Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

La mort d'une divinité [PV Fujita Kodo]

InvitéInvité
MessageSujet: La mort d'une divinité [PV Fujita Kodo] Dim 10 Juil 2011 - 0:10

« Un combat, un sourire et une fuite »
Ohhhh Ouais !!






La perfection ! C’était surement ce qui me qualifiais les mieux dans ce bas monde devenus hideux a mes formidables yeux d’un bleu océan qui regardait avec dégout cette chose informe et monstrueusement laide nommé la terre. Elle n’était pas seulement de l’aspect physique mais aussi de l’intérieur et encore plus a cause de tous ceux qui étaient dessus sauf moi. Moi j’étais le seul homme qui méritait d’être regarder même si ma beauté les éblouirait tellement qu’il n’aurait pas suffisamment de force dans les yeux pour pouvoir me contempler correctement. C’était du au fait qu’il ne soit pas habitué a regarder des traits aussi fin et doux que les miens, ni même a un sourire éclatant sur ce visage angélique qui était le mien. Mais tout ceci serait pour plus tard car maintenant j’étais seul. Seul face a cette monstruosité qui m’entourait. J’éprouvais un grand dégout envers tout ce qui m’entourait en ce moment. Il n’y avait que des larves a mes pied et des chenilles un peu partout.

Comment des choses aussi laides pouvaient oser me frôler moi. Moi qui représente la beauté ainsi que la perfection. Je devais donc m’accommoder de ces misérables créatures ne méritant pas d’avoir le droit d’admirer mon corps de dieu. Un dieu maintenant que j’y pensant je me rendais compte que j’en étais un. Le dieu de la beauté et de la force. Il fallait donc maintenant que je tourne a mon socle de pierre d’où je pourrais règner sans le moindre problêmes car personne ne serait assez fou pour provoquer le dieu que j’étais. Je savais ou il se trouvait. Au même endroit que le rouleau secret des Michitaka qui était dissimulé a Konoha Gakure no Sato. Ce village je savais où il se trouvait et j’y arriverais en un rien de temps grâce a la force des mes splendides jambes qui avait la puissance d’une gazelle et me faisait avancer a une vitesse incroyable mais je ne bougeais pas encore. Il suffit d’une seconde pour que je m’y mette. Je courais lentement d’arbre en arbre permettant ainsi a ce vent de me rafraichir. C’était surement la seul chose qui me plaisait ici. Le vent, il était doux et son aspect n’avait rien de monstrueux. C’était surement ce qui me ressemblait le plus dans mon monde difforme.

Ma personne s’avançait rapidement vers ce village de pacotille qui serait mien dans peu de temps. J’éclairais de ma présence cette stupide foret. Je n’étais qu’a quelque mètre de ma destination finale. Il fallait dire que ma désertion de Kumo remontait déjà a une longue semaine et j’allais maintenant rentrer a partir d’aujourd’hui dans une nouvelle phase. Ma phase ultime où je devenais un dieu. Le dieu gouvernant Konoha. Ils devraient être flatté que ce taudis occupe ainsi mon esprit. Mais au moins mon savoir faire pourrait rendre cette endroit plus beau a conditions de se débarrasser des personnes les plus laides. J’allais surement souiller mes belles mains avec leurs sang impurs mais il fallait bien que je rende cette terre plus belle et la première actions était de se débarrasser des plus grosses ordures et d’après regarder ce qu’on fait du reste.

Je voyais les grandes portes de ce fameux village se dessiner au loin du moins a une centaine de mètre mais bon on vas dire que c’est loin. Je foulais cet affreux sol de mes splendides sandales durant les deux minutes que j’avais pris pour arriver devant ses portes. Je ne pris aucunement la peine de ralentir pour entrer, car les divinités n’avait pas besoin d’autorisation pour prendre ce qui leurs revenaient de droit. Les deux pathétiques gardes essayèrent de m’empêcher mais ne firent pas le poids face a mes grands pouvoir. Ils n’avaient même pas tenus deux minutes et n’avaient pas effleuré ma parfaite plastique que tout le monde me jalousais. Je ne savais pas trop ou aller car mon nouveau territoire était assez vaste. Je me promenais donc dans ses rues. C’est rues était bondé d’être hideux et je me fis une joie d’arranger tout ceci en sortant ma lame et en la plongeant dans le ventre de tout ceux qui s’approchait de moi et qui avait un visage trop disgracieux et mes yeux et dont la laideur était un affront était une offense a ma beauté et a ma grâce.

J’avais à présent énormément de sang sur la lame de jade que j’avais hérité de mon père. Il s’estimait surement heureux dans sa petite demeure de Kumo que j’ai pris la peine d’emmener avec moi l’héritage d’un être aussi laid et inutile que lui. Mais j’avais très bien fait car le sang de ces êtres infâmes n’était aucunement en contact avec ma douce peau. Ma peau qui malgré c’est dix-huit formidables année était toujours aussi belle et lisse qu’a ma naissance. C’est alors que je me rendis compte que tout autour de moi il y avait des gens tous aussi laid les uns que les autres. Ma personne aurait un grand travaille aujourd’hui. Purifier ce monde c’était maintenant sont but et il allait le faire. Apparemment il n’y avait que des êtres sans force apparente. Ce serait donc un jeu d’enfant en parlant d’enfant ceux de ce village me paraissait être les plus affreux qu’il m’eut été donné de voir. Mais je savais faire preuve d’un peu de compassion alors je n’allais pas les tuer j’allais juste les rendre orphelins.

Il y avait des cris tout autour de moi et aussi beaucoup de sang. Un sang impur qui formait un cercle parfait. C’était surement car mon aura repoussait tout ce qui pouvait me salir. J’eus alors un grand sourire et un sourire pendant que les pleurs raisonnait que les souffles de d’agonie se faisait entendre. Je me régalais de la mort de ces personnes au physique abjecte. En quelque sorte j’avais rendu service a la communauté. Je devais donc être applaudis et adulé par tout le monde alors je perdis mon sourire et pris un air un peu plus sérieux car le nouveau maitre des lieu allait prendre la parole.

« A genoux devant votre nouveau dieu Kazu Michitaka !! Priez pour que je daigne épargnez vos vies et que je vous pardonne votre laideur a tous bande de cafard disgracieux.


La mort d'une divinité [PV Fujita Kodo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays du Feu ~ Hi no Kuni :: Konoha Gakure no Sato :: Habitations :: Autres quartiers-