Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €

Partagez

Discussion au sommet. [Pv Kale']

InvitéInvité
MessageSujet: Discussion au sommet. [Pv Kale'] Discussion au sommet. [Pv Kale'] Icon_minitimeJeu 6 Oct 2011 - 19:39

Avant toute chose c'est un homme

Discussion au sommet. [Pv Kale'] 196046hakuoukishinsengumikitanokitasoujihakuouki55dc7d0df4f7542ecfced20a20ebe78714859

  • Kumo, elle était incroyablement sereine en ce moment. Les quelques violences quotidiennes avaient prit une allures de simplettes chicaneries enfantines que l'on avait le pouvoir de cesser avec bien plus d'aisance que les confilts internes de ces derniers temps. Pour autant cela n'en rendait point la masse colossale de travaille moins importante, mon bureau croulant littérallement sous les piles astronomiques de papiers administratifs dont le contennut demeure tout aussi fastidieux que l'apparence. C'était un splendide tableaux de l'une des fonctions incourtournables et insoupçonnés du grand publique de la masse de labeur fournit par un Kage. Bien souvent l'on s'imagine utopiquement qu'un Kage c'est se pavaner en une tenue le distinguant du simple commu ndes mortel, certain iront même penser qu'il ne fait qu'ordonner et rétroquer. Foutaise vous dis-je ! J'admet que dans mon jeune âge j'avais cédé avec une certaine complaisance à ces fameux préjugés mais finalement j'ai très vélocement entrevut la réalité. Ce fut d'ailleurs amère comme chute, ce retrouver chasser de ces illusions idéalistes pour affronter une difficile réalité demandant assiduité et exigeance, ce n'est pas la plus agréable des expériences. En dépit de cela selon moi elle était nécessaire. Croire à des idées préconçues ne pouvait être que naussif pour une personne qu'elle qu'en soit le sexe, l'âge et ses idéologies. L'illusion est le pires des venins et bien souvent l'homme s'en abreuve ignorant qu'il court à sa propre perte.

    Laissant cela derrière moi, je reposais alors mon regard icnrédule sur ce joyeux fouttoirs. Non franchemen tcela ne pouvait rester ainsi, j'appuiyais mes coudes sur mon bureau tout en joignant mes mains à la façon de grands penseurs. Pour être tout à fait honnête je n'avais absolument rien d'un penseur dans mes préocupations actuelles. Je sentais déjà la collossale flemme gronder en moi et pourtant il allait falloir la combattre car cela parraît évident que mon nouveau statut m'engager à l'assiduité. Je soupir lasse à la simple pensée de devoir lire, signer, accorder, réfuter et j'en passe. Mes mains toujours jointes j'observais à présent la porte se trouvant face à moi. C'est fou ce que j'étais capable de faire pour me dissuader de m'atteller à ma tâche. Même une futile porte m'inspiré d'avantage que ces papiers administratifs. Je pouvais peut-être m'y attaquer demain ? Mon regard retombe sur le bureau en question, mes mains se séparent alors que je posais pas la suite mes mains sur le marbre de ce dernier. Un léger frisson à son toucher, le marbre est un composant remarquable tout autant qu'agréable à la vue, c'est une noble "texture" inspirant respect et froideur, mêlant richesse et élégance. Mon doigt glisse ostansiblement sur ce dernier, la satisfaction sur ce bien que je possédais été à son paroxysme et d'hors et déjà je m'éloignais de mes responsabilités.

    M'imposant un coup de fouet purement illusoire mon doigt se retire de cette matière gelé. Dans un mouvement fluide je me redresse, passe une main assurée dans ma chevelure puis pose mon regard émeraude sur mes papiers. Il allait bien falloir qu'un jour je m'en occupe alors plutôt que de repousser encore l'échéance j'avais décidé de sérieusement m'y mettre. Inspirant profondément comme pour me donner un semblant de courage, je posais ma main sur l'une des piles. Je la laissé glisser jusqu'à l'extrémité de cette dernièrre en prenant entre mon index et mon pouce la première feuille. La posant devant moi je lisais déjà lassé les quelques inscriptions manuscrites en haut à droite de la page. Un rapport de mission, quoi de plus passionnant pensais-je ironique. Encore si cela était rédigé à la façon d'un roman épique admettons mais bien souvent cela était écrit dans les plus brèves minutes d'une fin de journée érrintante. Ce qui en résulté ? Une écriture quasi illisible et des mots simples formant à peinne des phrases. Pouvais-je exiger un effort d'écriture ? Non je ne pense pas cela n'était que l'un de mes caprices quoique ... Ma main vain titiller mon menton songeur. Je serais qualifié de tyran ! Fichtre ! Je retint un rire amusé en me repenchant sur la feuille que j'avais entre les doigts.

    Cette fois j'étais fin prêt à travailler avec le sérieux que cela exiger. Mes yeux défilaient le long des lignes formaient par les mots assemblés un à un. Droit à la manière d'un digne dirigeant, je portais sur moi l'élégance necessaire à n'importe quel Kage. J'étais inspiré et plein de dévotion simulé pour mes tâches administratives. Je pensais que cette fois-ci s'était la bonne, je semblais ne pouvoir être dévier de cet objectif quand un toquement retentit. Je quittais alors du regard ce rapport pour venir fixer la porte. Retenant un soupir lasse d'un homme interromput dans un pastant des plus plaisant... D'une voix détaché mon attention parraissant toute tourné vers ce document je donnais mon accord pour que l'inconnue pénètre en mon noble bureau. La porte s'ouvrit quelques secondes après pour venir se dévoiler face à moi une jeune femme
    .



Dernière édition par Haine Mizuraki le Ven 7 Oct 2011 - 18:48, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Discussion au sommet. [Pv Kale'] Discussion au sommet. [Pv Kale'] Icon_minitimeVen 7 Oct 2011 - 11:10



A la découverte...
...du principal pilier de la foudre.


Discussion au sommet. [Pv Kale'] 677148740e


L'envie de savoir si oui ou non une femme se consume de curiosité,
Est l'une des passions les plus actives
Et les plus insatiables de l'âme masculine.

Nouveau raikage… Jeune… Mignon !
Ha bon tu trouves ? Moi je ne l’ai pas vu… A ce qu’il parait il…

Redressant la tête de la coupelle de saké que je tenais entre mes doigts, je fixai les deux femmes à la table voisine qui discutaient à voix basse, pensant que personne ne les entendait. Un nouveau Raikage ? Il me semblait bien avoir entendu de telles rumeurs mais étant donné l’ambiance de détente qui régnait au village et ma motivation assez basse en ce qui concernait l’implication dans ce lieu assez mort, je n’y avais pas vraiment fait attention.
Avalant d’un trait le contenu du récipient que je tenais toujours, je le reposai sur la table et jetai quelques piécettes qui résonnèrent dans la salle commune de l’auberge, m’attirant de nouveaux regards méfiants et peu aimables. Oui, j’avais beau être juunin de kumo depuis bientôt un an, les choses n’avaient pas changé… Les étrangers étaient toujours aussi mal vus, surtout lorsque l’on ne connaissait rien d’eux. Cachant mes capacités, mon passé et mes objectifs, bon nombre de ninjas me voyait comme une espionne et à force de l’entendre chuchoter sur mon passage, j’en arrivais même à me poser la question… Qui étais-je au juste ? Pour qui travaillais-je ? J’avais conscience que ces réponses là, je ne les trouverai pas toute seule…

« Tu dois aller saluer le nouveau raikage…
Beh tiens. Qu’il vienne me saluer de lui-même, je ne suis pas à son service.
Justement, il faudrait que tu te mettes dans la tête que si…
…Ou alors on déserte et ciao ciao, village ingrat !
C’est bon j’ai compris… J’attends que la soirée arrive et j’y vais.
Pourquoi pas maintenant ?
Parce qu’à cette heure-ci, tous les faux-jetons se précipitent dans bureau pour lui lécher les pieds…
…Et que nous, on n’est pas de ce genre là. »

Souriant sans même me douter que le fait de me ramener après les horaires habituelles pouvaient être vu comme une marque d’impolitesse, je me levai tranquillement de ma chaise, attrapai mon arme imposante que je rangeai dans mon dos et d’une démarche sure, traversai la pièce sans faire attention aux murmures qui s’élevaient autour de moi. Quelques années plus tôt je me serais sans doute énervée et aurais défié quiconque avait eu l’audace de me juger sans rien connaitre de moi mais depuis que j’avais atteint la vingtaine, une certaine maturité avait remplacé l’insouciance de la jeunesse et je me montrais désormais plus raisonnable… Jusqu’à un certain point, bien sur. On n’effaçait pas des années de désertion d’un seul coup de pinceau, après tout.
Ouvrant la porte sur le rue beaucoup moins fréquentée au fur et à mesure que les rayons du soleil baissaient, je levai les yeux vers la voute orageuse mais les nuages ne pleuraient pas encore. Comprenant que je bloquais le passage à ceux qui voulaient sortir ou rentrer, je me décalai et sans prendre garde aux ronchonnements derrière moi, me dirigeai vers le centre du village où s’élevait l’imposante tour du raikage. Edifiée dans une pierre solide, je pensais qu’il s’agissait peut-être d’un marbre gris anthracite mais ne cherchai pas à en savoir plus.
Croisant des ninjas qui revenaient en sens inverse, je les soupçonnais d’être passés voir le nouveau chef du village de la foudre et leur air suffisant suffit à me faire lever les yeux au ciel. Bande d’imbécile… Nation légèrement sexiste sur les bords, il fallait dire que la vie n’était pas toujours rose pour moi. Mais tant mieux… Au moins je bénéficiais d’une liberté maximale et j’avais même réussi à voir des personnes peu recommandables sous le nez des dirigeants adipeux qui s’occupaient de la nation en attendant que quelqu’un n’en prenne la tête. Allais-je encore être aussi tranquille maintenant qu’un nouveau arrivait ? Ne me surveillerait-il pas plus attentivement en vue des nombreux mystères qui m’entouraient ? Il fallait dire que le dossier qu’ils possédaient sur moi était assez mince… Suffisamment pour que l’on se méfie de moi.

Vous venez saluer Raikage-sama ? Il était temps !

« La ferme, la vieille… Ou je te fais sauter la retraite en même temps que ta tête.
Restons calme… »

Adressant un bref regard à la vieille femme qui me regardait de derrière son comptoir, je ne pris pas la peine de répondre et souris légèrement en voyant l’air offusqué qu’elle afficha devant mon manque d’intérêt de sa personne. Quand je parlais d’hypocrites… Des personnes n’avaient aucune fierté. Il me semblait bien n’avoir jamais ajouté le suffixe –sama quand je m’adressais à quelqu’un. Le respect se mérite… Ce n’est pas quelque chose que l’on trouve dans une pochette surprise ou parce qu’on pose ses fesses sur un trône. J’espérai que le raikage le comprendrait car je ne comptais changer en rien mes habitudes…
Gravissant sans me presser les marches qui menaient jusqu’à la lourde porte bronze qui conduisait au bureau, je pénétrai dans le couloir ensoleillé par les grandes vitres qui s’ouvraient sur tout un coté du mur puis m’arrêtai devant la porte. Soupir… C’était le moment de découvrir qui était le nouveau dirigeant. Un vieillard possédant l’hikariton ? Le nintaijutsu ? J’espérais un peu plus original que cela…
Frappant deux coups secs sur la porte, j’ouvris au moment où j’entendais une voix qui m’autorisait à le faire. Timing parfait… Une seconde plus tôt et j’aurais été en tord. Retenant un sourire, je baissai les yeux sur l’homme assis nonchalamment sur le fauteuil. Cet homme était magnifique… Il me fit monter le rouge aux joues et je me précipitai vers lui pour sentir l’odeur de sa peau.
Non je rigole… Pas trop mal, il fallait l’avouer, il s’avérait que j’étais assez loin de l’image que je m’étais faite du raikage et j’entrepris d’analyser ce nouveau personnage, ne laissant qu’une expression indéchiffrable sur mon visage. Dire qu’il aurait fait parti de ma liste de personnes à tuer quelques temps auparavant…
Grand, du moins il semblait l’être plus que moi bien que je le voyais assis, il avait les cheveux châtains aux reflets violines et bleutés à la lumière du soleil. Des yeux verts-mordorés qui semblaient dissimuler plus de choses qu’on ne le croyait, il n’avait sans doute pas atteint la trentaine mais n’y semblait pas très loin. Bref, un jeune homme qui ne semblait pas dissimuler un handicape physique ou une particularité corporelle spéciale. A vrai dire, il était assez commun et si c’était le type même des hommes qui attiraient la gente masculine en balançant ce qu’ils croyaient être un regard ténébreux, il ne me fit pas une impression de respect ou de domination. Certes, je ne le voyais pas non plus comme quelqu’un d’insignifiant puisqu’après tout s’il était là c’est qu’il représentait la plus forte puissance du village. Encore que, je me demandais bien ce que valaient mes capacités face aux siennes… Mais n’étant pas de nature particulièrement agressive, cette idée ne resta que petite curiosité dans ma tête.

« Dis bonjour peut-être !
Et tirons nous, après. Je n’aime pas les gens qui se prennent pour des grands…
Ma pauvre, tu dois te haïr profondément. »

Enchantée. Dis-je calmement en m’avançant jusqu’au bureau sans me presser. Kaleïs Maboroshi, juunin du village.

Juunin… Ce grade était parfait pour les personnes comme moi. Contrairement aux genins, chuunins et ANBU, il ne disait rien sur nos capacités et je pouvais très bien être une kunoichi aux talents moyens comme exceptionnelles. C’était un véritable avantage pour moi d’être de ce rang là…
Sans rien dire de plus, je plongeai mes prunelles noires dans les siennes, notant que la couleur de ses yeux ressemblerait fortement à la mienne si j’avais enlevé mes lentilles. Oui, prenez cela comme de la coquetterie ou une façon de me montrer encore plus douteuse que je ne l’étais, mais j’avais décidé de masquer la couleur de mes cheveux et de mes yeux sous celle plus sombre et plus secrète qu’était le noir…
Attendant sa réponse, je me demandais si cet entretient servait réellement à quelque chose mais bon… Les traditions sont les traditions et il fallait que je fasse un effort, pour une fois.








Dernière édition par Kaleïs Maboroshi le Dim 9 Oct 2011 - 10:58, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Discussion au sommet. [Pv Kale'] Discussion au sommet. [Pv Kale'] Icon_minitimeSam 8 Oct 2011 - 11:07

Parlons.

Discussion au sommet. [Pv Kale'] 196046hakuoukishinsengumikitanokitasoujihakuouki55dc7d0df4f7542ecfced20a20ebe78714859


  • J'imagine que son physique était louable de beauté, et de complaisances typiquement masculines. Je ne réfutais point l'évidence même que l'humain et l'homme tous particulièrement était fait pour apprécier les fruits d'une vie se résumant à la birèveté et au regret de ne pas avoir fait ce qu'il nous plaisait jadis. Cependant et bien que je sois capable des plus charmantes louanges à l'égard de la féminité en elle-même, je trouvais que cela n'été ni le lieu, ni l'instant pour ces frivolités passgagère et ainsi mon regard se fit purement et simplement austère. Ce n'était certainement pas une austérité réelle et profondément ancrée dans mes moeurs, toutes personnes se l'imaginant se forvoyer lourdement. Non en l'instan tcela était comme un voilage dissimulant ma réalité, mais comme le regard et le miroir de l'âme je laissais transparraitre une adagio esquisse de ma personalité, trop peu pour en tirer des conclusions mais suffisement pour suciter la curiosité. Cette essence était le fondement basique de la notion même d'intêret, si l'on évoque la curiosité d'une personne celle-ci nous porte au rôle même de centre d'intêret et croiyez moi en cela je suis Roi.

    J'apprécie à me savoir regarder, contempler. Je ne serais véritablement argumenter ce goût aiguisé pour ma propre mise en valeur. Disons uniquement que chacun à ses petits plaisirs garder au chaud, à l'abris au fond de soi même. J'imagine que nous en avons tous, oui on ne veux les dévoiler car sinon nous nous sentirions honteux. Sans ce voile de mystère sur nos éphémères joies secrètes nous n'aurrions donc que des activités à porter physique, intellectuelle ou demandant n'importe quelle forme de dépense. Non, je ne nie point que réfléchir ou faire une activité à porter sportive est une chose mal mais simplement que cela n'est pas toujours notre volonté. Il y a des instants où l'homme aime juste être homme, sans but, sans préoccupation. juste être lui même. Honnêtement je ne croirais point l'individu qui me dirais que jamais cela lui est arrivé. Et bien même vous ne voulez l'avouer j'en ai la connaissance car intimmement chacun le sait. Pour le coup c'est un savoir logique qui ne ressort point de l'individualité étant donné que cela est une majorité.

    Je jette un coup d'oeil à la femme devant moi, je l'avais modelé. Une fois de plus et pourtant cela était imperceptible, personne ne savaient si je me montrais tel que je l'étais. Jamais entretenir le mystère, une aura d'ombre autour de moi. La jeune femme avait environ une vingtaine d'année d'apparence en tous cas c'est que l'on pensait. Ses traits n'étaient point marqués, sa peau trop pure pour avoir vécu. La feuille entre mes mains toujours mon regard retombe sur le document. Je le pose face à moi d'un geste délicat comme si je posais un verre de cristal en équilibre sur une surface luisante. Je me redresse plus amplement, mon apsect flegmatique envolé pour adopter une attitude plus sérieuse. Jusqu'à ce que ces premiers tombèrent : " Enchantée" Sa vois était calme. Cela changeait bien de la plupart des personnes qui me voyaient pour la première fois. Généralement tendue, à un titre tout à fait injuste. Manque d'oration, manque de maîtrise ! Fichtre puérilité futile. Mais je en pouvais me permettre de elur en vouloir car au moins ils flattaient mon égo et cela est une louange dont je me délecte. J'observe la demoiselle avancer vers moi snas se préssée. Elle n'a aucune raison de le faire après tout. A la manière d'un grand chef je joint mes mains mes coudes en appuit sur le marbre de mon bureau. Mon antre respirait la richesse et la volupté. " Kaleïs Maboroshi, juunin du village." Toujours cette même voix, voilà une personne qui sait ce controler. C'est appréciable.

    De nouveau je répétais ce mouvement, mes mains se séparent et je laisse avec élégance mon dos prendre appuit contre le fauteuil. Ma stature fière mais sereine. Je n'avais aucun mauvais esprit, sérieux je l'observe sans réelle insistance. Et cela ne se faisant point de laisser planer un lourd silence je lui répond alors d'une voix de basse taille, posée, sérieuse la voix d'un dirigeant : "Enchanté moi aussi." Cela ne se faisant point plus de alisser uen femme debout je lui fit signe de prendre place face à moi si elle le souhaitait. Comme de puis l'aube j'allais devoir faire preuve de civilité mais cela m'apparrait normal, l'inverse serait tout à fait illogique. "Haine Mizuraki, Kage du village." D'un mouvement vif contrastant avec cette voix posé je me lève alors prenant la feuille que j'avais à peinne lut entre mes mains. D'une geste fluide j'attrapais alors un dossier posé sur étagère pour venir le ranger, ayant le soucis du détail en ce qui concernait mon environnement je le voulais ordonné. Me retournant élégamment vers la juunin je lui dit alors : "Vous êtes venut pour le même motif que vos prédécésseurs ? Me saluer j'imagine ?"

InvitéInvité
MessageSujet: Re: Discussion au sommet. [Pv Kale'] Discussion au sommet. [Pv Kale'] Icon_minitimeDim 9 Oct 2011 - 11:47



Un tout premier
...contact.


Discussion au sommet. [Pv Kale'] 677148740e


Sur le dos satiné des molles avalanches,
Mourante, elle se livre aux longues pâmoisons,
Et promène ses yeux sur les visions blanches
Qui montent dans l'azur comme des floraisons.



Quand nos regards se plongèrent l’un dans l’autre, je compris qu’il m’analysait autant que je le faisais. Un homme observateur… Intéressant, d’autant plus qu’aucun perversion n’animait son regard. Autant dire que c’était assez original car beaucoup de personnes de pouvoir de la gente masculine se permettait de lorgner sur le corps d’une femme sans se gêner. Au moins il semblait me voir comme une personne et non comme un sous-fifre… Un bon point pour toi, car le contraire ne m’aurait pas vraiment plu, à vrai dire.
Ses doigts joints se décroisant avec grâce sans pour autant perdre de virilité, il se laissa aller en arrière sans s’affaler non plus et continuai de me fixer. Sans rien dire, restant calme bien que ce regard allait certainement finir par m’exaspérer s’il ne cessait pas, je fus rassurée lorsqu’il prit enfin la parole, m’apportant enfin la réponse que je me posais au sujet de sa voix.
Grave, indéniablement masculine mais dénuée d’agressivité, il s’exprimait posément, adoptant un ton qui montrait son statut mais qui ne cherchait pas non plus à en abuser. Me répondant d’une façon qui me montrait que ses traditions l’ennuyaient autant que moi, je retins un léger sourire et le laissa poursuivre. Haine Mizaruki… Prénom original il fallait dire. On n’entendait pas souvent celui-ci, en tout cas… Etait-il de Kumo ? Je ne l’avais jamais remarqué jusqu’à présent.

« Il est drôlement mignon !
S’il ne se prenait pas pour le centre du monde, je me le serais bien fait.
Beh tiens ! C’est l’égocentrique de nature qui parle !
De l’égocentrisme ? Où, de l’égocentrisme ?!C’est bon Vila… Fais pas l’innocente, hm ? »

La voix du nouveau dirigeant du village me ramenant à la réalité, je conservai mon attitude sereine tandis qu’il se levait pour aller ranger un dossier sur une étagère. Maniaque ? On pouvait juger que oui quand on voyait son attitude et pourtant si on regardait la pièce, on se disait que celui qui l’habitait était tout sauf ordonné… Des piles de papiers s’élevant au quatre coin de la salle, il fallait posséder des compétences hors pairs pour se déplacer sans rien écraser, chiffonner, déchirer, casser ou déranger encore plus que cela ne l’était… Quelqu’un d’assez étrange, en gros.
Quand il se retourna à nouveau vers moi, je vis qu’il me dépassait d’une petite dizaine de centimètres ce qui faisait de lui quelqu’un de très grand étant donné que j’étais une femme à la taille assez élevée. Il n’était pas rare que je dépasse beaucoup d’hommes ce qui causait souvent chez eux, une source de gêne… Au moins celui-ci ne se sentirait pas en infériorité à coté de moi. C’était déjà une bonne chose, du moins pour lui car personnellement je m’en moquais absolument d’être plus grande qu’untel ou non…
Me demandant alors si j’étais venue ici pour le saluer, je me retins de répliquer que je n’avais apparemment pas vraiment le choix et que je ne voyais pas pour quelle autre raison j’aurais pu venir ici étant donné qu’aucune mission n’avait été affichée et qu’encore moins de ninjas semblaient être occupés pour qu’on me demande personnellement. Mais bien sur, je ne répondis pas cela car je voyais bien que cela ne le réjouissait pas plus que moi de voir des dizaines de ninjas, conseillers et autres personnes de l’administration venir lui lécher les bottes à coups de ‘’quelle joie de voir un raikage digne de ce nom’’, ou autre ‘’Vous êtes si puissant, raikage-sama’’…
Inspirant longuement et silencieusement, je regroupai mes esprits et choisis des mots sobres qui ne signifiaient ni ma façon de penser, ni une quelconque hypocrisie de ma part.

Effectivement, répondis-je toujours aussi calmement. A ce qu’il parait, à Kumo, il est de coutume de prendre du temps sur nos horaires de libre pour aller rencontrer le nouveau dirigeant de cette nation.

« Qui ne signifient rien sur ta façon de penser… ?
Bon, si, peut-être un peu…
…Mais s’il est intelligent il comprendra, après tout. »

Oui, il était vrai que l’on pouvait interpréter mes mots de plusieurs façons… Déjà que je trouvais le système légèrement ridicule en obligeant une file de personnes à dire des louanges sur le nouveau raikage, ensuite que lorsque l’on avait du temps libre on préférait toujours l’occuper avec des affaires plus importantes qu’un simple ‘’bonjour raikage-sama’’ et que pour finir, bien que je ne lui manquais absolument pas de respect encore que je ne lui en témoignais pas encore, j’espérai qu’il partageait ce même point de vue… Et qu’il allait modifier les autres traditions stupides de ce genre. Mais évidemment ma parole n’a pas énormément de poids quand il s’agit de faire des suggestions, d’autant plus que celles-ci seraient surtout guidées par des intérêts strictement personnels ce qui pourrait me faire passer pour une personne d’égoïste. Ce qui au fond j’étais un peu puisque personne ne s’occupait de moi et que je m’impliquai à faire de même… Chacun pour soi. Méprisez-moi si vous le voulez, je m’en moquerais absolument… Mais le jour où vous serez en danger, je me ferai un plaisir à vous regarder agoniser.
Reportant une nouvelle fois mon attention sur le jeune homme qui me faisait face et qui ne s’était toujours pas assis, je remarquai que moi non plus je ne m’étais pas installée sur le siège qui faisait face au bureau comme il me l’avait proposé. Signe de rébellion ? De non soumission ? Pas du tout, j’avais tout simplement oublié et je n’en voyais pas l’utilité puisque je ne comptais pas passer des heures ici.

« Haha, et pourquoi pas ?
Que veux-tu que je fabrique ici… Que je cire le parquet ?
J’ai toujours su occuper mon temps avec un homme…
Viladra, tu me désoles !
Je n’ai même pas de mot pour exprimer ce que je ressens à ton égard… »

Peut-être avez-vous quelque chose à me demander ? Repris-je alors. Des remarques à me faire ? Il serait plus judicieux que vous me disiez tout maintenant plutôt que je passe mon temps à faire des allers-retours ici.

Là par contre cela pouvait sonner insolent mais pouvait-il y avoir de l’insolence entre deux individus du même âge et de sexe opposé ? J’en doutais forcément… Je préférais justifier mes mots sur du sarcasme, cela sonnait plus juste.
Me rattrapant légèrement en esquissant l’ombre d’un sourire, ce qui chez moi revient à limite un débordement de joie (en exagérant un peu) ; je me demandai s’il l’avait remarqué mais c’était surtout une façon pour me rassurer moi-même. Il était temps que j’abandonne les sales manies qu’avait causé ma solitude… Un peu d’expérience sociale ne pouvait que m’apporter du bien.
Toujours immobile, une main posée sur ma hanche l’autre le long du corps sans pour ôter adopter une attitude provocatrice, j’attendis patiemment ses réponses, conservant un souffle régulier et une apparence tranquille qui contrastait avec l’impassibilité dont j’avais fait preuve un peu plus tôt…




InvitéInvité
MessageSujet: Re: Discussion au sommet. [Pv Kale'] Discussion au sommet. [Pv Kale'] Icon_minitimeMar 11 Oct 2011 - 18:58

...Je n'ai pas trouvé de titre

Discussion au sommet. [Pv Kale'] 196046hakuoukishinsengumikitanokitasoujihakuouki55dc7d0df4f7542ecfced20a20ebe78714859

  • La réponse est plutôt évidente. Ma question était tous bonnement dénuée d'un quelcoqnue interêt finalement mais en toute sincérité je n'avais aboslument rien à dire à cette jeune femme. Comme moult avant elle, j'imagine que par obligation éllé était venue me saluer, comme tant d'autre avant elle ... Je ne renie pas la flatterie flattant mon égo est une chose qui me distrait mais cependant je dois bien avouer que cette dernière n'ayant aucun efet sur moi cela devenait lassant en fin de journée. J'imagine que les gens voulaient se faire bien voir auprès du nouveaut maître du village, c'est une chose que je comprends avec une certaine aisance mais tout de même. Ils ne semblaient en cette démarche ne porter d'interêt qu'à eux même comme si je n'avais point d'autre occupation.

    Mon regard se posait sur les piles de papier sous lesquelles croulait véritablement mon bureau. Etant plutôt ordonné de nature je me sentait découragé à cette vue insoutenable, non je n'étais pas un fanatique du rangement mais rendez-vous compte que chacune de ces montagnes de papier représentaient respectivement une quantité énorme de travail. La paperasse ce 'nétait peut-être pas mon truc mais je comptais bien m'y m'être , un jour. Je préférais en point me fixer de date butoire car cela n'aurait qu'une mauvaise influence sur ma volonté de bien faire. Mon esprit de contrasdiction entrerait alors en jeu et dévaster le peu de force morale que j'aurais réunit avec grande peinne. Je connaissais d'avance le scénario alros dans l'urgence de la situation et n'yaant de temps à accorder à de pareil futilités il fallait surement mieux de l'éviter. Une fois encore la voix calme de la jeune juunin vint interrompre le très ténue silence : " Effectivement" Je reportais alors mon regard sur celle-ci afinde mieux extérioriser l'attention que je lui portais rpésentemment. L'on 'mavait souvent repproché injustement de ne point écouter mais cla était généralement faux, bien évidemment il y avait quelques exceptions comme toujours. "A ce qu’il parait, à Kumo, il est de coutume de prendre du temps sur nos horaires de libre pour aller rencontrer le nouveau dirigeant de cette nation." Je retenais un acquiessement approbateur à ces paroles. Oui, c'est vrai els gens avaient tendances à ce montrer étrangement plus que de coutume sous un jour particulièrement louangeur.Le but en était des plus simples, avoir des faveurs quand ils en espéraient. Cela était désolant. Ma main vint carresser élégamment ma chevelure, j'étais toujours debout et Kaleis aussi elle ne semblait pas vouloir s'éternisait. Au moins elle n'était pas comme mes précédents visiteurs et j'avoue que je voyais en ce comportement une forte qualité. "Peut-être avez-vous quelque chose à me demander ? Des remarques à me faire ? Il serait plus judicieux que vous me disiez tout maintenant plutôt que je passe mon temps à faire des allers-retours ici" Cette dernière phrases aurait put être mal prise par beaucoup de gens mais je n'étais d'humeur à faire de la discipline. Je ne renie point que j'aime à me voir vanter mes mérites, ainsi que mes ordres éxécutés mais en toute franchise là maintenant je n'en n'avais le courage. Dans un mouvement de fluidité parfiate me conférant un air gracile je me posais de nouveau dans mon fauteuil. Je recroisais mes mains en observant ce petit sourire comme pour s'excuser ? Non je ne pensais pas que cela soit le genre de cette femme. Fermant les paupières dans une profonde inspiration un léger sourire orna mes lèvres. Me conférant une aura de sympathie d'expérience je savais que les femmes me vanter ce rictus. Mais cela m'inportais peu. Birsant le silence de cette même voix je rouvrais mes paupières. "Je ne sais vraiment si cela peut-être nommer comme étant une coutume mais je pense que cela n'est qu'un tissu de balourdises, un voile d'hypocrisie." Il n'y avait point de tonalité de repproche ou bien même moraliste, mais plutôt une bonhommie étonnante car aussi sereine qu'amusé. " Que je te dises tous maintenant ? Mais n'est-ce pas toi qui est venue à moi ?" Je lui adressais alors un clin d'oeil brèf. Oui, cela peut être déroutant mais je n'avais jamais vraiment de ,limites dans ce que je faisias. Cette femme me parraissait sympathique alors ansi soit-il. Quasi immédiatement retrouvant un sérieux sans borne je prenais entre mes doigts un dossiers posé au coin de mon bureau. Je l'ouvrais d'un geste vif. Ce dossier ej 'lavais parcourrut dans la journée et cela était le sien. Je dois bien admettre que la maigre quantité d'informations me déroutais en partit mais cachan tcela derrière un voile de sérieux mon regard parcourrait les première ligne tan d is que je lui disais d'une voix tous fait sereinne et sérieuse : " Hmm ! Qu'importe qui es venut à qui." Feuilleutant le dossier posé devant moi, je ne pouvais 'mempêcher de remarquer le peu d'information sur l'individu concerné. "Ton dossier est mince .. c'est assez surprenant." ajoutais-je alors.

InvitéInvité
MessageSujet: Re: Discussion au sommet. [Pv Kale'] Discussion au sommet. [Pv Kale'] Icon_minitimeVen 14 Oct 2011 - 15:17



Moi non plus je n'ai pas
...trouvé de titre HAHA.


Discussion au sommet. [Pv Kale'] 677148740e


Je serai ton cercueil, aimable pestilence!
Le témoin de ta force et de ta virulence,
Cher poison préparé par les anges! Liqueur
Qui me ronge, ô la vie et la mort de mon cœur!



Sens de l’humour ou bien inconscience ? Détachement peut-être… En tout cas, sa réaction resta sobre et il ne pris pas mal mes paroles contrairement à ce que j’avais pensé. Setsuri aurait été du genre à s’énerver et à tenter de me faire payer mon effronterie… Mais il n’était plus là.
Restant de marbre lorsqu’il se mit à sourire, je le laissai m’exposer son point de vue en ce qui concernait les traditions de Kumo et me retins de répliquer qu’il n’avait qu’à les changer… Gravir toute la tour dans le simple but de me présenter ne me faisait pas gagner plus de temps qu’à lui. Mais je n’allais pas nier l’intérêt que j’avais porté sur l’identité secrète du nouveau Raikage. Là au moins je savais la tête qu’il avait ainsi qu’une fraction de son état d’esprit… Restait à savoir s’il était compétent dans son rôle ou s’il allait se contenter de se tourner les pouces comme beaucoup de ses prédécesseurs l’avaient fait.
Ayant hait Kumo plus que n’importe qui par le passé, c’était uniquement par geste de gratitude envers Setsuri Hazu qui avait tué l’ancien Raikage que je m’étais mise à son service… Mais maintenant qu’il n’était plus là, logiquement il ne me restait plus aucune attache si ce n’était pas pseudo fidélité à l’akatsuki. Mais cette organisation que j’avais toujours servie n’était plus à la première place dans mes priorités… A moitié abandonnés, nous les membres les plus récents leur en tenions rigueur… Et un groupe qui ne comportait plus que quelques membres devenaient désormais de moins en moins attrayant. Mais tout cela demandait une plus grande réflexion et ce n’était pas le moment de s’y atteler maintenant….

« Si Kisame t’entendait…
Il comprendrait parfaitement. L’akatsuki se meurt… tout le monde le sait.
Et tu en penses quoi ?Que cela va encore créer de nouvelles possibilités dans mon futur… »

Répondant à ma question par une autre, je sentais une pointe d’humour dans sa voix et reposai mes yeux sur son visage au moment où il m’adressait un clin d’œil dénué de mauvaises intentions, pour une fois. Enfin, il ne me semblait pas être le type qui chassait la femelle à coups de battes dans la tête même si je pouvais sentir dans sa présence un petit coté joueur. Sans doute une personne qui aimait les femmes et la raffinerie… Un homme sans doute très délicat même s’il ne semblait pas perdre pour autant de son charme masculin. Etait-il vraiment ce que l’on attendait d’un raikage ? Au moins il était original et cette particularité m’était plutôt plaisante… Kumo avait toujours eu l’habitude de posséder des chefs impétueux, avides de pouvoir et particulièrement bruyant. En ce qui concerné la soif de puissance je n’en savais rien sur lui, mais il représentait les contraires des autres éléments cités plus haut…
Quand sa voix se fut tue, je le laissai parcourir ce que je devinais être mon dossier et un mince sourire discret se dessina sur mon visage quand je vis l’unique feuille qui y était placée. Il n’était pas aisé de deviner quel personnage j’étais…
Me retenant de sourire un peu plus lorsqu’il en fit la remarque, je le vis lire les rares informations qui se limitaient à mon prénom et mon nom, tous les deux faux. Ma taille peut-être, mon âge encore qu’il soit incertain à mes propres yeux… Même les éléments sur mon physique étaient inexacts. De quoi faire monter le mystère… Ou les soupçons.

Pour répondre à votre question… Dis-je alors, qui n’en n’était pas vraiment une, d’ailleurs, il serait faux de penser que je suis venue ici dans un but particulier. Comme vous l’avez dit, je ne fais que suivre des coutumes que vous qualifiez à raison comme étant hypocrite…

«Et lui aussi il est hypocrite… Son ton mielleux, il m’horripile.
Dis lui en face si t’es capable !
Pour ça, demande donc à Kaleïs… Déjà qu’elle imite mon apparence…
Il fallait que je change d’aspect… Et je n’aime pas les blondes.
Buuuh… »

Comprenant que j’étais totalement en train de m’égarer dans des pensées qui n’avaient rien à voir avec la situation actuelle, je fis taire mes compagnes intérieures et me re-concentrai sur la scène qui se déroulait devant mes yeux. Toujours assis dans son fauteuil, croisant et décroisant les doigts ce qui donnait l’impression d’un prédateur fixant sa proie bien que je ne me qualifiais pas du tout comme telle, je me remémorai ses derniers mots. Sa remarque sur la quantité négligeable de mon dossier était une ouverture à plusieurs questions… La première étant pourquoi j’avais refusé de répondre aux interrogatoires habituels comme ceux où l’on demande les compétences ninjas et où on dresse un portrait psychologique. Perte de temps… Les ninjas qui cherchaient à se faire connaître à tout prix en brayant à qui le veut leurs facultés étaient aussi stupides qu’insignifiants. Les meilleurs ninjas sont souvent ceux qui en disent le moins… Madara Uchiwa lui-même restait un secret aux yeux de tous malgré sa renommée de leader de l’ombre.
Lâchant un léger soupir qui n’avait rien d’agressif, je pris le temps de respirer correctement, sentant que Viladra cherchait à prendre le contrôle. C’était difficile de rester calme lorsque l’on brulait intérieurement…
Dissimulant cette souffrance derrière un voile d’impassibilité, j’attendis qu’elle renonce pour reprendre la parole tout aussi calmement que s’il ne s’était rien passé.

Effectivement, plutôt mince. A croire que les services d’informations de Kumo ne sont pas aussi efficaces qu’ils le prétendent…?

Provocation ? Peut-être un peu… Mais il s’agissait surtout d’une vérité. Après tout, lorsqu’un étranger intégrait le village, les services de l’ombre de celui-ci se mettait en charge de vérifier ses antécédents si antécédents il y avait… Si désormais j’attirais toujours de la suspicion, c’était bien parce qu’ils avaient été incapables de découvrir quoique ce soit sur moi. Et oui, nous les femmes, on nous avait toujours laissé entendre qu’il fallait qu’on reste discrètes… Vous vous en mordez peut-être les doigts désormais, pour certains d’entre vous…
Compensant ma remarque par un sourire que je rendis un peu plus agréable que les précédents, je regardai s’il ne le prit pas mal puis continuai sur ma lancée.

Je suis arrivée ici il y a moins d’un an. Je comprendrai donc parfaitement les doutes que vous pourriez éprouver à mon égard… Mais ne me demandez pas de compléter ce dossier, là aussi vous savez forcément que je ne le ferai pas.

« Tu n’es pas très agréable…
Je me méfie toujours des kages, de ceux de Kumo en particulier…
Cette histoire date d’il y a si longtemps…
Elle est morte en même temps que l’ancienne Kaleïs. D’ailleurs tu sais que ton ancien nom est toujours dans la liste des décédés ? C’est mordant !
J’imagine. »

Ancienne habitante du village de Kumo, j’y avais passé mes quinze premières années jusqu’à ce que le kage de cette époque ne chasse, selon ses mots, mon clan. Dernière rescapée encore que je ne sois pas sure pour mon frère, je ne portais plus ce village dans mon cœur… Considérée comme morte aux yeux de la nation, mes derniers morceaux de l’innocence s’étaient envolés en même temps que les fragments de ma jeunesse. Il ne fallait plus que je ressasse le passé…

Puis-je connaître les futurs projets en ce qui concerne les effectifs, Haine Mizuki ?



InvitéInvité
MessageSujet: Re: Discussion au sommet. [Pv Kale'] Discussion au sommet. [Pv Kale'] Icon_minitimeDim 16 Oct 2011 - 19:37

Quand l'évidence n'est pas universelle

Discussion au sommet. [Pv Kale'] 196046hakuoukishinsengumikitanokitasoujihakuouki55dc7d0df4f7542ecfced20a20ebe78714859

  • Il n'était composé que d'environ trois lignes au plus, cela était troublant en vue de l'insuffisance et du voile de mystère qui dissimuler ce personnage. Le mystère cela était incroyablement exsitant tout autant que dangereux. Aussi atrayant puisse vélocement devenir une personne avec des parts d'ombre aussi cela peut prendre une ampleur tout à fait démentielle. Oui, elle cultive le mystère, suscite la curiosité mais mon Dieu que cela est mince. Trop mince pour être considéré comme un réel dossier. Ce n'en n'est pas un de toute façon il n'y avait qu'à jeter un coup d'oeil à cette feuille.

    Mon regard immanquablement se reposait sur elle, un léger sourire aux lèvres. QU'elle personne énigmatique pensais-je. Elle attisait ma curiosité déjà prononcé en moi-même et que j'avais du mal à contenir. Rebaissant le regard je refermais d'un geste souple et gracile le dossier si on pouvait le nommer ainsi. Mes doigts vinrent s'heurter au marbre de mon bureau dans un caresse caline. Je en savais quoi penser de cette femme, elle n'était pas comme les autres dans son comportement, elle était étrangement franche et ces qeulques informations... Voilà une personne comme il rare donné d'en voir. Posant mon coude sur mon bureau je demeurais un impassible, elle n'avait point besoin de remarquer l'attrait et le dessein de savoir ce qu'il en était vraiment. Déposant un mouvement léger mon menton contre la paume de ma main j'avais l'attitude d'un penseur et je doit admettre que je jouer à merveille ce rôle. "Pour répondre à votre question… qui n’en n’était pas vraiment une, d’ailleurs, il serait faux de penser que je suis venue ici dans un but particulier. Comme vous l’avez dit, je ne fais que suivre des coutumes que vous qualifiez à raison comme étant hypocrite… " Retenant un sourire amusé, je trouvais ses réponses toutes aussi étrange qu'elle même. Jamais on ne déceler de réel sentiments, ni vraissemblablement de point de vue exprimé derrière ces réponses. Une maîtrise de l'art du "je ne suis personne" totalement maîtriser c'est dingue quelque part. Mais personne ne m'égalait dans le domaine du fameux jeu d'acteur. Non, j'excellais en celui-ci, c'était ma spécialité. D'ailleurs mon surnom me dédignait si bien, "l'homme aux milles facettes". Un sourire imperceptible se dessinait sur mes lèvres adoptant une moue faussement sérieuse. "Effectivement, plutôt mince. A croire que les services d’informations de Kumo ne sont pas aussi efficaces qu’ils le prétendent…?"Je laissais échappé un petit soupir, ce genre de soupir qui veulent tous et rien dire. Mais bien que ce soit une pure provocation, je n'était de coeur à m'y lancer, la raison ? Elle avait raison.Où était mon esprit contradictoire ? Au palcard l'heure n'est pas à la réfutation. Mes paupières se ferment tant dis que' d'un mouvement de haut en bas très léger j'acquiesse cette honteuse vérité. Kumo va mal c'est une réalité, accablante et blessante mais vraie. Il ne faut pas se bercer d'illusions il fuat mieux se relever. "Je suis arrivée ici il y a moins d’un an. Je comprendrai donc parfaitement les doutes que vous pourriez éprouver à mon égard… Mais ne me demandez pas de compléter ce dossier, là aussi vous savez forcément que je ne le ferai pas. " Une fois de plus elle avait raison. Sur quoi ? Je savais avec pertinance que lui demander de remplir ce dossier vide serait vouer à l'échec. QU'importe, à quoi servirait que je m'obstine à vouloir en savoir plus si la eprsonne semble fermé à toute conversation sur le sujet ? A rien tous bonnement. Me redressant mon menton quittant ma paume, je l'observe droit dans les yeux en gardant le silence. Ma curiosité n'est pas un feu éteint, au contraire il brûle de plsu ample façon. Cette demoiselle avait sut l'attiser et il fallait que j'y remédie. "Puis-je connaître les futurs projets en ce qui concerne les effectifs, Haine Mizuki ? " Mes sourcils ce seraient fronçés si cela n'était pas considéré comme un signe trop ample de mon avis. Les projets envers Kumo, cela ne regardait que moi après tous et me confier à une femme si ambigüe n'était peut-être pas la plus sage façon d'agir. "Je n'aurais point demander de plus ample informations..cela m'est bien égale." Foutaise ! certes... Le ton de ma voix s'était faite détaché comme un homme innintérréssé que je n'étais pas mais n'en l'aissant de trace je poursuivais sur ma lançé : "Des doutes ? Hmmm Si je commence à douter de mes compatriotes je crois bien que cela début fort mal." Ne parlons pas de confiance j'avais la facheuse tendance à ne l'accorder à personne et cela à juste titre que pourrait-elle en faire ? ! "Pour commencer, il me faut un Bras-Droit. L'ampleur du travail est conséquent et je ne peux endosser tous cela... Enfin .." lachais-je. J'y avais bien pensé un Bras-Droit ... C'était une riche idée mais bon fallait-il déjà des prétendants au titre. d'un geste soigneux je reposais le dossier au coin du bureau. Adoptant un regard serein tous autant que ma voix j'avais une idée brillante en tête. Si cette femme devait être un ennemi alors autant l'avoir près de moi et de plus cela m'aiderais probablement dans ma recherche d'informations à son égard. Mmmmh idée à mijoter pensais-je.



Dernière édition par Haine Mizuraki le Mer 2 Nov 2011 - 13:08, édité 1 fois
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Discussion au sommet. [Pv Kale'] Discussion au sommet. [Pv Kale'] Icon_minitimeMar 1 Nov 2011 - 14:07



Passons maintenant...
...aux aveux.


Discussion au sommet. [Pv Kale'] 677148740e


Immédiatement sa raison s'en alla.
L'éclat de ce soleil d'un crêpe se voila ;

Tout le chaos roula dans cette intelligence,
Temple autrefois vivant, plein d'ordre et d'opulence,

Sous les plafonds duquel tant de pompe avait lui.
Le silence et la nuit s'installèrent en lui,

[hrp] : excuse moi des incohérences, ça fait longtemps que je n’ai pas rp xD enfin, une semaine ou deux, quoi… *sbaf*



Haine Mizuki répliqua d’un air détaché qu’il ne m’aurait jamais demandé de plus amples informations sur moi et si ses mots et le ton de sa voix charmeuse sonnaient justes, la logique démontrait le contraire… Quel Kage pouvait se permettre de s’affirmer en tant que tel s’il se fichait éperdument de ses ninjas ? Non, je comprenais qu’il ne voulait tout simplement pas m’obliger à quoique ce soit et étonnamment, je pris ça pour une once de respect envers ma personne ce qui, venant d’un chef de village, était assez rare.
Esquissant un nouveau sourire, il poursuivit en disant à peu près qu’il était impensable de douter de ses compatriotes. Mais en étais-je vraiment une ? Me considérais-je vraiment comme l’une des personnes à son service ? Et surtout, était-ce de la sincérité à mon égard que de dire qu’il ne douterait jamais d’un citoyen de Kumo ? Je voyais cela comme un mensonge ou bien de l’inconscience… Ce n’est pas le lieu de vie qui détermine la fiabilité d’une personne… J’en étais l’exemple même de par mon passé.
Reportant mon attention sur la situation, il se tenait toujours nonchalament derrière son bureau, évoquant le besoin de se trouver un bras droit. Yoko Nagao avait été destitué de ses fonctions ? Il fallait dire que depuis que j’avais assassiné discrètement Setsuri, son allié avait sans doute voulu se faire discret. Seulement personne ne savait que la meurtrière était moi… Mis à part l’akatsuki bien sur puisque l’ordre de le tuer venait d’eux… Pourquoi Yoko était-il donc tombé ? Avait-il eu des différents avec le nouveau Raikage ? C’était bien possible. Néanmoins si une chose était sur c’était qu’il ne s’agirait jamais de moi… Membre de la lune rouge, impossible de deviner à qui revient mon allégeance, meurtrière de l’ancien raikage et d’un juunin de Kumo, je méritais plus l’exil ou la peine de mort qu’autre chose… Mais n’étant pas attirée par la gloire ou la fortune, mon rang m’importait peu. J’étais là pour de sérieuses raisons qui en regardaient que moi, après tout…

…Enfin…

« On en était où ?
Aucune idée. Kali-chan ?
Oui ?
Tu comptes te montrer franc-jeu avec lui ?
Ce serait préférable tu crois ?
Oui mais tout aussi dangereux…Un raikage ne nous fait pas peur. Même si on prend de sérieux risques… Mais au moins je pourrais sortir…
Qui ne tente rien n’a rien… Il faut toujours assumer ses actes. »

Poussant un léger soupir, je croisai lentement les bras et mon regard se perdit derrière lui, contemplant les nappes de nuages qui passaient lentement sous les vitres. Etais-je vraiment une bonne idée ? J’avais toujours voulu instaurer des bases dans une relation que je savais importante. Ici, si je n’éprouvais rien de plus pour lui qu’une certaine curiosité, il était tout de même celui qui gérait le village où je me trouvais… Nous serions donc forcément amenés à nous revoir et même s’il n’y aura sans doute jamais de confiance, il fallait se montrer honnête au moins au début… Du moins, c’était ma façon de penser.
Détachant d’entre mes épaules mon arme imposante je posai la pointe délicatement sur le sol, évitant d’abimer les papiers qui trainaient dessous ainsi que le parquet verni. Tirant le fauteur en face de lui, je m’y assis confortablement, croisant les jambes et posant mon avant-bras sur l’accoudoir, tenant de mon autre main ma lame afin qu’elle ne tombe pas. Et afin de ne pas me sentir trop désarmée. Reflexe déserteur, vous comprenez… ?

Je crois qu’il est temps que je fasse preuve de plus de sociabilité… Glissais-je, un sourire au coin des lèvres. Certaines parts d’ombre se doivent d’être partagées… Mais ça ne vous plaira peut-être pas.

« Ha non, ça ne lui plaira pas du tout !
Sauf s’il est bizarre…
…Ce qui ne serait pas impossible. »

Plongeant mes yeux d’un noir d’ébène dans les siens, si j’avais voulu jouer le jeu jusqu’au bout j’aurais aussi dévoilé ma véritable apparence au lieu de me cacher derrière celle de Viladra mais étant donné que cela n’avait aucun rapport avec ce qui allait suivre, je laissai passer cette idée aussi vite qu’elle m’était arrivée.
Quand je fus sur que derrière son air désinvolte était bien présent une part d’attention extrême, mon petit sourire s’agrandit légèrement mais je repris la parole d’un ton calme comme si de rien n’était. Quel étrange moment… Je ne m’étais pas imaginée dans une situation pareille, il fallait dire. C’était aussi dangereux qu’excitant… Mais je ne reviendrais pas sur mes actes.

Trois phénomènes liés à ma personne ont une explication que je possède. Le premier concerne votre juunin Ketsueki Hawk qui a récemment disparu…

« Si ça se trouve il ne voit même pas de qui tu parles… »

En fait c’est moi qui l’ai tué. Il se montrait trop inutile pour le village… Mais en fait c’est plutôt que je me suis trop laissée aller… Un entrainement chez moi peut prendre parfois des proportions trop élevées avec le passé que j’ai eu ; passé qui mène au deuxième phénomène.

Marquant une légère pause, aucune tonalité dans ma voix n’avait montré de gène ou de désarroi. Je ne faisais qu’énumérer les divers points sombres de Kumo que je connaissais.

La deuxième chose est que je suis une ancienne membre de l’Akatsuki qui a travaillé sous les ordres de Madara Uchiwa. Je ne faisais pas parti de la première génération, celle que tout le monde connait, mais de la deuxième c'est-à-dire celle où les visages sont secrets aux yeux de tous. Inutile de me demander des informations sur ce groupe, je ne compte pas m’épancher sur le sujet… Sujet qui amène enfin au dernier point.

« Ha la tête qu’il va faire… »

Ma dernière mission pour l’akatsuki a été de tuer l’ancien Raikage, Setsuri Hazu qui mettait en péril les buts de l’organisation de la lune rouge. Je sais déjà ce que vous allez dire, comment ais-je fait contre une personne aussi puissante, où est son corps et est-ce que je suis toujours fidèle à la lune rouge… C’est assez simple, je l’ai empoisonné bien que je porte encore quelques marques de sa riposte et son corps a été brulé… Ses cendres doivent actuellement parcourir le monde. Pour la dernière question, c’est à vous de voir… Je me doute bien que mon avis ne changera pas grand-chose sur les aprioris que vous devez certainement avoir… Voila, c’est tout. Peut-être que tout cela servira à rajouter quelques lignes de plus dans mon dossier.

« Si on déserte une nouvelle fois, je brule ce dossier…
Qu’est-ce qu’on se moque de ce bout de papier… »

Toujours confortablement assise, le visage serein je ne souriais plus mais ne me montrais pas tendue pour autant. Mais lui ? Que pensait-il de tout cela ? Ce n’était tous les jours qu’un ninja récent de moins d’un an arrive avec deux meurtres sur les bras et un passé lié à la plus grand organisation criminelle de tous les jours… Mais étrangement j’avais hâte de voir ce que cela allait donner. Alors que normalement mes déductions auraient du mener à un combat avec la mort de l’un de nous deux dans ce bureau, je sentais qu’il n’allait pas réagir comme cela… Mais comment alors ?




InvitéInvité
MessageSujet: Re: Discussion au sommet. [Pv Kale'] Discussion au sommet. [Pv Kale'] Icon_minitimeMer 2 Nov 2011 - 14:19

Quand l'évidence n'est pas universelle

Discussion au sommet. [Pv Kale'] 196046hakuoukishinsengumikitanokitasoujihakuouki55dc7d0df4f7542ecfced20a20ebe78714859

  • Alors que mon esprit vagabondait librement et sans retenue au pays de la réflexion, j'ouïe un léger soupire. Mon regarde se repportais instantanément sur elle, je la voyais croiser les bras et son regard se perdait peu à peu dans le paysage se situant derrière moi. Cette femme était une véritable source de mystère si attrayante était-elle à mes yeux que je ne serais vous décrire l'envie que j'avais de chercher pour dénicher ces honteux secrets que chacun de nous enfouit au fond de soi.Et pour avoir un dossier si fin il fallait en cacher des choses, des choses que je voulais savoir à n'importe quel prix. Je ne sais pas d'où me venait ce goût pour l'inconnue mais je l'avais toujours eut depuis mon plus jeune âge et cela n'a visiblement point changé. Je l'observais mais mon visage avait changé je ne cherchais plus à dissimuler ma curiosité, j'étais maintenant impassible. Mon facièes clos et dénué d'expression réel. Elle détachait son arme pour la posais délicatement au sol, elle finissait par accepter mon invitation et prenait place sur le auteuil face à moi. Aussi étrange que cela pourrez -vous parraître je sentais que quelque chose allait ce passer.

    "Je crois qu’il est temps que je fasse preuve de plus de sociabilité… Certaines parts d’ombre se doivent d’être partagées… Mais ça ne vous plaira peut-être pas."Me dit-elle. En moi une flamme brûlante me consumais elle attisait le feu de ma curiosité, quel être passionnant à mes yeux que cette jeune demoiselle. Ne laissant parraître que l'indifférence je retenais cependant un froncement de sourcil trop caractéristique de l'intérêt. Elle se mit à sourire, je ne serais vraiment pas dire pourquoi. De la malice probablement ... ou point. Je croisais mes mains en tendant l'oreille, son regard plongé dans le mien, l'ombre conter l'émeraude. Combat sympathique. "Trois phénomènes liés à ma personne ont une explication que je possède. Le premier concerne votre juunin Ketsueki Hawk qui a récemment disparu…" Un rictus confiant s'étirait sous mon regard, j'avais comprit sans qu'elle me le dise. D'un geste mesuré je pris alors un second dossier noir et usé. C'était en faite là où je notais toute les missions données à mes ninja d'élite pour ainsi dire. Je 'louvris dans une effluve de vieux les pages pour certaines jaunit. En l'écoutant je prenais entre mon index et mon droit la plume que je trempais dans l'encre rouge. "En fait c’est moi qui l’ai tué. Il se montrait trop inutile pour le village… Mais en fait c’est plutôt que je me suis trop laissée aller… Un entrainement chez moi peut prendre parfois des proportions trop élevées avec le passé que j’ai eu ; passé qui mène au deuxième phénomène." Une sensation de fierté m'envahissait alors que je barais d'un geste vif quelques lignes. La missions sur ce meurtre n'avait plus aucun sens. Je refermais l'épais bouquin puis fixais cette juunin. J'attendais la suite. "La deuxième chose est que je suis une ancienne membre de l’Akatsuki qui a travaillé sous les ordres de Madara Uchiwa. Je ne faisais pas parti de la première génération, celle que tout le monde connait, mais de la deuxième c'est-à-dire celle où les visages sont secrets aux yeux de tous. Inutile de me demander des informations sur ce groupe, je ne compte pas m’épancher sur le sujet… Sujet qui amène enfin au dernier point." A cette révélation je mesurais mes sentiments. La lune rouge, elle en avai tpartit qu'elle folie me disais-je au fond de moi-même. Fascinante mais vraiment dangereuse, tous ce passé si tumuktueux sous une apparence si caline. Je vint porter ma main à mo nmenton en le taquinant du bout des doigts. Elle m'intriguait de plus en plus. Elle mêlait le danger et l'inconnue. "Ma dernière mission pour l’akatsuki a été de tuer l’ancien Raikage, Setsuri Hazu qui mettait en péril les buts de l’organisation de la lune rouge. Je sais déjà ce que vous allez dire, comment ais-je fait contre une personne aussi puissante, où est son corps et est-ce que je suis toujours fidèle à la lune rouge… C’est assez simple, je l’ai empoisonné bien que je porte encore quelques marques de sa riposte et son corps a été brulé… Ses cendres doivent actuellement parcourir le monde. Pour la dernière question, c’est à vous de voir… Je me doute bien que mon avis ne changera pas grand-chose sur les aprioris que vous devez certainement avoir… Voila, c’est tout. Peut-être que tout cela servira à rajouter quelques lignes de plus dans mon dossier." Un sentiment de vide profond dévastait mes certitudes. Je ne savais pas comment la considérer, allié ou ennemi. C'est une ninja brillante en vue de son apssé c'est aussi un assassin de qualité en contre partit. La chasser de Kumo ? Ou bien .. ou bien s'y allié à cette force naissante. Troublé en étan tsatisfait, je regrettais de l'avoir découvert de façon si aisé. Un rictus semblant amusé avec une touche de calme s'entdait toujours surs mes lèvres fines. Je les humidifiaient en passant ma langue dessus de façon très brève. J'étais aussi atteint depuis un combat du syndrôme de la fatigue chronique. C'était ni le lieux ni l'instant mais je sais que ce sentiment de fatigue soudain et puissant annoncé uen envie de dormir que je savais inutile vue qu'une fois réveillé j'étais toujours aussi fatigué. J'aurais voulut attendre la fin de cet entretiens mais je savais que là-dessus j'avais aps mal de limite. Je passe ma main entre les plis de mon vêtements pour posé ma amin sur mon coeur, mon seul recours est l'irou jutsu. une lueure verte se fait voir et dans une voix relachée comme sympathique je lui réponsais alors : " Quel passé tumultueux, on vous envie cette expérience !" Un clin d'oeil puis un léger soupire. "Pour Hawk c'est dommageable mais avec le bilan humain des récents affrontements .. ça change infortunément peu de chose, la vie est ainsi faite." Inspirant profondément, je jettais un bref coup d'oeil à cette lueure. Je la trouvée attrayante mais là n'était pas le sujet. Sur un air taquin je ne puit m'empêcher un peu d'humour noire: " J'ai une dette envers vous ! Sans vous je n'aurais pas put réaliser mon rêve d'enfance! Haha" Je me raclais la gorge pour mieux reprendre : "Non plus sérieusement, vous êtres une femme fascinante." Constat falatteur mais tellement vraie. Certain verraient ça comme un compliment en un sens on pouvait le considérer ainsi même si cela était plus une remarque banale sans même d'intérêt précis pour moi. Je gardais ma main sur mon ton torse en toussotant, ce syndrôme m'horripilait mais je m'y étais plus ou moins habituer cependant. "Rare sont les personnes qui cultivent le mystère avec tant d'habilité c'est sincérement appréciable j'en déduis que vous avez un minimum d'esprit, c'est tellement rare de nos jours..." Je me passais la main dans mes cheveux en plantant mon regard en le sien. "Vous n'avez rien d'autre à me conter ? Je suis un fin gourmet de ces petits réçits sympathique qui constitut le passé d'un être."

InvitéInvité
MessageSujet: Re: Discussion au sommet. [Pv Kale'] Discussion au sommet. [Pv Kale'] Icon_minitimeMer 2 Nov 2011 - 23:55



Arrêtons les belles paroles...
...et commençons la véritable discussion..


Discussion au sommet. [Pv Kale'] 677148740e


Une apparition brune et sensuelle
Que l’on pouvait saisir
Une envie de désir, une emprise
L’ivresse d’un plaisir sublime.

Mon cœur amoureux
A repeint les cieux
En orange et bleu…




Voyant qu’il tentait de garder un air impassible lorsque je débitais mes paroles pourtant choquantes, il ne réagit pas agressivement et je fronçai imperceptiblement des sourcils devant ce manque de réaction. Estimait-il que tout cela était pardonnable ? Ou préférait-il attendre le bon moment pour essayer de me faire tomber ? Je ne faisais confiance en personne, pas même aux rares hommes qui avaient partagé ma couche… Néanmoins, je comprenais qu’il était un peu plus futé que certains et compris que s’il me gardait au sein de son village c’était essentiellement pour me surveiller. Après tout, sans trop me vanter, j’étais une force non négligeable pour Kumo et s’il avait les moyens de s’attirer ma loyauté, il possèderait tout le bénéfice de la chose. De plus, n’était-il pas préférable que de savoir le serpent dans son jardin plutôt que de le croire n’importe où… ? Ce jeune homme était bien plus malin qu’il ne le laissait voir et cette partie de son esprit qui s’avérait être apparemment calculateur malgré ses airs nonchalants ne m’attira pas de la sympathie, mais de l’intérêt… Et il est plutôt rare d’attiser ma curiosité au vu de mon caractère particulièrement je-m’en-foutiste.
Le voyant porter sa main à son cœur, je compris qu’il usait d’irou jutsu, branche de l’art ninja que je tâtonnais un peu sans grand succès. Etait-il malade ? Etait-ce prudent que de laisser une personne handicapée comme ultime rempart du village ? Je me dis que oui, puisqu’après tout, s’il était là ce n’était pas pour rien… Encore un élément que j’essayerai d’éclaircir par la suite. Lorsqu’il eu terminé de soigner une blessure interne qui se situait apparemment au niveau du cœur, il inspira longuement puis s’éclaircit la voix avant de me répondre d’un ton neutre quoique légèrement moqueur. Dans le bon sens ou pas ? Je ne le devinais pas mais sentais tout de même une part de sincérité dans ses propos…

« Ne commence pas à lui accorder une bribe de notre confiance.
Ne t’inquiète pas, je n’ai pas failli jusque là, pourquoi commencer maintenant.
Ne sait-on jamais, avec toi…
Et vous vous étonnez de n’avoir aucun ami ! »

Ne semblant pas regretter la mort de son juunin, il ironisa plutôt sur ce qu’il appelait un bilan et je restai impassible non pas par retenue mais surtout pour connaître la suite. Finalement, aucun combat ne semblait prévu… Tant mieux, je n’étais pas d’humeur à me battre. Poursuivant en me remerciant d’un ton légèrement sarcastique qui me montra qu’il n’était pas aussi gentil qu’il le montrait, il avoua presque que la mort de Setsuri l’arrangeait. Tant mieux, elle arrangeait tout le monde… Au moins je n’avais plus à m’en faire de ce coté là. Poursuivant en me décrivant comme une femme fascinante, je ne relevai pas ce qui semblait être un compliment bien qu’il pouvait tout aussi bien représenter une simple analyse de sa part et le laissai continuer malgré les quelques toussotements qui troublaient par intermittences ces temps de paroles. M’apprenant qu’il trouvait les personnes possédant de l’esprit assez rare, j’haussai un léger sourcil à l’énonciation du ‘’un minimum’’ d’un air amusé. J’étais donc dans le minimum ? Ma foi, tout cela n’était que subjectif, il avait parfaitement le droit de me prendre pour une idiote ou pour quelqu’un possédant… Un minimum d’esprit. Ce fut surtout le fait qu’il le sorte aussi facilement qui m’intrigua… Etait-ce une façon d’avancer un peu plus dans notre rencontre qui avait démarré assez froidement ou bien tout simplement une façon de me montrer que de part son statut il pouvait se permettre de critiquer les gens que ça soit en bien ou en mal. Peut-être un peu des deux… Mais étrangement, cela ne me gênait pas. Nous manquions cruellement de personnes franches et il était toujours agréable d’en rencontrer même dans des lieux aussi improbables qu’un bureau de politicien.
Se passant une nouvelle fois dans les cheveux, il me demanda si je n’avais rien d’autre à raconter comme quoi il était friand de ce genre de petites histoires.
Entortillant lentement l’une de mes interminables mèches d’un noir d’encre, le coude toujours appuyé sur l’accoudoir, je posai ma lame à plat devant moi sur mes genoux et y posai mon bras libre d’un geste délicat. Coquetterie ? Non, plutôt une intense réflexion…

Des petits récits sympathiques… Relevais-je, amusée. Je doute que conter la mort de certains personnages aussi insignifiants soient-ils soit très sympathique… Mais je comprends parfaitement votre curiosité.

Après tout, je n’avais fait que parler de mes actions, il n’en savait pas plus sur moi que le début si ce n’était le fait que je n’étais pas spécialement aussi innocente que mon apparence pouvait le montrer. Mais étais-je pour autant une représentation du mal comme on l’assimilait souvent aux membres ou anciens membres de la lune rouge ? N’étaient-ils pas aussi honorifiques que nous ? Ils poursuivaient tout simplement des buts différents, c’était une décision que l’on ne pouvait pas plus blâmer qu’une autre, après tout…

« Les choix sont bien les seuls libertés qui nous restent…
Tu as totalement raison…
…Et pour une fois je suis d’accord avec vous. »

Je n’ai pas grand-chose à ajouter. Repris-je, toujours un sourire en coin. Je pense en avoir déjà assez dit pour une première rencontre… Et comme rencontre rime avec échange, il est aussi de votre responsabilité de vous dévoiler un peu plus à moi pour que nous puissions poursuivre cette conversation en toute honnêteté, non… ?

Ni voyez aucun sous-entendu malsain dans mes mots, je disais cela en toute franchise et ne souhaitais rien de particulier de sa part si ce n’était un peu plus de profondeur dans notre échange. Pour le moment nous stagnions depuis le début et vu l’effectif réduit que nous étions, je serais donc souvent amenée à le rencontrer… Se faire une idée juste de la personne que l’on verra fréquemment était plus judicieux que d’agir sans posséder tous les éléments en main. Certes, je n’avais rien de prévu à son sujet et je doutais fort que l’akatsuki reprenne contact avec moi sur ce coté là… Déjà que nous n’entretenions plus beaucoup de liens, elle ne se permettra pas de me demander de tuer le raikage. Il fallait dire que je sentais toujours une douleur lancinante à chaque fois que je me mouvais depuis qu’un mauvais coup de setsuri hazu avait taillé une longue estafilade sur mon abdomen. Malgré l’irou jutsu et le fait que bientôt tout cela ne serait plus qu’un mauvais souvenir, j’avais encore trop mal pour me permettre d’envisager un quelconque affrontement, commandité ou pas… Désormais, je n’aspirais plus qu’à une vie tranquille, une vie paisible et sans contrainte… En fait, je voulais gouter le luxe d’une vie normale… Une vie sans problème. Je voulais touchais à tous ces sentiments que le commun des mortels savouraient chaque jour. Je voulais devenir une femme à part entière dont l’existence ne se résumait pas à tuer ou à risquer d’être tuée… Mais pouvais-je exiger tout cela avec tous les actes que j’avais commis ? Si c’était le cas et qu’un dieu existait, il se montrerait plus que clément avec ma personne…

« On a bien le droit d’être pardonnée, non ?!
Oui, m’enfin dans ton cas je ne sais pas si c’est possible… »

Me frottant machinalement le ventre là où une fine ligne blanche zigzaguait sur ma peau, je reportai mon attention sur mon interlocuteur qui lui aussi semblait être blessé. Quelle image nous devions donner… Heureusement qu’une tierce personne ne se trouvait pas dans la pièce avec nous, il aurait été destitué de ses fonctions et je me serais retrouvée à la porte considérée comme étant incompétente.
Cette caricature me tirant un nouveau sourire, je laissai passer un léger silence avant de poser à nouveau mes yeux sombres dans le vert émeraude des siens.

Etes-vous sincèrement satisfait de votre place ? Demandais-je alors calmement. Si les posts à hautes fonctions ne m’ont jamais dérangé, je n’ai jamais pu supporter l’idée d’être à la tête d’un quelconque groupe ou organisation… Cela me semble être trop contradictoire à la notion de liberté que je prône en priorité…

« Mais les hommes sont avides de pouvoir…
Les femmes aussi, non ?
Moins, quand même ! »

… Mais je ne voudrais pas me montrer indiscrète… Terminais-je d’un ton accompagné d’une étincelle moqueuse dans mon regard qui démontrait le contraire.





InvitéInvité
MessageSujet: Re: Discussion au sommet. [Pv Kale'] Discussion au sommet. [Pv Kale'] Icon_minitimeDim 6 Nov 2011 - 13:15

Le passé, Oh que de souvenir !

Discussion au sommet. [Pv Kale'] 196046hakuoukishinsengumikitanokitasoujihakuouki55dc7d0df4f7542ecfced20a20ebe78714859

  • Autour de son doigt s'enmmêlait l'une de ces mèches ébène de cheveux, son bras reposait toujours sur l'accoudoir et sa lame vin tse poser à plat sur ces genoux. Cela était-ce signe que la conversation prenait de l'ampleur. Je ne saurais vous le dire avec une certitude pleinne d'un certain signe vérité, cette discussion était si hasardeuse et avait si peu de but qu'il était complexe de devancée sa tournure pour ne pas dire impossible. Trop alambiqué pour deviner quoique ce soit et de toute façon j'avouais ne pas vouloir le faire. Ce serait fausser une partie de jeux qui commençait si bien que ce ne pouvait être que regrettable. Je voyais cette entrevue comme une véritable source d'attrait, cette juunin mêlait en moi la curiosité, la surprise et la réflexion. Vraiment splendide selon moi. "Des petits récits sympathiques..." Voilà ce qu'elle relevait avec une pinte d'amusement dans le fond de sa voix. Oui, sympathiques pensais-je. Préférait- elle que je la chasse pour avoir tuer un homme parmis tant d'autre ? Non je ne pensais pas. "Je doute que conter la mort de certains personnages aussi insignifiants soient-ils soit très sympathique… Mais je comprends parfaitement votre curiosité." Un léger sourire satisfait se peignait sur mes lèvres alors que je l' observais toujours. Elle avait pointer du doigt mon pire pêché, la curiosité je me demandais si l'on pouvait l'apparenter à la gourmandise. Pour moi je pensais que oui mais là n'était pas l'important de l'instant.Je ne put retenir un murmure à ces paroles : "Il n'y a de vie sans mort, c'est un cycle" Dans un souffle très discret ces paroles fut ditent et selon moi on ne pouvait faire plus réalistes et juste. Je crois que là étaient représenté toutes les certitude de l'espèce humaine, l'on vit pour mourir. "Je n’ai pas grand-chose à ajouter. Je pense en avoir déjà assez dit pour une première rencontre… Et comme rencontre rime avec échange, il est aussi de votre responsabilité de vous dévoiler un peu plus à moi pour que nous puissions poursuivre cette conversation en toute honnêteté, non… ?" Responsabilités je savais pas vraiment si c'était le bon terme, car il découlait là juste d'une logique et non d'un devoir. Franchement je ne voyais pas cela ainsi et je disais et contais mon passé que si l'envie y est. En ce qui concerne l'honnêteté je ne le suis que lorsque cela m'apparraît approprié il m'est arrivé par le passé d'être plus ou moins franc et là on peut éventuellement percevoir de la malhonnêteté ou alors de l'opportunisme en fin je ne saurais vraiment vous dire. J'acceuillais ces dires dans une certaine humeur de fausse gaïeté, je pouvais parraître amusé mais je me méfiais inétrieurement.

    Je agrdais ma main sur mon torse dans cette lueure verte et chaude. Je haïssais par instant cette maladie mais la vie est ainsi. J'observais la femme qui se massait le ventre. Cela attisait ma curiosité une nouvelle fois. Il en faut peu certes. "Etes-vous sincèrement satisfait de votre place ? . Si les posts à hautes fonctions ne m’ont jamais dérangé, je n’ai jamais pu supporter l’idée d’être à la tête d’un quelconque groupe ou organisation… Cela me semble être trop contradictoire à la notion de liberté que je prône en priorité…" Je me redressais en gardant ma main dans la même position. Voilà qui devenait fructueux. "Ma foi je le suis, effectivement. Et bien je ne pense pas véritablement que cela entrave la notion même de la liberté individuelle bien au contraire selon moi." Ce n'était comme toujours que mon humble avis. "Cependant j'admet volontiers que quelque part ce post au sein même de notre village est un véritable bourg de restriction vis à vis de ma privée et en cela je conçoit une possible barrière à ma liberté. " Un profond rictus indéfénissable se peignait sur mes lèvres fines. Bien je crois qu'il était à moi d'end évoiler un peu sur mon histoire. " En ce qui concerne mon Histoire j'ai bien peur qu'elle ne soit point aussi passionnante que vos derniers agissements." Je faisais une pause courte durant laquelle mon regarde venait se heurter à la lueur. "Bien... Je vais commencer par ce que vous ne pouvez que constater. J'use de l'iroujutsu pour ralentir les effets d'un syndrôme sans solution, c'est un problème à coeur ouvert sans clé pour le voir clos de façon définitive. Ce syndrôme est dût à l'un des combats à Konoha durant l'une de nos guerres." Dans un regard soudainement snas étincelle, je me remémorias ce combat. Il a changé bien des choses. " Si ce n'est cela .. je n'ai rien d'autre à vous contez." Je mentais évidemment j'avais tant de chose à dire sur moi .. mais que voulez-vous je suis de nature prudente et secrète.

InvitéInvité
MessageSujet: Re: Discussion au sommet. [Pv Kale'] Discussion au sommet. [Pv Kale'] Icon_minitimeSam 3 Déc 2011 - 19:05



.:I Une histoire qui se finit bien... I:.

"Pour l’enfant, amoureux de cartes et d’estampes,
L’univers est égal à son vaste appétit.
Ah ! Que le monde est grand à la clarté des lampes !
Aux yeux du souvenir que le monde est petit !


Discussion au sommet. [Pv Kale'] 764986720e

[hrpg] : Comme prévu je fais vite, hein ? M’en veux pas, hein ? Ho et au pire… JE FAIS COMME JE VEUX ! Razz Et en plus c’est mon post de « cloturation » de rp haha


Le Raikage répondit vaguement à mes questions comme s’il ne souhaitait pas en dévoiler trop sur sa personne. Esquissant un sourire devant tant de prévention, je doutais fort que l’homme qui avait été choisi pour être placé à la tête du village soit quelqu’un de « banal ». On parlait bien du rempart numéro un de Kumo, non ?
Dissimulant l’air amusé de mon visage derrière un voile de cheveux noirs, j’attendis qu’il termine sa réponse et laissai le silence s’installer dans le bureau une fois de plus. Peut-être était-ce le signe pour moi de prendre congé, mais qu’avais-je gagné en venant ici ? J’avais déclenché la suspicion du nouveau raikage à mon égard et ne m’étais fait aucun allié. Certes, je n’étais pas venue ici pour rechercher une quelconque relation mais ma curiosité m’avait poussé une fois de plus à faire des choses irréfléchies. Peut-être devrais-je en tirer quelques conclusions ?

Voila qui est bien discret… Remarquais-je, l’ombre d’un sourire encore sur les lèvres.

Nous étions assez étranges. Alors que tout portait à croire que nous étions comme deux loups de meutes différentes, nous avions parlé calmement. Mais pourtant la méfiance était de mise. Un échange courtois au ton agréable quoique un peu froid de ma part mais qui ne tenait aucun contenant désagréable…
Me remémorant ce qui avait été dit, à savoir peu de choses hormis le fait qu’il en savait plus sur ma fidélité douteuse, certaines de ses paroles me revinrent en mémoire. Me retenant de lâcher un léger rire, je décroisai mes jambes et me penchai légèrement en avant. Posant mes avant-bras sur son bureau tandis qu’il se soignait toujours, son irou me rappela désagréablement les démangeaisons de ma propre cicatrice mais je n’en montrai rien. Prenant la parole d’une voix posée, j’y ajoutai volontairement une note d’humour.

Vous êtes à la recherche d’un bras droit ? dis-je. Ma foi, peut-être pourrais-je remplir la fonction… ?

« t’es sérieuse ? Le pouvoir !
Non mais je dis ça ironiquement, imbécile.
Et pourquoi pas ?
Parce que… Laisse-moi réfléchir. Assassina sur un membre de la haute hiérarchie, meurtre sur un confrère et un citoyen honorable… Ex nukenin, ex-membre de l’akatsuki à savoir l’organisation de criminels de rang S. Et je ne parle pas de ce que Viladra a fait à Kumo il y a plusieurs années…

… »

Après un court silence, je laissai échapper un léger rire sarcastique. Son air un peu surpris ravit mon être et mon moral augmenta d’un cran. Finalement, se laisser aller avait un peu de bon pour le bien-être mental. Souriant toujours légèrement, je me rejetai lentement en arrière et croisai à nouveau les bras.

Prenez cela comme une boutade… Mais sans arrière pensée, je trouve effectivement dommage de se laisser écraser par un poids sans demander de l’aide. Même les derniers des ignorants c’est reconnaître que l’union fait la force…

« C’est surtout un bon moyen pour que tu le surveilles !
Et qu’il me surveille en retour.
Genial, niveau relation j’espérais quelque chose de plus sympa !
Genre, meilleur ami ? Laisse-moi rire… Il est le genre d’homme que tu te tapes le temps d’une nuit et que tu oublies le lendemain matin.
Oui enfin si je pouvais avoir autre chose… Je préfère encore l’indifférence. »

Me relevant alors, je plaçai mon arme dans mon dos et me tournai une nouvelle fois vers lui.

Je ne vais peut-être pas vous déranger plus longtemps. Lâchais-je, calmement. Les rumeurs disent qu’un kage et constamment occupé… Ca ne doit pas être facile pour la vie sociale, hm.






InvitéInvité
MessageSujet: Re: Discussion au sommet. [Pv Kale'] Discussion au sommet. [Pv Kale'] Icon_minitimeDim 4 Déc 2011 - 14:40

Bye Bye

Discussion au sommet. [Pv Kale'] 196046hakuoukishinsengumikitanokitasoujihakuouki55dc7d0df4f7542ecfced20a20ebe78714859

  • Une nature prudente et discrette ... Oui et c'est en cela que je suis un leader définitf de Kumo. Avez-vous déjà vue l'un dirigeant parler à coeur ouvert avec le premier venut ? Véritablement non qu'en pensez-vous ? Si je ne m'écoutais que moi je ne pourrais qu'envisager un "oui" grand et puissant. Je n'étais pas la pour badiner dans mes songeries les plus fastidieuses et pourtant c'est bien ce que je faisais en l'instant même. Je me laissais par la vague de rêverie autant futile que sans interêt probateur, mon regard impassible mon visage avait perdu toute trace d'une feu malice. Soudain je repensais au présent à maintenant cette femme quel être perplexe et inavoué. Tout comme moi lorsque j'y réfléchissais avec un plus ample sérieux la différence majeur était qu'elle m'avait dévoilée son passé avec moins de barrière que moi-même. Je n'avais rien dit sur celui-ci, ou alors oui quelques bribes de partie inutile.Quelques part bien que j'ai énormément d'expérience à mon actif à quoi s'attendait-elle ? Concrétement à quoi ? Une confession ? Je ne saurais vous dire exactement. Au moins nous étions tous deux sur un pied d'égalité." Voila qui est bien discret"dit-elle. Je retenais un arquement de sourcil, visiblement elle n'était absolument pas satisfaite de mes petites révélations. Qu'elle ironie elle qui s'est confiée à moi avait en retour un réçit amplement troué. Lorsque l'on demande à un Kage son passé on se doute bien de sa réponse qui plus est avec son précédent flash back. Elle décroisait ses jambes sous mon regard profond mais avec une interprétation impossible de quiconque. J'avoue j'étais curieux de voire ce qu'elle me réservait cette fois-ci. Elle posait ces avant bras sur mon bureau. Je l'observais de plus en plus intrigué. "Vous êtes à la recherche d’un bras droit ? Ma foi, peut-être pourrais-je remplir la fonction… ? " Une voix se voulant rieuse, une pointe d'humour mais un ton calme. Je ne savais par contre point comment l'interpréter vraiment. Après tout l'avoir comme Bras-Droit n'était pas ci .... mauvais. Un "cv" plus que démontrant ces capacités et aussi une façon de garder un oeil sur elle. Mieux vaut avoir une possible menace dans son cercle proche qu'éloigné.

    J'écartais ma main de mon coeur d'un geste lent pour mieux la poser sur mon bureau. La lueur verte avait prit fin tant dis que je réfléchissais toujours à ces quelques mots. "Prenez cela comme une boutade… Mais sans arrière pensée, je trouve effectivement dommage de se laisser écraser par un poids sans demander de l’aide. Même les derniers des ignorants c’est reconnaître que l’union fait la force…" Je me passais la main dans les cheveux. Bien étrange jeune femme...Mes prunelles suivèrent son mouvement, elle allait partir pour me laisser voguer au grès de cette étendue de paperasse qu'elel joie intense ... "Je ne vais peut-être pas vous déranger plus longtemps. Les rumeurs disent qu’un kage et constamment occupé… Ca ne doit pas être facile pour la vie sociale, hm." Un sourire s'édifiais sur mes lèvres, ce n'étaient pas que des rumeurs infortunément ! Être Kage c'était une épreuve de force au quotidien pensais-je. "Très bien ... Votre nouvelle fonction entrera en rigeur prochainement" d'une voix basse. Elle aurait dut attendre que moi même je la chasse plutôt que de prendre le devants.

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Discussion au sommet. [Pv Kale'] Discussion au sommet. [Pv Kale'] Icon_minitime


Discussion au sommet. [Pv Kale']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une rencontre au sommet
» Corruption au sommet rang A
» La faucheuse adopte bien des facettes. [ Pv Kale]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives :: Archives :: Sujets divers-
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser