Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Sataro's Come back ! ( PV : Kakuzô Hidemi )

InvitéInvité
MessageSujet: Sataro's Come back ! ( PV : Kakuzô Hidemi ) Jeu 5 Jan 2012 - 22:41

Un jour d'automne, sous des nuages gris s'éloignant doucement derrière les collines avec le soleil couchant. Sur un chemin cahoteux, l'ombre d'un jeune garçon se dessinait sur le sol avec une autre ombre de chat sur le sol. On pouvait distinguer un fourreau de Katana et un sac pendouillant sur son épaule gauche. Le jeune homme marchait en direction de KumoGakure. Il s'appelait Sataro, il était heureux de retourner dans son village d'enfance qu'il avait dû partir pendant un an et demi pour aller aider le père de sa tante.
Quel bel endroit tout de même se disait-il, il allait enfin pouvoir retrouver sa tante et ses amis. Kuro, le chat, suivait l'adolescent à la trace. Les deux compagnons s'arrêtèrent à un petit restaurant où ils déjeunèrent tranquillement. Ça faisait longtemps qu'il n'était pas venu ici. Dans ce restaurant près du village. Kuro grimpa sur les genoux de Sataro et lui dit : « Et ! Moi aussi j'en veux !» En voyant les boulettes de viande dans l'assiette de son jeune maître. Une fois le repas fini et rassasié, ils repartirent en direction du village. Ils leurs restaient encore quelques kilomètres avant d'arriver, mais Sataro voulait prendre son temps pour observer les changements qu'il y a eus depuis qu'il est parti. Le soleil s'était couché, les montagnes étaient désormais éclairées par la lune. Seule quelques étoiles pouvaient être distinguées entre le nuage, le regard de Sataro se dirigeai vers l'une d'entre elle qu'il nommait : « Kikoshi ». Cette étoile représentait l'âme de ses parents pour le jeune garçon. Ils continuèrent d'avancer puis les deux compagnons s'arrêtèrent à un lac pour se rafraîchir, l'adolescent venait souvent se baigner ici étant plus petit, cela lui rappelait pleins de souvenirs.
L'eau était si calme que la lune se reflétait dedans. La nuit ou même au coucher du soleil, le paysage aux alentours de Kumo sont vraiment extraordinaire. Le jeune garçon décida de se baigner, Kuro ne put l'accompagner puisque c'est un chat. Pendant quelques heures, le genin trempait dans l'eau en pensant à tout ce qui s'était passé durant sa vie. La mort de ses parents, son adolescence, la rencontre avec Kuro. Tout s'était passé en quatre ans soit mille quatre cents soixante jours ou bien même trente-cinq mille quarante heures. Un appel de Kuro le fit sortir de ses pensées. Il criait son prénom tout en sautillant sur place. Il revint donc sur le rivage et demanda au chaton : « Que se passe-t-il ? » Sataro se sécha et remit ses vêtements. Le chaton continuait de l'appeler : « Viens voir, vite. ». Le félin s'enfuit dans les feuillages, le jeune commença à se presser pour le rattraper, il enfila son kimono et sa petite veste noire et courut vers l'endroit ou Kuro était parti. Il avait perdu sa trace, étant toujours dans les branchages, Sataro déboula sur une sorte de petite place ou un jeune garçon, plus âgée que lui, était agenouillé devant Kuro. Il l'entendait ronronné. L'homme était plutôt de grande taille, à peu près un mètre quatre vingt, la peau assez pâle ou alors est-ce la lumière de la lune qui lui donnait ce teint ? L'animal ayant remarqué que le genin était là, lui dit « Enfin, on a failli attendre. ». Le jeune homme lança un regard dévisageant à Kuro. Le chat poursuivit, « Tu ne le reconnais donc pas ? C'est Kakuzô Hidemi, celui qui te protégeait tout le temps face aux autres, tes parents connaissaient très bien les siens. ».

* Flash-back *

Trois jeunes enfant de sept voir huit ans était là. L'un était agenouillé sur le sol en train de pleurer tandis que les deux autres tournaient autour de lui avec son sac dans les mains.

- Ahahah, regarde Sataro, viens chercher ton sac.
-Arrêter, rendez le moi s'il vous plaît.

Le petit garçon continuait de pleurer, tout d'un coup les deux enfants s'arrêtèrent de courir. Une ombre d'un autre jeune garçon recouvrait Sataro. Les deux petits imbéciles lâchèrent le sac et partirent en courant. Le petit toujours par terre se retourna et ne put reconnaître celui qui l'avait aidé à récupérer son sac, car le soleil l'éblouissait. C'était Kakuzô Hidemi. Depuis ils devinrent ami.

*Fin flash-back*

Il s'en souvenait à présent, Sataro était comme son protégé. Interloquée par cette nouvelle, il ne savait pas quoi dire, cela faisait maintenant plus de trois ans presque qu'il ne l'avait pas revu. Car comme Kakuzô étant plus vieux que lui, ils partaient en mission et ne se voyait pas souvent. Sataro, bouche bée resta sur place et ne bougea pas.


Dernière édition par Sataro le Ven 6 Jan 2012 - 16:00, édité 1 fois
avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sataro's Come back ! ( PV : Kakuzô Hidemi ) Ven 6 Jan 2012 - 4:29

Valet des Kiyomizu


    Que vois-je ?
    Le retour du vent de par le passé.

    De par quel vent aurait-il pu mener ma propre personne à ce lieu ? La nuit m’appelait. Elle m’invitait à se délecter de sa douceur d’automne, endurcissant mes muscles comme rafraichissant mon esprit. Offrant mon état d’âme de manière généreuse comme Mère Nature l’implorait, je sortais, j’admirais le voile de cette nuit. De par les vents qui courent, je me questionne encore. Ma Reine. Qu’en est-il la concernant ? Mon âme l’appelle comme mon corps est attiré à sa rencontre. Mais je ne puis me permettre de faire un seul pas irréfléchi. Ma loyauté envers Raikage-sama m’en empêche, tout comme mon côté réfléchi et censé. Mon amour pour ce village, également. mais les coutumes doivent être respectés. Malgré qu’elle furent perdues, celles de mon clan. Je suis celui qui fera revivre et nous redeviendrons les valets des descendants de Narcisse ! Ma volonté me pousse à aboutir à mes rêves et mon sourire me confirme la sûreté de mes mots. Ainsi, je devais poursuivre le cours du destin tel qu’il me dicte au lieu de le forcer, sauf si je reçois une nouvelle urgente, ainsi il sera différent. Chose qui n’est point le cas. Je me sens approcher de mon objectif déjà, car en m’étant confié à Raikage-sama, je puis me permettre d’effectuer des recherches concernant Konoha ... Cela est déjà un grand pas en avant !

    A vrai dire, j’ai, en effet, une raison de croire que j’accomplirais ma tâche. Je m’égare cependant bien trop dans mes pensées et ne pense qu’à profiter de cette saison qui me permet de ressentir ce doux moment nostalgique du temps de mon innocence, où l’insouciance me couvait. Une tristesse dans une joie, des souvenirs à présent bien lointains. Lorsque je me regarde, à présent, ce que je suis devenu, je peux être bien fièr de moi. Je devins un noble digne de ce nom, suant l’élégance, le raffinement. Je représente la perfection masculine comme l’exemple de l’élite aux yeux des autres guerriers. Et également ... Mon grade est des plus enviés. J’ai tout. L’argent, la noblesse, le prestige, le talent, la beauté, et je suscite l’admiration. Cependant le fait que je n’ai point rencontré cette femme pour qui je suis né me fait tout de même ressentir un sentiment d’inaccomplissement qui me frustre grandement. Je quitta alors le village, passant par le portail, désireux de m’éloigner un court instant les habitation et observer les montagnes dans leur plus naturelle nudité. Je me sentais ainsi Roi, je me sentais bien puissant, en haut de tout ceci, le monde me semblait à portée de mains.
    Cette petite rêverie était exquise tout comme irréaliste même pour ma propre personne, moi qui suis le contraire de la définition même d’un homme étant terre-à-terre. Je suis un amoureux fou de la vie, du combat, de ce qui m’a construit. Je remercie chaque jour Dame Nature m’offrir un spectacle divin dont je suis un grand chanceux de pouvoir admirer la scène, assis à des places de choix. Non point par mes moyens des plus aisés, mais tout simplement de par mon savoir et ma facilité de voir les trésors de ce monde dont tant d’hommes ont tendance à omettre à admirer, par habitude. C’est d’une tristesse ... Pourtant, j’ai comme cette impression que mes interlocuteurs qui apprennent ce côté si sensible de ma personne sont bien étonnés de par le fait qu’un noble pense ainsi. Ne vous y fiez point aux premiers jugements ... L’argent ne m’aveugle point. Je suis bien trop assailli par la sagesse afin de me rabaisser ainsi. Notre fortune, on le doit à Narcisse, depuis cinq cent ans. Nous sommes redevables jusqu’au bout.

