Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
Le Deal du moment : -35%
Climatiseur électrique mobile – TECTRO ...
Voir le deal
114 €

Partagez

Première rencontre [Pv : Miho Okada ]

InvitéInvité
MessageSujet: Première rencontre [Pv : Miho Okada ] Première rencontre [Pv :  Miho Okada ] Icon_minitimeDim 22 Jan 2012 - 16:27

    De tout temps, de tout lieu, chaque village caché, chaque pays à possédé son propre temple. Lieu de recueillement essentiel rappelant alors au shinobi insouciant combien la vie est rude. La vie d'un shinobi. C'est à l'age de 8 ans que j'ai connu la dureté de cette vie. Certains diront que c'est trop jeune et d'autre serai convaincu du contraire. Moi, je n'ai pas eu le choix. Un soir d'orage comme souvent ici a Kumo, le ciel m'enleva mon père lors d'une énième bataille.
    La guerre. Encore et toujours impliqué intrinsèquement dans chacune de nos vie. Voila ce qui relie chaque ninja de Kumo. Je me souviens de la douleur ressentit lorsque la nouvelle tomba. Tel la foudre, elle tomba net, sans prévenir et trop vite. Brûlant tout sur son passage - y compris mon coeur. Mais c'est un mal pour un bien, tous le monde le sait. Car lorsque ma frêle insouciance fut brûlé, mon intelligence se développa avec une vitesse exponentielle. Je recherchai le moyen d'éviter la souffrance. S'en suivit mon entré a l'académie des ninjas, ma découverte du genjutsu et ma promotion au grade de chuunin.
    En réalité, l'homme a le potentiel de transformer son malheur en puissance. C'est sa grande force. Mais il en oublie une autre. Le bonheur. Quotidien, simple et subtile. Un rayon de soleil réchauffant le coeur, un instant de rire et de joie. C'est tellement banale que cette force est passé inaperçu. Le monde marche désormais au malheur. Le monde, sauf moi. Je peux voir ce bonheur, je sais le convertir en puissance. Un feu, un orage dans mon coeur alimenté par l'amitié, l'amour et la liberté. Papa, ton enseignement perdure en moi. Merci.
    Yutsao Mabushii


    Il est assez rare de voir à Kumo une semaine sans foudre. Cette foudre divine respecté par chaque habitant et divinisé. Elle protège les Kumojins les plus fidèles et les plus respectables. Certains racontent même que si l'on enfreint une loi a Kumo, l'on verra l’élément s’abattre sur le malfaiteur. Il existe encore beaucoup de conte et légende plus diversifiés et plus improbables les unes aux autres dans le temple de la foudre. Le monument érigé a la faveur de l'élément lumineux prône le respect et l'admiration pour chaque fidèle y pénétrant. Il est la mémoire spirituel des défunts tombé au combat, l'on y viens donc pour s'y recueillir ici plutôt que dans la vallée des défunts. Car la noblesse du solide bâtiment réconforte et aide a la reconstruction intérieur.
    Yutsao connaissait que trop bien ce temple. C'est ici qu'il venait lorsque son destin le conduisit a un carrefour. Et c'est ici qu'il trouva les réponses a ses questions. Il aimait à penser que son père communiquer avec lui par de la les cieux, grâce a la foudre frappant le sommet du temple. Ce matin là fut tranquille. Pas de mission a l’horizon pour le jeune chuunin, l'ennui prenait doucement place dans sa vie et il n'aimait pas cela. Ce matin là, Yutsao décida de provoquer le destin. Il se leva et prit son copieux déjeuner, le repas le plus important de la journée. Il alla chercher son pantalon bleu marine et sa légère chemise blanche, enfila la veste de son paternel ainsi que ses gars blanc et sortit de chez lui.
    L'air ambiant fut électrique - comme assez souvent. Le soleil prit la relève de la pleine lune et surveillait le ciel de son chaud regard éblouissant. Au loin, on pouvait percevoir le grondement du dieu foudroyant. Lui aussi surveillait le village de sa bienveillance. Les mains dans les poches, Yutsao se rendit au temple de la foudre afin de s'entretenir avec les esprits. Peut etre pourrait-il lui trouver une solution, une idée pour le chuunin?
    Le lieu n'était pas plein, mais il y demeurait toujours une population de fidèle et de prieur. Le silence solennel dominait largement la gigantesque pièce décorait de peinture et de sculpture à l’effigie des plus grands héros de Kumo, tel que Killer bee. Yutsao ressentit l'ambiance réconfortante du temple, il se sentait chez lui, en sécurité afin que son esprit puisse circuler en toute liberté. Il resta un instant debout en admirant la beauté du site, la vieille pierre exposant fièrement ses peintures. Puis il s’avança jusqu'au milieu du temple, choisissant une place quelconque. Ni trop éloigné de l'autel, ni trop proche. Il posa ses mains gantées sur ses genoux, fermant les yeux. Oublier le corps afin de laisser place à l'esprit. Il attendit la réponse a cette terrible question : "Et maintenant" ?
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Première rencontre [Pv : Miho Okada ] Première rencontre [Pv :  Miho Okada ] Icon_minitimeDim 22 Jan 2012 - 20:55

Une matinée de soleil s’éveillait doucement et avertit la population qu’il était temps de quitter le monde des rêves et d’agir dans la réalité dans laquelle tous vivaient en harmonie. Il s’agissait là d’une réelle harmonie issue d’une paix presque similaire à celle d’antan, à part que le village avait grandement changé depuis la dernière guerre totale. La plupart des gens avaient tourné la page, préférant se tourner vers un lendemain encore plus ensoleillé plutôt que de se rabattre sur un passé funeste qui ne pourrait être changé, quel que ce soit la puissance de ces personnes nostalgiques. Miho ne regardait que dans le présent puis dans l’avenir et c’était ainsi qu’elle parvenait toujours à se relever de ses difficultés et des obstacles qui l’empêchaient d’avancer. Elle s’en était plus ou moins bien sortie à chaque fois et même si cela pouvait s’affilier à de la chance, elle pensait que la manière de concevoir le monde jouait un rôle sur l’issue de notre existence. Ainsi, les plus négligents et les plus aveugles finissaient par sombrer tandis que les plus logiques et sain d’esprit trouvaient le moyen de ne pas suivre les ténèbres souillant leur âme. Toutes ces notions, on le lui avait apprit lorsqu’elle était petite et même si cela paraissait être un bourrage de crâne, la belle n’y avait trouvé que du vrai. Le seul point qui différait avec le sien, c’était qu’elle se fiait plus à elle-même qu’à un esprit d’équipe et c’était là un de ses plus gros défauts. Voilà pourquoi elle n’était jamais devenue professeur d’académies des Shinobis. Transmettre des valeurs et des normes n’étaient pas son fort et elle se révélait plus efficace lorsqu’elle était seule.

La solitude faisait partie de son quotidien et elle aimait s’isoler et se parler à elle-même comme si qu’elle était sa propre confidente, sa propre conscience et sa propre consoeur. Elle n’en restait pas moins une personne capable de se socialiser, seulement quand elle y met du sien. Habituellement, elle manquait cruellement de tact mais lorsqu’une personne lui tenait vraiment à cœur, elle était capable de se montrer plus douce qu’à l’ordinaire et cette douceur pouvait effrayer ceux qui la connaissent tant bien comme une bourrine. Et aujourd’hui, elle n’avait pas l’intention d’aller rendre visite à n’importe quelle connaissance, ni à sa mère qui restait sa seule famille depuis la guerre. Agée de vingt trois ans, Miho était jeune et la plupart des personnes âgées l’incitaient à profiter de sa jeunesse, à faire des rencontres bonnes et insolites et à ne pas se renfermer sur elle-même. Toutefois, elle n’avait pas envie d’aboutir à leurs souhaits et être sans arrêt entourés d’amis ne lui procuraient pas plus de plaisir que cela. Bien sur, elle en avait des amis ou du moins, ils la considéraient comme une amie mais notre héroïne savait que de son côté, cela n’était pas vraiment réciproque. Cependant, pour échapper à l’étrangeté qui la caractérisait, elle disait au monde qu’ils étaient ses amis et elle se forçait à le croire elle-même. Depuis toute petite, elle avait vécu dans le mensonge dans l’espoir de donner l’impression qu’elle menait une vie banale et même si avec l’âge le mensonge s’était évanouit, il lui arrivait parfois de se mentir. Par ailleurs, c’était assez paradoxal mais parfois, Miho cherchait la compagnie lorsque la solitude la lassait. Elle restait au fond, une jeune femme assez contradictoire mais elle s’en tenait bien ainsi. Et puis, cela prouvait qu’elle ne se connaissait pas à cent pour cent et l’idée de découvrir des nouvelles facettes de son caractère l’amusait vraiment. Aujourd’hui, elle s’étonna même de vouloir se rendre au Temple de la Foudre. N’y allant pas souvent, elle trouvait cette idée risible mais si tentante ; d’une part, parce que c’était le lieu où l’on pouvait passer des moments paisibles, et d’une autre, c’était un lieu de foi et de croyance où l’espoir régnait dans les esprits de ceux qui priaient. Miho ne croyait pas en une forme divine ou à la présence fantomatique des défunts et pourtant, pour rendre honneur à son père qui était mort sur le champ de bataille, elle était prête à souhaiter le repos pacifique. Elle prétendait le faire uniquement pour faire plaisir à sa mère mais au fond, elle cachait le fait que cela lui tenait sans doute à cœur. Jamais, elle n’avait aimé son paternel parce qu’il était sexiste et qu’il avait toujours préféré son jumeau à elle mais il restait une personne qui avait finit par ouvrir les yeux sur le potentiel de notre héroïne. Elle lui témoignait donc le respect qu’il lui avait témoigné pour la première fois de sa vie.

Marchant d’un pas décidé, la tête haute, elle inspirait la fierté et l’assurance auprès des villageois qui voyaient en elle, une femme autonome, forte et protectrice. En effet, il lui était souvent arrivé de devoir aider les autres notamment lors de la reconstruction du village. C’est ainsi qu’elle avait gagné de la notoriété auprès des Kumojin. Sans cela, son côté renfermé et discret l’aurait rendu assez transparente. Comme quoi, se faire remarquer apportait de l’intérêt. Elle s’engagea dans une rue plus étroite où les fins rayons de soleil pouvaient frôler sa peau d’une pâleur incroyable. Aussi blanche qu’une poupée de cire, on aurait cru qu’elle était faite de porcelaine alors qu’elle était bel et bien en chair et en os. On avait toujours attribué une certaine fragilité à Miho et lorsqu’on la touchait, on avait peur de la briser. Pourtant, il n’en était rien. La juger d’une telle manière était simplement une grosse erreur et cela se voyait lorsqu’elle combattait. Dotée d’une grande robustesse et d’une force colossale, la demoiselle se démarquait par ses talents au corps à corps. Et elle n’avait nul besoin de soleil pour renforcer l’idée de ce qu’elle était vraiment…non, elle se contentait d’être une contradiction tout comme cette atmosphère qui paraissait seulement ensoleillé alors qu’il y vivait une sensation électrique qui plongeait pourtant les villageois dans leur aise. Depuis toute petite, Miho avait vu filer tout un tas d’éclairs le soir et elle avait toujours trouvé cela joli. C’était si fort, si dynamique, si rapide… Le genre de choses qui l’extasiaient un maximum. Levant la tête vers ce firmament bleu, elle espérait un peu de vent pour se refroidir. Le vent était son ami, actif et vif. A droite à et gauche, elle percevait des villageois entrain de commencer à faire le ménage ou à aérer les chambres. Toutes les tâches s’enchaînaient par des dizaines d’habitants prêts à entamer une nouvelle matinée de routine. Quand elle les voyait faire, Miho ne pouvait s’empêcher de les plaindre ; elle détestait faire le ménage et elle avait embauché une bonne à tout faire rien que pour arranger son appartement chaque jour. Si elle ne l’avait pas recruté, cela ferait longtemps qu’elle vivrait dans le désordre. Et même le désordre ne serait pas assez puissant pour la forcer à s’activer dans le rangement. D’ailleurs, elle n’avait aucune honte à avouer qu’elle ne savait pas du tout cuisiner. Voilà pourquoi elle préférait sortir plutôt que de faire comme ces villageois, victimes de leur propre habitation. La belle quitta rapidement la vue de ces personnes pour faire plaisir à ses yeux grâce à l’imposante structure du Temple de la foudre. Il était vraiment impressionnant et prenait de la place. Il s’agissait d’un symbole, d’un patrimoine important du village que la population ne négligeait pas. C’était un endroit public où les gens se réunissaient, partageaient leurs croyances, leurs idéologies ou montraient encore leur dévotion à la religion. En bref, ce lieu était sacré pour la majorité des personnes et représentait un lieu de purification pour les plus troublés. Ralentissant la marche, la Okada prit le temps de contourner l’arrière du temple avant de se pointer devant l’entrée. C’était étrange mais lorsqu’elle se trouvait à proximité, elle sentait des frissons l’envahir comme si que des forces invisibles tournaient autour d’elle. Ce n’était pas désagréable, loin de là, mais simplement étrange. Ce qui n’est pas visible mais qui se sent reste toujours un mystère.

Quoi qu’il en soit, Miho était une personne rationnelle qui préférait se fier à la science plutôt qu’à la mystification. Pour elle, les morts restaient dans leur monde et ne reviendraient plus jamais. Lorsque l’on croit à un miracle, cela est dut à la chance et non pas à une manifestation quelconque spirituelle. Entrant dans le temple, l’ambiance devient plus froide et une odeur de marbre passa sous son nez. Depuis la guerre, on avait du renforcer les colonnes et les arcades qui retenaient le bâtiment en place. Heureusement, il n’avait pas été trop amoché grâce à ses anciennes fortifications mais par simple précaution, on avait préféré les renouveler. Depuis, une douce odeur de marbre et de roche s’en émanait. Le temple en question était spacieux pour un nombre moins quantitatif de croyants. Ces derniers étaient éparpillés un peu partout, chacun priant tout autour de l’autel ou auprès des statues qui représentaient des personnes de légendes qui avaient donné beaucoup pour le bien être de Kumo. Miho n’avait jamais prié pour eux mais elle les respectait au fond d’elle et reconnaissait leurs exploits. Mais pour faire bonne mesure, il lui arrivait de s’incliner vers eux pour faire honneur à leur mémoire. Cherchant un endroit où il y’ avait le moins de villageois possibles, notre héroïne se retrouva au beau milieu du temple où il n’y avait qu’une seule personne qui entrait dans la transe d’une prière. Yeux clos, agenouillés, les mains sur les genoux, il adoptait la pose idéale pour méditer et se détendre. Actuellement, il était sûrement entré dans son propre monde bizarre… Oui, tout le monde avait ses questions, ses idées biscornues et son monde auquel seul le détenteur pouvait y comprendre quelque chose. Mais Miho n’opta pas pour la même position que ce jeune homme. Elle avait sa propre manière de faire les choses. La jambe droite genouillée au sol, le pied gauche tenant toujours, elle était semblable à un chevalier devant son Roi. Mais de toute évidence, n’était-elle pas une sorte de chevalier, elle munie de sa fidèle épée ? Baissant la tête, elle ferma à son tour les yeux et posa ses deux mains sur son genou gauche qui ne touchait pas le sol. Ainsi, commença sa propre transe. Elle repensa à son père, à toutes les épreuves qu’ils avaient traversées durant cette guerre. Par la pensée et la concentration, elle le remerciait et respectait tous ces efforts.

« - Reposez en paix, père. »

Puis, elle leva la tête et rouvrit ses yeux de saphirs, vide de toute émotion. C’était bon. Elle avait finit et sa mère pouvait s’estimer heureuse aujourd’hui. Maintenant, que faire ? N’étant pas adepte des prières et de tous ces chichis, elle ignorait si elle devait rester planter ici pendant des heures ou bien retourner chez elle après trois minutes de méditation. La seule manière de le savoir était d’utiliser la communication. Et là, elle se tourna vers ce jeune homme qui venait lui aussi de rouvrir les yeux. Aucune gêne ou hésitation ne la retenait et ce fut donc avec calme qu’elle demanda :

« - Excusez-moi mais que comptez-vous faire après votre méditation ? J’ai déjà déposé des cierges et toute la panoplie, il y a deux mois de cela donc je ne vois pas ce qu’il y a d’intéressant à faire ici. »


Première rencontre [Pv : Miho Okada ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Miho #
» # Miho Kumori'
» Fiche Technique de Miho.
» L'union [Pv Daisuke, Sora, Miho, Byakuya, Aoueriss, Naruto ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de la Foudre ~ Kaminari no Kuni :: Kumo Gakure no Sato :: Temple de la foudre-
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser