Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

[FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins]

avatar
PNJ inventé
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 83
▌Inscription : 21/01/2012
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Ven 20 Avr 2012 - 14:13


'' Je vous en supplie, laissez-moi partir !! Je n'ai rien fait je vous jure !! ''

Un regard glacial et impitoyable que je dressais à cet homme attaché, à genoux devant ma grandeur, me suppliant. Il aurait une femme et des enfants, mais qu'est-ce que cela change ...? Il reste un criminel. Ses pensées sont opposées à notre Hokage, il est contre ce régime, cela nous suffit afin de nous dire que cette vermine ne mérite pas vivre. Ordre de là-haut.
D'un élan soudain, mon pied se logea sur sa colonne vertébrale, le faisant tomber à terre et un craquement morbide mais si habituel pour mes oreilles se fit. Des rires moqueurs venant de mes collègues, je me trouvais devant notre Quartier Général, voyant cette scène bien comique que nous offrait le criminel, c'était toujours un spectacle lorsqu'un général de ma trempe se défoulait. De plus, cet insecte n'avait même pas assez de cran afin d'avouer ce qu'il a fait ... Et tant mieux, certaines conneries doivent rester dans la gorge, et être ravalées ! Je posa mon pied contre la joue du criminel, menant sa tête à terre, et d'un sourire mesquin j'exprimais ce plaisir de domination, d'un regard perçant je lui faisais comprendre son inutilité.

‘’ Tsss ... Pathétique. ‘’ Sifflais-je, avant de jeter un oeil devant, désignant deux de mes collègues du regard. ‘’ Emmenez-le. Il m'ennuie. ‘’

Les deux concernés prirent un bras chacun de la victime, afin de l'emmener en prison, où là son cerveau a intérêt à bien être nettoyé s'il tient à sa vie et à sa famille ... Soudain, quelque chose d'étrange se fit ressentir, et mon regard se tourna vers mon angle mort, ne me retournant pas tout de suite. Mais qu'est-ce que ... ?
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Dim 22 Avr 2012 - 15:25




* Action


Le coup d'état, qu'en dire si ce n'est qu'il est bien amorsé ? Effectivement nous avions quittés les campements dans lesquels l'agitation était devenut insupportable. Il fallait bien l'avouer cette sale gamine car je ne pouvais la qualifier autrement après ce qu'elle m'avait dit avait fouttu un véritable bordel il fallait être franc. Le but avait été d'être discret et il faut bien le dire cela avait été un échec sur toute la ligne. Un brouhaha avait été crée en l'espace de quelques secondes à cause d'un homme suivie par une mioche de douze ans un peu près, qu'elle tragédie.

Passant ma main dans mon épaisse chevelure je voyais enfin s'étendre devant moi les rues de Konoha. Nous avions suivis à la lettre les instructions de l'homme du clan Hateru et nous avions eu raison de toutes les protections instauré par le dit Tyran. A en croire les dires il était l'homme le plus viles de tout le monde Shinobis et à en voire l'état du village du pays du feu il n'y avait nul doute là-dessus. Les rues étaient désertes, dans un piteux état également et les infrastructure bien loin des précédentes. Dans un toussotement peu sonore j'avais réprimé un soufflement lasse et démotivé. Je ne regrettais pas d'avoir prit part à la libération du pays du feu mais ses pâles horizons me donnais le cafard.

Lançant un regard bref par dessus mon épaule, j'observais la foule de soldat à nos cotés je savais aps trop pourquoi mais je sentais que ça n'allait pas être de trop. M'avançant à la tête du cortège nous nous engagions dans la rue principale du village dans un bruit de fond de troupeau il fallait bien l'avouer. Après tout on ballade pas autant d'homme sans en tirer des conséquences logique. Jetant des coup d'oeil un peu partout je faisais un rapide état des lieux, repérais les batîments principaux. Le Qg de la police politique se trouvait en plein Konoha cela promettait un beau combat en perspective. Pensif je mettais mes mains dans les poches songeur et priant pour que les pertes à Kumo soit limité avec le dernier coup d'état le pays avait déjà eut suffisamment de mal à s'en relever.

Au bout d'une poignée de minute, je voyais devant moi se dressaiy un groupe d'homme. Je plissais les yeux ne comprenant pas vraiment sur le coup. Je faisais un geste de la main pour signaler d'arrêter la marche. C'est au descriptif des vêtements que je comprenais, un uniforme hin hin. La police politique. Je me doutais que l'effet de surprise était vain et adressant un coup d'oeil sollennel au Mizukage je lui annonçais qu'il fallait bien commencer à lancer les hostilités.



InvitéInvité
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Lun 23 Avr 2012 - 14:48

« Amorsons la libération » ~ Pv Kirijin



Aiji Inokuma n'eut de franche réaction quant à la scène de l'enfant. Les médisants le qualifient dès cet instant d'homme insensible ou bien même plus amplement et ironiquement d'ineptique. La cause de cette indigence fût la masse hyperbolique de gens qui ce fût formé autour du groupe de base, l'enfant & un garde. Il fait un mouvement lent & désaprobateur de la tête de la gauche vers la droite mais ne peut rien y faire. [Kant] L'ignorance vulgaire gonfle la vanité, comprendre puis accepter que nous ne savions rien reste pour beaucoup une faute à leurs orgueil une tâche sur leurs images ... Mais ça ne change oncque leurs condition de nier leurs petitesse. Aiji, le monarque de sang emplit d'une certaine sagesse dût à son ample âge, n'a oncque comprit ce fonctionnement. En son expérience personnelle il y a bien longtemps qu'il a admit cette évidence singulière & ça l'a enrichit. Probable que sa soif de connaissance vienne d'ici, le grand homme a passé tant d'année dans l'ignorance savante que pour lui l'hérésie lui crève les yeux alors ..alors est-ce cela qui lui font comprendre ce qui est énigme pour autrui ? Il se questionne & caline sa longue barbe blanche dans une mine profonde. A la manière des amples sages il claque Osamu son fidèle épieu contre le sol comme pour signaler son retour parmis la masse de soldat qui marchent vers leurs destinée. Funèbre qu'elle est mais si une fois de plus il faut qu'un homme mène l'épée ensanglantée jusqu'au coeur de l'ennemi alors Aiji Inokuma le fera. A contre coeur, le vieux préfère le pacifisme mais s'il doit se dévouer alors il désigne ce malheureux sort comme son devoir. Il marche de son rythme ternaire aux cotés du Raikage, homme bien énigmatique pour mené cette armée. La menée à la guerre, au sang & aux larmes.. Un pincement dans la conscience du vieil homme mais il se dit que la vie est ainsi faite. Puisqu'il faut un monarque pour taché le visage blanc de ces individus de sang alors il en assume la tâche douloureuse. Il lorgne les environs de la contrée du feu. Que de morne, que d'instabilité, ce sont des choses qui se ressentent. Hunk Moroshi a souillé cette terre de paix & d'harmonie de sa main ferreuse... Qu'elle tristesse songe le grand-père. Il se questionne comme souvent sur les pensées d'Akari Hasegawa lorsqu'elle a nommé un tel homme au pouvoir. Pourquoi ? résonne dans la tête d'Aiji Inokuma sans cesse. Pourquoi cet homme plus qu'un autre ? Comment nommer le chef d'un groupe de traître à la tête d'un village , rien que cet élément échappe à l'homme. Des accords furent passés entre la Mizukage et le chef des traîtres mais comme victorieuse elle eut le choix malgré tout. Incompréhensif face à cette sombre partie de l'hisoire le monarque de sang lorgne le Raikage qui lui jette un regard. Il se redresse & contemple une scène des plus horribles. Un tyran qui abuse de son pouvoir sur un pauvre homme. « Qu'elle laideur. » Le vieil homme avance deux pas vers l'avant. Il fait quelques signes rapide avant que deux clones vinrent à ses cotés.


Spoiler:
 




« d'un peuple opprimé. »
avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Sam 28 Avr 2012 - 17:58

Valet des Kiyomizu


    Le vent de notre salvation.
    Enivre le village.

    Seigneur ... Etait-ce véritablement Konoha que je pouvais voir de mes yeux à présent ? Je refusais de croire à une telle tristesse ... Ce village fut réputé pour sa splendeur, la beauté naturelle, l’harmonie et la paix que respirait lors du règne de Rokudaime-sama ... Juka-sama m’avait appuyé à ce propos, alors le fait que sa patrie est massacrée par un Tyran ne fut point éxagéré. Mon sang ne fit qu’un tour, me mettant bien plus en aise sur ce que ma Reine a dû subir dans son coeur, imaginant son village ainsi, mais resta signe, gardant parfaitement mon sang froid. Je m’avança donc, derrière Mizuraki-sama, entendant les pas de nos compatriotes derrière ma personne. D’un pas aisé, presque volé, je sillonais les rues, ne croyant toujours point que cette terre se nomme effectivement Konoha. Il nous fallait bien intervenir, et je suis fièr de notre patrie d’avoir effectué ce pas. Seigneur, si nous étions dans une situation similaire à Kumo ... Je ne saurais où je puiserais autant de forces que les pro-Fujita. Ma foi, ce fut leur obligation, leur volonté, cependant sans n’auront point le choix, car véritablement, ils n’en avaient point.
    D’un geste élancé, je remis ma tenue en place, et scruta les kirijins qui se sont mêlés à nous. Il est étrange de les voir ici, car ils sont après tout responsables de ce massacre ... Je saluais la sagesse de Mizukage-sama qui est bien vaste, respectueuse. Un vieil homme ayant l’oreille douce, fine pour recueuillir les peines étrangères. Je souris paisiblement, nous sommes présents afin d’aider les patriotes de ce village de récupérer leur passé tant manqué, et éradiquer le présent de l’histoire.

    Arrivés à un point, on pouvait apercevoir au loin des hommes possédant un uniforme ... a Police Politique ? Visiblement l’image ne fut point plaisante à voir, et je fronça un sourcil à la vue. Pathétique ... Traiter les civils d’une telle sorte. Quel que soit le crime que l’homme a commi, maintes façons sont de mise afin de le maîtriser, sans l’humilier. Un coup dans la colonne vertébrale, un craquement résonnant, et cet homme de ce regard si glacial écrasa le visage de sa poupée à terre à l’aide de son pied. Eh bien eh bien ... Ce soir, grâce à l’union de toute notre force, tout ceci sera fini, et nos patries seront pardonnées pour tout le mal qu’on a commis lors de la guerre de Konoha contre Kiri. Diantre, si seulement je fus présent à cette période ... J’aurais aidé plus facilement Juka-sama à passer tant d’étapes douloureuses.
    Voyant les Kages faire signe et visiblement prêts à l’assaut, je lança un regard vers Mizuraki-sama, pour lui faire comprendre que je suis prêt. Mon pouce faisait légèrement claquer un de mes katanas dans son fourreau, et je respira un grand coup avant de lever la main. Et, d’un geste théâtral, fis comprendre à nos shinobis de se préparer. Point de place à la culpabilité, et je suis honoré de voir que tout le monde respecte ceci, bien que le regard de Juka-sama envers les kirijins exprimait toute sa haine et sa rancoeur qu’elle possédait envers eux ... Ahah, s’ils auraient entendu tous les noms d’oiseaux qu’elle a désigné à ces hommes ... Mais il est de mon espoir de voir que cette patrie nettoyera les tâches du tableau et sauront montrer à cette femme qui portait tant sur ses épaules que nous sommes présents afin de la délivrer de cette lourdeur.

    Sortant mon premier katana, j’insuffla mon Fuuton, passant délicatement ma paume par dessus, et regarda encore une fois les kirijins d’un regard exprimant la volonté de se lier à cette solidarité. Car aujourd’hui, nous allons nous battre côte à côte, pour la même cause. Pour Konoha, pour les pro-Fujita, pour notre honneur. Je me tourna vers les kumojins, le sourire complice aux lèvres. Je désigna de mon menton le Quartier Général de la Police Politique et fis d'une voix douce et fraternelle aux shinobis de la Foudre.

    '' Soyez dignes. Montrez à ces misérables ce que valent les shinobis de Kumo. ''

avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Sam 28 Avr 2012 - 23:19




Il est temps de passer à l'action

Nous nous étions enfin remis en marche. Il était temps car nous commencions tous à être fatigué de cette attente pesante et insoutenable. Personne n’aimait ces longs blancs, cette agitation, ces allée et venue, ces regards incertains… Le doute, celui de savoir si nous serions toujours là demain. Même si nous étions sûrs de gagner cette bataille rien ne nous garantissait que nous n’ayons pas de pertes. Et chacun priait pour que ce ne soit pas sois même ou une personne lui étant chère. Mais l’action dissiperait bien vite toutes ces pensées futiles. Au cœur des combats nous ne songerons plus à rien, seulement à faire notre devoir. Celui de protéger libérer Konoha comme notre Raikage nous l’avait ordonné. Ainsi, nous réparerions les erreurs de nos aïeux qui avaient participé à la chute de ce pays.

Nous pénétrâmes dans Konoha le plus silencieusement et le plus discrètement que nous le pouvions. Mais étant donné le nombre de ninja présent cela rendait la tâche difficile voir impossible. En effet, en petit groupe il aurait été plus aisé de passer inaperçu mais impossible de prendre la ville… et puis de toute façon, non ennemis remarqueront bien assez tôt notre présence. Car d’une certaines manière c’était notre but. Les rues étaient désertes et les bâtiments mal entretenus, laissé à l’abandon… Il n’était pas difficile d’imaginer quel genre d’homme était ce Hunk Moroshi pour laisser sa population dans un tel état. Kumogakure ressemblerait t–il à ça si Setsuri Hazu était resté au pouvoir ? Je ne pouvais le concevoir. Nous avions bien de la chance d’avoir comme chef un homme tel que Mizuraki-sama.

Je m’étais débrouillée pour me retrouver à quelques mètres derrière Raikage-sama ainsi que son bras droit Kakuzô Hidemi. Notre supérieur jeta un bref coup d’œil vers nous, sans doute pour évaluer les troupes. Le Mizukage marchait également aux côtés de Mizuraki-sama. Nous continuions de marcher en direction du QG de la police politique. Nous ne tardâmes pas à y arriver d’ailleurs. J’étais alerte, prête à réagir à tout instant comme la plupart de mes compatriotes. Plus nous avancions, plus cette tension dans l’air devenait palpable. Nous savions que nos ennemis étaient proches, très proches et qu’ils n’allaient pas tarder à se montrer.

D’ailleurs nous pouvions apercevoir un petit groupe devant l’imposant bâtiment. Raikage-sama nous fit signe de nous arrêter. Je plissais les yeux pour tenter d’apercevoir ce qu’il se passait là-bas. Nous assistâmes à une scène révoltante. Mes sourcils étaient encore plus froncés qu’à leur habitude. Ce genre de chose devait se produire régulièrement ici. Un homme en noir, d’après la description qu’on nous avait faite des membres de la police politique je supposais qu’il en faisait partis. Visiblement il prenait un malin plaisir à humilier le pauvre homme à ses pieds… écœurants. Bientôt ces habitants seront libérés du joug les oppressant.

J’entendis le bruit caractéristique d’un sabre sortant de son fourreau. Celui de Kakuzô-sama apparemment. Il se retourna vers nous et dit d’un tond solennel : « Soyez dignes. Montrez à ces misérables ce que valent les shinobis de Kumo. ». D’un même geste tous sortirent leurs armes et se préparèrent à partir à l’assaut. Je fis apparaitre mon arc de Chakra et mis en joue les membres de la police politique. Malgré la distance qui me séparait d’eux je ne risquais pas de les manquer. Au tir à l’arc, j’étais imbattable.




avatar
 ~ Chef des A.N.B.U de Kiri ~ /~ Kyudaime Mizukage ~ / ~ Admin ~
Hijikata Toshizo ~ Chef des A.N.B.U de Kiri ~ /~ Kyudaime Mizukage ~ / ~ Admin ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 595
▌Age : 29
▌Inscription : 18/02/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | A / 21 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
294/1000  (294/1000)
| Âge du personnage | : 27 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Dim 29 Avr 2012 - 20:40



La fin de l'armée d'un tyran.


Hijikata Theme

Il était temps de progresser, le flot de ninja imposant se faufilait à l'intérieur même du village de Konoha, marchent dans les ruelles ou les habitations sont partiellement détruites ou endommagées, le silence qui régnait était sinistre voir même oppressant alors que le pas cadencé des ninjas des différents villages protagoniste venaient rompre ce silence.

Hijikata se tenait à la droite du Mizukage, marchant fièrement aux côtés des ninjas de Kiri de Kumo et des pros-Fujitas, la désolation était visible, le Kirijin avait participé à la précédente guerre entre le village de la feuille et celui de la brume, il rentra dans ce village en conquérant là en libérateur, étrange revirement de situation que l'on doit uniquement à la volonté du Mizukage qui souhaite abolir la sanglante réputation du village.

Sa sagesse était appréciée des ninjas du village, en particularité Hijikata qui était fière de servir un homme qui dispose d'une expérience aussi importante, alors que le groupe s'enfonçait plus profondément dans les entrailles du repère du Tyran, des cris retentissaient un peu plus à chaque instant.

Observant alors le Raikage son bras droit et d'autre ninja de Kumo proche du Mizukage, un regard échangé, un sentiment palpable s'installait jusqu'au moment ou un groupe d'hommes tout de noir vêtu, maltraitant un pauvre homme au sol.

Une vision écoeurante, profiter de la faiblesse d'un homme est d'une lâcheté sans nom qui prouve bien la faiblesse d'esprit et le mépris de la vie d'autrui totale des hommes de Hunk, Hijikata ne pouvait s'empêcher de retirer le Katana de son fourreau et de le tenir fermement de sa main.

Alors que son regard fixait sur celui qui serait visiblement le chef de la police politique qui maltraitait ce pauvre homme, cette sensation de pouvoir qui animait ces hommes sont malsaines et d'avoir être réprimée dans le sang s'il le faut.

Voyant que le Mizukage composer un mudra et faire apparaître deux clones aqueux alors que le bras droit du Raikage ne prononça :

'' Soyez dignes. Montrez à ces misérables ce que valent les shinobis de Kumo. ''


A ce moment-là Hijikata se propulsa sur un toit juste au-dessus de lui, donnant une vue imprenable sur le groupe de ninja renégat, les lanières de son bandeau frontale et son haori flottait légèrement au grée du vent, il planta son Katana dans la surface parsemée de tuiles en brisant certaines puis joins ses mains afin de composer un rapide mudra.

-Doton, Gansetsukon no jutsu-

Frappant alors son pied sur une bande de tuile qui se fissura, d'autre commencèrent à se liquéfiées pour se changer en long pieux de terre très solide qui prenaient forme autour de Hijikata, prenant quelques secondes pour analyser la situation, attendant le moindre signe du Mizukage pour lancer l'attaque.


Citation :
Technique utilisée:

Nom : Gansetsukon
Traduction : Pieux de terre
Description : Le ninja frappe le sol, et génère des pieux de terre, qui foncent sur l'adversaire, afin de l'empaler.







Dernière édition par Hijikata Toshizo le Lun 30 Avr 2012 - 9:10, édité 3 fois
avatar
 ~ Juunin de Kiri ~
Tatsuya ~ Juunin de Kiri ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 196
▌Age : 34
▌Inscription : 18/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : B, niveau 18
| Points Naruto Ninja RPG | :
236/1000  (236/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Sam 5 Mai 2012 - 20:22

Si il y avait un mot pour décrire ce que ressentait Tatsuya, c'était le mot honte... Il avait honte de ce que le village de Kiri avait causé au village de Konoha en voyant tout les ravages et dégâts... Le village n'était plus que l'ombre de ce qu'il avait été voila des années sous la botte de Hunk, il était plus que temps que ce tyran soit éliminé pour de bon... Mais la chose qui lui était le plus insupportable était la manière d'agir du type de la Police Politique avec son prisonnier, il y avait quelque chose en Tatsuya qui à cette vue s'éveilla et grogna tel une bête enragé et assoiffé de sang. Approchant du Mizukage, le jeune Umishiro a la surprise de plusieurs dégaina son katana avec lenteur tout en ce plaçant sur la droite du chef du village caché de Kiri. Très légèrement en retrait ce geste démontrait qu'il était et ce plaçait sous les ordres du monarque de sang de Kiri de sa propre volonté, certains ninja à la botte du conseil serraient les dents où bien fermaient leur poing avec force au point que leurs jointures en devinrent blanche... En silence et avec un sang froid qui démontrait qu'il n'était plus à son premier combat, passa sa main gauche sur la lame de son sabre de la garde à la pointe. Enduisant ainsi sa lame de chakra de type raiton, c'était la guerre et il ne perdrait pas son temps avec des type de ce genre... De plus il avait pas vraiment envie de faire durer les combats afin d'éviter les morts inutiles parmi les gens de Konoha, Kiri ainsi que Kumo...

- Mizukage-sama, désirez-vous en garder certains en vie? Ou nous les envoyons voir le dieu des morts? En toute honnêteté, je vous le dis sans arrière pensé Mizukage-sama... Morts ils causeraient bien moins de problèmes aux villages, de plus cela vous éviterait un surplus de paperasse administrative...

Le jeune Umishiro parlait d'un ton calme et flegmatique, mais pour le Mizukage il était facile de comprendre qu'il avait pas envie de faire durer les combats plus que nécessaire. Mais dans les yeux de Tatsuya il y avait une lueur malsaine, une lueur qui était parfaitement identifiable pour un homme de l'expérience tel que le monarque de sang. Cette lueur dans le regard du jeune Umishiro avait un nom, Colère. Pas une petite colère que une personne peu s'attendre à voir d'un jounin tel que Tatsuya ou bien que les gens de Kiri étaient habitué de voir de lui... Non loin de la même, cela était bien plus dangereux que cela et peux de gens présents pouvaient comprendre ce genre de fureur qui s'éveillait dans le coeur du jeune Umishiro. C'était une colère froide, calme, planifié et maitrisé, cela était en vérité bien plus que cela... C'était une chose primitive qui était en tout combattant, la mort. Planifié, maitrisé et surtout expérimenté... Pour que Tatsuya soit dans cet état de fureur il lui en fallait vraiment beaucoup, les ondes négative qui ce dégageaient de lui en était la preuve... En vérité un seul mot de la part du Mizukage, un seul mot et Tatsuya ne ferait aucune preuve de clémence envers les membres de la Police Politique... Il en avait trop vue et en savait trop pour être simplement en colère...
avatar
 ~ Chuunin de Kiri ~
Emishi Nishouri ~ Chuunin de Kiri ~
▌Sanction : 1er avertissement
▌Messages : 445
▌Age : 24
▌Inscription : 08/11/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : |B/ 14|
| Points Naruto Ninja RPG | :
569/2000  (569/2000)
| Âge du personnage | : 22 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Mer 6 Juin 2012 - 21:48

Les Portes de Konoha s’ouvrait lentement, nous n’étions pas encore repéré, le vent sifflant, bouffée d’air frais qui emplie la ville nauséabonde. Les ruelles mortes puaient cette odeur de mort et de peur. Voila ce qui restait de ce si beaux village, jadis puissant. Les feuilles mortes s’envolaient ; la palette de couleur venu de l’extérieur emplie cette nature morte de sa candeur ; ajouté à cela les ninjas de patries différentes, arborant leur emblème fièrement, prêt à montrer leur puissance. Pourtant tous ne jubilaient pas, de nombreux ninjas de Kiri avaient honte alors que certains même avaient participé à cela. Pour ma part je ne me sentais nullement concerné. Nous avions conquis cette contrée, passé accord avec le tyran, tout ceci au profit de notre village ; la pensée était, certes individualiste, mais bien vrai. Le village n’avait jamais eu autant d’effectif si bien équipé qu’auparavant. Il fallait avouer que le temps n’était pas à notre avantage. Les bourrasques s’engouffraient dans les ruelles étroites, à contre courant de nos troupes, ralentissant la marche. Quelques minutes suffirent à nous repérer à cause de cette jeune fille et, du nombre de troupes. Je ne comprenais pas pourquoi il y avait tant de troupes pour un simple QG, Aiji-san était réellement aiment de ses subalternes. Certainement celui-ci voulait-il limiter le nombre de mort dans nos rangs. En tout cas tous s’arrêtèrent pour je ne sais qu’elle raison ; va savoir. J’essaye de me frayer un chemin. Nous étions arrivés devant ce fameux QG. Une vingtaines d’hommes étaient posté devant regardant un pauvre ahuris écrasé par la chaussure de ce qui semblait être l’une des grandes autorités de ce quartier. Les choses commençaient à etre intéressantes : Nous avions flairés les proies. Je me devais d’accumuler un maximum d’information, j’étais aussi un ninjas sensoriel comme Kyo-chan après tout. J’activais ma résonnance. Ce n’était pas pratique il y avait beaucoup de monde et je m’approchais aux côtés des Kages, voyant l’incroyable Hijikata prêt à pilonner ces ennemies de ses harpons de terre. Pour ma part je tentais de reconnaitre et, compter le nombre d’hommes présent dans le QG et les alentours, ce n’était pas une mince affaire. Il y avait beaucoup trop d’âme. Je sentis une puissance démesurée venir de Tatsuya. Même un ninja qui n’était pas sensoriel sentirait son envie de tuer à des kilomètres. Sensei avait réellement envie d’en découdre, cela me donnait l’eau à la bouche. Je devais faire de mon mieux aussi. 1,2,3…10,20,…. 40,… Ils étaient nombreux les bougres. Je m’arrêtai et me permit de parler bien que simple chuunin. Je comprenais très bien ma position de simple soldat mais ces informations pouvaient peut-être utiles.

Ils sont un peu moins d’une centaine dans le QG, il semble que cet homme soit l’un des plus forts d’entre eux. D’autres grouilles autours à moins de 2km, je ne saurais dire leur nombre pour les plus éloignés mais à vrai dire il semblerait être pacqué par petit groupe Mizukage-sama et Raikage-sama.

Je ne savais pas le niveau de nos adversaires mais, la présence de Kage justifia mon retrait suite à ces courtes phrases. Je ne tenais pas à mourir, l’homme en face était clairement plus fort que la moyenne. J’aviserai qui je mordrais à mort une fois la joute commencée. Je désactivais ma résonnance qui m’avait décidemment coutée trop de chakkra à mon goût. Je regardais Kyo d’un air envieux. Il fallait dire qu’avec ces oreilles et son nez, certes elles ne pouvaient pas deviner le nombre d’ennemies mais, elle pouvait les localiser sans encombre avec son ouï et son odorat et, cela n’était du qu’à ses aptitudes félines, loin de là lui coûtant menu chakkras. Enfin bref maintenant je n’étais plus qu’un kenjuka parmi les autres de Kiri, prêt à dégainer Shigure Kintoki quand il le faudrait, la tension étant maintenant à son paroxysme. Il était clair que nous nous battions dorénavant pour nos vies sur ce village transformé en champs de bataille. Il n’y avait plus de valeur, ni une quelconque morale à mon goût : c’était tué ou être tué. Les deux se fixaient grognant, chacune prêtes à égorger sa proie. Je rageais que Tenro avait refusé de prendre part à notre cause, il ne voulait décidément pas conclure un pacte d’invocation avec moi, c’était rageant. Il fallait croire que le vieux chacal n’aimait décidemment pas les humains. Je soupirais un instant, comme pour reprendre mes esprits ; aspirant tranquillement l’air frais dans mes poumons, calmant mon rythme cardiaque, prêt à dégainer, main sur le pommeau de Shigure Kintoki.
avatar
PNJ inventé
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 83
▌Inscription : 21/01/2012
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Mer 27 Juin 2012 - 14:06


Le chant de leur liberté.







Spoiler:
 

Odeur nauséabonde ... Je froissa mon nez avant de passer ma paume dessus, car mon sens fut attaqué dès qu'on rentra dans ce village, mais plus nous avançons, plus cela empirait. On sentait le mort, à des kilomètres. Comme si une épidémie frappa Konoha. Et pourtant ce ne fut pas ce problème. L'odeur de mort règnait partout, c'était immonde, vraiment. Tout ceci à cause d'un homme, un seul. C'est ainsi qu'il pensait forger l'avenir de Konoha ? Eh ... Vivement qu'on en finisse.

S'approchant d'un endroit précis, on pouvait voir des hommes en uniforme. La fameuse Police Politique ? Ils étaient en train de maltraiter un villageois, lui marchant dessus. Mon visage exprimant comme un certain tic, c'était un spectacle pittoresque.

‘’ Pfff ... ‘’

Une lame crissant légèrement dans son étui, et voilà que certains se mirent à suivre les gestes de mon ami.

'' Soyez dignes. Montrez à ces misérables ce que valent les shinobis de Kumo. ''

Je baissa mes yeux, adressant un sourire serein, et imita à mon tour le geste du Bras Droit et également mon ami depuis tant d'années, sortant mon katana. Tout le monde se mettait en place, Raikage-sama se préparait de donner l'assaut. Je me glissa alors sans que grand monde ne s'aperçoit, afin de prendre un autre chemin. Je longea les bâtisses à pas de loup et d'un silence envieux, avant de me retrouver enfin de l'autre côté de ce QG. Parfait. D'un coin de l'oeil, j'observais ces hommes et pris dors et déjà un petit groupe comme cible. En voilà des qui vont se faire assassiner dans le silence sans même qu'ils s'en aperçoivent eux mêmes ... Je colla mon dos contre le mur, prêt à l'assaut. Dès lors que Raikage-sama donnera son accord, cette petite poignée d'hommes qui sont mes futures victimes ne seront plus.





avatar
PNJ inventé
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 83
▌Inscription : 21/01/2012
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Mer 27 Juin 2012 - 21:07


Brûlés hérétiques!







Spoiler:
 


J'observais alors d'un regard presque médusé la foule de ninjas des différents villages cachés qui nous faisaient face.

-Comment..... comment cela est possible ? Ils ont parvenus à forcer nos défenses si facilement que personne n'a rien vu ? Impossible je suis sûre que ses satanés traîtres toutou de l'ancien régime ont quelques choses à voir dans tout ça. Murmurais-je d'une voix angoissante.

Je grinçais des dents sans pour autant montrer une quelconque faille dans mon attitude froide et détachée, alors que mes hommes autant surpris que moi ce placèrent en garde près à défendre les idéaux de notre Hokage de leurs vies s'il le fallait si insignifiantes soient-elles.
Je passe en revue rapidement les forces adverses en constatant que deux ninjas de Kiri c'était mis en position de combats, un vieux débris qui devait sûrement être le Mizukage, un autre qui baragouinait une phrase dès plus héroïque, mais si futile dans cette situation, peut-être le Raikage qui sait. D'un mouvement de bras élégant je fis sortir mes mains gantées de noirs de dessous ma large cape sombre qui virevolta au gré d'une légère brise qui pourra, dans un très proche avenir transporté l'odeur de la mort de fou qui ont osés imaginer dans des rêves utopiques renverser le plus grand Hokage de Konoha. De mon vivant jamais je ne laisserais faire une chose pareille, jamais je céderais face à une bande d'hérétique pas tenté qui ose fouler notre sol.

De bien belles phrases je devrais penser à écrire mes mémoires un de ces jours, enfin passons, je fais glisser une main dans ma chevelure brillante et bien entretenue avant de remettre mon couvre-chef bien en place, saisissant ensuite l'extrémité de mes gants en cuire qui valent une petite fortune je les retirent délicatement dans un claquement délicieux avant de les lancer à un de mes subordonnés. J'analyse las situation rapidement en situant approximativement la position de mes hommes et de l'ennemie. Mmmm le gros des forces est situées dans un véritable goulet d'étranglement entre les larges lignes de bâtiments qui les surplombent, sauf un seul qui est en hauteur, mais cela ne reste pas un problème. Je prépare une série de mudras sans me soucier des deux ninjas qui sont sous mes ordres légèrement plus avancer que moi, un sacrifice qui n'a que peu de valeur.

-Katon, Zukokku !

Une énorme vague de flammes alors carbonise littéralement les deux pauvres bougres qui se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment pour continuer en direction du groupe de ninjas adverses. Alors que mes fidèles troupes commence à ce déployer pour passer à l'attaque.



Spoiler:
 



avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Dim 1 Juil 2012 - 14:59

Valet des Kiyomizu




    Le vent de notre salvation
    Enivre le village.



    Mes paroles ne se firent point prier afin de se faire entendre, j’en fus enchanté. Car en effet, suite à ma phrase, j’ouissais mes compatriotes se mettre en place, sortant leurs armes, préparant l’attaque. Quand soudain la présence de Sakuya-sempaï devint nulle, mais je n’avais point la possibilité d’observer, il était de mon devoir de rester concentré. Le connaissant, il s’éloigna ailleurs afin de pouvoir surprendre nos ennemis ... Je n’en fis rien, je fais confiance à ce grand homme qui fut le premier à obtenir mon respect profond depuis maintes et maintes années. Je vis également du coin de l’oeil un ninja que je ne connaissais point, un kirijin alors, se propulser jusqu’à un des toits au-dessus de nous, préparant sa technique. Je l’observa un instant, son allure me plaisait bien.

    Certains se mirent en garde alors. D’autres préparaient dors et déjà leur première attaque de cette bataille. Pour ma part je tournoya élégamment mon premier katana devant mes yeux avant de le saisir fermement. Ma préférence fut toujours d’analyser la situation, afin de mieux combattre par la suite. Cet homme qui malmenait un citoyen nous vit, ce ne fut point étonnant, avec une telle troupe il ne serait point simple de se cacher. Mon regard soutint le sien. Il était glacial ... Je fronça les sourcils, le reprochant dors et déjà pour tout ce qu’il a fait subir à Konoha. Il se mit à dire quelque chose que je ne pus ouïr par la distance quelque peu importante qui nous séparait, et se mit à faire des mudras. Me mettant en garde et voyant que des hommes se trouvaient devant sa personne, je songea que l’attaque ne sera point de front, mais peut-être sous nos pieds ou d’en haut. Je fis un signe discrèt à mes compatriotes afin qu’ils surveillent leurs pieds et au-dessus d’eux d’un geste de ma main, et me prépara dors et déjà à prendre défense si je pouvais. Et c’est là que son attaque me surprit du plus haut point. Je l’ouïs annoncer un Katon, avant de voir une vague gigantesque de flammes se diriger vers nous. Il n’aurait point osé de ... ?! Ses propres compatriotes ...
    Ma réaction fut point instinctive, la première pensée qui me vint à l’esprit fut de protéger les nôtres. C’est alors que je me précipita, me mettant devant nos Kage qui nous menaient en tête.

    ‘’ Ne restez point ici ! ‘’ M’exclamais-je aux shinobis. J’avais mon idée en tête mais je ne pourrais détruire cette attaque. Quoi que je fasse, cela risque de passer, alors ils se doivent se s’en aller au plus vite ! Je planta mon katana à terre afin de composer quelques mudras de mes mains fines. ‘’ Dôton ! Doryuu Juheki !! ‘’

    Un mur gigantesque surgit de la terre dans un bruit assourdissant, recouvrant les hommes se trouvant derrière. Je mis grande concentration à cette technique, encore et encore, afin de résister. Ah ... Dire que je n’aime point utiliser grand nombre de chakra au début et en garder pour tout le combat, voilà que cela ne commence point bien, mais au moins je pus protéger nos shinobis, nos Kage. Sentant la résistance se fissurer petit à petit, je répéta à nos guerriers de ne point rester ici, de s’éloigner, maintenant ! Mon ton devint au fur et à mesure de mes paroles plus imposant, et mon jutsu finit soudainement par céder brutalement par ces flammes. Heureusement que j’ai prévu de faire de nouveau des mudras juste avant ...

    ‘’ Suiton ! Mizu Rappa ! ‘’ Comme je le savais pertinemment, cela ne sera point suffisant, mais atténuera la force de ces flammes. Je cracha alors de l’eau en insistant sur cet élément, repris mon katana en main, avant de me faire envahir par les flammes.

    Nos hommes ont dû voir un noble se faire carboniser, mais une fois que les flammes se dissipèrent, on pouvait admirer des plumes de paons brûlés tomber doucement à terre. Quel gâchis ... J’eus le temps de faire mon kawarimi. Au moins, j’ai pu protéger nos ninjas des flammes.
    Profiteant de ma cachette, je fis un dernier cadeau afin de favoriser notre camp. Et, avec un peu de chance, Sakuya-sempaï pourra faire quelque chose, s’il se trouve au bon endroit, avec les bons matériaux ... Je misa sur ceci, et composa une dernière fois quelques mudras.

    ‘’ Suiton ... Kokuun. ‘’ Murmurais-je derrière les bâtisses, et me permis d’obtenir un champ de vision suffisant afin de pouvoir diriger ce jutsu là où je le voulais.

    C’est parfait. Des gouttes noires se mirent à pleuvoir, exactement sur la zone de leur QG. Je vis plusieurs hommes en cet uniforme fort disgrâcieux courir pour nos attaquer, et je surgis de ma cachette afin d’en bloquer un. Je plaqua mon bras contre son torse, étant derrière sa personne, avant de le ramener à moi, et envoya aux Enfers son collègue d’un coup de mon katana. Ne laissant point le temps ma victime de s’écrier, je pivota avec son corps toujours contre moi afin de faire face à un nouveau groupe, et lui trancha généreusement la gorge, l’envoyant valser vers les siens. Je pivota comme effectuant une danse, esquivant un attaquant, et finis mon pas derrière lui, avant de coincer mon poignet sous sa gorge et laisser ma lame le transpercer. Au final, cela va s’avérer être amusant ...



Techniques utilisées :

Spoiler:
 
avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Mar 10 Juil 2012 - 13:39




Une pluie de noir et de bleu

Nos troupes s’étaient préparées à l’attaque. Quelques uns s’étaient éclipsés, probablement pour exécutes quelques attaques surprises et prendre l’ennemi à revers. Je ne m’occupais pas plus de ces ninjas et me concentrait de nouveau sur nos ennemis qui s’étaient enfin décidés à bouger. La position dans laquelle je me trouvais n’était pas très avantageuse. Il y avait pas mal d’hommes devant moi. Pour le moment ils étaient immobiles donc ce n’était pas un problème pour décocher mes flèches mais d’ici quelques instants elles risqueraient de toucher les mauvaises personnes. Il me semblait donc utile que je m’éloigne quelque peu. Prendre de la hauteur me permettrais d’avoir une vu d’ensemble sur le champ de bataille et je pourrais ainsi atteindre mes cibles plus facilement et couvrir nos alliés. Ce que j’aurais fait immédiatement si ces très chers membres de la police politique ne s’étaient pas décidés à répliquer. Finalement nous ne fûmes pas les premiers à attaquer. L’homme en noir de tout à l’heure exécuta quelques mudras. Hidemi-sama nous fit signe de surveiller le sol et le ciel. Les endroits les plus probables d’où viendrait l’attaque en somme. Mais contre toute attente une immense vague de flamme déferla sur nous carbonisant quelques ennemis au passage... Incroyable… Commencer par sacrifier ses hommes sans une once d’hésitation. Un assaut bien mené certes, entre l’effet de surprise et… au non… Ce n’était pas bon… pas bon du tout même. Surtout que nous étions des cibles faciles face à cela étant donné que nous étions tous alignés dans cette rue.

Kakuzô-sama nous somma de nous éloigner au plus vite mais étant donné le nombre que nous étions et la vitesse à laquelle arrivait la vague il était peu probable que nous nous en sortions tous en un seul morceau. Mais le noble avait sans doute envisagé cela et fit apparaitre un mur de boue qui retarderait ainsi l’échéance. Pour ma part, je profitais de cette occasion pour faire ce que j’avais décidé précédemment, autrement dit : prendre de la hauteur. Je concentrais du chakra dans mes jambes pour me propulser sur le toit d’un bâtiment. Il était suffisamment haut pour que j’ai une vue dégagée sur les alentours et que je puisse utiliser mon arc sans risquer de blesser nos hommes. D’autres ninjas avaient également bougé comme l’avait ordonné le bras droit du Raikage. Ce qui n’était pas plus mal car le mur ne tarda pas à céder. Avant cela, le jeune noble eu le temps d’atténuer les flammes avec une technique de suiton. Puis il se fit dévorer par les flammes… j’eu un pincement au cœur… non… Kakuzô-sama ne pouvait pas mourir pour si peu… Il avait due utiliser un quelconque jutsu pour s’en sortir, après tout, ce n’était pas le second du Raikage pour rien.

Je reportais mon attention sur nos ennemis. Pour le moment, le plus efficace serait de lancer quelques salves de flèches. Tant que nos ninjas ne seraient pas trop près d’eux, je tirerais un maximum de flèche pour leur occasionner le plus de dégâts et les gêner dans leur progression. En effet, ils devraient non seulement se concentrer sur l’exécution de leur technique mais aussi sur les flèches qu’ils devraient esquiver. Mais je ne pouvais lancer que 35 flèches au maximum… non ce n’était pas assez. De plus j’étais seule sur mon toit, j’étais donc une cible facile. Je fis quelques mudras à mon tour et créais quinze clones. Nous nous regroupâmes pour rester dans un rayon de 25 mètres. Je brandis ensuite mon arc et commençaient à tirer, avec mes clones, un nombre impressionnant de flèches. Certes il n’y en avait que 35 de vrai, mais quand vous en voyez plus de 500 déferler sur vous, je puis vous assurer que vous vous posez des questions. Une pluie bleu s’abattis sur nos opposant créant un élan de panique. Certains tombèrent à terre, morts pour les plus faibles et malchanceux ou blessé d’autres s’étaient cachés ou s’étaient simplement fait traversé par les illusions. La combinaison des clones illusoires et de mon arc de chakra était très efficace. Je l’utilisais souvent car elle s’utilisait aussi bien pour l’attaque que pour la défense. Je continuais à tirer plusieurs salves. Quand les ninjas de Kiri et Kumo arriveraient au contact, je ne pourrais plus que décocher mes flèches qu’au compte gouttes pour les couvrir et chargerais les illusions de moi-même de s’occuper de ralentir ou de gêner les renégats qui étaient restés à distance.



techniques utilisés:
 





avatar
 ~ Chef des A.N.B.U de Kiri ~ /~ Kyudaime Mizukage ~ / ~ Admin ~
Hijikata Toshizo ~ Chef des A.N.B.U de Kiri ~ /~ Kyudaime Mizukage ~ / ~ Admin ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 595
▌Age : 29
▌Inscription : 18/02/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | A / 21 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
294/1000  (294/1000)
| Âge du personnage | : 27 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Jeu 12 Juil 2012 - 21:14



Que notre ardeur et nos souffrances parviennent à racheter nos fautes passées, dans cette lutte sans pitié, Konoha sera libéré.


Hijikata Theme


J'observais depuis les hauteurs d'une bâtisse toujours aux aguets le conflit qui s'annonçait inévitable, en contre-bas la police politique prête à en découdre pour protéger les vestiges de leur tyran déjà déchue. Fanatique ? Certainement, baigné dans leurs endoctrinements, impossible de les ramener à la raison dans tous les cas, j'observe du coin de l’œil un homme qui semblait bien plus charismatique et dangereux que les autres, son aire sûr de lieu et son attitude méprisante en font un candidat parfait pour être à la tête de cette légion de ninjas sans scrupules. Alors que je maintiens ma technique active près à lancer l'assaut je n'ai guère le temps de remarquer que le dit chef de la police politique effectua une très rapide série de mudras avant de lancer une technique Katon dévastatrice qui créa un véritable mur de flammes qui avançaient inexorablement brûlant même au passage deux sbires sacrifiés sur l'autel de leur soit-distant Kage. Cela montre clairement qu'ils se battront jusqu'à la mort s'il le faut pour que leurs idéaux continu à perturber, pour le moment cette attaque avait surpris tout le monde, les flammes venaient lécher les façades des bâtiments qui se consumaient littéralement au simple contact de la chaleur accablante qui se dégageait de cette attaque. Avant même que je puisse entreprendre une quelconque action, aperçue le bras droit du Raikage prendre les devants et hurler aux Kumojins et Kirijins restés en contre-bas alors qu'un impressionnant mur de terre viens freiner un court instant le torrent de flamme alors que la plus pares des ninjas allaient se réfugier dans de petites ruelles adjacentes, mais ceci ne semblait pas pouvoir résister bien longtemps, conscient de cela le ninja de Kumo prépara une autre technique avant d'être emporté par le reste du torrent de feu qui s'évapora quelques instants plus tard. En regardant un peu plus attentivement j'ai pu rapidement m'apercevoir qu'il avait effectué une technique de substitution, après tout il fait s'attendre à ce genre de choses de la pare du second d'un village caché, alors que je constate qu'une autre Kumojin c'était elle aussi appropriée les cimes du village, arborant une curieuse technique que je n'avais jamais vu auparavant.

Un arc de chakra qui tirait des flèches, étonnant, mais très efficaces vu le nombre de projectiles envoyés sur nos ennemies qui tombaient par paires, alors que ces derniers lancèrent l'assaut sur nos compagnons. Je me devais de trouver rapidement une stratégie à appliquer, très vite une idée vienne ôter mes doutes, c'était risqué, surtout que cette technique était à double tranchants, bien que très puissante la quantité de chakra demandé est largement proportionnel, avec ce que j'avais en tête je ne pourrais plus me servir que de techniques basiques, mais qu'importe, cela permettrait aux utilisateurs de Suiton de pouvoir lancer leurs techniques sans trop de mal tout en créant une bonne pagaille dans les rangs ennemis.

-Yosh, allons-y - marmonnais-je dans ma barbe.

Effectuant rapidement une série de mudras je bondis sur les restes du mur de terre du Kumojin qui avait cédé sous la force de la technique du chef de la police politique, faisant des coudes avec des ennemis qui étaient plus accaparés par le combat avec les premières lignes de notre force principal je plaçais ma main sur le sol sous l'effroyable entrechoquement métallique des kunais et autres armes de corps à corps.

-Doton !! Doryuu Juheki !


Alors qu'un nouveau mur de roche et de terre s'élève pour couper les forces ennemies en deux privant la partie qui combattait de toute retraite possible, la stratégie a toujours fait partie de mes aptitudes de ninjas et je n'en suis pas peu fière, enfin restons concentré, alors que j'enchaînais rapidement une nouvelle série de mudras en esquivant plusieurs Kunais lancés dans ma direction. Frappant pour terminer mes mains paumes ouvertes les unes contres les autres.

-Suiton !! Baku Suishouha !

Bombant le torse, je relâches une importante quantité d'eau en forme de jet sous très haute pression sur le sol du côté de la seconde partie de la police politique bloquée devant le mur de terre que j'avais précédemment créé, j'ai du néanmoins doser la technique pour la rendre beaucoup moins efficace si je ne voulais pas user tout mon chakra dès le début du combat, bien que l'on m'a longtemps reconnu pour la quantité nettement supérieur de chakra que je possède j'ai tout de même une limite et surtout avec cette technique en particulier, de long mois de douleurs et de souffrances dans l'apprentissage, mais je n'avais pas le temps de me remémorer mon passé. Alors que des vagues importantes se formèrent et emportèrent une petite partie des shinobis présents alors que d'autres ont eu la présence d'esprit de bondir pour échapper à cette masse aqueuse, j'avais étudié la topographie des lieux, se trouvant sur une large place entourée de bâtiments qui donnent accès sur une unique rue qui 'était le prolongement de celle ou se déroulait actuellement le féroce combat, ma technique pouvait même en étant diminuée volontairement crée d'important dégâts ou en tout cas dispersé un groupe. Quelques goûtes de sueurs viennent parsemer mon front, alors que je pose un genou à terre, essoufflé en haut de mon mur, je peux constater que plusieurs corps inanimés flottèrent à la surface de l'étendue d'eau. Je devais reprendre des forces avant de continuer le combat, je restais donc à distance pour l'instant.




Spoiler:
 





avatar
 ~ Juunin de Kiri ~
Tatsuya ~ Juunin de Kiri ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 196
▌Age : 34
▌Inscription : 18/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : B, niveau 18
| Points Naruto Ninja RPG | :
236/1000  (236/1000)
| Âge du personnage | : 19 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Jeu 12 Juil 2012 - 23:21

Quand le jeune Umishiro avait vue le chef à première vue, de la Police Politique faire des mudras il c'était attendu à une choses vraiment tordu de la part de ce dernier. C'est quand il termina les mudras sur celui du tigre en inspirant bien fort que Tatsuya comprit la dangerosité de la situation, un katon dans une rue étroite avait de quoi faire un massacre sans nom. Mais il y avait une chose que leur adversaire semblait oublier, les ninjas de Kiri son expert en suiton. Les réaction s’enchainaient dans les rang de Kiri, Doton et suiton surgirent en masse pour contrer le jutsu dévastateur alors que de son toit un chuunin fournit une masse d'eau assez importante. Profitant de cela il rengaina son sabre en escaladant le mur de terre en enchainant les mudra a toute vitesse pour avoir une vue sur le bâtiment, en arrivant au sommet il avait terminé tout les mudras pour faire sa technique... Le temps gagné pour contrer l'attaque était maintenant devenue un avantage pour détruire une bonne partie de la résistance ennemi à l'intérieur de leur quartier générale. Avec une voix totalement implacable Tatsuya annonça son jutsu en ce laissant tomber sur l'eau...

- Suiton, Suiryuudan no jutsu!

La créature mythique constitué d'eau en grande quantité fonça alors vers l'ennemi mais, passa juste au dessus de lui pour s'engouffrer par la porte principale avec une pression énorme et ravagea toute les défenses qui commençaient à être mise en place. Sans même attendre le jeune Umishiro enchaina une rapide série de mudra en voyant des membres de la Police Politique le charger malgré le déluge de flèches, cette fois il allait frapper un grand coup. Il sauta sur le mur de terre au sec et en dégainant son sabre il planta ce dernier dans l'eau en laissant ainsi partir son jutsu, le raiton Raizo, Ikazuchi no Utte avec une puissance foudroyante sur l'ennemi. L'eau et la foudre étaient une combinaison terrifiante pour un ninja de rang jounin à Kiri, il observa le résultat de son attaque un petit moment et observa ce qui ce préparait pour contrer la situation. Voyant que des ennemis prenaient place sur le toit de leur quartier générale il décida de s'en occuper...

- Je veux un tir de couverture sur les fenêtres du quartier générale ennemi, que trois équipes de l'arrière garde me suivent on va lancer un assaut sur le toit ennemi. l J'ouvre le chemin... Mais surtout je veux que vous faites attentions, notre but est d'empêcher l'ennemi d'attaquer depuis le toit de leur quartier générale.

L’ennemi alors qu'il entendait de la bouche de Tatsuya qu'il ouvrait le chemin commença à rire jusqu'au moment où une silhouette floue passa entre eux avec un éclat argenté, seule la lame de son sabre permettait au moins fort de le suivre le moindrement dans ces mouvement. Un bruit de course folle ce faisant entendre alors que l'eau derrière lui s'ouvrait tel un chemin montrant par où il était passé... Déjà sur le toit du QG ennemi grâce au stade un du Shukuchi il trancha et frappa tout ninja ennemi qui était à sa portée, katana de la main droite et wakizashi de la main gauche... Il se déchainait cette fois sans aucune forme de retenue, il croisait certains qui l'avaient vue lors de la première invasion et riaient de lui jusqu'au moment où il leur tranchait un membre, le corps ou bien une partie de la tête... Il n'utilisait plus sa vitesse démente pour bouger, car ceux qui donnaient un tir de couverture ne pourraient pas le couvrir convenablement. à la place il laissait parler la violence pur, les bases qu'il maitrisait depuis des années du kenjutsu et frappait dans un déferlement de violence sans nom. Son visage déformé par un rictus plein de sadisme et de cruauté, il était la présent sur le champ de bataille... Umishiro Tatsuya, jounin ayant passé deux examen sanglant de Kiri c'était enfin après de nombreuses années... Éveillé...

Spoiler:
 
avatar
 ~ Chuunin de Kiri ~
Emishi Nishouri ~ Chuunin de Kiri ~
▌Sanction : 1er avertissement
▌Messages : 445
▌Age : 24
▌Inscription : 08/11/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : |B/ 14|
| Points Naruto Ninja RPG | :
569/2000  (569/2000)
| Âge du personnage | : 22 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Lun 16 Juil 2012 - 10:03

Le présent des guerres



Nous étions en Automne. Les fleurs tombaient doucement, emporté par le vent. La pluie n’était plus une fois proche de Konoha et, l’apparente tranquillité qu’il semblait y avoir au sein de ce majestueux village avait disparu, au moment même où nous étions entré. C’était dorénavant un champs de bataille. J’avais jaugé le nombre d’ennemie, les renforts de la police ne tarderaient pas à venir grossir leur rang. Nous nous devions de mettre toute nos forces dans la bataille avant que leur renfort ne viennent compliquer la tâche mais, il semblait que leur chef avait déjà de quoi nous tenir tête à lui seul. De quelques mudras, il avait fait apparaître un mur de flamme qui s’avançait inexorablement pars l’embouchure principal où nous étions, sans nous laisser une once d’échappatoire. J’aurais du prendre peur et, me mettre à l’abri mais, j’étais énervé, terriblement. Il y avait des choses que l’on apprenait en meute. La première et, aussi la plus importante consistait à limiter les blessures au sein du complexe. C’est pourquoi lorsque l’on chassait, le nombre devait être drastiquement plus élevée et, que personne n’agissait en précipitation tant que la proie n’était pas encerclé. Les chacals sont avant tout des prédateurs et, de formidable traqueur. Ils sont capable de courir des jours entiers sans boire ni manger. Comment un chef mouvait-il dors et, déjà, sans même jauger de sa situation de défendeur, envoyer à la mort deux de ses compagnons. Je ne souriais pas cette fois-ci. Tout au contraire je montrais les crocs, regardant bravement et, arrogant le mur de flamme qui fonçait. J’aurais du périr par ma témérité mais, un ninjas de Kumo prit les devant créant un vaste mur de pierre puis, d’eau. Les éclaboussures et, étincelles qui arrivèrent jusqu’à moi furent les déclencheurs, me réveillant de mon état colérique. Je sautais à mon tour sur le toit, laissant mes compagnons de Kiri lancer les dévastatrice technique Suiton de notre village tandis que des flots de flèches fonçaient vers nos adversaires. La plupart d’entre eux esquivaient les flèches mais, leur formation était cassé et, la confusion s’était semé chez eux, dispersé aux quatre coin de la place en tentant d’éviter les flèches. Seul certains faisaient preuve d’un peu plus de sang-froid, les arrêtant par divers techniques doton ou, tentant de rester le plus proche de leur position. C’est ces derniers qui étaient définitivement les plus forts. C’est alors qu’un dragon d’eau vînt à emporter un nombre important, laissant une brèche ouverte pour les combattants au corps à corps. Les survivants qui se relevèrent de ce choc aqueux furent sévèrement électrocuté par Tatsuya-sensei qui, avançait maintenant au sein de la bataille, suivit par quelques groupes : une vingtaine d’entre nous suivait le fougueux juunin au sein de la bataille. Je suivais alors d’un pas prudent, la bataille avait commencé et, dans ses éclats et combats, je tentais de me faufiler avec eux pour voir à nouveau le Shukuchi. C’est cette technique que je voulais tant. Une vitesse surhumaine au service d’un kenjukas. J’avais beaux avoir la technique et, la dextérité, je manquais cruellement d’autres qualités. Tandis que je ne faisais pas attention, un ninja ennemi voulut en profiter. Encore une fois la chance fut de mon côté, une flèche tombant du ciel et, l’atteignant en pleine tête. Je me retournais pour voir la jeune femme qui lançait cet amont de flèches au loin. Son regard était strict et, sérieux au sein de cette bataille. Je me devais à mon tour de faire un effort. Je n’avais pas les moyens de détruire un grand nombre d’adversaire avec mon style mais, je pouvais tout du moins défendre nos utilisateurs de ninjutsus. En effet, le combat continuait sur le toit, Tatsuya tentant d’éliminer un maximum de ninjas ayant profité de ce lieux de hauteur tandis qu’en bas, les affrontements direct commençaient à se faire en nombre. Pour autant, la place en elle-même n’était pas gagné, des pièges ayant été disposé, ils explosèrent, l’un d’entre eux juste à côté de moi. Et quand bien même la jeune kumojin déroutait nos adversaire, elle ne pouvait dorénavant n’envoyer qu’un nombre limité de flèche pour ne pas atteindre nos alliés. C’est pourquoi les utilisateurs de ninjutsu qui, à distance ne craignait pas les explosions sur la place était une force important pour éliminer un nombre important d’ennemie. Les plus forts des rangs ennemis avaient percé les rangs pour atteindre le rang de nos utilisateurs de ninjutsu, l’un d’entre eux étant déjà entrain de semer, le trouble. Je pris une courte inspiration au sein de ce champ de bataille chaotique et, pose ma main sur le pommeau de mon précieux katana Shigure Kintoki. Je me penchais en avant, prêt à dégainer.

~1ère pose : Shajiku no Ame~


Je fonçais rapidement à travers mes adversaires jusqu’au dit assaillant qui venait enfin d’arriver jusqu’à la ligne de nos précieux utilisateur de ninjutsu. L’eau par terre, créé par les divers technique suiton se mêlait à ma percée. Mon Tsuki était parfait, plus penché comme le voulait la pose et, mon épée s’abattit dans le ventre de mon adversaire. Il y eut un léger vide en moi. J’avais beaux être arrogant, hormis du bétail je n’avais jamais tué pour des raisons autres que la faim. Je regardais les éclaboussures du sang arrivé sur mon visage puis, mon regard rencontra celui du malheureux qui me faisait face. Il suait horriblement, ses yeux sortant presque de leur orbites, tentant de crier mais, aucun son ne venant. Puis d’un coup sec je retirai mon épée dans un suintement puissant qui pouvait s’entendre malgré le massacre. Shigure Kintoki revêtait sa véritable apparence, le détenteur du style Shiguren avait pour héritage les arts de l’assassinat. Ce n’était pas un style qui permettait de trouer les lignes adverses, c’était un style sournois et, maudit qui tuait la vie elle-même. Par l’assassinat, on ciblait une personne et, le simple fait de la cibler signifiait bien plus qu’exécuter des ordres. Il signifiait que nous la retirions de sa vie, de ses proches, de ses amis, de sa femme, de ses enfants. Qu’avait donc fait cet homme pour que ma lame se fiche en lui, je ne le savais pas. Une larme perla le long de sa joue et, il regarda le ciel avant dans un long râlement tomber, son ventre percé, un flot ininterrompu de sang était débité par l’orifice, écrasant sur moi et, les alentours. C’était la triste vérité, je n’étais plus humain. Je venais de prendre conscience du pouvoir qui m’étais accordé, j’avais le pouvoir de tuer : démon, j’étais devenu. J’avais du sang dans mes cheveux, sur mes joues, coulant de mon œil droit, une perle sur mes lèvres, une marque énorme sur mes vêtements et, mes pieds flottaient dorénavant dans cette horrible odeur. Ma mission avait réussi, le ninja que j’avais protégé put finir son incantation et lancé sa technique fuuton sur plusieurs assaillants qui furent envoyé en l’air puis, tué par divers autres de mes camarades. Etions-nous devenus des dieux pour avoir le droit de tuer ? Je ne le pensais pas. Je pensais à Akari qui s’était couverte les mains elle aussi. Je m’étais promis de protéger le village après la mort de cette dernière lueur rouge mais, était-ce vraiment comme cela que je comptais le faire. Le regard de mes yeux vacillaient, j’étais un mauvais soldat, ma conscience me disait d’arrêter cette tuerie. Je vis des habitants dans les maisons, peut-être certains reliés à la police. Ils étaient dans leur maison brûlante, ils allaient mourir brûler. La vague de flamme avait incendié les maisons. Impardonnable, c’était impardonnable. Cet homme qui dirigeait la police, je le haissais. J’avais un dégout profond pour lui. Puisque j’avais tué maintenant, autant que ma prochaine cible soit cette personne. Je pris congé de mes compagnons de dernières ligne et, entreprit d’aller aider tout d’abords les habitants. J’entrais dans les maisons et, tentait de regrouper les habitantsautours de clônes aqueux que j’avais créé, c’était une opération assez longue et, j’espérais pouvoir les sortir indemne. Plusieurs d’entre eux me lancèrent des regards furieux, pensant qu’ils allaient servir d’otage, d’autres me balançaient des injures et parjures, me maudissant de leur avoir apporté le malheur. Ceux qui vivaient ici était les même qui avait profité de la situation auparavant sous le règne de Hunk, leurs sentiments étaient compréhensible. J’étais naïf de croire qu’il me suivrait sans faire d’histoire car, il arriva que l’un d’entre eux, un jeune enfant… me poignarda dans le dos, d’un simple coup j’envoyais ce dernier à terre et, regardait mes clones aqueux au même moment foncé sur les braises pour tenter de les éteindre. Je saignais dans le dos, terriblement, je ne pouvais pas rester là indéfiniment et, nous ne tiendrons pas, les bâtisses s’écrouleraient d’un instant à l’autre et, d’autres avaient besoin de moi. Je m’inclinais par terre alors et, demandait pardon aux gens, les priant de bien vouloir me suivre pour leur sécurité. Cet incident fut clos et, ils me suivirent dans le silence. Je dus utiliser quelques techniques du Shigure pour pouvoir sortir de la bâtisse avec les gens. Nous sortions enfin. Je les amenais loin des regards des combats, espérant que ma non-présence ne serait pas trop remarquée. Une fois un peu plus loin du champ de bataille, je les laissais s’en aller pour qu’ils puissent se mettre à l’abri. J’allais devoir répéter cette opération deux ou trois fois encore, plus rapidement. Je ravalais mes ressentiments, croquant ma lèvre supérieure. Une femme plus âgée que moi arriva derrière moi, m’empêchant de partir avec sa fille et, son petit-fils qui, auparavant m’avait asséné ce coup. Ce dernier s’excusa à son tour et, elle mit un pansement sur mon dos, léger certes mais, assez digne des premiers secours. Tout en faisant cela, elle me demandait pourquoi je faisais cela en pleine guerre. Je soupirais un instant, l’expérience de la vie, le calme et, la sagacité dont elle faisait preuve était impressionnant.

Il faut croire que je suis un mauvais ninjas.

Je me levais, remettant Shigure Kintoki dans son fourreau et, avant de partir, je leur adressa un sourire joyeux et, plein de vie ; un de ces sourires optimistes qui, je l’espérais leur donnerai la force d’espérer le meilleur par la suite avant de me retourner et, de dire :

J’espère que vous pardonnerez un jour nos péchés.

Le jeune garçon pleurait et, criait vengeance, me maudissant.

Pas moyen..snif.. Je te tuerais, je vengerais mon père.

Alors l’homme que j’avais tué était son père. Rien que de repenser à mon acte, je touchais mon visage puis, regardait mes mains, couvertes de sang. C’était donc ceci l’horrible destin des ninjas. Je me devais d’accepter cette haine, qui d’autre le ferait sinon. Nous devons accepter notre punition, je me sentais déjà mal d’avoir tué cet homme, tourmenté même mais, rassemblant le peu de force qui me restait, je levais la main en signe d’au revoir.

Et j’accepterais le poids de la vengeance, vient me voir le moment venu jeune homme. Je me nomme Emishi Nishouri, chunin du village de Kiri.

Ceci dit je m’en allais, j’avais déjà perdu top de temps. Je versais alors des larmes durant le court chemin de retour. Je pleurais pour ces familles, pour nos hommes, pour nos ennemies d’aujourd’hui et, ceux du futur, nos blessés, nos victimes et, tout ceux affligés par les mots du monde shinobis. Je ne pouvais pas m’empêcher de pleurer terriblement. Alors c’était pour ceci qu’Aiji-sama ne désirait pas que nous tuions. Je venais de reconnaitre en moi-même la valeur de ce mizukage et, la puissance de cet homme qui, venait de remonter dans mon estime, loin du vieil homme mais, plutôt du brave qui, tenta de changer le monde. J’arrivais enfin sur le champ de bataille en larme et, ne pouvant retenir mes larmes, desastré devant le nombre de cadavres qui jonchaient le sol criait. C’était un cri de désespoir. Comment sortir de cette spirale infernale ?

avatar
PNJ inventé
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 83
▌Inscription : 21/01/2012
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins] Mer 18 Juil 2012 - 13:09


Le chant de leur liberté.







Spoiler:
 

Tout cela s'est passé bien vite. J'observais cette fameuse Police Politique se préparer à attaquer les nôtres, pour ma part je me fis toujours autant discrèt derrière le bâtiment de leur QG, observant faits et gestes. Leur chef que je voyais de dos, un dos sacrément imposant, se mit à faire des mouvements que je ne pouvais voir. Des mudras fort probablement. Kakuzô-kun fit des gestes à nos ninjas que je ne saurais dire car la distance ne me le permettait pas, et soudain une vague immense de feu sortit de la bouche de cet ennemi, se dirigeant à grande vitesse du côté de nos combattants. C'est là que je vis mon ami et ancien élève se mettre devant les Kages et la vision fut couverte par un mur de boue tout aussi immense. Hahah, sacré gaillard, je le reconnaissais bien ... J'eus un sourire qui s'effaça rapidement lorsque ce mur en question céda. Non, il n'est tout de même pas assez stupide pour se faire avoir aussi facilement ... Et en effet, l'ouverture que le feu fit me fit voir des plumes de paons grillés tomber lentement à terre. Je savais que c'était son Kawarimi. Je ne pus m'empêcher d'avoir un soupir de soulagement.

Et là, les hostilités débutèrent. Je profitea alors afin d'attrapper une victime, couvrir sa bouche et me cacher immédiatemment après au même endroit, avant de lui trancher généreusement la gorge avec mon katana. Au moins un de moins. J'allais enchaîner jusqu'à ce que je vis une pluie noire s'abbattre dans le QG en question. Héhéhé ... ça aussi, c'est Kakuzô-kun, je le connais que trop bien. Cela tombait bien, j'avais de quoi rendre cette pluie utile. Je sortis trois kunaï sur lesquels j'attacha un parchemin explosif à chacun, et une fois la chose faite je les lança chacun dans une direction différente. Un kunaï pour chaque mur de cette bâtisse. Les parchemins ont eu à peine le temps de s'allumer que cette pluie qui les ont atteint les firent immédiatemment exploser, je m'en éloigna au plus vite, voyant que les dégats s'accentuaient de manière vertigineuse grâce au jutsu, des explosions sur explosions se firent, mêlant à du feu ardent qui consumait l'endroit. Discrèt et vicieux, comme je l'aime ...

Montant sur un toit, je retrouva par surprise une jeune chuunin de notre village, Seijitsu-san. Tirant créant tant de clônes, elle tirait énormément de flèches dans la direction de nos adversaires. Je passa derrière elle afin de rejoindre l'autre côté du toit et observer le combat. Et là ... Oui, deux kirijins se mirent à lancer des attaques suiton, et quelles attaques ... L'eau engloutissait tout sur le passage, pouvant facilement mêler les nôtres comme les leurs. Ils ont des fins bien trop ... Brutes, barbares à mon goût, pouvant facilement se retourner contre nous. M'enfin.
J'attendis la fin de cette hécatombe ne ressemblant plus à rien et trouva enfin Kakuzô-kun des yeux, combattant avec grâce ses ennemis au kenjutsu. Je fis un sourire, un shushin, et apparus en bas, derrière mon ami. Electrisant mon katana, je trancha celui qui s'apprêtait à s'en prendre à mon protégé de toujours et me mis à jouer le jeu. Des gestes secs, longs, précis, je m'en prenais à ces minables. Dans un souffle récupérateur, j'appuya mon dos contre celui du jeune Bras Droit, esquissant un fin sourire.

‘’ Cela ne te rappelle rien, mon ami ? ‘’ Lui fis-je grand sourire.

Suite à cela, j'envoya un éclair, grillant l'épaule d'un ennemi, avant de l'envoyer lui aussi aux Enfers. Je repris mon katana en main pour continuer ce petit jeu.






Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins]


[FlashBack Coup d'Etat] Un grondement innatendu [PV kumojins/Kirijins/Konohajins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» referendum:CIA vs VENEZUELA,COUP D'ETAT EN PREPARATION
» Coup d’État en Haïti « revisité
» Zimbabwe-Mugabe : La Nécessité d’un Coup d’état
» le coup d'état permanent
» Une tentative de Coup d'état?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays du Feu ~ Hi no Kuni :: Konoha Gakure no Sato :: Quartier marchand :: Centre Ville-