    Sentant quelque chose de chaud se glisser entre mes chevilles, je remarqua que c’était bel et bien matériel ... La douceur des poils me mettait d’avantage la puce à l’oreille, me confirmant qu’il s’agissait bien d’un animal. Je finis par baisser mes yeux et je puis voir une boule de poil bien familière ... Un félin avant de drôles de yeux qui me faisaient demander s’il était véritablement normal, et un pelage nuancé. Hum ... Je ne puis empêcher un doux sourire arborer mes lèvres. Alors, il est revenu ... Voilà depuis un certain temps que je ne l’ai plus revu ce jeune homme, je me demandais s’il aurait changé quelque part. Depuis son départ, rien n’a changé chez ma personne, mis à part que je devins bien plus épanoui concernant Kumo, il faut dire que le régime du précédent Kage, Hazu-san ... Bah, ne remuons point le ciel afin de revoir le passé. Je me réjouissais que mon jeune ami était de retour à Kumo !
    Me penchant doucement, laissant glisser la douce soie de mon kimono noir tissé de perles à sa guise, je finis par m’agenouiller au sol, attendri par les ronronements de cet animal qui m’incitait à lui offrir les tendresses de ma main, chose que je ne lui priva point. Je finis par lui souffler un ‘’ Bonjour, toi ... ‘’ plein de douceur, avant de me demander au final où se trouvait son maître.
    La réponse ne tarda point, je vis finalement une tête bien familière qui apparaissait, chose qui le différenciait des autres – Ses oreilles pointues. Ainsi, de par les années qui nous ont séparé entre temps, je puis le reconnaître malgré qu’il a quelque peu changé. Chose normale, me diriez-vous, à son âge. On grandit, on se forme. C’était, pour ma part, un âge bien difficile où je fus un grand imbécile, mais qu’importe, je laisse le passé là où il doit être. C’était en tout cas bien lui, Sataro. Un de mes protégés. Après être resté tout ce moment accroupi, j’attendis l’approche du jeune garçon avant de me daigner à me relever doucement, comme à mon habitude. Je regarda longuement mon ami, malgré ma taille imposante ainsi que mes getas en bois, je pouvais tout de même constater, de par ma bonne mémoire, qu’il a bien grandi. Je finis par lui adresser ce sourire dont j’avais le secret, celui qui apaise tout coeur avant de me prononcer.

    ‘’ Voilà quelques années que l’on ne s’est plus revus, Sataro-kun. Tu as bien grandi. ‘’ De par mes souvenirs, j’espérais que le jeune homme n'oublia point que devant ma noblesse on se devait de s’incliner, mais quitte à négliger au moins une fois, je désirais de faire le premier pas de danse afin de l’acceuillir comme il se doit. C’est pourquoi je me suis permis de faire la première courbette, inclinant élégamment mon buste mais point de bien bas. Je rouvris mes yeux et me redressa, attendant qu’il fasse de même, suite à l’honneur que je lui ai offert. ‘’ Je te souhaite un bon retour à Kumo, au sein de notre patrie. Je suis enchanté de te revoir parmi nous. ‘’



InvitéInvité
MessageSujet: Re: Sataro's Come back ! ( PV : Kakuzô Hidemi ) Sam 7 Jan 2012 - 0:11

Cela faisait plus de deux ans et demi qu'ils ne s'étaient pas revus. Le jeune genin sourit bêtement tandis que l'homme qu'il avait connu étant plus jeune lui dit : « Voilà quelques années que l'on ne s'est plus revus, Sataro-kun. Tu as bien grandi », le jeune adolescent répondit après un acquiescement de la tête : « Oui, cela va faire désormais deux ans et demi. Contrairement à vous, vous n'avez absolument pas changé. ».

Kuro sauta sur les épaules de Sataro et remuait ses queues dans tous les sens, les faisant s’emmêler puis se démêler , le chat fixait Kakuzô droit dans les yeux comme s'il voulait lui dire quelque chose. Kakuzô s'inclina, l'adolescent se rappelant que l'on devait toujours s'incliner devant lui. Donc il s'exécuta, il s'inclina lui aussi. Kakuzô s'étant incliné en premier, se redressa et dit : « Je te souhaite un bon retour à Kumo, au sein de notre patrie. Je suis enchanté de te revoir parmi nous. ». Sataro gêné par l'honneur que l'homme en face de lui venait de lui faire en s'inclinant le premier sourit et lui dit : «Je vous en remercie. J’en suis aussi enchanté. Je suis tout à mon aise de revenir dans mon village où j'ai passé mon enfance. Il m’avait sérieusement manqué. Tout comme mes amis et vous bien sûr. ».

Le genin regarda Kuro qui fixait toujours les yeux du jeune homme. Il lui mit une petite tape amicale sur la tête pour lui faire détourner le regard, Kuro finit par tourner la tête et regarder Sataro avec ses grands yeux jaunes. Il plongea ses yeux dans ceux du jeune homme et pendant quelques secondes ne bougèrent pas. Un lourd silence pesait durant ses quelques secondes, ayant fini de se fixer, les deux compagnons firent pivoter leurs têtes pour pouvoir regarder Kakuzô.

Kuro dit à Sataro : « Ça fait bizarre de le revoir n'est-ce pas ? Depuis le temps, nous avons changé tandis que lui non, pas d'un poil. ». Sataro acquiesça, puis lui lança d'un ton neutre : « Tu as raison, mais bon, on va finir par s'y réhabituer. ».Le jeune ninja ne réalisait toujours pas de croiser Kakuzô ici, cela faisait si longtemps. Le regardant, le genin lui lança d'un ton amical : « Quel grade êtes-vous désormais ? Êtes-vous le chef d'une équipe ? La dernière fois que l'on s'est vu avant que je parte de Kumo, si je me rappelle bien, vous n'étiez que chuunin. »

En attendant une réponse, il s'agenouilla devant Kuro pour lui caresser le haut du cou et tout en lui grattant la gorge avec l'autre main. Le petit chat posa une question à son maître : « Pourquoi ne le demandes-tu pas comme senseï, d'après ce que je sais, il maîtrise l'affinité Suiton tout comme toi. Il pourrait t'apprendre beaucoup de choses, surtout qu'il est beaucoup plus fort que toi. », en réfléchissant un instant sur la question de Kuro, le genin de Kumo arqua un sourcil tout en disant : « Ce n'est pas une mauvaise idée, mais j'attends de finir de me réinstaller au village. Puis d'aller voir ma tante ensuite j'irai voir le Raikage pour savoir dans quelle équipe il pourrait me mettre. » L’équipe où allait être Sataro le préoccupait un peu, car ne sachant pas s’il allait tomber dans une équipe où il connaitrait certaines personnes ou alors où il ne connaitrait personne. En pensant à ceci, le stress montait en lui et une grimace se dessina sur son visage. Un coup de croc de Kuro le fit sortir de son esprit. Il entendit la voix de Kuro crié : « Oh ! Tu m’écoutes ou pas ?! ». Sataro le dévisagea et en avait presque oublié la présence de Kakuzô. Il s’excusa auprès des deux personnes puis relança la discussion : « Kakuzô-sama, nous pouvons commencer à nous diriger vers Kumo si vous le voulez. » . Quelques minutes après, Le kumojin proposa à Kakuzô de rentrer au village pour aller se boire un verre à un bar. Malgré qu'il soit mineur, il ne prendra pas de l'alcool. La lune éclairait toujours les montagnes, il devait être à présent 2h du matin. Kuro baillait sur l’épaule de Sataro tandis que lui, la fatigue ne l’atteignait pas encore.
avatar
 ♔ Godaime Raikage  ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
Kakuzô Hidemi ♔ Godaime Raikage ; Le Sage à l'Oeil Blanc ♔
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 283
▌Inscription : 06/09/2011

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang A ; Level 20
| Points Naruto Ninja RPG | :
848/2000  (848/2000)
| Âge du personnage | : 23 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sataro's Come back ! ( PV : Kakuzô Hidemi ) Dim 8 Jan 2012 - 17:26

Valet des Kiyomizu


    Faire un point
    Suite à l'absence.

    De par mes yeux qui se daignent à présent de se poser sur le faciès de ce garçon, maintes souvenirs viennent à moi, telle une brise étant parfaitement illustrée en cette saison. Je souris face à ces images qui reviennent à moi, je rassurant qu’au final, je n’était point seulement un sale garnement, refusant de suivre ma coûtume, le souvenir principal qui est gravé en moi. Je dévisageais de mon air habituellement serein, de ce sourire discrèt mais apaisant qui arborait mon visage, mon jeune ami, à l’aspect physique particulier. Un vent léger se souveva, laissant glisser mon kimono de soie, une sensation agréable de par ce tissu de soie glissant de ma peau. C’était un moment bien plaisant.
    L’animal de compagnie prit son élan afin de finaliser son saut sur l’épaule du jeune Sataro, tout en me fixant. Mes pupilles se mirent alors à valser entre ces deux têtes se trouvant devant moi. Cet animal m’a toujours intrigué, il n’avait point les mêmes traits qu’un félin habituel. De par ses yeux qui pourraient impressioner maintes personnes comme de par ses deux queues, ce qui était étonnant tout de même. Mais vous savez à quel point je ne suis point, malgré mon statut, celui qui ose juger sur son apparence, moi le premier j’apprécie de voir l’originalité. Mais il faut dire bien que, cet animal était ... Spécial. Mon protégé finit par s’incliner respectueusement devant moi, tandis que je restais droit, dressant de toute ma taille, le suivant uniquement de mes pupilles, les yeux quelque peu plissés.

    «Je vous en remercie. J’en suis aussi enchanté. Je suis tout à mon aise de revenir dans mon village où j'ai passé mon enfance. Il m’avait sérieusement manqué. Tout comme mes amis et vous bien sûr. »

    Mon sourire ne demanda qu’à s’agrandir et je ne lui en priva point. Mes traits se prononçaient et je restais immobile, joignant mes mains au niveau de mes abdominaux. Cela me faisait grandement plaisir de le revoir et je ne le cachais point, mes traits ne pouvaient point mentir. Un moment passa ainsi et je ne perla un mot, voyant que le garçon était occupé envers son félin. Cela ne me déplaisait point ce silence, j’en profitea afin d’observer Sataro et voir ce qui aurait bien pu m’échapper au cours de son absence. Je le voyais communiquer avec son compagnon, chose qui ne m’étonna plus avec le temps, j’avais compris qu’ils se comprenaient, bien que cela m’intriguait grandement comme ne me regarde point. C’est ainsi que je gardais alors mon silence, toujours, face à ce spectacle qui pourrait en surprendre plus d’un. Finalement, il se tourna vers ma personne, enchaînant d’une voix enchantée.

    « Quel grade êtes-vous désormais ? Êtes-vous le chef d'une équipe ? La dernière fois que l'on s'est vu avant que je parte de Kumo, si je me rappelle bien, vous n'étiez que chuunin. »

    J’arqua un sourcil, surpris de cette mémoire bien joueuse qu’il possédait. Moi, chuunin il y a de cela un ou deux ans ? Point, voyons ! J’ai toujours été considéré comme un surdoué dans ce domaine, ce n’est point pour rien que j’ai obtenu mon grade de Jounin à seize ans. Je ne lui en voulais point, cependant cela m’amusait comme me vexait quelque part, moi qui a un ego fortement gonflé. A présent, je suis Jounin d’élite et Bras Droit, et c’était tout à mon honneur, après toutes ces années d’acharnements. Je finis par émettre un petit rire digne d’une geisha, bien que je gardais ma virilité ainsi que ma voix grave, mais j’avais ce côté cristallin et discrèt.

    ‘’ Allons, Sataro-kun ! ‘’ Fis-je d’un ton taquin et amical. ‘’ Je vois que tu as omis bien des souvenirs de par ton départ, chose qui est compréhensible. Cependant, je t’invite à te rappeller que j’ai obtenu mon grade de Jounin ... Lorsque mon nombre de printemps définissaient ton âge. ‘’ Je fis à nouveau un petit rire, exhibant discrètement mes dents, avant de poursuivre. ‘’ Je suis à présent, cependant, Jounin d’élite, ainsi que Bras Droit de Sa grandeur. Je fais partie de l’équipe d’urgence avec Raikage-sama, comme je devins, après sa demande, senseï également, ce qui est tout à mon honneur. ‘’

    Le voyant plongé dans ses pensées, je me demanda ce que cette grimace qu’il exprimait pouvait bien définir comme pensées qui le traversaient. De l’inquiétude, un stress ? Cela me semblait être ceci en tout cas. Son félin finit par le mordre et se regardèrent un instant avant que le garçon ne se tourne à nouveau envers ma personne, afin de me dire qu’il est prêt à franchir la frontière de Kumo. Silencieusement, mais d’un sourire sincère et amical, j’acquiesca d’un court inclinement de tête, et commença à me retourner, en posant furtivement ma main sur son épaule avant de la ramener à nouveau à mon corps, l’invitant à me suivre. Boire un verre dans un bar ? C’est ce dont il proposait. Ma foi, pourquoi point, cependant il était de mon devoir de surveiller qu’il ne prendra point de boisson alcoolisée, bien que je sais qu’il n’est point sôt. C’est alors dans la paisibilité qu’on se dirigea vers un bar du village, un qui me plaisait bien de par son luxe et sa qualité, je comptais le faire détendre à mes frais, l’argent n’est point un problème pour un noble. Pendant la marche je me complaisais à perdre mon regard dans le ciel, de mon air habituellement rêveur. Un sourire se dessinait sur mon visage, tandis que le vent balayait mes longs cheveux d’ébène descendant jusqu’à mon dos. A quoi pensais-je ? Vous le devinez sûrement ... A ma Reine. Je suis bien impatient de pouvoir honorer mon existence dans mon rôle de valet. Kumo est bien plaisant le soir, de par l’animation bien plus joviale et les lumières du soir qui invitaient les habitants à se détendre en communauté. Un air paisible comme festif, cela me plaisait grandement.
    Finalement nos pas s’arrêtèrent devant le bar qui me plaisait. Le bois laqué, les pagodes en rouge intense, on distinguait de loin le luxe de cet endroit. Je souris à Sataro avant de l’inviter d’un geste théâtral d’entrer à mes côtés dans le bar. Immédiatement, le patron reconnut ma personne, s’inclinant bien bas devant nous deux. Lui comme maintes commerçants, connait mon clan de par sa réputation grande en éleveurs, nous avons toujours étés bien vus comme admirés dans ce pays. Je lui souris, lui désignant Sataro, afin de le présenter comme il se doit et glissa mes doigts sur le haut du dos de mon protégé afin de l’inviter à s’incliner devant le propriétaire. Je me devais de garder une image des plus parfaites, tout comme en respectant le fait que ceux qui m’accompagnent doivent la politesse à mes interlocuteurs. Une fois la chose faite, j’écarta mon bras de Sataro avant de dire à l’homme devant nous qu’on désirerait avoir une table pour deux dans une place meilleure, quitte à payer d’avantage. Ce dernier s’inclina à nouveau avant de nous inviter à suivre et nous offrir une place de choix et des plus enviées. Tandis qu’on se déplaçait, des regards se tournaient vers ma personne, ainsi que des chuchotements qui s’élevèrent. C’était tout à l’honneur de ce bar qu’un Hidemi pénètre ce lieu, tout le monde sait qu’un membre de ce clan fréquentant un lieu le désigne que prestigieux, chose idéale afin de flatter l’ego des propriétaires. Et le patron sait parfaitement que ma famille apprécie son bar. Lorsqu’on passait à côté de certaines tables basses, les clients qui me reconnaissaient s’inclinaient afin de me saluer, chose que je fis en retour. C’est un bar fréquenté par des personnes de haute classe généralement, c’est pour cette raison que je suis ainsi reconnu dans ces environs.

    Arrivés devant une table basse entouré d’une décoration sereine comme d’une agréable vue de par la baie vitrée, je m’assis en seiza en premier devant la table basse avant d’inviter du regard Sataro de faire de même en face de moi. Je ferma mes yeux, appréciant cette ambiance détendue et chaleureuse, avant de commander un saké, tandis que le serveur se tourna vers mon jeune ami afin de prendre sa commande. Une fois la chose faite, je me mis à mon aise, nous étions à un endroit reculé comparé aux autres clients et ainsi nos échos ne peuvent point atteindre les mauvaises oreilles. Je me pencha quelque peu en avant afin de montrer mon attention à l’égard de Sataro et posa religieusement mes mains sur mes cuisses.

    ‘’ Alors, Sataro-kun. ‘’ Commençais-je avec un sourire. ‘’ Racontes-moi de par quels vents tu as eu comme changements de ta vie, que j’ignore. Tout s’est bien passé, de ton côté, durant ton absence ? ‘’ Dans un soupir apaisé, je me redressa droit à nouveau, plissant quelque peu les yeux, comme me délectant de l’ambiance de ce bar. ‘’ Si tu as des questions, n’hésites point. ‘’



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sataro's Come back ! ( PV : Kakuzô Hidemi )


Sataro's Come back ! ( PV : Kakuzô Hidemi )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays de la Foudre ~ Kaminari no Kuni :: Kumo Gakure no Sato :: Portes de Kumo-