Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
Bienvenue sur Naruto Ninja RPG !

Tu souhaites incarner un ninja et le faire évoluer au sein de différentes missions, quêtes et autre afin de le modeler selon ton unique choix ?
Alors n'hésites pas à nous rejoindre, plusieurs villages t'attendent afin de livrer bataille ! L'esprit de loyauté t'attire, et tu souhaites appartenir à un village caché ? Ou bien la voie de la débauche et du crime te séduit plus que tout ? Dans tous les cas, tu es le seul maître de tes actions ici, et tes actes, qu'ils soient bons ou mauvais, auront une influence sur le Monde tout entier !

Tu pourras ainsi rentrer dans la famille NNr' et découvrir la folie des membres sur le forum ! ^^

A bientôt.

L'équipe du Staff.
AccueilAccueil   Votez pour nous !  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
-39%
Le deal à ne pas rater :
Balai serpillière plat avec seau pliable à 19,99€
19.99 € 32.78 €
Voir le deal

Partagez

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.)

InvitéInvité
MessageSujet: Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Icon_minitimeMer 11 Mai 2011 - 23:34

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Div

" Rapport ! Le déserteur a été aperçu parcourant le refuge du sable dansant. Il semblerait qu’il se dirige vers l’est. Il semble savoir que nous sommes à ces trousses, il passe très peu de temps à se ravitailler. Il ne tiendra pas ce rythme tout le temps ! "

Une escouade de Ninja portant des masques et une longue toge venait d’apparaître devant Hisoka, qui était accompagné d’une jeune femme plus petite, aux cheveux rougeoyants. Ces traits prouvaient qu’elle était plutôt jeune, en dessous de la vingtaine, habillée d’une longue bure, son bandeau de Suna porter avec fierté sur son front. Elle portait deux Wakisachi dans le bas de son dos ainsi qu’une sacoche, tout trois attaché à une ceinture de cuir qui serrait sa bure au niveau de sa taille. La scène se passait en plein désert, cinq personnes en tous étaient présentes. Hisoka, la jeune femme, les trois Anbu. Ceux-ci venaient seulement d’apparaître, se dressant fièrement devant le Jounin, leurs rapport avait été clair et précis, du travail de professionnel. Le Satori baissa légèrement la tête puis se tourna vers l’est, cela faisait des jours qu’ils couraient après cet homme, il avait une bonne avance, au vu de sa position actuel, des récentes informations est également le fait qu’il ne prenait pas le temps de se reposer, il était évident qu’il tentait de rejoindre un autre pays. Le plus proche à l’est était le Pays du Feu, sans doute comptait-il se fondre dans les forêts verdoyantes. Relevant la tête, le responsable observa l’escouade devant lui.

" Bien allez faire un rapport au Kazekage. Nami est moi nous occupons de le suivre. Il n’est pas si éloigner que cela, on va tenter de jouer sur sa fatigue pour prendre de l’avance. "

Hisoka fit quelques pas en avant, puis se tourna vers Nami en lui souriant et lui faisant signe qu’il était temps d’y aller. Lui rendant son sourire, elle hocha la tête puis avança dans le sillage de son compagnon. Le vent dans le désert à cette heure-ci soufflait extrêmement fort, celui-ci faisait claquer les bures des protagonistes. Replaçant sa capuche sur son visage pour le protéger du sable, son acolyte en fit de même. Avant de s’élancer de nouveau dans la course poursuite, le Jounin se retourna vers la brigade qui était en train de se désaltérer avant de repartir.

" Prévenez le village de Konoha qu’il y a des chances qu’un Nuke-Nin s’engage sur leurs territoires. Jouez la transparence, tout rapport que nous avons eu doit leur être transmis. Ne négligez aucun détail, signalez également notre présence, si nous avons confirmation qu’il a bel et bien franchis la limite nous passerons également. Si tel est le cas je tenterai de prendre contact avec eux. "

Juste après ces mots, les deux groupes se séparèrent en partant chacun dans une direction. Traversant rapidement le désert, les deux jeunes shinobis arpentaient avec forces les difficultés du désert. Hisoka avait déjà vécu la traversée du désert, il était habitué, on ne pouvait pas en dire de même pour sa coéquipière. Elle était épuisée, bien que voulant faire bonne figure, elle ne pourrait tenir la poursuite tout du long avec une telle véracité. Fronçant les yeux, l’héritier des Satori observait devant lui l’horizon se dessiner, entaché par le sable qui dansait devant ces yeux. Quelques pieds derrière lui, la jeune femme observait le dos de son Sempaï, avant de commencer cette mission elle ne le connaissait que de nom. Elle se rendait compte petit à petit que tout ce qui était dit était faux. Forçant, elle se donna une bonne impulsion pour le rejoindre, une fois à sa hauteur, elle le jaugea quelques secondes avant qu’il ne le remarque et ne tourna la tête dans sa direction. Lui souriant simplement, il lui demanda si quelque chose n’allait pas. Hésitant quelques secondes, la jeune Nami racla sa gorge avant de lui poser une question.

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Ol10

" Hisoka-Sempaï, si jamais nous devons rejoindre le pays du feu, ne devrions-nous pas laisser faire les Oï-nin ? Du moment que notre cible était dans notre pays nous pouvions prétendre à l’arrêter, mais maintenant qu’il y a un risque qu’un autre pays soit touché… "

" Je sais, mais notre mission est de l’arrêter, pour le ramener à Suna, afin qu’il soit interrogé. Les chasseurs de déserteurs auront pour mission de l’éliminer. Sa sera d’ailleurs immédiatement le cas lorsque l’escouade aura laissé entendre que je pense qu’il se dirige vers un pays frontalier. Le Kazekage est le conseil prendront certainement les mesures adéquates. "

" Mais alors pourquoi ne pas être rentré directement ? Dès lors les Oï-Nin auront la priorité et notre mission sera caduque. Je veux dire, même si nous l’attrapons… Si les chasseurs nous trouvent, ils auront le droit de le tuer est ils le feront très certainement, qu’il soit sous contrôle ou pas. "

" Je sais. "

Le raisonnement de la jeune femme était juste dans tous les sens, qu’Hisoka attrape ou non le déserteur, si jamais les chasseurs le trouvent, sous escorte de Suna ou pas, il sera exécuté immédiatement. Pas même un Jounin ne pourrait interférer avec cela. Les Oï-nin répondent directement du conseil et donc du Kage, ils ont l’aval sur toutes les autres missions qui viendrait à empiété sur les leurs. Est puis quand bien même les deux jeunes Shinobis parviendraient à rejoindre Suna sans tomber dessus, ils seraient immédiatement prévenu, pour finir le résultat serait le même, sauf que cela se passerait dans les murs de la cité même. Dès lors qu’Hisoka avait révéler ces craintes concernant une intrusion même hypothétique du pays du feu, cet homme avait perdu la vie. Mais quand bien même… Fronçant les sourcils, le Shinobi repris une plus grande impulsion au sol, puis pris une grande avance d’un seul coup sur sa coéquipière. Celle-ci lâcha un léger cri d’étonnement avant de le rejoindre en deux foulées. Elle devina que leurs discussions n’en avait pas réellement été une, Hisoka savait tout cela bien mieux qu’elle, il semblait connaître les réflexes politiques sur le bout des doigts, ainsi que le fonctionnement du monde Shinobi. Elle se sentit bête d’avoir posé ces questions. Baissant les yeux, un léger silence se fit, elle pensa à repartir légèrement en arrière, cependant la voix du Jounin retentit dans leur cercle d’intimité.


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) A10

" A vrai dire, je me fiche pas mal de ce qu’il a pu faire, où bien même ce qui l’a poussé à quitter le village. Cependant le temps que mon rapport arrive à Suna, qu’ils se préparent et qu’ils rejoignent la frontière si tenté qu’il aille réellement au pays du Feu, il aurait le temps de disparaître dans la nature dix fois. C’est pour cela que nous ne devons pas perdre de vue notre mission. La réussite de celle des Oï-Nin dépendra de notre propre réussite Nami. "

Ce n’était jamais simple de partir à la poursuite d’un Ninja, il fallait compter sur beaucoup de facteur tous plus importants les uns que les autres. Qui plus est lorsque le fugitif provient du même village que vous, il aura reçu les mêmes enseignements, les mêmes réflexes, la même connaissance du terrain. La filature dans le désert était plutôt particulière, les traces ne restaient jamais, elles disparaissaient soient à cause du vent, soient à cause du sable, voir les deux le plus souvent. La nécessite de faire des pauses accroissait elle aussi la difficulté. Dans notre cas de figure, Nami devait s’arrêter deux fois plus que le poursuivit, dans ce cas-là, le peu d’avance gagner était immédiatement perdu. Un cercle sans fin qui allait continuer jusqu’à ce que l’une des deux parties abandonne. Compliquer, oui cela l’était. Surtout que cela faisait déjà plusieurs jours… Mais malgré cela elle s’avérait d’une aide précieuse, d’ailleurs au moment où le Satori cogitait sur les différentes manières pour le rattraper, celle-ci composa un mudra et ferma les yeux. Hisoka porta son attention sur elle, la regardant fixement sans baisser son allure, elle rouvrit les yeux, un léger sourire se dessina dans l’embouchure de ces lèvres. Elle fit un signe du pouce à son leader en lançant d’une voix enjoué.

" On se rapproche, je le sens, il a dû s’arrêter. "

D’un geste unie, les deux personnes prirent une énorme impulsion sur le sable avant de relancer leurs courses poursuites avec une motivation nouvelle. Leur cible n’était plus très loin, si ils étaient capable de l’empêcher de passer la frontière, il n’y aura aucune paperasse avec Konoha, leurs priorités absolue étaient d’arrêter ce Shinobi avant qu’il ne cause des dégâts politique.


Quelques jours plus tôt. Lever du Soleil. Suna.

Les premiers rayons du soleil pointaient leurs nez sur le village du sable, illuminant petit à petit les rues, le bruit du vent de la journée qui soufflait entre les rues se faisait également entendre. Tout comme les braillements des enfants qui sortaient dehors en direction de l’académie. C’était ainsi tous les jours, chaque matin se passait de la même manière. Le Ninja du sable était déjà là, assis sur une chaise, une tige recouverte d’encre qui lui servait à travailler la création de ces sceaux. Sa tête était poser à l’intérieur de sa paume, il fixait en baillant le travail qu’il venait de réaliser cette nuit. Plusieurs énormes manuscrits étaient posés tout autour de lui, des dizaines de rouleaux de parchemin étaient empiler de manière précaire parmi le foutoir ambiant. Juste devant lui, un espace était légèrement dégager, dessus était poser un rouleau à moitié ouvert, plusieurs sigles, de nombreuses écritures étaient déjà gravé dessus à l’encre. Pour Hisoka les journées commençait relativement tôt, il n’était pas du genre à dormir beaucoup, depuis tout petit il préférait passer son temps d’une autre manière. Habitude qu’il avait gardée à travers les années. Depuis qu’il était levé, il n’avait cessé de travailler là-dessus, tentant de chercher la bonne manière de créer ce qu’il désirait, mélangeant son chakra, tentant de trouver la bonne dose pour réussir à l’utiliser. Il butait sur quelque chose, il avait donc décidé à retravailler l’intégralité de sa création. Une lumière provenant de sa fenêtre vint alors lui taper le front, le réchauffant par la même occasion. Baillant de nouveau, il se leva de sa chaise et s’étira lentement. Titubant jusqu’à sa cuisine, il se rattrapa au mur, habituant ces jambes au poids de son corps, il attrapa une gourde d’eau qu’il sembla terminer d’un trait. Il essuya ces lèvres avec son avant-bras avant d’entendre quelqu’un toquer à sa porte. Haussant un sourcil, il s’avança vers celle-ci en attrapant au passage un t-shirt au col relevé blanc qu’il passa avec d’ouvrir la porte. Devant lui se trouvait un homme affublé d’une longue cape recouvrant presque l’intégralité de son corps, on pouvait apercevoir une ouverture au niveau de son bassin, d’où ressortait le manche d’un Katana ou toute autre arme. Portant son attention sur son visage, un masque d’animal le recouvrait, seul le sigle représentatif du village de Suna était gravé au niveau du front. Sans rien dire, il tendit un rouleau au jeune homme. L’observant une demi-seconde, il l’attrapa puis brisa le sceau qui était posé dessus, un bruit de cape claquant retentit, le temps qu’il relève le visage vers la porte, l’Anbu avait disparu. Alors qu’il allait refermer la porte et lire le parchemin, un bruit de voix féminine s’éleva par-dessus son épaule. Se retournant, il vit apparaître dans l’embouchure de la porte la moitié de visage d’une jeune femme aux cheveux rouges. Rouvrant la porte, le Jounin jaugea la femme quelques instants, son attitude quand a elle changea immédiatement. Elle se referma, passant ces mains l’unes dans l’autre, puis baissa la tête comme si elle venait de faire une bêtise en l’interpelant.

" Oui ? "

Elle releva la tête avant de la rabaisser immédiatement, d’une main tremblotante elle désigna le rouleau du doigt. Soupirant légèrement, il ouvrit le parchemin d’un coup sec avant d’en lire le contenu. Ces yeux s’écarquillèrent lorsqu’il arriva à la fin. Un déserteur était en fuite est-il faisait un tel cinéma ? Entre l’Anbu qui ne dit rien, la fille qui n’ose pas parler, la journée commençait bien. Refermant ce qui contenait l’information d’un coup sec, il le passa d’un une poche a rouleaux, se retournant rapidement dans sa maison, il fixa sa poche a rouleaux a sa ceinture au niveau du bas de son dos. Se mettant assis sur son lit, il fixa ces sandales à ces pieds, puis attrapa une cape brune, fermant l’attache qui se trouvait au niveau de son épaule droite, il attrapa finalement ces gants de ninjas, en enfilant un, avant de refermer la porte, puis l’autre une fois fait. Une fois dehors, il se stoppa, le tissu brun une fois qu’il eut fini de bouger recouvrit tout son corps. Il jaugea pendant quelques secondes celle qu’il avait devinée comme étant sa coéquipière. Soupirant, il rouvrit la porte de chez lui et en tira une seconde cape, légèrement plus petite, qui semblait plus vieille également.

Il la passa à Nami en la posant autour de ces épaules et en reproduisant les mêmes gestes qu’il avait faits sur la sienne. Elle ne sembla pas vraiment comprendre, mais avant qu’elle n’ait pu dire le moindre mot, son Sempaï était déjà en bas de ces escaliers, en train de partir vers les portes du village. Levant la main par réflexe pour lui signaler de l’attendre, elle se reprit rapidement puis trottina derrière lui pour le rattraper. Lorsqu’elle arriva à son niveau, elle put remarquer qu’il était en train d’enrouler autour de son avant-bras gauche un bandage blanc, elle put remarquer une sorte d’écriture au centre de la bande, mais ne pus l’examiner plus longuement car une nouvelle couche vint se superposer aux précédentes lui cachant définitivement la vue. Il répéta la même opération sur l’autre avant-bras, si bien que du début de ces poignets a la moitié de ces avant-bras se trouvait enrouler quelques tours de bandes. Haussant un sourcil, la jeune Chuunin ne semblait pas vraiment comprendre, mais peut-être n’était ce qu’une question de look ? Elle reporta son attention sur le visage du jeune homme, alors que le groupe fraichement créé arrivait aux portes du village. Là les y attendais, une escouade d’Anbu ainsi qu’un homme légèrement plus vieux, il faisait sans aucun doute partit du conseil. Il tenait dans sa main un dossier blanc avec un énorme tampon rouge qui semblait recouvrir toute la première page.

Lorsqu’ils arrivèrent au niveau du groupe, l’un des Anbu, qu’Hisoka reconnut comme celui de tout à l’heure, sembla chuchoter quelques choses à l’oreille du conseiller. Le Jounin se stoppa et salua respectueusement chaque personnes présentes, la jeune femme resta légèrement en retrait ne semblant pas réellement savoir comment se conduire devant autant de supérieur à la fois. L’ancien tendit le dossier à son interlocuteur, l’attrapa, puis l’ouvrant dans la foulée, le Satori y jeta un rapide coup d’œil, il était très mince, un simple dossier Ninja, de simples références, quelques notes de l’académie, un barème de ces compétences, quelques-unes de ces missions, ce qui était écrit là-dedans pouvais tout au plus servir à savoir quel était sa couleur préféré. Lâchant une légère grimace, le conseiller retendit la main, refermant le dossier, Hisoka le rendit à son propriétaire. Aucun mot ne fut échanger, le plus vieux retourna vers le village alors que l’escouade observait celui à qui ils devaient répondre pour cette mission. Nami était légèrement en retrait et ne pus pas vraiment entendre les ordres que le Jounin leur donna, cependant il semblait clair, précis, il n’y eu quasiment aucune attente entre le départ du vieil homme est celui des Anbu qui disparurent dans une levée de sable. Le Jounin se retourna vers Nami, finissant par lui sourire, il s’approcha d’elle et posa sa main droite sur son épaule. Elle sembla se raidir d’un seul coup, clignant des yeux sans réellement comprendre ce qui se passait.


" En avant, quel est ton nom ? "

" Nami… Okozuki Nami. "

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Aa10

" Allez il n’y a pas de temps à perdre, direction le dernier bourg où il a été aperçu. "

A quelques heures de la frontière de Konoha…

Le bruit du souffle d’Hisoka se faisait plus fort, ils avaient accélérer depuis quelques heures la cadences, depuis peu c’était largement en train de retomber, il prêtait de temps à autre un coup d’œil à Nami, elle semblait réellement exténuer, en plus de l’effort physique, elle devait constamment surveiller ces faits et gestes, un tel ninja sensorielle ferait une très bonne unité et ferait une très belle carrière. Tracer un homme d’aussi loin avec si peu de problème, s’en était époustouflant. Peut-être trop d’ailleurs… Laissant cela cogiter dans un coin de sa tête, il aperçut au loin les montagnes du pays du Feu se dessiner, une couleur verdâtre était en train de se peindre au loin. Alors que le soleil se mourrait lentement. Levant le nez vers le ciel, encore quelques heures est la nuit tomberait. Ce n’était vraiment pas le moment, ils étaient en train de le rattraper, dans une tel situation se reposer la nuit ne ferait que leur faire perdre leur avance. Mais d’un côté… Reportant son attention sur la jeune femme qui composait de nouveaux des mudras et qui se concentrait de nouveau, il n’y avait aucune difficulté à voir l’état d’épuisement dans lequel elle était.

Elle rouvrit les yeux, mais ceux-ci semblèrent partir dans un autre monde, au moment de reprendre un appui au sol pour courir, son pied entraîna son corps dans une chute vers le sable, le Jounin qui avait remarqué cette perte de connaissance se stoppa d’un seul coup et attrapa avant qu’elle ne heurte le sol la jeune femme. Elle soufflait très fort, ces yeux n’avaient aucun point fixe, elle semblait en plein délire, il toucha son front avec la paume de sa main et remarqua qu’elle était brulante. Fronçant les sourcils, Hisoka se redressa portant le corps entre ces bras, son visage à moitié cacher par sa capuche, il releva les yeux vers le ciel, le soleil était en train de se coucher est la vue de la limite frontalière du pays du feu n’était plus si éloigner. Une heure, peut-être plus… La cible devait déjà être rentrée dans l’autre territoire. Un bruit de vent sifflant au loin attira l’attention du Satori. D’un côté le désert, de l’autre la foret. Ou plus simplement encore et sans métaphore, le repos ou la mission. Se tournant pour regarder tout autour de lui, le Jounin aperçu un rocher sous lequel il était possible de s’abriter.

D’une impulsion, il se mit en route vers son abri de fortune. Retirant sa cape, il la plaça en boule sous la tête de Nami, puis enleva l’une des bandes qu’il avait sur son bras avant de l’imbiber d’eau qu’il avait dans sa gourde. Posant ensuite l’objet humidifier sur son front, il tenta de lui mouiller du bout des doigts préalablement trempé eux aussi dans l’eau, ces lèvres. Puis lui fit boire toutes les quinze minutes, ou tout du moins lui mis de l’eau dans la bouche. Une fois qu’il eut pris sois d’elle, il se recroquevilla, la nuit était tombé, le froid mordant du désert allait être rude, il aurait le pouvoir de faire tomber sa fièvre, mais l’héritier des Satori ne portait plus qu’un simple t-shirt, il devait se préparer à passer une longue nuit.
Son visage glissé entre ces deux bras, ces jambes recourber contre son torse, ces bras poser sur ces dernières. Hisoka respirait lentement, il ne devait pas s’endormir, il devait surveiller l’état de sa protégé. Lorsqu’il sentit que le froid se fit de plus en plus présent, il retira la bande qu’il avait mouillé quelques heures avant, elle était sèche, mais dans le doute il préférait la retirer. Pour contrer l’envie de dormir, il passa sa main dans sa poche a rouleau et en tira un parchemin et un crayon. Le déroulant lentement, il écrivit quelques mots dessus, grattant le papier avec respect, dessus on pouvait lire :


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Aaa10

Je ne vois qu’une liberté, la liberté de me battre pour la conquérir.

Un bruit de toux étouffer le fit stopper son écriture, observant la jeune femme, elle avait les yeux ouvert, tourner vers lui, elle semblait observer son Sempaï en train d’écrire sur ce parchemin. Refermant celui-ci, il le rangea de là où il l’avait extirpé. Elle se releva lentement, Hisoka lui tendit une gourde d’eau en lui souriant, attrapant lentement l’objet elle le porta a ces lèvres, avalant plusieurs gorgée, en recrachant plusieurs, elle souffla lentement, puis pris conscience de la situation avant de regarder le Jounin d’un regard affolé. Il lui fit signe de se calmer et de se recoucher, ce qu’elle fit non sans grogner légèrement. Une fois remise en place, elle cligna des yeux, puis observa celui qu’elle suivait depuis quelques jours.

" On l’a perdu n’est-ce pas ? "

Hisoka observa devant lui en entendant la question, d’un air calme, il ne laissa rien transparaître, il semblait garder la confiance en lui-même, en ce qu’ils pouvaient faire tous les deux. Depuis le début de la mission, elle ne l’avait jamais vu douté, il était toujours resté impassible a toutes circonstances, il maniait ces hommes avec vivacités, il était un bon meneur, elle ne doutait pas de ce qui attendait ce Ninja plus tard. Il se retourna lentement, lui lançant un sourire réconfortant en lui faisant un signe de tête pour lui dire que non.

" Du moment que tu es là, nous pourrons le retrouver. Ne t’en fais pas. "

" Je suis désolé. Je vous aie retardé. Sans moi vous auriez pu l’attraper avant qu’il ne franchisse la frontière ! "

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Aaaaa10

" J’en doute. Sans toi je n’aurai même pas su dans quel direction il était partit. Tout ira bien, tu as forcée mais c’était pour la bonne cause, nous ne sommes plus très loin de lui, de toute façon je doute qu’il voudra avancer à travers une foret inconnue pour lui dans la pénombre. S’il ne nous sent plus à ces trousses, il se reposera. Alors fais-en de même, nous partons à l’aube. "

Se relevant, le Jounin s’élança vers la sortie de leur abri, il voulait laisser sa coéquipière dormir, avec lui à côté elle ne cesserait de parler, de plus il avait besoin d’air, la fatigue se faisait ressentir, mais il devait rester éveiller. Avant de sortir, il entendit la jeune femme tousser de nouveau, elle venait de se redresser légèrement, observant son Sempaï, elle ne lança qu’un seul mot avant de se laisser aller au sommeil.

" Merci. "

Une fois dehors, Hisoka observa vers l’est les forets qu’il devinait tant bien que mal à travers les ténèbres ambiantes. Il pouvait presque sentir l’odeur des arbres l’atteindre. Il n’avait connu que le désert toute sa vie, il n’était que très peu de fois sortit de son pays, c’était un dépaysement total qui l’attendait. Croisant ces bras au niveau de son bassin, il resta plusieurs minutes à fixer l’horizon, avant de s’asseoir à l’entrée de la pseudo-grotte. Il resta là sans bouger jusqu’au lever du soleil, qui vinrent le soulager du froid mordant qui avait pénétrer tout son corps. La chaleur le tira de sa torpeur, alors qu’un bruit de pas se fit entendre derrière lui, Nami avait déjà enfourché ces affaires et son sac, observa le Jounin avec un léger sourire, avant de croiser ces bras et de concentrer son chakra. En quelques secondes elle sembla avoir localisé la cible, pointant du doigt les montagnes du Feu, elle annonça leur prochaine destination. Hisoka quand à lui était déjà debout, récupéra sa cape, et l’enfila rapidement. Recouvrant son visage avec le tissu, le groupe reprit la route en quelques secondes. Bien décider à rattraper leur retard.


