Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé)

~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
Tenzen Matsudaï~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 507
▌Inscription : 20/04/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | A / 20 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
342/2000  (342/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé) Sam 12 Mai 2012 - 13:36


~ Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence ~


[Hrp : Le rp se déroule avant l'attaque de l'akatsuki]

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Cela faisait déjà plusieurs heures que les grandes portes de Kumo s'en étaient retournées dans cet amas nuageux au sommet des montagnes, m'abandonnant face à ces paysages trompeurs. Il ne s'agissait pas encore de mon départ de ce Pays, puisque je devais encore la deuxième partie de ma tâche concernant cette jeune Genin. Nous revenions tout juste d'une longue mission d'escorte où les surprises ne manquèrent pas, après avoir passé une nuit dans la dite destination. Sur le coup, le client montra une hospitalité fortement agréable en dépit des mercenaires à ses trousses, où j'eus même l'occasion de me débarrasser de mes vêtements de ninjas pour le moins esquintés, afin d'endosser une tenue plus convenable et moins tape à l'oeil. D'ailleurs, la maitresse de maison les restaura à leur état d'origine de son savoir-faire, histoire de pouvoir les embarquer dans mon paquetage en cas de nécessité. Ainsi vêtu d'un kimono marron à l'allure anodine, je ressemblais actuellement plus à un simple civil qu'à un Shinobi ... Non pas innocemment. Pendant que Tori établissait un premier rapport aux bureaux administratives de son village, je me dirigeais de mon côté vers un port diffèrent de celui d'arrivée afin de rendre moi aussi des comptes envers mes collègues. Masqué sous un poncho d'un tissu banal aux teintes beiges, ma silhouette bondit sur le dernier rocher d'une pente abrupte avant d'atterrir finement sur le sentier menant vers de grands édifices de bois. J'avançais jusqu'à celle-ci d'un pas à la limite de la nonchalance, légèrement prostrée en avant en signe d'une fatigue naturelle, rentrant parfaitement dans la peau de mon personnage. Étrangement, personne ne se présenta à mon accueille cette fois-ci, ni même un doyen trop abattu par le temps pour faire autre chose que de rester assit tranquillement à l’entrée …

Intrigué de ce détail futil d'apparence, je continuais mon exploration à travers les ruelles de cet endroit mystérieux, en trainant mon regard de droite à gauche de temps en temps. Là, une femme ouvrit ses fenêtres, scruta quelques secondes le décor et finit par les refermer en tirant un soupir difficilement perceptible. D'une autre part, deux enfants surgirent d'entre deux bâtiments rudimentaires en chahutant bruyamment de leurs courses amusées, suite à quoi un homme les rappela de sa voix sévère. Je ne saurais comment le définir exactement, mais une mauvaise impression émergeait en moi face à cette ambiance tendue. La pauvreté ? De nouvelles lois contraignantes ? En tout cas, cela nécessiterait surement une intervention prochaine du Damyo, bien que mes connaissances sur la situation du pays de la foudre soient limitées ... Peu convaincu, je m'engouffrais davantage dans les méandres de ces habitations côtières jusqu'à atteindre le point de rendez-vous convenu avec mes alliés. Cependant, je m'arrêtais juste avant de m'engager à l'intérieur du port, mes yeux s'attardant sur deux individus postés contre un mur en train de discuter suspicieusement, trop loin pour être compris... Ces mecs n'étaient pas vraiment servis par la nature, mais au-delà, leur aspect volontairement crapuleux par négligence d'hygiène ne présageait rien de bon ... Soudain, je détournais mon regard avant d'attirer l'attention, sans pouvoir éviter la collision avec un autre passant plutôt colérique.

« Hey toi, fait un peu attention ! Qu'est-ce que tu fous, tu dors ou quoi ? »

Ce cri empli de méprises et de rages passa au second plan, tel un bruit de fond, sur quoi j'acquiesçais d'un signe de la main et de la tête en signe d'excuse après un bref coup d'oeil. Il ne m'intéressait pas. J'essayais de retrouver les deux comploteurs de tout à l'heure, mais ceux-ci avaient déjà disparu ... Que faire ? Si jamais mon pressentiment ne tenait pas de la coïncidence, ces hommes-là m'attendraient surement en cas de poursuite. Impossible donc de se lancer dans la gueule du loup à tête baissé. Il semblait préférable de m'adonner à mon objectif premier, tel un paysan ne s'occupant pas plus loin que du bout son nez. Une fois à l'intérieur du navire marchand, mes coéquipiers acquirent toutes les informations au sujet de la mission en cours, suivi de plusieurs estimations sur la suite du séjour. Inutile de leur en dire davantage sur les individus suspects, un attroupement risquerait de nous dévoiler trop rapidement aux yeux d'éventuels espions. Cette entrevue s'avéra néanmoins cruciale, m'autorisant à sortir par un second accès au navire plus discret, à l'ombre des regards indésirables ... La récolte d'information commence. Tel un fantôme, je me faufilais entre les caisses de la zone maritime, puis m'engouffra habilement parmi les divers sentiers insalubres des demeures environnants, à la recherche de mes cibles. Il me fallut inspecter une quinzaine de minutes pour enfin entendre un semblant de conversation intriguant, issue d'une porte entrouverte derrière une bâche. Mes deux mains vinrent se plaquer lentement sur les planches de bois servant de murs, suite à quoi mon dos s'y colla, l'oreille vouée à une écoute attentive.

« Alors, tu as réussi à attrouper les gens de ton côté ? »

« Oui ahaha ... Il suffit de quelques menaces et démonstrations de forces pour pousser n'importe qui à obéir gentiment ... Les rumeurs sont déjà lancées à travers le village et la réunion se tiendra comme prévue. Le boss va être content ... Nous allons avoir ces ninjas de Kumo comme des rats ! Prépare toi, ça sera dans pas longtemps ...»

L'échange entre les renégats dura un bon moment, mais se dit très fructueuse en informations sur un projet des plus vicieux ... Je savais maintenant où et comment agir et cela paraissait nécessaire. En temps normal, on m'aurait déconseillé d'interférer dans les affaires d'un autre village ninja, malheureusement ici, le danger devenait trop grand. Le traquenard était digne d'un scénario de film, et pourtant à l'application ses conséquences iraient jusqu'à semer le désordre dans la nation entière. Aussi les soldats envoyés ici finiraient surement comme des agneaux sacrifiés ... Je stoppais ma réflexion lorsque le tissu couvrant la porte se mouvait vers l'extérieur, signalant des mouvements depuis la salle. Celle-ci s'ouvrit violemment, laissant le regard du mercenaire perplexe. Malgré un timing serré, je me retrouvais sur le haut du toit, à l'écart de tout danger. Et maintenant au tour du caméléon d'entrer en scène ... Moi qui pensait user pleinement de ma seconde identité, je me retrouvais encore dans la peau du soldat de l'ombre. Heureusement que je portais cet accoutrement ... D'un geste rapide, ma capuche enferma mon visage sous les ténèbres, après quoi je m'évanouis dans la nature. Prochain objectif : Baliser le site de réunion, puis s'infiltrer parmi les villageois pendant celle-ci ...


Dernière édition par Tenzen Matsudaï le Dim 17 Juin 2012 - 11:34, édité 6 fois
avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé) Dim 13 Mai 2012 - 1:19




Un début ou une fin?

Spoiler:
 
Une mission d’espionnage, cela faisait un certains temps que je n’en avais pas fait, surtout en solo. Il est vrai que depuis la mort d’Isako le village était quelque peut agité. Beaucoup d’équipes étaient déployés à la recherche du responsable ce qui était naturel. Non seulement à cause du statut de la personne tué mais également parce qu’il serait fort regrettable de laisser un meurtrier courir les rues. En particulier s’il avait été capable de faire disparaitre un chuunin sans la moindre blessure et sans que personne ne s’en aperçoive. Pour les missions à faible risque les effectifs avaient donc été réduis. J’avais reçus l’ordre de la mission en milieux d’après midi. Je devais immédiatement me rendre à Akarui car il s’y passerait des choses étranges. Des rumeurs courraient comme quoi il y aurait une mutinerie et que les villageois désiraient contester violemment leurs désaccords envers Kumogakure. Je devais me rendre dans ce village et confirmer ou infirmer cela et suivant le résultat de mes investigations demander une équipe en renfort pour arranger les choses. Mais il était peu probable que ces rumeurs soient fondées, Akarui était un village tranquille qui avait toujours été en bon termes avec Kumogakure. Les accords commerciaux qui liaient nos deux contrés avaient également forgé une amitié solide. Il serait tout à fait étrange que c’est liens ce brisent de cette manière.

Je m’étais donc rapidement équipée et avait remplie ma sacoche de Kunais, Shurikens et autres armes comme des cartes explosives ou bombes fumigènes ainsi que son kit de soin. Le minimum syndical pour ce genre de mission. De quoi disparaitre, se défendre et se soigner si l’affaire tournait mal. Bien qu’il n’y ait pas de raisons apparentes de penser cela. Mais étant consciencieuse je pris tout de même mes dispositions. J’enfilais des vêtements sombres, un tee-shirt et un pantalon noir de même pour mes botes ainsi qu’une veste bleue marine. Je pris ensuite la direction de la sortie du village. Il me fallait me dépêcher si je souhaitais arriver à Akarui avant la tombée de la nuit. Je partis donc au pas de course vers le village. Je m’étais rendue plusieurs fois là-bas je connaissais bien les lieux. Il serait assez facile de s’infiltrer une fois la nuit tombée. Je me remémorais donc pendant tout le trajet le plan de la ville histoire de me faciliter la tâche une fois arrivé. Ce qui ne tarda pas d’ailleurs, trois heures après mon départ j’étais arrivée à destination.

La nuit commençait à tomber. Il n’était pas vraiment tard et pourtant les rues étaient désertes. Louche… Habituellement cette ville était active même de nuit…Et là personne… Tous les volets étaient fermés et les lumières éteintes. Etre invisible était plus facile dans ces condition mais tout cela n’annonçait rien de bon. Me faufilant dans le noir de toits en toits, ruelles en ruelles j’explorais Akarui à la recherche d’éléments qui pourraient faire avancer ma mission qui commençait à prendre une tournure inattendue. Je fronçais les sourcils… même les restaurant ainsi que le port étaient vide. Soudain je me stoppais, deux personnes sortirent d’une ruelle. Je les suivis discrètement jusqu’à un bâtiment, d’après mes souvenirs c’était la maison du chef du village et accessoirement, c’était la seule maison éclairée. Je m’en approchais. Des voies s’élevaient de l’intérieur mais je ne pouvais entendre de quoi il s’agissait. Je pénétrais donc dans la maison par une fenêtre au second étage. Un couloir me mena directement vers la pièce principale, enfin plutôt au dessus. Je me trouvais sur une mezzanine, accroupie collé à la rambarde invisible aux yeux de tous. Une vingtaine de villageois étaient agglutinés en bas. Je soupirais…c’étais suspect… vraiment trop suspect… je n’aurais jamais imaginé que ces rumeurs puissent être fondés. Visiblement j’arrivais en plein milieux d’une réunion. Les membres semblaient agités et pour certains inquiets :

« Alors où en est-on ?
- De plus en plus de villageois se rallient à notre cause, nous pourrons bientôt nous rebeller contre Kumogakure.
- En ce qui concerne les armes?
- Nous les avons emmenés en dehors du village au cas où il y aurait des fouilles.
- Où ?
- Une cache que nous avons creusés à environs un kilomètre au nord de la ville près d’un gros roché.
- Bien… Du mouvement au niveau des ninjas de Kumo
- Non… apparemment ils ignorent ce que nous préparons.
- Parfait… »

Je ne pu écouter la suite de cet entrevue, des bruits de pas non loin de moi m’alarmèrent. Je décidais qu’il était donc temps pour moi de m’éclipser. Je repris le chemin inverse, j’avais déjà tout ce qu’il me fallait hormis le motif de leur action. Mais il serait toujours temps de revenir plus tard pour le connaitre. Maintenant, il était temps de vérifier les infos que je venais de collecter. Si cette cache d’arme existait bel et bien je me devais de la détruire avant d’envoyer mon rapport au Raikage. Je pris donc la direction indiquée précédemment par un des mutins. Car maintenant, il me semble que la situation était claire et qu’il n’y avait pas de meilleurs mots pour définir ces hommes. Je sortie rapidement de la bâtisse et de Akarui.

Quelques minutes plus tard je me retrouvais à l’endroit indiqué, un kilomètre au nord du village devant un roc. C’était une petite clairière, vingt mètres de diamètres maximum. Il y avait bien eu quelques pièges grossiers ça et là qui furent étonnement facile à démasquer. Mais d’un autre côté ces gens n’étaient pas des ninjas. Ils n’étaient donc pas initiés à cet art. J’étais tout de même sur mes gardes. On n’était jamais trop prudent. Il faisait nuit noire à présent et seul la lune me permettait de me repérer. Je mis un certains temps avant de sortir de l’arbre où je m’étais posté. Juste ce qu’il fallait pour être certaine que j’étais seule. Je descendis de l’arbre et parcouru la clairière en long en large et en travers jusqu’à ce que je trouve enfin ce que je cherchais. Mon pied s’enfonça légèrement dans le sol quand je marchais sur la trappe. Je l’avais enfin découverte. Je m’accroupis et souleva la trappe en question recouverte de gazon pour la camoufler. Que ne fut pas ma surprise quand je vis ce qu’elle contenait. Une quantité impressionnante de notes explosives qui s’étaient enflammé à l’ouverture de la cache ! J’étais tombée dans un piège… Je lâchais un « merde… ». Et j’y étais, jusqu’au cou. J’eu juste le temps de me protéger le visage de mes mains et de faire un bond en arrière avant que la déflagration ne m’envoie valdinguer contre un arbre quelques mètres plus loin.

Mon souffle s’était coupé au moment de l’impact. Je retombais lourdement sur le sol, crachotant du sang. Je voulus me relever mais l’explosion avait touché mes tympans et donc perturbé mon sens de l’équilibre. Je ne réussis qu’à m’adosser contre l’arbre, à demi-consciente. Comment cette mission avait-elle pu dégénérer à ce point ? Je serrais les dents, mon visage était contracté à cause de la douleur. Mon corps me faisait souffrir, je devais probablement avoir quelques coupures et brulures mais ce n’étais pas ma priorité. Il était impossible que les villageois de Akarui aient placé ce piège. Ce devait être un ninja et puisque l’explosion avait été déclenchée, il n’allait pas tarder à rappliquer et vu mon état il me sera difficile de m’en occuper. D’ailleurs, les hommes qui avaient tendus cette embuscade ne tardèrent pas à apparaitre une fois la fumée dissipée. J’avais en partie recouvré le sens de l’équilibre mais ce n’était pas encore cela. Je fixais ces hommes d’un regard emplis de haine. Ils étaient quatre. Le chef devait probablement être celui qui se trouvait légèrement en retrait car les autres donnaient des coups d’œil régulier dans sa direction. Probablement pour attendre ses directives. Ce dernier, un large sourire sur les lèvres prit la parole :

« Et bien et bien, un seul Kumojin ? Dommage... A plusieurs vous auriez pt’être eu une chance d’au moins vous débarrassez dl’un d’entres nous même si c’est peu probable. »

Ce type se mit à rire et ses complices le suivirent… J’étais mal… J’ignorais si être seul en cet instant était une chance ou non… Je préférais mourir seule plutôt que d’emporter plusieurs camarades avec moi mais en cet instant décisif quelques collègues n’auraient pas été de refus. Ma vie allait se terminer d’ici peu de temps c’est certain… mais je ne capitulerais pas sans combattre. Il me fallait gagner encore un peu de temps… juste pour que je puisse recouvrer un peu mes esprits et concentrer suffisamment de chakra pour riposter. De mes yeux, je fixais ce ninja, j’étais certaine de l’avoir déjà vu quelque part… Une affaire de désertion il y a quelques années il me semble. Mes souvenirs me revinrent, c’étais Atori un juunin de Kumo qui avait quitté le village pour je ne sais qu’elle raison. Je voulus l’interroger sur ses intentions mais dans un premier temps, seul du sang sortis de ma bouche. Ce n’est seulement qu’après que je pus articuler difficilement :

« Pourquoi ?... »
Il me répondit d’un tond sec, froid et déterminé : « T’as pas b’soin de savoir. Cela ne te sera d’aucune utilité dans l’autre monde. Hayate ! Fait ce que tu veux avec je rentre, oublis pas de laisser le cadavre en évidence histoire que les prochains aient pas trop à le chercher ! »
« Avec plaisir chef ! »

Puis Atori commença à faire demi-tour, l’autre se dirigeait dangereusement vers moi avec une sourire sadique. Je tentais vainement de me relever mais rien à faire…. Le type arriva devant moi et me saisit à la gorge. Je mis mes mais autours de la sienne pour essayer de desserrer sa prise, je n'y parvint pas. Je me débattis et eu tout de même le réflexe de lui assener un coup de pied dans l’estomac. Normalement cela l’aura juste fait me lâcher mais à cause ou plutôt grace aux couteaux planqués dans mes semelles Hayate s’écroula dans un cri de douleur. Je sourie, satisfaite… j’en aurais au moins eu un. Son chef fit volte face et dans un grognement de rage se dirigea vers moi pour en finir. C’était la fin…






Dernière édition par Seijitsu Chizuru le Mar 15 Mai 2012 - 11:39, édité 1 fois
~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
Tenzen Matsudaï~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 507
▌Inscription : 20/04/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | A / 20 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
342/2000  (342/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé) Lun 14 Mai 2012 - 9:55


~ Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence ~


Suite à mes découvertes durant la conversation entre les deux scélérats du village, j'avais pris le temps d'inspecter minutieusement le lieu de réunion fixé, en m'imprégnant de la plus grande discrétion possible. Dix minutes seulement suffirent à en faire le tour, sans remarquer la moindre trace de piège, dont le plan du groupe mystérieux impliquait irrémédiablement ... À moins que ceux-ci aient un autre moyen de défaire des soldats entraînés. En fait, mon esprit hésitait entre de simples amateurs espérant avoir le dessus via les menaces sur des civiles, où d'une ruse plus profonde encore auquel même moi ne saurais y réagir à temps ... Cette histoire de « boss » m'intriguait au plus haut point. L'infiltration s'avérait obligatoire. Après de bonnes minutes d'attentes parmi la voile obscure de la nuit profonde, je cherchais l'occasion idéal de me morfondre à travers un groupe de paysan se dirigeant vers la dite destination. Le visage masqué de la capuche beige offerte par les clients de ma mission précédente, ma marche s'adapta précisément sur ceux des autres, targué d'une posture à moitié usée et d'un air blasé de façon à rendre ma présence anodine. Cette assimilation à la foule semblait d'une aisance déconcertante, de par mon physique assez simple et l'absence de bandeau sur mon front, celui-ci étant au niveau du bras. Puis, ces hommes devaient avoir des préoccupations bien plus importantes si on se fiait aux menaces reçues ... Peu à peu, la petite masse s'agglutina à une série d'autres victimes, avant de s'engouffrer à l'intérieur d'une large bâtisse de bois sous la surveillance imperceptible des tortionnaires. Sur place, on observait déjà la présence de personnages importants comme le maire et ses conseillers, debout sur une partie surélevée de la salle. Celle-ci paraissait rudimentaire, avec par-ci par-là plusieurs meubles délabrés, d'un âge trop avancé pour servir encore. Sur les murs, la visibilité vers l’extérieur était bien assurée grâce à de multiples fenêtres disposées sur toute la longueur. Surement afin d’appâter les ninjas envoyées ici …

Une fois intégré au milieu de l'assemblée, je profitais de l'agitation générale pour regarder furtivement de droite à gauche, tout en changeant ma position de temps à autre avec des idées bien précises. Parmi des têtes emplies de craintes, d'hésitations et de tristesses, je distinguais nettement la froideur des renégats infiltrés, dont les rôles consistaient probablement à surveiller et contenir les boucs émissaires pendant la fausse réunion ... Leurs figures demeuraient droits, dures et sanguinaires, trahissant leurs emplacements. Je possédais actuellement une couverture très avantageuse, ayant la possibilité de les surprendre n'importe quand, cependant plusieurs fronts d'actions s'opposaient à moi : D'une part, m'informer de la force adverse, de l'autre, préserver les citoyens innocents et enfin, sauver les Shinobi de Kumo d'une embuscade mortelle ... J'organisais habilement mes déplacements afin de me situer dans un angle précis en cas d'intervention, puis me figea comme tout le monde suite au signal du début d'un discours. Mes oreilles s'y prêtèrent à moitié, juste de quoi en saisir les idées principales, tel un bruit de fond, le reste de mon attention étant dirigée à la moindre parole déversée par ces étranges mercenaires. Pourtant, ce fut directement par la voix des otages même qu'un plan véridique émana de toute pièce, indiquant aussi l'emplacement d'une cache d'arme vouée à être utilisée dans la rébellion. Contrairement à la dernière fois, ces hommes n'hésitaient pas à divulguer d'importantes informations consciemment ... Complètement surpris, j'essayais de raisonner rapidement sur ce qui pouvait être prévue d'une mise en scène ainsi faite ... Et l'évidence me tomba dessus subitement lorsque l'un des gardes exécuta un signe à l'aide de sa main et commença à se déplacer vers les bords de la salle. Non ... Cette cache d'arme si précisément décrite allait faire office de traquenard ! Les forces de Kumo étaient donc déjà là ... Mais de l'intérieur, moi-même ne pus les apercevoir. Alors comment ?

Je n'eus pas vraiment le temps de comprendre tous les détails de la situation, mais lorsque le surveillant de tout à l'heure revint vers sa position initiale sans chercher davantage, mes doutes se confirmèrent. Il me fallait défaire rapidement les adversaires d'ici pour prévenir les alliés. Rapidement. Sur le coup, mes connaissances sur leurs puissances et leurs renforts se disaient bien limités, cependant mon plan s'avèrerait efficace dans les deux cas. Au pire, cela les forcerait à intervenir. Situé à la gauche des trois cibles à abattre, je sortis lentement un fumigène de ma tenue et la lança subtilement sous les dialogues futiles et répétitives des figurants placés en hauteur. Après plusieurs secondes, la diversion se déclencha sur le côté droit de la pièce, attirant irrémédiablement mes opposants en les poussant à se dévoiler. Voyant cette fumée apparaitre juste devant une fenêtre ouverte, ceux-ci dégainèrent sans hésiter une flopée d'arme de jets qui fusèrent sur la zone en question, accompagnée d'injures depuis la foule. Pris de panique, les gens se tétanisèrent, n'osant même pas bouger au risque de trépasser instantanément, mis à part quelques mouvements de peurs. L'avantage m'appartenait. Ils ne se doutaient pas de mon existence. Je résidais en tant qu'élément fantôme, imprévisible. Ni une ni deux, je surgis derrière le plus reculé des trois et passa mes deux bras autour de son cou de façon à lui briser la nuque de ma poigne, confondant le léger gémissement dans ce chaos de tumultes et d'attaques. Avant même que le deuxième puisse se rendre compte de l'arrêt des jets de son acolyte, je l'abattis de la même manière, telle une ombre sortant de nulle part. Peu importe leurs forces, à moins d'être à un niveau trop supérieur à moi, cet attroupement de civil les mèneraient à leurs chutes.

L'effet de surprise passé, mes chances de discrétion s'épuisèrent à l'avantage du dernier rescapé dont le regard se posa immédiatement sur ma silhouette. Afin d'y pallier, j'enchaînais de suite d'un bond en hauteur sur lui, tout en balayant ses assauts paniqués face à la défaite de ses amis. Le travail s'effectuait presque tout seul. Il esquiva cependant ma descente meurtrière d'un saut en arrière, surplombant les personnes risquant de le gêner derrière. Parfait. En l'espace de quelques secondes, une multitude insoupçonnable de Shurikens s'abattirent furieusement sur le mercenaire en l'air, sortant directement de ma cape beige dont le tissu valsait encore à cause de l'atterrissage. Plus qu'un seul homme pouvait en transporter normalement. Mon sceau de stockage (Fuinjutsu, Raikoukenka) ... La cible croula sous les projectiles issus de mon jeu de main habile à l'aide du Fuinjutsu, incapable de se défendre de son pauvre Kunaï de fortune et du stock d'arme partiellement épuisé. Une fois tombé au sol, je l'achevais d'une dernière attaque sur la tête, avant de me retourner vers la foule.

« Vous êtes hors de danger. Mais je vous demande de rester ici en dissimulant ces corps, et continuer votre fausse réunion, jusqu’à mon retour. »

Heureusement que ces crapules étaient seules ici. Si l’un d’entre eux se cachait encore, il se serait déjà dévoilé en menaçant de tuer un otage. Il valait tout de même prendre des précautions … De toute manière, la situation ne m’offrait guère de choix que de me fier un tant soit peu à la chance. Inutile de s’attarder davantage. M’appuyant du genou sur le rebord de la fenêtre, je sortis à l’extérieur de la bâtisse et m’engagea dans une course effréné avec un minimum de camouflage. Ce n’était pas évident avec le temps qui jouait contre moi, bien que normalement je ne serais pas calculé parmi les soldats à abattre de leur côté. Un kilomètre à parcourir. J’espérais ne pas arriver trop tard, du moins, histoire d’éviter un drame inutile … Une fois à proximité de la dite destination, je n’eus besoin d’entreprendre des recherches fastidieuses, puisque j’entendis au loin une grosse explosion. Je stoppais net, durcissant sévèrement le regard, en quête de la direction à suivre. Une telle puissance de feu … Y’avait-il des survivants ? Je grinçais des dents sur ce doute tortueux, puis fondit vers la scène, mesurant tant bien que mal le niveau de mes futures adversaires. Pour être en possession d’un tel armement, ces personnes devaient posséder des connaissances et des moyens considérables. De plus, l’organisation du plan semblait d’une élaboration exceptionnelle, au point où seul, à la place des ninjas de Kumo, j’aurais surement périt. L’expression sérieuse, ma silhouette s’engouffra derrière les arbres d’une clairière d’où remontait une fumée épaisse. Non loin de celle-ci, je remarquais quatre formes imposantes, dont l’un s’occupait d’une personne supplémentaire adossé à l’arbre. Trop tard ? Mince … Mais, ni une ni deux, le geste étrange de l’assaillant, recroquevillé sur lui-même avant de tomber au sol m’interpella et fit parcourir en moi un élan nouveau qui me poussa à combler cette ouverture. Cette Kunoichï dont j’apercevais difficilement la chevelure doré venait de défaire l’ennemi malgré sa situation de faiblesse. Cela ne se reproduirait pas deux fois …

Sortant de ma cachette à une vitesse fulgurante, les vêtements ondulant sous le vent, j'approchais mes deux mains afin d'exécuter une série de mudra, suivi de l'annonce de ma technique, Katon Hibashiri, qui raisonna à travers la scène comme une voix venue de nulle part. De grands murs de flammes jaillirent alors depuis le sol, définissant une prison en forme de cercle autour des renégats. Juste au moment où le chef du groupe allait s'en prendre à cette femme, il ne put que faire marche arrière sous cette chaleur dangereuse. Pas le temps de réfléchir. J'en fis rapidement le tour après un instant d'immobilité, jusqu'à atteindre l'arbre où se dirigeait précédemment l'énergumène. D'un mouvement illusoire à travers la nuit épaisse, je me détachais de ma cape pour la projeter du côté droit, couvrant ainsi mon apparition, puis attrapa la blessée au niveau du ventre à l'aide de mon bras et de mon épaule. Dans le même élan, nous remontâmes l'arbre devant, ou plutôt je l'embarquais avec moi là-dedans et finîmes par arriver trois arbres plus loin à la gauche du lieu initiale. Là, je la déposais sur une branche généreuse, suite à quoi mon dos se plaqua contre l'écorce de l'arbre, afin d'observer du coin de l'oeil la situation en bas.

« Je ne pense pas que cette prison les retiendra éternellement … Mais ce subterfuge me laissera assez de temps. »

Cette hauteur me permettait d’apercevoir les rebelles qui s’interrogeaient sur la source de ce feu, avec des postures de gardes en attente d’une attaque suivante. Bientôt, ils songeraient surement à en sortir de leurs propres moyens … La cape allongerais assurément leurs recherches, histoire de ne pas dévoiler notre position … Fixé sur mon plan, je revins de mes yeux sur la Kunoïchi en mauvais état, avant de m’accroupir vers elle dans le but de vérifier rapidement son état de santé (Irou, Kaiseki Ken'shin). Ma main passa ainsi lentement sur ses points vitaux, intrigué à la vue du sang émergeant de la bouche … En cas de blessure grave les choses risquaient se compliquer bien trop … Là, voilà … Une simple petite déchirure à l’estomac. J’en soupirais intérieurement de soulagement, mais ne pris pas de suite l’initiative de la guérir. Non, je la fixais sérieusement, lui indiquant clairement l’absence d’option pour elle à voix basse.

« Je vais devoir te remettre en état. Cela risque peut être de te gêner. Tu feras avec … »

D’un coup sec, je défie les boutons de sa veste pour l’ouvrir, puis glissa mes mains sous son tee shirt depuis le bas, directement sur sa peau. Un chakra azuré s’y concentra alors et apporta la guérison nécessaire (Irou, Shousen) sur une zone s’étendant sur une partie de son ventre. Enfin, faisant le plus professionnellement possible, je m’en écartais, fouillant par la suite à l’intérieur d’une sacoche sur ma ceinture.

« C’est une situation d’urgence … Tu vas devoir m’aider, ou au moins te défendre. Normalement tu te serais reposé, mais là … »

Après ces paroles, mes doigts vinrent déposer la fameuse pilule du soldat que je gardais en réserve au sein de ses lèvres … C’était là un stimulant de grande puissance, dont les effets l’aideraient à se relever normalement et se battre sans grande fatigue à mes côtés.

« Avale-le. »

Spoiler:
 



Dernière édition par Tenzen Matsudaï le Jeu 17 Mai 2012 - 21:23, édité 1 fois
avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé) Mar 15 Mai 2012 - 19:02




A new hope

Je venais de défaire l’un de mes quatre assaillants mais il était peu probable que j’y arrive une seconde fois. Je n’avais plus l’effet de surprise et l’homme se dirigeant à grand pas vers moi était bien loin du faible niveau de mon précédent adversaire. Même à pleine puissance il aurait été peu probable que je puisse le vaincre alors dans mon état la chose était impossible. Je m’étais faite à l’idée que j’allais mourir ici car rien ne me laissait entrevoir une autre possibilité. Je fixais Atori qui arrivait inéluctablement dans ma direction, il ne laissait planer aucun doute quant à son intention. Vu dans l’état de fureur dans lequel il se trouvait cela allait être probablement rapide, très rapide. Je serrais les poings et fermais les yeux attendant l’instant fatidique. Mais ce dernier, étrangement, ne vint pas… Je rouvris un œil pour apercevoir à ma grande surprise un mur de flamme entourant mes ennemis. Le déserteur avait lui aussi été bloqué à l’intérieur. C’était inespéré… Je cherchais du regard d’où aurait pu bien venir cette technique mais il faisait trop nuit pour que je puisse distinguer mon sauveur. Ce dernier ne tarda pas à se manifester d’ailleurs. Un homme brun, un peu plus grand que moi assez carré d’épaule. Surprise, j’eu un léger mouvement de recul mais étant déjà collé à l’arbre, cela ne servit pas à grand-chose. Avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, il m’attrapa et m’emmena quelques mètres plus loin sur un arbre, caché aux yeux de nos ennemis.

J’étais assise sur la branche, adossée au tronc, lui tenait à peu près la même position mais jeta un coup d’œil pour voir où en étaient nos ennemis. De là où je me trouvais, je ne voyais pas grand-chose. Je dévisageais l’homme se trouvant à côté de moi. Essayant d’en découvrir un peu plus sur lui. Son physique était assez banal si ce n’est la balafre qu’il avait sur la joue, surement un souvenir de mission. Il devait avoir plus ou moins le même âge que moi.Mais ce qui attira mon regard fut le bandeau qu’il portait à son bras. D’après le symbole je pus en déduire que c’était un ninja de Kiri. J’étais quelque peu rassurée, nos deux pays étaient alliées donc normalement au vu de ce qu’il venait faire et de ce que je voyais il n’y avait pas lieux de s’inquiéter… du moins, je l’espérais. Je me demandais tout de même ce qu’il faisait à Kumo et comment il m’avait trouvé. Mais je suppose que ce n’était pas vraiment le moment pour lui poser ce genre de quetions. Le Kirijin se retourna vers moi et pris la parole : « Je ne pense pas que cette prison les retiendra éternellement … Mais ce subterfuge me laissera assez de temps. ». Ce qui était véridique, Atori ne resterait pas inactif très longtemps. Je voulus lui dire quelques mots à ce sujet mais visiblement il était concentré sur autre chose. Le jeune homme passait sa main sur mes points vitaux. Je relevais un sourcil, un ninja médecin ? Cela tenait du miracle. J’avais vraiment eu de la chance sur ce coup là enfin… de la chance.

Le Kirijin me regardait ensuite dans les yeux et m’annonça qu’il allait s’occuper de mes blessures et que cela risquait de me gêner. Probablement un peu mais je dois avouer qu’à l’instant précis c’était bien le cadet de mes soucis. Rapidement il défit les boutons de ma veste puis passa sa main sur mon tee-shirt. Je frissonnais face à ce contact et rougit légèrement. Je fixais toujours mon sauveur tentant de percer à travers ses yeux ce qui avait pu le motiver pour venir se fourrer dans ce pétrin. Bientôt il finit de me prodiguer des soins. Je me sentais mieux mais ce n’étais pas encore cela. Il prit ensuite quelque chose dans une de ses sacoches, une pilule de l’armée il me semble et me dit : « C’est une situation d’urgence … Tu vas devoir m’aider, ou au moins te défendre. Normalement tu te serais reposé, mais là … ». Puis il la coinça entre mes lèvres. Je la croquais sans hésiter. Un stimulant me permettrais sans doute de me battre à ses côté sans grandes difficultés. Instantanément je repris des forces. L’aider ? J’allais me faire un plaisir de m’occuper de ces renégats. Je jetais un rapide coup d’œil à nos ennemis, toujours prit par la techniques puis me retournais de nouveau vers ce qu’il me semblait être mon allié. Suite à cette rapide analyse de la situation j’énonçais les paroles suivantes :

« Je vous remercierais comme il se doit plus tard. Pour le moment tâchons de nous occuper de ces personnes. Le chef de la bande, celui qui allait se jeter sur moi, est un juunin qui a déserté Kumo il y a quelques années. D’après mes souvenirs c’est un spécialiste du Taijutsu et du ninjutsu. Il serait d’affinité Raiton et Doton. Je ne connais rien du reste de ses hommes mais ils ne m’ont pas spécialement semblés difficiles à vaincre. Vu qu’ils sont encore coincés avec votre technique je pense pouvoir nous en débarrasser avec le Kokuun (pluie noire). Mais pour Atori c’est une autre histoire. Je ne pourrais pas rivaliser avec lui en combats rapproché. Je suis plus adepte du combat à distance. Après tout dépend si vous pensez vous battre au corps à corps ou non. Si tel étais le cas je pourrais vous couvrir ou pendant que vous le distrayiez en finir avec lui. Sinon nous devrons le maintenir à distance pour l’attaquer. »

Suite à ce discours je quittais l’arbre où nous nous trouvions et me posais sur un plus proche de mes ennemis. J’exécutais ensuite quelques mudras et une pluie noire (Kokuun) se mis à tomber à l’intérieur du cercle de flamme. A cause de la technique de Katon utilisée précédemment la pluie se mise également à s’enflammer et à bruler ceux qui se trouvaient à l’intérieur du cercle. Les ninjas de faibles rangs n’ayant aucune technique pour parer celle-ci se mirent à brûler vif. Leurs cris de douleurs résonnaient à travers toute la forêt pendant de longues minutes. Atori lui avait rapidement réagit quand la pluie avait commencé à tombé et s’était protégé grace au Doryuu Juheki (mur de boue). Un Amat de boue s’était formé autour de lui pour finir par totalement le recouvrir et le protéger des flammes. Il avait complètement ignoré ses coéquipiers et les avait laissés mourir sans aucuns scrupules. Le renégat enchaina avec ce que je supposais être la technique de déplacement souterrain (Dochuu Senkou) puisqu’il réapparut à mes yeux quelques seconde après mais à quelques mètres du cercle de flammes. Nous étions maintenant supérieurs numériquement et nous avions également plusieurs autres avantages… moi notamment. Atori ignorait que j’étais en état de combattre. De plus il ignorait quels étaient nos affinités et nos techniques ce qui nous procurait un certain avantage.

Le déserteur restait sur ses gardes, ne sachant pas par où nous allions surgir. Il faisait nuit et nous étions bien caché derrière ces feuillages imposants. Je jetais un coup d’œil à Tenzen, attendant qu’il passe à l’action car si j’utilisais ma technique d’arc de chakra maintenant je risquais de me faire repérer à cause de la légère lumière bleuâtre qu’elle dégageait. Une fois qu’Atori serait concentré sur le Kirijin je pourrais utiliser ma technique sans qu’il se soucie de moi.

Techniques utilisés par le déserteur:

Spoiler:
 

Techniques utilisés par Chizuru:

Spoiler:
 






Dernière édition par Seijitsu Chizuru le Mer 6 Juin 2012 - 18:10, édité 1 fois
~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
Tenzen Matsudaï~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 507
▌Inscription : 20/04/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | A / 20 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
342/2000  (342/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé) Mar 15 Mai 2012 - 22:44


~ Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence ~



Avec toute cette action spontanée, nous n'avions pas eu le temps d'instaurer la confiance nécessaire, surtout de son côté. La situation ne le permettait pas à vrai dire ... Malgré mon air concentré sur chaque détail environnant, j'appréhendais quelques peu sa réaction une fois requinqué par le médicament, peut être aussi à cause de mon intervention médicale osée. Difficile d'en imaginer l'impact sans connaitre son caractère, ses caprices ou encore ses principes ... Cela n'ajouterait qu'une complication de plus à cette galère ... Mais contrairement à mes craintes, ce fut une surprise de la voir simplement rougir sans dire mot et se relever comme si de rien n'était, le plus professionnellement possible. Sur le coup, je ne m'attendais pas à cela, n'en sachant d'ailleurs pas quoi penser. Mes yeux se contentèrent simplement de revenir sur la blessure, les idées fixées sur la suite du plan. Ainsi, m'ôtant même le devoir de prendre les commandes de la mission, la jeune Kunoïchi s'avéra être une mine d'informations considérable au sujet des assaillants, en plus d'une explication précise et concise. Ses paroles coulèrent en moi alors que mon attention se portait sur les flammes orangées, jusqu'à en arriver à ses domaines de spécialités et ses affinités. Automatiquement, je fronçais des sourcils, l'expression sévère, en prenant conscience de la difficulté à laquelle nous nous exposions avec ces désavantages pour le moins contraignantes. Nous devions agir vite. Appréciant sa proposition d'un point de vue stratégique, j'acquiesçais ses dires d'un signe positif de la tête, puis piocha à l'intérieur de la sacoche sur ma ceinture un Kunaï aiguisé avant de composer plusieurs signes, afin de former non loin de ma position une forme imprécise, s'adaptant rapidement à mon image. Un clone aqueux. Là, immobile parmi les feuillages de façon à ne pas être repéré, l'action pouvait commencer.

« Parfait, je vais me battre au corps à corps. Il me suffira de le toucher une seule fois pour le rendre inoffensif. Mais je doute que cela soit si simple … Allons-y, et fait attention à toi. »

Sa technique serait d'une combinaison idéale avec la mienne grâce à un embrasement sans précèdent, l'ayant moi-même dans mon panel de Jutsus. J'attendis patiemment son initiative afin de juger des dégâts et surtout des contres qu'allait opposer le ninja déserteur de rang A. Comme attendu d'un renégat sans scrupule, celui-ci n'hésita pas à sacrifier ses coéquipiers, pourvu d'une protection unique destinée à sa propre personne. Visiblement, la maitrise de la terre l'avantageais beaucoup à ce niveau ... Il ne fallait pas lui laisser le temps d'appliquer de trop grandes techniques, au risque de se retrouver séparés moi et ma partenaire. Dissimulé à travers les branches et tronc d'arbres, ma silhouette se déplaça à la bonne distance de la cible, afin de lui bondir immédiatement dessus à sa sortie du sol. L'avantage m'appartenait complètement, cumulant l'effet de surprise à mes capacités inconnues, je fondis sur lui en ligne droite, arme en main. Pas besoin d'artifice, mon but résidait ailleurs que dans la défaite inespérée du premier coup. L'homme en bas ne put réagir qu'à la dernière seconde et se trouva obligé d'esquiver d'un saut instinctif, me forçant à continuer ma course tout droit vers la terre ferme. Soudain, de l'ombre surgit mon clone aqueux, exécutant la même tentative, mais cette fois chanceux de prendre l'ennemi à dépourvu, toujours à flotter en l'air. Bien que cette tactique aborde un aspect basique, le vice résidait en un double diversion, dans l'espoir d'enchainer une troisième attaque depuis le bas. Un clone simple ne suffirait pas. Mes doutes se confirmèrent lorsque, empli de rage, ce fameux Atori utilisa une technique de foudre au corps à corps (Raiton, Ami Rakurai) pour empaler le bunshin. D'un coup, celui-ci éclata, l'imbibant complètement et s'en suivie une décharge électrique dont l'effet revint sur l'utilisateur à cause de l'eau. C'était ma chance. Mais avant de réussir à réagir, je vis un flash illuminer brièvement la nuit, suite à quoi le Junin fut propulsé au loin.

L'impact se dit violente, accompagnée d'un nuage de poussière opaque se mêlant à celle des flammes pour masquer totalement la visibilité. Que venait-il de se passer ? Je ne saurais le dire exactement, cependant la demoiselle de tout à l'heure s'avéra d'une grande efficacité. Rien n'était terminé. Particulièrement concentré sur la scène en face, je me mis soudain en garde l'arme à la main, le regard inspectant le moindre mouvement. Plusieurs secondes durant, il ne se passa rien ... L'enchaînement avait il suffit à le mettre hors-jeu ? Impossible. Où alors ? Ni une, ni deux, trois shurikens jaillirent depuis la fumée, d'une trajectoire étrangement courbée de haut en bas, auquel je ripostais irrémédiablement afin de ne pas dévoiler la position du ninja de Kumo, étant surement à une nouvelle place maintenant. Le geste, aussi louable soit-il, me mit dans une position délicate à cause d'une ouverture évidente pendant la riposte. Elle me couvrait de toute manière ... Pourtant, la protection ne put tout prévoir. Sous un bruit assourdissant, des éclairs jaillirent spontanément de la terre et vinrent se répercuter directement sur moi (Raiton, Raizo, Ikazuchi no Utte). Le choc intense, en dehors de toute garde, me paralysa totalement sur place, d'une vive douleur. Je n'avais rien vue ...

« Je ne sais pas qui tu es, mais tu vas me le payer sale ninja de pacotille !!!!! »

Un cri de rage lointain, altéré à mes oreilles de mon état actuel ... Lui ... Une seconde plus tard, je remarquais vaguement l'homme jaillir de l'écran opaque, à une vitesse fulgurante (Taijutsu, Suupaa Ekuserento Haipaa Attaku). Les choses se déroulèrent si vite que mon esprit n'eut le temps de les assimiler sous le coup de l'électricité. Tout ce que j'en ressentis, ce fut l'impact douloureux qui me propulsa violemment dans le décor, au point que l'arbre derrière moi se brisa à l'impact, targué maintenant d'un trou de taille humaine en son sein. J'essayais tant bien que mal de me protéger des débits à l'aide de mes deux bras recroquevillé sur la poitrine et le visage, roulant finalement sur quelques mètres. Mon corps semblait engourdis à cause de la décharge ... Se devait surement être son cas aussi tout à l'heure, d'où sa réaction tardive. Heureusement, le contact du bois m'en allégea une bonne partie, m'accordant une dernière réaction derrière ce chaos. J'effectuais ainsi une substitution discrète, laissant au sol un leurre de ma personne, alors que mes mains s'employaient déjà à guérir les dégâts depuis ma cachette (Irou, Shousen). Si la Kunoichï risquait de briller définitivement, c'était maintenant ou jamais, à l'instant où le renégat tomberait sur une buche de bois ...

Spoiler:
 

avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé) Lun 28 Mai 2012 - 11:57




Mort? Pas encore...

Le Kirijin avait semble t-il écouté mes paroles attentivement et approuvé ma stratégie. Il avait dit être capable de s’occuper du déserteur au corps à corps ce qui n’était pas plus mal. Cela faciliterait les choses et nous ne nous gênerions pas trop mutuellement ou en tous cas moins que si nous combattions tout les deux à courte distance. Il était difficile de mener une mission à bien avec une personne que l’on ne connaissait pas, et cela l’était d’autant plus quand cette personne ne faisait même pas partie de votre propre village. Mais la situation l’exigeait. Il n’y avait pas d’autres possibilités pour le moment et celle-ci était loin d’être la pire, surtout par rapport à celle d’il y a quelques minutes. De plus, mon allié de fortune semblait être assez compétant d’après ce que j’avais pu voir. Il créa un clone et partit à l’assaut. Il enchaina quelques coups avec le renégat avant de faire intervenir son double aqueux. Le déserteur paraissait suffisamment concentré sur l’autre ninja pour que je puisse utiliser ma technique. Toujours cachée dans les feuillages, je concentrais mon Chakra dans ma main gauche jusqu’à ce qu’il prenne la forme d’un arc et préparais une flèche, attendant le moment propice pour attaquer. Je braquais mon arc vers mon ennemi, bras tendus, continuant d’accumuler du chakra pour en augmenter sa puissance, attendant patiemment une ouverture. Atori était un spécialiste du Raiton et du combat rapproché. Il était fort probable qu’il pense que son premier assaillant soit un clone qui faisant diversion. Il allait donc surement riposter sur le clone aqueux avec du Raiton. Il serait donc engourdit et surprit pendant 2 ou 3 secondes. C’est à cet instant là que je devrais frapper. Le déserteur supprima le clone avec une technique de Raiton comme de juste… grossière erreur. Je laissais partir ma flèche qui atteint sa cible à l’abdomen pour l’envoyer quelques mètres plus loin. Malheureusement elle ne le transperça pas. Pour cela j’aurais due affiner encore un peu la pointe de ma flèche mais on ne m’en avait pas laissé le temps.

L’attaque avait soulevé un épais nuage de poussière. Le renégat n’avait rien du voir venir. Je ne perdis pas plus de temps à réfléchir sur le sujet et quittais ma position pour aller me poster quelques arbres plus loin, toujours mon arc en main, me préparant à décocher une autre flèche. Bouger me permettrais de demeurer invisible aux yeux du déserteur. Mais cette épaisse couche opaque de poussière recouvrant la scène m’empêchait également d’apercevoir mon ennemi et de lui porte d’autres attaques. Le Kirijin avait visiblement été quelque peu surpris par mon attaque, je lui aurais bien dit en quoi consistait ma technique d’attaque à distance mais nous n’en avions pas eu le temps. Le reportait mon attention sur le nuage de poussière, toujours rien… Mon coup l’aurait-il achevé ? Peu probable… Soudainement, des shurikens arrivèrent sur mon collègue qu’il dévia assez facilement. Je fixais le nuage, tentant d’apercevoir ne serais-ce qu’une seule seconde Atori ce qui me permettrai de décocher mon autre flèche. Un bruit étrange m’amena à reporter mon regard sur l’autre ninja. On pouvait encore voir quelques éclairs jaillir du sol. Merde… Je n’avais rien vu venir, et lui non plus apparemment. Un cri de rage sortit du nuage de poussière. L’attaque fut très rapide, bien trop pour que je puisse couvrir le brun qui fut propulsé violemment contre un arbre à environ 5 mètres à ma gauche. Des débris de branches et autres lui tombèrent dessus. Mais je ne pouvais bouger sans risquer de me compromettre. Il profita néanmoins de cet instant pour utiliser une technique de substitution… Ingénieux, je profiterais de l’effet de surprise pour attaquer.

Le déserteur voyant le Kirijin à terre et ne se relevant pas souriait de toutes ses dents et se précipita sur lui pour en finir. J’avais concentré du chakra dans ma flèche entre le moment de ma dernière attaque et celui-ci, il était fort probable qu’il meure avec ce dernier assaut. A l’instant même ou Atori frappai la bûche, il était déjà trop tard. Ma flèche atteint sa cible, la propulsant au loin. J’avais visé le foie, mais la tâche était plus ardue sur une cible en mouvement. Mais même si j’avais manqué ce point vital de quelques centimètres, il était peu probable que cet homme ait survécu. Prudente, je descendis de mon perchoir au bout de trois minutes d’immobilité du déserteur, le tenant toujours en joue. Il était en position de chien de fusil, dos à moi. Les traces de sang sur le sol et ses vêtements montraient qu’il était au mieux (pour lui) grièvement blessé, au pire, mort. Mais s’il était encore en vie, je me devais de l’interroger sur ses agissements. Je m’approchais lentement, je n’étais pas certaine qu’il soit mort et si ce n’était pas le cas, je me retrouverais fortement désavantagée à cette distance. Mais étant donné son état il ne pourrait probablement pas m’infliger de dégâts. Arrivée à environs 4 mètres de lui je fronçais les sourcils et me figeais. Ses bras avaient bougé… Mes yeux s’écarquillèrent, je ne pouvais pas voir ce que faisaient ses mains ! Il était probablement entrain d’exécuter des mudras. Je bondis en arrière mais légèrement trop tard. Il avait une nouvelle fois utilisé la technique faisant jaillir des éclairs du sol (Raizo, Ikazuchi no Utte). J’avais reculé au bon moment mais ma jambe droite, sur laquelle je m’étais appuyée pour esquiver, avait été touchée. J’atterri sur le sol, le genou droit à terre, mon arc avait disparu car je m’étais crispé à cause de la douleur et le choc électrique m’avait légèrement perturbée. Pendant ce temps, Atori en avait profité pour se relever. Il avait une main sur sa blessure au niveau de l’abdomen. Je pestais, ma flèche était arrivée plus bas que prévus ce qui expliquait pourquoi il n’était pas mort sur le coup.

Furieux, il s’avançait vers moi restant tout de même sur ses gardes car il ignorait où se trouvait le Kirijin. Je voulais reformer mon arc mais dès qu’il remarquerait le chakra bleu se formant dans mes mains il accélèrerait le pas et serait sur moi avant que je ne puisse le faire apparaitre. Je ne pouvais également pas me mouvoir correctement à cause de ma jambe donc reculer m’était impossible et esquiver encore moins. La meilleure solution était de créer une diversion pour que mon allié puisse en finir ou au moins l’occuper quelques instants histoire de retarder. J’exécutais donc rapidement quelques mudra pris une grande inspiration et crachais de l’eau en direction des pieds de mon adversaire (Mizuame Nabara). Il était fort probable qu’il l’esquive mais le but n’était pas de l’immobiliser…

Spoiler:
 





~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
Tenzen Matsudaï~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 507
▌Inscription : 20/04/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | A / 20 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
342/2000  (342/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé) Mar 5 Juin 2012 - 9:01


~ Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence ~


Cette dernière petite ruse avait le mérite de me faire gagner du temps et d'offrir une belle ouverture à ma coéquipière du moment, pourtant je continuais de grincer des dents à l'approche du renégat vers mon subterfuge. La silhouette appuyée contre l'arbre juste devant moi, la respiration rapide, je m'empressais du mieux que possible à améliorer mon état grâce au chakra azuré plaqué sur le point d'impact, sous le joug d'un mauvais pressentiment. La Kunoïchi allait surement porter un coup décisif, mais je craignais d'une surprise soudaine à supposer les réserves de cet homme dangereux ... Plus vite ... Durant ce laps de temps d'inaction, je ne pus qu'observer l'assurance arrogante de l'adversaire face à ma défaite illusoire alors que sur le même instant le flash lumineux de tout à l'heure refis surface et illumina la nuit avant d'emporter la cible au loin. Il devait mourir là ... Impossible d'en juger à cette distance avec cette poussière aveuglante. Ma partenaire de combat sorti de sa cachette afin de vérifier sur place l'état de ladite personne sans déroger à ma surveillance furtive. Malgré un engourdissement toujours présent, je décidais de changer de position en profitant du tumulte général et me trouva assez proche pour intervenir en cas de problème. Cette fois nous inversions les rôles. Visiblement l'autre paraissait toujours s'accrocher à la vie à en juger les mouvements de son dos, bien que ses propres déplacements ne montrent qu'une agonie pathétique. Voici une situation bien délicate ... Je ne savais pas vraiment ce qu'avait en tête le soldat de Kumo puisque celui-ci ne saisissait pas l'occasion de l'achever à distance. Le capturer ou le tuer ? Il me fallait choisir la deuxième option, peu importe les objectifs premiers de la mission. Si elle perdait la vie à sa place, cela porterait un grand préjudice aux deux villages maintenant impliqués dans l'affaire et peut-être même Kiri.

Ayant terminé le principal des soins, je demeurais sur l'écorce de l'arbre à scruter attentivement le moindre détail de la scène. Encore deux ou trois mètres à parcourir pour éclater cette tension palpable et réussir à le rendre hors d'état de nuire ... Là, depuis sa posture maladive, j'entr'aperçus des signes étranges exécutés rapidement afin de reproduire la technique utilisée précédemment sur moi. Tch ! Dans un élan d'urgence, ma main glissa à l'intérieur de la sacoche à ma ceinture pour y piocher un kunaï auquel s'appliqua un sceau l'entourant complètement, après quoi je surgis immédiatement de la cachette. Je n'eus que très peu de temps entre la course et l'assaut, ne comprenant même pas comment ni quand la femme à l'arc utilisa sa diversion, cependant le projectile à ma disposition s'envola près du visage de l'ennemi en plein saut, suivi de rayons éblouissants dont l'intensité suffit à l'aveugler. Lorsque celle-ci s'évanouirent à travers l'obscurité de la nuit, le cadavre du fameux Atori atterri sur le sol à plusieurs mètres d'ici, la gorge pleine de sang. Oui, il s'agissait d'une exécution éclair dont l'acte fatal fut un égorgement direct à l'aide d'une arme tranchante. Blessé gravement, il n'aurait de toute manière rien pu tenter pour arrêter cela. Les pieds juste devant la marre d'eau gluante, j'avançais lentement vers lui et vérifia minutieusement son déclin en mesurant dans un premier temps son pouls puis donnant une dernière blessure interne. Maintenant la mission était totalement terminée ... Le souffle court de cet échange pour le peu intense, je reposais mon attention celle qui m'accorda une grande aide et la toisa un moment dans l'obscurité, sans vraiment me soucier de l'attaque encaissé tout à l'heure à cause de la pilule du soldat. Malgré la tentative d'avancée, je dus fléchir de force et siéger un temps contre le sol.

« Tu ne devrais pas te relever de suite même si la foudre ne t'a pas causé de grand dégâts, l'engourdissement risque d'être gênant pour la marche ... Mais je dois dire que sans ton aide cela n'aurait pas été si simple ... »

J'essayais tant bien que mal de décrire le visage et les formes de l'inconnue assise non loin de moi, sans vraiment y parvenir à cause de cette voile ténébreuse oppressante. Seul les images approximatives qui me furent données de voir durant le sauvetage surgirent dans mon esprit, trop floues pour en apprécier quoi que ce soit. Contraint de cette incapacité, je détournais les yeux un bref instant sur le cadavre silencieux derrière moi avant de reprendre la discussion.

« Ce fameux Atori ... Il avait tout prévu, des rumeurs jusqu'à l'embuscade afin de déclencher un conflit au sein même de ce pays ... Mais ne t'en fais pas, les villageois de la réunion sont sain et sauf, libérés de leur condition d'otage. Même si je suis intervenu, tu es celle qui dirige officiellement la mission, donc la suite de nos mouvements t'appartient. Je te donnerais toutes les informations concernant cette affaire. Mais si tu veux mon avis, nous devrions rester dans le village cette nuit ... Je vais m'occuper du cadavre. »

Sur la fin de ma phrase, je me dirigeais déjà vers le corps immobile allongé sur le sol et y déroula un parchemin vierge, puis exécuta une série de mudra afin de former des marques étendues de tout part. Le mort sembla subitement s'entourer d'une aura bleutée lorsqu'il disparut dans un nuage de fumée, suite à quoi les symboles se concentrèrent en un point précis, signe de la fin du processus. J'enroulais alors le précieux rouleau avant de me repartir vers la Kunoïchi, l'effet de l'électricité s'étant maintenant dissipé sur mon organisme. Debout à côté d'elle, je lui pris une main tout en me péchant légèrement et passa l'autre bras derrière son dos. Ainsi je la tirais pour la redresser, son bras passé derrière mon cou, la tête dirigée contre la sienne. Je la dévisageais l'espace de quelques secondes les yeux fixés sur elle sans vraiment comprendre pourquoi, puis me ressaisit rapidement en revenant sur l'idée de rester ici.

« Il y a encore des explications à donner aux villageois ... Et je devrais aussi te réexaminer. D'après ce que j'ai compris, ta vie est précieuse. Mais c'est à toi de donner les ordres. »

Spoiler:
 

avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé) Ven 8 Juin 2012 - 16:50




Fin de mission

Le Kirijin avait profité qu’Atori soit occupé avec moi pour l’achever. Un flash lumineux était venu intercepter le déserteur dans sa course. Quand la clairière fut de nouveau plongée dans l’obscurité je ne pu que constater la mort, plus que certaine de mon ennemi. Je retins mon souffle le temps que mon allié aille vérifier. Il serait surprenant qu’il soit encore en vie mais ce renégat était tenace. Le brun porta un dernier coup à notre ennemi, probablement pour ne pas prendre de risque ou lui accorder une mort rapide. Le kirijin reporta son attention sur moi et s’approcha de quelques pas avant mettre un genou à terre, visiblement blessé et fatigué par l’échange. Je voulus me relever mais il m’en dissuada. De toute façon je crois bien que même si je l’avais voulu, je n’aurais pas pu… Je m’assise donc sur le sol, soulagée que cela soit enfin terminé. Je ressentais de nouveau la fatigue et mes blessures se firent de nouveau sentir. J’étais certes toujours sous l’effet de la pilule du soldat mais avec ce retour au calme l’adrénaline présente durant le combat m’avait quitté. Je reprenais mon souffle tout en massant ma jambe toujours engourdie.

Je prenais enfin la mesure des évènements qui s’étaient passés… Cette nuit… si par miracle ce Kirijin ne s’était pas retrouvé là… je serais morte à l’heure qu’il est. Je frémis rien qu’à cette idée bien que la mort fasse partie du lot quotidien des ninjas. Cela faisait un moment que je n’étais pas passé si près de la frontière entre la vie et le trépas. Mes poings se serrèrent et je serrais les dents. Je n’étais encore en vie que grâce à un concours de circonstance et cela m’agaçait au plus haut point. La chance était également en déterminant de la vie d’un ninja certes mais on ne devait pas se reposer toujours dessus et encore moins entièrement dessus. Or durant cette mission, sans ce facteur je ne serais plus. J’en déduis que je manquais encore d’entrainements… Je ne manquerais pas d’y remédier en rentrant au village.

Le brun, à quelques pas de moi me tira de mes pensées pour m’expliquer la situation. Je soupirais… décidément ce jeune homme s’avérait être fort utile. Non seulement il était un très bon combattant mais en plus il était un excellent médecin et il était également très prévenant. Me laisser diriger la suite des évènements alors qu’il devait probablement être plus gradé que moi… me remercier car j’avais été d’une grande aide… Je soupirais c’était plutôt à moi de le remercier car il fut, cette nuit, bien plus utile que moi… J’avais une dette envers lui, il m’avait sauvé la vie et je ne l’oublierais pas tant que je ne l’aurais pas payé. Il s’occupa de rendre le cadavre transportable en le scellant dans un parchemin. Il faudra que je le lui réclame car Atori faisait parti de mon village… mais pas tout de suite. Le Kirijin se dirigea ensuite vers moi puis passa une main derrière mon dos pour me relever et m’aider à marcher. Ensuite il prit de nouveau la parole :

« Il y a encore des explications à donner aux villageois ... Et je devrais aussi te réexaminer. D'après ce que j'ai compris, ta vie est précieuse. Mais c'est à toi de donner les ordres. »

Je souris à ces paroles… ma vie… précieuse ? Pas tant que ça… Pour le déserteur n’importe quel ninja de Kumo aurait fait l’affaire. Mais il est vrai que ma mort aurait sans doute mis le feu aux poudres. Je réfléchis quelques instant quand à la suite des évènements tout en marchant en direction de la petite ville portuaire. Le mieux était de retourner à Akarui rassurer les villageois et ensuite de s’occuper de nos blessures comme l’avait dit le Kirijin. Je n’étais pas très bavarde et ne savait pas trop par ou commencer. J’avais pas mal de chose à dire à cet homme mais je ne pense pas que ce soit le moment de l’assener de questions. Il devait aussi être fatigué. Je décidais donc de remettre à plus tard l’interrogatoire :

« Je n’arriverais jamais à vous remercier suffisamment pour ce que vous avez fait aujourd’hui, mais pour l’heure allons annoncer au villageois que leur calvaire et terminé. »

Nous marchâmes silencieusement jusqu’à la maison du chef du village où je m’étais retrouvé précédemment. Nous pénétrâmes dans la bâtisse et les rassurâmes en leur annonçant que les ninjas les ayants attaqués leurs villages avaient été tué et qu’ils pouvaient désormais reprendre une vie normale. Ils rentrèrent ensuite tous sagement chez eux, trop content que cette histoire soit terminée. Je pris ensuite le chef du village à part lui expliquant que je devais rester quelques jours de plus pour m’assurer que le déserteur n’avait pas d’autres complices mais qu’il valait mieux rester discret sur le sujet pour éviter de paniquer ces pauvres habitants Akarui qui en avaient suffisamment bavé. Il acquiesça et annonça qu’il dirait aux villageois qui poseraient des questions que nous avions besoins de repos suite à notre combat et que pour nous remercier de les avoir sauvé il nous offrait le gîte et le couvert dans une auberge du village. Je le remerciais pour cette attention et pris congé. Il était vraiment tard et le vieil homme ainsi que le Kirijin et moi avions besoin d’être au calme.

Je me dirigeais vers l’auberge, toujours appuyée sur le brun. Nous primes deux chambres et nous dirigeâmes vers l’une d’entre elle ou le brun me déposa sur un fauteuil. Je le remerciais une énième fois. La pièce était éclairée et maintenant que cette histoire était terminée je pu enfin détailler mon sauveur. Je ne pu m’empêcher d’admirer ses traits jusqu’à ce que nos yeux se croisent malencontreusement. J’ignore pourquoi mais je détournais instantanément de le regard. Je pris ensuite la parole :

« Je suppose que je me répète mais… Encore merci de m’avoir sauvé… Vous auriez pu ne pas vous mêler de cette mission ce qui vous aurait évité d’être blessé. Donc désolée pour ce désagrément et encore merci… Je vous revaudrais cela un jour … euh… Je ne connais même pas votre nom… Je ne me suis pas non plus présentée d’ailleurs… Chizuru Seijitsu, je ne peux qu’être ravi de faire votre connaissance. »





~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
Tenzen Matsudaï~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 507
▌Inscription : 20/04/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | A / 20 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
342/2000  (342/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé) Dim 10 Juin 2012 - 0:31


~ Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence ~


Des remerciements ... À vrai dire, cela n'était pas ma tasse de thé. Malgré tous les rôles qui me furent donnés d'endosser en diverses occasions, je ne savais jamais comment répondre à ce genre de politesse, surement à cause de ce détachement naturel me définissant. À bien y réfléchir, ils ne s'adressaient pas directement à ma personne mais plutôt à des êtres illusoires issus de la nécessité. Ici aussi. Pourtant, je m'arrêtais sur ce sourire répondant à ma remarque, recevant ses paroles différemment comparées à d'habitude : Elles m'amenaient irrémédiablement à rebuter sur une interrogation dont j'espérais garder silencieuse afin d'y échapper, la raison du sauvetage. J'essayais certes d'y apporter quelques explications sensées, cependant nous ne faisions aucun acte de charité concernant l'état des autres villages, du moins du côté de la brume sanglante. La logique voudrait que ce soit simplement les effets de l'instinct sur le feu de l'action ... Justement, c'est souvent ce qui peut révéler des intentions cachées ... Tombé dans une impasse insoluble, mon corps s'en remit aux mouvements de la jeune demoiselle appuyée sur mes épaules qui me guida vers la prochaine destination. Je me contentais d'acquiescer ses dires silencieusement et de la suivre jusqu'à la bâtisse où se tenait encore la réunion des villageois précédemment retenues en otages. De cette partie, ma participation s'avéra quasiment nul de par le manque de lien avec les habitants de ce pays, et surtout pour ne pas exposer au grand jour la présence d'un ninja de la brume. Je ne connaissais pas vraiment les mentalités ici face à des étrangers ... Ainsi nous nous dirigeâmes ensuite vers une auberge gratuitement offerte par le chef du village où nous pourrions passer la nuit tranquillement. Une fois les deux chambres prises je menais la Kunoïchi dans la sienne et la déposa sur un fauteuil visiblement confortable encore dans la pénombre de la nuit, éclairé seulement de la lune brillante. Là, elle reprit une discussion visiblement étouffé tout à l’heure sur la route, bien que ce ne fut pas un véritable questionnement à ma chance. Je me redressais devant et rassembla tant bien que mal mes dernières forces de raison.

« Oh … Ce n’est pas nécessaire. Puis, tu n’en auras peut-être pas l’occasion, je ne suis pas ici pour très longtemps. Notre rencontre est dû à un concours de circonstance … On dirait bien que tu as une bonne étoile. Je suis … Vanden Nodaï, Junin du village de Kiri. Enchanté, Chizuru Seijitsu. Je ne vais pas te retenir plus longtemps … Tu devrais essayer de te reposer cette nuit. Bonne nuit. »

Après l'avoir salué du regard en guise de départ, je me retournais lentement et reparti vers la porte que ma main referma soigneusement. Je traversais alors les longs couloirs séparant chaque pièce jusqu'à atteindre me propre chambre, dans lequel mes affaires atterrirent sur le sol, ma silhouette se posant directement sur le lit. L'entrevue semblait peut-être s'être écourtée prématurément, mais il me fallait prendre du recul et rassembler toutes mes pensées sur les derniers évènements. Comme l'exigeait le protocole, ma partenaire du moment ne put que recevoir une fausse identité et un faux statut à mon sujet. Le problème ? L'hésitation. Difficile d'en décrire les tenants ni même la logique, mais sur le coup le doute me vint à l'esprit. Je commençais surement à fatiguer ... Au moins la mission se soldait d'une réussite totale, et tout se terminerait par mon départ. Prenant place plus confortablement sur le matelas luxueux de l'auberge, mon esprit essaya de s'absoudre de ces réflexions pour les reléguer au lendemain, en quête d'un sommeil rapide. Malheureusement ce fut un échec ... Passé une poignée de minutes, mes yeux se rouvrir sur le plafond sombre de la chambre, ressassant davantage la suite de mon périple ici. Devais-je partir sans rien dire en lui laissant les informations nécessaires sur la mission ? Non, je venais de lui donner mon nom, et les ninjas de Kiri en mission ici risquaient de ne pas être légion ... De plus, il me restait encore un rendez-vous à assister avant de repartir. Pour l'instant, mieux valait évacuer la pression. Mon regard se dirigea alors vers la fenêtre donnant sur l'ensemble des lieux afin d'y observer un écran de fumée montant en hauteur. Les sources chaudes ...

La fatigue dominant chaque parcelle de mon être, je descendis des escaliers d'un pas nonchalant à la recherche de ladite zone de détente, dans lequel j'espérais ne pas m'endormir sous les effets de l'eau chaude ... À cette heure si de la nuit, ces sources seraient surement désertes. Difficile de ne pas remarquer le travail méticuleux de l'équipe chargée de l'entretien, qui même avant d'aller se coucher pensaient au confort de ses clients. Les vestiaires pour hommes comportaient des emplacements définit avec tout un kit de préparation à la relaxation aux sources thermales en plus des simples outils traditionnels. Pour ma part, je délaissais ces fantaisies et me contenta de prendre l'une des serviettes réchauffées comme seul vêtement et me dirigea vers la porte coulissante. Celle-ci glissa sous la pression de ma main pour terminer sur le côté, dégageant ainsi le passage. Un pas, deux pas, peu à peu la brume de vapeur se dit moins épaisse et dévoila l'état du bain ... Mais quelle ne fut pas ma surprise lorsque ma vue distingua le visage familier de la jeune femme de tout à l'heure ... Rapidement, je me tournais pour observer un panneau non loin et y lus un écriteau : « Bains mixtes ». Oh ... Situation délicate ... Du moins, pour elle ... Je ne pouvais deviner sa réaction, cependant de sa condition de soldat, mon esprit supputait que cela ne l'affecterait pas vraiment ... D'où mon élan intact sur lequel mon corps s'engouffra dans l'eau, me posant sur un coin du bassin, les coudes appuyés sur le rebord. S'en suivi alors un bref regard sur elle, suite à quoi ma tête se penchais en arrière en guise de détente ...

avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé) Dim 10 Juin 2012 - 18:15




Bain… mixtes… Merde…

Le Kirijin se présenta rapidement avant de prendre congé. Il m’avait semblé embarrassé et hésitant, émotions qu’il n’avait pas montré auparavant. Il ne devait pas aimer ce genre de situation… Je le saluais également puis il sortit de la pièce. J’écoutais le son de ses pas s’éloignant dans le couloir jusqu’à entendre sa porte claquer. Vanden Nodaï, un nom peu commun…Un juunin, il me semblait bien qu’il était plus gradé que moi… Enormément de questions me tourmentaient à son propos ainsi que d’autres, dues aux évènements précédents… Toutes ces interrogations m’empêchaient de dormir. De plus j’étais encore un peu tendue et stressée. D’après mes souvenirs il devait y avoir des sources chaudes dans cette auberge… Je devrais peut-être aller y faire un tour pour me détendre et réfléchir pour ensuite pouvoir passer une bonne nuit de sommeil. Je devrais également faire mon rapport assez rapidement… Je l’enverrais demain dès la première heure mais pour l’heure je préférais avoir un peu de répit. L’idée me semblait plutôt bonne. Ma jambe était moins engourdie que tout à l’heure je pouvais donc m’y rendre seule. Je me levais difficilement du fauteuil où le brun m’avait posé et pris la direction des sources chaudes.

J’arrivais rapidement aux sources et pénétrais dans les vestiaires. Des casiers étaient prévus pour déposer nos affaires mais mes frusques étaient dans un état lamentable… Troué, déchirés, brulé par le combat… Je doutais pouvoir les raccommoder alors je m’en débarrassai dans la première poubelle venu. Dans l’urgence de ma mission je n’avais pas pris la peine de prendre des changes mais il y avait des Kimonos. J’en emprunterais un le temps d’aller me trouver de nouveau vêtement… Une fois délestée de tout morceau de tissus je me dirigeais vers le bassin. Je m’arrêtais devant une cabine de douche pour m’y laver avant d’aller me baigne comme le voulait la coutume. Par la même occasion j’en profitais pour examiner les blessures que j’avais reçues pendant le combat. Rien de grave apparemment. Quelques coupures et brûlures due à l’explosion probablement… Les blessures les plus grave avaient été soigné par Vanden-san… J’avais vraiment eu de la chance qu’il maîtrise les techniques médicales. Je me savonnais le corps puis les cheveux et me rinçait ensuite. Il était agréable de se sentir propre à nouveau. Je pris une serviette et passa enfin la porte qui menait au bassin. L’air était un peu frai main assez vite réchauffé par la fumée que dégageait l’eau bouillante. Je déposais ma serviette dans un recoin et allait m’installer au fond du bassin.

Je m’adossais contre l’une des parois en pierre, calant ma tête sur le rebord, fermant les yeux et me détendis… Il faisait encore nuit et j’avais l’endroit pour moi toute seule… C’étais reposant… calme… Puis je me reposais les questions qui m’avaient tourmentée précédemment. Que pouvait bien faire un Kirijin ici par exemple… Non pas que je ne fus pas heureuse de le trouver la mais cela soulevait quand même un problème… Même s’il m’avait sauvé, si les raisons de sa visite à Kumo étaient mauvaises je devais en référer au Raikage… Je soupirais, j’aurais probablement due lui poser cette question plus tôt car j’ignorais si demain il serait encore la mais… D’un autre côté, s’il ses intentions étaient mauvaises il n’aurait pas eut grand intérêt à m’aider, et même s’il l’avait fait, je n’aurais pas pu faire grand-chose pour l’arrêter… Il était peut être là pour une mission diplomatique ou une mission conjointe entre nos deux pays… En tout cas c’est ce que j’espérais. Je pensais aussi à ce que j’allais écrire dans mon rapport qui, n’allait pas vraiment être en ma faveur… Me laisser piéger comme cela… par un juunin certes mais piégé quand même… Je repensais aux mots du brun :

*Ce fameux Atori ... Il avait tout prévu, des rumeurs jusqu'à l'embuscade afin de déclencher un conflit au sein même de ce pays ...*


… Le déserteur avait donc rependus les rumeurs pour attirer des ninjas de Kumo dans son embuscade pour les tuer et les interroger… Non juste les tuer. Aucun d’entres eux n’avait eu l’intention de me questionner avant de me supprimer. Ils avaient donc juste mis leur plan à exécution… Atori souhaitait se venger de Kumogakure, d’après les dire de Vanden-san il voulait déclencher une guerre civile… Il est vrai qu’attaquer Akarui qui est sous notre protection aurait plus créé une vive émotion et beaucoup de discorde autour des villages voisins… Surtout que techniquement parlant Akarui n’avait rien fait… Kumo, ne me voyant pas revenir aurait probablement envoyé une troupe plus importante qui aurait découvert… mon cadavre… non loin du village. Cela plus les rumeurs, j’ignore s’il aurait été cherché plus loin… Décidément le Kirijin nous avait évité bien des désagréments.

J’étais entrain de m’étirer quand j’entendis la porte menant au bassin claquer. Mes bras retombèrent le long de mon corps alors que je cherchais des yeux la personne ayant provoqué ce bruit. Il était surprenant de voir quelqu’un se baigner à cette heure-ci. Que ne fut pas ma surprise quand je vis Vanden-san sortir de l’épaisse couche de fumée. Je fronçais les sourcils… que faisait t-il dans le bain des femmes c’était pourtant écrit là-bas : bain… mixtes… Merde… J’étais assez fatiguée et je n’avais pas pris la peine de lire l’écriteau. J’aurais peut-être due… Il n’était vêtu que d’une serviette entourant ses hanches… en même temps normal… c’était des sources chaudes… Visiblement il m’avait remarqué mais continuait tout de même de se diriger vers l’étendue d’eau chaude. Je sentie le rouge me monter aux joues et détournais le regard quand ce dernier entra dans l’eau… Ce genre de situation ne m’aurait pas posé de problème en mission mais la…. Mais de toute façon ce genre de situation NE PEUT PAS arriver en mission… ralalala me voila bien embêtée… Je me risquais à lui lancer un regard, visiblement cette situation ne le dérangeait absolument pas il était totalement détendu, faisant abstraction de ma présence… A la limite, pour le moment, ce n’était pas si gênant que ça mais… comment je fais pour sortir moi maintenant ?! Bien… il devait lui aussi être fatigué et ne devrait pas tarder à sortir… j’aurais juste à attendre une dizaine de minutes et puis voila. En attendant cela je me retournais et posait mes bras croisés hors de l’eau où j’y enfouissais ma tête.

J’étais bien rentrée une bonne vingtaine de minutes avant le Kirijin… Et cela faisait bien une quinzaine de minutes qu’il était rentré… Je commençais à avoir chaud… très chaud. Mes joues devaient pouvoir rivaliser en couleur avec une tomate. Et puis j’étais fatiguée… vraiment… Je pensais rester une petite demi-heure mais là, ça commençait à faire beaucoup… Trop pour que je puisse le supporter encore longtemps… Mais il était hors de question que je sorte la première… Je ne pouvais donc qu’attendre encore un peu… Je n’avais pas non plus envie de manifester ma gêne alors j’étais restée dos à lui… Il devrait bientôt sortir du bassin… ça m’apprendra à ne pas faire attention aux panneaux !!! Je manque vraiment d’entrainements. Fait chaud… Je suis fatiguée…Pourquoi je suis là déjà ? Je sais plus… Ces sur ces pensées plus incohérentes les unes que les autres que je perdis connaissance…




~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
Tenzen Matsudaï~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 507
▌Inscription : 20/04/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | A / 20 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
342/2000  (342/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé) Lun 11 Juin 2012 - 13:52


~ Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence ~


Il n'y avait rien de mieux qu'une petite virée dans les bains soigneusement conçues pour une pure relaxation ... Surtout quand le statut dans la hiérarchie ne le permettait pas vraiment, sauf-en de rares occasions. Enfin ... Sans compter l'étrangeté des circonstances où l'on se retrouvait, hommes et femmes mélangés. Cela ne constituait pas de véritable gène vis-à-vis de ma personne, puisque depuis longtemps déjà nous éloignions ce genre de considération embarrassante de nos esprits. Certes, pour un cas de force majeur j'aurais surement rebroussé chemin, mais ici rien ne me poussait à partir ... D'autant plus que je ne portais encore aucun attachement précis envers ma partenaire, si ce n'est les liens professionnels. Isolé dans mon coin, je sentais l'ensemble de mon être s'assoupir sous cette chaleur délicieuse dont les vapeurs caressaient ma peau et emplissaient l'air d'une lourdeur pesante. L'humidité ambiante débarrassait mon corps de toute la fatigue accumulée depuis le début du voyage, m'enfermant dans une couche de braise brulante au bonheur de la peau. Faire le vide, simplement ... Les yeux fermés ... De cette isolation du monde extérieur, l'état de la kunoïchi demeurait inconnu à mes pensées, bien que je ne porte plus l'attention sur elle par hésitation. Après tout, si ma présence la dérangeait vraiment, elle ne serait déjà plus là à l'heure actuelle. Soupirant de plaisir, je plaçais lentement ma main au niveau du cou et fit des mouvements circulaires de la tête en guise d'étirement. Enfin, après une profonde inspiration et expiration, le dos délicieusement calé entre deux parois bouillonnantes du bain, je passais plusieurs dizaines de minutes à rester immobile dans cette position, à moitié endormi. Une fois éveillée à nouveau, mon premier réflexe fut d'ouvrir les paupières à la rechercher d'une vision même trouble, afin de jauger l'avancée de la nuit ... Seijitsu devait déjà être partie ...

Pourtant, j'observais une silhouette vague en face dont seule le dos dépassait de la limite de l'eau. Toujours là ? Le constat m'étonna un moment, d'autant plus qu'elle était là bien avant, alors que je subissais déjà les effets néfastes d'une trop longue exposition à ces sources chaudes ... Elle ne bougeait pas ... Subitement, son corps se mit à glisser le long du rebord, en l'absence de toute accroche ni réaction instinctive. Interpellé de ce détail pour le moins étonnant, mes jambes avancèrent quelque peu sous l'eau, suite à quoi je m'élançais entièrement afin de l'atteindre à la nage. Impossible d'aller très vite alors que la chaleur empêchait toute sorte de visibilité en dessous de l'eau, je finis tout de même par toucher à tâtons les côtes de la jeune demoiselle que j'empoignais fermement dans le but de l'attirer vers moi. Là, mon visage refit surface, maintenant par la même occasion la victime hors de danger, puis jugea rapidement de son état inconscient. L'appui sur le sol retrouvé, mes bras la renversèrent habilement de façon à l'avoir en longueur au niveau du torse. Décidément nous n'allions pas terminer cette rencontre normalement ... Sur le moment, milles-et-unes interrogations d'inquiétudes traversèrent mon esprit, supposant diverses sources d'un mal inconnu. Elle ne devait pas succomber ... Enquit d'une détermination prononcée, j'usais de mes dernières forces pour la tirer hors du bassin, sa silhouette recroquevillée sur la mienne, avant de la déposer délicatement sur l'un des bancs des vestiaires. Mon regard passa irrémédiablement sur son anatomie pour remarquer la moindre blessure ou infection survenue entre temps ... Malgré le fait qu'elle soit entièrement dénudée. Certes, cela ne me laissait pas indiffèrent ... Mais je fis abstraction de ces désirs primaires et me concentrais tout médecin que j'étais à une seconde vérification de son état de santé.

Nombres de pratiques indéfinissables durant toute une vie à exercer le même rôle ... Et pourtant là, les choses semblaient différentes. Je posais tout d'abord les doigts sur son front, concentrant du chakra azuré sur cette zone, puis longea ses formes de haut en bas, d'une délicatesse insoupçonnable. Pas de dommages internes ... Ni externes d'ailleurs. Au final ce malaise provenait surement d'une négligence sur la durée d'exposition à la chaleur, à en juger son rythme de respiration normal. Un peu de repos et tout irait bien. Réconforté d'une analyse initiale, je me redressais, à la recherche de plusieurs serviettes dont l'une termina autour de mes hanches, et les deux autres sur les parties intimes de ma patiente. L'urgence de tout à l'heure ne m'en avait pas laissé le temps, mais bien que la gêne ne soit pas mon quotidien, un peu de respect s'imposait tout de même ... Respirant un coup pendant cet instant de répit, mes genoux guidèrent ma silhouette à se poser au niveau du banc où j'approchais lentement mes doigts et écarta les mèches blondes de Chizuru sur le côté. Partagé entre la contemplation et l'examen, mes iris la fixèrent plusieurs secondes, immobile. Ses lèvres rosées tremblaient légèrement au contact de mes doigts sur leurs contours, où une vérification s'imposait. Aucun signe étrange ... Ils descendirent alors plus bas et occultèrent lentement son cou, prenant par la même occasion le pou du cœur. Des constantes normales ... D'ailleurs, sa peau ardente reprenait peu à peu une température plus normale, sauf à un endroit. Revenant en arrière, ma main se posa délicatement sur le front de la kunoïchi, où un début de fièvre léger se dévoilait discrètement. Mais ma propre peau s'avérait trompeuse ... D’où le choix d’une autre méthode qui demanda à mes lèvres d’épouser la surface de son front afin d’en saisir la nuance de rougeur. Bien … Juste une demi-journée et cela reviendrait à la normal, n’étant pas d’origine biologique.

Sûr des conclusions de l'analyse, je lançais un appel vers une des servantes encore debout et lui expliqua clairement la situation, avec l'ensemble des directives à appliquer par la suite. Celle-ci culpabilisa un moment, presque choqué de cet incident indésiré, puis s'excusa à plusieurs reprises. N'en faisant pas grand-chose, je lui demandais simplement de récupérer mes affaires pendant que je la remontais dans sa chambre ... Une fois déposée sur le lit, ma poigne s'empara du drap et la recouvrit entièrement, déléguant le reste des soins à la servante, plus habilité ... Je ne sais pas vraiment comment on pouvait appeler cela, mais les concours de circonstances avaient été bien extraordinaires ce soir ... De quelle façon considérer le déroulement de cette nuit mouvementé ? Je pensais inévitablement au passé et à cette période de ma vie où tout se transforma en une ironie si douloureuse ... Subissais-je encore un mauvais tour de ce qu'on s'évertuait à appeler le destin ? Pourtant, cet aspect-là de mon être se vit enterré il y a longtemps ... Non, inutile de s'emballer trop vite. Je possédais encore assez de méfiance pour outre passer ces coïncidences. La fin de la nuit sembla interminable. Le sommeil ne venant pas, je m'attelais plutôt à rédiger le rapport sur ma version de la mission et remballa toutes les affaires pour le départ. Oui, c'était peut-être préférable. Suite à une dernière visite très tôt le matin, elle verrait posé près de son lit le parchemin contenant le trésor appartenant au village ainsi qu'un rouleau de texte nécessaire à l'accomplissement de son devoir. Un dernier petit instant à reposer mes yeux sur elle, endormi ... Puis, ma silhouette disparue définitivement ...

avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé) Lun 11 Juin 2012 - 20:47




NNAAAOOONNN !!!!!

Quelques rayons du soleil percèrent à travers la fenêtre et vinrent me réveiller. J’étais allongée dans mon lit… ou plutôt celui de l’auberge. Etrange, il y avait comme un trou dans ma mémoire entre les sources chaudes et cet instant… Je ne me souvenais absolument pas de comment je m’étais retrouvée là. Ba… Cela avait probablement peu d’importance. Je repoussais les draps sous lesquels j’étais enfoui et me relevais difficilement. J’étirais mes muscles puis quittais le lit dans lequel je me trouvais. J’étais vêtue simplement d’un Yukata blanc. J’haussais un sourcil… encore une chose dont je n’avais pas le souvenir. Je me dirigeais vers la fenêtre, tirais les rideaux puis l’ouvrit pour prendre un bol d’air frai. Il faisait bien jour à présent, en début d’après midi vu la position du soleil… Je n’avais que trop dormis, certes, cette mission m’avais épuisé mais de là à me prélasser toute la journée… En pensent à cela le visage du brun me vint à l’esprit. J’ignorais s’il était encore là et j’avais tout un tas de questions à lui poser puisque maintenant nous avions tout deux pris du repos. Je pris donc la direction de sa chambre, mais quand je m’approchais de ma porte on frappa puis entra. Une petite tête brune en sortie qui paraissait surprise de me voir. Une servante de l’auberge d’après ses vêtements :

« Oh ! Vous êtes réveillée ? Pardon de vous déranger… Je… Je venais voir si vous alliez mieux ! »

« Mieux ? »


« Oui, vous vous êtes évanouie en restant trop longtemps dans les sources chaudes cette nuit. Heureusement que votre ami était là et qu’il vous a sortie du bassin. Il s’est occupé de vous soigner puis vous a ramené dans votre chambre. » Annonça t-elle avec un sourire puis enchaina : « Il est déjà parti mais a déposé des parchemins pour vous sur votre table de chevet ! ».

Je balbutiais un petit merci puis elle s’inclina et repartie, rassurée. Moi non… Je fronçais les sourcils puis tout me revint en mémoire. Le brun était entré dans les sources et j’attendais qu’il sorte mais… mais j’ai perdue connaissance avant… NOOOONNNNN !!!! J’avais gardé contenance en la présence de la jeune femme mais maintenant… Mes joues devinrent affreusement rouges, mon cœur s’accéléra et toutes les expressions de surprises, honte, effarement, désespoir passèrent une à une sur mon visage en l’espace de quelques secondes. Je plaquais mes mains contre mon visage puis me frottais la tête en la tournant de gauche à droite. Non… ce n’était pas possible… comment… Comment une telle situation avait pu se produire ???!!! J’étais juste allé me détendre et… et ...et NNAAAOOONNN !!!!! Je n’avais pas voulu sortir du bassin la première car j’étais gêné… et bien c’était réussi… Jamais plus je ne pourrais regarder cet homme dans les yeux… non en fait je crois que même lui parler ou être en sa présence… Je frissonnais rien qu’à imaginer cette scène… Mon dieu… qu’avais-je fait pour mériter cela…

Je m’étais assise entre-temps sur un fauteuil pour digérer la nouvelle. J’essayais de me rassurer ou de me convaincre que ce n’étais pas trop grave. Si cela se trouve il n’a rien vu… non ça sonnait faux… bon alors si cela se trouve il s’en fichait complètement… peut-être lui mais pas moi… Et bien si cela se trouve… si cela se trouve ce n’est pas la première fois qu’il voit une femme nue… Mais je m’en fou des autres mais pas moi !!! Aaaahhh !!! Quel casse tête… Je polémiquais ainsi encore plusieurs minutes. Tout un tas de sentiments contradictoires me parcourraient. D’un côté j’espérais ne plus jamais le croiser m’évitant ainsi d’avoir à affronter son regard mais d’un autre je ne l’avais toujours pas remercié pour tout ce qu’il avait fait, je me devais de payer ma dette et … Et quoi d’ailleurs… Pourquoi ce Et ?... Je l’ignorais… Je continuais de pester, râler, rougir et autre pendant un bon moment.

Je lâchais un long soupire… reprendre mes esprits m’avait bien pris une vingtaine de minutes. J’avais le don de me mettre dans des situations pas possible. Mon regard se porta sur les parchemins posés sur la table de nuit. Je les examinais, l’un contenait le corps d’Atori, l’autre je l’ignorais. Je l’ouvris et lis attentivement. C’était son rapport de mission. Décidément cet homme était très prévenant. J’aurais quand même bien aimé lui posé plus de questions. Mais peut-être que le fait qu’il soit partis nous arrangeait tout les deux en nous évitant une situation… comment dire…délicate ! Je relus plusieurs fois le rapport de Vanden-san avant de rédiger le mien. Je n’étais pas très enthousiaste à l’idée de devoir faire cela mais il est de mon devoir de rendre des comptes au Raikage même quand ceux-ci sont peu glorieux… J’omettais toutefois de mentionner l’épisode des sources chaudes… après tout cela ne faisait pas partit de la mission. Rédiger ce rapport me prit une bonne partie de l’après-midi. Je fis ensuite quelques rondes dans le village pour me détendre et voir si tout était redevenu normal. Je décidais de rester encore deux jours pour m’assurer qu’Atori n’avait pas d’autres complices et me reposer. Etrangement, l’envie de retourner dans les sources chaudes pendant ce laps de temps ne me pris plus…

Les jours suivants se déroulèrent tranquillement, sans incidents. Je tentais vainement d’oublier ces événements compromettant qui restaient imprimés dans mon esprit mais je supposais que tout cela était encore trop frai pour pouvoir sortir de ma mémoire. Une fois le deuxième jour écoulé, j’annonçais mon départ au chef du village et lui confirma que tout les hommes de mains du déserteur avaient bien été éliminé. Rassuré, il me salua, je fis de même et le remercia pour son hospitalité avant de prendre congé et de rentrer chez moi.

Rp clos




Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé)


Déchirement dans l'obscurité ... Pour le sort de l'innocence [Pv Seijitsu Chizuru] (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un ado dans l'obscurité lumineuse de la nuit [libre]
» Elliot Carver ?? Y’a déjà assez de conneries dans le monde pour que j’en rajoute
» Si tu as besoin de quoi que ce soit, je serai là pour toi, dans les bons moments et dans les mauvais, pour toujours. [PV Boule Marine.]
» J’aurai voulu te garder dans mes bras pour toujours mais l’éternité m’aurait paru trop courte. ? Caëlyn
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de la Foudre ~ Kaminari no Kuni :: Pays de la Foudre :: Divers territoires :: Akarui-