Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

La piste sur l'utilité du Oku-le Shâ

avatar
 ~ Chuunin de Kiri ~
Emishi Nishouri ~ Chuunin de Kiri ~
▌Sanction : 1er avertissement
▌Messages : 445
▌Age : 25
▌Inscription : 08/11/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : |B/ 14|
| Points Naruto Ninja RPG | :
569/2000  (569/2000)
| Âge du personnage | : 22 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: La piste sur l'utilité du Oku-le Shâ Mer 20 Juin 2012 - 16:09

La piste sur les Okus


« Tu dois maintenant demander à t’Oku de t’enseigner ses techniques. »

Plus facile à dire qu’à faire. Cela faisait maintenant trois jour que j’essayais, en vain de communiquer avec Akaito. Chaque fois que j’essayais celui-ci m’ignorait totalement ou, ne voulait rien savoir de tout cela. Je n’étais pas prêt selon lui. Et l’argument était toujours le même : je te connais mieux que quiconque, fait moi confiance, etc Pathétique excuses qui ne me faisait que m’enrageait. Je ne m’étais tout de même pas trempé dans la fontaine de Jouvence pour rien ! Un petit moment mélancolique s’emparait de moi. Je me rappelais chaque instant dans les songes de cette eau glaciale, miroir du passé. Que ce soit l’affrontement contre ma mère, mon père, mon maître et, Akari. Je serrai les draps qui me recouvraient. J’étais confortablement assis dans une chambre préparé spécialement pour moi par la meute. La faible lueur de la lampe éblouissait doucement la chambre vide où je me trouvais. Une simple cellule sans fenêtre. Quand je pense que tout près de cette chambre j’ai combattu mes démons. Les souvenirs refluaient en moi, le souvenir de ces moments éprouvants. Shigure Kintoki et un wakizashi était adossé contre un mur, mon sac à dos juste à côté. Le strict nécessaire était dans le sac à dos : des outils de ninjas et, un sac de couchage. J’avais appris la survie auprès de la meute, je n’emportais jamais de nourriture quand je retournais les voir, traversant sans aucun outils de survie la forêt des brumes. Un inconnu, même juunin, se perdrait dans cette brume épaisse où tous les arbres se ressemblent. De haut bouleau qui surplombaient le village au loin, un simple marécage séparant cet endroit mystique du village. On dit que la brume de Kiri est née dans cette forêt. Il semblerait que la brume soit du à certains boulot qui en produirait via un senjutsu spécial. Et c’était dans une grotte, au plus profond de cette foret que je me trouvais. Les cavités ont été aménagées par les chacals, dirigé par le chef de la meute, Tenrô. Ce fameux canidé était imposant et massif. Son pelage noir luisait d’un éclat sanguinaire et, un œil cacheté laissait deviner l’expérience de cette créature. Il fumait toujours un calumet et, buvait souvent du saké. Il portait un kimono assez ample,noir à bordure rouge.

Je me levais doucement, m’habillant d’un simple jogging. C’était un habit confortable de couleur grise. Chaque jour, je faisais un footing puis, méditait. Parfois j’allais devant la fontaine de jouvence, Oba-san m’y rejoignant. Elle était mon réconfort, la grand-mère que je n’avais pas eu. Je ne voulais pas trop parler de ce qui s’était passé dans la fontaine et, elle ne chercha pas à le savoir. Sa simple présence m’apaisait. Un chacal toqua à ma porte. Il avait un pelage marron et se nommait Kaï. Il me pria de venir à la chasse. Je pris un vieil arc de chasse, ainsi que Shigure Kintoki.

J’étais maintenant derrière un arbre, retenant mon souffle. J’attendais que le sanglier soit rabattu sur moi. Deux de mes confrères poursuivaient la proie. Ils arrivaient à la maîtriser pour qu’elle se dirige de mon côté. Je n’aurai pas besoin de l’arc. C’était bon, je sortis de ma cachette, face au sanglier. J’allais exécuter Samidare quand un évènement imprévu arriva. Le jeune sanglier n’était pas seul. La laie me fonçait dessus sur le côté, ayant entendu les cris de sa progéniture. Je me pris de plein fouet sa charge sur le côté. La puissance était incroyable et, m’envoya bouler au loin, exécutant des cabrioles digne d’une poupée lâcher du haut d’un escalier. Je ne sentais plus rien, le simple retentissement de mes os se brisant me terrifiait. J’étais par terre, ma tête couverte de mélange malsain de la boue et de sang. Au loin la laie fonçait sur moi. Heureusement Tenrô arriva juste après, ayant sentie le danger. Il arrêtait net le coup de la laie. Ils étaient sensiblement de la même taille. La lutte était égale mais, il réussissait à la repousser à l’aide de sa faux. Sa pipe était rangée, il était sérieux.

Alors la reine des porcs est sortie de son coin.

Alors qu’il parlait, il était aisé de voir ses canines longues et aiguisées, les babines retroussées, un air narquois et fou dans le regard. Le regard d’une bête sommes toutes mais, une bête affamé. La laie recula d’un pas, sa progéniture juste derrière elle.

Tu ne mangeras pas mon fils sale bâtard.

La laie parlait et, elle était même en colère ! Je savais que certains animaux parlaient mais, je ne pensais pas qu’au dehors de la meute d’autres parlaient. Je comprenais mieux les mystères de cette forêt. C’était un vrai repère de bête extraordinaire. C’est pour ça que, déjà la 5ème Mizukage en avait fait une réserve naturelle. Elle voulait empêcher les braconniers d’y aller ou, les shinobis errant de s’y perdre ? Qui sait mais, elle avait bien fait. Stark en était le garde avec d’autre, c’est grâce à mon maître que j’y eus accès. En tout cas, ce qui était sure, c’est que d’autre groupe d’animaux parlaient notre langage.

Tu ne connais donc pas la terreur que j’insuffle Taoru ?


La laie avait donc un nom. Elle était surement l’une des grandes puissances de la forêt des brumes. C’était somme toute assez embêtant qu’elle était surement un adversaire puissant. D’une simple charge elle m’avait envoyé valdinguer à 5mêtre. Je ne pouvais pas parler, je m’évanouissais peu à peu. Je voyais Tenrô de dos, je regardais les yeux du vieux chacal, un regard de haine dans ses yeux. Je n’avais pas activé ma résonnance et, pourtant je pouvais ressentir son âme, une âme sombre, d’un noir de jais, presque oppressante. La laie ne semblait pas confiante mais, son petit pu s’enfuir. Elle était maintenant seul face à Tenrô. D’un simple cri, Tenrô repoussa tout ce qui était autours de lui. Mes compères avaient peur, ils ne l’avaient surement jamais vu aussi enragé, ils partirent au loin. Moi je tentais de rester éveillé pour savoir ce qui allait se passer. Je voulais voir ces deux puissances se battre.

Je suis aussi un des seigneurs de la forêt. Ne me sous-estime pas Tenrô.

La laie criait et grouinait en même temps. De la vapeur semblait émaner d’elle et, elle frottait avec insistance le sol, prêt à charger férocement. Taoru fonça en un instant. Malgré sa masse, elle avait disparu pour se retrouver instantanément sur Tenrô qui, avait déjà dégainé, résistant au mieux à la charge, ses pattes repliées s’enfonçant dans le sol. La laie semblait d’autant surprise qu’il ne vacillait pas en plus d’avoir un regard confiant. Tenrô repoussa Taoru d’un simple coup au loin. Il rengaina sa faux dans son dos avant d’enchaîner des mudras. Taoru semblait maintenant terrifié et, tenta de s’enfuir. Mes paupières étaient lourdes, je n’arriverais pas à voir ce qu’il allait faire clairement.

Ninpô ! Le Shâ.

C’est comme si un grand frisson me parcourait. Je ne vis rien, mes yeux étaient fermés mais, je pouvais ressentir la puissance de sa technique avec ma résonnance, j'aurai cru voir la mort en personne foncer sur la pauvre bête apeurée. Je ne me réveillerai que plus tard, sans aucune douleur ni blessure, Oba-san et le Iroujutsu des jouvences étant passé par là. En sortant dehors, encore un peu convalescent, je fus surpris de voir la tête de la laie, accroché à un piquet devant la grotte. Il faut croire que Tenrô n’était pas tendre. La meute faisait la loi dans la foret : tuer ou être tuer. C’était un principe assez simple pour des êtres doué de conscience mais, terriblement efficace pour les plus forts. J’étais tout de même un peu dégouté des proportions que cela avait pris. En venir à accrocher la tête de cette truie sur un piquet, c’était ignoble.


La piste sur l'utilité du Oku-le Shâ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» De l'utilité du terrorisme
» Utilité de la meteorite
» [bug] Piste cyclable et éclosion
» [Évènement] Bal de Noël ~ [PISTE DE DANSE]
» question d'utilité pour la validation de ma présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de l'Eau ~ Mizu no Kuni :: Kiri Gakure no Sato :: Étendues du pays :: Terres & Océans de Cristal-