Quelques heures plus tard. Foret du Pays du Feu.

" Sempaï, on avancera à rien sans quelqu’un pour nous guider à travers cette foret ! "

" Je sais, j’ai déjà envoyé un message, nous devons nous rendre au temple de Galen. D’après ce qu’on vient de me transmettre quelqu’un devrait nous attendre là-bas. "

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Cc10

Tout en parlant, Hisoka était en train de lire le parchemin qu’il venait de recevoir par un oiseau quelques secondes plus tôt. Sautant de branches en branches, les deux Shinobis, tentaient tant bien que mal de orientés, d’après les informations le temple devait se trouver dans cette partie de la foret, nord-est sur quelques kilomètres. Après plusieurs minutes de trajets, ils arrivèrent finalement devant une immense bâtisse, un imposant temple, une architecture radicalement différente de celle qu’ils avaient a Suna. S’élevant à travers les arbres, on pourrait croire qu’il avait poussé ici. D’immenses portes teintes de rouges et d’or permettait d’entrer dans de majestueux jardins, ou au centre une fontaine ou était gravé plusieurs visages lançait de magnifique jet d’eau. En arrivant Nami se senti immédiatement toute petite, faiblarde comparé à l’immensité de cet endroit. Hisoka se posta devant le temple en lui-même, plusieurs formes étaient gravées dans la roche qui le composait. Alors qu’il était en train d’admirer la beauté de ces murs, un moine accosta la jeune femme qui se dirigeait vers son Sempaï, lui demandant si elle désirait quelque chose, le regardant, elle se mordit la lèvre inférieure, avant de lui dire qu’ils étaient en mission pour Suna et que ce temple était un lieu de rendez-vous pour intégrer des ninjas de Konoha à l’équipe. Le moine observa la Kunoichi, la devinant épuisé, il fit quelques signes au niveau de son visage, qui semblait être une prière, elle répondit en se courbant légèrement par respect. Puis se dirigea vers le Jounin. Celui-ci semblait fixer avec insistance les deux imposantes Statues qui encerclaient la porte d’entrée du temple. A l’intérieur de celui-ci, ressortait une lueur douce, apaisante, on pouvait deviner des milliers de bougies disposé en cercle, laissant une surface plutôt restreinte pour les gens souhaitant prier. De là où ils étaient, les Shinobis du sable pouvaient distinguer, trois moines accroupis qui priait devant un autel. Nami semblait être attirer par l’intérieur, tandis que le Satori observait toujours les deux statues parsemer à chaque côté de l’entrée. Remarquant cela, la jeune femme interpela le moine qui lui avait parlé peu de temps au paravent, puis lui demanda que représentait ces deux personnages au long nez qui étaient de chaque côté du temple. Un sourire se dessina sur son visage, alors qu’il allait répondre, le Jounin lui coupa la parole pour parler, tout en se tournant vers lui.

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Z10

" Des Tengu, le plus souvent représenté sous forme de corbeaux et vivants dans les montagnes. "

Le moine sembla surpris, a cela il hocha simplement la tête avec un sourire satisfait. Nami lui fit signe d’un air désolé que c’était tout, puis celui-ci partit simplement sans en demander plus, la jeune femme dévisagea le Jounin pendant plusieurs secondes, avant que celui-ci ne tourne son regard vers elle, lui lançant un simple sourire, il lui dévoila que sa mère lui avait longtemps parlé de ces mythes et légendes, qu’elle affectionnait particulièrement ces dieux mineurs du folklore. Est qu’elle lui avait fait lire plusieurs récits sur eux, si bien qu’aujourd’hui encore Hisoka se souvenait de chacun de ces écrits. Cela lui extirpa un sourire crispé. Croisant ces bras au niveau de son bassin, il s’avança de quelques pas, puis se tourna vers sa coéquipière. Elle avait entendue parler d’où venait le Jounin et ce qui s’y était passé. Elle pensait avoir fait mal sans le savoir, cependant, il ne semblait pas plus troublé que cela, il était toujours paisible, toujours aussi calme. Même lorsqu’il évoquait des souvenirs marquants de son enfance. Elle admira pendants une poignée de secondes cet état d’esprit, elle l’aurait fait plus longuement si des bruits de pas s’entrechoquant sur les pavés derrière eux ne coupa pas court a la conversation. Ils étaient deux, un plus petit que l’autre, aucun trait caractéristiques particulier. Si ce n’était qu’ils portaient tous deux le bandeau de Konoha à un endroit de leurs corps. La Chuunin fut la première a les saluer, posant un genou au sol, elle semblait être bien différente de la pauvre petite, qui une semaine avant n’avait pas su comment réagir aux portes de Suna. Elle avait plus confiance en elle, elle devenait une véritable Kunoichi. Se retournant, Hisoka observa rapidement les deux hommes, puis sourit en voyant de dos sa coéquipière. Le nouveau groupe se stoppa à quelques mètres d’eux, saluant également les personnes présentes. Le Satori arriva derrière Nami, puis lui fit signe de se relever avant de lui-même saluer les nouveaux arrivants en se courbant légèrement. Les quatre personnes semblèrent s’observer pendant quelques secondes, puis le Jounin de Suna décida de briser la glace, s’avançant en souriant aux deux personnes, il passa sa main dans son dos, puis sortit de sa poche a rouleau un parchemin qu’il leurs tendis. En même temps, il présenta son équipe.

" Je me nomme Satori Hisoka, Jounin de Suna. Est voici Okozuki Nami, ninja sensorielle de Suna. Nous avons été envoyés pour poursuivre Mugato Karen, déserteur de Suna. Dans le parchemin que vous tenez, se trouve l’ordre de mission, ainsi que quelques informations sur la cible de mission.

J’ai demandé votre aide car évoluer dans cette foret inconnue serait dangereux, qui plus est, un Shinobi du vent est passé chez vous, cela vous concerne. Je présente également au nom de Suna nos plus plates excuses de vous avoir mis dans une tel situation. En espérant que cela n’entachera pas la relation entre nos deux Pays. "
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Icon_minitimeMar 17 Mai 2011 - 15:19

(ps: Mon poste ne contenant aucune de mes techniques, je le poste finalement en attendant ma validation totale pour ne pas te bloquer. ^^)

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) 942265Foret_Naruto_copie

Dans la forêt, non loin de Konoha, retentissait avec fracas le son des projectiles ninja lancés à pleine vitesse. Le combat faisait visiblement rage. De part et autre, les arbres semblaient s’écarter. Les oiseaux qui y nichaient s’envolaient au fur et à mesure que le combat progressait dans la forêt. Une secousse, une explosion suivit d’une fumer épaisse, et un éclaire, puis… le silence. Ce silence calme et presque gênant qui plane après une catastrophe, ce silence implacable comme la mort. Mais le silence n’est pas imperméable au son, et ce fut un cri de douleur, un cri d’agonie qui le traversa, tuant ainsi ce que l’on ne peut voir, et ce qui ne s’entend pas. Là dans la forêt, à l’endroit exacte ou s’était arrêter le combat, ce trouvait cinq personnes, toutes aussi différentes les unes que les autres. Il y avait dans un premier lieu, quatre ninjas de Konoha. Le premier, le plus malicieux, semblait avoir dans les vingt cinq ans. Les cheveux en pic et le regard pénétrant, tel que l’on se sentait mis à nue si l’on avait le malheur de le croiser. Le second était moins impressionnant, semblant presque triste, il ce tenait près à parer aux pire éventualités. Le troisième n’était autre que Sojiro, calme et résigné, il semblait seulement contempler la scène qui se déroulait sous ses yeux. Quant au quatrième, il s’agissait du plus vieux du groupe, celui-ci tenait d’une main ferme, un ninja de Kumo, à qui l’on avait confié la mission de récolter des informations sur le village caché de la feuille.

Le premier ninja, approcha sa main de la nuque de l’espion, et ferma les yeux. Sa main entra alors doucement dans la boite crânienne de celui-ci qui sembla souffrir le martyre, écarquillant les yeux en silence. La douleur était trop forte, son état… Critique, plus aucun son n’arrivait à sortir de sa bouche, à part celui de quelques maux corporelle du à la salive régurgitée. Alors que le deuxième allait commencer l’interrogatoire pour trouver quel type d’informations il était censé découvrir, et s’il avait été aidé de l’intérieur, une flèche traversa la gorge de l’habitant de Kumo. Sur celle-ci était enroulé quelques parchemins explosifs. Tous furent surpris de ce qui venait de leur tomber dessus. Sojiro eu le temps de crier de se mettre à terre avant que l’explosion n’ai lieu. Le quatrième fut toucher mais s’en tira avec quelques bleu. Le troisième quand à lui, eu le temps de plonger en évitant l’explosion, sauver tout comme le jeune chuunin qui venait de l’alerter. Le premier fut le moins chanceux des quatre. Il n’avait pas eu le temps de retirer sa main totalement, que les parchemins la lui faisaient sauter. Il perdît avec elle tout son avant bras, et une partie de on bras. Son visage fut bruler ainsi qu’une grande partie de son torse, autant dire qu’il était dans un bien mauvais état.

Sojiro demanda alors au troisième de veillez sur le premier, pendant que lui irai à la poursuite du tireur avec le quatrième. Tout s’enchaina plutôt, rapidement, le quatrième ce releva d’un saut et couru en direction du tire avec Sojiro. Ils n’y trouvèrent cependant aucune trace, pas le moindre petit indice sur la direction dans laquelle s’était échappé l’attaquant. La mission était à demi réussit puisqu’ils étaient maintenant sur que le ninja de Kumo n’allais rien dire à ses supérieur. Et à demi échouer, car rien ne pouvait dire si l’homme qui venait de le tuer était de mèche avec l’espion. Le jeune homme shoota dans l’arbre le plus proche, signe de sa frustration. Tout ce qu’il espérait maintenant était de ne trouver rien qu’un indice sur ce tireur. Alors qu’il retournait avec le quatrième auprès des autres, Sojiro remarqua un détail banal mais toute fois pas anodin. Une branche avait été soigneusement décalée, surement pour le tire, ce qui pouvait expliquer les petites marques sur celle-ci. La flèche lancer à pleine vitesse, avait surement frôlé celle-ci. Peut-être que quelque chose pourrait être trouvé pour faire avancer leur future recherches.

Une fois revenu avec les autres, le troisième leur fit par de son appelle au renfort qu’il venait de passer à Konoha par le biais d’une invocation. Ceux-ci ne mirent qu’un quart d’heure pour arriver sur les lieux du combat. L’homme blesser fut rapatrié sur Konoha, et Sojiro fut prier de l’accompagner. Étant le moins gradé de l’équipe, il était le premier à devoir être remplacé. Juste avant de partir, le jeune chuunin leur donna les indications sur les écorchures sur la branche d’arbre, ainsi que la position approximative du tireur par rapport à eux lors de l’attaque.


En route pour Konoha :


Le soleil redescendait progressivement dans le ciel, comme l’excitation du combat commençait à atténuée dans le cœur et l’esprit du jeune shinobi. Il lui faudrait plus qu’un quart d’heure pour rentrer avec le blesser. Avec lui, ce trouvait un Anbu et un ninja médical. L’un passait beaucoup de temps à stabiliser les blessures du troisième, et l’autre passait plus de temps à la fois à lui donner des ordres, et à la fois à le félicité. Après tout, grâce à sa réactivité, ils n’avaient encore perdu personne, ce qui aurait put ne pas être le cas. L’équipe s’arrêta plusieurs fois, pour que le troisième puisse boire sans être trop instable. Leur plus grand arrêt ce profila au pied d’une cascade qui devait être près des murailles de Konoha. Ce coin de la forêt ne ressemblait pas aux autres. Ici le silence n’était pas gênant, les oiseaux chantait, et le son de l’eau produisait un effet d’apaisement sur l’esprit du jeune homme.


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Sangbande


Se baissant au dessus de l’eau pour s’asperger le visage, Sojiro aperçut à travers son bandage que son œil saignait. Sur le moment il n’avait pas réalisé, qu’il s’était fait toucher, mais en y repensant, l’explosion avait fait plusieurs débris, et il n’avait pas fait grand-chose pour les éviter, à par sauter à plat ventre loin de l’espion. Ce qui lui parut étrange, fut le fait de ne rien ressentir, ni lorsqu’il s’était fait toucher, ni maintenant. Cette endroit de son visage lui avait causé pas mal de problème depuis qu’il avait faillit perdre son œil, mais jamais il n’avait cessé de ressentir le toucher dans cette zone. Alors qu’il contemplait son bandage qui s’imbibait légèrement et progressivement de sang, l’anbu l’appela à l’aide pour soulever de nouveau ce sur quoi ils portaient le Ninja blessé.

Le Chuunin mis ses mains dans l’eau rapidement et les passa sur son visage. Soulevant avec l’anbu l’homme qui devait au bas mot peser quatre-vingt kilo, il demanda s’il allait être remis sur la mission, ou s’il venait d’être remplacer, ce à quoi on lui répondit qu’il aurait surement d’autres choses à faire pour Konoha. La où l’équipe de renfort en pleine forme avait mit un quart d’heure, eux venaient de mettre une heure. Les porte de Konoha, majestueuses et impressionnantes était maintenant à l’horizon. Le blesser fut accompagné par le ninja médical et une équipe vers l’hôpital. L’anbu quant à lui alla faire le rapport à l’hokage, en donnant quartier libre à Sojiro.


Konoha :


Sojiro n’était même pas sur de toucher la prime totale qui incombait à la mission. Cela ne le dérangeait qu’à demi mesure, pour les même raison que la mission n’avait été achevé qu’à moitié. Un gout amer lui restait tout de même dans la bouche en pensant que ce qu’il avait travaillé durant trois jours s’était envoler à la vitesse d’une flèche, et avec la puissance d’une explosion. Ce qui le réconfortait, s’était qu’en rentrant, un bain d’eau chaud l’attendrait certainement. Cette idée le fit baver et il accéléra le pas pour retourner à la maison. Sur le chemin, il s’arrêta à un stand de Ramen pour y déguster un bon bol, son estomac en fut ravit. Il fut accueilli par sa grand-mère, qui lui donna tout d’abord son bon jour puis quelques nouvelles auxquelles Sojiro ne fit pas attention, trop concentrer dans sa course au bain chaud. Ce qu’il y avait de plus agréable chez lui, était le fait que sa salle de bain ressemble à une source thermale, ce qui fait qu’il n’avait pas à faire couler son bain pendant dès heure.

Sojio se prépara et nettoya son Œil avant d’aller dans l’eau. Une fois dans son bain, Sojiro mis la tête en arrière et ce laissa guider par ses pensé. Celle-ci l’emmenait très loin, au jour où sa famille fut déchirée. Ce souvenir était encré dans sa mémoire à jamais, mais à ce moment précis, il était flou, comme si la vapeur qui s’échappait de l’eau avait totalement pris place autour de celui-ci spécifiquement. Tournant sa tête vers la droite, il aperçut les vieux peignoirs de ses parents. Ceux-ci n’avaient pas bougé depuis qu’ils n’étaient plus là. Sojiro sourit, il savait qu’un jour il retrouverait son père et sa mère, que ce n’était qu’une question de temps. Ce qu’il redoutait était Konoha, car s’il les retrouvait, ceux-ci serait juger le plus rapidement possible. Le jeune garçon soupira en fermant les yeux. Quelques minutes plus tard, une petite voix frêle pénétra dans la grande salle d’eau et dit :


« Tu ne m’a dont pas écouter Sojiro…

- Non, lui répondit-il dans un rictus.

- Tu devrais avoir honte de ne pas écouter, cela te fera un jour perdre des informations précieuses. Lui dit-elle d’un ton plutôt amuser. Il est arrivé aujourd’hui quelque chose de bon pour le village d’après ce que ma dit l’anbu qui est passé. Il m’a demandé de te remettre au plus vite un parchemin que j’ai placé sur ton lit. Je pense qu’il s’agit là d’une chose plutôt importante, alors essai de ne pas te noyer ou te dissoudre dans ton bain. »


La grand-mère s’en alla dans un ricanement rauque. Le jeune homme sortit quelque minute plus tard, détendu et comme soulagé d’un poids. Il ce rendit dans sa chambre, ce frottant les cheveux avec une serviette, qu’il lança dans un panier de linge sale après l’avoir utilisé. Les cheveux pas encore totalement sec, et le peignoir toujours sur le dos, le parchemin l’intrigua. Il enleva le sceau qui le fermait et le déroula. Sa lecture fut brève mais méticuleuse, pas un mot ne lui échappa, surtout pas le mot déserteur, qui fut tout de même amoindris pas le nom de Suna. En trois ans, il avait été lancé à la poursuite de trois déserteurs, mais jamais aucun ne fut son père. Il espérait qu’un jour on lui donnerait cette chance. Le parchemin était donc une invitation à aller voir l’hokage pour un bref topo sur l’homme qu’il allait devoir rechercher. Mais pour l’heure il ne savait pas s’il allait intégrer l’équipe de la mission, ou juste une équipe de communication avec suna, dans le cas où sa mission n’aurait pas satisfait le plus haut gradé du village.

Sojiro Enfila des habits amples et confortable, et sécha ses cheveux avant de les coiffer et changea le bandage qui couvrait son œil gauche. En sortant, il prévint sa grand-mère qu’il sortait, qu’il était convoquer chez l’hokage, ce à quoi la grand-mère trépigna de bonheur s’écriant, que si l’anbu avait dit vrai, alors Sojiro participerais à quelque chose de très bon pour le village. Lui n’était pas encore au stade de la trépignassions, il le serait si il faisait partie de l’équipe de recherche et pas avant. Il traversa quelques rues avant de tomber nez-a nez à un carrefour marchand, il jeta un coup d’œil furtif à ce qui se vendait pendant qu’il prenait la première rue à droite. Après une centaine de mètres, il fut devant la porte du bâtiment où il devait ce rendre. Il lui suffit de prendre un escalier pour arriver devant une porte en bois gardé par deux anbu. S’était la que ce déroulait la petite réunion de famille. Il prit le parchemin qui ce trouvait dans une de ses poches et le montra aux anbu qui le laissèrent passer. Il fut accueilli dans la pièce par un sinistre :


« Aaaah !! Te voila enfin Sojiro. Nous t’attendions depuis un moment à présent. »


L’ordre de mission et la préparation :


Le jeune shinobi était visiblement le dernier arrivé. Dans la salle ce trouvait un garçon d’à peu près quatorze ans, deux personnes de la tranche d’âge du chuunin et un homme dans la trentaine, blond et qui semblait être plutôt robuste. Pour finir, il y avait un assistant de l’hokage, celui-là même qui venait d’accueillir Sojiro. S’installant pendant que l’on fermait la porte derrière lui, Sojiro eu un fort moment de solitude. Il ne voulait pas faire équipe avec le jeune garçon, mais ne voulait pas non plus tomber sur le plus âgé. L’homme avait un air pervers et accro à la bouteille, bouteille qu’il tenait bien évidement à la ceinture.

L’assistant de l’hokage le regarda un à un avec un petit sourire, puis dans de grand geste mélodramatique leur donna un rapport complet sur la situation qu’ils allaient devoir gérer. Les shinobi se plongèrent dedans corps et âmes, sauf le plus jeune qui semblait avoir de mal à ce concentrer sur quelque chose. A coup sur, il devait encore être genin, ce qui ne confortait pas Sojiro dans l’idée de l’avoir avec lui pour une quelconque mission. Au fils des lignes, on en apprenait un peu plus sur le personnage du déserteur qu’ils devaient retrouver, Puis vint les quelques ligne les plus troublantes de ce rapport, apparemment suna mobiliser une petite unité dans Konoha et ils allaient devoir travailler avec eux. Sojiro comprenait à présent mieux pourquoi l’anbu avait dit à sa grand-mère qu’une chose plutôt intéressante allait ce produire pour Konoha. Un sourire ce dessina sur le visage du jeune homme, un sourire de satisfaction et de joie profonde. L’homme de l’Hokage finis par donner quelques consigne et explications au bout de dix minutes, lorsque tout le monde eux le temps de lire :


« - Voila le topo de Konoha maintenant. Shiki, Tsuba et yogi, tout les trois serez chargé de communiquer avec le village du sable, Toute les informations importantes passeront par vous. Lorsque l’une d’entre elle arrivera jusqu’à vous, vous en ferais prendre connaissance à l’hokage et moi-même. C’est aussi vous qui vous chargerais de la communication des informations avec l’équipe en mission, j’ai nommé ! Sojiro et Ketsuke. L’assistant marqua une pause et se racla la gorge avant de continuer.

-Vous l’aurez compris, Sojiro et Ketsuke vous faites équipe sur cette mission. Dès lors que l’on aura confirmation qu’une équipe de Suna est mobilisé à Konoha, Nous vous indiquerons un lieu de rendez-vous ou vous devrez aller. A partir de ce moment la mission sera commencé, Ketsuke étant le plus gradé il sera celui qui commande de notre coté et qui prend les décisions… Mais attention, les décisions importantes devront nous être transmises. Ketsuke outre cet ordre, je te prierais de nous faire un rapport de la situation toute les deux heures une fois arrivé au point de rendez-vous. L’homme marqua de nouveau une pose et ajouta, Si vous avez des questions c’est maintenant, sinon allez vous préparer, la réponse de suna ne devrait pas mettre beaucoup de temps à nous parvenir ! Bonne chance ! Et… soyez convenable et poli avec nos alliés. »


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Medel


Voila qui était tombé, Sojiro se retrouvait en équipe avec Ketsuke, la trentaine, des cheveux blond et une importante et impressionnante musculature. Une fois sortit, Le Golem ouvrit sa bouteille à saké et en bus trois grosse gorgées en passant son bras sur les épaules de Sojiro qui sentit son poids triplé en un instant. Celui-ci semblait heureux de partir en mission. Le jeune Chuunin, lui, avait encore du mal de trépigné à l’idée de passer cette mission avec cette énergumène qui semblait plus saoul que sobre la majore partie du temps. Le Nakashima s’extirpa avec difficulté des griffe de son nouvel allié et lui dit en souriant qu’il allait ce préparé, et qu’il le retrouverait ici sous peu.

Reprenant dans les sens inverses les rues qu’il avait traversées pour venir jusqu’ici, il arriva devant chez lui mais ne s’y arrêta pas. Prenant une rue à droite puis une rue à gauche, il atterrit dans une autre rue marchande. La ou l’autre était remplie de Vendeur de fruit et légumes, Celle-ci était rempli d marchand d’arme et de matériel. Se stoppant sous un poteau, Sojiro pris sa bourse et compta l’argent qui lui restait. Il pourrait peut-être faire acheter assez de munition pour deux jours tout au plus, après il devrait faire avec les moyen du bord qu’il n’économisait pas ses projectiles. Il fit les boutiques une par une, cherchant ce qui ce vendait de plus résistant. Les charlatans ne manquaient pas dans cette rue, il devait être prudent à ce qu’il achetait au risque de faire échouer sa mission pour cause de mauvais matériel. Vingt minute lui suffit à acheter tout ce dont-il avait besoin.

Le jeune shinobi pris alors la route de chez lui, saluant au passages les gens qu’il avait l’habitude de voir, les connaissances et les amis qu’il s’était fait, ainsi que ses voisins, grands amis de la famille. Le soleil était redescendu bien bas maintenant, le ciel commençait à ce rosé. Une fois chez lui, il expliqua à sa grand-mère qu’il devait repartir en mission rapidement, peut-être dans la soirée, ne lui donnant pas les détails de la mission. Il prit dans sa chambre un katana et un wakisashi qu’il mit à sa ceinture. Sur son bureau il prit quelques rouleaux qu’il mit dans un sac ainsi que de quoi écrire. Une fois près il fit la bise à sa grand-mère et lui promis que tout allait bien ce passer pour lui. La prochaine étape n’était pas le lieu de rendez-vous qu’il avait convenu avec Ketsuke mais la prison ou sa mère reposait toujours maintenant. Depuis que c’était arrivé, Sojiro s’était vus autoriser le droit d’aller la voir au moins une fois par semaine, ce qu’il se tenait de faire le plus souvent possible. La prison était loin de chez lui, sous Konoha. Lorsqu’il y allait, il n’était pas rare qu’il croise quelques pseudos spécialistes du Fuuin, qui s’évertuaient à essayer de desceller les mystères du sceau qui la protégeait maintenant.

L’homme s’arrêta devant la porte de la cellule et posa doucement sa tête contre les barreaux humides. Cette geôle ne valait plus rien, et comme à son habitude Sojiro fut consterné qu’elle soit encore utiliser de nos jours. La seule pièce qui était à l’abri de temps et de la dégradation ici était la cellule de sa mère. Enfermer avec elle dans une prison du temps… Quelque fois encore, le jeune chuunin ce demandait si cette technique était entière, car quel était le but de s’enfermer dans une telle cage s’en en avoir la clé ? Y avait-il une solution, un moyen de la sortir de là ? La trouverait-il ? Cet endroit lui faisait ce posé tellement de questions. Il resta un quart d’heure au fond de ce trou, immobile, regarde l’intérieur d’une cellule où rien ne bougeait. Puis une voix familière l’interpella, l’invitant venir boire quelque chose. C’était un gardien de la prison qui s’était pris d’affection pour le jeune garçon à force de le voir venir rendre visite à ce qu’il appelait lui-même, un fantôme. Il demanda à Sojiro quant est-ce qu’il arrêterait de venir la voir, ce à quoi le jeune garçon lui répondit comme à son habitude, qu’il n’aurait de répit que lorsqu’elle sortirait de là. Trente minutes s’écoulèrent durant lesquels ils s’échangèrent leurs nouvelles accompagnée par quelque verre non alcoolisés.

Alors que dehors la nuit s’installait une bonne fois pour toute, Sojiro retourna auprès de Ketsuke. Il avait beau vouloir l’éviter, il ne pourrait pas en réchapper. Il valait mieux ne plus trop ce torturer, et ce jeter à corps perdu dans cette nouvel relation, même si cette individu ne le mettait pas en confiance. Quand il arriva, Ketsuke ne semblait pas avoir bougé, les yeux fermés et les bras croisé, il était semblable à une statue. Lorsque Sojiro s’approcha, Ketsuke Sourit et se jeta sur lui.


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Rire


« Dit donc petit, je t’ai attendu longtemps ici. Tu faisais quoi ? Du trafic d’arme ? »


Le temple :


L’homme éclata de rire, puis il devint sérieux pour la première fois depuis qu’ils s’étaient rencontré et dit à Sojiro que l’assistant de l’hokage avait confirmé l’arrivée imminente d’une petite équipe de suna. Il ne leur restait plus qu’à les retrouver au temple de Galen, Une endroit situer entre la frontière et Konoha. Le jeune homme ne dit rien, se contentant d’acquiescer lorsque son supérieur lui dit qu’ils partaient maintenant. Sur le chemin ils ne feraient qu’une seule halte pour se reposer et prendre des forces avant que la mission ne soit effective. Sojiro en aurait bien besoin lui qui enchainait deux mission en moins de vingt quatre heure. Pendant ce cours laps de temps, le jeune homme pus remarqué que ses premiers aprioris sur Ketsuke n’était pas fonder. La bouteille faisait partie de sa technique de combat lui dit-il. Il avait perdu toute sa famille, en passant de son grand père à ses enfants en passant par ses parents et sa femme. Tous avaient été tué par la guerre, tous par des ninjas de Kumo, il y avait de cela quelques années déjà. Sojiro dormis comme un bébé pendant leur temps de repos et se réveilla en pleine forme. L’équipe était maintenant prête à surmonter tous les obstacles. Le trajet pour le temple fut cours et silencieux, à partir de ce point, tout pouvait arriver. Il n’était pas rare que des ninjas ennemis arrivent jusqu’ici.


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Templem


Sojiro et Ketsuke arrivèrent au temple dans la matinée. De suite à l’entrer, ils purent apercevoir un moine qui parlait avec deux inconnu, deux Ninja. Il s’agissait des ninjas de Kumo. Le timing était parfait, les deux unités étaient arrivées presque en même temps. L’un des deux présenta son unité et leur expliqua pourquoi ils avaient besoin d’eux. Ce à quoi Ketsuke répondit :


« Salutation à vous, alliés de suna. Je me nomme Ketsuke Hagieru et le petit borgne là c’est Sojiro Nakashima. Il ne parle pas beaucoup jusqu’à présent, mais il à de bon faits d’armes jusqu’à maintenant.

Bien entendu, nous vous assisterons dans votre tâche. Cette mission s’arrêtera pour nous, un peu près à la frontière entre Konoha et Suna, lorsque tout sera fini. Pour ce qui est des relations entre nos deux village, je suis sur qu’elles n’en seront que renforcées par ce genre d’aide que chacun peu proposer à l’autre.
»

Le moine les invita à entrer pour parler et mettre à jour leurs informations mutuelles. Il s’agissait surtout de savoir comment le ninja qu’ils recherchaient pouvait réagir au fait d’être poursuivit par delà les frontière de son pays, le plus dur reviendrait alors au gens de suna qui le connaissait mieux. Une fois autour d’une table Ketsuke dit :

« Près d’ici ce trouve un petit village, au nord. S’il pense s’installer quelques part pour se reposer en toute sécurité, je pense que c’est là qu’il à due se rendre. C’est le village le plus proche à des kilomètres à la ronde. Mais quel est votre avis sur se qu’il pourrait penser de cette opportunité ? »



InvitéInvité
MessageSujet: Re: Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Icon_minitimeMar 24 Mai 2011 - 19:18

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Ji10

Les Shinobis de Konoha qui faisaient face à l’équipe d’Hisoka semblaient ne pas vraiment se connaître, c’était certainement la première fois qu’ils faisaient équipe tous les deux. Bien sûr cela ne changeait absolument rien au jeu en place, de toute manière le village de la feuille avait déjà eu la prévenance de leurs envoyés des renforts pour les guider. Ils ne pouvaient tout avoir. Ce fut l’homme le plus costaud des deux qui prit la parole, le Jounin en jugea donc qu’il était le chef de l’équipe. Il était taillé tel un roc, ces cheveux blonds, sa musculature importante, pour ne pas négliger le tableau, les yeux du ninja de Suna se rivèrent sur la bouteille de saké qui était attaché à sa ceinture, ce qui lui tira un sourire non dissimulé. En voilà un au moins qui négligeait sans le cacher l’un des trois préceptes ninjas. Il avait déjà entendu parler du Taijutsu flamboyant de certains Shinobis de la feuille, certains d’entre eux accentuaient leurs capacités en forçant sur la bouteille ce qui leur permettaient d’utilisés la technique de l’homme saoul. Hisoka n’avait jamais eu la chance ni de voir, ni de combattre un tel pratiquant, cependant entre le Poing dur, le poing souple ce genre de capacités n’étaient pas négliger. Ils avaient réussis à redorer le blason du Taijutsu qui était une pratique qui avait perdu de sa noblesse au fur et à mesure que les Shinobis parvenaient à maîtriser de nouvelles écoles de Jutsus. Entre les différentes techniques héréditaires, les affinités élémentaires combinés, les illusions, ou encore les invocations, le Taijutsu n’était plus aussi valoriser et très souvent il était vu comme une discipline de cancre, ce qui n’était guère le cas. Ce genre de mode de combat nécessitait un entraînement énorme pour en maîtriser les différentes facettes, le fait qu’on le sous-estime généralement augmentait encore sa force. Un jour peut être serait-ce eux, les maîtres du corps à corps qui façonneront un nouveau monde ainsi qu’un nouveau type de combat. Jusque-là cependant, la priorité était de réaliser cette mission convenablement, avoir une tel masse de leurs côtés les aideraient si jamais il devait avoir une confrontation.

Les yeux sombres d’Hisoka se posèrent ensuite sur le plus frêle des deux nouveaux arrivants, un certain Sojiro Nakashima, à côté de son supérieur il était vrai qu’il ne payait pas de mine, mais peu de gens parviendraient à attirer l’attention à côté d’un monstre tel que le Jounin de Konoha. Il était certes plus petit, moins imposant, il était borne d’un œil également. Cependant le fait qu’on l’envoi à la poursuite d’un déserteur montrait que son village avait confiance en lui. A première vue il ne semblait pas être de grade supérieur, un moyenne classe certainement. L’équipe fusionner donnait donc deux Jounin, deux Chuunin, ce qui n’allait pas être simple pour savoir qui allait prendre en charge la mission en tant que leader. Ce genre de configuration n’était jamais aisé, il fallait faire un accord entre les deux partis pour être sûr que le chef d’équipe qui sortirait du lot conviendrait à tous. Le problème étant que si ils avaient été a Suna le Jounin du sable n’aurait sans doute, même pas hésité à dire qu’il prenait les reines, mais ici il était en territoire inconnu, un ninja supérieur venant de ce pays qui prendrait le commandement serait certainement mieux vu de la part des Shinobis de la feuille. Peut-être même qu’il pensait que l’accord était tacite entre les deux groupes que ce serait le mastodonte le chef…

Bien sur Hisoka n’en attendait pas de cette oreille. Il y avait urgence, ils avaient beaucoup de travaille pour retrouver le déserteur, se manger le nez pour le savoir qui commanderait semblait puéril, mais le Satori avait appris avec le temps qu’un bon chef dans une équipe était nécessaire. Pour ne pas perdre plus de temps plus tard il fallait accepter d’en perdre immédiatement. Après avoir écouté la présentation du groupe qui leurs faisaient face, le dénommé Ketsuke assura qu’il n’y avait aucun soucis entre les deux pays, qu’au contraire une tel mission ne pouvait que rappeler l’importance de la coopération entre deux villages cachés. Cette expression tira un nouveau sourire au Jounin qui hocha la tête pour signaler qu’il était du même avis. Alors qu’il allait prendre la parole, un moine le coupa, apparaissant dans son dos, il les invita à rentrer dans l’arrière du temple, où ils auraient tout le loisir de parler entre eux dans un lieu plus approprié. Le groupe nouvellement formé ne posa aucune objection et suivit en silence le moine qui les fit passer dans un chemin sur leurs droites. Contournant le temple, ils arrivèrent à l’ opposé exact d’où ils se trouvaient. L’arrière cours était exceptionnel, il semblait que c’était ici que les moines venaient se reposer, en effet la cours était entourée de plusieurs petites maisonnettes qui semblaient être les résidences des moines. Le style féodal était très présent, les toits rouges n’accentuait encore la palette de couleurs très riches qui étaient présentes en ce lieu. Au centre de la cour qui était dallé de roche blanche, une fontaine représentant le premier Hokage qui était entouré de plusieurs branches était présente. Le bruit de l’eau s’écoulant contre les parois de roche qui formait le bassin en contre bas de la statue donnait au lieu un endroit relaxant. Le temple avait une ouverture, une porte plus petite que celle de l’autre côté. Qui donnait une une grande pièce, de toute évidence il s’agissait de l’autre côté de la salle aux bougies qui se trouvait derrière la cloison. De là où ils étaient, ils ne pouvaient voir qu’une longue table, qui semblait être le lieu où il mangeait. Les statues des Tengu étaient encore présentes, bien que plus vieille, moins entretenues. Le groupe semblait observer ce lieu avec déférence, l’autre côté était magnifique, mais il était entretenue pour les visiteurs, ici, le contexte bien que tout près et séparé par un simple jardin et une haie de buisson haute taillés en formes d’animaux mystique, était totalement diffèrent. Ils se trouvaient dans la partie du temple la plus intéressante, car véritablement la plus vieille, pleine de mythes, de légendes, le pays du feu, vu de ce point de vue était magnifique. Somptueux. Le moine se stoppa près de la fontaine, désignant la table dans le temple comme le lieu dont il leur avait parlé. Ketsuke le remercia alors que celui-ci s’éclipsait déjà.

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Ji11

Hisoka se stoppa un moment devant la statue du premier Hokage, observant la représentation de cette homme dont il avait lu tant de récits lorsqu’il était jeune, Nami vint a côté de son supérieur, puis observa également la statue en murmurant tout bas son nom, comme si la statue pouvait se réveiller et la punir de son manque de respect d’avoir osé parler de cette homme aussi familièrement. Le Jounin observa sa protégé puis lui passa sa main dans sa tête, lui frottant le dessus du crâne avec un air taquin, il se mit à rire, puis s’avança vers l’intérieur du temple alors que la jeune femme se tenait la tête en criant avec amusement auprès de son Sempaï. La masse blonde passa alors à côté d’elle en signalant qu’elle faisait une drôle de tête. Stoppant ces âneries, elle rigola légèrement puis emboîta le pas elle aussi vers le lieu de rendez-vous. Les quatre personnes arrivèrent autour de l’immense table, Hisoka et Nami se placèrent d’un côté, les deux envoyés de Konoha de l’autre. Prenant une chaise, le fait de s’asseoir procura aux deux envoyés de Suna un long soupire, plus marqués par Nami qui semblait au ange de pouvoir poser ces fesses. Le Jounin ne perdit pas de temps, observant ces deux nouveaux coéquipiers, il fut devancer par le blond qui lui parla d’un endroit où le fugitif aurait pu se réfugier. Un village, le seul à des kilomètres d’après ces dires, il proposa d’aller le fouiller, cependant avant de prendre la décision il demanda son avis au deux Shinobis qui lui faisaient face. L’héritier des Satori observa Nami qui forma un mudra puis ferma les yeux. Se concentrant pendant quelques secondes, elle fronça les sourcils, visiblement elle ne parvenait pas à le localiser. Troublée par cette échec elle retenta une fois, puis deux, alors que les shinobis de Konoha observaient en silence, Hisoka lui croisa ces mains l’une dans l’autre, il était clair que le déserteur une fois abrités dans les épaisses forets allez autant que possible caché son chakra. Ils seraient donc impossible de le pister en tout temps, avec un peu de chance il utiliserait de son chakra pour des taches minimes ce qui pourrait permettre à la Kunoichi de le localiser. Mais tout ceci n’était pas gagné, ils allaient devoir le recherchés à l’ancienne. Alors que la jeune femme allait recommencer une nouvelle fois, Hisoka posa sa main sur son épaule lui faisant signe d’arrêter. Il fronça les yeux, puis sembla méditer quelques instants. Puis finalement il prit la parole.


" Visiblement il cache son chakra pour éviter qu’on ne le retrouve, nous allons devoir enquêter dans les villages alentours, si vous dites qu’il n’y en a qu’un seul a des kilomètres à la ronde, il y a fort à parier qu’il prendra le risque de s’y rendre. Il ignore totalement que nous avons demandé de l’aide au village de la feuille, peut-être s’en doute-t-il mais peu importe. "

" Après la traque que nous lui avons fait il doit être épuisé, il cherchera à se fondre dans la masse. Je pense que c’est un plan viable. Nous devrions partir sans plus tarder. "

Hisoka se leva alors, repoussant la chaise sur laquelle il était assis, il se dirigea vers la sortie, il fallait faire vite, le capturer était une priorité avant qu’il ne puisse se dissimuler dans ce nouveau pays, si jamais il y parvenait, il n’y avait que très peu de chance que toutes les équipes du mondes puissent le trouver si il réussissait à rester discret il aurait gagné. Il n’en était pas question ! La traque était loin d’être finie, au contraire elle commençait seulement, lorsqu’ils le trouveraient ce petit jeu s’arrêterait si vite qu’il n’aurait jamais le temps de s’en rendre compte. Les pas du Jounin provoquait un bruit sourd sur le sol du monastère, alors qu’il venait de s’arrêter près de l’entrée, il se retourna, puis se dirigea vers le chef de l’équipe envoyé par la feuille. Il se plaça devant lui, il était obligé de regarder vers le haut pour réussir à voir ces yeux tant il était grand, de si près il se rendait compte de l’importance de ces muscles, il devait véritablement faire très mal lors d’un combat. Bien que celui-ci soit plus vieux qu’Hisoka, ce dernier croisa les bras au niveau du bassin puis parla avec respect à son Sempaï.

" J’ai conscience que nous nous trouvons actuellement dans votre pays, le commandement de cette équipe peut vous revenir, cependant je pense qu’il serait judicieux que je me charge de ce poste. Le déserteur étant de mon pays je désire garder la fonction de chef. Cela fait près d’une semaine que nous le poursuivons, nous n’avons rien lâché, pour cette raison je souhaiterais avoir votre consentement pour diriger les opérations. "

Une fois le problème réglé, Hisoka se sentit soulager d’un poids, il allait pouvoir continuer à gérer son équipe, cependant pour la première fois depuis le début de cette mission, Nami allait se révélé inefficace, de plus il ignorait si ces capacités de combattantes, était aussi fortes que sa maîtrise de la filature. Elle avait passé ces grades comme tout le monde, il se rangea donc de l’avis que Suna n’aurai pas promu une personne qui ne savaient pas se battre. Après quelques préparatifs, le groupe s’éloigna du monastère après avoir remercié chaleureusement leurs hôtes de quelques heures. Le Jounin avait énormément apprécié ce lieu qu’il jugeait comme véritablement reposant et en paix. Si jamais il avait le temps avant de quitter le pays du feu, il se jura d’y retourner. Sachant pertinemment que tout ceci ne serait pas aussi facile, si jamais ils parvenaient à rattraper le fugitif, l’amener ici et augmenter encore le chemin à faire avant de retourner à Suna n’aurait pas été très prudent. Il oublia donc très vite cette promesse, la mettant sous le compte de « la mission avant tout ». Qui plus est les Oï-Nin ne devaient plus tarde, bientôt ils seraient eux aussi ici, une chasse à l’homme d’une tel ampleur n’aurait rien de bon, ni pour les villageois environnants, ni pour les ninjas qui composaient les diverses équipes chargés de cette mission de récupération. Une fois arrivé à la sortie du temple, Hisoka prit une impulsion sur le sol puis sauta vers les branchages des arbres qui étaient devant lui, suivis de très près par les autres membres de son groupe. Très vite il signala les ordres de formations, il indiqua a Ketsuke de se mettre devant, lui-même se positionna sur la droite de la jeune femme de Suna, puis il fit signe a Sojiro de se placer à gauche d’elle. En évoluant ainsi, il couvrait leurs éléments le plus fragile mais le plus essentiel, seul les attaques de derrières pouvait atteindre la Kunoichi Sensorielle, pour contrer toute éventualités de piège, le chef d’équipe stipula a la représentante de la gente féminine qu’elle devait sonder toutes les 2 minutes les alentours pour détecter quelque chakra que ce soit. Une fois mis en place l’équipe s’enfonça avec plus de rapidité dans les forêts épaisse qui bordait le sud du pays du feu.

Le chemin se poursuivit en silence, Nami faisait la discussion tentant de connaître ses deux nouveaux compagnons, l’un d’entre eux n’était pas très bavard a première vue, ce Sojiro Nakashima, il semblait renfermé sur lui-même, ou porter de grave séquelles, un poids qu’il ne parvenait pas à porter seul. L’autre était tout son contraire, bavard enjoué, tout était bon avec lui pour se faire remarquer, oui et c’était bien là le problème. Il parlait fort, criait en riant, sans compter le fait qu’il ne cessait de boire ces gorgées de son alcool. Il retombait de tous son poids sur les branches des arbres qui malgré cette aptitudes ninjas se courbait sous son poids. Oui il n’était vraiment pas discret, de toute façon ce n’était guère une mission de discrétion, la nouvelle que des Shinobis de Suna était présent devait déjà circuler à travers le pays, peu importe le bruit qu’il pouvait faire rien ne changerait le fait qu’il y avait de très fortes chances que le déserteur soit déjà au courant de leurs présences, il n’y avait aucune raison d’être discret, Ketsuke le savait pertinemment, chacun le savait sans vraiment le dire. Plus il mettrait de temps à le retrouver, plus lui pourrait s’enfoncer et disparaître et plus les nouvelles des mouvements du groupe de Suna et de Konoha attiserait la curiosité des foules qui ne cesseraient d’en parler. Il y avait fort à parier, que dans quelques jours, si la cible tendait un peu l’oreille autour de lui, il entendrait sans aucun problème vers où se trouve le groupe qui le pourchasse. Au ninja en mission il y a quelques choses qui le dépassent en tout temps, ce sont la vitesses du bouche à oreilles. S’agrippant a une branche plus épaisse que les autres avec ces mains, le Jounin tourna autour avant de retomber en parfaite équilibre sur celle-ci, se plaçant accroupis, il sera son poing signe a pour que la formation se stoppe. Il y avait un détail que ces deux nouveaux coéquipiers devaient savoir. Nami quand a elle s’arrêta et observa son supérieur, baissant les yeux elle devina aisément ce qu’il allait dire, lorsqu’il avait décidé de poursuivre la mission malgré tout, il avait parfaitement conscience que le moment où il devrait l’expliquer arriverait tôt ou tard. La raison pour laquelle cet homme avait déserté, il avait pris plusieurs vies, tout ceci pour étancher sa soif de comprendre son pouvoir héréditaire. Restant un genou au sol la jeune femme, observa le dos d’Hisoka. Depuis le début il l’avait soutenue, elle qui réalisais sa véritable première mission d’importance, a son contact elle avait appris beaucoup, mais aussi surtout à avoir confiance en elle. Oui une semaine c’était très peu, mais être avec la même personne tout le temps même pendant un laps de temps si court apportait quelques changements. Il avait déteint sur elle, en tout cas elle croisait les doigts pour. Le jeune homme se releva lentement puis se tourna vers ces deux nouveaux coéquipiers. Il soupira puis prit la parole.


" Je suis désolé, si je vous ai paru brusque. La vérité c’est que ce Shinobi n’est pas vraiment puissant, je veux dire par là qu’il n’a rien d’un génie. Il devait être conduit à la prison du sable pour avoir fait exploser une partie d’un village au sud-est de Suna. Il utilise l’art des explosions. C’est chez lui une technique héréditaire. Il ne parvient que très peu à la maîtriser. Suite à cette incident, il a décidé de partir, ce qu’il y a c’est que… "


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Gg10

" Même si nous le trouvons dans ce village, nous ne devrons pas l’attraper avant qu’il en soit éloigné. Je crains qu’en le brusquant la même chose se produise, inutile d’attiser les flammes, quoi qu’il arrive nous devons le capturer loin des habitations. "

Une fois qu’il eut finit d’expliquer les capacités de leurs cibles, le Jounin se retourna puis repartit de plus belle, il n’y avait que très peu de temps à perdre, trouver quelqu’un était déjà un dur labeur, mais l’éloigner d’une ville le serait encore plus, qui plus est-il faudrait le faire sans attirer son attention. Est-il fallait immédiatement trouver de quel manière procéder. Si effectivement il se trouvait là-bas, il n’y aurait aucun moment à perdre, par chance, il n’avait jamais vu ces poursuivants ce qui permettrait à Hisoka où Nami de pouvoir se montrer devant lui, petit à petit un plan se dressait, comme on prépare toute chose, il commençait à savoir comment s’y prendre. Ce fugitif était dangereux, certes, mais il ne l’était pas pour faire du mal, c’était un pouvoir qu’il n’avait jamais appris à maîtriser de quelques manières que ce soit, dans son dossier Shinobi il était signalé qu’il avait perdu ces parents pendant la guerre. Il était effrayé, certainement terroriser d’avoir fait ce qu’il avait fait. Au début de la mission le Jounin se fichait pas mal qu’il ait fait du mal intentionnellement ou non, c’était toujours le cas, le mal avait été fait, il devait être puni pour avoir semé le trouble est pour avoir tenté d’éviter sa sentence. Cependant, il était inutile qu’il se fasse tuer par les Oï-Nin, où qu’il ne provoque plus de morts encore à cause d’une attaque un peu rude. Le combat en lui-même contre lui n’aurait rien d’une partie de plaisir non plus, si son don se déclenchait lors d’un état de stress intense, il y avait fort à parier que si il voyait la mort approcher tout sauterait autour de lui… Et au vu de ce qu’il avait fait à son village… Mieux vaudrait ne pas se trouver dans le champ d’une de ces explosions. Cependant si jamais Hisoka devait choisir entre la vie d’un de ces coéquipiers ou la sienne, il n’hésiterait aucune seconde, le tuer pour le moment n’était pas une option, mais au vue des prochains événements, de ces réactions et de la menace potentiel qu’il deviendra, peut être faudrait-il l’exécuter. Rien n’était sûr, cependant il ne devait pas perdre de vue que sa mission ne consistait pas non plus en l’élimination pur et simple de la cible, il devait le ramener au conseil du sable, non lui prendre la vie, ça s’était le travail des chasseurs de déserteurs. Heureusement, il pouvait compter sur le soutien de Ryu Datenshi, si jamais la mission tournait mal, il plaiderait certainement en sa faveur. La priorité était d’ores et déjà qu’il n’y ait aucune victime du côté du pays du feu, il serait inadmissible qu’un incident arrive à présent.

Petit à petit la forêt semblait devenir de moins en moins épaisse, un chemin se dessina lentement à travers la végétation luxuriante, il fallait dire qu’évidement, le climat de ce pays n’avait rien en commun avec celui du désert, la couleur verte était partout, a l’ombre des feuilles les rayons du soleil traversait de temps à autres, créant une couleur magnifique. La chaleur était bien plus supportable, plus à la convenance d’Hisoka qui pourtant adorait les endroits chauds. Il n’y avait pas non plus de sable… C’était certainement ce qui attirait le plus le jeune homme, pas de ce grain irritant et grossier qui rentre là où il veut, le sable représente le désert, cette surface aride qu’il avait dû traverser étant jeune, qu’il ne cessait de traverser depuis qu’il était Jounin. Il le connaissait presque par cœur, cependant plus il était accablé par le soleil lors ces traversés, plus il souffrait de la morsure glacial de la nuit en plein désert, plus il détestait le sable. Un comble pour un Ninja de Suna. Un sourire se dessina sur son visage alors que l’orée de la forêt apparaissait sous ces yeux, se rattrapant à une branche, puis se lâchant avec toute sa vitesse, il atterrit en contre bas près d’épais buissons qui le recouvrait parfaitement. Posant un genou au sol, il passa sa main droite à l’intérieur et enleva quelques branchages touffus pour lui permettre de voir la ville qui se cachait derrière. Un léger bruit de feuillages, presque imperceptibles se fit entendre, puis un second, moins discret. Se retournant légèrement, il vit se poser juste derrière lui Sojiro et Nami, qui prirent la même position.

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Jj10

Sur leurs droites arriva le mastoc blond qui était arrivé un peu avant eux. Il avait eu le temps de faire un rapide tour des horizons. Il décrivit la situation comme calme, il semblait qu’il n’y ait rien d’étrange. Quoi de plus normal après tout ? Il n’allait pas se faire remarquer si jamais il était bel et bien là. Observant au loin le village, Hisoka fit signe à Nami de retirer son bandeau de Suna, puis il se retourna pour expliquer le plan. Ils agiraient chacun dans un côté du village, ratissant au mieux, balayant la zone rapidement, chacun rentrerait d’un côté du village a des moments bien distincts, puis marcherait vers le centre du village, flânant complétement dans la ville. Dès que l’un d’eux trouve l’homme si jamais il est là, il donnerait le signal de regroupement. Hisoka se désigna comme le premier à rentrer, il irait vers le nord du village, puis Sojiro qui irait à l’ouest, puis Nami pour l’est, puis Ketsuke pour le reste. Chacun compterait précisément 60 secondes après l’entrée de son prédécesseur. Puis une fois que chacun aurait observé sa zone, chacun tournerait dans les sens des aiguilles d’une montre en se dirigeant des bordures extérieurs du village vers l’intérieur même du cœur. Se relevant, Hisoka demanda si chacun avait compris, puis s’élança vers les portes du village.

Lorsqu’il arriva à leur niveau, il fut surpris de voir qu’il n’y avait aucun garde, visiblement ce village n’était nullement militaire, il s’agissait d’habitants tout ce qu’il y avait de normaux. Peut-être quelques Ninjas en postes à l’intérieur mais rien qui permettrait d’empêcher une attaque massive. Il compara ces petits villages solitaires et militairement indépendants au clan de nomades qui peuplaient le désert, il passa les grandes portes, juste avant il retira la capuche de sa cape, puis se mêla à l’amas de gens qui semblait faire le marché. Bien sur la chance voulait que ce soit un jour de marché, où peut être qu’ici c’était tous les jours ? Il ne saurait dire, se contentant d’avancer, en regardant les marchandises, il répondait bonjours aux gens qui lui souhaitaient, s’excusaient auprès des personnes qu’il bousculait malencontreusement, il faisait tout son possible pour ne pas paraître suspect, objectivement on aurait dit un simple habitant du coin qui venait faire ces courses, arborant un sourire séduisant, il faisait exprès de sourires au dames qu’il voyait, quoi de moins suspect qu’une personne qui prend la peine de se faire remarquer pour son charme ? Malgré son attitude détaché, il comptait les secondes, cela faisait déjà quarante, bientôt Sojiro devrait bientôt rentrer puis irait vers l’ouest du village. Hisoka avait déjà complétement disparu, il passait tantôt devant des échoppes de vêtements, de nourriture, d’alcool, en voyant cela, il pensa a Ketsuke qui si il avait été affecté ici n’aurait sans doute pas boudé ce marchand. Un sourire s’afficha sur son visage alors qu’il se trouvait à présent en plein centre. Au vu de l’incroyable nombre de personnes présentes, il décida de flâner près d’une boutique quelconque pour prendre le temps d’encrée les multitudes de visages qui l’entouraient. S’il passait d’un seul coup il était fort possible qu’il passe à côté de sa cible sans même s’en rendre compte. Il devait prendre son temps, analyser les personnes qui étaient ici, ne faire aucune erreur de jugement. Il n’avait pas le droit à l’erreur.

Il se tourna sur lui-même, détaillant les boutiques présentes, il y en avait une dizaine, mitoyennes, collés les unes aux autres, il observa laquelle lui permettrait de voir le plus de personnes d’un seul coup, il aperçut alors une petite échoppe tourné vers le centre de la place, car il n’y avait pas assez d’espace pour la mettre dans le sens de la marche, le marchand avait donc décider de la placer de côté, ce qui lui permettait de se ranger entre deux autres. En se plaçant sur le côté droit, il aurait une vue d’ensemble parfaite, une fois devant l’étalage, il remarqua qu’il s’agissait d’un magasin d’alcool. Soupirant, visiblement le clin d’œil qu’il avait donné à Ketsuke un peu plus tôt lui revenait en plein dans les dents, ce jour était placer sous le signe de l’alcool. Le marchand interpella le ninja, vantant le mérite et les bienfaits de ces « breuvages », du moins c’était ainsi qu’il les nommaient. Entamant la discussion, Hisoka finit par réussir à atteindre le coin qu’il désirait, en prétextant s’intéresser à l’alcool qui était placer sur ce présentoir. Le vendeur lui détailla alors que c’était un alcool très fort, basé sur de nombreuses plantes qui poussaient au nord-est d’ici, dans un coin qui se nommait « la sulfureuse vallée ». Certes le nom était tape à l’ œil, mais au vu de l’odeur de l’alcool, sulfureuse était un doux euphémisme. Le marchand proposa alors au ninja d’y gouter, il avait déjà observé une bonne majorité des personnes présentes, agglutiner autour des diverses échoppes, il haussa les épaules, puis porta la bouteille à ces lèvres, déversant le liquide qui lui réchauffa l’intérieur de la bouche. Descendant dans son œsophage, réveillant ces sens par la même occasion, le Jounin grimaça puis finalement reposa le récipient, complimentant le marchand sur l’effet de son alcool, il essuya ces lèvres en passant son avant-bras droit dessus, puis se tourna vers le dernier quart qu’il n’avait pas observé. Se tournant ensuite vers le marchand, il passa sa main à l’intérieur de ces vêtements, à l’intérieur de sa ceinture, puis en tira quelques billets qu’il tendit au marchand pour acheter l’alcool qu’il venait de goûter. Tout sourire ce dernier, fit une remise au jeune homme, lui rendant au passage un billet, puis lui tendant la gourde avec le Kanji alcool gravé dessus. L’attrapant, il salua le marchand en souriant, puis se dirigea vers le nord. Il ne se trouvait pas dans le cœur de la cité. Il devait allez vérifier vers le nord. Portant sa grosse gourde avec sa main droite, il était clair qu’un homme qui portait une gourde d’alcool n’éveillerait pas les soupçons. Un Ninja en mission ne s’autoriserait jamais à avoir de l’alcool sur lui… L’image de Ketsuke lui revint alors immédiatement en mémoire, oui cette journée n’était vraiment pas la bonne.

Lors de sa discussion avec le marchand, il avait pu avoir tout le loisir de détaillés la multitude de visages présents, mais il avait également compté, a présent tout le groupe de traque devait être entrée dans le village et s’être diriger a des endroits bien distincts. S’il était là l’étau allait se resserrer autour de lui. Il ne devait pas cependant se sentir en danger, ce qui relevait du défi avec un tel déploiement. C’était justement pour cela, qu’Hisoka avait insisté sur le fait que chacun devait rentrer avec un temps de retards sur l’autre, qu’aucun ne se dirige dans la même zone permettait également si jamais il se rendait compte qu’une personne le suivait de ne pas le mettre sous pression. Un seul ninja, était moins stressant que quatre… Hisoka eu enfin réussi à se frayer un chemin dans la foule, il sortit alors du cœur de la cité, devant lui s’étendait une rue plus petite, plus tranquille également au fur et à mesure qu’il s’éloignait, les échoppes disparaissaient a vu d’œil, laissant place aux habitations et autres scènes de la vie courantes dans des villages tels que celui-ci. Un simple coup d’œil à présent suffisait pour détailler les personnes présentes, finalement il arriva au bout de la rue, puis tourna sur sa droite, pour emprunter une nouvelle ruelle… Les autres devaient à présents en être au même niveau que lui, commençant à tourner tel des aiguilles.

InvitéInvité
MessageSujet: Re: Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Icon_minitimeVen 27 Mai 2011 - 19:26

Sojiro regardait Nami et Hisoka pendant que son supérieur hiérarchique exposait les faits au petit groupe. Nami était une personne plutôt peu sur d’elle en apparence. Il se demanda en la voyant si lui aussi avait l même visage lorsqu’il partait en mission avec des gens qu’il ne connaissait pas. Il ne parlait que très peu pour éviter déranger, est ce concentrait sur le fait d’écouter et enregistrer les informations à chaque fois qu’il y avait rassemblement. Nami était comme lui et restait à sa place, se contentant de faire ce qu’on lui disait de faire. Lorsque que le jeune homme eu assez scruté la jeune shinobi, il passa à son coéquipier. Celui-ci semblait au contraire sur de lui, et plein d’assurance quant à ses capacités. Il avait la démarche et l’allure d’un chef à la fois charismatique et réfléchit. En le regardant on pouvait sentir en nous monter la chaleur de sa présence, et le courage que cela inspirait.

Lorsque Ketsuke eut fini, le juunin de Suna demanda à sa camarade de se concentrer sur les traces de chackra appartenant au fugitif qu’elle pouvait desceller. Sojiro fut surpris en premier lieu, ne s’attendant pas avoir avec eu un ninja sensoriel. Puis il analysa la jeune fille entrain de ce concentré, cela lui inspirait un profond respect pour la jeune fille. Après un instant, et regarda son supérieur avec un air qui démontrait son incapacité à localiser sa cible. Lorsque celle-ci s’y recommença, Hisoka l’arrêta. Il avait conscience que si elle n’en avait trouvé aucune trace nulle part autour d’eu, alors elle n’en trouverait jamais en restant ici. Sojiro pris un peu plus conscience au fur et à mesure de la puissance que pouvais avoir la chuunin en matière de traque, ce n’était pas pour rien si ils l’avaient choisi elle et pas un autre ninja pour seconder le juunin de Suna. Les deux chefs d’équipe tombèrent d’accord sur le fait qu’aller vérifier le village d’on avait parlé Ketsuke était la solution la plus raisonnable et la plus censée pour commencer.

Lorsque tous fut mis en place, ils se levèrent de table et sortir du temple en faisant la marche inverse que pour entrer. Sojiro s’arrêta quelques secondes à coté de la statue de l’hokage et la regarda, repensant aux réactions des deux ninjas de Suna devant celle-ci. Bien qu’il soit l’hokage de Konoha tout deux avait montré autant de respect que s’il avait s’agit d’un Kage de Suna, bien que Nami l’ai appelé comme si il s’agissait de son grand père. Il comprit en y repensant que si la paix n’arrivait pas à s’installer dans leur monde, il s’agissait peut être d’un manque de respect de chacun envers d’autres. Mais aussi que tant que deux camps se respectaient comme il se doit, la paix ne pouvait que durer entre eux, malgré les rancœurs et les amertumes de chacun, associé à l’amour et la joie. Le respect était finalement un fondement primaire dans le processus de paix… Cela il ne l’oublierait jamais.

Pendant que Sojiro Rattrapait le petit groupe qui venait de prendre de l’avance, les deux juunin eurent une discussion sérieuse sur qui devait diriger les opérations, car une équipe avec deux chefs ne pouvait pas marcher. Hisoka fut plutôt clair dans ses propos, selon lui tout ce qu’il avait fait jusqu’à maintenant et la raison d’être de cette mission le désignait d’office comme étant le seul et unique chef de cette collaboration. Et c’était aussi, par chance, le point de vue de Ketsuke. Cela évita une lourde discussion suivit d’un jeu d’alcool comme les aimait tant Ketsuke qui tranchait toujours les décisions de ce genre par ce genre de pratique. L’armoire à glace préféra mettre les choses à plat lui aussi et dit :


« Ne t’inquiète pas jeune homme, je ne comptais pas prendre la tête des opérations. Moi et le petit sommes ici pour vous porter mains forte dans votre quête vers le fugitif que vous recherchez. De plus je sais à quel point il est énervant de se faire prendre le commandement d’une mission par un autre alors que l’on à travailler dur et longtemps pour avoir des résultats… Et je ne le souhaite à personne. En clair je ne te prendrai pas ta place. »


Ketsuke tapota l’épaule du jeune Juunin et éclata de rire. Ce n’était pas pour ce moqué, il était juste heureux de voir quelqu’un prendre à cœur et au sérieux sa position de chef d’équipe. Beaucoup de ceux qui ce voyait projeter à ce rang pour une mission n’arrivait pas à gérer leurs effectifs et finissait toujours par mettre leur groupe en mauvaise posture. Hisoka lui avait les compétences qu’il fallait et la trempe d’un gagnant, avec le temps il ferait surement un grand dirigeant.

Sojiro arriva lorsque Ketsuke eu fini de rire. Ne comprenant pas la situation et ne voulant pas gêner en demandant des détails sur une situation qu’il imaginait déjà inutile, il s’abstint de faire quelques commentaires que ce soit. Tout le petit groupe s’élança dans les arbres de la forêt et ce positionnaient de la façon la plus approprié qu’il soit. Ketsuke était devant, à une distance raisonnable, si une embuscade était tendue au groupe, les trois en arrière auraient le temps de réagir. Leur position leur permettait aussi de parer à toutes éventualités dans le cas d’une attaque de coté. L’arrière n’était pas couvert mais Sojiro jetterais un œil régulièrement pour éviter toute mauvaise surprise.


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Team07arbre2017584016


Sur le chemin, Nami qui jusqu’à maintenant n’avait pas beaucoup parlé, comme sojiro, commença à poser des questions aux deux ninjas de Konoha. Les questions n’avaient rien de gênant et les deux ninjas y répondaient. Sojiro ne rentrait pas dans les détails et des fois même zappait quelques questions qu’il ne trouvait pas spécialement pertinentes à savoir pour une inconnue. Ketsuke quant à lui répondait a toute les questions que la jeune fille lui posait. Il était loin d’être insociable et était plutôt sympa en discussion. Le problème dans le moment présent était qu’il était un moulin à parole dont les hélices n’avaient pas été huilées depuis longtemps et dont les grincements raisonnaient dans l’épaisse forêt de Konoha. Par la même, Sojiro put en apprendre plus sur son coéquipier qu’il n’en savait déjà. Celui-ci avait une fille et une femme et il n’en avait pourtant encore jamais parlé. Il avait même montré une photo d’elles et lui ensemble. Une photo que le jeune homme ne vit pas de près et dans les détails, mais qui semblait plus que froissée et dont le teint ressortait vieilli. Ce qu’il en dit, c’était qu’elles étaient sa raison de combattre.

Au bout d’un moment, Hisoka demanda au groupe de s’arrêter et une fois immobiliser demanda à tous de l’excuser. Sojiro ne voyait pas vraiment de quoi il voulait parler au premier abord, puis compris par la suite lorsque celui-ci expliqua pourquoi l’homme qu’il poursuivait avait déserté. Ketsuke, grimaça singulièrement aux paroles du Juunin. L’info qu’il venait de partager était importante et aurait été bienvenue de sa part un peut plus tôt dans leur rencontre, lorsqu’ils étaient encore dans le temple au milieu de forêt. Sojiro lui ne sembla pas plus que sa choquer. L’info avait tout de même été donnée à temps et rien ne les empêchait de prévoir à l’avance ses réactions en prenant en compte cette nouvelle donnée. Ketsuke allait parler en prenant un air un peu plus sérieux qu’à son habitude, mais Sojiro le coupa et dit :


« Une information de cette envergure aurait pus nous être divulguée un peu plus tôt, dit-il d’une voix sur et pleine d’assurance, heureusement que nous ne l’avons pas découvert en pleine bataille contre le fugitif en question… Au milieu du village. »


Il regarda tour à tour Hisoka et Nami, Tout deux étaient au courant depuis le début, et aucun n’avait pris le temps de leur dire. Sojiro soupira et Ketsuke ajouta en repartant, d’un ton un peu amer :


« Si la situation l’oblige ou s’il devient incontrôlable et que sa technique lui échappe, j’espère que vous comprendrez que nous seront obligé de le mettre hors d’état de nuire, pour le bien des civils de Konoha. »


Le reste du trajet se passa dans une ambiance plutôt froide entre tous. Plus personnes n’osait rien dire. Comme si ‘aveux avait fait une grosse différence dans la mission jusqu’à maintenant. Ketsuke s’était clairement sentit trahit, Sojiro quant à lui essayait de ne pas leur en vouloir. Hisoka ne pensait qu’au bien de la personne qu’il recherchait. Il n’était pas un fou furieux qui abat sa cible à vue. Ketsuke pris un peu d’avance en accélérant le pas, le village n’était donc plus très loin. Très vite il disparut au loin. Sojiro regarda alors Nami et Hisoka du coin de l’œil et soupira de nouveau légèrement, comment pouvait-il leur en vouloir ils n’avaient fait que protéger un Sunien, bien que déserteur.

Leur arrivée au village commença dans un buisson. Chacun atterrit à tour de rôle dedans, et ils contemplèrent le petit village qui était devant eu. Peu de temps ce passa avant que le juunin de Konoha ne revienne. Il leur dit qu’il n’y avait rien a craindre ici, les rares bandits qui y passait n’était pas là aujourd’hui et les rues semblaient calme. Le village n’avait pas de garde ce qui allait encore simplifier leur entré. Le juunin de Suna mis alors en place un plan astucieux pour aborder le village en douceur sans ce faire repérer par l’ennemi. Tout le monde était d’accord pour l’appliquer, et ce fut Hisoka qui partit en premier. Ketsuke alla se placer près de son entré, qui était la plus éloigné, laissant seul Sojiro et Nami. La jeune fille le regarda avec assistance et lui dit :


« Vous n’aviez pas à être si désagréable tout a l’heure tous les deux… Sempai fait de son mieux sur cette mission. Et puis cela n’aurait rien changé que nous vous divulguions cette information au moment où nous vous l’avons donné, ou avant. »


Sojiro sourit, elle était finalement loin d’être timide et sans caractère. Alors que c’était à lui de partir, il ne bougea pas réfléchis. Puis il dit à Nami qui le regardait avec insistance pour qu’il parte :


« Nous n’allons pas suivre le plan. Dans une ville si petite, tu devrais pouvoir le percevoir si il y est n’est-ce pas ?

- oui, très certainement, dit Nami.

- Bien alors nous allons faire comme ca, … »


Ketsuke


L’homme imposant de Konoha était arrivé à son entrée et attendait calmement que son heure vienne. Il repensa alors à ce qui s’était produit plus tôt dans la forêt. Il détestait ce genre de situation, c’était parfois à cause de ce genre d’oubli que les missions finissait mal. L’homme commença à penser à des choses qui le mettaient mal à l’aise ce qu’il détestait par dessus tout. Il se secoua alors la tête accompagné d’un « TSS » élancé. Il ce leva en s’appuyant contre l’arbre et regarda le village. La vue de celui-ci le fit sourire. Kosaji, appeler aussi la ville au milles saké. C’était l’une des principales villes de production de saké. En plus de ça, son marché y était plutôt fort bien développer. Le fait qu’il soit beaucoup occuper par des bandits résidait dans cette seule et unique bizarrerie, la ville contenait plusieurs centaines voir millier de litres de cette délicieuse boisson. L’idée même qu’une explosion ce produise ici lui arrachait un rire nerveux de la bouche. Si cela arrivait, ce petit village ce transformerais en un cratère bordé d’une forêt flamboyante.

Le ninja entra finalement dans le village. Il y avait pas mal de monde en cette période de l’année, le village étant loin des champs de bataille il régnait ici la majore partie du temps un calme fou et agréable. L’un de ceux que les civils de Konoha recherchait pour leur bien être personnelle lorsqu’ils n’avaient ni enfants ni famille à charge. De part et autre on pouvait entendre les commerçant crier les bien fait de leurs saké, parfois même leur justification sur le prix de ceux-ci. Cette ville à force de l’abrité avait pris l’odeur du saké. Ce n’était pas une odeur sévère mais plutôt une odeur douce et enivrante pour ketsuke. Il pensa un moment que lorsqu’il serait en retraite il la passerait ici. Il Faisait attention à tout ce qui se passait dans cette rue au fur et à mesure qu’il marchait. Il guettait la moindre situation inhabituelle, mais se rendit vite compte que tout était comme toujours… très calme malgré les crie stridents des différents vendeurs.

Il arriva à un embranchement qu’il connaissait bien, s’étant à bien des occasions aventurer par ici. Il y avait dans le coin la maison d’un de ses grands amis. Il ce dit qu’il pourrait en profiter pour aller lui rendre visite. Il avait parcourus un sacré bout, et il n’avait rien trouvé jusqu'à maintenant. Il était sur de ne pas tomber sur son homme dans la rue principale alors il ne risquait rien à prendre quelque minute à rendre visite à une connaissance. Il toqua à la porte et attendit qu’on lui réponde ou bien même qu’on lui ouvre. Mais rien ne se passa. Il n’était pas chez lui, ce n’était pas de veine, Ketsuke doutait fort qu’il repasserait par ce village avant longtemps. Puis quand il se retourna, il bouscula quelqu’un, quelqu’un de beaucoup plus petit que lui et qui alla s’écraser à terre dans un cri de fureur. Ketsuke lui tendit la main pour l’aider à ce relevé, et remarqua que le bandana de l’homme lui disait vaguement quelque chose. Lorsque celui-ci leva le visage, le Juunin en fut certain, il s’agissait bien de son vieil ami.


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) 36jikobou



Celui-ci était un peu ronchon de s’être fait bousculer sans préavis. Il le regarda un moment dans le blanc des yeux, et grogna en prenant la main de Ketsuke qui l’aida à ce relever et invita le géant entrer dans sa demeure. L’intérieur n’avait pas changé en dix ans. La saloperie s’y était peut-être plus accumuler à certains endroit de la maison, mais dans l’ensemble, elle était resté la même que dans ses souvenirs. Ketsuke se posa sur une chaise et son compagnon d’arme en fit de même. Ils commencèrent par s’échanger des banalités, puis à prendre des nouvelles de chacun. Puis Vinrent les questions de sa présence ici.


« - Pourquoi et tu ici Ketsuke… Tu n’es plus venu me voir depuis près de dix ans.

- l’envie de retrouver un ami voyons !!

-

- Je suis ici en mission… Je cherche un déserteur de Suna, avec un petit de Konoha et deux dadais de Suna… Le déserteur à le même pouvoir que cette enfoiré, d’il y’a dix ans… dit-il d’une voix ronger par la rage.

- ah je vois. Je comprends la tête que tu me fais là. Tu y pense encore comme si tu avais pus y faire quelque chose, mais c’est du passé maintenant. Et tu ne pourras pas le changer. Tu leur rends visite des fois ? Elles ne te verront pas, mais tu pourrais te soulager d’un poids.

- Je ne veux pas... je ne peux pas. Dit-il d’une voix triste

- … n’en parlons plus. Tout ce que j’espère c’est que tu ne te vengeras pas sur ce déserteur, lui ne t’as rien fait, et je pense que la nation de Suna veut le récupérer vivant. Tiens aller, comme au bon vieux temps, je vais te faire des gaufres au sucre. »


L’homme s’en alla chercher tout ce dont il avait besoin laissant Ketsuke dans sa réflexion profonde. Il finit par comprendre qu’il en avait voulu pour de mauvaises raison à ce chère Hisoka, et qu’il lui faudrait lui présenter ses excuses lorsqu’il le retrouverait. Ce fut quelques minutes de silence plus tard, que son ami revint avec un plat de gaufre au sucre. Ce mets délicieux lui fit retrouver son attitude excentrique et joyeuse. Il discuta encore un peu avec son ami et en profita pour lui demander s’il n’avait pas un tuyau à lui donner concernant l’homme qu’il recherchait. Le vieillard eu beau cherché, il ne trouva rien de pertinent à lui dire. Celui-ci passait maintenant beaucoup plus de temps enfermé chez lui que dehors à écouter les ragots du village. Ketsuke ne perdit pas plus de temps en bavardage. Il avait fait ce qu’il voulait, il ne pouvait plus ce permettre d’être plus en retard.

Il dit au revoir à son ami convenablement et sortit dans les rues. Son parcours n’était plus très long. Il fit les petites rues qui lui incombaient et arriva au centre du village. Là il retrouva Hisoka. Il ne l’aborda pas de suite, préférant poser quelques questions pendant qu’il ne faisait pas trop louche et fini par dégoter une superbe indication. Un homme plutôt étrange était entré dans le village quelques heures avant eux, tôt dans le matin. Celui-ci semblait venir du désert et s’était presque écrouler par terre. Il aurait été pris en charge par un aubergiste à l’ouest du village. L’info était valable, et avec un peu de chance il était trop fatiguer pour être sur ses gardes. Le juunin de Konoha remercia gracieusement la femme qu’il avait abordée pour ces infos précieuses et alla aborder Hisoka.

Tout deux partagèrent ce qu’ils avaient trouvé et Ketsuke s’interrogea sur le fait que ni Sojiro ni Nami ne soit encore arrivé jusqu’ici. Celui-ci pensait qu’il serait le dernier arrivé, avec le temps qu’il avait perdu en bavardage plutôt inutile et peu joyeux.


Sojiro et Nami


Le jeune chuunin de la feuille avait enlevé son bandeau et était maintenant en place dans les rues de ce petit village. Bien qu’ils soient entrés chacun leur tour comme convenu, Les deux jeune chuunin étaient entré par la même porte. Sojiro surveillait Nami, pendant qu’il arpentait les rues à la recherche d’une trace notable de chackra appartenant à leur homme. Il s’adonnait tout deux aux mêmes occupations que les autres passants, regardant les articles et de temps en temps à gouter quelques nourritures charmantes. Puis après un moment à s’enfoncer dans le village, Nami trouva le déserteur. Sa trace était légère mais bien présente.

Nami s’aventura seul dans les rues, suivit de sojiro qui ce trouvais à quelques vingt mètre d’elle. Faisant toujours comme les autres pour ne pas attirer l’attention. Puis Nami ce stoppa devant une auberge et la contempla un moment. Il était là, la trace de chackra qu’elle avait suivit jusqu’ici était plus importante en ce lieu, comme concentrer. Elle contourna le bâtiment par une petite ruelle et entra par une fenêtre. Sojiro la suivit en empruntant la porte principale. La Sunienne faisait un son bien distinct avec ses chaussure qu’elle et le jeune garçon avait programmé comme étant le code pour la retrouver. Le jeune Chuunin n’avait plus qu’à suivre la jeune fille. Le signal s’arrêta alors net, et sojiro s’empressa d’aller vers là ou il s’était arrêter. Au premier étage, il trouva une porte semi fermé qu’il ouvrit et il découvrit le déserteur avec Nami dans les bras. Il portait un Kunei sous son cou. Celui-ci regarda Sojiro et lui demanda s’il était ici avec elle, pour elle ou tout du moins contre lui. Le jeune chuunin ne fit pas de mouvement brusque et lui répondit qu’il n’était pas Suna, et mais qu’il le cherchait aussi. L’homme commença à avoir peur, exactement ce que Sojiro voulait éviter. Il lui expliqua alors pourquoi il le cherchait.

« Je suis un déserteur de Konoha, je me suis retrancher ici, car les bandits y viennent assez souvent et les troupes d’Oi-nin non. Je l’ai entendu poser des questions sur toi et parler de ta technique. Il parait que tu fais exploser des trucs mais que tu ne le contrôle pas totalement…

- Et alors ? Lui dit le jeune Sunien.

- Et alors, il vaudrait mieux pour nous deux qu’on te cache ailleurs qu’ici, à moins que tu aies envie de te suicider. Le village et une gourde de saké géante… et en plus maintenant que tu es ici ce n’est plus Suna mais Konoha qui te cherche. Ils vont tous venir ici. Alors toi comme moi avons intérêt de nous serrez les coudes, et de déguerpir d’ici.

- Comment tu sais tout sa, et qui me dit que tu es bien ce que tu dis être ? dit il plus surprit et curieux qu’apeurer.

- J’ai des ami à Konoha qui prennent toute les communications importante et qui me les transmette, ca me permet de bouger pour éviter de me faire prendre quand je suis sur le point d’être découvert. Et pour ce qui est de la preuve… Sojiro sortit son bandeau, il l’avait enlevé avant d’entrer dans le village et avait rayé l’emblème de Konoha, puis il le jeta aux pieds de la jeune fille qui se trouvait devant le déserteur. En voici la preuve. »

L’homme n’avait pas longtemps à réfléchir. Il trouvait toute l’histoire cohérente et ce laissa berner dans la crainte d’être rattraper. Il demanda alors à Sojiro de l’aider à attacher comme il faut la jeune fille et à la transporter. Puis lui laissa les reines. Le jeune homme n’avait plus qu’à les faires sortir du village à une bonne distance. Et pour cela il avait en tête le meilleur endroit où les emmener. Il Les fit sortir par l’arrière. Il fallu t être discret jusqu’à sortir du village, mais lorsque ce fut fait, le plus difficile était fait. Sojiro espérait que les trace qu’il avait laissé derrière eux serrais visible aux deux Juunin. Les rayures du bandeau serais déjà une bonne indication, puisqu’elle ressemblait par endroit à une flèche et qu’il indiquait la direction dans laquelle ils étaient partit. Dans les rues Les mur étaient maintenant rayés et dans la forêt Sojiro fit des encoches sur les arbres pendant qu’ils couraient.


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) 1953639541small1


Sojiro les fit marcher bien à l’ouest à près d’un Kilomètre où ils purent s’arrêter en pleine foret au pied d’une cascade. Il n’y avait plus qu’à espérer pour la suite. Le Sunien donna son nom au Nakashima et celui-ci lui en indiqua un faux dès fois que. Puis il le remercia de l’avoir aider. Le chuunin alla détacher les liens de Nami et lui dit de ce tenir tranquille. La jeune fille joua son rôle de captive comme une professionnelle. Mugato fut surpris mais soulager, la jeune fille semblait traumatisé à ses yeux et n’osait pas bouger. Il poussa alors un grand soupire de soulagement et ce décontracta, ce qui fut apprécier par Sojiro qui put moins être sur ses garde près à la moindre explosion.

L’homme Commenca alors à ce confesser à Sojiro qui connaissait déjà les faits, mais pas les sentiments de celui qu’il avait en face de lui. Karen était terrifié à l’idée de ce faire avoir par Suna, Tous voulaient l’enfermer pour quelque chose qu’il n’avait pas fait exprès, qu’il ne savait pas encore contrôler. Tout ce qu’il voulait s’était fuir loin pour apprendre à maitriser son don, il l’aurait alors utilisé pour faire le bien autour de lui. Dans un sens Sojiro eu pitié de lui mais aussi de Suna. Le pauvre ne s’en sortirais pas, il serrais redonner à Suna et eux l’enfermerais bien en profondeur, dans un geôle bien garder. Peut-être même le torturaient-il pour quelques chose dont il n’est finalement que l’instrument. Le ninjutsu avait décidément apporté à ce monde de bien vilain mots.

Sojiro Commençait à remettre en doute les compétences de Suna tout comme il remettait en question celle de Konoha, et commençait à envisager de laisser le jeune homme qu’il avait en face de lui tranquille… Le problème était qu’il ne le pouvait pas, pour le bien des civils de toutes les nations, tant qu’il ne contrôlerait pas ses compétences, il ne pourrait pas vivre libre, et c’était ca le plus affreux dans l’histoire, le regarder assis comme ca et le voir en sachant et ne pouvant rien y faire. Regarder ses blessures dues au temps passer dans le désert et dans la forêt à cavaler sans se reposer, et ne pas pouvoir l’aider plus au risque d’être traiter comme un traitre...

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Gars051


InvitéInvité
MessageSujet: Re: Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Icon_minitimeLun 30 Mai 2011 - 13:52

Alors que le Jounin était en train de ratisser la dernière partie de la zone qu’il devait surveiller, il repensa à l’interlude qu’il y avait eu dans la forêt quelques minutes plus tôt. Les Ninjas de Konoha n’avaient guère apprécié le fait d’être mis au courant au dernier moment pour le déserteur et son don. Ils les comprenaient avec le recul, lui-même aurait aimé savoir les véritables dangers qu’aurait pu apporter sur son pays si la situation avait été l’inverse. Cependant il avait été armé de toute la bonne volonté du monde, il ne connaissait pas ses nouveaux coéquipiers, il ignorait si avec une tel information il n’aurait pas juste cherché à le tuer sans laisse place à la négociation. Mugato Karen bien que déserteur était un Shinobi de Suna, le Jounin ne souhaitait guère le voir mort à la fin de cette mission, mais il ne souhaitait pas non plus le voir s’échapper et n’endosser aucune responsabilité. Les familles désiraient plus que tout pouvoir faire leur deuil, en ce sens sa capture était nécessaire, autant pour les victimes, que pour lui. En dehors il mettait d’autres personnes en danger, le moment venu Hisoka devra trouver les bons mots pour éviter un bain de sang. Cela ne serait pas chose facile, après tous les chasseurs de déserteurs ne tarderaient certainement plus, il allait devoir éviter qu’il ne le tue si jamais celui-ci est sous contrôle… Il ignorait si il en avait la force, ils étaient sous les ordres du conseil, les défier revenait à défier les anciens eux même. Ces yeux se froncèrent sous l’idée de devoir refuser un ordre direct de leur part, cependant il pensait également que la justice n’était pas une exécution, il devrait certainement faire un choix un moment donné, il en avait conscience.

Finalement il ne tarda pas à arriver au lieu de rendez-vous, finalement il n’avait vu personnes de suspect, les potins qu’il avait entendu se dire ne concernait personnes qui correspondait à la description de l’homme qu’il recherchait, cependant il n’avait pu tracer qu’un bon quart du village, les autres avaient peut-être eu plus de chance, si cela n’était pas le cas alors il n’aurait qu’a partir en direction d’un autre village, ce qui serait une perte de temps vertigineuse au vu des conditions actuels de la mission, le trouver le plus vite possible était le mieux pour tout le monde. Tournant sur sa gauche, Hisoka arriva finalement sur la place principal du bourg, celui-ci depuis tout à l’heure ne s’était presque pas vider, il reconnaissait même quelques visages qu’il avait détaillé, c’était un véritable commerce géant cette ville.

Restant quelques secondes stoïque, il resta debout, posa sa gourde de saké à ses pieds puis attendit que les autres arrivent. Normalement Sojiro devait arriver quelques minutes tout au plus après lui, mais lorsqu’une dizaine de minutes se passa sans personnes à l’horizon, le Jounin commença à trouver cela bizarre, en effet après le tour de l’héritier des Nakashima, sa protégée devait arriver, mais il n’y avait également aucun signe de Nami. Croisant ses bras au niveau de son bassin, finalement après un bon quart d’heure d’attente, l’imposante masse blonde arriva sur sa gauche, se tournant vers lui, il semblait visiblement également surpris de voir que les deux autres n’étaient pas présents. Cependant ils avaient peut-être perdu du temps en interrogations fortuite. Ils décidèrent de commun accord de leurs laisser encore quelques minutes, en attendant les deux Jounin se confièrent ce qu’ils avaient trouvés. Hisoka n’eut guère de chose à dire contrairement à Ketsuke, il lui expliqua qu’un peu plus tôt, un homme s’était effondrer à l’entrée du village, il aurait été pris en charge par un aubergiste du coin. C’était une piste visiblement plutôt sérieuse, le golem semblait répondre personnellement de sa source. Le Jounin resta quelques secondes à méditer, si ils partaient sans le reste de l’équipe cela ne serait pas prudent, il jugea donc nécessaire d’attendre encore quelques minutes, il l’annonça à son interlocuteur puis regarda autour de lui.

Les deux hommes ne se parlaient pas, restant muet comme des tombes ce qui n’était pas dans l’habitude de Ketsuke, enfin par habitude bien sur Hisoka entendait que depuis qu’il le connaissait il n’avait que très peu cesser de parler, ce qui était le parfait contraire de son coéquipier. Ce Sojiro n’avait quasiment pas pris la parole, si ce n’était pour reprocher au Shinobi de Suna le retard avec lequel il avait fait circuler l’information concernant les dons de leurs adversaires. Soupirant légèrement, le Jounin secoua sa tête, il ne pouvait pas rester distant avec cet homme, ils avaient eu raison, il aurait dû en parler bien avant, le bien des coéquipiers avant tout. Le Jounin se retourna, tombant nez à nez avec le dos musclé de Ketsuke. Celui-ci semblait scruter les rues dans l’espoir de voir son compagnon de la feuille, Hisoka se racla la gorge pour attirer l’attention de l’homme, ce dernier se retourna en entendant ce bruit, baissant la tête pour observer son chef d’équipe, celui-ci plongea son regard sombre dans le sien, puis leva son bras droit qui tenait une imposante gourde de saké. Lui faisant signe de la prendre, il lui lança un léger sourire pour faire comprendre que c’était pour se faire pardonner de son manque de tact du début de mission. La masse l’observa pendant quelques secondes avant d’exploser de rire, attrapant la cruche, il l’ouvrit puis cessa ses beuglements de joies seulement lorsqu’il fit tomber le liquide de la gourde à l’intérieur de sa bouche. Il avala une imposante gorgée, puis referma le récipient. Hisoka haussa un sourcil, en effet le visage du Jounin de la feuille venait de ce décomposer en une grimace affreuse, visiblement le Saké avait un retour assez prononcer qui venait de déclencher chez Ketsuke un visage qu’on n’aurait jamais cru possible chez un homme qui ne cessait de boire. Souriant a cette vue, le ninja finit par lâcher un rire en désignant du doigt le visage de l’homme qui après quelques secondes reprit une allure normal. Il accrocha nonchalamment la gourde à sa ceinture, puis tapa sur l’épaule du Jounin du sable qui fit quelques pas sur la droite à cause de la puissance de la tape.


" Ahahahah c’est à ça qu’on reconnait un homme ! Au moins tu sais te faire pardonner gamin ! "


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Zzzz10

Lâchant un sourire crispé Hisoka ne pus s’empêcher de remarquer qu’il était toujours de bonne humeur, un véritable gai luron, c’était le moins qu’on puisse dire, cependant il savait aussi que ce genre de personnes cachaient un lourd secret, quelque chose qu’il cherchait à ensevelir sous la bonne humeur, un moyen pour eux de subsister, de résister aux affres de la vie, tout ceci au final n’avait pour but que se leurrer soit même. Au moment où il observait ce visage souriant de toutes ces dents, il sentit une profonde tristesse, ce qui enleva le sourire qu’il affichait. Oui peut être qu’il n’était pas si heureux qu’il le laissait penser, il en était même sur. Il n’y a rien de plus triste qu’un sourire forcé, il savait les reconnaître, durant la moitié de sa vie, il n’avait cessé de sourire de cette manière. Lors de son arrivée à Suna, il ne voulait pas que quelqu’un le regarde comme quelqu’un de faible, il voulait afficher un sourire qui serait capable de leurrer les plus perspicaces, mais il découvrit bien vite que cela était plus dur qu’il ne l’avait imaginé. Lorsqu’il était entouré de personnes, il parvenait à garder sa contenance, cela dis, lorsqu’il était seul, tout était diffèrent, la solitude ronge votre âme, détruit votre garde la plus implacable, les nuits où vous pensez à votre famille, ces nuits-là vous haïssez le monde du profond de votre âme, puis lorsque le jour se relève vous oubliez votre rancœur, votre faiblesse, pour laisser place au courage de se lever. Ce petit jeu avait duré un sacré moment, puis finalement, la tristesse s’en est allé, les nuits étaient de nouveau paisible, c’est lorsqu’on accepte qui l’on est, d’où l’on vient qu’enfin d’autres perspectives s'offres à nous. C’était ce qu’il pensait, car c’était ce qu’il avait vécu, peut être que cette homme n’avait pas vu les choses ainsi. Alors qu’il était plongé dans ses pensées, le plus vieux des deux se tapa les mains l’une contre l’autre, puis annonça qu’il était temps d’aller vers l’auberge.

Hisoka sortit finalement de ses pensées, il était vrai que cela faisait un sacré moment qu’ils attendaient, rester ici ne changerait rien, cependant il sentait que quelques choses n’allaient pas, pourquoi leurs deux camarades n’étaient pas ici ? Peut-être étaient-ils tombés sur le déserteur et avaient voulu l’attraper ? Où peut être que Karen les avaient vus puis pris en otages, il fallait penser à toutes les éventualités, déjà dans la tête du Jounin se dessinait plusieurs plans d’action, il fallait que tout soit clair, limpide, il fallait qu’au moindre problème, il y ait une porte de sortie pour le groupe de Shinobi. Mais cela passait forcément par la visite de l’auberge. Acquiesçant a la proposition de son coéquipier, les deux hommes se dirigèrent vers l’ouest de la ville ou se trouvait le soit disant établissement. En quelques minutes ils y arrivèrent, ils observèrent tout deux les lieux, puis Hisoka s’avança vers la porte l’ouvrant il pénétra suivit de quelques mètres par son acolyte. Il semblait que ce lieux faisait plus office de taverne-auberge que d’auberge tout court, lorsqu’ils rentrèrent la majorité des gens présents jetèrent un coup d’œil discret dans leur direction, en effet il fallait dire que le petit groupe n’était pas véritablement discret, un homme habiller d’une cape lui recouvrant tout le corps, suivit d’un homme aussi large que haut avec une énorme bouteille de saké a la ceinture.

De toute manière il n’était plus temps de jouer dans la discrétion, il y avait un risque pour que Nami et Sojiro ne soient en danger, à présent que la vie des deux-là était peut-être en jeu Hisoka ne pouvait plus perdre plus de temps. Il s’approcha de l’aubergiste, qui observait les ninjas d’un air suspicieux. Il était plutôt petit, pourtant une barbe de trois jours, affublé d’un t-shirt délavé est d’un tablier qui lui tombait jusqu’en bas des jambes, il fit un signe de tête aux nouveaux arrivants qui se placèrent devant lui. Il lorgna sur les deux personnes successivement, puis grimaça en voyant la gourde d’alcool pendu au corps du plus grand des deux, il ne se gêna pas pour exprimer son mécontentement et demanda à Ketsuke de laisser sa gourde dehors ou de sortir. Ce dernier posa sa main sur le comptoir, il n’appréciait visiblement pas le ton de l’homme. On en aurait été a moins cela dis. Hisoka fit alors un signe en plaçant sa main devant le ninja de la feuille. Puis prit la parole.


" On n’ira nulle part, soyons clair nous savons de source sûre que vous avez pris en charge un homme ce matin, où est-il ? "

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Mu11


" Je ne vois pas de quoi vous voulez parlez, maintenant commandez ou allez-vous en ! Je serai intransigeant ! "

Intéressant, le fugitif avait certainement expliqué à cette homme qu’il était poursuivi par des hommes, pour de fausse raison certainement, ou peut être lui avait-il expliqué la véritable histoire ? Ce qui était très peu probable, il aurait été étonnant que l’aubergiste soit prêt à donner refuge a un déserteur en ayant parfaitement conscience qu’il pourrait se faire fermer boutique d’un simple claquement de doigt de la part des Jounin. Un sourire s’afficha sur le visage de la masse blonde qui observa son chef d’équipe en silence, ce dernier jaugeait son interlocuteur après son refus de les aider. Pendants plusieurs secondes une tension s’installa entre les deux hommes, le marchand ne semblait guère vouloir se laisser faire par un simple gamin d’à peine dix-huit ans. Cependant peut être les prenait-ils pour des brigands, mais le fait qu’il soit des Shinobi pourraient certainement changer la donne. Soudain des bruits de chaise sur le sol se firent entendre sur leurs droites, le plus grand des ninjas tapota l’épaule du plus jeune, qui était toujours plongé dans un duel de regard avec l’aubergiste. Il jeta un coup d’œil à son compagnon qui lui désigna du doigt de regarder de l’autre côté. La salle qui était pleine de client commençait à s’agiter, en effet ils avaient vu que leurs hôtes ne se laissaient pas faire, sans doute pensait-ils qu’il avait des ennuis, les plus trapus commencèrent donc à se lever, attrapant au passage des armes de fortunes, tel des couteaux, des chaises, un s’arma même d’un pic en métal qui servait la nuit à remuer les braises de la cheminée. Soupirant, Hisoka observa de nouveau Ketsuke. Certes ils avaient cartes blanches mais provoquer une bagarre dans une taverne d’un village ne serait certainement pas le bienvenue dans leur rapport de mission.

" Qu’est-ce que je fais ? J’vais pas tanner des habitants que je suis censé protéger quand même. "

" Je doute que ça soit recommandé en effet. "

Un bruit provint alors de l’aubergiste qui venait de s’armer lui aussi d’un long couteau qui était encore parsemer de morceau de viande, c’était certainement avec cela qu’il préparait la nourriture de son auberge, il lança un regard moribond a l’homme qui l’avait menacer un peu plus tôt, en lui faisant comprendre que c’était maintenant lui qui avait l’avantage. Il désigna la porte avec son arme, lui demandant de quitter les lieux avant que ça ne dégénère, les clients eux s’approchaient doucement, puis se stoppèrent une fois à quelques mètres des deux hommes, ils étaient relativement bien placer pour leur foncer dessus si jamais ils tentaient quelques choses. Des habitués des combats de bar semblait-il. Ketsuke maugréa qu’il ne savait pas vraiment quoi faire, en effet il ne pouvait lever la main sur eux, ils n’étaient pas coupable, ils cherchaient à aider le gérant de leurs bar. Hisoka annonça qu’il savait, puis soupira, notre ami de l’alcool sortit alors son bandeau de Konoha qu’il agita sous les yeux de l’aubergiste est des clients, il espérait ainsi leur prouver qu’ils étaient du bon côté et que celui qu’ils protégeaient était le mauvais. Hisoka observa alors le bandeau pendouiller le long de la main de son coéquipier, il doutait que cela ne marche, si comme il l’avait pensé en rentrant et en examinant l’attitude des gens présents, si Karen avait expliquer qu’il était poursuivis, il avait certainement mentionner le fait qu’il soit possible que ses poursuivants ne tentes de se faire passer pour des Ninjas, dans ce cas précis si jamais cela arrivait sa couverture n’en serait que renforcé. Est au vu de la réaction des gens qui étaient devant eux, le Jounin constata que c’était bel et bien ce qui avait dû se passer.

L’aubergiste éclata de rire en pointant du doigt de sa main libre le bandeau, il expliqua alors que c’était certainement un faux, comme il « lui » avait expliqué. Ces derniers mots firent s’écarquiller les yeux d’Hisoka qui sourit finalement. Il ne faisait aucun doute que ce lui était celui qu’il recherchait, l’information de Ketsuke était donc plus que valable, ils étaient dans le bon endroit, il était certainement ici, certainement dans les chambres en train de se reposer. L’homme qui le protégeait avait fait une erreur en le mentionnant, il avait juste convaincu le Jounin qu’ils étaient bel et bien là où ils devaient être, qui plus est à présent qu’il y avait un sous-entendu, ils pouvaient agir. Car à présent ces hommes couvraient de leurs propres mots un homme qui était recherché par Konoha et Suna. Hisoka interpella son compagnon par son prénom, ce dernier observa le dos de son chef d’équipe, il semblait attendre la suite, cependant rien ne vint. Le Jounin du sable observa alors l’aubergiste en faisant signe qu’ils allaient partir, marchant à reculons pour éviter de se faire attaquer de dos, il fit signe au tas de muscles qu’il devait également reculer, il ne semblait pas véritablement comprendre, protestant au début, au vu de l’insistance d’Hisoka il se résolu à l’écouter. Lorsqu’ils arrivèrent au niveau de la porte, le Jounin plaça sa main droite dans son dos, faisant un signe furtif à son coéquipier de se stopper, puis lorsqu’il fit revenir sa main devant lui, il la joignit à son autre main qui se mit à composer plusieurs signes à une vitesse folle, en voyant cela, le collectif armé devant eux s’élança sur les deux hommes. Le ninja de Konoha se prépara à foncer dans la masse, jurant que c’était la fin de sa carrière de ninja s’il s’en prenait à eux.

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Ez10

Alors que l’aubergiste venait de rejoindre la foule qui courait vers les deux ninjas, Hisoka porta sa main devant sa bouche puis souffla un liquide bleu sur le sol a quelques mètres devant lui, celui-ci s’étendit alors a vu d’œil commençant à englober la surface total de la taverne. Les hommes qui étaient en train de charger se virent bloquer dans leurs courses par cette véritable colle géante. Cette attaque Suiton était très pratique pour stopper les gens, où les empêcher de bouger. Le principe était de concentrer son chakra dans son estomac puis le mêler à son chakra de type Suiton, puis lorsque le tout remontait le long de l’œsophage l’épaissir et le rendre collant en le malaxant avec du chakra. Ketsuke sembla moins tendit en voyant apparaître le Jutsu, cependant il fut surpris de voir un Shinobi de Suna maîtriser l’élément eau, c’était plutôt inattendu de voir une tel affinité provenant du désert. Il avait fait souvent équipe avec des ninjas provenant du pays du vent, le type eau était très rare. Ce qui rendait Hisoka encore plus intéressant pour cette nation. A présent incapable de bouger, les prisonniers tentaient tant bien que mal de tirer leurs pieds de la glu géante qui les bloquaient. S’y mettant généralement à deux mains, ils lâchèrent leurs armes qui une fois dans la substance aqueuse ne pouvaient être récupéré. S’en suivit plusieurs jurons, alors que les deux Shinobis prenaient place, Hisoka s’approcha du groupe restant à distance suffisante, il croisa ses bras au niveau de son bassin, jugeant tout ce petit monde. L’autre quant à lui, d’un geste rapide passa derrière le bar, puis fouilla dans les tiroirs, en tirant une bonne bouteille qu’il déboucha en quelques secondes, le barman protesta énergiquement, mais déjà la bouteille était viser aux lèvres du Jounin blond, puis il sortit deux autres bouteilles, qu’il posa sur le bar puis commença à répéter la même opération.


" Dites-lui d’arrêter bon sang ! "

" Ketsuke, tu as soif ? "

" Je meurs de soif Hisoka. "

" Désolé je pourrai rien faire pour vous, le mieux encore c’est qu’on parte, mais pour cela il faudrait qu’on sache ou se cache celui qu’on… "

" En haut bon dieu ! En haut ! Chambre douze ! "

Hisoka fut couper par le tavernier, il eut finalement la réponse qu’il voulait, souriant, il montra a l’homme qu’il avait fait le bon choix, puis posa sa main au sol, celui-ci devint alors de moins en moins collant avant que le jutsu ne devienne plus qu’une flaque d’eau inoffensive. Faisant signe a Ketsuke de le suivre alors que ce dernier venait de finir la troisième bouteille, il essuya ses lèvres avec son bras, puis passa de l’autre côté du bar, en faisant un signe de la main au gens présents, puis s’engouffra dans l’escalier en suivant son chef d’équipe. Ils ne tardèrent pas à arriver à l’étage, parcourant les portes de chambres en cherchant la douze, elle était situé vers la fin du couloir, c’était l’avant dernière. Les deux Ninjas se turent immédiatement, se collant sur le pan de mur situé de chaque côté de l’entrée. Hisoka compta de trois à zéro sur ses doigts pour stipuler à son coéquipier quand ils devaient entrés. Une fois à zéro, le spécialiste du Taijutsu sauta sur le mur d’en face d’un bond agile, puis avec une légère impulsion repartit en direction de la porte douze, qu’il fracasse d’un simple coup de genou, retombant au sol au centre de la chambre, il fléchit ses jambes pour se mettre en position d’attaque en observant les quatre coin de la pièce, Hisoka rentra finalement dans la chambre, puis après avoir vérifié les chaque endroit de la chambre, les deux hommes durent se rendre à l'évidence qu’ils étaient plus que bredouilles. Le golem frappa du pied au sol d’énervement, tandis que le Jounin de Suna lui fit signe de regarder près de la fenêtre. En effet, un bandeau était poser au sol, c’était un bandeau frontal de Konoha, barré, le trait semblait désigner parfaitement la fenêtre. En s’approchant l’envoyé de la feuille désigna ce bandeau comme celui de Sojiro. Petit à petit ils commençaient tous deux à comprendre ce qui s’était passé. Ces deux-là avaient sans doute utilisé le don de Nami pour trouver cette endroit puis avait certainement échafaudé un plan pour le faire sortir de la ville.

S’approchant de la fenêtre, Ketsuke aperçu alors au loin un autre point de repère qui désignait un autre endroit, il semblait que l’un des deux Chuunin ait réussi à marquer la route que le groupe avait prise. Les deux hommes sautèrent par la fenêtre, atterrissant en pleine rue, les passants les observaient avec un regard stupéfait, Hisoka s’avança vers le premier repère, puis les deux partirent immédiatement en direction du second, ils sortirent alors rapidement de la ville, cela les menaient directement vers la forêt. Courant jusqu'à l’orée de celle-ci, une marque sur un arbre montra quel chemin prendre, en quelques secondes le groupe de Jounin se trouva à sauter de branches en branches en quête du chemin qui les mèneraient a la cible. Aucun des deux ninjas supérieur ne pris la parole, quelques peu déboussolés les deux de voir qu’ils aient désobéis, Hisoka n’avait guère voulu utiliser le potentiel de Nami dans cette ville, il savait que si l’homme les avaient vu arriver tous les quatre le stress aurait été trop important, a deux cependant, avec un bon jeu d’acteur, ils avaient certainement réussi à gagner sa confiance. L’important était que le danger imminent ait été écarté, il n’y avait plus de risque que la ville soit touché, c’était très bien joué. Ketsuke lui semblait d’avantage grogner auprès de Sojiro mais finalement il finit par en rire, disant que bien qu’il ne parle pas beaucoup il avait des bonnes blagues en réserves. Cela tira un sourire au Jounin de Suna qui dû lui donner raison. Alors que les deux silhouettes s’enfonçaient rapidement dans la forêt, Hisoka ne pus s’empêcher de repenser au sourire triste de Ketsuke, a sa réaction disproportionné un peu plus tôt dans la journée. Les deux étaient à peu près au même niveau, Hisoka légèrement en avant, il alourdit alors ses pas pour arriver au niveau du shinobi de la feuille qui sembla surpris.


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) O10

" Je t'ai entendu parler tout à l’heure quand tu as montré la photo à Nami. Ton regard, tu trompes beaucoup de monde avec ? "

" Qu’est-ce que tu veux dire par là ? "

Un léger rire s’échappa d’Hisoka, qui fut plutôt amusé du changement radical d’attitude de l’homme lorsqu’on parlait un peu plus de sa vie privé, il se savait découvert par le Jounin mais il continuait tant bien que mal de nier. Reportant son attention sur les arbres, un nouveau signe apparu sur leurs droites, sans s’arrêter, le convoi tourna sur leurs droites puis une fois remis dans le sens de la marche, Hisoka reprit la parole en observant du coin de l’œil son coéquipier.

" Quand sont-elles mortes ? "

La réaction de Ketsuke fut un simple ricanement, il resta silencieux quelques secondes ensuite, il était clair que le Jounin du sable était perspicace, il n’y allait pas non plus par quatre chemin, il n’avait pas hésité une seul seconde en lui demandant cela. La fougue de la jeunesse le dépassait véritablement, cela faisait longtemps qu’il ne s’était pas sentit piéger, il tenta de se souvenir ou il aurait pu faire une erreur qui l’aurait trahis, cependant il ne se rappela pas en avoir fait, il en conclu donc que ce jeune homme avait aussi déjà souffert pour reconnaître la tristesse dissimulé derrière un tel sourire. Cela n’était pas surprenant, les dernières années avaient été dur, beaucoup d’enfant avait perdu parents, amis, villages, cette génération était sombre, beaucoup allait devoir se confronter à la haine dans les temps à venir. Sa serait la détermination de chacun à ne pas sombrer qui allait permettre à une nouvelle génération de s’élever. En sortant de ses pensées, il se rendit compte que cela faisait plusieurs secondes qu’il n’avait rien dit, Hisoka continuait toujours a le fixer du coin de l’œil, puis il finit par lui raconter son histoire, alors que le Jounin du sable retournait son attention sur la forêt qui les entouraient.

De ce qu’il apprit de Ketsuke, ce dernier avait une femme est une fille, alors qu’il était en repos entre deux missions qui confrontait Konoha et Kumo, une escouade de ce dernier village fut envoyé pour causer des dommages collatéraux au pays du feu. Les cibles étaient les villages non militariser, les pertes civils baisses généralement le moral des troupes, ces dernières commencent naturellement à craindre des attaques sur les villages où réside leurs familles. C’est dans ce climat que les premiers attentats débutèrent, l’une des premières cibles de l’escouade spéciale fut le village ou se trouvait sa famille. Lorsqu’il arriva finalement, tout avait déjà explosé, le terroriste était toujours là, cependant il était déjà trop tard pour sa fille est sa femme. Après cela, il sombra dans l’alcoolisme puis petit à petit pris conscience de la vie, les idées de paix et de justices devinrent se leitmotiv, cependant il expliqua au jeune homme qu’il n’avait encore jamais réussi à aller se recueillir sur la tombe des deux femmes de sa vie. Son ton était grave lorsqu’il raconta son histoire, c’était facilement compréhensible au vu de la gravité de cette dernière.

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Tt10

La main d’Hisoka se posa alors sur l’épaule de son coéquipier, signe qu’il le comprenait. Il pouvait comprendre ce que cela faisait, cependant ils n’eurent pas le temps de plus parler car le repère final apparu devant eux, un peu plus au loin il était possible d’entendre des paroles, faisant signe a Ketsuke de faire doucement, les deux hommes retombèrent sur le sol puis d’un seul geste se réfugièrent derrière les buissons les plus proches, de sorte à pouvoir entendre et observer la scène qui se déroulait derrière.

Ils entendirent alors un discours, le jeune homme voulait apprendre à maîtriser son pouvoir, il n’avait jamais voulu faire de mal, cependant si jamais Suna le rattrapait il avait de grande chance de finir mort. C’était plus que probable la fuite n’avait jamais été une option viable, cependant il comprenait ce qu’il ressentait, tout ceci n’était guère sa faute, cependant il devait rendre des comptes pour ce qu’il avait fait. Hisoka fit alors signe à Ketsuke de ne pas se montrer, lui faisant signe de surtout s’occuper de Nami, dès qu’il verrait une ouverture, il devrait la tirer de là, vu la manière dont elle se tenait elle ressemblait à un otage. Il fallait l’éloigner au plus vite, au cas où les choses finissent mal. En attendant Sojiro et Hisoka allait devoir tenter de trouver un moyen de le calmer. Une chasse de plus d’une semaine, allait enfin se terminer, il fallait faire un plan qui lui permettrait de mener sa mission a bien, fermant les yeux, il se concentra, il devait réfléchir sur les multiples possibilités qui s’offrait à lui, il ne devait faire aucune erreur, son équipe avait besoin de lui au meilleur de ses capacités.

Il fit alors signe au blond qu’il était paré, puis alors que Sojiro et Karen parlait, des bruits de buisson se firent entendre, une silhouette traversa la clairière dans laquelle ils s’étaient installés, Hisoka retomba devant le groupe présent, Nami sembla heureuse de revoir son Sempaï, elle laissa échapper son prénom en le susurrant. Le déserteur quant à lui reconnu le ninja, pas personnellement mais sa tenue, il venait de Suna. Il était celui qui le poursuivait depuis si longtemps. Le fugitif semblait avoir confiance en Sojiro, il s’avança devant lui, puis pointa du doigt en direction d’Hisoka, qui était en train de se relever, une fois debout il jaugea son adversaire, ses yeux sombres parcourant successivement Mugato Karen, Sojiro est Nami, a cette dernière il lui lança un sourire pour la rassurer. La vue de son Sempaï lui souriant la poussa également à faire de même.


" Il est hors de question que je retourne à Suna ! "

" Je suis désolé, je ne peux pas te laisser continuer comme ça. Je t’ai entendu parler, lorsqu’il tu parlais de faire le bien autour de toi avec ton pouvoir. C’est honorable, véritablement. "

" Mais le bien est le mal ne sont que des notions vide de sens, dans la vie il n’y a que des choix et des conséquences. "

" Tu n’es certes pas fautif dans cette explosion, cependant tu n’as pas voulu assumer ce que tu as entraîné. Par conséquent, ton chemin s’arrête ici même, je ne te laisserai pas allez plus loin Karen. "

Cette réponse déconcerta le déserteur avant qu’il ne s’énerve, hurlant comme un damné sur Hisoka, il fit un pas vers lui, tout en passant sa main droite dans sa poche a Kunai qui était attaché à sa cuisse, visiblement le combat était inévitable, lorsqu’il fut à distance raisonnable de Nami, le Jounin du sable fit un mouvement avec deux doigts de sa main gauche, une ombre rapide, insaisissable apparu alors à côté de la jeune femme. Ketsuke venait d’attraper la Kunoichi puis d’un saut rapide les deux reculèrent de plusieurs mètres, elle poussa un cri, elle semblait vouloir combattre avec son Sempaï, le golem lui expliqua alors ce qu’Hisoka lui avait dit un peu plus tôt qu’il attendait d’elle. Nami observa l’homme avec un regard interloqué puis l’écouta attentivement, visiblement il voulait qu’elle utilise son don pour savoir quand il concentrerait son chakra pour utiliser des attaques explosives puis qu’elle le signal est que si jamais il en utilisait une plus importante, elle devait dire à tout le monde d’évacuer. Elle acquiesça en observant le combat qui allait débuter entre les deux ninjas du sable, Ketsuke avait son rôle à jouer également, il devait la protéger, elle était la seul à pouvoir prédire ces explosions, il fit cependant signe a Sojiro qu’il pouvait se joindre au combat en l’encourageant d’un signe du pouce. Hisoka lui observait attentivement les mouvements de son adversaire qui s’approchait de lui, il tenta une énième fois de le raisonner.

" Tu n’es pas obliger d’en arriver a là Karen. "


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) S11
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Icon_minitimeMer 8 Juin 2011 - 15:15

Alors que Sojiro parlait avec le déserteur de Suna, le sons des feuillages des buissons qui ce trouvaient juste derrière lui crépita dans leurs oreilles. Puis une ombre bondit avec agilité et douceur. C’était Hisoka, qui regardait maintenant attentivement le groupe qui ce trouvait devant ses yeux. Vint ensuite ketsuke. La masse avait quant à elle atterrit auprès de Nami, la jeune fille allait enfin pouvoir un peut respirer et ce dégourdir les membres. Karen ne fut pas enthousiaste le moins du monde. Il ce leva et ce mis devant Sojiro, s’empressant de montrer du doigt le Juunin de Suna en criant qu’il ne retournerait jamais à Suna. La crainte que celui-ci éprouvait sur le moment était justifié. Hisoka lui dit ce que Karen redoutaitd’entendre, Il était maintenant obliger de ce battre pour gagner sa liberté. L’un comme l’autre, sortir des Kunei. Le combat était proche, et Sojiro ne pouvais plus l’évité. Il lui dit juste:


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) 76132000


« - Tu ne pourras pas fuir toute ta vie mon ami. Je comprends ce que tu veux, je comprends tes sentiments. Mais je ne peux pas comprendre que tu te sois enfuis après avoir faire autant de victimes. Tu aurais pus apprendre à maitriser ton pouvoir pendant un temps d’incarcération, mais tu as préférer te ranger du coter des traitre… Tu dois être aidé, certes. Mais tu dois aussi être arrêté… Pour le bien de Suna et celui de tout autre endroit que tu serais susceptible de faire exploser par inadvertance.

Je suis désolé…
»


Nami sentit alors son chackra explosif monter dans ses mains en direction d’Hisoka. Le déserteur serrait fort son poing. La colère le gagnait de lus en plus. Il s’était fait rouler, Celui qu’il avait pris pour Un ami, était en fait un traitre. Il s’était sentit en sécurité pourtant avec lui. Il lui avait fait confiance. C’était impardonnable. Il tourna juste la tête vers Sojiro et lui demanda si au moins il était vraiment un déserteur de Konoha. C’à quoi le jeune Chuunin répondit qu’il n’aurait jamais gagné sa confiance s’il n’avait pas fait semblant de l’être. Le jeune homme de la feuille était vraiment désolé de ce qui était entrain de lui arriver. Mais son devoir envers son village passait avant tout et il ne pouvait rien y faire. La jeune femme de Suna remarqua alors que le chackra explosif de celui-ci s’était logé dans la main du déserteur. Elle eu le temps de prévenir Hisoka avant que celui-ci ne ce fasse toucher. L’explosion fut violente mais de moindre envergure. Lorsque la fumer ce dissipa, Tous purent voir une buche éventré, entrain de brûler.

Le chef de l’équipe sortit de derrière un arbre, ce frottant les vêtements qui était plein de feuilles. Il regarda alors Karen et lui dit une nouvelle fois que tout était fini. Celui-ci changea de tactique. Il comprit que Tant que nami était là il n’arriverait à rien. Il S’élança derrière Sojiro et Tendit la main vers Nami. Celle-ci eu peur pour sa vie. Ketsuke n’avait pas encore totalement fini de la détacher et elle ne pouvait en outre pas parer à une explosion. Ce fut l’armoire à glace qui stoppa karen en lui prenant le poigner et en essayant de l’envoyer loin vers sa droite. Nima ce rendit alors compte que le chackra explosif avait changé de main. La main gauche de Karen alla alors s’abattre sur le visage du Juunin de Konoha, qui explosa en plein mouvement. Lorsque la fumé fut dissipé cette fois, on put voir que le Juunin avait été toucher pour de bon. Son visage était en sang. Des brûlures étaient à déplorer jusque sur son torse. Il avait besoin de soin dans l’immédiat. Sojiro s’empressa de détacher Nami, qui ce mit aussitôt à soigner les blessures les plus grave. Hisoka quant à lui fut le premier à remarquer que Karen manquait à l’appelle. Il regarda alors la jeune fille qui lui dit qu’elle en avait pour un moment. Personne dans le groupe n’avait les moyens d’appeler de l’aide en urgence. Elle devait donc rester là avec l’homme pour le soigner le plus possible. Hisoka se tourna vers Sojiro et lui fit signe de le suivre. Non loin, de l’explosion, le Juunin avait remarqué quelques trace de sang qui devait appartenir à leur cible.


La poursuite


Le jeune Chuunin s’exécuta et suivit avec lui la piste de sang laissé par le déserteur. Le début du chemin fut silencieux. Sojiro était préoccuper par Ketsuke, Il ne le connaissait que de cette mission, mais s’était déjà attacher à lui. Car derrière ses airs de joyeux gai luron et cette insatiable envie de parler, il y avait un homme bon, qui pense au gens de son équipe et même plus. Celui-ci n’avait pas hésité une seconde à protéger Nami, en mettant en jeu sa vie, alors qu’elle n’était pas de son village. Sojiro n’aurait jamais cru qu’un jour rencontrerais quelqu’un de son village capable de faire une telle chose. Pour lui tout les shinobi de Konoha étaient comme formater dès l’enfance. Lui-même avait eu de la chance d’avoir sa grand-mère pour le guider sur la voie de la paix au lieu de celle de la guerre. Après un moment, Sojiro regarda Hisoka et lui dit :



Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) P41


« Je suis désolé pour ce qui s’est passé dans la forêt… Je n’aurais jamais du vous dire ça. C’est juste que préparer un plan et complexe quand on n’a pas toute les donnés sur la mission. Je suis aussi désoler d’avoir changé de plan en dernière minute avec Nami. Mais j’ai pensé que c’était le mieux… Et je le pense toujours en vue de ce qui s’est passé avec Ketsuke il y a quelques minutes.

Bref, On devrait bientôt voir le bout de son nez. Blesser comme il est il ne doit pas être plus rapide que nous.
»


Sojiro essayait tant bien que mal de faire naitre une bonne opinion de sa personne dans l’esprit de celui qui dirigeait les opérations. Il n’y avait pas mieux pour nouer des liens. Et Noué des liens était exactement ce qu’il fallait dans l’esprit de collaboration de cette mission.


Nami et Ketsuke


Nami après avoir soigné en partie le visage de Ketsuke mis du sien pour faire en sorte de porter le Juunin de Konoha jusqu’au village où elle put avoir de l’aide. Là on lui donna de quoi désinfecter et pensé les brûlures, et on lui donna aussi un bouteille de saké pour quand il se réveillerait, pour dissiper le mal avait dit l’homme qui la lui avait offerte avec un sourire. Puis quelques minutes plus tard, des Oi-nin de Suna firent leur apparition en ville, posant des questions sur des ninjas de Suna ou encore sur des faits étranges qui ce serait produit depuis peu. Toutes les indications qu’ils ressurent les amena jusqu’à Ketsuke et Nami.

Ils demandèrent alors à la jeune fille où était son Sempai. Au même moment l’armoire à glace ce réveilla et dit :

« Si vous chercher le déserteur comme Hisoka-kun, Ils sont parti vers le nord je crois. »

L’indication était fausse, mais on ne pourrait pas en vouloir à un blesser grave. Tout ce qu’il espérait, c’était que son manège donnerait plus de temps à Hisoka et Sojiro pour trouver et capturer le fugitif du pays du sable.

(Cours mais c’est l’intention qui compte ^^)
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Icon_minitimeJeu 9 Juin 2011 - 13:46

La tension était à son comble, visiblement le déserteur n’appréciait guère de s’être fait rouler dans la farine, on le comprenait sans mal. Le problème étant qu’à présent il était sous tensions, prêt à exploser dans tous les sens du terme. Cela rendait la suite des opérations plus délicates, alors que Karen avançait un Kunai à la main, le Jounin tentait de trouver une porte de sortie, il devait absolument trouver un moyen de le garder prêt de lui. Un combat ici n’était pas du tout envisageable, Hisoka ne pourrait utiliser de techniques sans prendre le risque de blesser ses compagnons, tout autant que les techniques explosives de son adversaire. Il était piéger, se retrouvant dans une situation qu’il avait voulu éviter à tout prix, mais malheureusement cette configuration d’événements ne pouvaient les mener qu’a un dénouement tragique, pour l’un des deux camps. La négociation n’était évidemment plus envisageable, Hisoka avait tenté d’échanger quelques paroles avec le fugitif, mais il était clair qu’il était fermé, il ne se rendrait jamais, il l’avait prononcé clairement. Sa volonté de combattre ici menaçait non plus seulement Konoha, mais également l’équipe du Jounin du sable.

Il devait faire son choix. Depuis le début de la traque, il savait qu’à la fin il devrait choisir, il désirait le ramener vivant au village, c’était sa mission, c’était la meilleur chose à faire, pour les deux côtés. Cependant à présent la donne avait changé, s’il ne le combattait pas dans le but de le tuer il deviendrait une trop grande menace. Il ne pouvait le tolérer. Fronçant les yeux, son choix était fait. Il pria une dernière fois son adversaire de rendre les armes, choses à laquelle il répondit en assénant un coup de kunai vertical en direction du visage du Shinobi. Faisant tournoyer son arme dans sa main droite, les deux lames vinrent s’entrechoquer a quelques centimètres du point d’impact. Maintenant son ennemi sans aucun mal, il tenta une feinte sur la droite, puis revint immédiatement sur la gauche. Les yeux d’Hisoka était river sur le jeu de jambes de son adversaire, il ne pouvait le prendre par surprise, pas de cette manière, pas en étant aussi brutal. Son style de combat était mal huilée, rien n’était fluide, ces mouvements semblaient saccadés. La main libre du Jounin attrapa rapidement le col de son adversaire, alors que ce dernier tentait une énième feinte, puis il le fit basculer par-dessus lui, puis après avoir pris un appui sur le sol il lui asséna un violent coup de pied dans l’abdomen alors que le déserteur se trouvait en train de chuter vers le sol est le Jounin en train de relâcher sa misérable proie quand son pied se ficha dans sa cible. Le coup le projeta un peu plus loin. L’homme était fatigué, il n’était pas un prodigieux combattant, cependant même pour quelqu’un de médiocre un tel coup aurait été facilement esquivé.

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Ttttt10

Le déserteur était en train de se redresser, essuyant la commissure de ces lèvres d’où venait de couler un trait de sang que le coup avait fait remonter. Retombant un peu plus loin Hisoka ne perdit pas de temps, envoyant dans sa direction l’arme qu’il tenait dans sa main. Les yeux de l’homme s’écarquillèrent, forçant sur lui, il parvint à se relever en jetant tout son poids sur sa droite. Le Kunai vint se planter juste dans un arbre légèrement en retrait de sa position. Se relevant finalement, ces yeux scrutaient le Jounin avec férocité. Ce dernier reconnaissait facilement cette lueur dans ces yeux. L’envie de survivre, le désir de combattre, pas pour quelqu’un d’autre, pas pour une cause juste ou non, simplement pour soit. Il voulait vivre, à tout prix, quel qu’en soit le prix il était prêt à tout, peu importe le nombre de vie qu’il pourrait prendre, si au bout du compte sa liberté était gagné il n’aurait aucune hésitation à le faire. Un léger sourire de dépit s’installa sur le visage de l’héritier des Satori, oui toutes ces belles paroles tout à l’heure, tout ceci n’était que du vent.

Il ne voyait pas en face de lui quelqu’un emprisonner par son don, il voyait quelqu’un qui tel une bête se servait des armes en sa possession pour survivre. Il s’aventurait sur un sentier dangereux, un chemin dont personnes ne revient indemne. L’envie de vivre, de se battre, Hisoka l’avait eu lui aussi, bien des années au paravent, il avait ses yeux là, lorsqu’il traversait le désert, son désir, son obsession de vivre, à cause de tout cela il avait enterré ses deux compagnons, sans les pleurés, les laissant là oublier de tous. S’il avait eu le choix, il aurait même tenté de les sacrifier lui-même pour s’en sortir. C’était ce genre de décision qui nous façonnait, qui nous montrerait ce que nous serions dans le futur. Indubitablement, si Hisoka ne se battait pas pour survivre est pour protéger ses compagnons, alors ils mourraient. La capacité de ce type le rendait dangereux, même pour deux Jounin. Observant ses mouvements, son adversaire fonça sur lui, cette fois ci il ne préparait aucun replis, il tentait simplement d’avancer le plus possible. Le Jounin avait déjà deviné pourquoi, ce genre d’attaque était totalement différente de ces autres tentatives. Il avait certainement comprit la différence de niveau, prenant un appui sur le sol, il saute en arrière alors que la voix de Nami s’élevait dans son dos. Elle lui signala qu’il allait faire recours à son don. Comme il s’en doutait.

Il hésita sur la manière d’esquiver, il devait voir de ses propres yeux de quelle manière son don était utilisé. Chaque utilisateur de ce type de technique a une marque de fabrique. Une manière de faire jaillir les explosions, certains utilisent des matières qu’ils gorgent de chakra explosif et s’en servent en les jetant ou en piégeant le sol, ce qui était évidemment diffèrent de la technique qu’allait utiliser Karen. Si il voulait utiliser ainsi son don, alors il privilégierait le combat a moyenne distance, là il tentait de s’approcher le plus possible, cela dis Hisoka n’eut plus très longtemps à attendre, il tendit la main vers lui, celle-ci était gorgée de chakra, puis il vit une étincelle filé devant ses yeux puis une explosions retentit en pleine forêt. Emportant avec elle sur quelques mètres ce qui lui faisait obstacles. La fumée se dissipa petit à petit, alors que le déserteur observait sans relâche devant lui, tentant par tous les moyens de discerner la silhouette de son poursuivant. Nami elle avait les yeux fermés, tentant de percevoir le chakra de son Sempaï. Ces traits se décrispèrent alors quand elle ressentit sa présence derrière Karen. Rouvrant les yeux en souriant, une buche tomba sur le sol devant l’homme, qui mit quelques secondes à réaliser ce qui venait de se passer. Lorsqu’il se retourna, Hisoka venait d’apparaître derrière lui, assénant un violent coup de pied au niveau du visage à l’homme qui se retrouva propulser légèrement en arrière. Puis le Jounin sauta vers lui, ce dernier s’était relever rapidement saisissant l’importance de ne pas rester au sol.

S’en suivirent quelques passes de combats, des esquives puis des coups, tactiquement le Jounin avait un avantage certain, il parvenait à appréhender les coups, placer les siens en fonctions, il avait l’avantage ce qui rassurait sa coéquipière qui observait la scène en étant crispée. Esquivant un dernier coup en se baissant, Hisoka se redressa violemment en frappant de la paume au niveau du thorax le jeune homme qui recula dans un bond et se heurta contre un arbre. Crachant sous l’impact du sang qui tomba juste devant l’envoyé de Suna qui se redressait. Laissant ses bras tombés le long de son corps, il ne semblait plus vouloir combattre, visiblement il savait qu’il avait gagné ce qui décrispa finalement la jeune femme. Elle sourit a son Sempaï qui malgré le fait qu’il avait remporté ce court combat inégal, ne semblait pas convaincu. En effet l’homme se releva non sans mal, puis jeta un rapide coup d’œil vers Nami, les yeux d’Hisoka s’écarquillèrent, il n’eut que le temps de crier à son amie de se mettre à l’abri que déjà l’homme sautait sur elle.

Ce fût l’armoire à glace blonde qui apparut devant elle, attrapant le poignet de l’homme, la jeune Kunoichi ne pus s’empêcher de fermer les yeux, en criant à Ketsuke que son autre main était gorgée de chakra. L’information arriva trop tard, sa paume attrapa le visage du malheureux puis l’explosion retentit. Nami fut propulser un peu plus loin, Sojiro est Hisoka était suffisamment éloigné pour ne pas être prit dans le souffle de l’explosion. La fumée était lente, les cris de Nami retentissait, elle semblait inquiète pour le Jounin de Konoha. Lorsqu’enfin la scène redevint visible, le golem de chair était au sol, son visage en sang ainsi qu’une bonne moitié de son corps. Sojiro s’élança vers la jeune femme lui retirant ses dernières cordes qui la retenaient. Puis elle sauta sur le blessé, passant ses mains l’une au-dessus de l’autre au-dessus de ses nombreuses blessures, une lueur verte les englobèrent.

Le Jounin lui ne perdit pas de temps, passant simplement à côté de Ketsuke, il s’assura rapidement de son état, puis se dirigea vers la forêt en demandant à Sojiro de le suivre. Ce dernier ne prit que quelques secondes pour réfléchir puis se lança à la poursuite du fugitif. Le ninja de Suna désigna du doigt une trace de sang, malheureusement la piste s’estompa bien rapidement, cependant le chef d’équipe semblait parfaitement savoir où aller. S’en était étonnant. Le Jounin avait fait une erreur, il aurait dû faire éloigner l’otage, ainsi que mettre quelqu’un avec elle pour la surveiller, mais plus loin que là où ils étaient. Son erreur était très grave, il avait mis en péril la vie de deux de ses ninjas. Cependant ce n’était pas le moment de penser à tout ceci, il devait absolument se ressaisir, remettre chaque chose à sa place, puis finalement faire les meilleurs choix. S’il se laissait submerger par tout ceci il ne serait plus à même de faire les meilleurs choix. Passant au-dessus finalement, il se concentra sur l’important, il devait le trouver, cette fois ci il ne pouvait allez très loin, son état de fatigue, plus son combat contre le Jounin l’avait diminué. Il ne parviendrait pas à les semer, qui plus est le Jounin avait prévu qu’il tenterait de s’enfuir, pour cette raison lors de son dernier assaut il avait posé sur lui un Fuuinjutsu de sa conception qui lui permettait de suivre aussi bien voir mieux qu’un ninja sensorielle l’homme sur lequel il l’avait poser. Le seul souci était la durée, il se résorbait assez vite, pour cette raison ils ne devaient pas perdre de temps. Accélérant le pas, le groupe constitués des deux Shinobis parcouraient relativement rapidement la forêt qui bordait le pays du feu. Hisoka ne pus s’empêcher de repenser a Nami, elle avait été avec lui depuis le début, il avait appris à la connaître, lorsqu’il l’avait vu en danger il avait perdu ses repères, tout ceci ne devait plus jamais arriver. Cette fois ci il ne laisserait absolument rien au hasard, l’homme tomberait, il ne le laisserait pas s’en échapper après avoir tenté de tuer sa protégé. Ses yeux se fermèrent, il tentait de sentir sa coéquipière à ses côtés. Une sensation l’envahis alors, se laissant emporté avec elle.

Quelques jours plus tôt. Au Refuge du sable dansant.

" Sempaï attendez moi ! "

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Opp10

Les deux silhouettes s’aventuraient dans ce repère, l’une était devant l’autre qui semblait peiné à tenir la distance, la jeune femme observait le dos du Jounin avec qui elle faisait équipe depuis quelques jours. C’était la première piste sérieuse depuis un moment, l’équipe de surveillance avait cru apercevoir quelqu’un correspondant au signalement du déserteur. Ni une ni deux Hisoka avait décidé de s’y rendre, ils n’avaient perdu aucune minutes. Depuis que la nouvelle était tombés ils n’avaient fait aucune pause ce qui commençait à toucher l’organisme de Nami. Elle tentait tant bien que mal de soutenir l’allure imposer par son binôme, cependant force est d’admettre que les deux personnes n’avaient pas les mêmes constitutions. Le Refuge de profilait au loin, il devait être près de quinze, ou seize heures pas plus, interpellant une dernière son chef, la jeune femme du se rendre à l’évidence, elle ne pouvait guère allée plus loin.

Ses jambes titubèrent sur quelques pas puis finalement son poids s’écroula sur le sol. Inspirant et expirant de la manière la plus forte possible, elle tenta de se relevée une fois, mais échoua et retomba visage contre le sable du désert. Ses yeux observèrent le Jounin devant elle qui ralentissait en observant derrière lui. Finalement la silhouette se stoppa, les rayons du soleil tapaient derrière lui, ce qui allongeait son ombre de manière disproportionné. Obligée de fermer un de ses yeux a causes du soleil, elle se laissa aller lorsqu’elle sentit un poids retomber près d’elle, lui procurant une ombre qui lui permettait d’échappée un tant soit peu à cette chaleur abominable. Le Jounin se pencha au-dessus d’elle, il semblait observer son état, elle, n’était qu’à moitié présente, elle se laissait divaguer a des songes, son envie de dormir, de se reposer était tellement grande… Cependant la voix de son Sempaï la tirait inexorablement de son sommeil, la ramenant sans cesse à ces côtés. Elle put détaillée un peu mieux son visage, alors qu’il lui posait tout un tas de questions qu’elle comprenait non sans mal. Elle hochait la tête pour signaler ses réponses, tentant parfois de parler, ce qui se révélait très vite infructueux.

Les traits du visage du jeune homme était fin, le tout était bien équilibré, ces quelques mèches sombres retombaient sur son front, ses yeux sombres scrutaient le corps de la jeune femme, il était un Jounin de Suna, elle pouvait se sentir en sécurité avec lui. Elle put voir dans ces yeux un éclat de tristesse qu’elle n’avait su déceler avant. Il semblait si sûr de lui, depuis le début de la mission, elle ne l’avait vu nullement douté, il était toujours d’humeur égale, il n’était jamais lunatique. Il tentait toujours de garder un sourire pour la rassurer. Elle comprenait pourquoi il avait été choisi pour assurés cette poursuite. Elle avait entendue parler de son histoire, il avait traversé le désert dans sa jeunesse, il le connaissait comme sa poche, il savait quel rythme prendre pour le franchir sans sombrer. Grâce à ces connaissances elle avait appris beaucoup, elle trouva étonnant qu’il n’ait aucun élève encore, mais comme il lui avait dit, il n’était guère attirer par l’enseignement pour le moment. Il semblait prétendre qu’il avait encore beaucoup à apprendre, que du moment qu’il n’aurait pas saisis tous les aspects qu’il désirait connaître il ne pourrait inculquer son savoir a personnes d’autres. Elle avait trouvée cela très sage, il était bien diffèrent de l’homme qu’elle avait eu comme Sensei. De par ses faibles dispositions au combats, elle ne cessait d’être blâmer, il estimait que les ninjas sensorielles étaient de sous-ninjas, une catégorie faiblarde est inachevé de l’art du Shinobi.

Les années qu’elle avait passée dans son équipe avait été les pires de toutes sa vie. A cause de toutes ses remarques, toutes les moqueries que les deux autres coéquipiers de son équipe ne cessaient de lui faire, elle n’avait jamais eu confiance en elle. Le fait de passer Chuunin l’avait soulagée dans un sens, elle n’était plus obligée de supportée tout ceci, elle pouvait soufflée est finalement après le bonheur passée, elle se rendit compte que si son ancienne équipe était ainsi alors sa nouvelle pouvait très bien l’être également. Lorsqu’elle fut appelée pour une course poursuite, elle avait senti son cœur accélérée, elle devait se rendre au domicile de son supérieur, un certain Hisoka Satori. Il était Jounin, elle avait eu un très bref aperçus de son dossier, il avait eu d’excellente note a ses divers examens, semblait avoir les faveurs de plusieurs ninjas. Il était très bien vu à Suna, ce qui l’a mis dans un état de stress intense. Elle se revoyait encore en train de toquer à la porte de l’appartement du Jounin. La première fois qu’elle l’avait vue, il lui avait semblé froid et distant, impression qui s’évapora très rapidement, quelques heures seulement après leurs départs en faites. Il avait été le premier à lui parler sans se moquer de ses dons, il ne cessait de la valoriser, de la mettre en confiance, pour lui elle était unique, une personne comme il y en avait peu, ses pouvoirs étaient les plus puissants qui soient. Dès lors elle n’avait cessée de voir en son chef d’équipe un véritable Sensei, l’écoutant, le protégeant.

Elle se sentie soulevée, les bras d’Hisoka venaient de se placer en dessous d’elle, il la porta, puis repris sa course en direction du refuge, bien qu’étant devenue un poids, elle aperçut un sourire se dessinée sur le visage de son Sempaï alors qu’il la regardait, l’encourageant que tout irait bien. Elle lui sourit avant de s’endormir. Lorsqu’elle se réveilla, elle se trouvait dans un lit, une serviette qui devait certainement être humide posé sur son front, elle la retira en se redressant légèrement. Se crispant sous une douleur au niveau de son dos, certainement une brûlure due au soleil. Elle prit quelques secondes pour détaillée autour d’elle, le soleil était en train de se couché, la chambre était aménagé de manière simpliste. Quelques meubles, un tableau très laid accroché au mur, ses affaires étaient posés sur une chaise dans un coin de la pièce. Sortant de ses draps, les quelques heures de repos dans un lit moelleux lui avait fait le plus grand bien à vrai dire. Cependant elle se rendit compte du temps perdu, elle ne perdit pas une seconde de plus se relevant brusquement, ses jambes ne parvinrent pas immédiatement à soutenir son poids, elle du tituber sur quelques pas puis poser sa main sur le mur d’en face pour prendre quelques secondes.

Elle s’approcha de ses vêtements est les enfilas, remis sa sacoche en bas de son dos et sa poche a kunai au niveau de sa cuisse droite. Puis elle remit sa cape sur elle, tira la capuche sur son visage tout en s’avançant vers la porte. En quelques secondes elle se trouvait dans le hall d’entrée de ce qui semblait être une auberge. Plusieurs personnes buvaient des pintes, personnes ne semblaient véritablement faire attention à la jeune femme qui avait débaroulée la, elle sentie alors une main se poser sur son épaule gauche, se retournant brusquement, elle aperçue le visage d’Hisoka qui lui souriait. Elle se sentie soulager, il ne l’avait pas laissé seul ici. Lui rendant son sourire, il l’invita à une table, elle refusa pendant quelques secondes, protestant que le déserteur n’attendrait pas. Cependant elle ne pouvait guère refuser plus longtemps, une fois attablées, il lui appris que l’homme n’était pas passé ici, cependant quelques habitants avaient entendu des rumeurs concernant un homme qui se avait passer le trône de sable qui se situait a quelques jours au nord-est qui était l’endroit le moins risqué pour passer au pays du feu. Tout ceci commençait à prendre forme, comme le redoutait son Sempaï, Karen allait tenter de passer la frontière. Après qu’elle ait pus boire un verre pour se rafraîchir, le binôme reprit finalement la route en direction du pays frontalier.


Forêt de Konoha No Kuni

Ce fut la voix de Sojiro, qui tira le Jounin de ses pensées, il n’avait guère remarqué mais une tension semblait s’être installée entre les deux, le fait qu’il lui ait impunément désobéis ? Non ce n’était guère cela, ce qu’ils avaient fait étaient dangereux cependant ils avaient réussis à faire sortir la bombe humaine de la ville, c’était d’une certaine manière une réussite. Non le silence était surtout causé par les réflexions d’Hisoka, il n’en voulait guère au jeune homme qui l’accompagnait. Ce dernier s’excusa cependant, ne disant aucun mot, il se contenta de l’écouter, puis une fois qu’il eut finit, il laissa passer quelques secondes, avant de prendre la parole. Avant cela il détailla le visage de l’homme qui devait avoir à peu près le même âge que lui, il semblait légèrement préoccuper, certainement autant que l’était Hisoka pour Nami, si tenté qu’elle n’était nullement blessée. Il pouvait comprendre son inquiétude, cependant il avait besoin de lui totalement concentré. Fronçant légèrement les sourcils, il lâcha un léger rire, puis tourna son regard vers le Chuunin de la feuille.


" C’est bon, pas la peine de t’excuser, je voulais juste protéger un membre de mon village, si les places avaient été inversés j’aurai certainement réagis comme toi. Est pour ce qui est du reste, c’était idiot, mais le résultat est là, il est sorti du village, j’ai pu poser un Fuuin pour le suivre à la trace, il sera bientôt sous contrôle. Cependant juste une chose. "

" Si jamais il tente quoi que ce soit, n’hésite pas, abat le. "

L’ordre avait été lâché, les yeux du Jounin se tournèrent vers la direction nord, il avait dit clairement qu’au moindre doute sur ces intentions, Sojiro ne devait pas hésiter à le tuer. Oui il voulait le protéger, cependant il avait montré qu’il était dangereux dans tous les sens du terme, cette course poursuite devait se stopper avant de ne blesser quelqu’un gravement. Ketsuke s’en sortirait très certainement, cependant sa forte constitution lui permettrait certainement de se remettre assez vite, tout le monde n’était pas aussi solide que lui. Hisoka ne répondit pas à Sojiro lorsqu’il annonça qu’il ne pourrait certainement pas leur échapper, en effet il y avait peu de chance cette fois ci qui plus est un plan avait été conçus par le Jounin, il ne restait plus qu’à le mettre en place. Il se tourna une dernière fois vers son compagnon, puis lui expliqua la marche à suivre. Si tout se passait comme prévu en quelques minutes le déserteur serait sous contrôle, cependant il fallait que tout sois contrôlé au moment où tous les éléments seraient réunis. Cependant pour finaliser son plan, il devait avoir quelques informations sur le ninja de la feuille.

Il lui demanda alors ses affinités, ainsi que son potentiel au combat, ses préférences. En quelques secondes Sojiro lui expliqua rapidement de quoi il était capable, ce qui était parfait au vu des circonstances. Un sourire s’installa sur le visage du Jounin, un manieur du Raiton, c’était inespéré. L’art explosif provenait du Doton en majeur partie, avec la foudre utilisé au bon moment il serait certainement possible de faire taire son chakra explosif. Du moins le temps de le mettre sous contrôle. Cependant les techniques qui pouvaient produire cette effet ne s’utilisait en majorité qu’au corps à corps, Hisoka devait donc créer l’ouverture nécessaire, il avait sa petite idée sur comment faire. Il lui expliqua cette fois ci la marche à suivre concrète, cela semblait convenir parfaitement au Chuunin qui ne trouvait que très peu de faille lui aussi dans ce plan. Se souriant, les deux hommes tapèrent leurs poings l’un contre l’autre en signe d’accord mutuel.

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Ttt10

Une autre chose était nécessaire pour le bon fonctionnement de ce plan, il fallait que le jeune homme sache où se trouvait son coéquipier afin que la coordination soit parfaite, il demanda alors à Sojiro de tendre le bras vers lui, retroussant sa manche vers lui, le Jounin entama plusieurs mudra, puis apposa son index droit sur la peau du jeune homme, sur celle-ci se dessina un Fuuin qui prit la forme d’un Tomoe cerclé de plusieurs écritures anciennes. Dès qu’il fut posé, son créateur prit une seconde pour voir si tout était opérationnel, il pouvait parfaitement sentir les deux hommes, tout était en place, faisant un signe de tête à son compagnon, celui-ci lui rendit la pareil.

Puis une fois fait le chef d’équipe ferma de nouveaux les yeux se concentrant sur son sceau qui était posé sur le corps du déserteur. Ce dernier semblait s’être arrêté, non loin de là à cinq cent mètres tout au plus, d’un signe de la main il ordonna la séparation, son coéquipier s’éloigna alors vers l’est, il devait prendre l’homme a revers, Hisoka lui devait créer l’ouverture nécessaire, c’est pour cela qu’il ne changea pas de cap, continuant pour tomber directement sur lui. En quelques minutes il se retrouva à l’abord d’une petite clairière avec un ruisseau, Karen était en train d’essuyer le sang des blessures que le Jounin avait faites sur lui. Il semblait paniquer, il devait agir avec pragmatisme. Passant sa main droite sur le bandage qui lui recouvrait le poignet gauche, des inscriptions apparurent sur la bande, puis un kunai autour duquel était enroulé un parchemin explosif apparut dans la main de l’héritier des Satori. Faisant tourner son arme autour de son index, lorsque Karen se redressa, il empoigna son arme puis la jeta d’un coup sec dans sa direction. La lame fendant l’air, alerta au dernier moment l’homme qui l’esquiva de justesse. Il était complétement paniqué pour ne pas avoir vu venir une attaque aussi banal. L’arme se planta dans un arbre quelques mètres plus loin puis l’explosion retentit, Karen se redressa, observant tantôt derrière lui pour voir les dégâts de l’explosion, tantôt devant pour voir d’où provenait cette attaque. C’est alors que la silhouette d’Hisoka sortit des fourrées, retombant un peu plus loin que le fugitif. En voyant son adversaire de tout à l’heure apparaître devant lui, son regard sembla sombrer dans la folie, il réalisait qu’il ne pourrait échapper à ses poursuivants, il devait s’en débarrasser maintenant, il regarda autour de lui, il semblait être seul. Sans doute que la blessure sur le plus gros de tous avait nécessité les deux autres. Il trouva une certaine satisfaction dans le fait d’affronter le Jounin seul. Sentant sa chance, il ne perdit pas de temps, s’approchant de lui à toute vitesse, il lui hurla qu’il devait mourir.

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Tttt10

Esquivant de justesse l’attaque qui fut suivit d’une explosion, Hisoka sauta sur sa gauche, il se concentra pour ressentir Sojiro, il était bientôt en place, il devait jouer sur son jeu d’esquive, cependant la fureur de l’homme accentuait la force de ces explosions. Le Jounin retomba légèrement plus loin, il avait été happé par la dernière, il observa son bras droit qui portait quelques brûlures, visiblement satisfait de voir qu’il avait réussi à le blesser, Karen s’élança une nouvelle fois sur son adversaire. Cette fois ci le plan se mettait en marche Sojiro était en position, se plaçant droit comme un i, il laissa toutes les ouvertures possibles a Karen qui pensa que son adversaire se rendait, cependant arriver à quelques centimètres de lui, son corps sembla s’engourdit, se ramollir, sa course ne devint plus que des pas, puis finalement ses jambes se stoppèrent, ses bras tombèrent le long de son corps, sa tête plongea vers le sol, ses jambes qui ne semblaient plus vouloir soutenir son poids finir par tomber, laissant l’homme à genoux. A l’intérieur de son esprit défilait des images de sa propre mort, ce qu’il tentait de fuir depuis si longtemps, il se voyait torturé puis finalement le coup de grâce qui arrivait, encore est encore. Il avait été trop prévisible, trop imprudent, sa charge, ne l’avait amené qu’à se faire prendre par le Genjutsu de son adversaire. Ce dernier ferma les yeux, il pouvait sentir le chakra perturber du fugitif, avec une énergie aussi instable il ne pourrait jamais utiliser son art de l’explosion, observant par-dessus l’épaule de son ennemi, il lança l’ordre que le Chuunin attendait.

" Maintenant Sojiro ! "
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Icon_minitimeJeu 21 Juil 2011 - 16:41

Le temps qui s’écoula entre le signal que venait de donner Hisoka est le temps de réaction de Sojiro fut presque inexistant, les mots venaient d’être articuler et déjà une silhouette sombre apparaissait des fourrées des alentours. Le Nakashima s’approcha à vive allure, profitant du fait que leur adversaire était incapable de bouger, le Chuunin asséna son attaque de type Raiton qui électrocuta avec force Karen qui fut propulsé quelques mètres plus loin. Visiblement le choc qu’il venait de subir l’avait tiré de la léthargie imposée par le Genjutsu d’Hisoka. Des spasmes semblaient se propager partout dans son corps, ses yeux observaient avec une violence est un désir de destruction infaillible ses deux adversaires. Par deux fois il tenta de se relever, se loupant, s’effondrant au sol, il frappa le sol d’un poing rageur, puis après quelques secondes, parvint à se hisser sur ses deux jambes. Sojiro voulu alors reprendre le combat, faisant un pas vers lui, il commençait déjà à composer de nouveau symbole. Les yeux du Jounin se posèrent sur lui, puis sa main gauche se leva devant son torse, lui interdisant d’aller plus loin. On pouvait lire une incompréhension réelle dans les yeux de son coéquipier, l’espace d’un instant il sembla penser qu’Hisoka était pris de pitié, cependant en voyant ce dernier passer devant lui en touchant le bandage qui entourait son bras, il comprit que ce n’était pas le véritable problème. Un kunai apparût alors dans sa main droite, il comptait en finir par lui-même. Les problèmes de Suna étaient ceux de Suna, pour éviter tout problème politique il était préférable que ce soit au Jounin de finir le travail. Après une légère protestation Sojiro finit par se ranger au côté de son supérieur. Il lui demanda par ailleurs d’aller prendre des nouvelles de Nami est de la masse blonde qui avait été blessé un peu plus tôt. Le jeune balafré accepta alors, puis se retourna, laissant les deux hommes du sable entre eux.

Karen tenta de faire un pas en arrière, devinant sa mort arriver, il trébucha alors, tombant sur ses fesses, ses mains cherchaient de quoi se tirer en arrière, s’éloigner de cet homme qui représentait pour lui la fin de toute sa vie. Celui-ci était en train d’avancer, l’air las, son visage n’exprimait aucune émotion, un masque horrible, qui empêchait sa futur victime de voir la moindre trace de doute, devant une tel expression, il était impossible de vouloir le résonner. Tout était dit, tout était déjà fait, c’était ainsi. Hisoka avait pris l’habitude, à chaque fois qu’il devait exécuter quelqu’un de la sorte de prendre cette apparence, ce détachement. Non pas qu’ôter la vie lui était difficile, jamais il n’avait tremblé depuis son premier meurtre. Cependant pour lui toute vie était égal, adversaire ou allié, peu importe qui était face à lui, qui se trouvait face à la mort, il estimait que chaque Homme était égal devant le seuil de la fin. Aurait-il préféré s’il était à la place de Karen de voir son meurtrier approcher le sourire aux lèvres, bavant d’impatience ? Bien sûr que non, il aurait voulu plutôt quelqu’un lui offrant une mort rapide, le libérant de son étreinte, le relâchant de ce monde corrompu. Il avait souvent rêvé de sa propre mort, bien sûr il était jeune, mais les ninjas ne vivaient guère longtemps, seuls les plus chanceux, les plus stratèges, où les plus cruel avaient le loisir de voir les années défilés. Il avait lu quelque part, dans un livre, que penser à la mort lors de notre vie revenait à mourir chaque jour un peu plus tôt. L’auteur utilisait cette métaphore pour montrer que la vie était assez courte pour ne pas penser à une chose inéluctable qui arrivera à chacun. Comment se placer face à la mort ? Y avait-il une réponse tout faite ? Fallait-il simplement vivre, puis gaspiller les dernières secondes de notre vie en tentant désespérément de voir, ou de revivre un événement, le plus heureux, le plus malheureux, celui qui nous a donner le plus d’espoir, ou nous a fait sombrer dans la folie ? Était-ce cela les deux choix que nous avions ? Était-ce réellement un choix au final lorsque nous nous imposons deux décisions si proche l’une de l’autre que cela en devient risible ? Il ne le pensait pas, tout cela avait un nom, c’était la fatalité.

La main de Karen toucha quelque chose de dur, un sourire désespérer s’arrima sur son visage, il tenta de se tirer vers l’objet mais comprit bien trop tard qu’il s’agissait d’un arbre, ainsi bloquer, l’homme n’étant plus qu’à quelques mètres, le déserteur se laissa sombrer, il savait que tout était finit, ses chances de survies avaient toute disparues. Il comparait à cette instant sa vie à un feu, il voyait les dernières étincelles en train de se consumer, disparaître dans la nuit ambiante. Des larmes coulèrent de ses yeux, tombant au sol en perle éclatante de plusieurs couleurs. Une fois assez proche pour voir ce spectacle, le Jounin se stoppa, fixant son regard sur les larmes qui coulaient abondamment des yeux du malheureux. Toute sa vie avait été une longue route de résignation est de déception. Il avait été rejeté pour son don, avait causé tant de souffrance, en avait certainement éprouvé autant de remord, puis s’était lancer à corps perdu dans une fuite pour sa vie. Est aujourd’hui, voilà où tout ceci le conduisait. Quelle tristesse. Il tenta de balbutier quelques mots qu’il ne parvenait pas à formuler, il en comprit cependant l’essence. Il se plaignait de ne pouvoir mourir chez lui, s’éteindre si loin, aucun désert a des kilomètres… Cette réflexion fit baisser les yeux au ninja qui tenait la lame. Puis finalement alors qu’il cessait ses soubresauts provoqués par ses montées de larmes, le Kunai s’enveloppa d’un chakra sifflant légèrement. Une seconde lame de couleur jaunâtre apparut autour de celle en métal, légèrement plus grande, il voulait le tuer le plus rapidement possible. Son bras s’arma, puis le coup partit, tranchant le malheureux au niveau du cou.

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Gggg10

La tête tomba dans une giclée de sang qui se rependit sur l’arbre auquel le corps était adossé. Le crâne roula par terre, sur quelques centimètres puis se stoppa. Le cadavre encore en position assis, s’affala lentement, alors que le sang du malheureux se rependait par terre. La Lame Fuuton se stoppa lentement, laissant le Kunai nu, son propriétaire le rangea, puis se fléchit légèrement, avant de poser un genou au sol. Examinant le cadavre, il le fouilla pour récupérer le peu d’information susceptible de le reconnaître ou pouvant avoir une quelconque importance. Alors qu’il allait se relever, les sourcils du ninja se froncèrent, ses yeux se tournèrent vers son angle mort. Des bruits venaient de surgir de la forêt. Presque imperceptible pour quelqu’un de peu expérimenter. Trois ? Non quatre hommes, se trouvaient derrière le Jounin qui restait immobile. Calmant sa respiration, il se redressa lentement, faisant toujours dos à ceux qu’il avait déjà reconnu. Une voie s’éleva derrière lui, puissante, charismatique. Certainement le chef du groupe de chasseur. Il ordonna a Hisoka de se retourner est de s’identifier. Une moue de dédain se posa sur le visage de ce dernier, puis finalement obtempéra, il se retourna lentement, espaçant ses bras de son corps, puis se présenta tout en examinant avec plus d’attention ceux qui venaient d’arriver.

C’était un groupe de Quatre hommes, tous étaient affublés d’une longue cape brune, en dessous on pouvait distinguer des pantalons de couleurs sombres, ainsi qu’un début de tunique rembourrer par un plastron en cuir. Leurs mains étaient protégées par des gants recouverts d’une fine plaquette de métal. Leurs visages étaient couverts d’un masque d’animal bien spécifique. Deux d’entre eux représentaient un loup, un autre une sorte de singe, le chef quant à lui, semblait plus tirer sur une sorte d’alligator simplifier. Sur le front des masques, le symbole du village de Suna était gravé. Ils se tenaient dans une formation qui rien qu’en l’observant montrait qu’ils se connaissaient parfaitement. L’un d’entre eux était porté sur la droite, un autre à son extrême opposé. Le chef légèrement en avant, pour ainsi permettre un champ de discussion, puis le dernier derrière lui, tel une ombre. Ils couvraient beaucoup de surface, ainsi si jamais leur cible voulait s’enfuir, ils avaient tous une chance de l’avoir en un court instant. Dernier petit détails, ils portaient tous à leurs ceinture une épée courte dont le pommeau ressortait par l’interstice présent dans leur par-dessus. Une fois qu’il eut finit de les observer, le Jounin s’avança d’un pas, laissant retomber ses bras le long de son corps. D’un geste de la tête celui placé le plus à droite s’avança, passa à côté du Jounin sans lui accorder la moindre importance, puis observa le corps, puis la tête. Il confirma d’un mouvement de son visage que c’était bel est bien leur cible. Celui derrière leur leader, s’avança d’un pas, sortant de sous sa cape un rouleau, Hisoka le reconnut comme l’ordre de mission qu’on lui avait confié en début de poursuite. Son interlocuteur le parcourut rapidement, comparant certainement le visage de la photo est celle du mort, puis la photo de son poursuivant. Une fois convaincu qu’il n’y avait aucune duperie de la part d’Hisoka, le groupe se relâcha quelque peu. Finalement il prit la parole.

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Ggggg10

" Vous n’aviez pas à vous enfoncer si loin dans le pays du feu. C’était une erreur, vous devrez assumez les conséquences de vos actes Jounin. "

Un léger rire non contrôlé s’échappa de ce dernier, qui croisa ses bras au niveau de son buste, observant tour à tour chacun des hommes qui lui faisaient face. Quel culot, car ils étaient des chasseurs ils se donnaient le droit de juger de ce qui était bon ou pas ? Ils n’avaient aucun droit quand à dire s’il était en tort où pas est-il le savait parfaitement. La réaction du Jounin sembla interloquer les Anbu, puis agacé leur chef qui demanda au Jounin de cesser de se moquer d’eux. D’un geste désinvolte de la main, il leur annonça que ce n’était pas du tout le cas, ce qui semblait éveiller la curiosité de l’Anbu. Finalement après calmer son rire, Hisoka s’avança vers lui, ne se stoppant qu’une fois que quelques centimètres les séparaient. Les deux hommes étaient de taille équivalente, ainsi les yeux sombres du Jounin se posèrent dans ceux du chasseur. Il détailla rapidement son masque, puis prit la parole, avec une voie haute est forte. Montrant qu’il ne les craignait nullement.

" J’ai fait votre sale travail, ma mission est accomplie. Ramenez le corps, prenez les honneurs si il vous plait de fanfaronnez pour avoir abattu un gamin effrayé ! Vous me faite pitié. "

Sans attendre son reste, le Jounin dépassa son interlocuteur qui se retourna en hurlant son nom pour qu’il se stoppe. Cependant cela n’eut pas l’effet escompté, la silhouette s’enfonçait dans la forêt alors qu’une énième fois le nom d’Hisoka sortait de la bouche du chasseur. Les derniers mots qu’il entendit avant d’être hors de portée étaient qu’il allait avoir un rapport. Un nouveau sourire se dessina sur son visage, il s’en fichait pas mal, il venait de tuer un simple enfant à qui on avait pris durant toute sa vie son espoir. Cela faisait plus d’une semaine qu’il courait après lui, il était las de cette poursuite, de cette fin également. Il n’aspirait plus qu’à une seule chose, retrouver Nami, puis se reposer un jour avant de quitter le pays du Feu. En pensant à Nami il fut heureux qu’elle ne soit pas présente, si jamais cette idiot de chasseur mettait ses menaces a exécutions est diable Hisoka était sûr qu’il le ferait, elle n’aura aucune retombée n’étant pas présente. C’était déjà un bon point. Lors de la traversée de la forêt, le Jounin ne pus s’empêcher de revivre a vitesse accéléré son voyage, de son départ a Suna, en passant par les divers endroits qu’il avait visité en quête d’indices, puis la route vers le pays du feu. Puis sa rencontre avec le groupe envoyé par Konoha, puis finalement ce combat… Bien évidement la fin, les larmes de cet homme. Ses larmes lui rappelèrent celle du vieil homme qu’il avait dû tuer lorsqu’il s’était rendu dans le désert profond pour éliminer une poche terroriste. Ses derniers temps il s’était vu confier des missions qui remettaient en question les fondements même de ses principes. Il suivait les ordres, c’était le prix à payer pour un semblant d’ordre. Mais qu’est-ce qu’était l’ordre au final ?

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Ggg10

L’homme, incapable de prendre les choses telles qu’elles étaient avait un besoin incontrôlable de classer les événements dans des catégories avec des étiquettes bien définies. Les plus connues étaient les notions de Bien, Mal. Mais également l’ordre est le chaos. C’était les quatre qui avaient le plus d’importance pour lui, car elles maintenaient un semblant d’équilibre dans ce monde atrophié par des rites sombres qui en ternissaient l’image. Le détruisant à petit feu. Mais qui pouvaient juger de ce qui était bien ou mal ? Étions-nous suffisamment omniscient pour le faire ? Nous décisions de faire une chose, un acte, de prendre une décision, qui pouvait prendre en compte assez d’éléments pour dire de quoi cela relevait ? Les fondements même de la philosophie de bas étage pour les gens voulant se donner de l’importance étaient basés sur ces faits. « Je suis quelqu’un, mes idées éclaireront le monde d’une paix nouvelle. » C’était des mots qu’il avait tellement entendu. Il lui donnait envie de vomir à présent. Seul en train de courir de branches en branches, il se demandait quel était la raison de tout ceci, l’homme ne pouvait-il pas tout simplement comprendre que sa place n’avait nullement besoin de définition ? Ne pouvait-il pas comprendre que tout était ainsi, que chaque chose avait sa place, que la déranger revenait à en détruire l’essence même ? Son poing droit se serra violemment. Il se souvenait des proverbes que sa mère lui demandait de connaître par cœur. « La vie n’a de sens que pour celui capable de comprendre que la liberté ne se trouve pas dans la vie. » Ou bien encore la préféré de sa génitrice. « Sans la constante présence de la mort, il ne peut n’y avoir ni vigilance, ni suprématie de la conscience, ni issue dans le labyrinthe des symboles pour le vide intégral. » Il avait bien eu du mal à comprendre cette dernière, l’apprendre, l’assimiler. Rien qu’avec ces deux phrases, sa mère avait tenté de lui inculquer quelque chose qu’il commençait seulement à entrevoir, ces phrases résonnaient dans sa tête, si fort qu’il dut se stopper. Son corps retomba sur une branche, restant immobile, il écouta tout autour de lui, calmant sa respiration, il observa droit devant lui, il venait d’arriver au abord du village ou son groupe s’était rapatrié. Sa main droite se posa au niveau de son cœur, serrant sa cape avec force, il se répéta à voix haute est pour lui seul ces deux litanies puis sauta de la branche pour retomber au sol. Il s’avança dès lors vers le village.

En entrant à l’intérieur, il comprit que tout était bien diffèrent que lorsqu’il l’avait quitté, les villageois l’observaient, le pointaient du doigt, visiblement ils savaient tous qu’il venait de Suna, certainement savaient-ils aussi qu’un déserteur s’était réfugier dans leur village. Bien qu’il puisse lire de l’inquiétude sur leurs traits, il voyait surtout du soulagement. Si lui revenait, cela voulait dire que l’homme qui les menaçaient étaient mort. Il stoppa près d’un homme vaquer à ses occupations, puis lui demanda où il pouvait trouver le groupe de Ninja qui était revenu un peu plus tôt. Il précisa que l’un d’entre eux devait certainement être blessé. L’homme désigna alors une auberge, un peu plus loin, juste à côté d’un dispensaire de soin, une salle avait été spécialement réservée pour Ketsuke. Un léger sourire naquît sur le visage d’Hisoka alors qu’il remerciait l’homme puis s’avançait vers l’endroit indiquer. Il ne mit pas longtemps à y arriver, c’était une petite maison, collé à une maison de soin. Eloigner du centre de la ville est de son brouhaha, on n’entendait clairement que le chant des oiseaux, le bruit de la fontaine un peu plus loin, un endroit reposant. Pénétrant à l’intérieur, il demanda à une infirmière qui descendait les escaliers de l’auberge si elle savait où se trouvait ses amis, elle lui répondit de gravir les marches, puis de prendre la première porte à gauche. La remerciant, il s’aventura vers l’étage. Une fois devant la porte, il put entendre les paroles du golem de chair, puis Nami, une voix plus fluette, il entendit même Sojiro qui était en train de lui ordonner de rester coucher. Finalement il se décida à ouvrir la porte.

Sa silhouette se dessina à l’intérieur de la pièce, les bruits qui en sortaient se stoppèrent lorsque chacun vit le chef de leur équipe arriver. Chacun eu une réaction qui définissait parfaitement sa personnalité, Nami fut la première, explosant de joie, elle sauta de la chaise à laquelle elle était assise près du lit du Jounin de la feuille, puis sauta dans les bras de son supérieur. Elle posa son visage dans le creux du cou d’Hisoka. Quelque peu surpris par tant d’affection, il finit par passer son bras droit dans le dos de sa coéquipière. Il pouvait sentir de l’humidité coulé le long de son cou, des larmes, très certainement. Après quelques secondes, elle se retira, essuyant ses larmes avec son avant-bras, s’excusant au passage tout en riant. Il lui rendit son sourire en lui signalant que ce n’était rien de grave. Puis Ketsuke, couché dans un lit, des bandages parsemés sur son corps, il ressemblait à une momie, cependant il remarqua immédiatement la bouteille de saké imposante posé au pied de son lit. Ce qui fit échapper un rire au Satori.

Finalement Sojiro s’approcha d’Hisoka, puis lui tendit son poing, le même geste qu’ils avaient fait juste avant dans la forêt. Restant immobile quelques secondes, finalement l’héritier des Satori en fit de même, puis tapa son poing contre le sien. Nami lui demanda dès lors comment s’était déroulé les événements. Soupirant, il s’approcha d’une chaise vide, puis prit quelques secondes pour boire un verre d’eau, puis commença son récit. A la fin de celui-ci, un long silence s’était installer, la fin de la mission était un véritable échec moral. Les chasseurs quant à eux malgré les fausses indications de Nami est Ketsuke avaient fini par retrouver la trace d’Hisoka, cela n’avait cependant rien d’étonnant finalement. Tous s’offusquèrent de leurs manières, mais finalement le sujet changea bien vite. Une minute de silence fut respecté pour Karen. Finalement la coéquipière d’Hisoka lui demanda ce qui allait se passer à présent. Il prit quelques secondes pour réfléchir, puis annonça qu’ils se reposeraient ce soir dans cette auberge puis partirait pour Suna demain à l’aube. Ce plan semblait convenir à chacun. Le reste de la soirée se passa calmement, tous discutèrent de choses est d’autres, évoquant des souvenirs, tristes, ou heureux, finalement vers minuit, chacun retrouva sa chambre.

Le réveil du Jounin sonna très tôt, le soleil était seulement en train de se lever. Sa main se porta sur le dessus du cube sombre, puis tapa dessus pour le faire taire. Prenant quelques minutes pour se réveiller, Hisoka se redressa machinalement, se laissant glisser hors du lit. Cette nuit dans une véritable chambre lui avait fait le plus grand bien, s’étirant, il se redressa puis, s’avança vers l’armoire où il avait rangé ses affaires. En quelques secondes il était déjà prêt, on pouvait deviner un certain empressement de retrouver les dunes de son désert, tout cela lui manquait. Il n’aimait pas s’éloigner autant de son village. Une fois prêt, il sortit de sa chambre est se retrouva en bas de l’auberge, la gérante lui précisa alors que son groupe était lever depuis une bonne heure et qu’il était déjà sorti. Faisant de même, le Jounin se dirigea vers les portes du village. Tout le monde était là, Nami était déjà en train de dire au revoir à ses deux anciens coéquipier. Arrivant en saluant tout le monde, les quatre personnes échangèrent quelques banalités, puis un silence s’installa. Le golem posa sa main sur l’épaule d’Hisoka, lui demandant de ne pas perdre ce qu’il avait montré durant cette mission, hochant la tête, il lui demanda à lui d’aller les voir. Cette réflexion surpris Ketsuke, mais finalement fit lui aussi un signe de tête le lui promettant. Finalement Sojiro s’avança vers Hisoka, les deux hommes s’observèrent pendant quelques secondes, puis se promirent de rester en contact. Après quelques minutes, le groupe se dit une énième fois au revoir, puis se scinda en deux. Ceux du pays du feu retournèrent vers Konoha, quant à ceux de Suna, eux se dirigeaient vers les étendues ensablés. Alors qu’ils étaient en train de marcher depuis de longues heures, le désert se dessina finalement de nouveau devant eux. Les deux personnes se stoppèrent, observant l’endroit où la végétation s’estompait, laissant place au sable à pertes de vues.

" Nous voici rentré Sempaï. "

" Oui, j’aurai voulu que Karen contemple une dernière fois le désert avant de partir. "

" Peut être l’a-t-il vu, dans vos yeux ? "

" Peut être…"

Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Bbb10



(Je met fin a la mission a la place de Sojiro, vu qu'il est absent. Donc fin de mission)

InvitéInvité
MessageSujet: Re: Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Icon_minitimeVen 22 Juil 2011 - 12:22

(yep fin de mission, désoler hisoka, la prochaine fois je finirai^^)
Vijay Jagdish
~ Fondateur & Ninja de Jiyuu ~
Vijay Jagdish~ Fondateur & Ninja de Jiyuu ~
▌Sanction : Aucune
▌Messages : 5547
▌Age : 29
▌Inscription : 09/03/2008

Feuille de Ninja
| Rang / Niveau | : Rang S ; Level 25
| Points Naruto Ninja RPG | :
Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Left_bar_bleue203/1000Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Empty_bar_bleue  (203/1000)
| Âge du personnage | : 26 ans
http://www.naruto-ninja-rpg.com
MessageSujet: Re: Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Icon_minitimeVen 22 Juil 2011 - 19:00

Hisoka :
- 30
- 30
- 30
- 30
- 30
+ 40 bonus mission
+ 60 bonus/ cadeau.
Total => 220 pts Nnr ! Félicitation !

Sojiro :
- 30
- 30
- 30
- 25
+ 40 bonus mission
+ 45 bonus/ cadeau.
Total => 200 pts Nnr ! Bravo !

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.) Icon_minitime


Comme cousu par le destin. (Mission Rang B en Duo.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le Destin Tragique des Informateurs-mission rang A [PV Ryunosuke]
» Mission de Rang A (Mission Solo post 2/4) Hijikata Toshizo
» Mission de Rang A (Mission Solo post 1/4) Hijikata Toshizo
» Mission de Rang A (Mission Solo post 2/4) Hijikata Toshizo
» De retour en mission (Mission rang C solo) (1/3)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pays du Vent ~ Kaze no Kuni ~ :: Pays du Vent :: Grand désert :: Étendues ensablées-
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser