Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Assumer une fois la nuit passée ... [Pv Seijitsu Chizuru]

~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
Tenzen Matsudaï~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 507
▌Inscription : 20/04/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | A / 20 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
342/2000  (342/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Assumer une fois la nuit passée ... [Pv Seijitsu Chizuru] Mer 29 Aoû 2012 - 21:13


~ Assumer une fois la nuit passée ... ~


Pourquoi chercher la difficulté, quand le langage nous donnait les mots nécessaires pour décrire et mettre un nom aux sentiments rongeant nos âmes ... Même si, dans l'aspect, mon élan osé s'avérait trop précipité et nullement réfléchit. Cependant, contrairement à elle, les effets de ce liquide libérateur accentuait aussi bien la profondeur de mon bien-être que celui de mes démons les plus contraignant ... Enfermé dans le plus grand des silences, impossible de lui dire que ce serait peut-être la dernière occasion de partager un tel moment et de se lier véritablement d'un lien palpable ... Surtout avec le poids d'un rôle aux multiples facettes annihilant les opportunités de ce genre chez un soldat. Puis, avec la chance qui pesait en cette destinée depuis le départ menait fortement à penser que nous ne nous reverrions pas de sitôt ... Voir même, plus jamais. Tout dépendait des missions que l'on allait me confier, et si jamais je devais réapparaitre sous cette identité ou bien, ne plus l'utiliser du tout ... Voilà que, subitement, sortis de mon rêve idyllique, je recouvrais l'espace d'un instant l'ensemble de ma détresse lorsque la jeune demoiselle en vint à la proposition de partir pour se reposer. Ainsi sonnait le glas du moment fatidique de la séparation, inévitable certes, mais si regrettable ... Pourtant, je me conformais toujours à une attitude normale, dans la même joie apparente que depuis le commencement de ce rendez-vous bien improbable. Elle s'approchait de nouveau ma silhouette, moins hésitante cette fois, prenant naturellement appuie afin de se relâcher d'un effet insurmontable pour se tenir debout. Il fallait avouer que de mon côté, la situation s’avérait quasiment identique, au détail prêt que j’essayais tant bien que mal de garder l’équilibre. Au moins en profitais-je pour la raccompagner jusqu’à la déposer en sécurité en un endroit familier, en partageant par la même occasion de précieuses secondes en sa compagnie …

Le sourire intime de mes lèvres ne me quittèrent pas, d'une expression protectrice sur sa personne, alors que tous les artifices du décor me déroutaient facilement, en point d'en rendre incertaine ma propre marche. Heureusement, une flamme insondable de motivation embrasait le reste de ma conscience, afin de lui paraitre du mieux que possible. Le bras passé derrière son dos, l'entourant de la taille pour mieux la serrer contre moi, n'hésitant pas à l'embrasser de temps en temps sur le front, tout en lui susurrant quelques compliments au sujet de cette journée mémorable ... Même si, se sa réponse tout à l'heure, il n'en fut rien ... En réalité, je n'en attendais rien non plus. Il suffisait plutôt de se gratifier de cette soirée sans se prendre la tête sur de pareilles histoires, puisque tout allait vite, bien trop vite ... Comme si, du jour au lendemain, l'on s'engagerait dans un chemin partagé à deux ... Des pensées trop étonnantes, trop étrangères à ma personne, tant et si bien que j'en ressentais une impression étrange d'en acclamer l'oubli. Non d'une raison gênante, mais surtout d'un réalisme propre au véritable Tenzen, qui ressurgissait contre toute attente malgré l'alcool face à la séparation ... M'enfin, nous continuâmes tout de même jusqu'au bout, d'une lenteur plus ou moins effarante sous la béatitude de nos expressions ... Là, nous atteignions la destination finale où je devais la délaisser de ma compagnie, en toute logique. Partagé entre le respect et la gêne, mes jambes se stoppèrent non loin de l'appartement, la décalant dans le même mouvement au sein de mes bras une nouvelle fois, afin de l'avoir les yeux dans les yeux. Le silence sur les lèvres, mon regard se contentait de la contempler autant que possible avant de voir transformer cela en un souvenir impérissable …

De mes poumons incontrôlés, j'inspirais un grand coup dans le but d'acquiescer éventuellement un simple au revoir, en bonne et due forme de cette deuxième rencontre, lui laissant d'ailleurs toutes les décisions en mains ... Que les choses n'iraient surement pas plus loin. Soudain, marqué d'une surprise éclatante sur le visage, je suivais tendrement le parcours de sa main le long de ma joue, avant de sourire de gourmandise devant son faciès délicieux, m'abandonnant sans résistance à un dernier baisé intense ... Si agréable, que je tentais de prolonger d'une certaine quémande du bout des lèvres, tentant de happer les siennes affectueusement, avant de la quitter lentement. Un frisson de plaisir incommensurable ... Et automatiquement, j'entamais un mouvement de départ délicat, jusqu'à ressentir une pression inespéré sur ma silhouette, puis une douce chaleur à mes oreilles ... Reste ? Je me demandais irrémédiablement si cela ne faisait pas partie d'une hallucination de ma condition peu crédible ... Hé ... Non, elle disait bien vrai. Ce fut bien difficile à croire au départ, mais d'un coup, toujours la main enlacé dans la sienne, je revenais, l'entrainant dans un mouvement de tournoiement sur elle-même jusqu'à la plaquer de dos contre moi. Ma tête alla se caller intimement dans le creux de son cou, suite à quoi j'effleurais la peau de sa nuque de la chair rosé au bord de ma bouche, en guise d'un soulagement exposé. Inutile de le masquer, je la désirais. Et, en cet instant, son corps s'échappa de mes bras l'entourant, alors que d'une stabilité à nouveau acquis, sa force m'entraîna vers l'intérieur, se tournant de temps en temps vers moi pour me guider. Je ne pus guère faire attention au décor de par mon esprit tournoyant constamment, mais une fois la lumière allumée dans un couloir de sa demeure, je remarquais l'étrange brillance des parois, dont les embouchures donnaient accès sur de nombreuses salles. Celles-ci défilèrent devant mes yeux perdues, avant que nous joignions finalement la deuxième porte à gauche, directement dans sa chambre ... Quelle invitation ... Impossible d'y résister. Je la sentis m'attirer en tirant sur le col de mon haut, entamant une multitude de petits baisés frénétique, où mon dernier réflexe fut de refermer la porte derrière moi ... La nuit de ma vie ... Abandonné à l'oubli.

And after the night …

Des fenêtres se pointait ouvertement l'aube de la journée, avec les premiers rayons du soleil frappant allégrement depuis le ciel du village caché des nuages ... Caressant dans une attention maternelle la peau de mon visage encore paisible dans un sommeil profond, ne voulant y régir d'un repos trop profond. De la peau exposée à l'air de mon torse, je m'imprégnais inconsciemment des caresses minutieuses de la couverture apposée sur mon corps légèrement endolorie d'une nuit arrosée. Encore plongé dans un rêve indéterminable de par la fatigue, mon esprit s'en tenait simplement aux pulsions et signes extérieur, sans y porter quelconque raisonnement ... Là, posé à mes aises, j'entourais fugacement de mon bras une créature chaleureuse, dont l'enveloppe charnelle m'émerveillait d'une chaleur irrésistible ... Un puits de délice que je savais ainsi, au point de me tourner complètement sur le côté, les yeux clos, afin de renforcer mon étreinte sur elle et la rapprocher au sein de mon torse. Ma tête alla se caler sur les contours de sa nuque, en même temps que ma main cherchait d'une façon aventureuse les abords de sa poitrine ... Se posant involontairement l'un de ses seins divins. Enfin humais-je instinctivement son parfum, comme si cette présence était parfaitement normale ... Ne jamais quitter ce rêve ...
avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Assumer une fois la nuit passée ... [Pv Seijitsu Chizuru] Jeu 30 Aoû 2012 - 9:43




Trinquons aux lendemains difficiles

Juste ce mot. Il ne lui en fallut pas plus pour me prendre dans ses bras et se jeter avidement sur mon cou. Je ne demandais pas mieux, loin de là… J’étais soulagée évidemment et lui aussi visiblement. Soulagée de l’avoir avec moi un peu plus longtemps. Au moins une nuit de plus… Car quels que soient nos sentiments l’un envers l’autres, notre vie de ninja ne nous permettrait probablement pas de nous revoir avant un moment, peut être même pas du tout. Mais cela je ne préférais pas y penser. Non… pour cette nuit il n’y avait que l’instant présent qui comptait et rien d’autre. Cela faisait un moment que je n’avais rien bu et avait donc en conséquence récupéré une certaine stabilité dans ma démarche qui me permis de lui agripper le bras et d’entrainer le brun jusqu’à l’intérieur de mon appartement d’un pas rapide. Je me retournais de temps à autres pour vérifier que Vanden n’avais pas trop de mal à me suivre. Nous passâmes rapidement les différents couloirs et escalier menant à ma demeure pour finalement y pénétrer. J’ignore par quel miracle je réussis à faire rentrer mes clés du premier coup dans la serrure vu mon état d’ébriété. Mais je n’allais pas m’en plaindre. Une fois arrivé dans ma chambre je me retournai vers le jeune homme, le tirai par son col pour l’attirer vers moi et l’embrasser encore et encore…

Aux lendemains difficiles…


Cela faisait bien longtemps que le soleil s’était levé sur Kumogakure, mais j’étais bien trop fatiguée par la nuit précédente pour être réveillée par quelques rayons un peu trop lumineux qui avaient percés à travers mes rideaux. Non ce qui m’avait éveillé, c’était un terrible mal de tête communément appelé la gueule de bois. Mais ça je ne le savais pas encore. Non pour ça il aurait fallut que je réfléchisse au point de me souvenir que j’avais bu. Ce qui était presque inconcevable pour moi et quasiment impossible de réfléchir étant donné la fanfare qui se jouait dans ma tête. Non pour le moment je me contentais de me dire que j’avais mal crâne. J’ouvris difficilement un œil pour observer mon réveil… 13 heures… 13 HEURES ???!!! Mais qu’est-ce que j’avais bien pu faire la veille pour dormir autant ! Moi qui étais d’ordinaire très matinale… Raaa et ce mal de tête… Nan… songer à quoi que ce soit dans cet état était impensable. Je ferais mieux de commencer par prendre de l’aspirine et une bonne douche froide. Ce me remettrais les idées en place. Je commençais à effectuer quelques mouvements dans le but de me lever quand je sentis une étreinte se resserrer autour de ma taille… Je fronçais les sourcils pour finalement reprendre ma place initiale dans le lit. Je n’avais pas souvenir qu’Haru-chan soit venu dormir à la maison… Mais qu’est-ce que j’avais bien pu faire la veille…

Au bout de quelques minutes d’intense réflexion je commençais à me rappeler… J’étais revenu de ma mission à Akarui et on m’en avait donné une autre dans la foulée… Je devais passer la journée avec… avec le Kirijin qui m’avait sauvé. Je rougie rien qu’à cette pensée (Si seulement je savais XDD). Mais ça n’expliquait pas pourquoi mon frère se retrouvait là… Bon après qu’est-ce que j’ai fait… On a passé l’après-midi ensemble et… ah oui ! Il m’a invité à diner le soir pour me remercier… Mais où est-ce que nous sommes allés… Raaa pas moyen de me souvenir du nom de ce restaurant ! On a mangé quoi d’ailleurs ? Je ne me rappel pas avoir mangé quoi que ce soit hier soir d’ailleurs… Non on n’a pas du y aller… Ah ! Ça y est, ça me revient ! Pour éviter de croiser des collègues qui auraient pu me reconnaitre on avait été… en boite… Mais qu’elle idée saugrenu m’avait traversé l’esprit pour que j’en arrive là ! Mais qu’elle idée stupide !!!! Enfin bref… passons directement au moment où je dis au revoir à Vanden-san et où je rentre chez moi… … … Non j’ai beau réfléchir j’ai un énorme trou de mémoire… pourtant je n’avais pas du boire beaucoup… Peut-être un verre pour ne pas paraitre impolie… ou deux… Je commençais à pâlir en me rendant compte de la quantité d’alcool que j’avais ingurgité la veille… Au moins, le mystère de mon mal de tête était élucidé. Mais qu’en était-il de l’autre ? Ba oui, celui où Haru-chan se retrouve chez moi (Non non, je ne peux pas imaginer une seule seconde que je partage mon lit avec quelqu’un d’autre que mon frère)… J’ai du rentrer tard en plus… Et puis il me prévient en général pour ces trucs là…Je l’ai peut-être croisé dans la rue…Non, mes parents ne l’auraient jamais laissé sortir à cette heure là… Mais… Mais… MAIS ALORS C’EST QUI QUI EST A COTE DE MOI ??!!

Spoiler:
 

Je rouvris rapidement les yeux et tournais la tête vers la personne en question, l’étreinte dans laquelle je me trouvais ne me permettant pas de me tourner complètement. Tous mes muscles se crispèrent en même temps quand je reconnus le visage de Vanden-san à mes côtés. Mais… Comment… Qu’est-ce que… qu’est-ce qu’il s’était passé hier ??!!! Et pourquoi il était là lui ??!!! C’est quoi cette histoire ??!!!! J’étais pâle, très pâle… mon visage devait probablement rivaliser avec la couleur de mes draps blanc… Autant les souvenirs d’avant la boite étaient assez clair autant ceux d’après étaient flou et me revenaient par flashs… Bon… Calmons-nous, zen… Après tout… il était peut-être juste très fatigué et moi aussi et on s’est endormis là… comme ça… dans cette position… complètements nus … en tout bien tout honneur… mais oui c’est tout à fait…. Comment ça complètements nus ??!!! Je soulevais légèrement le drap pour constater qu’effectivement… je ne portais pas ma chemise de nuit et qu’effectivement, d’après ce que je sentais contre moi, mon homologue devait se trouver dans le même état… Mon dieu mais qu’est-ce que j’avais bien pu faire cette nuit ??!!! Raaaa si seulement je pouvais me souvenir !!! Quoi que… en fait c’était peut-être mieux que je ne me souvienne pas… Je pleurais intérieurement en me jurant que plus jamais je ne toucherais à une seule goutte d’alcool. J’inspirais un grand coup pour me calmer… Bon maintenant le tout était de se sortir de la sans réveiller l’autre qui devait… en avoir assez vu la veille…..

De la délicatesse… surtout ne pas le réveiller… Non… La scène serait trop… Raaaaaa… Mes joues étaient redevenues incroyablement rouge de honte et de gène… Pourquoi ce genre de truc n’arrive qu’à moi ??!! J’avais réussie à dégager mes bras qui tentaient désormais de défaire son étreinte mais plus j’essayais vainement de m’éloigner plus ce dernier m’enlaçait et se collait à moi. Oui parce que maintenant j’étais totalement contre lui et qu’il avait calé sa tête contre mon cou… Au début j’avais crus qu’il le faisait exprès mais non… d’après sa respiration il dormait toujours. Et je me garderais bien de le réveiller ! Si je pouvais me passer d’une scène d’explication assez farfelu ou autre ça m’arrangeait ! Surtout que je risquerais fortement de m’énerver si je ne prends pas rapidement mon aspirine, ma douche, mes vêtements et que je ne me calme pas un peu. Oui parce que techniquement cette personne restait tout de même un Kirijin en mission diplomatique donc il fallait que je reste, malgré la situation, diplomate… Je le sentis se coller encore un peu plus contre moi. Je me crispais plus encore si cela était possible et me répétant que je devais rester calme et diplomate et que tout comme moi, le jeune homme ne devait pas se souvenir de grand-chose, qu’il dormait et qu’il ne savait pas ce qu’il faisait. Enfin c’est ce que je pensais jusqu’à ce qu’il passe allègrement sa main sur ma poitrine.

Mes sourcils se froncèrent violement et comme pas réflexe, je lui assenai un coup de coude dans les cotes pour qu’il me lâche et lui collais une baffe pour le principe. Un doux réveil en somme. Mais je n’avais jamais été très diplomate. Je me levais rapidement du lit entourée par le drap, pris les premières affaires qui me tombèrent sous la main et me dirigeait vers la salle de bain, en face de ma chambre pour aller prendre une bonne douche bien froide, glaciale même, laissant le kirijin à ses interrogations. Je restais environs 10 minutes sous l’eau froide ce qui me calma quelques peu. Puis je sorite de sous la douche pour mettre des vêtements propres. Je mis mes sous-vêtements puis m’arrêtais devant la glace… Une grimace se forma sur mon visage. J’avais des marques de suçons un peu partout sur le corps et plus particulièrement sur mon cou… Chose que le tee-shirt que j’avais pris ne pouvait pas cacher… Je mis rapidement mon jean et me dirigeait une nouvelle fois vers ma chambre d’un pas vif. J’ignorais totalement le Kirijin, bien que j’aurais due être gênée de me retrouver dans cette tenue face à lui. J’étais de nouveau passablement agacée par la situation… J’ouvris la porte de l’un de mes placards avec fracas et en sortis un tee-shirt à col roulé noir sans manche que je mis immédiatement tout en maudissant plus ou moins audiblement ma mission, la diplomatie, l’alliance entre Kiri et kumo, mon élève, Raikage-sama (et dieu seul sait qu’il m’en fallait beaucoup pour que je dise cela), le kirijin, moi, l’homme qui m’avait donné la mission et demandé d’être « accueillante » et « plus souriante ». Ah ba ça pour être accueillante ! Je pense que Vanden-san n’aura pas trop à se plaindre !




~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
Tenzen Matsudaï~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 507
▌Inscription : 20/04/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | A / 20 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
342/2000  (342/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Assumer une fois la nuit passée ... [Pv Seijitsu Chizuru] Sam 1 Sep 2012 - 0:54


~ Assumer une fois la nuit passée ... ~


Je me sentais bien. C'était là la seule idée qui traversait ma tête violenté du moindre mouvement, bien que la vision présente devant mes yeux se résumait à une lumière chaleureuse, où se dirigeaient toutes mes émotions. Impossible de savoir où je me trouvais, ni même de me situer dans le temps par rapport à mes actions précédentes, tout semblait trop flou et si peu attrayant pour y réfléchir. Il me portait juste d'une inconscience me rassurant de ma position, de l'état dans lequel mon corps reposait tranquillement en ce moment sur ce qui me caressait en dessous, soit en réalité un doux matelas ... L'euphorie d'une bonne nuit arrosée ... Puis soudain, une douleur inconnue foudroya cruellement mes côtes, forçant ainsi l'ensemble de ma silhouette à se recroqueviller légèrement sur lui-même, ouvrant par la même occasion les yeux dans une surprise totale. Mais, sans encore comprendre le fin mot de l'histoire, je recevais une seconde après une gifle de la part d'une jeune demoiselle que mon regard dessina malgré la vision embrumée de celui-ci ... Sur le coup, je reculais d'un sursaut marqué d'un bref cri grave, comme ayant vu un fantôme, au point de glisser sur le bord du lit et d'être à la limite de la chute, complètement dérouté de toutes les interrogations et informations qui se bataillaient à l'intérieur de mon esprit ... Cela ne fit que provoquer un mal de crâne violent sans paraitre davantage limpide, tant je refusais instinctivement de traiter la réalité, préférant simplement me rattraper et remonter sur le coin droit du lit, recroisant au passage les courbes de ma partenaire parfaitement modelé du drap léger ... L'image mit un certain temps à monter et au moment où je m'asseyais sur le matelas ... HEEEIIIIINNNNNN !!!!???

Hé, du calme ... Elle, moi, elle, moi, elle, moi ... Un lit, une chambre ... Toute nue ... Pas de ça, pas de ça, pas de ça, pas de ça !!! Non, nous ne pouvions pas être en cette soirée aux sources chaudes ... Maintenant cela revenait lentement ... Je la revoyais partir de cette salle furax, emportant tout un tas d'affaire, malgré des joues bien rougit ... Oh putain. Là, à moitié conscient d'un fait des plus improbable et impensable, de par l'offense que je pouvais avoir commis en cette soirée contrairement à mes espérances, je plaquais subitement ma main sur mon visage, la masquant partiellement à l'aide de mes doigts, l'air de ne pas envier ces souvenirs pour le moins étranges qui risquaient de se pointer ... Moi, Anbu de Kiri, envoyé ici sous l'identité d'un Junin en quête de mission diplomatique, finissait par provoquer l'accident d'un échange intime avec celle qui devait me servir de guide dans cette excursion officielle ... Ahaha, me voilà foutu. Non que ce ne fusse d'une liaison indésirable avec la Kunoichi qui me plaisait indéniablement depuis le début ... Mais de cette façon, je venais de dépasser toutes les limites possibles. Pire encore. Nul besoin de quelconque souvenir. Toutes les sanctions possibles défilaient déjà devant mes yeux, depuis la radiation de mes fonctions jusqu'à la pendaison direct si jamais celle-ci portait plainte, tel une destinée déjà condamné à la tombe ... Stop ! Tch, les effets de l'alcool ne semblaient pas encore totalement dissipés à en croire ce tripe que je me faisais sans recourir à ma raison. Un soupir parcouru alors mes lèvres, me rendant compte de ma propre nudité, sur quoi je m'empressais rapidement d'enfiler mon sous-vêtement, puis le pantalon se trouvant non loin ... Plus mes bras s'attelaient à les ramasser, plus je m'imaginais avec une bonne dose de gêne à tout ce que nous avions pu faire en cette nuit. Hum ... Pourquoi restais-je encore si calme ? Eh bien, je n'y croyais toujours pas ... Une pré-réaction ...

Les dix minutes de douche de la demoiselle passèrent à une vitesse folle. Je terminais tout juste de rattacher maladroitement les boutons de mon pantalon de shinobi, qu'en un instant, ma tête se retournant vers la porte, elle me réapparaissait, ne portant rien de consistant sur son haut tout comme moi et toujours avec une bonne colère ... Blocage net. Sans comprendre, tout mon être se figea d'une force surnaturelle dans cette position, reprenant conscience de l'ampleur de l'acte imaginé, surtout à observer les résultats de ces expérimentations mystérieuses sur la peau de sa partenaire ... D'ailleurs, j'en ratais la moitié de ses plaintes au sujet de tous ces événements toutes plus folles l'une que l'autre, devenant même légèrement pale quant aux scènes me repassant dans l'esprit, entre quelques émotions tactiques ressurgissant du trou de mémoire ... Respire, reprend ton souffle Tenzen. Plus elle nous maudissait et plus je me disais que le droit lui en revenait amplement, surtout quand il s'agissait de sa propre vie ... Malgré ces certains passages où la chaleur d'un amour naissant parcourait physiquement les méandres de mon cœur, étonné d'un stade si avancé de mes émotions ... Hmmmm. Il fallait peut-être que je retourne dormir, comme si de rien n'était. Mais peu à peu, la personnalité primaire me définissant regagnait du terrain quant à une panique et une bonne hésitation, écoutant davantage les paroles de la victime de cette histoire, où j'établissais déjà un regret évident au fil de ses mots ... Mince. Comment rattraper cela ? Impossible ahaha. Pas après avoir violé tous les codes de la bonne conduite ... Pourtant fut-ce-t-elle si accueillante avec moi, hum. Prenons cela d'un point de vue professionnel ...

« Hey … »

D'un ton plus ou moins imposant, mes lèvres allèrent l'interpeler dans son ignorance en solitaire, dans l'espoir d'attirer son attention et de réussir éventuellement à discuter posément ... Même si son corps ne répondait pas à cet appel en restant devant la glace et que chacune de ses remarques rabâchaient à mon esprit le bordel que j'apportais dans ce pays, contrairement au but initial de ma mission ... Quelle misère. Je ne détachais toujours pas mes iris de sa silhouette, partagé entre la neutralité et l'exaspération de la situation, en évinçant dans un coin de mes pensées l'attachement que je ressentais vis-à-vis de sa personne. Après ce genre de choses, il serait presque insensé d'espérer reprendre le feeling des premières rencontres ... Au moins devait-on se rendre compte de la situation.

« Toi et moi … On l’a visiblement fait cette nuit … Même si je ne me souviens de rien. »

Une fois la déclaration évidente faite, je soupirais un bon coup, fermant aussi les yeux en signe d'un ennui personnel par rapport au dérapage ... Avant de me baisser un instant, ramassant doucement le tee shirt moulant abandonné par terre pour l'enfiler à nouveau, l'air concentré dans le vide de la tâche futile sur le moment. Que dire ... Comment s'y prendre ... Si difficile de tenir ce rôle. Je m'étonnais déjà qu'elle ne m'ait pas balancé à la rue, et décidais d'y revenir habilement ... Contre toute attente, ma décision se porta sur une taquinerie. Qui sait, peut-être existait-il encore un lien entre nous, du moins j'enviais toujours cette complicité, si jamais ...

« Je crois que de simples excuses ne suffiront pas ... Meh, tu ne me mets pas à la porte ? »

Mes yeux se portaient alors sur ses prunelles ignorantes et foudroyantes depuis le reflet du miroir, la toisant avec le désir de chercher une petite vérité discrète voir de casser un peu cet élan, mais aussi à lui transmettre le message d'intentions primaires non offensantes malgré l'erreur inconsciente ... Voir une part subtile de tendresse ?
avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Assumer une fois la nuit passée ... [Pv Seijitsu Chizuru] Sam 1 Sep 2012 - 12:42




Trinquons aux lendemains difficiles

Je me trouvais toujours devant ma penderie, ne détournant pas le regard du miroir se trouvant face à moi. Je continuais ce flot de pensée ininterrompu depuis quelques minutes. Je ne comprenais pas comment cette mission avait pu en arriver là. Et ce mal de tête que ne désirait pas s’en aller…A cet instant même j’en voulais à la terre entière mais surtout à moi-même. Je n’étais plus une gamine. Je savais parfaitement que j’avais ma part de responsabilité dans cette histoire… Mais bon sang… Que s’était il passé durant cette soirée ?! Qu’est-ce qui avait fait que nous en arrivions là ?!! Moi qui ne bois jamais d’alcool et je sais très bien pourquoi ! Rien qu’à en voir les résultats dévastateurs… Comment avais-je me laisser convaincre de… Non c’était de ma faute… Inutile de le nier… Je continuais de me perdre dans mes songes lorsque le Kirijin m’interpela. Je sursautais légèrement. Je l’avais presque oublié… Je n’avais pas le courage de lui faire face pour le moment alors je me contentais de regarder mon armoire qui à cet instant présent paraissait… très intéressant. Je jetais tout de même quelques rapides coups d’œil dans le miroir pour observer mon interlocuteur à travers la glace.

« Toi et moi … On l’a visiblement fait cette nuit … Même si je ne me souviens de rien. ». Alors lui aussi il avait quelques soucis de mémoire… puis tout en continuant de se rhabiller il enchaina : « Je crois que de simples excuses ne suffiront pas ... Meh, tu ne me mets pas à la porte ? »

Je fronçais les sourcils… Il arrivait même à me faire culpabiliser d’avoir réagi aussi violement. Le pauvre ne devait probablement même pas savoir où il se trouvait quand je l’ai frappé… J’avais due retourner toute ma frustration contre Vanden-san… Raaa je ne comprenais plus rien ! J’étais énervé mais pas contre lui… Enfin, si. Quand même un peu. Le mettre à la porte ? Ce serrait tentant. Mais je ne ferais qu’écarter le problème plutôt que de le résoudre. Je soupirais un grand coup puis me retournais vers le Kirijin pour enfin lui faire face. J’avais un bras croisé et l’autre pinçant mes sinus. J’avais besoin de me poser 5 minutes et de réfléchir tranquillement à ce qui c’était passé. Mais surtout il me fallait un grand verre d’aspirine et du café :

« Je… suis désolée… Je n’aurais probablement pas due réagir comme cela mais… Je ne me souviens pas de grand-chose non plus et…Je ne vais pas te mettre à la porte… Je… La salle de bain est dans la pièce en face. Déposes y tes affaires sales, je ferais une machine. Et va prendre une douche le temps que j’essaye de mettre un peu d’ordre dans mes pensées… Je dois avoir un Kimono qui devrait t’aller. Tu n’auras qu’à te mettre ça sur le dos en attendant…»

Je farfouillais quelques instants dans ma penderie pour y trouver le dit Kimono. Je le lui déposais dans les bras avant de me diriger vers la cuisine. Dans ce flot de paroles incohérentes je lui avais proposé de rester… Je devais être encore plus stupide que ce que je croyais… Enfin, j’y réfléchirais plus posément une fois que j’aurais fait quelque chose contre ce mal de tête. Je préparais un verre d’aspirine que je bus bu d’une traite. Puis j’en fis un second… Il serait sans doute plus simple de discuter si nous étions tout deux en pleine possession de nos moyens. Je m’assise donc à table et commençais à siroter mon café. J’étais trop barbouillée pour prendre autre chose de toute façon. Maintenant que j’étais lucide je pouvais enfin m’atteler à la tâche difficile qu’était remettre de l’ordre dans mes pensées.

Si Vanden-san s’étais retrouvé la cette nuit c’étais forcément par ma faute. Il ne savait pas où j’habitais et je doute qu’il s’y serait invité… C’était dur à admettre mais… j’avais due lui proposer de rester… L’alcool devait surement y être pour beaucoup mais n’y avait-il que cela ? J’espérais bien que non… Je n’étais pas du genre à… coucher… Avec le premier venu même en ayant bu quelques verres. Et puis je n’aurais certainement pas accepté son invitation si… il ne m’avait pas parut un minimum agréable non ? Raaa mais qu’est-ce que je racontais moi ! C’était un ninja de Kiri et moi de Kumo ! On s’est vus beaucoup ces derniers temps mais c’était seulement due au hasard ! Ce soir il repartirait chez lui et on ne se révérait probablement jamais… Pourquoi cette idée m’attristait tant ? J’étais un ninja ! Je ne devais pas laisser transparaitre mes émotions… Et en plus j’étais en mission qui plus est… Non là je pense que la mission je peux l’oublier… pour le moment du moins… Il était clair que nous avions quitté ce cadre depuis un moment déjà… et je pense que pour les émotions c’est mort aussi. Elles faisaient partie intégrante de ces derniers jours… Mais qu’est-ce que j’allais bien pouvoir lui dire quand il sortirait de la douche ??!! Je n’étais même pas sûre de ce que je désirais moi-même… Qu’il parte et qu’il m’oublie ou… Non, non et non ! Mais à quoi je pensais bon sang !!! Je devais avoir perdu la raison pour songer à ce genre de chose… ou être fatigué… oui c’est ça très fatiguée…

D’ailleurs j’entendis le bruit de ses pas se rapprocher dans le couloir. Il devait probablement avoir terminé. Son visage passa l’encadrement de la porte … J’étais tendue de nouveau, raide comme la justice et mal alaise… Que dire ? Que faire ? Excellente question… mais je n’avais pas la réponse…



~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
Tenzen Matsudaï~ Bras-Droit du Mizukage & A.N.B.U de Kiri ~ // Grand Bouddha pervers
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 507
▌Inscription : 20/04/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | A / 20 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
342/2000  (342/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Assumer une fois la nuit passée ... [Pv Seijitsu Chizuru] Dim 2 Sep 2012 - 21:47


~ Assumer une fois la nuit passée ... ~


Je prenais vraiment un gros risque à me lancer dans cette audace durant la colère de ma partenaire ... Et n'en mesurait pas encore l'ampleur, depuis mon état à moitié embrouillé dans les affres d'une douleur constante au crane, surement gagné de notre nuit de folie après les verres de sakés. Mais un élan irrésistible au fond de mon âme me poussait intensément à ne plus me morfondre à l'ancienne passivité ennuyante de ma vie juste l'espace d'un instant, et à creuser un semblant de relation naissant à ne pas lâcher maintenant. Certes, on me désignerait à nouveau comme obnubilé par la simplicité et le rêve utopique qui se cachait derrière la situation actuelle, ou pire encore, d'être retombé dans l'innocence des périodes juvéniles ; L'espoir fulminait à travers les iris de mes yeux, au lieu de l'habituelle neutralité éteinte, voué à un réalisme sans saveur ... Pris sous le joug d'un suspense insoutenable, je suivis la réaction de la jeune demoiselle qui endurcissait dans un premier temps son regard, avant de se retourner, visiblement las de tout le stress accumulé des conséquences de nos actes. Puis, ce fut l'étonnement, la surprise totale d'un retour aux manières des précédents jours, accompagnée d'un soulagement intérieur inconscient ... Cela suffit à me désarmer dans ma confiance, puisque moi-même trouvait assez irréaliste le fait de poursuivre nos rencontre après cette erreur, tant que sur le moment, je ne sus réellement trouver de parole afin de répliquer. Nous nous comprenions déjà assez de l'échange visuel pour avoir besoin d'autre chose. J'acquiesçais simplement ses attentions d'un air plus sérieux et compréhensif par rapport à la taquinerie de tout à l'heure, sans la quitter de vue jusqu'à son départ vers la cuisine ... Inutile d'aller plus loin tout de suite.

Le silence entre nous deux ... Ou plutôt, la séparation d'une courte durée après de longues péripéties. Cela semblait si futile de l'extérieur, cependant une fois livré à notre propre personne, l'aisance forcée de la discussion disparaissait subitement pour un certain mal-être incompréhensible. Moins entreprenant, davantage évasif, je poursuivais ma route à travers la demeure de la Kunoïchi de Kumo, observant lentement les détails des pièces. Assez conviviale et accueillant dans l'ensemble ... Ou carrément impressionnant pour moi de le découvrir dans ce contexte, par rapport à ma place d'invité opportun dans l'affaire. Je ne savais même pas si elle désirait vraiment que je découvre toutes ces choses. Ainsi détournais-je mon attention vers l'objectif, au lieu de paraitre plus invasif que ce que je montrais déjà. Une fois la porte fermée, mes bras déposèrent nonchalamment les affaires appartenant surement à un autre homme ... Suite à quoi, je prenais ensuite appui des deux mains sur le lavabo afin de laisser le reste de mon buste retomber lourdement dessus, soufflant plusieurs secondes. Mes yeux croisèrent alors leurs reflets dans la glace présente juste devant, partageant un regard perdu entre la méprise personnelle, l'ennui et l'exaspération, sans autre cible que moi. Tsss ... Tant d'années d'efforts et d'enseignements pour devenir l'acteur d'un dérapage honteux. Pourquoi ? Normalement, ma méfiance s'occupait naturellement d'éloigner tous les problèmes de ce genre, sachant qu'avec le hasard qui planait sur ma destinée, ce principe évitait simplement un mal pénible envers les autres. Moins ceux-ci se liaient à moi, mieux ils se portaient. De quels droits alors, brisais-je ce cycle de préservation ? Encore un cas où dans l'impuissance total, nos chemins se sépareraient sans aucune raison, nous condamnant à l'oubli ... Si bien sûr ... Je soupirais de nouveau sur une pause de mon esprit et rentrait ma tête sur le côté de mon bras, ouvrant les paupières sur le meuble plus bas ... Le Kimono de tout à l'heure. Attend ... Des vêtements masculins à peu près de ma taille ... Saloperie.

Je balançais cette injure face à la déduction dont mon esprit tirait de cette vision, du moins pas envers le fait en tant que tel, mais vers le fléau que j'y apportais. En un enchainement d'idée quasi mécanique, le drame siégeant sur ma compagne de soirée me frappa tel la foudre au sommet d'une montagne, enclenchant un frisson désagréable sur l'ensemble de ma chair. Tous ces évènements, ces aveux et autres divagations causées par l'alcool n'étaient que fantaisies, accidents qui ne devaient pas exister. Je comprenais d'un coup toute la colère et les tenailles de Seijitsu, dont la mission l'obligeait à tenir une position correcte de diplomatie entre deux nations et ce qui semblait être son couple. Même avec une telle gravité sur les bras ... Une rage sans nom envahit mon âme, la brulant atrocement, à cause d'un rôle qui ne me correspondait pas vraiment. Mon poing serré alla presque s'écraser sur le rebord de la cuve, s'arrêtant in extremis à la pensée des dégâts à occasionner et du bruit risquant de s'échapper ... Mieux valait plonger dans la douche, la mettre au plus glaciale possible. Dedans, ma silhouette demeura raide, un bras tendu vers la paroi en face comme soutien et le visage abaissé sous le harcèlement du jet d'eau, essayant de respirer malgré la pression du froid sur les poumons. Comment réparer tout cela ? Comment réussir à lui parler de nouveau, et surtout, qu'oser espérer ? Il s'agissait là plus que d'un dérapage, je venais juste de tout détruire, du moins dans le secret encore. Aucune pensée rationnelle ne parvenait à mon esprit, celle-ci étant hanté des conséquences de l'excursion à Kumo ... Quelle catastrophe. Huit minutes, ce ne fut pas assez pour calmer cette frayeur et méprise au fond de mon coeur, mais il fallait tout de même sortir et agir. Partir simplement comme cela correspondrait juste à aggraver la situation ...

Totalement plongé dans une morosité défaitiste, assez inhabituel chez moi, je sortis donc pour m'habiller rapidement et m'engagea dans le couloir avec une serviette autour du cou, destinée à finir le séchage de cheveux. D'ailleurs, très lent dans ma démarche, je la saisis d'un stress notable et m'en servit un instant, avant de la laisser retomber, les mèches partant ici et là au gré de la chance. L'ouverture sur le côté du couloir apparaissait peu à peu, sur le même timing où je rouvrais les yeux, targués d'un regret et d'un certain ennui visible ... Sa posture ne m'échappa pas, dérangée de croiser l'homme que je représentais dans cette histoire ... Pourtant, elle possédait tous les droits de me maudire, de me blâmer sur l'intrusion faite dans sa vie. Stoppant net cette avancée, mon corps entra à moitié dans la cuisine sans rien dire, juste une main appuyée contre le cadre de la porte, prenant une voix étrange, différente des précédentes.

« Je comprends maintenant ... J'aimerais vraiment pouvoir racheter mon erreur, pouvoir tout effacer, même si c'est surement impossible ... Tu avais déjà quelqu'un dans ta vie ... Je crois bien que ma mission est un échec total. Tu n'es plus obligé de convenir selon celle-ci à ce stade ... »

Alors, mes paupières s'abaissèrent sur mes quelques pas dans la cuisine, attendant irrémédiablement l'éventuelle rage qui allait en découler, maintenant que la chose n'avait plus à être caché d'une retenu de diplomatie. Eh bien Tenzen ... Quelle belle situation ... Ahaha.
avatar
~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
Seijitsu Chizuru~ Chuunin de Kumo ~ Oeil de faucon ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 118
▌Inscription : 14/03/2012

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : | B / 15 |
| Points Naruto Ninja RPG | :
59/1000  (59/1000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Assumer une fois la nuit passée ... [Pv Seijitsu Chizuru] Mar 18 Sep 2012 - 16:34



Trinquons aux lendemains difficiles

J’haussais les sourcils en appréciant le brun dans l’encadrement de la porte. La ressemblance avec Yamamoto était… frappante. Non seulement par la posture, appuyée nonchalamment contre l’encadrement de la porte, mais également par son physique… les cheveux foncés, les yeux clairs, la taille, la corpulence…Non, mon ancien coéquipier devait être tout de même un peu plus musclé si mes souvenirs étaient bons. Logique puisque la spécialisation principale de Vanden-san n’était ni le Taijutsu ni le Kenjutsu d’après ce que j’avais vu. Enfin, il me semble. J’ignorais pourquoi je ne notais ces similitudes uniquement maintenant alors qu’elles paraissaient évidentes. Peut-être est-ce le fait qu’ils portent le même vêtement qui m’a fait comprendre ? Bref, cela n’avait aucune espèce d’importance. Je notais que le brun n’avait pas bougé d’un pouce et me mise donc à le dévisager. Ses traits étaient tirés et l’on pouvait y lire une tristesse notable ainsi que quelques regrets profonds. Waouw… que s’était-il passé pendant ses dix minutes de douches ? Le contraste par rapport à quelques minutes était saisissant au point de m’inquiéter un peu, voir franchement. Je continuais de le fixer, m’interrogeant sur ce qui avait bien pu se produire pour qu’il fasse une tête pareille. Quelque chose de grave surement mais quoi… D’ailleurs plus j’y pense plus je me dis que cela n’est pas possible. Un truc grave ne peut s’être produit pendant le laps de temps où il s’est retrouvé seul. Cela veut dire qu’il s’est peut être souvenu de quelque chose que nous avons fait hier soir… Mon dieu faite que ce ne soit rien de plus embarrassant que ce que je sais déjà…Est-ce possible ? Probablement mais si c’est le cas je préfère ne pas me rappeler et prier pour qu’il n’y eu aucun témoin d’une telle scène… J’écoutais ensuite attentivement son petit monologue :

« Je comprends maintenant ... J'aimerais vraiment pouvoir racheter mon erreur, pouvoir tout effacer, même si c'est surement impossible ... Tu avais déjà quelqu'un dans ta vie ... Je crois bien que ma mission est un échec total. Tu n'es plus obligé de convenir selon celle-ci à ce stade ... »

Une expression de réelle surprise pouvait probablement se lire sur mon visage. Mais qu’est-ce qu’il me racontait là ? Quelqu’un dans ma vie ? Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Je ne me souviens pas avoir eu quelqu’un dernièrement… Je m’en serais souvenu quand même non ? Où est-ce qu’il a bien pu dénicher une idiotie pare… le kimono… Mon coude se posa sur la table puis je soupirais profondément en enfouissant mon visage dans ma main. Alors c’était pour cela qu’il tirait cette tête ? Je pouvais comprendre le cheminement de sa réflexion mais se faire autant de mouron pour un bout de tissu… Il aurait très bien pu appartenir à mon père ou je ne sais qui… mais il est vrai que la confusion était possible… J’aurais dû éclaircir ce point dès le début. Mais comment aurais-je pu imaginer qu’il pense cela ? Mieux valait éclaircir la situation rapidement. Je me redressais sur ma chaise et repris une gorgée de café :

« Au lieux de faire des conclusions trop hâtives tu devrais plutôt t’asseoir et prendre le verre d’aspirine sur la table. Le vêtement que tu portes appartient à l’un de mes anciens coéquipier qui, hormis manier le sabre, ne savait rien faire de ses dix doigts et restait donc souvent ici car il était incapable de s’occuper de lui-même. »


Mon regard alternait entre un certain amusement en repensant aux bourdes du dit-coéquipier (qui avait tout de même réussi à mettre le feu à sa cuisine en faisait cuire du riz !) et la mélancolie. D’une certaine manière cette époque là me manquait, cet idiot aussi d’ailleurs. Il est vrai que mon appartement était moins animé depuis. Enfin, mon frère se faisait un plaisir de remédier en partie à ce problème qui n’en n’était pas vraiment un :

« Et comme il venait régulièrement il avait la fâcheuse tendance à se croire chez lui et à laisser des affaires ici. Voilà pourquoi il y a un Kimono d’homme chez moi. D’ailleurs tu peux le garder aussi longtemps que tu le souhaite. Je doute que Yamamoto en ait prochainement l’utilité.».


Je soupirais une nouvelle fois et reportais mon regard vers mon interlocuteur, tentant de percer les différentes émotions qui l’habitait. Normalement il devrait être rassuré. Avec ça, le malentendu devrait être dissipé… à moins que je n’en aie créé un de nouveau malencontreusement mais je n’en avais pas l’impression. Sérieusement… il m’avait fait peur avec la tête qu’il tirait… Mais pourquoi est-ce que je me préoccupais de ses états d’âmes ? En lui mentant j’aurais plus ou moins réglé le problème… Il se serait excusé et l’histoire en serait restée là… Mais non… Il avait fallut que je parle pour qu’il reste. Bien que je refuse de me l’avouer Vanden-san ne me laissait pas indifférente. Je m’étais détourné de cette voie il y a bien longtemps. J’avais déjà choisis entre mon devoir et mes sentiments. Je savais pertinemment qu’ils étaient incompatibles et pourtant j’étais encore là entrain de discuter avec le ninja. D’ailleurs il serait de bon tond qu’on parle de cela justement. J’étais un peu perdu et ne savais que dire sur ce sujet épineux dont je lui laisserais le soin de commencer :

« Donc comme je l’ai déjà dit, notre mission n’est pas… comment dire… un véritable échec. On a fait effectivement ce qui nous était demandé au niveau du rapport dont nous devions parler et nous avons… disons… continué de veiller sur une entente mutuelle entre nos deux pays et donc… »

Mais qu’est-ce que je racontais là ?! Au stade où je me trouvais je me moquais totalement de cette mission alors pourquoi j’en parlais ??!! Une seule chose m’intéressait actuellement et ce n’est pas en tournant autour du pot que j’aurais la réponse… Je soupirais donc un grand coup pour me donner plus de contenance et pris la parole encore une fois :

« Bref on fait quoi à propos d’hier soir ? »



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Assumer une fois la nuit passée ... [Pv Seijitsu Chizuru]


Assumer une fois la nuit passée ... [Pv Seijitsu Chizuru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» .:: Il était une fois... une Nuit?! la Lune?! un Enfant de la Lune?! ::. {Pv Matheo-san}
» tu savais que les momies se réveillent, une fois la nuit tombée ?
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» La nuit du renouveau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de la Foudre ~ Kaminari no Kuni :: Kumo Gakure no Sato :: Quartiers d'habitations-