Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Le luxe ne voile jamais la hantise. [PV Aiji]

avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Le luxe ne voile jamais la hantise. [PV Aiji] Lun 26 Mar 2012 - 19:03

Citation :
Role Play en Flashback, lorsque les pro-Fujita, encore déserteurs, logeaient à Kumo.

Descendante de Narcisse




    Trouver le calme
    Avant le débordement.



    Entourée de soie, l’odeur particulière de ces bougies m’enivraient, mais donnaient un aspect tamisé à cette grande pièce. Magnifique, et que demander de plus lorsqu’on est déserteuse, que de loger dans un endroit aussi luxueux ? Depuis notre arrivée à Kumo, Kakuzô s’amuse à me faire partir en douce de notre logement afin de me faire passer la nuit chez lui. Soit-disant pour ma sécurité. Comme si je ne savais pas me défendre tout seul ... Il en fait trop. Bien malgré ceci, je commençais à m’habituer gentiment à ma nouvelle ‘’ ombre ‘’, ce qui n’a pas l’air d’être le cas de tout le monde ... M’enfin. Je plaqua mon dos contre le dossier du lit, tandis que je sentis mon ‘’ serviteur ‘’ se glisser plus près de moi afin de me saisir par la taille, lors de son sommeil. Le jeune Hidemi avait un faciès si attendrissant lorsqu’il dormait, mais je fus bien trop préoccuppée pour m’attarder sur ce genre de détails. Je ne pensais qu’à une seule chose ... Konoha. Le fait que Mizuraki-sama nous a acceuilli et a décidé de nous aider m’a énormément étonné comme ému. Lui, il prit le temps afin de nous écouter. C’est bien cela qui m’a touché, et mon estime envers le Raikage monta en flèche. Cela me semblait pourtant bien trop facile. Je ne pense pas qu’il nous croyait à cent pour cent, mais pourtant il a accepté afin de nous aider à prendre Konoha, à aller rejoindre notre patrie à nos côtés. Bah, c’était ceci le plus important après tout, je suis bien trop fatiguée afin de penser d’avantage ... S’il accepte, cela me va, point.

    Cependant, rien à faire ... Malgré que je ne dors plus depuis onze ans, j’ai pris l’habitude de prendre patience et attendre que la nuit passe lorsque je n’ai pas le coeur à faire quoi que ce soit, mais je suis bien trop irritée, bien trop impatiente ... Et j’avais toujours cette soif de taper, si l’on me parle de travers. Me couvrir de draps de soie, me faire loger dans un domaine aussi luxueux n’y changera rien, je connais tout ceci, je l’ai vécu à Konoha, et c’est seulement ceci que je veux retrouver. Au diable le reste ! Je me mordis nerveusement l’index avant de m’attaquer à mon poing, afin d’éviter d’exploser quoi que ce soit ce qui m’entoure ... Face à ceci, je sentis Kakuzô serrer son étreinte, dormant comme un bébé, et je le regarda, me retenant de passer ma main dans ses cheveux, mes gestes sont bien trop brusques, négligeant la douceur sans le désirer, que je crains le réveiller. Je regarda par la fenêtre, avant de porter mes yeux vers la table basse en bois laqué, afin de regarder le temps qui passa. Cinq heures ... Deux heures sont passés seulement, et je ne tiens plus, cela fait depuis trop longtemps. De plus, j’éprouve un grand besoin d’aller fumer ... Tsssk. Je finis par me mouvoir légèrement, invitant le jeune noble de me lâcher un peu, et cela marcha, il se retourna afin de dormir de l’autre côté. Quel gros bébé ... De plus il a le sommeil bien lourd, il en a de la chance le bougre. Je détourna mon regard, le voir aussi paisible me donnait envie d’essayer de dormir, mais je me retenais toujours et encore ...
    Je finis par me glisser des draps comme je le pouvais, avant de saisir mon pardessus qui fut suspendu au-dessus de la fenêtre, ainsi que de mon bâton qui se tenait contre le mur. Kakuzô m’a bien dit que je pouvais fumer par sa fenêtre, mais j’avais besoin de me dégourdir un peu, j’étais bien trop irritée ... C’est alors avec un silence des plus enviées que je pus rapidement m’habiller, prendre mon paquet de cigarettes et monter sur le rebord de la fenêtre, puis sauta afin d’attérir un étage plus bas, au sol.

    Une exclamation me fit sursauter et je me retourna vivement. Ce que je vis ? Un des paons du clan s’éloigner vivement de moi, visiblement je l’avais effrayé. Saleté de bestioles, magnifique certes mais jamais présentes quand il le faut ! Je me braqua, regardant aux alentours, espérant que je n’ai réveillé personne, et finis par me diriger vers le portail du grand jardin, afin de prendre route quelque part, juste pour me calmer et me changer les idées ... Rien que de repenser encore une fois tout ce qui a pu nous arriver, cela me redonnait cette rage qui me faisait trembler, mais je serra les poings, avant de soupirer longuement. Je me mordis la lèvre et alla là où le vent pouvait me porter, observant aux alentours.
    Eh bien ... Très honnêtement, je ne m’attendais pas à voir Kumo sous cet oeil-là, suite à ces rumeurs lugubres qu’il y avait concernant cet enfoiré d’ancien Kage, qui a fait participer Kumo afin d’aider Kiri. L’image que Mizuraki-sama faisait transparaître donnait une impression bien plus sereine et meilleure, et cela se reflétait sur le village à mon avis. Un sentiment d’envie que je ressentais, certes ... Car c’est ce que nous désirons de faire pour Konoha. Réussirons-nous ? Peuh ! Nous ne sommes pas n’importe qui ! Et la personne qui me tuera ne naîtra jamais. Jamais, vous dis-je !

    J’huma une sorte de fraîcheur, et je me dirigea vers elle, attirée, espérant de retrouver un apaisement probable dans mon émoi, et finalement, après avoir regardé autour de moi, je me suis rendue compte que ... Oui, encore. Je me suis perdue, et je n’en ai pas la moindre idée d’où je me trouvais. Si mon sens d’orientation est dors et déjà des plus douteux, alors là, dans un village que je n’ai jamais pu visiter auparavant, aussi vaste, je ne vous raconte pas le cauchemar pour moi ... Je me retrouvais entourée d’habitations des plus normales, comparé à la grande bâtisse traditionnelle des Hidemi, et me dirigea là où je pouvais, stressée, afin de pouvoir m’y retrouver comme je pouvais. Si je faisais marche arrière, je me connaissais, je ne retrouverais pas mon chemin mais m’y perdrais encore d’avantage. Je coinça une cigarette entre mes lèvres et m’avança, avant de me retrouver vers une sorte de plaine entourée de roches. Je ne comprenais plus rien, vraiment, la logique de l’organisation de ce village me dépassait, comment peut-on s’y retrouver dans de tels endroits ...



Dernière édition par Juka Kiyomizu le Sam 31 Mar 2012 - 18:54, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le luxe ne voile jamais la hantise. [PV Aiji] Mar 27 Mar 2012 - 10:48

« La nuit a des vertues de sagesse » ~ Pv Juka



Douceureux, soupireux oncque souillé la barbe de l'imposant Mizukage est coiffé par quelques doigts éfflanqués mais pas moins résolu. Ils passent & signe quatre rangées qui sépare sur une distance donné pour aussitôt se refromé la barbe blance caline. Vaine est devenu le sommeil pour l'honorable homme de Kiri qui d'un oeil circonspect fait l'ordre des lieux. Pour ce passage péremptoir à Kumogakure no Sato le vieil homme se vit prêter humblement des appartements particuliers dans les quartiers d'habitation du Raikage. Il apprécit discourir d'honneur mais ce fut imposé comme nécéssité à Mizuraki-sama et non approprement parlé une bonté de sa part. Il feind l'ignorance de l'obligation pour louer par bon entendeur, les valeurs de son hôte qui ne sont probable seulement factice. C'est l'ennuit et son venin qui viennent ennouer notre monarque de sang en cette nuit de contrainte qui se déroule à Kumo. Plus de surprise que le grand-père le pense à dire vrai, la prime fut son acceuil par le Raikage, sa seconde est présentement l'aspect placide du lieu. Remémorer un âge de sang & de meurtrissure, Kumo le cortège d'un homme de pouvoir a bien changé. Il n'y a qu'à observer et écouter le silence vous parlez. Il n'apporte que quelque songes à ce monde beau mais hypocrite & va se lerver d'un confortable canapé sur lequel il a prit ses aises. Parsemer de livres érudit fut le moindre centimètre de ce canapé ocre, l'homme prend appuit sur l'un deux et se dresse. Ses prunelles s'accorchent à Osamu son épieu des plus féal et le prend de sa main décharnu. Il le cogne au sol dans raisonement sourd en trois temps et sans prendre de nécéssaire il quitte cette pièce qui le rend fou depuis son arrivée. Trop de luxe tue le luxe pense-t-il mais ce qui le chiffone en son fond est le manque d'art en cette pièce où il repose. Il n'accrode qu'un passager intérêt à l'heure puis ouvre la porte lentement, un vent frais le force à clore ses yeux océans et dans un claquement il referme la porte. Ce pays a toujours eu l'apparence d'une méandre attrabilaire pour le vieux mais depuis son arrivée sa vu à changée puis opte en conclusion pour un parti centriste, plus neutre alligné à ses idées pacifistes en son ample âge. Un rhytme ternaire & un visage éteint de tout sentiment, il préfère s'abstenir en cette nuit gachée pour mieux profiter des joies simples de la vie. Il lève la tête vers les cieux calins bien que obscur il laisse s'affirmer un brave soupire. Aiji marche paisiblement aux cotés d'Osamu face à lui des habitations qui défilent. Pas d'importance porté mais des rêveries en tout genre. C'est dans un petit quart d'heure que le vieux sage s'obstru de clameur, un petit coin de verdure cerclé de pierre avec aux primes abords une femme. Il fronçe les sourcils puis une grimace s'ancre en son visage, Aiji a très bonne mémoire & cette femme ne lui ai pas indifférente. Il l'a connait, peu avant son départ il son livre de chevet fut le bingo book & se n'est pas un leurre cette femme en fait partie. Lentement et sans changer de cadence ou d'attitude il se dispose à "l'entrée" de la plaine. « Huhu. N'aurions-nous point des différents à régler ? » dit-il d'une voix rocailleuse. Dans un hochement de tête emplis de respect il la salue « Mais avant tout enchanté, Aiji Inokuma Mizukage & Monarque de sang. » L'une des particularités du vieil homme est sa franchise.




« que oncque n'ignore . »
avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le luxe ne voile jamais la hantise. [PV Aiji] Ven 30 Mar 2012 - 16:09

Descendante de Narcisse




    Le monarque de Sang
    Dans le reflet de ses yeux.



    Franchement perdue, je désirais de mettre l’agacement de côté, j’en avais déjà trop ressenti depuis notre désertion, et cela n’arrêtait pas. Je respira profondément avant de ressentir un doux frisson m’envahir. Ah ... Cette fraîcheur ... C’est celle que j’avais repéré et que je voulais retrouver. Au final ce n’est pas si mal que cela, pourquoi ais-je à me plaindre ? Je peux très bien rester ici afin d’observer les étoiles au-dessus de moi, et je sais que dès que l’aube pointera sa grâce, Kakuzô sera le premier à retourner ciel et terre afin de me retrouver, suivi de mes amis Kaitaro, Toshiro et companie. Je glissa mes doigts afin de saisir ma cigarette et l’éloigna de mes lèvres, avant de soupirer longuement un généreux nuage de fumée. Cela a de son charme, j’ai beau me plaindre pour certaines choses à Kumo, c’est un très beau village, d’une architecture bien particulière cependant. Je n’y suis pas habituée ...

    « Huhu. N'aurions-nous point des différents à régler ? »

    A cette voix je me retourna vivement, me mettant directement en garde, et laissa tomber ma cigarette au sol. Des différents à règler ? S’il ne s’agissait pas d’un des patriotes du tyran qui nous poursuivent ou une saloperie de kirijin, je ne vois pas en quoi ! Je chercha des yeux le concerné de cette voix masculine, mais pas bien longtemps, voyant qu’en vérité il se trouvait devant moi. J’arqua un sourcil en l’observant de haut en bas, ne baissant pas ma garde cependant. Mais ... C’est un vieux ! Je ne me souviens pas d’avoir eu un conflit avec des personnes âgées, en aucun cas. Celui-là se tenait, bien plus grand que moi mais vous me diriez que ce n’est pas bien difficile du haut de mes cent soixante cinq centimètres. Son physique ne passait pas inaperçu, pour sûr, il ressemblait à un véritable druide ! Avec ses longs cheveux qui ont perdu la couleur de par son âge, également de sa longue, looongue barbe qui était aussi soignée que ce qui recouvre son crâne. Et j’en parle pas de son long bâton qui complète la panoplie d’un druide venu d’ailleurs ! J’essaya de me souvenir, et je le confirme, je ne connaissais aucun vieux dans le genre, et je n’ai jamais eu conflit avec les personnes âgées, j’en connais si peu il faut dire, c’est relativement rare que les ninjas vivent aussi longtemps, à moins que cela ne soit qu’un vieux taré qui a perdu ses esprits suite à son âge, et m’a choisi comme cible pour sa crise. Cela est bien ma veine, tiens ... Que faire dans ce genre de situations ? L’assomer pour qu’il me fiche la paix, le ramener à sa famille, enfin s’il en a ... Ou l’ignorer ? Cependant celui-là ne semblait pas vouloir lâcher le morceau, car il me regardait toujours. L’homme âge finit par s’incliner devant moi avant d’enchaîner.

    « Mais avant tout enchanté, Aiji Inokuma Mizukage & Monarque de sang. »

    Cette phrase me fit l’effet d’une flèche dans le ventre, j’écarquilla les yeux avant de les plisser et froncer mes sourcils. D’accord, je comprends mieux à présent ... C’est un kirijin, et le nouveau Mizukage en plus. La petite garce d’Akari a cédé sa place ? Ayant cette soif maladive de pouvoir, cela m’étonnerait qu’elle l’ait laissé ainsi. Elle serait morte cette petite souillure ? Tsssk, c’est moi qui aurait dû la tuer, et je l’aurais fait dans d’atroces souffrances, car tout ceci venait d’elle ! Derrière mon visage exprimant ma haine, un sourire sadique se dessina sur mes lèvres, rien qu’à cette pensée que cette chose minable fut supprimée de ce monde. Je me demande ce qui s’était passé ... J’aurais bien demandé à celui qui prit sa place mais je ne veux même pas, à vrai dire, poser ce genre de questions à cet homme. Qui sait à quel point il pourrait être différent, là actuellement je me dis que ce n’est qu’une souillure de kirijin et qu’il ne vaut pas mieux que ses autres villageois barbares, manquant de civilité. Cependant, sa politesse me fit la puce à l’oreille, ainsi que sa sagesse de garder son calme et reste respectueux. J’aurais bien voulu faire de même mais mon arrogance clamait l’expression, et vu mon état je n’y arriverais tout bonnement pas. Je suis tant de mauvais poil depuis notre désertion que me chercher des noises me provoque une envie de meurtre. Je finis par claquer la langue et me redressa, posant ma main sur ma hanche.

    ‘’ Oï, Kusojiji ... Si vous pensez que nous avons des différents à règler, je veux bien vous aider à rafraîchir votre mémoire, cependant pas ici. J’ai bien trop de reconnaissance à présent pour ce village ainsi que pour son dirigeant que je refuse de souiller cette harmonie. ‘’

    Je fis une brève courbette, par la politesse poussée qui me restait cependant en moi, c’était la moindre des choses suite à son ton respectueux, malgré que cela allait en contradiction par rapport à ma phrase remplie d'arrogance, mais qu’importe. S’il veut parler ou se battre, ce genre de sujets je refuse de l’élever devant les kumojins qui n’ont rien demandé. Et si cela part en combat, il serait irrespectueux de ma part de créer un remue ménage au sein du village. Après toute la bonté que Raikage-sama nous a offert, il serait insultant à son égard de faire ceci. Alors j’agis en personne civilisée et fis un signe bref de la tête à ce Aiji, l’invitant à aller plus loin avec moi.

    ‘’ Juka Kiyomizu, descendante de Narcisse, cependant je suppose que vous le savez déjà. Pas besoin de vous préciser que je suis une ‘’ pro-Fujita ‘’, également, je pense. ‘’ Fis-je sèchement avant de me retourner et sauter jusqu’aux toits d’une grâce de félin et d’un silence envieux. Il serait mentir de lui dire que j’étais de même enchantée, car ce n’est pas le cas. Ah ! Tout de même ! Depuis là-haut je pouvais voir mieux où je me situais. Je regarda à nouveau ce vieux, lui faisant comprendre que je n’aurais jamais la lâcheté de m’échapper, mais que je l’invite bel et bien à s’éloigner avec moi. De toutes manières, moi aussi j’aurais bien voulu lui en toucher deux mots ou lui flanquer une bonne rouste à cette saleté de kirijin en guise de leçon qu’il devrait apprendre. Je finis par lui faire un sourire mauvais comme taquin, mon expression froide et haineuse n’était pas pour autant partie. Je voulais lui faire une petite remarque le concernant, sans aucune méchanceté malgré qu’il le prendra sûrement mal. ‘’ Vous pensez pouvoir me suivre sans vous fêler une côte ? ça ira pour vos reins ? Ahah. ‘’

    Et je fis le premier pas en avant, l’incitant de me suivre pour de bon.




Dernière édition par Juka Kiyomizu le Ven 30 Mar 2012 - 18:57, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le luxe ne voile jamais la hantise. [PV Aiji] Ven 30 Mar 2012 - 18:40

« La nuit a des vertues de sagesse » ~ Pv Juka



Franchise si souvent repprochée par ses moultes proches, le monarque en fit sa signature avec le temps. Il privélégit l'honnêteté à tort où non mais du moins cela lui apporte toujours de précieuses aides dans les quelques querelles différentes qui fit irruption au cours de son ample existence. Oncque prit par la déborée, oncque en difficulté ou en faiblesse face à un différent, il persiste à prodiguer le pacifisme et la franchise comme des vertues morales necessaire à l'amélioration de notre monde actuel. Il voit la justice comme le prime point à grandir, à élever puisqu'à son oeil vertueux cela est bien la plus ample carrence de l'humanité. Imposition d'obligation sic de loi puis par la suite de contrainte qui en découle une tyrannie sanglante à l'image d'un homme de l'époque tristement connut pour les massacres infligé à son propre peuple. Hunk Moroshi, allégorie même de l'utopie de la puissance pour le vieil homme emplis d'une certaine sagesse acquis avec les quelques années à son effectif. Le grand-père appose son regard océan sur une marque vive vermillon qui tomba au sol quelques secondes auparavant. Après avoir fait le tour de ce petit objet qui se tient entre deux doigts & que l'on porte ostensiblement à ses lèvres il en déduit que ce n'est qu'un mégot. La demoiselle écquarquille ses prunelles ce qui leui octroit quelques graces divines dans le sens où ce vieil homme apprécit les jolies femme. Sans méprise il admire la façon de Dieu d'allégoriser la vie & l'amour, nul considération d'état sexuel dans ses pensées cela n'est pas digne de sa personne. Il fleurit aux amples préjugés que doit posséder la demoiselle ancrée mais que vouslez-vous l'espèce humaine n'a point de logique suffisante pour comprendre que chacun est différent. Il n'y prête guère d'attention puisque que son âge le classe au dessus de ces enfantillages justifiés dans la fleur de l'âge. « Oï, Kusojiji ... Si vous pensez que nous avons des différents à règler, je veux bien vous aider à rafraîchir votre mémoire, cependant pas ici. J’ai bien trop de reconnaissance à présent pour ce village ainsi que pour son dirigeant que je refuse de souiller cette harmonie. » Le vieil homme lorgne posément les lieux & il admet d'un hochement de tête significatifles dires de la jeune femme ici présente. Kumo a des abords de terre pacifiste & posée, si loin déjà apparraîsse ses années de violence et de sang. Aiji lorgne les cieux puis repose son attention sur la femm qui se courbe face à lui. Il salu intérieurement sa politesse qui sent le sapin mais oncque négatif il y voit la reconnaissance de son humanité ce qui est déjà grand. « Juka Kiyomizu, descendante de Narcisse, cependant je suppose que vous le savez déjà. Pas besoin de vous préciser que je suis une ‘’ pro-Fujita ‘’, également, je pense.» Le vieil homme garde une lueur d'ébulition à l'égard de ce nom. Il le connait déjà il lui fut revenut entre deux songeries. Le clan Kyomizu, descendan tde narcisse que de prétention dans ce ton sèche & jusqu'à la moelle de ces quelques mots. Une pro-fujita, une femme belliqueuse aux yeux d'un kage passé de nos jours le point de vue sur cela à bien changé avec Aiji éprit de justice et férut de vérité. Un oeil novateur sur les agissements de cette Juka, néanmoins oncque il ne peut passer sur ce nom sans même sciller. Il la lorgne s'échapper face à lui. Peut-être ne fuit-elle point mais au prime coup d'oeil cela s'y dresse. Jonchée sur un toit elle dit alors. « Vous pensez pouvoir me suivre sans vous fêler une côte ? ça ira pour vos reins ? Ahah. » Aiji baisse le regard océan & sage. Depuis fort longtemps les railleires ne l'atteignent plus cependant il a bien envie de lui prodiguer un petit conseil, ne oncque sous-estimé l'eau qui dort. « Allons ne vous noyez point dans l'ivresse de la jeunesse . » répond-t il d'une voix imposante mais sans fierté ou froideur. Une voix sage & profonde nullement agressive. C'est une aura de bonté régit à de l'autorité qui s'émane de l'homme qui claque Osamu son fidèle épieu contre le sol puis dans un jet noir de mouvement véloce il rejoint la jeune femme. Il se positionne face à elle & prend les devant, il recul de quelque pas puis lui adresse un sourire sage. «Vous ne passerez pas » Il claque Osamu sur le toit dans un éclat sonore & plus puissant que l'on est tenté de le croire aux primes abords. « Veuillez m'accorder un bref instant je vous prit Kiyomizu-sama » dit-il puis s'incline la main posé sur son torse dans une cascade de cheveux blanc. Il fait sauter Osamu dans sa main puis resserre son étreinte pour éviter qu'il ne retombe au sol. Il marche lentement paradoxalement à la vélocité de son action d'il y a quelques minutes pour rejoindre la jeune femme et lui fais signe de le suivre. « Trop de pacifisme pour me morfondre dans les méandres d'actions implusives » lâche l'homme dans un murmurre. Il retourne à la clarière très posément.




« que oncque n'ignore .»
avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le luxe ne voile jamais la hantise. [PV Aiji] Dim 1 Avr 2012 - 3:41

Descendante de Narcisse




    Tu veux ou ...
    Tu veux pas ?



    C’est à ces moments-là que je pouvais très certainement me dire ... Que c’est bien ma veine. ça m’apprendre à perdre patience. Si je serais restée dans la chambre de Kakuzô, je n’aurais pas vu ce Mizukage, et je ne pense pas qu’il soit là pour papoter. Et malgré son âge avancé, je ne pense pas non plus qu’on l’a mis en tête de Kiri comme cela. Je suis fatiguée ... Je suis tellement fatiguée de me faire pourchasser ! Et pour quelle raison ? Parce que j’ai voulu défendre ma patrie, car je refusais que les kirijins souillent notre terre sainte, car je voulais protéger Konoha et ses civils, ainsi que le Hokage. Si cet homme transpirait le respect et la sagesse, saurait-il l’utiliser à bon escient ou décidera-il de foncer tête baissée ? Hum, c’est une chose intéressante à voir. La tournure ne dépendra que de lui. Je lui ai prévenu que je ne voulais pas me confronter, ni parler de telles choses ici, car même les paroles concernant un sujet aussi répugnant saurait souiller l’atmosphère.
    Je ne pus faire un pas de plus que le vieux prit les devants, me barrant la route. Je leva mes yeux sur lui, arquant un sourcil. N’avait-il pas approuvé mes dires avant ? Son interruption fit virevolter mon pardessus et par réflexe retena le tissu, il découvre bien assez mon torse bandé, manquerait plus que le sceau sur mon omoplate soit voyante. Le sceau de Fujita, la preuve ultime que notre Hokage est en vie ... Mais je devais garder le secret, par promesse. Je regarda le vieux de haut en bas, cherchant à ce qu’il me donne une explication. Ce dernier recula et me fit un sourire, que je ne lui rendis en aucun cas par ailleurs.

    «Vous ne passerez pas » Suite à ces mots, son bâton s’entrechoqua sur le sol de la toiture de manière cinglante, vraisemblablement afin d’appuyer ses dires. Euh ... Et pourquoi donc ne devrais-je pas passer ? Je pencha ma tête sur le côté, me sentant de plus en plus agacée, et me redressa. Très bien. S’il ne veut pas que je passe, je reste ici. Je mis ma main sur ma hanche, lui faisant comprendre que je voulais des explications. « Veuillez m'accorder un bref instant je vous prit Kiyomizu-sama » Et il s’inclina devant moi, d’un respect flagrant. Un kirijin, respectueux ... Dors et déjà sa politesse de tout à l’heure m’avait assez troublé. Je ne le quittais pas des yeux, au contraire j’insistais du regard. « Trop de pacifisme pour me morfondre dans les méandres d'actions implusives »

    Il reprit le chemin inverse, revenant à la clairière, et je le suis du regard, me retournant. Hmmm, que faire ... D’un côté, je sentais véritablement mal la tournure des choses, si je restais il allait sûrement se passer quelque chose, si je l’incite à me suivre le résultat sera le même, mais au final peut-être en bien plus pire ... Mieux vaut ne pas énerver une personne qui clame autant de calme. Je finis par claquer bruyamment ma langue, poussa un ‘’ Tsssk ... ‘’ agacé, et me rendis. Son respect me forçait à ne pas le pousser plus loin que de raison. A contrecoeur, je revins sur mes pas, et m’avança avec élégance jusqu’au Mizukage.

    ‘’ Je vous préviens, kusojiji ... Je vous en voudrais si on souille cet endroit. J’accepte de rester ici, si ce n’est que cela. Je vous ai invité à nous éloigner, mais soit. Je crois deviner ce que vous avez derrière la tête, et même discuter à ce propos est malsain dans un tel lieu. ‘’ Fis-je, pointant de mon index, prenant un air strict. A la suite, je grimaça un faux sourire, me remémorant de ces barbares qui ont détruit le Paradis. ‘’ Je suis cependant agréablement surprise de voir qu’il existe des kirijins qui font preuve de civilité. Malheureusement, vous avez perdu toute crédibilité concernant ce point à mes yeux. Vous me prouvez actuellement le contraire. ‘’ Afin de le remercier, je m’inclina bien plus grâcieusement que la première fois devant lui, c’est tout ce que je pouvais faire après tout. Je me releva, chassant toute expression haineuse, afin de laisser paraître un regard vide, sans une once de sourire sincère, qui fut perdu depuis la guerre. Je laissais plus paraître une femme fatiguée et lassée cette fois, eh oui, une vie de déserteuse insomniaque depuis plus d'une dizaine d'années, atteinte de nervosité, n'est pas une vie facile. J’haussa les épaules, me résignant à ce qu’il crache le morceau, mais ne baissa pas ma garde pour autant, loin de là. Un kirijin ne gagnera pas ma confiance avec la politesse et le respect, mais me poussera cependant à lui rendre une certaine amabilité, au lieu de lui sauter à la gorge sans rien dire. ‘’ Bien. Je prends patience si vous souhaitez prendre de mon temps. Je vous demanderais de ne pas tourner autour du pot, c’est une chose que je n’apprécie guère. ‘’ J’hocha la tête, dressée et prête à l’imprévu, tandis que ma main se tenait discrètement au niveau de ma hanche, prête à utiliser mon bâton si cela déborde. ‘’ Je vous écoute. ‘’


InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le luxe ne voile jamais la hantise. [PV Aiji] Dim 1 Avr 2012 - 14:33

« La nuit a des vertues de sagesse » ~ Pv Juka



L'ultime cause de ces quelques lettres assemblées n'en n'est que la sagesse à son état le plus pure. Innitiatique âge céleste, contemple & observe l'ivresse de la jeunesse, la fougue de la vitesse & l'accablance de l'abondance. Trop de précipitations mènent à la guerre, souverainne sic sanguinaire, injuste sic non lieue, le conflit dérisoire de l'ironie contre le noir. Un humour sombre pour des paroles singlantes, un regard vide pour une ouïe souillée par un silence forcé. L'homme foule l'herbe transporter par un zélé petit vent de nuitée, subtilement frais mais convivial dans une même raisonnance. On y perçoit quelques perlées de rosée matinunale que le grand homme se plaît à contempler un instant brief. De dous reflets s'en émane, les plaisirs simplets de la vie s'étendent devant lui et il regrette d'hors et déjà le peu d'attention qu'il peut leurs octroyer ce soir ou davantage ce matin. « Je vous préviens, kusojiji ... Je vous en voudrais si on souille cet endroit. J’accepte de rester ici, si ce n’est que cela. Je vous ai invité à nous éloigner, mais soit. Je crois deviner ce que vous avez derrière la tête, et même discuter à ce propos est malsain dans un tel lieu.» Aiji Inokuma l'illustre monarque de sang se retourne sur la jeune femme si majestueuse, si affriolante. Il décoche un mouvement désaprobateur de la tête et une grimace pinçée à la perception d'un sourire on ne peu plus faux et illusoire. Facheux, bien facheux tout cela, l'homme regrette cette nature arrogante qu'à la demoiselle Kiyomizu. « Je suis cependant agréablement surprise de voir qu’il existe des kirijins qui font preuve de civilité. Malheureusement, vous avez perdu toute crédibilité concernant ce point à mes yeux. Vous me prouvez actuellement le contraire..» Il n'adopte qu'une attitude neutre. Il peut renvoyer une image de sagesse autant que d'indifférence puisque ses paroles singlantes ne l'atteignent absolument pas. Au dessus de celà probablement pas mais du moins trop âgé pour se laisser submerger par les feux de la suceptibilité. Si un propos l'offense c'est la généralité ignorante de la demoiselle mais il passe là-dessus. « Bien. Je prends patience si vous souhaitez prendre de mon temps. Je vous demanderais de ne pas tourner autour du pot, c’est une chose que je n’apprécie guère. » Aiji sert Osamu en sa main et laisse échapper un discret rire bonhomme qui renforce l'image d'homme paisible. «Je vous écoute. » L'homme progresse absolument pas rpéssé vers le centre du terrain et cogne Osamu au sol dans un mouvement rigide. « Je me plaîs à contempler la fougue de la jeunesse qui vous habitude mais je déplore une ignorance vulgaire telle que puisse être la votre. » [Ignorant vulgaire Kant] Il toussote et reprend de sa voix rauque, usé, rocailleuse « Je ne prétend à nul forme de sagesse, de supériorité ou autre breuvages véreux mais pour mon simple salut je me perçoit comme ignorant savant Kiomizu-sama & voyez moi navré de vous avoir déçu d'une manière quelconque. » Dans un signe de tête le vieil homme prend une ample inspiration. « Qui a dit que cela souille necessairement » chuchote-il. Gonflé sont ses poumons & Aiji relache une douce brise un peu brutal qui soulève les herbes environnantes par quelques morceaux disgracieux. « Lorsqu'un art est dompter avec maîtrise rien n'égal sa ebauté c'est une comparaison à votre image. » Rapide il enchaîne quelques signes. « Nami no saigen » Du genjutsu quoi de plus prompt à l'honneur d'un lieu ou d'une personne que cet art si délicat.





« que oncque n'ignore .»


Dernière édition par Aiji Inokuma le Mar 10 Avr 2012 - 17:55, édité 1 fois
avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le luxe ne voile jamais la hantise. [PV Aiji] Ven 6 Avr 2012 - 12:46

Descendante de Narcisse




    L'humanité
    Répète les fautes de leurs précédents.



    Un regard. Un simple regard qui veut tout dire. Je sentais, je pouvais sentir que cela ne s’arrêtera pas là, et je n’étais pas d’humeur que cela s’éternise. Je soupira d’agacement, ne baissant pas ma garde pour autant, et bougea mes doigts prêts à prendre mon bâton, afin de les dégourdir un peu. Le prénommé Aiji revint au milieu de la clairière, et répondit en premier, faisant remarque à mon ‘’ ignorance vulgaire ‘’, ce qui me fit froncer mes sourcils. Connaît-il au moins le vécu que j’ai dû accepter à cause de sa patrie, de sa précédente Mizukage ? Connaît-il mes états d’âmes destructeurs, mes souffrances, ne désirant qu’à retrouver ma patrie et réparer toute injustice ? S’il savait à quel point il a le mérite de se faire étriper, il n’oserait l’ouvrir ... Juger l’apparence première, voilà une chose qui me débecte. Vous me direz que moi je ne fais pas mieux, mais qu’importe ... Il l’a bien mérité, lui, tsssk ! Tout en répondant, je le vis prendre une grande inspiration, avant de demander en quoi cela souille nécessairement l’endroit. Il me semblait pourtant bien évident, et il l’illustra avec perfection ce à quoi je m’y attendais. Une attaque. De type Fuuton.

    « Lorsqu'un art est dompter avec maîtrise rien n'égal sa ebauté c'est une comparaison à votre image. »

    Je plissa les yeux face à cette rafale de vent, et mis mes bras devant mon visage, afin de le protéger instinctivement. C’est bien ce que je pensais ... Au final, il ne vaut pas mieux que ses villageois. Il désire refaire la même erreur que sa précédente et s’abaisser à son niveau ? Très bien, je suis prête à lui donner la leçon de sa vie à ce vieux. De voir plus loin que le bout de son nez, tssk ! Tandis que je pestais en moi, maudissant ce vieux débris de par ses origines et désolée pour son manque d’observation, l’intensité du vent ne me blessa point, cependant me força à reculer de deux ou trois pas, ce n’était pas rien. Je n’ai rien pu faire d’autre que je le vis tant bien que mal composer quelques signes. Je n’entendais pas le nom de la technique et n’eus le temps de répliquer de par sa rapidité, que je vis le décor changer devant mes yeux. Eh merde ... C’est quoi cet endroit encore, je vois tout rose, ainsi que de la fumée violette ...
    Je regarda autour de moi, nerveuse et de plus en plus irritée, et tenta de faire un Kaï, me disant logiquement que ce n’est qu’un simple Genjutsu. En vain, je n’en sortais pas. Et comment pourrais-je réfléchir d’avantage, avec ces bruits étranges venant au loin ? Qu’est-ce que ... J’écarquilla les yeux et piqua un fard remarquable après une bonne minute de réflexion, après avoir finalement compris ce que c’était ... Oui oui, je pouvais entendre des ... Ebats. Eh bien eh bien ... Après j’entends dire que les Genjutsus de mon clan sont les plus malsains, ce Mizukage est de la même trempe que moi dans ce domaine. Cela a beau être intéressant, mais ces bruits devenaient de plus en plus irritants. Et d’un coup, un cri bien plus strident que les autres, ce qui me fit serrer les dents et je boucha une oreille d’un index, montrant mon état dérangé, pendant que je sentais mes paumettes rougir d’avantage. Et je vais devoir rester ainsi pendant combien de temps ?! J’aimerais bien le savoir !! Le vent me soufflait vraisemblablement encore dessus, je ne me rendais pas compte que je reculais encore, bien trop submergée par ces bruits dont la description n’est pas utile, vous avez tous compris ce que je suis en train d’entendre n’est-ce pas, la réflexion n’était pas simple dans ce genre de situation.

    Et soudain, un bruit, un simple bruit me fit reprendre mes esprits. Un bruit qui m’a surpris. Plutôt un son, un son doux et apaisant ... Les fils d’argent sur mon bâton s’entrechoquaient mélodieusement entre eux, une chose que je ne remarqua pas tout à l’heure ... Ce qui m’alerta, , me rappellant où j’en étais, chose que je me mis à oublier à cause de ces bruits ignobles. Et là, une sensation de tomber en arrière à cause de ce vent qui prenait malgré tout fin, le vieux semblait à cours de souffle ... Mais comme j’en oublia cet élément, distraite, je manqua de perdre équilibre, et sentis un haut de coeur m’assaillir. Je me repris au dernier moment, posant mon pied derrière, et le décor se dissipa doucement devant moi, avant que je ne revis le Mizukage. Ce sale vieux p ... Je préfère m’abstenir. Gardant position, je feins d’être toujours piégée, malgré que mon ego grognait abondamment, outré. Et sans crier gare, je sortis un fumigène de ma poche avant de l’exploser par terre, de ce fait une fumée dense prit d’assaut dans les alentours, et je fila derrière les rochers, afin de me cacher, et glissa mon bâton de mon dos, craignant qu’il dépasse de l’imposant minéral, je le posa à terre. Je devais faire vite ... Trouver une solution. Ces techniques sont certes originales, mais il doit avoir plus d’un tour dans son sac ce vieux bougre ! Ce n’est pas un Kage pour rien ... Je me mordis nerveusement le pouce avant d’improviser ce qui me passa en premier par la tête. Profitant du petit remue ménage que j’ai provoqué, je fis un clône typique de mon clan et l’ordonna de me remplacer. Il devait tout simplement feindre des attaques et esquiver vivement celles de ce Aiji. De plus, comme mon clône pullue les phéromones, ils cacheront les miens et je pourrais baisser mon attention à ce sujet. Immédiatemment, il acquiesca silencieusement, après tout il ne peut pas parler, prit le bâton en main et feint une fausse fuite, s’accroupissant, jusqu’à sentir qu’il s’est fait repérer et saute sur l’occasion.
    Je fouilla dans mes poches avant de me mordre nerveusement la lèvre, et leva ma tête, entendant du bruit, sûrement celui du combat. Prendre le risque de regarder par-dessus afin de savoir si tout est bon serait suicidaire et stupide, et j’ai bien trop confiance à mes jutsus.

    * Par ici chérie, par ici ... * Pensais-je, afin que mon clône me comprenne.

    A ces songes, je posa ma main gauche contre le rocher, le frottant légèrement, tandis que je repris mon bâton, prête à filer, prête à éxécuter, à bondir en arrière à la moindre attaque. Mon clône se dirigea vers ma direction alors, provoquant toujours le Mizukage.


Technique utilisée :

Spoiler:
 
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le luxe ne voile jamais la hantise. [PV Aiji] Lun 9 Avr 2012 - 11:19

« La nuit a des vertues de sagesse » ~ Pv Juka



Il n'en connait aucun plus pertinent, plus élégant et subtil que ce dernier. Un art incontesté et incontestable il n'y a qu'à observer les immenses étandues de cette maîtrise. Ouvrir la porte de l'imaginaire y déployer les immenses capacités de la folie, que peut-il être plus jouissif à posséder ? Le vieil homme n'y a aucune réponse puisque même si il n'est pas expert en cela il en reste un éprit d'enfance. Le grand-père lorgne le sol où l'on observe avec un peu d'attention une douce trainée au sol de deux entités poussées contre leurs volonté. Ce doit être son petit vent, il décline une grimace comme offusqué et contrarié à la fois. Il eut pensé la demoiselle plus résistante. L'homme tape frénétiquement son épieu fidèle au sol juste pour tester le sol, un poil maléable pense-t-il puis relève le minois vers cette femme. Il ne pût retenir un gloussement à la vue de ces troubles dût à son genjutsu. Basique mais tant drôle lorsque l'on observe. Il se passe la main dans la barbe sans bouger, cette attaque n'a pour but que de titiller l'adversaire, de le troubler et de faire tomber de son pied d'esatle cette douce demoiselle. La demoiselle est-elle encore dans l'lillusion ? Etrange le vieux connait ses techniques et celle-ci ne dure pas si longtemps vut qu'il s'occupe lui même de la gestion du temps. Astucieux ou presque sourit le grand-père, feindre pour piéger grandiose en présence d'un débutant.Une fumée blanche envahit le lieu très rapidement. Un fumigène ? Un tarpant dissimulé assurément. Aiji d'ample expérience sait déjà le fin fond de l'hsitoire mais décide lui aussi de mimer. Avec une conviction fausse il balance hardiemment son épieu sur cette Juka trop étrange à son goût, ni trop vite, ni trop violemment pour lui laisser la possibilité d'esquiver. Le but n'est pas de blesser la jeune Kyoimizu mais de comprendre pourquoi l'usage d'une bombe fumigène. Il faut le dire le fumigène sert de diversion la plupart du temps & il doute que cela soit une exception la maintenant. Il est clair pour le vieux combattant que le clone l'attire là ou bon lui semle & cela n'annonce rien de bon pour le vieux malgré tout arrêter les attaques avec Osamu pour en contre partie faire un jutsu est suicidaire. Comme il faut savoir faire des sacrifices c'est peut-être maintenant. Subir le guettapan de la ninja pour pouvoir repartir sur des bases ? Peut-être lancer une attaque suite à une attaque elle-même ? Dans un mouvement beaucoup plus vif j'abattais Osamu sur la jeune femme. Stupeur ! Frayeur ! Il l'a traversé. Un sourire en coin il eut raison comme quoi l'on apprend de ses expériences ! La réaction fut vive pour un vieil homme. « Tarpan !» Un bond d'une dizaine de mètres en arrière des signes par flauppés très rapide se font. Une fumée s'avance sur le terrain herbeux alors qu'Aiji ne cesse ces signes s'enfonçant dans la brume qui le dissimule. Deux clones d'eaux vinrent à ses cotés. Le combat prend une autre dimension.





« que oncque n'ignore .»
avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le luxe ne voile jamais la hantise. [PV Aiji] Dim 15 Avr 2012 - 20:42

Descendante de Narcisse





    Prête à esquiver, me retirer en arrière, je me tenais, là, derrière ce rocher, la rage au ventre. De toutes mes forces, je serra les dents, je ne devais pas le tuer ... Je ne .. Devais pas le tuer ... Pourtant c’est un kirijin ! Une mort en plus de ces souillures qui répètent les mêmes erreurs et qui n’ont pas de cervelle ni le moindre sens de l’honneur ? NON ! Euh ... Si ! Non non ! Malgré que mon envie de lui trancher la gorge à ce vieux débris m’envenimait, que mon coeur criait vengeance, je devais m’abstenir ... Je devais juste l’immobiliser, et fuir, lâchement mais c’est ainsi ... Je ne dois pas le tuer, je suis à Kumo, et à mon avis ce n’est pas pour rien qu’il est ici, c’était sûrement pour Mizuraki-sama. Ah, que c’est cruel, je ne peux même pas rendre justice là maintenant ... J’ai déjà fait bien trop de bruits, j’ai tué Kaiza qui fut l’ancien Bras Droit. Rien que d’y repenser j’eus un frisson de plaisir, me remémorant de toutes les horreurs qu’il a commis, suivant bêtement cette garce. Et lui alors ? Il suit ses pas ? Tsssk, il aurait pu profiter de son statut pour mieux analyser les conneries que fit Akari. J’en reviens pas ... Il désire me tuer sans même savoir ce qui se passe actuellement comme horreurs à Konoha à cause de sa précédente ? Pfff, malgré sa grande politesse et le respect qu’il me fit preuve au début, au final il ne vaut pas mieux que ses compatriotes. Mais non ... Je ne devais pas le tuer ... Je ne veux pas mettre Kumo à dos, pas ce village ... Pas eux qui nous ont acceuilli sans nous juger aux premiers abords. Je n’ai pas le droit de faire ça ! Pas après toute la bonté qu’ils nous ont offert !

    Soudain, quelque chose de très perturbant se fit dans mon cerveau. Je repensa à ce Genjutsu que j’ai subi il y a peu et je pris un violent fard. C’est bien la première fois que je subis un jutsu qui ressemble à ceux de mon clan ... Eh bien maintenant je comprends ce que mes victimes ressentent ! Sauf que moi cela me perturbe plus que de raison, et un frisson m’envahit rien que d’y repenser. Ah, ce vieux vicieux de Kage, il m’a bien eu, cela ne va pas sortir de ma tête avant un bon moment ! Uuuuh ... C’est vraiment ceci que ça fait lorsqu’on ... ?
    Ces pensées me perturbaient bien trop que je vis qu’au dernier moment que quelque chose d’étrange se passait. Je me mordis la langue, regardant dans les alentours, avant de comprendre. Eh merde, merde merde ... !!! Je connais ce jutsu, évidemment, j’ai vu Tatsuya le faire, et c’est une technique connue des kirijins. Je pris appui contre le rocher et recula, recula, recula, voyant que la brume se faisait de plus en plus épaisse sur la zone de combat ... Eh bien je devais l’éviter ! Hors de question de me faire étriper de manière aussi puérile ! Ce n’est pas kusojiji qui m’ôtera la vie ! S’il y a bien une personne qui a ce droit, c’est bien Fujita, et personne d’autre !
    Voulant sortir le plus vite possible de cette zone, je pris vivement appui contre mon bâton, et ordonna dans mon esprit à mon clône de me suivre, et il s’exécuta immédiatemment. Suite à cet appui, je glissa furtivement entre les rochers pour ne pas me faire repérer, et finis par faire un Idoujiba à la fin, voulant calmer toute panique en évitant cette zone au plus vite. Enfin ! Hors du champ de combat, je me retrouva vers le chemin désert que j’avais emprunté pour arriver jusqu’à cet endroit, voyant la brume épaisse à quelques pas de moi. Je n’allais pas entrer dans son jeu ... Et gaspiller trop de chakra pour celui-là ne me dit rien, utiliser des jutsus de rang élevé n’est pas mon but. Je recula à nouveau, fixant cette brume, avant de regarder autour de moi. Un chemin de terre, entouré de verdure, de rochers, d’arbres ... Il ne me fallait pas perdre plus de temps.

    Me retrouvant au milieu du chemin, je m’accroupis, observant aux alentours. Quatre rochers, deux à droite, deux à gauche, c’est parfait. Une fois relevée, je me dirigea vers ces minéraux afin de placer dans une fissure discrète un senbon. Un senbon pour chaque rocher ... Un petit sourire s’esquissa, ils pourront m’être utile. Je me rapprochea de la brume, mon clône à mes côtés, et observa un court instant avant d’envoyer des lasers électriques plusieurs fois de suite, là où je pensais pouvoir l’atteindre, à l’aveuglette. Je ne sais pas si je l’ai touché mais en tout cas cela permettra de me repérer et l’inciter à sortir d’ici. Après plusieurs envois, je recula de quelques pas, sauta en arrière et attéris, après avoir donné l’ordre à mon clône de rester près de la brume, se cachant derrière un arbre.




Spoiler:
 


Dernière édition par Juka Kiyomizu le Ven 20 Avr 2012 - 20:10, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le luxe ne voile jamais la hantise. [PV Aiji] Ven 20 Avr 2012 - 20:04

« La nuit a des vertues de sagesse » ~ Pv Juka



Une autre dimension en un sens puisque la situation change violement pour la déderteuse. Une dualité installé n'est plus qu'un vaste souvenir d'il y a encore quelques secondes. Aiji Inokuma, le monarque de sang a toujours eut le don sans conteste de retourner une situation en général à son avantage. La preuve en est, cammouflé dans une brume épaisse l'homme place Osamu face à lui légérement entravé pour couvrir une plus ample surface de protection. Ce fidèle épieu qu'il mène là où il va sans contestation lui sert présentement de défense. Point imparable mais du moins bien utile impossible de le nier pour le vieux. Il ne sait pas ce que mijote la femme & des particularités de cette technique est bien son utilité mais son désavantage pour l'utilisateur cependant Aiji vit à Kiri & la brume c'est une chose qu'il connaît bien malgré tout. L'homme ne possède d'autre choix que d'attendre que quelque chose ne se passe, une tentative d'attaque ou il ne sait quoi mais sortir de sa brume est pure folie. Il lorgne ces deux clones aqueux qui firent de même. Un trio de choque mais comment l'utiliser. Rien ne montre que l'adversaire a gardé sa position et c'est même surprenant si celle-ci n'en n'a point changé. Le clame rompu par un sifflement à peine audible percute Osamu. Une sorte d'éclair qui a fendu la brume pour venir s'écraser contre son épieu. Aiji plisse les yeux, fronce les sourcils puis caresse Osamu à l'endroit du choc. Il fait un signe de tête le rayon vient de face à lui, un clone aqueux s'y précipite et le second va dans la même dirrection mais dos à Aiji. Juka doit bien être quelque part. Dans un élan indomptable d'ennuit le vieil homme sort d'une petite saccoche un kunai. Il tient Osamu à une main et de sa segonde dépose la lame contre le dos de sa main. Multiples gouttes vermillon perle sur sa main blafarde & le Mizukage ne daigne point sortir de sa cachette pour autant. Les clones en dehors de la brume cherchent du regard la femme, l'un des deux apperçut une silhouette sur laquelle il déverse coup d'épieu alterné avec quelques mouvements rébarbatifs de genoux ou de poings. Il l'a prends pour la véritable alors que le second lui reste au parfait opposé, sans conscience du combat qui se déroule il guette les alentours.

Désolée je n'ai pas eu le temps de faire plus.



« que oncque n'ignore .»
avatar
 ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
Juka Kiyomizu ღ San'Bou ஃ Descendante de Narcisse ღ
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 1044
▌Age : 26
▌Inscription : 03/05/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 23
| Points Naruto Ninja RPG | :
733/1000  (733/1000)
| Âge du personnage | : 18 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le luxe ne voile jamais la hantise. [PV Aiji] Sam 14 Juil 2012 - 0:20

Descendante de Narcisse



    Comme si j’avais que ça à faire ... Je claqua ma langue d’un air méprisant contre mon palais, de plus en plus irritée par tout ce merdier. Pour une fois, j’aurais dû écouter Kakuzô tiens ! Il m’avait bien dit que même à Kumo il faudrait éviter de sortir seule, qu’il devrait au moins m’accompagner afin qu’il puisse être la bonne personne à écouter. Là, j’aurais beau dire ce que je veux, j’aurais beau savoir que dans l’histoire, les méchants ne sont pas nous mais bien les kirijins et l’homme qui a volé injustement la place de Fujita, on ne m’écoutera pas. Ils préfèrent excécuter sans réfléchir. ça m’énerve ! Ils ne valent pas mieux que les autres ! Tous pareil, méprisables, misérables, sans scrupules ... Depuis notre fuite, je commençais à saisir vraiment pourquoi les Kiyomizu méprisaient le reste du monde en dehors de notre clan. Je comprenais leur haine, leur recul ! Car au final, ce ne sont que des larves, et leur laideur exprime l’horreur de leur âme. Tous des impurs, tous des ordures ... Tous ceux qui ne possèdent pas le sang des Kiyomizu et tous ceux que je ne considère pas comme ceux qui ont le mérite d’avoir mes appréciations devraient disparaître !! Je lui aurais bien brisé les os à ce vieux débris, je lui aurais bien tranché la gorge, vidé de son sang tout comme les kirijins que je croisais auparavant, mais je devais, je devais me retenir, pour la bonne relation avec Kumo ... S’ils retrouvent un Kage d’un autre village égorgé ici, ils auront des problèmes, et nous aussi par ailleurs ! Je sentis le sang bouillonner en moi, le bout de mes doigts se faisait parcourir par ces fourmillements insupportables, mes dents se serraient ... Ah, que je les méprise tous !!!

    Et là je repensa à Fujita. Mon coeur se serra de toutes mes forces. Je le bénis sous toutes les coutumes de m’avoir mis ce sceau car elle est la preuve de son vivant. Je me remémorais encore aujourd’hui, dos nu contre le miroir lors du toilettage, il était toujours présent ... Mais je ne pouvais m’empêcher de m’inquiéter pour lui. Je me suis jurée devant lui d’être son arme, et l’épée n’est même pas à sa place. Pfff, quelque part je me disais que j’aurais dû rester avec lui ... Mais est-ce que les pro-Fujita auraient pu aller bien loin sans moi ? Mais Fujita ... Est-il en bonne santé ? N’est-il pas blessé ? Je lança un regard haineux à cette brume dense. Tout ça ... C’est de leur faute !! La leur et à personne d’autre !! J’avala ma salive afin de contenir ces pulsation meurtrières et repris concentration, voyant deux Mizukage sortir de leur cachette. Des clônes, rien d’autre ... Je les observa un instant avant de finalement sortir, sentant l’humidité, sachant pertinnement qu’un Kage ne sortirait jamais ainsi. C’est alors que je donna un grand coup aux côtes, menant au deuxième, les anéantissant, et je fis un salto en arrière, voyant l’arrivée du vieillard. Bien, très bien ... Je me mis en position alors. Les jambes écartées, une pliée tandis que l’autre s’allonge, mettant mon bâton en avant. Mon regard s’assombrit alors, scrutant cet homme qui était à ce moment un kirijin comme un autre, une viande à découper, une vermine à écraser, un vieux débris que je ne peux même pas éliminer par respect pour Kumo. Mes mains tremblaient cependant face à cette haine que je ressentais, mais je me retins. Je garda position, l’invitant à s’avancer. Chose qu’il fit. Et là ... Un sourire fin se dessina sur mes douces lèvres.

    J’admira alors le résultat de mon petit piège. Le vieillard s’emmêla dans ces fils invisibles, déclenchant mon petit système qui fut violemment partir les aiguilles Senbon cachées dans le rocher. D’une vitesse affolante, elles se logèrent à un point précis de chaque bras, immobilisant alors ses membres. Je posa mon index contre mes lèvres avant de me déplacer instantanément derrière lui et créa un filet de foudre de mon index et majeur qui se logèrent violemment dans son cou, non loin de ses clavicules. Le point parfait en cet endroit afin de l’assomer pendant un certain temps. Je profita de l’effondrement de ce corps et le désarma alors. Je l’observa de ce regard haineux le corps dont ma conscience de demandait que de m’accaparer de son âme souillée. Ma main eut un tic, me portant à mon arme, prête à dégainer la lame cachée, mais ... Je claqua de nouveau la langue. Tsssk ... Il avait bien de la chance, ce vieux vaurien. Je souleva son corps alors, ne voulant pas attirer des foudres du village, et le porta aux bois d’à côté de ce petit sentier, il se réveillera bien à un moment ! Je déposa ce corps contre un arbre, avant de partir sans lancer un seul regard. Je serais bien tentée de le tuer après tout. C’est alors que de ce pas je me redirigea vers le quartier du clan de Kakuzô, afin de m’allonger à ses côtés comme si ne rien n’était.

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le luxe ne voile jamais la hantise. [PV Aiji]


Le luxe ne voile jamais la hantise. [PV Aiji]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de la Foudre ~ Kaminari no Kuni :: Kumo Gakure no Sato :: Quartiers d'habitations-