont vraiment sans Coeur.

..

C’est quelque chose de vraiment horrible qui venait de se passer ici. Mon amie semblait sous le choc et apparemment il fallait qu’elle s’en éloigne le plus possible pour pouvoir se remettre de ses émotions. Je la comprenais car en tant que femme il devait être plus facile pour elle d’imaginer ce qu’elle à pu ressentir durant cette action barbare. La mort semblait être encore présente ici tellement cette odeur était forte. Je fis un pas vers le drap et je sentis quelque chose sous mon pied. C’était un liquide, avec un mauvais éclairage on aurait pu croire que ce n’était que de l’eau mais en sachant ce qui c’était passé ici je savais bien que ce n’était pas ça du tout. Le sang de la victime était rependu sur le sol et moi j’avais les pieds dedans. J’aurais préféré ne pas avoir été dans cette situation car c’est extrêmement désagréable de savoir que sous nos pied se trouve le fluide le plus important à la vie. Vu la quantité qui se trouvait au sol c’est surement de la blessure qu’elle avait derrière la tête qu’elle était morte. Si c’était une marque post-mortem alors elle n’en aurait pas perdu autant en sachant de le temps de la retourner, de raser sa tête faire cette marque et la frotter avec du sel, le sang aurait arrêté d’affluer vers son cerveau depuis un long moment. Tout ceci collait parfaitement avec le pronostic de Juka. Elle avait un sens de déduction vraiment aiguisé ou tout simplement des connaissances toutes simple. En fait je pense que tout le monde devrait avoir des connaissances égale au sienne. Enfin moi je ne peux forcer personne à apprendre, ou même observer mis à part mes trois jeunes élèves. Enfin bref ce genre de pensée était assez amusant mais en même temps énervante. Normalement ils auraient déjà dû avoir ce genre de capacité, il faudrait que je vérifie leurs aptitudes à observer, analyser et réagir à une situation.

Maintenant que j’y pense il faudrait que je pense à revoir certaines choses dans le village, et surtout avec ce qui se passe en ce moment. Avec le temps que j’avais passé dans notre bureau j’avais vu de nombreuses choses, demandes et surtout de nombreuses plaintes par rapport a des agissement néfastes. Pour remplir cette mission il faudrait mobiliser une grande partie des ninjas du village pour pouvoir protéger le maximum de personne ainsi qu’un système de communication dans chacune des habitations mais ce serait assez compliqué de mettre tout ça sur pied surtout que vu la quantité de personne présente ainsi que les ninjas disponibles ce serait quasiment impossible. Il me faut vraiment réfléchir à tout ceci ainsi que l’accord de Fujita, mais ce ne sera surement qu’en dernier recours si vraiment l’endiguement de ce problème échoue, et il serait souhaitable que cela n’arrive pas. Il y avait de nombreuses choses à faire et j’envoyai donc mes doubles pour effectuer la plus grande partie de ce travail. J’allais moi-même voir si ma co-équipière que j’appréciais tant allait bien avant de retourner inspecter la scène. J’allais surement paraitre un peu énervant mais il faut que je sois sur de son état avant de songer à continuer cette mission avec elle. Elle était la et semblait légèrement perdu dans ses pensée. Je voulais être le moins irritant possible alors je luis dis ce que j’avais à dire en essayant de l’enrouler dans une sorte de phrase adoucis mais hélas je n’ai pas le talent des deux frères pour les mots. Je la regardais attentivement et je cherchais tout le temps à me plonger dans ce regard qui me perdait à chaque fois que je le croisais mais qui était si attirant qu’il était bien difficile de le fuir . Durant un laps de temps extrêmement court j’avais vraiment l’impression de l’avoir légèrement contrarié. Je savais bien que ce n’était pas vraiment le genre de personne que ce genre de choses arrête mais le fait que ce qui arrive à une femme la touche a ce point en sachant que la plupart du temps, pardonnez-moi l’expression, elle se fout de ce qui arrive à la gente féminine.

‘’ Non, non ! Ne t’en fais pas pour moi va ! ‘ ‘’ Ce n’est pas ce que tu crois, ce n’est pas la première fois que je suis confrontée à ce genre de choses. Je ne sais pas ... Je crois que c’est juste cette sensation. De voir ceci, il y a comme une compassion qui me force à imaginer ce qu’elle ressentait, c’est après tout une technique bien plus horrible que n’importe quel démembrement ... Ne t’inquiètes pas, nous sommes formés pour ceci, et je suis toujours prête. J’avais juste eu besoin de fumer. ‘’



Maintenant c’est officiel, je l’ai froissé. Rien qu’à sa réponse j’étais sûr que ce que je venais de lui dire l’avait affecté d’une façon ou d’une autre. Je pense que le fait que je m’inquiète autant pour elle doit la gêner, pas dans le sens qu’elle voudrait que j’arrête mais plutôt le fait que j’ai eu un doute sur sa solidité. Elle avait raison c’est bien plus horrible que n’importe quel démembrement…… De la compassion ? Serait –ce un début de … il vaut mieux que je n’y pense pas elle seule saura quand elle sera prête. Elle me fit un sourire, un geste qui m’as si souvent apaisé durant notre désertion. Juka se redressa et me pris la main. Mon amie avait l’air d’être dans son état normal mais je continuerais quand même de la surveiller discrètement. Cependant notre petite scène émouvante laissa bientôt à notre boulot. C’était écrit sur son visage qu’elle semblait pouvoir continuer, et de voir qu’elle était toujours concentré sur l’objectif premier me rassurait, c’était le signe que tout allait parfaitement dans son esprit.

‘’ Tes clônes, tu les a envoyé où ? ‘’ . ‘’ As-tu certaines idées, des hypothèses, après ce qu’on a vu dans cet appartement ? Très honnêtement, je doute que ce soit une simple question de vol. Il y a une raison particulière à ceci, à mon avis. Il va falloir inspecter les autres lieux du crime, en espérant d’en savoir plus. ‘’



Et bien en voilà une jolie liste de question. Elle a raison, ce n’est surement pas une simple histoire de vol, ça va bien plus loin que ça, cette marque est une sorte de message, peut-être une indication, après tout nous avons-nous aussi marqué du monde, dans le but de les soumettre et de protéger le village, ce serait possible que les plus dangereux d’entre eux se rebellent et décident de s’en prendre à ceux que nous voulions protéger en les canalisant un maximum. Ce serait la une hypothèse, et surement la plus crédible de toute. Aucun membre du gang précédent n’aurait e le cœur de la tuer alors qu’a Hayashi tu fais ce que tu veux quand tu veux.

‘’ Un a l’hôpital car laisser le corps ici est interdit, un autre faire du repérage par rapport a l’ancienne cachette et le dernier est en train de chercher l’un des seuls malfrats à qui je ne veux pas arracher la tête et le troisième comment… Il y a quelqu’un dans la maison dans laquelle il se trouvait. Il faut se dépêcher d’y aller si on veut avoir une chance de l’avoir, il se peut que la victime ne soit pas encore morte.

Il y avait urgence, il fallait que l’on fasse vite si on voulait avoir une chance de remonter jusqu'à lui. Ce crime étant surement le plus récent, il est celui avec les traces les plus fraiches et donc facilement identifiable. Je pris donc la direction de cette fichue maison ! Je savais bien que je n’avais pas dit à Juka ou j’allais exactement mais je la savais réactive alors je n’avais pas à m’en faire tant que nous avions un contact visuel. J’étais passé par-dessus la maison où nous étions précédemment et je peux vous dire que le rythme de notre précédent voyage n’était pas grand –chose comparé à celui-là. Notre destination était assez lointaine, je ne savais combien de temps allait s’écouler, j’avais pendant un court instant perdu cette notion, trop concentré pour l’estimé et finalement j’arrivai à bon port, un quartier assez… laid oui c’est bien ça, bien loin des maisons simples mais belle que l’on trouvait partout dans le village, on aurait presque dit des abris, je j’insiste sur le mot abri. Au moment où je mis le pied au sol je vis un groupe de deux policiers arrivés. L’un d’eux laissa échapper une phrase qui me fit vraiment m’intéresser a eu. Bien j’avais plus urgent à voir que ce qu’ils pouvaient bien avoir à dire et donc je rentrai immédiatement dans ce qui servait de demeure a la potentielle victime. J’étais bien moins détendu que la première fois, je ne savais pas du tout sur quoi je pouvais tomber. Jusqu'à ce que j’arrive dans ce qui semble être un salon. Deux corps… cette fois, un enfant et un adulte, on aurait dit un père et sa fille et ils étaient … pendus, l’un par le cou et l’autre par les pieds, la petite fille commençait déjà à sentir la mort.. Je fermai les yeux un court instant pour essayer d’encaisser le choc. C’était bien plus violent que la première fois, vu le sang qu’il y avait au-dessous d’eux je présume que les deux ont reçu cette même marque. Je fis le tour des corps et en arrivant derrière eux je vis non seulement la marque mais aussi une inscription avec ce qui semblait être du sang sur un mur.

‘’ Bien tenté ! Mais il faudra venir un peu plus tôt la prochaine fois. ‘’

Une question me venait en tête pourquoi tué la petite fille, attendre le père et le tué lui aussi, normalement dans ce genre de cas on frappe et on fuit on ne reste pas attendre un adulte. Ce n’est pas logique, a moins que… ce soit le père qui était visé en premier.

Mon amie n’était pas loin de moi, je la sentais , c’était devenu une habitude de ressentir sa présence, je m’y étais habitué, je m’inquiétais de la réaction qu’elle aurait en voyant ça.



Dernière édition par Kaitaro Nagi le Mar 2 Oct 2012 - 10:12, édité 2 fois
avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Mer 25 Juil 2012 - 0:27

Descendante de Narcisse






    Je me mordis fermement la langue avant de me relever. Il ne fallait pas s’abbattre ainsi ! J’avais honte de ma réaction, mais ce qui est fait est fait, et on manquait de temps ...
    Kaitaro me répondit alors que le premier clône fut envoyé à l’hôpital, le second afin de faire du repérage, un autre pour une recherche. Parfait alors. Cependant il s’interrompit soudainement afin d’informer que un de ses clônes avait repéré quelque chose. Il y avait quelqu’un dans une maison ? Il avait raison, il fallait se dépécher ! Ni d’une ni de deux, nous nous sommes mis en route d’urgence et Kaitaro prit la tête de la course, vu qu’il savait où nous mener. Alors nous avons repris notre vitesse, augmentant cependant la cadence. Vite, plus vite ... Et j’espérais de tout coeur que nous allons arriver à temps. On peut bien croire à la bonne chance après tout, non ... ? Non, ce n’étais pas le moment propice pour, et tout pouvait arriver. Pas forcément à notre avantage. Mais nous ne pouvions rester ainsi.
    Plus on s’avançait, plus on entrait dans un quartier assez mal famé. Je ne prenais pas le temps de regarder aux alentours, on ne pouvait se le permettre, mais ce n’était pas le meilleur endroit de Konoha, oh non ... Loin de là même. Mais plus nous avançions, plus je crangnais le pire. Cette façon de mourir ... Ce genre de personnes ne le méritent pas. On n’avait pas le droit d’arriver trop tard, non, on n’avait pas le droit ...
    Attérissant devant une porte, Kaitaro entra en premier. Moi, je resta plus longtemps dehors, observant les environs, afin de m’assurer que personne n’est aux alentours, si ce fut tout récent ... Mais je finis apr rentrer tout de même. M’avançant, je m’approcha de Kaitaro, on voyait certains meubles renversés, un vase brisé ... Il y a eu résistance. Et, levant mes yeux ... Oh non, nous étions arrivés trop tard ... Bon sang ! J’avala avec difficulté ma salive mais cette fois-ci tins le coup, le premier choc m’a suffi afin de ne pas me surprendre. Mais là ... Les mêmes marques, et les victimes furent pendus. Un homme, et une petite fille ... Observant le regard de Kaitaro, je l’imita, me retrouvant alors nez-à-nez devant un mur ... Avec une phrase faite de sang.

    Il nous observait, ce type ... Il nous observait depuis le début ce fumier !! Et maintenant, il nous provoque. Je serra les poings, les dents, avant de soupirer longuement et me racla la gorge. Il fallait agir professionnellement. C’est alors d’un air bien plus calme que je m’approcha du mur, l’observant de près, avant de m’avancer vers les corps. A l’odeur, ce sang était semblable à celle de la petite fille. Difficile de passer à côté, vu la puanteur qui en dégageait. Il en avait utilisé beaucoup, et en effet ... Le long du crâne marqué par la croix, blanchi par le sel, de généreuses gouttes de sang coulaient jusqu’au sol. Immonde ... J’eus une réaction spéciale, car en effet je ferma les yeux et fis une légère courbette devant ces deux cadavres pendus, comme pour m’excuser de notre retard. Bon sang ... Dire que si nous étions arrivés un peu plus tôt, on aurait peut-être eu la chance de le coincer ... Je fixa le sol, et me glissa dans la pièce d’à côté. Il faut trouver un indice, n’importe quoi ... Je me mis alors à fouiner d’une main légère afin de savoir si quelqu’un d’autre ne serait pas dans cette maison.
    Mais la réponse arriva bien plus vite que je ne l’aurais pensé. Un cliquetis se fit entendre à l’entrée, ce qui me fit figer. Etait-ce véritablement quelqu’un de la famille, ou un ami ... ? Et en effet, j’entendis une voix féminine demander à voix haute ce qui s’est passé, ayant vu le grabuge. Non ... Non non non ! Et si c’était la mère ?! Voir ça, si c’est une simple civile ... Je sortis en trombe de la pièce où je me trouvais, passant à côté de Kaitaro, et ralentis le pas vers l’entrée, posant ma main délicatement contre le mur, regardant cette femme. La concernée leva mes yeux sur moi, sa présence l’effraya apparemment.

    ‘’ Mais ... Qu’est-ce que vous faites chez moi ?! ‘’ Elle essaya de s’approcher mais je fis immédiatemment le premier pas, afin de l’empêcher de passer. Il ne fallait pas qu’elle voit cela ... Mais malheureusement le contact de mes phéromones face au même sexe fit son effet, et elle me repoussa violemment. C’est une civile, c’est une civile ... Je ne dois pas lever la main sur elle, je ne devais pas montrer une quelleconque résistance ... Du moins, tant qu’elle ne m’agresse pas. Je serra les dents et recula de deux pas face à sa poussée, et la regarda tristement. ‘’ Ne m’approchez pas !! Ne m’approchez pas je vous dis, sale garce !!! C’est vous l’auteur de ce cambriolage, hein ?! Vous allez m’entendre !! ‘’

    Elle se dirigea vers la pièce d’à côté alors. Je m’opposa à nouveau, criant ‘’ Attendez madame ! ‘’ mais plus j’insistais, plus mes phéromones la stressaient affreusement. Je sentais la peur et la colère dans son regard ... Je savais qu’elle pensait que je veux lui faire du mal avec une telle aura. Dans une dernière tentative je pris son bras et lui demanda de m’écouter, mais elle s’y opposa, je ne pouvais insister. Non ... Elle leva les yeux ... Et vit l’horreur. Oh mon Dieu, pourquoi ... Tentative ultime, je lui demanda de m’écouter, calmement, comme je pouvais ... Mais au fond ... Je me sentais si mal. Je me sentais affreusement mal. Je savais ce qu’elle pouvait ressentir. Je sais ce que c’est de voir la mort de sa famille en face. Elle ne m’écouta pas. M’ignora même cette fois. Et tomba à genoux. Je me mis la main sur mes lèvres, tournant la tête, essayant de retenir toute émotion forte qui ne demandait qu’à sortir ... Je ferma alors les yeux, après tout ... Si je l’en empêche, j’empirerais la chose. C’est trop tard, elle a tout vu ... Je lui laissa alors sortir ces hurlements de désespoir, tandis que je restais silencieuse, totalement impuissante.

    ‘’ C’est vous ... C’est vous !!! ‘’

    Je sentis une avancée violente vers moi. Elle m’attaquait ... Moi immédiatemment, logique après tout, les phéromones la rendent dingue et faisant penser de manière stupide. J’esquiva sans problèmes son coup, et me demanda que faire. La maîtriser ? L’assomer ? Lui parler ? Je finis par lui saisir les bras et laissa un flot de phéromones sortir de mon corps, d’une telle force qu’elle se figea de frayeur. Tant qu'à faire, si son contrôle se perd à cause de ceci, mieux vaut jouer avec pour espérer réussir quoi que ce soit.

    ‘’ Ecoutez-moi madame !!! ‘’ Criais-je, tenant fermement ses poignets. Mes yeux dans les siens, je l’incitais à se taire. Mais juste un gémissement d’horreur sortit de sa gorge. ‘’ Je suis Juka Kiyomizu, San’Bou du Hokage, et je suis ici avec mon collègue Kaitaro Nagi ! Nous avons eu information que quelque chose se passait, et ... ‘’

    Je ne pouvais que m’arrêter. Ses yeux, traduisant une peur tétanisante et le désespoir de cette situation, se remplirent abondamment de larmes et je sentis ses bras gagner de poids. Son corps s’effondrait ... Je la regarda de cet air triste et si désolé, avant de la laisser glisser, prenant soin qu’elle ne se fracasse pas à terre. J'étais trop directe ... Et de plus, je ne savais que faire pour la rassurer, encore moins par moi. Je ne sais pas quoi dire à ces moments ... Je passa nerveusement ma main dans ma crinière et regarda Kaitaro. Que faire ... ? Je lui fis signe de s’approcher alors, et je finis par poser ma main sur son épaule.

    ‘’ Ecoutes ... Il faut l’interroger. ‘’ Lui murmurais-je. J’en profitea afin de diminuer au plus vite mes phéromones et m’éloigna de la femme. ‘’ Comme tu vois ... Je ne suis pas la meilleure personne à faire cela. Elle ne m’écoutera pas. ‘’

    ‘’ Tout ça ... C’est de votre faute ... ‘’

    Une voix si faible ... Si douloureuse, se fit entendre. Parmi ses larmes, elle leva péniblement la tête et me visa en première de ce regard complètement anéanti. Oui ... C’est peut-être en partie de notre faute, car nous ne sommes pas arrivés à temps ... Mais on a fait ce qu’on a pu. J’étais tant ... Tant désolée pour elle, et une culpabilité douloureuse grandissait en moi. Je soupira de manière brève afin de reprendre, l’air de rien, même si je ne le montrais pas ... Ces paroles m’avaient profondément touché. Elle nous reprochait d’être fautifs de ce crime, parce que nous n’étions pas présents ... C’est notre devoir de protéger nos villageois, pourtant. Malgré mon air qui désirait être le plus stoïque possible, au fond j’avais mal au coeur face à cette situation. Mais restons professionnels ...

    ‘’ Kaitaro ... Il nous faut encore l’aide de tes clônes. ‘’ Je claqua nerveusement la langue, me mettant dos à eux. ‘’ Il faut qu’on se sépare maintenant. Sinon je crains qu’on perdra trop de temps. ‘’ Je créa un clône mais non composé de phéromones comme j’ai l’habitude de faire, et lui ordonna de rester dans le coin pour surveiller. Ainsi, j’aurais information si quoi que ce soit se passe. ‘’ Ainsi, je saurais ta position temporairement. Je retourne à la première scène de crime. ‘’

    Je ne laissa pas de répit que je sortis en trombe de la maison, sans me retourner. La vue de cette femme était trop difficile et j’étais désolée de laisser cette tâche à Kaitaro ... Mais de nous deux il était le seul capable de le faire. Moi, avec mes phéromones, je ne ferais qu’empirer le cas. A ce propos, je fis alors trois clônes de mes particules et les envoya aux différents coins afin de chercher au hasard. Je n’avais pas plus d’information mis à part la façon de tuer après tout. Et suite à cela, je repris le pas de course, afin de pouvoir interroger les probables témoins de la première scène.

avatar
~Chef de l'ANBU de Konoha~
Kaitaro Nagi~Chef de l'ANBU de Konoha~
▌Messages : 1019
▌Age : 24
▌Inscription : 17/12/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
478/1000  (478/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoroyuku-no-shinobi.keuf.net/forum.htm
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Mer 25 Juil 2012 - 14:44


Une enquête au point mort

Qui se dévérouille..
C ‘est vraiment dégelasse de savoir qu’il existe des gens capable de faire ce genre de choses à des êtres qui semblaient ne rien demander a personnes. D’après ce que je viens de voir, l’endroit où je me tiens et surtout les deux personnes ici présente, j’en étais vraiment persuadé. Encore cet homme je n’étais pas du tout affecté, mais que cette bande d’enfoiré s’en soient pris à une enfant, là ils ont plus que dépassé les bornes. Ils ont quand-même osé écrire sur le mur de derrière avec son sang. Maintenant je ne garantis plus ce qui pourrait arriver au premier sur lequel je mettrais la main. Je sais que je suis sensé garder mon sang froid mais si il y a bien quelque choses que je ne supporte pas c’est que l’on s’en prenne a des enfants, et surtout que l’on prenne leurs vies. Une fille et son père ont été pendus après avoir été blessé de la sorte. Mais qui pourrait être aussi fou ? Si seulement mon clone avait aperçus le visage j’aurais tout de suite su qui chercher et surtout j’aurais pu demander à ce qu’on lui fasse un portrait et qu’on puisse demander à tout le monde de nous prévenir au cas où ils croisent cet homme.

Juka n’était pas encore entré mais je pensais qu’elle serait vraiment affecté par cette situation un père mort au côté de sa fille. Je sais que son histoire est différente mais je ne pouvais m’empêcher d’y penser. C’est sans doute ce fameux désir de la protéger qui faisait que je cherchais quelque chose dont je devais la protéger. J’entendais ces pas dans le petit couloir et je la sens arriver devant les deux cadavres, je ne l’ai pas regardé tout de suite pour ne pas qu’elle ressente mon inquiétude pour elle, surtout vu ce que je lui avais dit quelques instants auparavant, je ne voulais pas qu’elle se sente comme une enfant sous protection car ce n’était pas vraiment le cas. Elle devait sentir que j’avais confiance en elle, et dieu c’est que c’est le cas, j’aurais pu lui confier ma vie les yeux fermés et ce depuis le premier jour où je l’ai rencontré. J’imagine qu’en lisant ce message qui nous était adressé elle aussi devait ressentir une colère monter en elle et ce même si je pense qu’elle est plus apte que moi à contrôler ses émotions et c’est ça l’avantage qu’elle a sur moi. Mais sans même s’en rendre compte cet idiot venait de nous laisser une petite trace de lui en écrivant ce message c’est quelque chose de très récent et je ne pense pas que quelqu’un aurait pu prendre le risque de se laver les mains chez sa victime en sachant que nous étions en route. Soit il s’est essuyer dans son vêtement soit il court avec du sang sur les mains.

Juka commença à bouger et à chercher un peu partout, surement des informations. Elle avait bien raison et je fis exactement pareil, elle alla dans une pièce toute proche tandis que moi je cherchais surtout des traces de sang et essayait de reconstitué la scène. Je savais bien que la scène principale sur laquelle nous avons retrouvé les cadavres était surement une mise en scène, les seules choses de valeurs étaient les vases et ils ont tous été brisés. Alors ce n’est clairement pas un vol qui a mal tourné car ce n’est surement pas ça qui aurait entrainé une telle boucherie. Je pris tout de suite la direction de la cuisine car c’est surement la pièce qui pourrait me donner une indication de ce qui c’était passé. La pièce était très sombre, mais tout semblait en place, enfin presque tout, il y avait un pot de sel ainsi qu’une lame qui dépassait du dessous d’un meuble. Je pris donc ce qui semblait être un couteau et le mis sur le meuble. Il était couvert de sang, un sang qui était déjà sec, il pourrait appartenir à n’importe qui sauf à nos deux victimes, sur qu’il semblait avoir été essuyé dans quelque chose. C’est avec couteau que l’homme avait prévus de faire son carnage et donc il y a forcément eu un affrontement où cette arme a été impliquée. Il y a avait quelques gouttes de sang sur le sol, maintenant il faudrait réussir à comprendre à qui appartient ce sang. Maintenant que je comprenais ce qui avait pu se passer tout s’éclairait, ils en voulaient surement a cet homme et hélas sa fille se trouvait juste au mauvais endroit au mauvais moment.

Un cliquetis se fit entendre, il ne manquait qu’une personne pour compléter le tableau et si c’était elle il fallait absolument éviter qu’elle voit ça je me précipitai vers la porte mais au lieu que ce soit moi Juka s’est précipité et à tenter de cacher la vue de cette vision d’horreur, rien que la nouvelle allait l’anéantir. J’aurais pu la laisser gérer ce qui allait suivre mais je faisais en sorte d’écouter ce qui se passait. Je savais que mon amie ferait tout ce qu’elle peut pour pouvoir calmer la femme qui se trouvait à l’entrée. Je priais pour que Juka l’empêche de rentrer mais à ce que j’entendais les phéromones de Juka avaient affectés la femme et maintenant elle avait complètement pété un plomb. Le problème c’est que nous n’avons pas le droit d’empêcher les gens de rentrer chez eux et encore moins dans ce genre de situations. Je me mis devant les deux corps mais je ne suis pas assez large pour pouvoir cacher quoi que ce soit alors en entendant mon amie essayer de retenir la femme je me demandais si il ne fallait pas mieux que je coupe les cordes… trop tard. Elle venait de tomber à genou et généralement ça veut dire que c’est trop tard quand à la protection de la vision des familles.

J’entendais tous les cris que poussait cette femme, je sais ce que c’est mais j’ai toujours détesté entendre les hurlements d’innocent, j’aurais pu lui dire que je compatis a sa douleur ce qui est vraiment mais quelque chose me hérissais le poil, qu’elle hurle de tristesse et de douleur était compréhensible mais le fait qu’elle s’en prenne directement à Juka m’irritais. C’est ça le problème, la mise en contact de cette femme avec les phéromones de mon amie n’ont pas fait bon ménage. Je savais le pourquoi mais je n’arrivais pas à m’y faire et pourtant depuis le temps que je la côtoie je pensais vraiment que je m’y serais fait, mais ce n’est pas le cas. Elle en prenait plein la tête et moi je ne faisais pas le moindre pas vers cette femme pour qu’elle ne se sente pas agresser et pourtant j’aurais préféré aller à sa rescousse et lui épargner cette scène. Cette femme avait même tenté de s’en prendre à elle mais par respect pour la confiance que je lui porte je n’étais pas intervenus et j’avais même coupé les cordes ainsi que déposer les deux corps doucement. Je sentais bien que Juka avait du mal finir ses phrases face a cette femme, en même temps je la comprenais parfaitement car moi-même j’aurais eu du mal. Elle m’appela et pris appuis sur moi, je savais déjà ce qu’elle allait me dire car je la connaissais un minimum et que je savais que le dialogue entre elle et cette femme était officiellement rompus.

’ Ecoutes ... Il faut l’interroger. ‘’. ‘’ Comme tu vois ... Je ne suis pas la meilleure personne à faire cela. Elle ne m’écoutera pas. ‘’

Elle était réaliste et n’allait pas chercher a joué les superhéros et à essayer de gérer cette femme, c’était la meilleur réaction qu’elle pouvait avoir et je la comprenais très bien. Cette femme rajouta encore une parole que je prenais pour moi. Elle avait raison c’était de notre faute, nous étions arrivés un peu trop tard et c’est surement à cause de moi que la scène de crime était aussi horrible. Je ne cache pas que je n’étais pas très chaud en ce qui concerne l’interrogatoire mais si ça peut faire avancer notre enquête alors je le ferais. Je voyais clairement que les mots de cette femme avaient affecté Juka, mais cette fois je ne ferais aucun commentaire pour ne pas lui faire part d’un signe comme pourrait considérer comme étant un signe de faiblesse.

Ne t’inquiètes pas je prends le relais.

‘’ Kaitaro ... Il nous faut encore l’aide de tes clônes. ‘’ ‘’ Il faut qu’on se sépare maintenant. Sinon je crains qu’on perdra trop de temps. ‘’ ‘’ Ainsi, je saurais ta position temporairement. Je retourne à la première scène de crime. ‘’

Juka !! Prend un de mes clones avec toi, je veux qu’on garde un minimum le contact, si jamais tu es en danger, tu le fais disparaitre et je rapplique le plus
vite possible. Il faudra aussi qu’on fasse le point dans pas longtemps.


Je fis un clone et elle partit avec lui je ne pus m’empêcher de le laisser échapper un je t’aime discret qu’elle n’avait bien sûr pas entendu, il faut toujours que ce soit moi qui ait peur. Enfin, j’avais plus urgent à faire, que de m’apitoyer sur mon sort. Je fis encore trois autres clones pour qu’ils aillent a la pèche aux indices dans d’autres scènes de crimes. Maintenant je retourne a mes moutons et donc à cette femme. Elle s’était apparemment calmer, le départ de Juka et ses phéromones, ainsi que l’assimilation de la nouvelle. Je pris la direction de la femme, elle était assise sur le sol comme une loque. Je me mis à sa hauteur avant de commencer mon interrogatoire

Vous m’entendez ? Elle me répondit par un signe de tête Est-ce que vous savez qui aurait pu faire quelque choses comme ça ? Aviez-vous des ennemis ? Une dette ou autre chose ?

N… non ! Nous n’avions pas ce genre d’ennuis, appart essayer de se nourrir correctement tous les mois. Jun et moi n’avions pas d’ennuis. Pourquoi ils s’en sont pris à mon époux et ma fille ? Nous on a rien demandé à personne. Dites-moi que vous allez trouver qui a fait ça, je vous en supplies

Je vous le promets, si quelque chose vous viens en tête je vous demanderais de nous prévenir. Par contre, vous n’aurez plus accès à chez vous durant les deux prochains jours. Allez dans une auberge, un de mes clones vous accompagneras et expliqueras votre situation. S’il vous plait, obéissez !

La femme me fit un signe de tête rapide et un de mes clones qui était encore avec moi l’aida à se relever et ils partirent vers une auberge du centre-ville, maintenant mon boulot va commencer. J’avais déjà trouvé un couteau qui pourrait appartenir à notre coupable. Je l’analysai en profondeur, il y avait une gravure dessus, un symbole qui ne me disait mais je savais que ça parlerait plus a quelqu’un d’autre. On aurait dit une cible. Enfin, je verrais ça après j’étais de retour à ma reconstitution. Il y a donc eu un début d’affrontement dans la cuisine. C’était donc de la que le a croisé le meurtrier. Ils se sont donc battus dans le salon ce qui enlève toute hypothèses de mise en scène, je vis une première chambre et à l’entrée il y avait une mare de sang, ce qui montre que c’est là que l’homme est mort. Avec le boucan qu’ils ont fait la gamine sort de la seconde chambre et pour qu’il n’y ait pas de témoin il la tue et ça doit être à ce moment-là que mon clone arrive. Il se cache et le fait disparaitre. C’était dans un coin, je fis un léger demi-tour et là je vis un long poil rouge. Un cheveu mi- long, voilà un indice de poids, avec le symbole et le cheveu rouge nous avons une piste à suivre.


Dernière édition par Kaitaro Nagi le Mar 2 Oct 2012 - 10:37, édité 1 fois
avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Jeu 26 Juil 2012 - 22:14

Descendante de Narcisse






    Ces mots … Ces paroles si blessantes de cette femme ne voulaient pas sortir de ma tête. Alors ainsi, nous sommes responsables de leur mort … Oui qu’elle a raison, bien sûr … Nous ne sommes pas arrivés à temps. Mais pouvions-nous le blâmer véritablement au final ? On a vraiment fait ce qu’on pouvait … Mais cette famille n’a pas mérité un tel acte. Pour rien au monde. Et c’est notre devoir de veiller sur eux. Je comprenais également que sa colère fut intensifiée par mes phéromones, et je ne pouvais le lui reprocher, mais je ne pouvais m’empêcher d’y penser. En tout cas, j’espérais au moins que Kaitaro a pu prendre la main avec succès. Je lui fais confiance et je le connais, d’autant plus que son aura n’attire en aucun cas quoi que ce soit de négatif, au contraire. Quoique, cela dépend avec qui. J’espérais qu’il n’a pas pris ces reproches blessantes pour lui cependant … Car je voulais tout porter sur mes épaules.
    Lors de ma course, un de ses clônes m’a rejoint. Ah oui, c’est vrai, j’avais pas vraiment écouté ce qu’il me disait … Ma tête était trop embrumée, et c’est pour cette raison que j’aperçus sa copie qu’à ce moment. Qu’à cela ne tienne, je continua alors la route jusqu’à destination, enfin. Je quitta ce quartier qui ne me disait rien de bon. Et après plusieurs minutes, arriva à la première scène de crime. J’observa alors ce qui se passait, et voyais que le corps fut déjà emmené à l’hôpital, mais un des ninjas qui fut présent resta sur place. Je lui fis un simple signe de tête, ce à quoi il répondit d’un simple geste, logeant sa paume sur sa nuque, et rentra dans l’habitation. Dans un premier temps, je resta au milieu de la pièce, après tout je ne pus tout inspecter dû au petit malaise que j’ai subi à cause du choc, alors mes yeux se mirent calmement à parcourir l’endroit. Cette odeur de mort trônait dans ce lieu, c’était immonde … Le corps eut déjà le temps de faire sortir cette puanteur de cadavre, ce qui veut dire que ce ne fut pas récent. Et, suite à cela, je me mis à longer d’un geste lent, cherchant à m’imprégner de tout ce qui appartient ici. C’est là que j’aperçus sur le coin d’un cadre une fissure et des traces de sang. Alors il y a eu combat, voyant également certaines affaires éparpillées, et la victime a sûrement été affaiblie par ce coup. Suite à cela, il a sûrement dû lui faire l’entaille. Uniquement après. A mon avis, la victime ne mourrut pas suite à cela … Non, elle agonisait. Ce genre de tortures ne sont pas faites afin de tuer de suite, mais les faire agoniser jusqu’à ce que mort s’en suive. Quelle horreur … Rien que d’imaginer ce qu’ils ont dû subir, j’eus un frisson d’horreur. Dire qu’il y a eu une petite fille parmi ces victimes …

    Je demanda au shinobi encore présent des informations. S’il était au courant s’il y avait d’autres meurtres dans le genre. Il a répondu par une négation. Cela n’avançait pas … Il ne m’aidait pas. Je soupira et repris alors l’inspection, passant au peigne fin chaque recoin. Repassant par le cadre fissuré, je remarqua des marques de sang à terre également. Je repassa vers la marque du cadre, avant de me baisser vers la trace à terre. Héh … Ce n’était pas la même odeur.

    ‘’ Il vivait avec quelqu’un ? ‘’

    ‘’ Euh … Il ne me semble pas, Juka-sama. ‘’ Répondit le ninja, s’approchant de moi, curieux. ‘’ D’après les informations il était un grand solitaire. ‘’

    ‘’ Des antécédents criminels ? Il en avait ? ‘’

    Il ne me répondit pas. Je leva ma tête, haussant un sourcil, le fixant, mais il se mit à rougir bêtement avant de s’excuser. Haaa … Je demanda alors le nom de la victime et lui demanda de venir chercher des ninjas plus spécialisés dans un certain domaine. En effet, ce sang à l’odeur étrangère serait intéressante à analyser. Après avoir bien noté les noms des victimes, que ce soit celle-là ou les deux dernières, je fis signe approbateur au clône de Kaitaro avant de me lancer de nouveau dans une course. J’aimerais consulter les archives, les dossiers des villageois …

    Arrivée à destination, j’entra le plus naturellement possible dans cette bâtisse pourtant strictement gardée, mon statut peut me le permettre. Le garde me vit et me laissa entrer sans poser de questions, chose qui m’arrangeait, je n’avais pas de temps à perdre. La pièce où je me trouvais était sombre, éclairée par une faible lumière, je me précipita aux archives afin de consulter tout ce qui pourrait m’intéresser. Remémorant les noms, je trouva alors le dossier de chacun. Mais non … Rien. Que ce soit la première ou la seconde victime, il n’y avait rien de spécial à leur propos qui pourrait attirer l’attention.
    Tournant ma tête, je vis un des shinobis travaillant dans cette section transporter des piles gigantesques une par une, et un geste de trop les fit tous effondrer. Tandis qu’il les ramassait, je fus interloquée par toutes ces feuilles.

    ‘’ Qu’est-ce que c’est ? ‘’

    ‘’ Oh, ce sont les archives qui furent à l’époque renouvellées par le Tyran. On va les brûler. ‘’

    ‘’ Quoi ?! Eh non, attendez ! Ne faites surtout pas ça ! ‘’

    Je me précipita vers cet homme et lui demanda de le les laisser. On en aura besoin, sait-on jamais ! L’homme fut surpris, mais céda à mon ordre. Et soudain … J’eus une petite idée.

    ‘’ Où est-ce qu’ils sont stockés, les dossiers de l’époque de Hunk ? ‘’

    Le shinobi, surpris mais ne disant rien, me désigna l’endroit. Je lui demanda alors de remettre les piles déplacées de nouveau là-bas, avant de m’y précipiter moi-même. Et c’est ainsi que je commença mes fouilles.
    Plus je lisais, plus cela me dégoûtait. Cet homme était vraiment une raclure, prêt à exécuter quiconque pour un oui ou pour un non. Eh … Dire que cette garce l’a mis au pouvoir. Jamais je ne lui pardonnerais, et j’espèrais encore aujourd’hui que cette Akari, dans n’importe quel au-delà, subit tout ce qu’il y a de plus cruel. Je finis par tomber sur ce que je cherchais, heureusement ils étaient encore classés. D’abord la seconde victime. Probablement le père, assassiné donc avec la petite. Je remarqua que celui-ci fut surveillé de près et qu’il était sur le point de se faire arrêter car d’après ce qu’il était écrit, il aurait toujours soutenu Fujita et attendait notre retour, lorsque les pro-Fujita furent connus et traqués. C’est la seule chose qui attira mon attention, car le reste furent des informations des plus banales. J’ouïs le shinobi que j’ai itnerpellé arriver avec la dernière pile. Parfait, il me semble que c’est là-dedans que je trouverais concernant la première victime, car c’était la fin de l’ordre alphabétique.
    Curieux … Alors ainsi il y avait la même remarque dans ce dossier également. Et si … Cela avait un lien ? Supposons que notre, ou peut-être nos tueurs furent des pro-Hunk … Ou travaillaient directement pour lui ? Peut-être qu’ils désiraient finir leur boulot ? Je claqua ma langue contre le palais. Hmmm … Encore des raclures. Mais pour ma part je ne devais traîner ici, mais rejoindre Kaitaro au plus vite. J’observa son clône, lui disant avec un sourire qu’on y retourne. Cette information nous sera peut-être utile !

    Je sortis enfin de cette sombre bâtisse, et le chanement brutal de lumière me fit plisser les yeux. Je couvra à l’aide de ma paume afin de mieux voir. Maintenant il ne reste plus qu’à … Hein ?! J’esquiva rapidement, entendant quelque chose voler à grande vitesse envers ma direction, et vis en effet des shurikens se planter au sol. Mes yeux se levèrent et je vis une silhouette masquée par le soleil s’évaporer soudainement. Hmmm … Je fis signe au clône de mon ami afin de lui demander d’informer Kaitaro des nouvelles et sans attendre sauta de mur en mur afin d’atteindre le toit. Qui est-ce cette personne qui m’a attaqué ?! En tout cas je ne vais pas le laisser filer ! C’est ainsi que débuta une course effrénée sur les toits.

avatar
~Chef de l'ANBU de Konoha~
Kaitaro Nagi~Chef de l'ANBU de Konoha~
▌Messages : 1019
▌Age : 24
▌Inscription : 17/12/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
478/1000  (478/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoroyuku-no-shinobi.keuf.net/forum.htm
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Ven 27 Juil 2012 - 5:36


Un soutient bénéfique

Mais une mort tragique
Cette femme doit vraiment être abattu, perdre son mari et sa fille de cette façon ça doit vraiment être difficile. Même en y mettant toute la bonne volonté du monde, maintenant il faut que je trouve qui est le coupable et surtout pourquoi il agit de cette façon. J’en ai fait le serment et je ne romps jamais mes promesses. Cependant autre chose de me revint à l’esprit, l’un de mes clones cherchait quelqu’un une personne qui pourrait avoir une grande importance dans cette enquête, d’habitude je fais tout pour l’éviter car je serais obligé de le coffrer vu le nombre de délit qu’il a commis, mais j’ai besoin de lui alors il a notre permission de rester libre à condition qu’il se tienne correctement, disons qu’il est sous surveillance et qu’au premier faux pas il irait directement au trou a vie sans aucune chance d’en sortir. Maintenant que j’y pense il faudrait peut-être que l’on le fasse subir ce qui est arrivé à Karin. Enfin, ça c’est une question que je soumettrais à Fujita un peu plus tard. Pour l’instant je ne pouvais qu’attendre et me renseigner auprès des voisins. Pourquoi pas auprès de sa femme ? Et bien car ça femme n’est pas en mesure de me dire quoi que ce soit vu son état. Et croyez-le où non ce sont souvent les voisins qui apprennent le plus de choses aux enquêteurs, alors il est évident que je me fierais nettement plus à eux qu’à une femme amoureuse de la victime et mère de l’autre victime. Je jetai un dernier coup d’œil un peu partout dans la maison je voulais être sûr d’avoir un maximum d’information sur cette maison. Au moins j’avais une piste avec ce cheveu roux.

Je sortis de la maison doucement avant de tomber dans une masse de personnes. La foule était assez compact et formait un arc de cercle quasi-parfait, ils étaient tenu à distance de la maison par un groupe de policier, plusieurs d’entre eux avaient l’air abasourdi, comme si ils avaient appris une nouvelle traumatisante, ils devaient être proches de la famille des victimes. D’autre avaient l’air d’être juste intéressé par ce qui se passe et ne pas être affecté du tout. Tout ça me faisait repenser à ce qui c’était passé hier soir devant chez moi à la différence que les policiers n’étaient pas présent. Je n’avais pas besoin d’autant de monde juste trois ou quatre à interroger. Si je devais me coltiner tout le quartier je n’en finirais pas. Entendre ce brouhaha m’étais insupportable j’avais besoin de temps pour réfléchir, il fallait qu’ils partent maintenant mais une femme arriva à passer à travers le barrage et courus vers moi en criant Kaitaro-Sama !! Elle avait du mal à parler, on aurait presque dit qu’elle avait un lien avec toute cette histoire. Elle tomba à genou devant moi et les policiers vinrent la ramener dans la foule. Au moment où ils allaient poser la main sur elle je les fis repartir s’occuper de la masse de gens. J’allais d’abord écouter ce qu’elle avait à me dire car ça me semble avoir une certaine importance. Avant toute chose elle devait se calmer et me dire clairement ce qu’elle avait à dire.

C’est mon frère qui est dans cette maison ! Je suis sûr que ce sont eux. Ils venaient de plus en plus souvent et ils faisaient peur à tout le monde. Elle commença a sangloter.

Je me demandais de qui elle parlait. Qui étaient les gens qui venaient de plus en plus souvent ? Surement ceux qui ont envoyé notre roux ici. Il y a forcément un lien et je veux savoir ce que s’est. Je ne pouvais pas la brusquer et elle reprit sont souffle lentement avant de reprendre d’une voix tremblante, et pleine d’émotion.

[color=Red] On vous soutenait c’est pour ça qu’ils s’en sont pris à lui. On se cache ici depuis votre départ, pour éviter que le tyran ou ses hommes nous retrouvent. Je vous en prie. Dites-moi que tout va s’arrêter ?/color]

Sur le coup je n’ai absolument rien compris et je ne savais vraiment pas quoi lui répondre, la sœur de la victime venait me voir en larmes, pour me dire qu’ils avaient ce genre d’ennui alors que sa femme m’avait dit qu’ils n’en avaient pas. Il y a forcément l’une des deux qui ment. Mais vu l’état de la sœur il se peut qu’elle ne se soit pas forcément exprimer comme il le faut. Ils nous soutenaient ? Les pro-fujitas ? Vu qu’elle parle d’un tyran qui ne peut être que Hunk c’est forcément de ça qu’elle parle et la tout me parait plus compréhensible. Soudain un nouveau schéma me vint a l’esprit. Notre tueur roux débarque décidé à tuer le couple durant la lutte avec le père la petite reste dans sa chambre. Pensant que l’homme est partit, elle sort alors que lui a attendu pour en finir avec la mère et là mon clone arrive et il les pend avant de s’enfuir. Tout devient clair. Cette femme vient de m’offrir une quantité d’information impressionnante. Pourquoi sa femme ne m’a-t-elle pas raconté ça ? Maintenant elle est surement une proie pour eux et sa surveillance aurait été bien plus importante.

Vous étiez donc contre le régime de Hunk, et il s’est fait repérer par les hommes de celui-ci. Mais pourquoi s’en prendre à lui maintenant ?

Parce que son exécution était déjà programmé mais votre arrivé à changer les plans de tout le monde. J’étais forcé de travailler pour eux alors je savais qui était susceptible de mourir.

Ca y est j’ai compris, c’est par rapport à notre retour que cette vague de mort intervient, nous avons empêché une série d’exécution et donc ceux qui en était chargé veulent finir le travail, il me faut des noms et au moins une adresse. * Terrain d’entrainement, je l’ai ligoté à un arbre*. Mon clone à fini par lui mettre la main dessus, il fallait faire vite à présent car il se peut que le début des arrestations commence.

Je vois c’est donc ça. Vous n’avez le nom des bourreaux potentiels par hasard ? Elle répondit par une négation Très bien madame ! Vous n’avez pas idée de l’importance de votre intervention ici. Cependant vous auriez dû nous en parler plus tôt. Au fait est-ce que l’un d’entre eux était roux. Cette fois ci elle me fit un oui de la tête. Je dois y aller, j’ai quelque chose à mettre au clair je repasserais vous voir pour de plus amples explication.

Avant de partir je dis aux policiers de faire tout le monde rentré chez eux et que j’avais à faire. Il fallait que je me dépêche car de nombreuses vies en dépendaient surement. Je courus un long moment jusqu’à arriver sur le terrain d’entrainement je ne les vis pas tout de suite mais au moment même où je les aperçus je pris leurs direction avec une cadence assez rapide car je n’avais vraiment pas que ça a faire. Surtout que plus vite j’en avais fini avec lui plus vite je pourrais faire part à Juka de mes découvertes. Il était là attaché à un arbre comme un crétin affichant un sourire stupide. Il semblait sur le point d’ouvrir la bouche pour me saluer mais je n’avais pas le temps pour tant de politesse.

Ecoute je suis assez préssé, alors ne me rend pas la tâche plus compliqué, ça risque de m’énervé. La vague de meurtre, je veux tout savoir, alors accouche. dis-je d’un ton sec. Au regard qu’il me lança je savais qu’il allait être assez saoulant.

Un bonjour ne serait pas de trop, non mais. Tu es vraiment un vilain Kaitaro, non mais franchement tout ce que je demande c’est le minimum de respect dû à un honnête homme. Je veux des excuses tout de suite… ou je ne te dis rien. il venait tout juste d’avaler une de mes billes.

Je pris une autre bile de ma poche avant de l’envoyer à une vingtaine de mètre de nous. Il ne semblait pas comprendre ce qui se passait et me regardant étrangement. Un grand boum se fit entendre à une vingtaine de mètre de nous. Il ouvrit de grands yeux devant moi.

Tu as avalé exactement la même bille que celle qui vient d’exploser, si tu ne me dis pas ce que je veux savoir, tu n’iras pas au trou, tu feras partie du trou qui sera dans le sol alors….

Les hommes de Hunk ! Ce sont en grandes parties des ex détenus qu’il avait engagé pour exécuter des gens et maintenant ils continuent leurs œuvres. Je ne sais pas où ils se cachent mais il y en a un qui s’est fondu dans le décor, un certain Nanashi. Il est plus malin que les autres, en fait je crois même que c’est lui le second, il est blond et s’habille toujours en rouge. C’est facile de le reconnaitre, on dirait une fille de dox. Il faut chercher du côté des hauts gradés qui étaient du côté de Hunk et tu sauras tout. Je t’en supplie me tue pas !!

C’est fou comme une menace efficace est pratique j’avais eu ce que je voulais et bien plus vite que d’habitude. Maintenant il faudrait que… *Une attaque envers nous Juka le poursuit, il est probable que les coupables aient été en contact direct avec hunk à l’époque, où il régnait* je rejoigne Juka, et en plus il se peut qu’elle en poursuive un, plus un instant à perdre. Je partis sans même me préoccuper de mon indicateur favori que je déteste tant. Au moins il n’avait pas menti. Ils ne devaient pas être loin. Il fallait que je me mêle a cette course poursuite, il nous fallait l’attraper en vie alors hors de question d’utiliser des jutsu dangereux. Je courais vers le centre-ville à toute allure pour pourvoir espéré les rattraper, au loin je pouvais les voir hélas le temps que j’arrive c’était déjà fini et Juka avait attrapé la souris.


Dernière édition par Kaitaro Nagi le Mar 2 Oct 2012 - 10:38, édité 1 fois
avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Sam 28 Juil 2012 - 0:10

Descendante de Narcisse






    C’est qu’elle court vite, cette vermine ! On sautait de toit en toit, mais malgré out ce fut fait en silence. Non, je ne lui criais pas de s’arrêter, comme on pouvait souvent le constater avec les personnes incarnant le rôle que je suis en train de subir. Pourquoi faire ? C’est d’un ridicule, cela ne les arrêtera pas pour autant. Par contre, plus la course se poursuivait, plus cela m’irritait. Je finis par faire deux clônes remplis de phéromones qui gagnèrent d’avantage de vitesse dû au manque de poids, tandis que je saisis le bâton de mes mains. Il n’allait pas s’échapper bien trop longtemps ... Et en effet, mes deux clônes le surprirent chacune de leur côté avant d’exploser en pleine face. Les particules si intenses qu’elles furent teintes de violet encerclèrent ma victime, rentrant dans les pores de la peau. Ce dernier, surpris, trébucha et a failli faire une magnifique chute mais se rattrappa de justesse. Mais vu comment il se tient il est bien sonné et confus. Sa tête se tourna cependant, me voyant arriver à grande vitesse et essaya tant bien que mal de reprendre ses esprits mais ... Hahah, trop tard ! D’un bond je coinça mon bâton contre sa gorge, le ramenant à terre, et le bloqua ainsi.

    ‘’ Je te tiens ! ~ ‘’ Fis-je d’une voix des plus innocentes, comme un enfant jouant à un jeu. Mon sourire cependant ne disait rien de bon. ‘’ Alors alors mon cher, on pensait pouvoir me semer ? Ahahah, ce que t’es drôle ... ‘’

    Je me tenais à genoux à côté du corps, tenant fermement le bâton contre sa gorge. Tandis que je libéra mon emprise et le bougre en profitea pour essayer de s’échapper et que je lui fis une remarquable clé de bras, j’entendis des pas et reconnus au rythme Kaitaro. Juste à temps ! Je lui fis un sourire des plus innocents avant de saisir l’épaule de ma victime et de la retourner envers ma direction. Celui-ci, face à mes phéromones qui s’intensifiaient, écarquilla les yeux et je vis même une goutte glisser le long de son front.

    ‘’ Tu sais ce que cette petite vermine a tenté de faire ? ‘’ Fredonnais-je à Kaitaro, tout en secouant fermement cet homme par son col comme un vulgaire pantin. ‘’ En sortant, il m’a attaqué avant de fuir comme un lâche ... Quelle tristesse ! ‘’

    J’avais un air sadique qui se mêlait à cette innocence flagrante, chose qui était quelque peu bizarre mais bien courant de ma part. Mes yeux exprimaient tout ce qu’il y avait de plus doux et candide au monde tandis que mon sourire ne disait rien de bon.

    ‘’ Eh bien eh bien ... Tu dois bien avoir quelque chose d’intéressant à nous dire si tu m’as attaqué ainsi, hein ! Par précaution, je pense qu’on va t’emmener pour un interrogatoire, les citoyens n’ont pas à se douter de quoi que ce soit. ‘’

    Suite à cela, je me leva avec élégance mais le força à se lever avec hargne, empoignant fermement les cheveux de cet inconnu. Direction l’interrogatoire !
    Après un moment qui ne fut pas de tout repos, car le bougre se débattait pas mal, on finit par réussir à entrer dans le dit bâtiment et l’enfermer dans une pièce à part, demandant à d’autres ninjas de ce secteurs de surveiller la salle. Encore à l’extérieur, on pouvait pourtant le voir à travers la vitre, assis devant la table, vulnérable comme un insecte. Je me tourna alors vers Kaitaro, le sourire aux lèvres.

    ‘’ Je le suspecte d’être dans le coup ... Je sentais, en quittant le deuxième appartement, qu’on m’observait. Je suis partie consulter les archives de Konoha dans l’espoir de trouver une piste, et il m’a attaqué à la sortie ... Par ailleurs, j’ai trouvé une information intéressante – Les victimes nous soutenaient quand nous avons déserté et furent surveillés par la police de Hunk. Il comptait les excécuter.‘’ Je fis une courte pause avant de laisser paraître un étrange sourire. ‘’ ça te dirait qu’on s’amuse un peu ... ? ‘’ Fis-je d’une voix mielleuse. ‘’ On va jouer un peu avec lui afin qu’il nous donne des réponses au plus vite. Tu veux commencer la danse ? ‘’

avatar
~Chef de l'ANBU de Konoha~
Kaitaro Nagi~Chef de l'ANBU de Konoha~
▌Messages : 1019
▌Age : 24
▌Inscription : 17/12/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
478/1000  (478/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoroyuku-no-shinobi.keuf.net/forum.htm
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Lun 30 Juil 2012 - 13:39


I want to play a game !!

...

Ils sont vraiment loin ces deux-là, je n’y serais jamais à temps même si je cours le plus vite possible il faudrait un certain temps avant que je sois à hauteur et que je puisse intervenir de manière utile et efficace en sachant que plus nous allions vite mieux je me portais il fallait que Juka arrive à le mettre au tapis maintenant, ou dans la minute qui vient surtout que j’ai certaines choses assez urgente à lui dire concernant notre seconde victimes et il se pourraient que l’autre soit dans la même situation que lui. Ce Hunk continue de faire du mal aux habitants même maintenant qu’il n’est plus c’est vraiment triste de savoir que certains le soutienne, je sais que c’est une façon bizarre de penser de la part de celui qui espérait le soutien des habitants quand il est partis, mais pour ma défense c’était bien différent, je voulais sauver le village et non le dominer où faire disparaitre les personnes soupçonné de ne pas me soutenir. Enfin bref, là n’est pas le propos. Je devais me bouger les fesses pour aller aidé mon amie. Comme par hasard maintenant que je sais où ils sont et que j’ai surtout besoin de me déplacer aisément qu’il y a un nombre de passant impressionnant, et puis zut je n’ai pas le temps d’attendre qu’ils se poussent les uns après les autre. C’est donc d’un geste gracieux et surtout avec un léger énervement je voyais deux silhouettes et en fait ça me rappelais mon enfance, quand je m’amusais à jouer aux ninjas et aux brigands. Quelle belle époque… mais je m’égard. En environ deux minutes, je pu être à proximité de Juka.

Elle semblait avoir la situation bien en main, il semble qu’elle n’a pas eu besoin de moi et surtout elle n’avait pas l’air blessé, ce selon moi la plus important. Je m’approchais assez vite et je fus surpris de voir Juka… sourire. Elle me souriait comme si rien ne se passait, ça m’avait manqué de la voir se comporter ainsi, je pense que c’est pour ça que j’adore sa présence, toujours là pour te redonner le sourire car le sien est … comment dire ? Contagieux. Je ne pus que lui rendre son sourire. Un air presque taquin sur le visage elle avait envie de jouer à un jeu, ou juste de lui faire payer de façon horrible. Ah, je l’aime cette fille, sadique, mignonne et intelligente, en gros une fille parfaite. Je sentais quelque chose dans l’air et ce n’était pas quelque de normal. A tous les coups c’est elle qui fait ça. C’est quand même fou que je n’ai jamais eu l’impression d’être affecté par les phéromones de Juka alors que les autres suaient et se comportaient bizarrement ;

‘’ Tu sais ce que cette petite vermine a tenté de faire ? ‘’ ‘’ En sortant, il m’a attaqué avant de fuir comme un lâche ... Quelle tristesse ! ‘’

Sa façon de parler était totalement amusante, autant la suivre dans son délire si c’est ça pouvait la détendre et puis ce serait peut-être un peu effrayant pour notre proie. Ce dire qu’on va se faire interroger par deux fou même un psychopathe pourrait être un peu impressionné.

‘’ Eh bien eh bien ... Tu dois bien avoir quelque chose d’intéressant à nous dire si tu m’as attaqué ainsi, hein ! Par précaution, je pense qu’on va t’emmener pour un interrogatoire, les citoyens n’ont pas à se douter de quoi que ce soit. ‘’

Elle le prit comme si c’était un vieux sac et elle le tira sur un court instant, le truc c’est que ce gars se débattait, criait et nous n’avions pas vraiment l’air bête quand certaines personnes nous regardaient en train de trimbaler un inconnus contre son gré vers un endroit qui ne leurs parait vraiment pas évident. Moi j’étais là derrière à le surveillé, prêt à lui fracasser la tête au moindre mouvement suspect et donc pendant un instant nous avons voyager pour poser ce gars dans la salle d’interrogatoire pour faire ce que nous avions à faire même si je pense que je vais plutôt le faire souffrir atrocement même si il nous dit ce que l’on veut savoir. C’est donc au bout d’un moment que l’on a pu l’enfermer dans une salle conçu pour les confrontations entre suspect et enquêteurs. Avant d’avoir une petite discussion Juka et moi.

‘’ Je le suspecte d’être dans le coup ... Je sentais, en quittant le deuxième appartement, qu’on m’observait. Je suis partie consulter les archives de Konoha dans l’espoir de trouver une piste, et il m’a attaqué à la sortie ... Par ailleurs, j’ai trouvé une information intéressante – Les victimes nous soutenaient quand nous avons déserté et furent surveillés par la police de Hunk. Il comptait les excécuter.‘’ ‘’ ça te dirait qu’on s’amuse un peu ... ? ‘’ ‘’ On va jouer un peu avec lui afin qu’il nous donne des réponses au plus vite. Tu veux commencer la danse ? ‘’

Et bien au moins tout est clair, maintenant c’est officiel ils étaient bel et bien avec nous et ce type devait payer pour ce que lui et ses amis ont fait. La proposition de Juka était plus qu’alléchante, jouer un peu avec lui pour qu’il nous donne les réponses que nous voulons. J’avais déjà trouvé une façon bien douloureuse, et lente qui le ferrait surement cracher le morceau en tout cas je l’espère pour lui, si il tient un minimum à sa vie et à garder ses membres plus entier possible.

‘’Il est dans le coup j’en suis sûr, tu penses qu’il y a des gens qui t’aurais attaqué. Surtout que le message qu’ils nous ont laissé était surement pour nous dire qu’ils nous surveillaient. Ils savaient que tu étais avec moi alors cet idiot t’as pris en chasse. Pour ce qui est du soutien qu’ils nous portaient c’est exact. Il y a un homme qui se cache au cœur même du village, nous irons lui rendre visite mais après.’’ Je la pris dans les bras et j’en profitai pour lui emprunter son briquet ‘’ Je veux bien commencer mais j’aurais besoin de ça, c’est pour faire un effet. En fait notre tueur est roux donc ça réduit le nombre de suspect. ‘’

Je rouvris la porte en la laissant ouverte pour que Juka puisse entrer si elle en a envies. J’attachai les mains de notre prisonnier sur le table et pris un couteau de ma poche. Avant de m’asseoir et de lui demander gentiment, calmement et sans lui arracher la tête. Hélas je n’eus pour seule réponse qu’un silence, durant deux minutes je fis en sorte de ne pas le maltraiter mais il me saoulait vraiment alors j’allais passer aux choses sérieuses. Je pris alors le briquet, avant de lui couper un morceau de doigts et d’allumer le briquet sur la coupure pour arrêter tout de suite le saignement. Il poussa un hurlement et moi tout ce que j’ai fait sourire, avant de lui reposer la question encore et encore jusqu'à lui couper en entier les cinq doigts, il aura donc supporter avec de nombreux hurlement et la phrase « Je ne vous dirais rien ». Si ce n’est pas suffisant je vais devoir passer à quelque chose de plus efficace. Je fis apporter du sel et du citron. Maintenant on allait pouvoir rire. Je lui fis de nombreuses entailles sur l’autre main, j’avais fait des formes bizarres qui n’avaient aucun sens.

‘’ Tu es sur que tu ne veux rien me dire ? Tu sais tu t’épargnerais bien des souffrances et puis on ne vas pas leurs dire que c’est toi. Je ne dénonce pas mes sources. ‘’ L’homme fit encore non de la tête.’’ Ça tombe bien j’ai toujours voulu assaisonné quelqu’un. Je pris donc le sel et avant que j’ai pu commencer mon œuvre.

‘’Ok !!! Je vais tous vous dire mais je veux que ce soit la fille la. ‘’

Je ne savais pas si il avait eu une bonne idée, enfin c’était le tour de Juka maintenant de jouer avec lui, même si j’avoues que j’aurais pris mon pied à lui mettre ces condiment dans le corps ce serait lui rendre la monnaie de sa pièce. Et puis c'est bête quand même d’avoir attendu de perdre une main pour pouvoir mon dire tout ça. Au mains je lui aurais fait passé un chouette moment car entre sa main et moi c’était histoire d’amour. Qui finit mal. Je me tournai vers Juka lentement avant de me diriger vers elle et de lui rendre son briquet.

‘’c’est à toi qu’il veut parler ! Fais attention mon cœur, il se peut qu’il tente de faire quelque chose.’’


Dernière édition par Kaitaro Nagi le Mar 2 Oct 2012 - 10:00, édité 4 fois
avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Mar 7 Aoû 2012 - 14:15

Descendante de Narcisse




    ‘’Il est dans le coup j’en suis sûr, tu penses qu’il y a des gens qui t’aurais attaqué. Surtout que le message qu’ils nous ont laissé était surement pour nous dire qu’ils nous surveillaient. Ils savaient que tu étais avec moi alors cet idiot t’as pris en chasse. Pour ce qui est du soutien qu’ils nous portaient c’est exact. Il y a un homme qui se cache au cœur même du village, nous irons lui rendre visite mais après.’’ Il me prit dans ses bras et moi, surprise, je me raidis. Moi qui suis habituée à ce genre de contacts avec la gente masculine, je ne m’y attendais pas. Je sentis alors sa main farfouiller dans ma poche, et il finit par sortir un briquet. ‘’ Je veux bien commencer mais j’aurais besoin de ça, c’est pour faire un effet. En fait notre tueur est roux donc ça réduit le nombre de suspect. ‘’

    J’arqua un sourcil, le corps à présent détendu, le sourire en coin. Je me demandais ce qu’il avait derrière la tête pour avoir besoin de mon briquet. Je ne dis rien et resta les bras croisés à l’observer s’éloigner dans la pièce d’à côté, là où se trouvait notre ... Jouet. Comptant sur l’efficacité de mon ami, je n’intervins pas afin qu’il puisse travailler en paix et m’adossa contre le mur du couloir, les mains dans les poches, attendant la suite. Il avait gardé la porte ouverte mais je n’y entra pas. Quand il s’agit de moi, je n’aime pas qu’on me dérange en plein travail, alors je respecte cela pour Kaitaro. Il y eut un silence, court mais trop long à mon goût et je dus me mordiller la langue afin de ne pas être piquée par l’impatience et la curiosité. Je voulais y entrer, mais je me retenais et restais. Un moment encore passa ainsi, jusqu’à ce que j’entendis un hurlement atroce de douleur résonner dans tout l’étage, venant de la fameuse pièce. Ah, le spectacle a commencé ? S’en suivirent alors des minutes fort probablement des plus douloureuses de cet homme vu le timbre de ses cris, mais entre deux souffles il osait encore dire qu’il ne dira rien. Je l’entendais jusque là. De mon côté, je resta alors spectatrice auditive, levant les yeux au ciel désolée pour la stupidité de notre victime et croisa les bras, écoutant attentivement ce qui se dit. Kaitaro parlait, mais je n’étais pas assez proche pour entendre correctement ses phrases. Au final, le jeu se calma et je vis mon ami sortir de la pièce. Je décolla alors mon dos du mur, haussant les sourcils comme pour dire ‘’ alors ? ‘’ sans perler un mot. Il s’approcha de moi et rendit mon briquet.

    ‘’c’est à toi qu’il veut parler ! Fais attention mon cœur, il se peut qu’il tente de faire quelque chose.’’

    Je lui lança un regard interrogatif. ‘’ Mon coeur ‘’ ? Alors que j’allais y aller, ce nom m’a bien surpris. Attendez, il s’adressait à moi ou ... ? Je regarda à droite et à gauche, regarda Kaitaro ... Si Fujita aurait entendu, ils ont beau être amis, mais rien qu’avec Satoshi déjà ... Naaaan ! J’ai dû mal entendre, ahahah ! Je retins un petit rire nerveux de cette nomination qui m’a fait un drôle d’effet et finis par lâcher un sourire avant de ranger mon briquet en poche, chasser une partie de ma masse capillaire de devant et tourna des talons. Même après ces cris ... Cet homme osait me demander ? Autant parler à Kaitaro au lieu de faire perdre notre temps !


    Je m’avança d’un pas des plus décontractés jusqu’à la porte et m’adossa contre le cadre. D’un air totalement détaché, je lança tout de même un petit sourire moqueur à cet homme qui se tenait sur sa chaise, qu’il avait l’air misérable ... En observant j’ai pu voir des restes de sang frais, et au bord du citron avec du sel et à côté ... Ahah, des doigts coupés. La main de cet homme était dans un sale état, vraiment horrible. Il avait la tête fixée au sol mais ses yeux se levèrent sur moi. Je resta ainsi, toujours avec ce sourire, à le fixer sans le quitter des yeux. Et lui, il ne disait rien. Le temps passait ... Et on en manquait. Je soupira et alluma une cigarette, avant de finir par entrer dans la pièce.

    ‘’ Yare yare ... Regardes-toi maintenant. Tu es pathétique. ‘’ A ces mots, l’homme posa ses yeux sur sa main qui n’y est plus, avant de soupirer d’agacement. Je possédais un air comme si ce fut l’ambiance d’une soirée de thé entre deux amis, et finis par poser mes pieds sur la table, claquant discrètement plusieurs fois de suite avec ma langue. ‘’ Bon. Il paraît que tu voulais me voir ? Mon ami n’était pas assez convainquant ? Cela m’étonnerait ! Mais je peux le rappeller si tu veux. ‘’

    Il redressa la tête, et son air changea. D’un air misérable s’ensuit alors un sourire narquois. L’homme me dévisagea alors d’un regard malsain, regarda une fois encore sa main, avant de répondre.

    ‘’ A ta place je ne ferais pas autant la maline ma jolie ... ‘’ J’arqua un sourcil et fixa ma cigarette avant de soupirer un ‘’ Dis toujours ... ‘’. Ce dernier ricana avant de poursuivre. ‘’ Vous, les pro-Fujita, on vous surveille depuis votre désertion, vous savez. Et encore aujourd’hui, on sait plus à votre sujet que vous pouvez l’imaginer. ‘’

    Un nouveau blanc s’installa. J’arqua un sourcil. Je me mets à le fixer d’un air des plus indifférents avant de mettre mes pieds à terre et posa alors mes coudes, continuant à fumer.

    ‘’ Et alors ? ‘’

    ‘’ Et alors ?! Nous pouvons savoir sur vous plus que vous l’imaginez ! ‘’ Il se pencha vers moi et baissa alors le ton. ‘’ Par exemple ... Celui à qui vous tenez le plus au monde. ‘’ Il y eut encore un blanc. De quoi parlait-il ? Je dis alors ‘’ Mon père ? ‘’ comme cela. Ils ne pourront pas faire grand chose, il est mort de toutes manières. Ce dernier claqua sa main encore valide contre son front, avant de souffler toujours discrètement. ‘’ Votre Hokage. On sait tout sur vous. ‘’

    J’eus un sentiment désagréable. Car je voulais de toutes mes forces cacher cette relation, ayant peur des conséquences dû à mon appartenance ... Alors comme ça, ils nous reluquaient autant depuis le début, ils sont au courant ? Immonde, ils ont que ça à faire. Malgré que cette nouvelle me stressa quelque peu, ayant plus que tout peur du danger auquel Fujita pourrait s’exposer, en dehors, je ne cilla même pas. Je ferma mes yeux afin de ne pas lui explosez le nez avec mon poing et haussa mes épaules avant de me lever tranquillement. Un chantage aussi puéril ne marchera pas sur moi. Tout le monde sait à quel point je suis fidèle à Fujita en tant que shinobi, déjà avant la guerre de Konoha contre Kiri. Et surtout, je ne mêle jamais ma vie privée au travail.

    ‘’ Je ne vois absolument pas de quoi tu parles, tu sais ... De plus, même si c’était le cas, là n’est pas le sujet. J’suis p’têt une femme mais pas stupide comme elles afin de m’attarder sur ce genre de potins. ‘’ J’eus un petit rire tandis que je m’avançais, me retrouvant derrière la chaise. ‘’ Si c’est pour ça que tu m’as demandé, bah ... C’était inutile. ‘’

    Derrière lui, j’effectua le signe de mon clan pour que mes phéromones deviennent voyants, et une fois la chose faite, je lui agrippa fermement les épaules, plantant généreusement mes ongles dans sa peau, serrant mon étreinte de manière brutale, tandis que les particulies se mirent à l’entourer et pénétrer les pores de sa peau.

    ‘’ Et maintenant, reprenons le sujet, veux-tu ! ~ ‘’ Repris-je alors d’une voix joueuse tout comme faussement mielleuse. ‘’ Tu en as déjà trop dit ... Alors tu me confies le reste ? ‘’

    Je sentis son corps se raidir au contact de mes phéromones,e t plus je les intensifiais, plus il tremblait et émettait des gémissements étranges, mêlant sûrement peur et désir. J’apprécier jouer à cela avec mes ennemis pour arriver à mes fins, et souvent c’est bien efficace. Le côté nerveux dû à cette information me faisait crisper d’avantage et donc la poigne se faisait bien plus douloureuse sur ses épaules. Je savais que je possède une certaine force, mais là je ne voulais pas spécialement me retenir pour cette vermine.

    ‘’ Alors ? On a avalé sa langue ? ‘’

    Je lâcha une épaule afin de saisir délicatement le poignet de sa main qui fut ... Joliment refaite par Kaitaro et souffla une flammèche sur la plaie qui ne saigne pourtant plus. J’avais oublié que j’ai récemment découvert le Katon en moi. Ma délicatesse se mêlait à un sadisme sans pitié, la sensualité se mêlait à la peur. Je finis mon petit jeu avant de le lâcher et poser mon fessier sur la table, non loin de lui, toujours souriante.

    ‘’ Tsss ... Tu es bien la fille de cette ordure de Sono. Vous vous ressemblez comme deux gouttes d’eau et tenez parfaitement la réputation des Kiyo ... ‘’

    Mon poing s’abbatit sur sa figure, faisant virevolter son cou. Je me redressa sur ma position, claquant ma langue de mépris, mais élargis mon sourire. Je ne laisserais personne insulter le nom de mon père devant moi ...

    ‘’ Là n’est pas le sujet. ‘’ Fis-je d’une voix étrangement calme.

    Mes yeux se plissèrent et mes phéromones surdosaient le coup pour entrer dans son corps. S’il veut me faire perdre mon temps pour des inutilités, j’aurais beau tourner en rond ainsi, cela ne servira à rien. Mais je ne voulais pas me salir les mains sur une telle ordure ... Et je préfère de loin la pression psychologique, qui peut être tout autant douloureuse. Alors je passa à la vitesse supérieure et misa d’avantage sur mon don. Je pouvais voir au fur et à mesure des gouttes de transpiration glisser le long de sa tempe, sa pupille s’élargir ... On est sur la bonne voie. Un long moment de silence vint alors, je voyais l’homme effectuer des gestes rapides mais interrompus, pensant apparemment s’en prendre à moi physiquement pour je ne sais quelle raison, mais la manipulation l’en empêchait de plus en plus, comme un misérable pantin. Le contact visuel fut interrompu, il baissa la tête brusquement. Apparemment, il a cédé.

    ‘’ Sud-Est du village ... Non loin d’un rocher triangulaire ... ‘’

    Je me détendis et me leva alors. Peut-être un indice, peut-être un piège, mais on doit courir le risque d’y aller. Après maintes hors-sujets qu’il essayait d’aborder, il a fini par dire quelque chose qui pourrait nous être utile. Je soupira d’agacement face à cet homme et me retins afin de ne pas lui en coller une autre, mais lui écrasa le reste de ma cigarette contre sa main encore valide avant de tourner sur mes talons et sortir de la pièce. Une fois devant la porte, je claqua des doigts, faisant signe aux shinobis travaillant dans cette section.

    ‘’ Enfermez-le. Il ne doit pas s’échapper. ‘’

    Je vins alors vers Kaitaro afin de lui donner les informations que j’ai pu avoir. Lui dire deux mots concernant le fait qu'ils nous surveillaient depuis la prise de pouvoir de Hunk, et l'information qu'il m'a fait parvenir sur un repère.


avatar
~Chef de l'ANBU de Konoha~
Kaitaro Nagi~Chef de l'ANBU de Konoha~
▌Messages : 1019
▌Age : 24
▌Inscription : 17/12/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
478/1000  (478/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur http://kyoroyuku-no-shinobi.keuf.net/forum.htm
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka Lun 1 Oct 2012 - 11:00


On se rapproche du but!

...
Mais qu’est-ce que je viens de faire ? Ce n’est pas possible que j’ai sortis une chose pareille. Moi qui ait toujours su faire en sorte de ne jamais glisser ce genre de chose et encore moins dans ce genre de situation, j’avais commis un oubli et de taille selon moi. Il fallait que je me calme et très vite car c’est sans doute l’excitation de savoir ce qui allait arriver qui m’a fait plié. Je dois évacuer tout ça, hélas bouger n’est pas vraiment une option car il faut bien que je surveille l’entrée au cas où ce malfrat arrive à s’enfuir… en fait ce n’est vraiment pas crédible, vu l’état d’une de ses mains et la facilité avec laquelle il s’est fait attraper je serais surpris qu’il puisse bouger ne serait-ce que de dix mètres. Je fermai les yeux en attendant que Juka passe la porte de la salle. Je pris appuis sur le mur, laissant mon esprit vagabonder et se remémorer certaines choses au fur et à mesure que le bruit des pas de ma partenaire s’éloignait de l’endroit où nous étions il n’y a pas si longtemps que ça. Je savais bien que je n’entendrais pas correctement ce qui allait être dit dans cette pièce et je ne comptais pas y entré pour la simple raison que lorsque j’y étais Juka n’est pas venu alors je ne voudrais pas la gêner dans son entreprise. J’arrivais à peu près à estimer son positionnement dans la pièce par rapport à sa démarche plus la fréquence des pas, Si je ne me trompe pas elle doit se situer à peu près au niveau de la porte qui donnait sur la pièce où se trouvait la victime de mon esprit créatif.

Un long soupir…oui ça venait de moi, il était dû à un mélange, de joie, d’énervement, de soulagement, d’anxiété et surement d’autre chose mais je ne vais pas toutes les énumérer ce serait bien trop ennuyant. Je tendis l’oreille en espérant entendre un quelconque bruit dans la pièce, hélas il semblerait que ce soit une véritable conversation que ces deux-là avaient. Moi qui m’étais déjà fait une joie d’entendre ce… je ne trouve même pas de qualificatif assez dégradant pour le caractériser. L’entendre souffrir m’aurait fait jubiler. Ce son aurait été comme une douce mélodie qui berce un bébé à mes oreilles. Je sais que normalement je ne devrais pas penser de cette façon car cela équivaut à se rabaissé à leurs niveaux. J’ouvris les yeux, en fait Juka n’était toujours pas entré dans la pièce elle était dans l’encadrement de la porte, mais je n’entendais rien, non je ne voulais pas entendre ce qui se disait, je me sentais comme dans une bulle insonorisé. Plutôt étrange, c’est bien la première fois que je ressens ce genre de chose. Ce pourrait que j’ai finis par griller les neurones qui me restait et que je sois maintenant dénué de bon sens. Je dis n’importe quoi, je crois que j’aurais besoin d’un peu de repos, j’ai la mauvaise impression que je vais devenir fou si jamais je continue à travailler sans jamais lever le pied. Si je continue à ce rythme-là ça va finir mal un autre drame frappera le village.

Des images précises me revenait dans la tête, des périodes bien distincte, et pourtant avec tant de similitudes quant a mon comportement. Surement les plus tristes de ma vie, celles où je me suis sentis le plus seul, où toute conception de la joie était difficile, où j’avais presque perdu la tête, où je laissais cette petite voix prendre le dessus, je parle bien là de la mort de mes parents, celle de Teach, la disparition de mon meilleur ami, la disparition de Fujita, la fuite de Juka et bien d’autre choses. J’ai ressentis énormément de colère durant ces instants difficiles mais jamais autant qu’aujourd’hui. Je me suis toujours battus pour préserver le village, j’ai déjà vécu des situations semblable alors pourquoi ça m’affecte autant ? Est-ce le fait d’avoir fait disparaitre la tyrannie et que ses partisans reviennent au galop pour tenter d’enrayer la paix qui a été instauré a Konoha ? J’essayai de visualiser une cascade dans un havre de paix, il me fallait du calme et c’est la façon la plus radicale de me calmer sans avoir a faire de dégâts. Cette fois encore mon regard se posa sur Juka et je la vis entrer dans la salle d’interrogatoire. A partir de cette instant elle est seul pendant une certains temps et ça me gêne quand-même un peu.

Pourquoi ce gars avait-il autant insisté pour que ce soit Juka qui l’interroge, maintenant que j’y pense vraiment je trouve ça très suspect comme comportement, il devait forcément avoir quelque chose de précis en tête et j’avais marché dans son jeu en lui accédant à sa requête j’aurais dû repasser sa main dans un hachoir pour avoir le reste des informations. C’est vraiment embêtant de ne pas entendre ce qui se passe dans cette pièce. Pas le moindre bruit, à croire que cet endroit était bel et bien vide durant un instant je me suis sentis extrêmement seul avant d’entendre la voix de mon amie, hélas c’était toujours incompréhensible. Ce fut un peu un soulagement de l’entendre… C’est quoi ce … ? Pourquoi elle fait ça, elle se rend pas compte qu’elle va affecter pas mal de monde avec ses phéromones et peut-être rendre notre nouvel ami complètement fou ? Je voyais des vagues de phéromones sortir de la pièce d’interrogatoire et se répandre là où je me trouvais. Une porte s’ouvrit et un ninja du village approchait la bouche ouverte avec un filet le bave s’échappant de sa bouche. Comme je le craignais certains n’ont aucune volonté et ne résiste pas longtemps à ce pouvoir. Il se rapprochait peu à peu de l’endroit où était ma collègue, il risquait de compromettre tout ça s’il la distrayait, et que l’autre tâche arrive à en profiter.

Donc, j’attrapais le dis ninja par le col avant de le tirer vers moi. Il avait vraiment l’air mal celui-là, mais étrangement on aurait plus dis un drogué qu’un obsédé. Deux autres gardes arrivèrent et le récupérèrent de mes mains. Ça aussi c’est un peu louche, j’ouvris la porte par laquelle les deux gardes avaient emmené notre potentiel junkie. Il avait été installé sur une chaise. Je leur demandai si tout allait bien et ils me firent tous les deux oui de la tête. Je regardai l’homme assis et le plus proche de moi m’expliqua qu’en fait il était comme ça parce qu’il avait fait trois nuit blanche et était shooté au café. Maintenant qu’il me le dit je comprends l’état du malheureux. J’eu comme une envie de rire de ma bêtise monumentale mais ce fut vite réprimé car au moment où je fermai les yeux les images que de cette maison me revinrent en tête. Ce donc une expression issue de mélange qui s’afficha sur mon visage durant un court instant. Je ressortis de la pièce et fermant la porte derrière moi. Quelques secondes plus tard des gardiens vinrent me rejoindre juste avant que Juka ne sorte de la pièce. Elle avait surement eu les informations dont nous avions besoin pour retrouver la bande de criminel. En arrivant elle demanda… non, elle ordonna au garde de bouclé notre lascar et de ne surtout le perdre de vue. Quelle autorité ! Je m’étais même senti visé quand elle avait parlé. Elle se dirigea vers moi et me dis tout ce que lui avait dit notre suspect.

Alors comme ça ils nous avaient observés durant tout ce temps ? Je me sentais comme violé, mais ce n’était pas le plus important dans ce qu’elle m’avait dit. Ils seraient donc cachés dans le sud-est du village ? Voilà quelque chose d’assez surprenant, mais de quand même très malin, car ce n’est pas du tout le genre d’endroit où on prend le temps de chercher quelque chose. En fait on s’en occupe peu, appart l’entretiens rapide, rien ne se fait jamais la bas. Nous aurions pu nous précipitez là-bas et tout démonter mais ça me semblait trop prévisible et vu que c’est un endroit assez vide, on nous verrait venir de très loin. Il faudrait attendre le soir pour arrêter tout ce petit monde, le souci c’est que si on ne fait rien maintenant il y a des risques pour que le nombre de victimes augmente et ce n’est pas non plus une bonne option. Que faire ? Il fallait que je rende visite à ce … c’était quoi son nom déjà ? Ah oui Nanashi. Chercher du côté des hauts gradés à l’époque de Hunk. Maintenant que j’y pense je n’en connais qu’un seul qui soit encore en vie et c’est Satoshi, et encore je ne suis même pas sûr qu’il soit toujours de ce monde.

Avec ce que cet homme avait dit à Juka nous avions avancé cependant il faut absolument qu’on mette la main sur l’homme qui s’est fondu dans le décor au plus vite, et si c’est le second il y a de forte chance que ce soit lui qui ait servis de relais pour le recrutement et que ce soit lui qui coordonne le tout. Il y avait quelque chose qui manquait, c’était l’impression que j’avais et je détestais ça. Il me restait un clone encore en mouvement, et il était dans une auberge du village, si ils nous observent comme ils le disent pourquoi ils n’y sont pas allé, si vraiment ils voulaient faire un travail convenable il faudrait qu’ils s’en prennent à elle. J’avais un mauvais pressentiment par rapport à tout ça.

Très bien ! Alors ils en savent plus sur nous que nous sur eux, je n’aime pas ça du tout.

Je me tournai, alors vers l’homme qui avait passé les dix minutes les plus douloureuses de sa vie depuis bien des semaines. Il devait forcément savoir où le trouver celui que je cherche. Il fallait absolument que je lui demande. Qu’il réponde ou pas ne changerait rien a son destin car il était déjà sceller.

J’aimerais savoir quelque chose, un nom et éventuellement un lieu pour être exact. Comment s’appelle celui qui vous a engagé ? et où est-il ?

L’homme laissa échapper un long rire sadique, comme si je venais de dire quelque chose de vraiment tordant. Je ne fus pas vraiment étonné et je me contentai de le regarder l’air sévère. Durant qu’il essayait de maitriser son rire, il avait l’air d’un malade avec sa main en mille morceaux.

Ce sont de vrai pro du crime, il a utilisé un pseudo pour qu’on soit justement dans l’incapacité de répondre a cette question. Par contre, je peux te dire qu’il est blond et qu’il ne reste jamais au repaire plus de deux heures.

Je fus surpris le voir me dire autant de chose sans broncher, alors qu’il n’y a pas dix minutes il refusait catégoriquement de dire quoi que ce soit concernant ce groupe. C’est peut-être parce qu’il ne peut pas dire grand-chose concernant cet homme qu’il a accepté de parler sans faire le malin. Par contre il a eu raison de se foutre de moi, comme si quelqu’un aurait dit son vrai nom a une bande de criminel de cette ampleur. Je tournai les talons et je pris la direction de la sortie.

Allons-y, nous en avons fini ici pour le moment
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mission de rang S pv Juka


Mission de rang S pv Juka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mission de rang D: La tombe d'une mère
» [Mission de rang D] Conteur de merveilleux
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Mission de rang D: Examen Chuunin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays du Feu ~ Hi no Kuni :: Pays du Feu :: Cité du Seigneur féodal-